Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 11:23
Catherine Samba-Panza : "j’ai accompli ma mission" (VOA)

 

 

http://www.voaafrique.com/  vendredi, mars 04, 2016. 09:58 TU 

 

La présidente de la transition centrafricaine a accordé une interview à VOA Afrique, au cours de laquelle elle établit son bilan, passe en revue le travail fait sous ses deux années de présidence et parle des défis du pays pour l’avenir.

 

Catherine Samba-Panza se dit satisfaite de son travail effectué en tant que chef de l’Etat de la transition pendant deux ans.

 

"J’ai accompli ma mission, souligne-t-elle. L’objectif de la transition, c’était d’organiser des élections pour permettre un retour à un nouvel ordre constitutionnel et à ce sujet, je peux dire que j’ai accompli ma mission puisque j’ai pu organiser des élections présidentielles et législatives dans des conditions acceptables et avec des résultats acceptés par l’ensemble des Centrafricains", se réjouit-elle.

 

La satisfaction de Catherine Samba-Panza reste toutefois mêlée à quelques frustrations, concernant entre autres le désarmement, la démobilisation et la réinsertion ou la réintégration (DDR) des combattants des groupes armés qui contrôlent encore des mines de diamant.

"Il faut un travail de fond pour cela… Nous n’avons pas pu mettre en place ne serait-ce que cet aspect au moins de cantonnement", regrette-t-elle.

La Centrafrique comptait, selon Samba-Panza, sur l’appui de la communauté internationale. Le processus de cantonnement des groupes armés et des ex-combattants prévu dans les accords de cessation des hostilités signés au Forum de Brazzaville, avait bel bien commencé mais n’a pas pu être mené à terme, déclare-t-elle.

La présidente de la transition centrafricaine félicite toutefois les Nations unies qui ont aidé à mettre en place le processus DDR avec un financement qui a permis de cantonner certains des combattants de groupes armés dans 12 sites disséminés dans le pays pour réaliser des travaux à haute intensité de main d’œuvre.

"Les groupes armés qui s’étaient engagés à Brazzaville à être cantonnés et donc à se faire désarmer, n’ont pas pu obtenir ce désarmement. Les ressources permettant leur désarmement n'ont pas été débloquées. La mise en place de programmes de DDR est très couteux et très compliqué", a-t-elle précisé.

Le programme DDR entamé n’a pas, selon Samba-Panza, atteint le but ultime, celui de réinsérer dans la vie civile ou d’intégrer les ex-combattants de groupes armés dans les forces de l’armée. C’est un processus qui demande beaucoup plus de temps reconnait-elle.

La transition politique s’achève en Centrafrique le 31 mars prochain. Mais le tribunal spécial centrafricain n'a pas vu le jour comme prévu. Le regrettant, Catherine Samba-Panza se réjouit néanmoins des progrès réalisés dans le domaine judiciaire.

"Quand je suis entrée en fonction en janvier 2014, il n’y avait plus une seule prison sur toute l’étendue du territoire, elles avaient toutes été détruites. Le système judiciaire était totalement déstructuré, les magistrats avaient fui l’intérieur du pays par sécurité. Ils ne pouvaient plus rendre la justice en toute sérénité."


L'investiture du nouveau président Faustin Archange Touadéra est prévue pour le 11 mars.

 

Catherine Samba-Panza interviewé par Tatiana Mossot

 

Centrafrique-Presse.com
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 11:21

 

 

La France octroie 360 millions de FCFA pour les réfugiés centrafricains et nigérians vivant au Cameroun

 

Le gouvernement français a débloqué une enveloppe de 360 millions de FCFA pour la prise en charge des réfugiés et des déplacés de guerre installés au Cameroun, a-t-on appris jeudi auprès de la représentation diplomatique française au Cameroun. Au sortir d'une audience au ministère des Relations extérieures, l'ambassadrice de France au Cameroun, Christine Robichon, a révélé que le gouvernement français « vient d'accorder au Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR), un nouveau don de 360 millions de francs CFA, pour l'assistance aux réfugiés et déplacés » installés sur le territoire camerounais.

 

L'instabilité sociopolitique que connaît la Centrafrique depuis 2013 a entraîné un important nombre de réfugiés au Cameroun. le plus gros contingent de réfugiés arrivé au Cameroun ces derniers mois vient du Nigéria, du fait des exactions de la secte islamiste Boko Haram qui a contraint des populations à se réfugier au Cameroun sans oublier des déplacements internes causés par les exactions des terroristes à l'Extrême-nord du Cameroun.

