Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 21:44


Bozize171108275-copie-1.jpg

 

Un an après le décès de plus en plus suspecté d’assassinat du président de la Ligue centrafricaine de l’homme qui fut le principal témoin des violences survenues en Centrafrique pour lesquelles est inculpé JP Bemba à la CPI, le président Bozizé est pointé dans la disparition de cette pièce maîtresse dans l’affaire.
 

Il y a une année que mourrait Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo, président de la Ligue centrafricaine des droits de l’homme. C’était le 27 décembre 2008 à la suite d’un accident de voiture. Il enquêtait sur tous les crimes commis à Bangui entre 2002 et 2003.

C’est lui qui, avant Moreno O’Campo, avait réussi à ficeler un dossier béton de témoignages et d’éléments à charge du leader du Mlc. Ce fût sur la base de sa dénonciation et de son action concertée avec les victimes que la Cpi avait décidé d’ouvrir une enquête contre l’ancien vice-président de la Rdc.

Dans le cadre du procès de ce dernier qui s’ouvre au mois d’Avril 2010, cet activiste des droits de l’homme devait constituer un maillon principal, si pas indispensable, dans la chaîne des témoignages contre Bemba.

Mais, Maître Wanfiyo n’enquêtait pas que sur ce dernier. Il réclamait sans cesse le droit à la justice pour toutes les victimes des crimes commis dans le cadre du coup d’Etat du Général Bozizé. A ce propos, l’actuel Chef de l’Etat centrafricain comme son prédécesseur se trouvaient aussi incriminés. Somme toute, les différentes parties au confit traînent dans leur sillage un lourd contentieux de crimes et autres exactions commises à Bangui.

C’est dire que si le président de la Ligue centrafricaine des droits de l’homme n’était pas décédé, Bozizé et Patassé seraient aujourd’hui en grande difficulté avec la Justice internationale. Son décès inattendu aura sans nul doute profité à quelque sournois conspirateur. A preuve ! Un an après sa mort, les circonstances de celle-ci demeurent encore troubles. Elles ne permettent pas non plus d’écarter les probabilités d’un assassinat. Son activisme, son professionnalisme et son courage à dénoncer les violations des droits de l’homme en Rca et à faire appel à la lutte contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves, lui ont attiré beaucoup d’inimitié au pays. Jusqu’aux plus hauts rangs de l’actuel régime.

Il a ainsi été menacé de mort plusieurs fois, arrêté arbitrairement et faisait l’objet d’une surveillance constante des forces de sécurité. Le rapport d’enquête de la police centrafricaine sur sa mort est truffé de contradictions et d’approximations. Aucune autopsie du corps n’a été réalisée malgré la demande de la famille. D’autre part, le principal témoin de l’accident dit ne plus se souvenir des faits et des circonstances. Une procédure judiciaire a dès lors été ouverte contre le chauffeur du camion dans lequel se serait encastrée la voiture de Maître Wanfiyo.

Pour toutes ces raisons qui précèdent et pour bien d’autres, nombreux sont ceux qui restent convaincus que la main noire de Bozizé plane sur « l’accident » de cet activiste des droits de l’homme (Fidh), forte de ses 155 organisations membres, on exige aujourd’hui que toute la lumière soit faite autour de la mort de Maître Wanfiyo. Il faut que les responsabilités soient clairement établies.

Cela est fiévreusement attendu à l’occasion du procès sur la mort de Wanfiyo qui s’ouvre en mars 2010. Si jamais la vérité n’éclatait pas, la Fidh se réserve la possibilité de solliciter l’implication de la justice internationale. Il y va vraiment de l’intérêt de cette dernière si elle tient à son impartialité et à sa crédibilité. Car, au regard des enquêtes et orientations des travaux de maître Wanfiyo sur terrain, il ne fait l’ombre d’aucun doute aujourd’hui que Bemba ne peut payer seul les crimes de Bangui. Tous les acteurs mis en cause doivent le rejoindre à La Haye. Autrement.

Le Palmarès

Source: digitalcongo.net 29/12/2009 12:53:46

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 01:24


A C cemac

 

LIBREVILLE, 29 décembre (Infosplusgabon) - Riche en ressources pétrolières, minières et forestières, la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC)est l’une des régions d’Afrique où la pauvreté affecte la plus grande partie de la population.

D’une superficie de 3 millions de km² - allant du Congo-Brazza à la Guinée équatoriale en passant par le Gabon, le Cameroun, la République centrafricaine et le Tchad - la CEMAC est un petit marché de 32,1 millions d’habitants.

Selon des données du rapport mondial sur le développement humain publié par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 33,4% de la population du Cameroun vivent avec moins d’un dollar par jour et ces chiffres atteignent 66,6% pour la population de Centrafrique et près de 70% au Congo.