 

 

L’effroyable témoignage d’une Centrafricaine abusée par un casque bleu marocain

 

http://telquel.ma/  2 mars 10:572016

 

D’après des témoignages recueillis par The Washington Post, des casques bleus marocains présents en Centrafrique abusaient de femmes au sein même de leur caserne.

 

Le journal américain The Washington Post est allé à la rencontre de sept femmes de République centrafricaine qui prétendent avoir eu des relations avec des casques bleus. Des femmes violées ou exploitées par ces soldats de la paix. Cinq ont reçu de l’argent ou de la nourriture en échange de ces rapports. Parmi elles, Rosine Mengue, 18 ans. La jeune fille raconte avoir eu des rapports sexuels avec un militaire marocain alors qu’elle avait 16 ans. « A ce moment là il n’y avait aucun moyen de se procurer de l’argent ou de la nourriture et ils nous ont promis de nous aider si on couchait avec eux », raconte-t-elle.

 

Le Marocain lui aurait donné 8 dollars pour pouvoir profiter d’elle à deux reprises. Une somme qui lui a permis de nourrir sa famille pendant à peine deux jours. A la suite de ces rapports, Rosine est tombée enceinte et a donc dû abandonner l’école pour pouvoir élever son fils, âgé d’un an. Une fois enceinte, la jeune fille n’a plus jamais entendu parler de cet homme, retourné depuis au Maroc, d’après elle.

 

Centrafrique-Presse.com
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 10:46
Angola : le président élu de la RCA à Luanda
Angola : le président élu de la RCA à Luanda
Angola : le président élu de la RCA à Luanda
Angola : le président élu de la RCA à Luanda

 

 

04/03/16 (Angola Press)

 

Faustin-Archange Touadéra a été reçu à l'aéroport international de Luanda par le ministre angolais de l'Administration du Territoire, Bornito de Sousa, et des fonctionnaires de l’ambassade de la RCA en Angola.

 

Après sa victoire dans le 2ème tour des élections présidentielles, le 14 février, avec 62,71% des voix, devant Anicet-Georges Dologuélé (37,29%), Faustin-Archange Touadéra fait périple sur le continent africain, ayant déjà visité la Guinée équatoriale, le Tchad et la RDC.

 

A l'occasion de son élection, le chef de l'Etat angolais, José Eduardo dos Santos, a exprimé dans un message de félicitations que la victoire électorale traduisait sans équivoque la confiance du peuple à Faustin-Archange Touadéra pour mener à bien le processus de consolidation de la paix, de la stabilité et de la démocratie dans la République centrafricaine.

 

Dans son message, José Eduardo dos Santos a également manifesté le désir de renforcer les liens d'amitié et de coopération entre l'Angola et la RCA.

 

Rappelons que le gouvernement de transition a été dirigé par la présidente Catherine Samba Panza jusqu’à la fin du mois de mars, lors de l’investiture du président.

 

 

NDLR :  On le voit sur ces photos, Faustin Archange Touadéra n'était pas seul pour se rendre en Angola mais il était flanqué de certains candidats malheureux de la présidentielle qui font ici les fiers dans le Falcon mis à la disposition de FAT

 

Centrafrique-Presse.com
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 10:43

 

 

Par RFI  04-03-2016 Modifié le 04-03-2016 à 05:00

 

La sécurité est l'un des défis majeurs qui attend le nouveau président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, dont l'élection a été confirmée cette semaine. Pour parvenir à consolider la paix, le futur chef de l'Etat – pas encore investi – devra rapidement mettre en place un nouveau programme de DDR (désarmement, démobilisation, réintégration). En attendant, l'ONU a commencé à désarmer des combattants dans le cadre du programme dit de « pré-DDR » piloté par la Minusca.

 

L'ONU a déjà dépensé 4 millions de dollars dans le programme pré-DDR qui permettra d'amorcer la pompe pour les nouvelles autorités. Khaled Ibrahim, qui dirige la section DDR de la Minusca, se dit « très confiant » sur la volonté du nouveau président de prendre le relai. C'est un enjeu capital : l'une des raisons du soulèvement de 2012 était justement la non-application du précédent programme.

 

Depuis les accords du 10 mai 2015, 2 500 combattants ont été enregistrés. Des enregistrements sur la base du volontariat dans 5 villes : Birao, Bria, Kaga-Bandoro, Bouar et Bambari. Une fois leurs armes rendues, les ex-combattants travaillent à la réhabilitation des routes ou des bâtiments publics, ou encore à des travaux d'assainissement. Ils reçoivent un salaire, mais aussi de la nourriture.

 

A partir du 1er avril, le pré-DDR s'étendra aux localités de Bossangoa, Ndélé et Batangafo. Une autre opération vient aussi de commencer à Bangui pour toucher plus particulièrement « la jeunesse désœuvrée de la capitale », selon Khaled Ibrahim. Celle qui a pris les armes sans forcément l'appui d'un groupe spécifique. Plusieurs milliers de personnes sont visées. Le pré-DDR doit en théorie se terminer fin juin.

 

RCA: où en est le pré-programme de désarmement, démobilisation et réintégration?
RCA: où en est le pré-programme de désarmement, démobilisation et réintégration?
Centrafrique-Presse.com
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 10:40

 

 

Par RFI  03-03-2016 Modifié le 03-03-2016 à 22:43

 

En RCA, la moitié de la population est en insécurité alimentaire. Les trois ans de crise ont poussé les paysans loin des champs. Les récoltes sont mauvaises, les prix flambent et la situation s'aggrave depuis trois ans. Le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) tirent la sonnette d'alarme.

 

Le PAM estime à 89 millions de dollars son déficit pour maintenir ses programmes d'assistance jusqu'en juillet prochain. Un problème que souligne Bienvenu Djossa, représentant du Programme alimentaire mondial à Bangui, contacté par RFI, qui rappelle que les missions du PAM sont nombreuses et essentielles pour lutter contre l'insécurité alimentaire en République centrafricaine.

 

« Nous avons tout un programme d’appui, avec une dimension humanitaire, mais aussi une dimension qui s’appuie sur la résilience et la réduction de la vulnérabilité. Par exemple les cantines scolaires d’urgence », explique-t-il.

 

Le PAM propose aussi d’autres services baptisés « achats pour le progrès », rappelle M. Djossa. « C’est-à-dire qu’au lieu de faire venir les denrées de l’extérieur, on essaye de promouvoir les petits fermiers et d’acheter leur production pour assister d’autres Centrafricains. »

 

Enfin, le Programme alimentaire mondial en RCA essaye de privilégier le travail des petits commerçants locaux, grâce à des bons d'alimentation. « Au lieu de distribuer des denrées en nature aux gens, nous pouvons leur donner des bons d’alimentation et nous désignons les petits commerçants chez qui les bénéficiaires vont se ravitailler. Et pour ces petits commerçants, c’est leur commerce qui est redynamisé. »

 

Autant de missions menacées par trois ans de crise, alors que le nouveau président centrafricain Faustin-Archange Touadéra vient d'arriver à la tête du pays.

Le PAM et la FAO s'inquiètent de l'insécurité alimentaire en Centrafrique
Centrafrique-Presse.com
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 22:17

 

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

Bangui le 2 mars 2016 – Les Nations Unies en Centrafrique félicitent M. Faustin Archange Touadéra pour son élection à la tête de la République Centrafricaine, a annoncé le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, au cours du point de presse hebdomadaire de ce mercredi 2 mars 2016. Cette réaction fait suite à la proclamation définitive des résultats du second tour de l’élection présidentielle par la Cour Constitutionnelle de Transition le mardi 1er mars 2016.

 

 Selon le porte-parole, les Nations Unies en Centrafrique saluent le discours de rassemblement et la volonté exprimée par le président élu d’œuvrer en vue de la réconciliation nationale. Les Nations Unies notent que la rencontre de samedi dernier, entre le chef d’État élu et M. Anicet Georges Dologuélé, son adversaire au second tour, illustre clairement la volonté des Centrafricains d’entrer dans une ère nouvelle de paix, de réconciliation et de développement.

 

Les Nations Unies en Centrafrique adressent également leurs félicitations aux Centrafricains pour leur comportement patriotique lors du scrutin présidentiel et réitèrent l’engagement continu de l’organisation à apporter son plein appui aux autorités de transition et à la population afin de mener à terme le processus électoral en République Centrafricaine, et à travailler avec le président élu.

 

 Faisant le point sur les questions relatives aux droits de l’Homme, Vladimir Monteiro a annoncé l’arrivée à Bangui de l’Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République Centrafricaine, Marie-Thérèse Keita Bocoum. Au cours de sa mission, Mme Keita Bocoum prévoit une série de rencontres pour faire le point sur la situation et les développements depuis les violences meurtrières de septembre-octobre 2015. L’Experte participera aussi à l’inauguration officielle du Centre de recherche en droits humains et gouvernance démocratique de l’Université de Bangui. Mme Keita Bocoum compte également se rendre à l’intérieur du pays et à la prison centrale de Ngaragba pour évaluer la situation de la prison après l’évasion massive de prisonniers en septembre 2015.