Les échanges commerciaux intra-communautaires sont encore faibles en raison de l’absence d’infrastructures de base, comme les routes et dessertes ferroviaires, et des lenteurs dans le processus d’intégration régionale.

« Nous sommes en train de nous organiser pour accélérer l’intégration régionale. C’est notre première priorité », avait assuré le secrétaire exécutif de la CEMAC, Jean Nkuete, lors d’une conférence de presse en marge du lancement des négociations entre la CEMAC et l’Union européenne (UE) pour un accord de partenariat économique en 2007.

Le commerce intra-régional est de l’ordre de 2% pour les importations et de 1% pour les exportations. D’après le M. Pascal Lamy, le commerce entre la CEMAC et le seul Nigeria - géant économique de l’Afrique de l’Ouest - est « supérieur au commerce intra-régional ». Le commerce bilatéral entre l’UE et la CEMAC associée à Sao Tomé et Principe représente à peine un flux de 7 milliards d’euros/an (Chiffres 2007).

Les principales exportations vers l’UE sont constituées essentiellement de produits pétroliers qui représentent 48% de ces exportations, de bois (18,4%), de cacao (4%), de bananes (3,8%), de coton (2,2%), d’aluminium (1,5%), de diamants (3,8%), de café (1,1%) et de manganèse (1%).

Le pétrole est la première ressource d’exportation de la plupart des pays de la CEMAC et, selon la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) basée à Brazzaville, « le principal déterminant de l’évolution de la CEMAC ».

Dans un de ses rapports, la BDEAC indique qu’au cours de cette année, la production pétrolière globale a été de 41,4 millions de tonnes pour quatre des six pays de la CEMAC : Cameroun, Congo, Gabon et Guinée équatoriale.

La CEMAC doit « commencer par construire un marché commun pour bien asseoir l’intégration régionale ».



© Copyright Infosplusgabon

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 00:50


ZIg-Zag.jpg

 

La décision tant attendue est finalement tombée ce mardi 29 décembre : La Cour de Cassation de la République centrafricaine a refermé définitivement la page de l’affaire de la direction du parti MLPC au sujet de laquelle la Cour d’Appel avait déjà rendu en décembre 2008 un verdict favorable à Martin Ziguélé.

Comme la partie adverse à savoir Luc Apollinaire Dondon Konamabaye, qui était pourtant à l’initiative du recours en justice, avait interjeté appel, toute la République était suspendue à l’arbitrage de la Cour de Cassation. C’est le verdict de cette dernière qui vient de tomber et qui confirme la décision rendue en Première Instance et en Appel. Dondon et sa clique sont donc définitivement déboutés. En décembre 2008 déjà, il avait laissé tomber à l’issue du prononcé du verdict que c’était une « décision politique ». C’est pourtant lui-même qui avait décidé de traîner Martin Ziguélé et ses camarades en justice.

Dans le sillage de Dondon, cette décision concerne également et surtout l’ex président Patassé car c’est pour lui et en son nom à l’époque que Dondon, premier vice-président du MLPC avait saisi la justice dans le but et l’espoir d’arracher sa direction à Martin Ziguélé et ses camarades tout en les faisant condamner par les tribunaux. Entre temps, une scission est intervenue au sein de la clique Dondon.

Depuis, celui-ci est complètement ou s’est isolé et c’est Sosthène Guétel qui s’agite encore à la tête de quelques croyants derrière Ange Félix Patassé mais depuis le retour au bercail de ce dernier et ses infructueuses tentatives de reprendre le contrôle du MLPC, les carottes sont cuites et la cause est désormais entendue. En posant le problème à Bozizé lors de leur premier entretien après son retour au pays, Patassé a été renvoyé par celui-ci à la prochaine décision de la Cour de Cassation. C’est désormais chose faite et il sait maintenant à quoi s’en tenir.

En réalité, Patassé a fini par lâcher prise sur la question de la direction du MLPC lorsqu’il a pris la bonne température de la situation après avoir tâté le terrain à son retour au pays. Le débat totalement inutile qu’il a cru devoir lancer sur la question de savoir qui a réellement fondé le parti MLPC lui est revenu à la figure comme un boomerang devant la ferme détermination des vrais créateurs du MLPC qui n’entendent nullement lui abandonner le terrain sur cette affaire. Il décide finalement de se présenter à l’élection présidentielle plutôt en candidat « indépendant », anticipant ainsi sur le verdict de la Cour de Cassation.

 En tout état de cause, ce n’est que justice que la Cour de Cassation ait pu rendre cette décision en faveur de Martin Ziguélé qui s’est réellement battu et continue de se battre sans compter pour faire triompher la ligne et la cause du MLPC. C'est une importante victoire politique dont il n'a pas à rougir. Les contradictions et divergences politiques au sein d’un parti politique devraient en principe se résoudre à l’intérieur de ce parti.