 

 S’agissant du programme de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR), Vladimir Monteiro, a informé qu’après Kaga Bandoro et Bria, ce fut au tour de Birao et de Bouar de bénéficier des activités de sensibilisation sur le pré-DDR. A Birao, l’événement a mobilisé 62 combattants dont 22 femmes et a été axé sur la cohésion sociale et l’épargne des bénéfices tirés des activités génératrices de revenus. A Bouar, la MINUSCA a rencontré les dirigeants des groupes armés et les autorités locales afin de discuter de questions liées à la sécurité et d'évaluer les conditions pour la mise œuvre d’activités du pré- DDR dans cette localité.

 

Afin de désamorcer les tensions intercommunautaires, une délégation des Nations Unies s’est rendue à Kina et à Fatima dans le 3e arrondissement de Bangui afin d’évaluer l’ampleur des dégâts suite aux évènements du 26 septembre 2015. Il était question de planifier les travaux de reconstruction communautaire dans ce quartier sensible de Bangui. 

 

Vladimir Monteiro a conclu son propos sur des clarifications relatives au financement de la Synergie des medias pour des élections apaisées en RCA. Suite à la visite d’un collectif de cinq Directeurs de publication à la MINUSCA pour obtenir plus de clarté sur le financement de la Synergie, la Mission a adressé une correspondance à la Maison de la presse et des journalistes (MPJ)dans laquelle elle fait le point sur l’appui apporté aux medias par la MINUSCA et le PNUD. Cette même lettre a été remise à tous les organes membres de la Synergie. La MPJ assurant la coordination de la Synergie, Monteiro a suggéré aux medias de dialoguer avec cette organisation faîtière.

 

 Sur les activités de la composante de Police de la MINUSCA, son porte-Parole, le Lieutenant Salifou Konseiga, a indiqué que la situation sécuritaire au cours de la semaine écoulée a été marquée par quelques agitations en province qui se caractérise notamment par des attaques à main armée. La composante Police de la MINUSCA poursuit ses missions d’escorte et de protection de hautes personnalités, les différentes patrouilles, les gardes statiques, les opérations de lutte contre la délinquance ainsi que la colocation dans les commissariats de police et brigades de gendarmerie à travers le territoire.

 

De son côté, le porte-parole militaire de la MINUSCA, le Colonel Adolphe Manirakiza, a annoncé que la situation sécuritaire dans les préfectures de l’Ouham et de l’Ouham-Pende a été marquée principalement par des conflits entre les différents groupes armés. Une série de rencontres avec les représentants des différents groupes armés et les différentes autorités locales ont permis de trouver des ébauches de solutions à leurs différends. Une attention particulière a également été accordée aux axes Kaga- Bandoro- Batangafo-Kabo et Sibut en raison des actes de banditisme qui y ont été observés ces derniers jours.

 

 Le Colonel Manirakiza a également fait état des travaux entrepris par le Génie pour faciliter l’accès et le déploiement de la Force à Nzako où des éléments identifiés comme des Seleka se seraient installés pour combattre l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). Il a enfin indiqué qu’au cours de la semaine écoulée, la Force a escorté et protégé 513 véhicules commerciaux sur tous les axes.

 

LES NATIONS UNIES FELICITENT LE PRESIDENT ELU A LA TETE DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
Centrafrique-Presse.com
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 22:02
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

62 combattants mobilisés par la Minusca à Birao dans le cadre du pré-DDR

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 3 MARS 2016

 

La Minusca a rassemblé 62 ex-combattants dont 22 femmes dans la ville de Birao dans le cadre du pré-DDR. L’annonce a été faite par le porte-parole de cette institution Vladimir Montéiro lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Minusca, le mercredi dernier.

 

Selon le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro, ces 62 ex-combattants ont été mobilisés la semaine dernière à Birao pour amorcer le pré-DDR. « A Birao, après une campagne de sensibilisation, nous avons rassemblé 62 combattants dont 22 femmes. Ils vont être entretenus sur la cohésion sociale et le vivre ensemble » a expliqué Vladimir Montéiro.

 

Le porte parole de la Minusca a souligné que les closes du pré-DDR sont inclus dans l’accord signé par les groupes armés lors du forum de Bangui « Lors du forum de Bangui, les groupes armés avaient signé un accord. Ce document prévoit le Désarmement, Démobilisation et Réinsertion. C’est un travail qui est fait avec les groupes armés sur base du volontariat. Ces groupes armés rendent leurs armes, ils s’engagent à la mise en œuvre de cet accord en échange,  ils sont engagés dans des activités génératrices de revenues » a-t-il précisé.

 

Ces ex-combattants sont recrutés pour des travaux de réhabilitation de route, des bâtiments administratifs et le curage des canaux.

 

Au moins 1200 ex-combattants bénéficient de ce programme du pré-DDR dans 5 localités du pays notamment Bria, Kaga-Bandoro, Bambari, Bouar et Birao./

 

 

Un Centre de Recherche en droits de l’homme créé à l’Université de Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR JUDICAEL YONGO LE 3 MARS 2016

 

Il est dénommé centre de recherche en droits humains et gouvernance démocratique. Le lancement officiel a eu lieu ce jeudi 3 mars 2016 à l’Hôtel Ledger à Bangui.

 

Il y aura un Master 2 en Droits de l’Homme et gouvernance démocratique et du Master 1 en gestion et prévention des conflits. L’objectif dudit centre, selon le Recteur de l’Université de Bangui Abdoulaye Sepou, est de donner la latitude aux étudiants et travailleurs d’avoir des bases sur la question des droits de l’homme, la démocratie, la bonne gouvernance et la prévention des conflits.

 

Le Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique Bernard Simiti a indiqué que ce centre est une réponse aux crises récurrentes que la RCA a connues « nous avons constaté qu’au cours des crises à répétition, les droits de l’homme ont été mis à terre. Et donc il va falloir mettre en place un instrument de formation au niveau de l’Université de Bangui. Cela rentre dans le cadre de la mutation que nous avons voulu imprimer à cette grande institution républicaine qui est l’Université de Bangui »  a expliqué le Ministre.

 

Corner Diane, Représentante adjointe du Secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique, a souligné que l’implication de la Minusca et de l’Ambassade des Etats-Unis en Centrafrique dans la création de ce centre vise à créer les conditions d’un Etat de droits en République Centrafricaine  « L’appui important de l’Ambassade des Etats Unis et de la Minusca dans ce projet initié par la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université de Bangui, témoigne de la volonté de la communauté internationale d’accompagner les autorités centrafricaines dans les efforts d’établissement d’état de droits. Et c’est le gage d’une paix durable, de la reconstruction post conflit  et du développement » a-t-elle dit.

 

L’entrée au centre de recherche en droits humains et gouvernance démocratique se fera par voie de concours.

Centrafrique-Presse.com
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 13:02

 

 

03/03/16 (AFP)

 

La guérilla ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) a enlevé plus de 200 personnes dont une cinquantaine d’enfants depuis le début de l'année au cours d'attaques dans l'est de la Centrafrique, selon deux ONG américaines.

 

Sur 217 personnes enlevées depuis le 1er janvier 2016 par le groupe dirigé par Joseph Kony, 54 sont des enfants "et 42 d'entre eux sont toujours en captivité ou portés disparus", selon un rapport établi par "Invisible Children" et "The Resolve LRA Crisis Initiative", organisations basées à Washington.

 

La LRA a déjà enlevé deux fois plus de personnes en Centrafrique depuis le début de l’année 2016 qu’elle ne l’avait fait en 2015.

 

"Les récentes attaques de la LRA soulignent le manque de protection des civils dans l’est de la RCA (République centrafricaine), malgré la présence de troupes de maintien de la paix de l’ONU, de troupes de lutte contre la LRA de l’Union Africaine (soldats ougandais) et de militaires américains", relève le rapport.

 

En République démocratique du Congo voisine, les attaques et les enlèvements de la LRA "ont ralenti ces derniers mois après avoir atteint des sommets entre janvier et août 2015".

 

Selon l'ONU, la LRA a tué plus de 100.000 personnes et enlevé plus de 60.000 enfants, d'abord dans le nord de l'Ouganda, puis au gré de son exil dans les pays voisins.

 

Créée en 1987 avec l'objectif de renverser le président ougandais Yoweri Museveni, elle s'est forgée une effroyable réputation au fil de ses exactions en Ouganda, dans le Soudan du Sud, dans le nord-est de la RDC puis en Centrafrique.

 

Elle a été depuis affaiblie par la capture ou la défection de plusieurs de ses chefs, le dernier en date (février) étant le commandant Okot Odek, mais l'état de déliquescence des autorités centrafricaines dans les régions de l'est, soumises aux bandes armées bien avant la chute en 2013 du président François Bozizé, a facilité sa pénétration.

 

Et l'accalmie des confrontations armées entre l'ex-rébellion Séléka et les milices anti-balakas semblent permettre à la LRA de gagner du terrain. Certaines de ses attaques se sont produites dans le nord-est de la Centrafrique.

 

Ces zones échappent en grande partie au contrôle des 10.000 Casques bleus de la Minusca présents dans les principales villes du pays.

Centrafrique: la LRA a enlevé plus de 200 personnes, dont 50 enfants
Centrafrique: la LRA a enlevé plus de 200 personnes, dont 50 enfants
Centrafrique-Presse.com
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 12:46

 

ALLIANCE DES FORCES DEMOCRATIQUES                                  Bangui, le 02 Mars 2016

                POUR LA TRANSITION

                (A.F.D.T.)

 

 

                                                                          À

                                                            S.E.M. Faustin Archange TOUADERA

                                                               Président de la République Centrafricaine

                                                                              Bangui

 

 

 

Objet : Lettre de félicitation

 

Monsieur le Président de la République,

 

Votre éclatante victoire lors du scrutin du 14 Février 2016 pour le second tour de l’élection présidentielle dite de sortie de crise, m’offre l’heureuse occasion de vous adresser mes vives félicitations au nom de tous les militants des partis politiques membres de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition.

 

Cette brillante victoire constitue une opportunité pour notre peuple durement meurtri ces dernières années. Elle est aussi l’occasion de la reconstruction de notre unité nationale mise à mal, du retour à la paix, condition d’un nouveau départ pour notre pays.

 

Tout en souhaitant que votre action à la tête de notre pays soit couronnée de succès, je vous réitère mes félicitations, et vous prie de croire Monsieur le Président en l’expression de ma très haute considération.

 

 

                                                          Président de la Conférence des Présidents

 

                                                                    Christophe BREMAÏDOU

 

L'AFDT adresse ses félicitations au président Faustin Archange TOUADERA
Centrafrique-Presse.com
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 12:37

 

 

03/03/16 (AFP)

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a reçu mercredi au département d'Etat la présidente de transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza, à qui il a rendu un hommage appuyé pour le bon déroulement du processus politique dans ce pays à peine sorti d'une grave période de troubles.

 

"Elle a été l'une des trois présidentes du continent africain et a présidé à une remarquable transition pendant une période très, très difficile en République centrafricaine", a salué M. Kerry devant la presse, soulignant que Mme Samba-Panza était surnommée "la mère de la République centrafricaine".

 

Il a loué chez la présidente de transition élue en janvier 2014 par un Parlement provisoire ses qualités de "gestionnaire responsable du transfert du pouvoir, de la tenue de bonnes élections et qui a montré l'exemple bien au-delà de la République centrafricaine et pour tout le reste du continent".

 

La Cour constitutionnelle centrafricaine a confirmé mardi la victoire à la présidentielle du 14 février de Faustin-Archange Touadéra sur Anicet-Georges Dologuélé.

 

Dernier chef du gouvernement de l'ex-président François Bozizé dont le renversement en 2013 par la rébellion majoritairement musulmane de la Séléka a précipité le pays dans un cycle de tueries inter-communautaires, M. Touadéra hérite à 58 ans d'un très lourd passif économique, sécuritaire et social.

 

La Centrafrique, dont l'histoire est jalonnée de coups d'Etat, de rébellions et de mutineries depuis son accession à l'indépendance de la France en 1960, est un des pays les plus pauvres de la planète, malgré son potentiel agricole et minier.

 

Aux côtés de la France, les Etats-Unis ont toujours gardé un oeil sur ce pays et M. Kerry a rappelé que Washington avait apporté "plus de 800 millions de dollars" d'aide humanitaire et d'assistance pour le développement et les élections, notamment à destination de la force de l'ONU sur place (Minusca).

 

 

NDLR : Le président Idriss Déby avait qualifié de « calamiteuse » la même transition en Centrafrique que John Kerry trouve « remarquable ». Seuls les Centrafricains jugeront le moment venu cette transition au bilan si controversé et dont les trois principaux dirigeants se préparent à quitter la scène. 

Kerry rend hommage à la "mère de la Centrafrique", Catherine Samba-Panza
Centrafrique-Presse.com