En décidant de porter les contradictions au sein du MLPC devant la justice, Luc Apollinaire Dondon a pris la lourde responsabilité de créer un précédent dangereux. Il a soulevé une pierre qui a fini par retomber sur son propre nez. La Cour de Cassation lui a donc infligé un cinglant camouflet mais au-delà de sa personne, c’est en dernier ressort Ange-Félix Patassé qui vient de mordre ainsi la poussière et doit revoir tous ses canons et stratégie politiques.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 23:52


Sekouba-Konate.jpg

 

RABAT (AFP) - 29.12.2009 20:51 - Le dirigeant par intérim de la Guinée, Sékouba Konaté, qui a rendu visite mardi au chef de la junte, Moussa Dadis Camara, hospitalisé à Rabat, a ensuite confié à différentes personnes qu'"on ne peut rien tirer de Dadis", a affirmé à l'AFP une source proche de la junte.

Le dirigeant par intérim de la Guinée, Sékouba Konaté, qui a rendu visite mardi au chef de la junte, Moussa Dadis Camara, hospitalisé à Rabat, a ensuite confié à différentes personnes qu'"on ne peut rien tirer de Dadis", a affirmé à l'AFP une source proche de la junte.

Le dirigeant par intérim de la Guinée, Sékouba Konaté, qui a rendu visite mardi au chef de la junte, Moussa Dadis Camara, hospitalisé à Rabat, a ensuite confié à différentes personnes qu'"on ne peut rien tirer de Dadis", a affirmé à l'AFP une source proche de la junte.

Le général Konaté n'a pas fait de commentaire officiel après avoir rencontré le capitaine Camara, soigné au Maroc depuis qu'il a été blessé à la tête, le 3 décembre à Conakry, par son aide de camp.

Mais selon une source proche de la junte, requérant l'anonymat, le général a déclaré à plusieurs interlocuteurs, après sa visite à la clinique royale marocaine: "On ne peut rien tirer de Dadis".

Selon la même source, le ministre de la Défense a constaté que "Dadis n'était pas conscient de ce qui se passait dans son entourage" et qu'il n'y avait "plus rien à faire pour lui".

Depuis que le capitaine Camara a été opéré, officiellement d'un "traumatisme crânien", le 4 décembre, les autorités guinéennes ont toujours diffusé le même type de message officiel: "il va mieux et a l'intention de retourner le plus vite possible à Conakry". Mais le capitaine n'a fait aucune déclaration ni apparition depuis qu'il a été blessé.

Selon une source proche de la junte, un ministre qui s'était rendu à Rabat le 17 décembre, avait déjà rapporté au général Konaté que le capitaine Camara était dans "un état assez déplorable".

Moussa Dadis Camara avait été porté au pouvoir par l'armée le 23 décembre 2008, au lendemain de la mort du dictateur Lansana Conté (1984-2008).

Le 3 décembre à Conakry, il été blessé par balles par son propre aide de camp, Aboubacar Sidiki Diakité dit "Toumba", qui a ensuite pris la fuite.

Toumba a plus tard affirmé avoir tiré sur son patron, parce que ce dernier l'avait "trahi" et voulant lui faire "porter l'entière responsabilité" du massacre d'opposants, perpétré le 28 septembre par les forces de sécurité (au moins "156 morts et disparus" et "106 femmes victimes de violences sexuelles", selon l'ONU).

La semaine dernière, l'anniversaire du coup d'Etat a été fêté uniquement dans les casernes, au moment où les pressions internationales s'accentuent sur le régime militaire, accusé de crimes contre l'humanité par l'ONU.

Le général Konaté a alors prononcé un discours d'apaisement, en s'engageant à favoriser la tenue d'élections "le plus tôt possible" et en appelant à "l'indispensable réconciliation" de tous les Guinéens.

 

© 2009 AFP


NDLR : C'est désormais un légume et il a fallu qu'un général se rende jusqu'au chevet du capitaine pour s'en rendre compte...! Pitoyable armée africaine ! Il est plus que temps pour que la Guinée et les Guinéens tracent une croix sur ce sanguinaire de Dadis et passent à autre chose.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 23:15


IDI-BOZIZE-Syrte-juil-09--1-.jpg

 

Dans une de nos récentes parutions, nous annoncions que lors de son récent entretien à N’djaména avec le président tchadien sur le chemin de son retour de Copenhague, Bozizé avait fait part à son interlocuteur, sans doute dans le but de se faire pardonner le réchauffement de ses relations avec le Soudan de El Beshir, de son idée saugrenue de se rendre également dans la ville de Sahr au Tchad où Idriss Déby comptait passer le réveillon du nouvel an dans une caserne avec ses soldats.

Bozizé étant un lecteur assidu et fidèle du site de Centrafrique-Presse, il s’est ému de cette information et s’en est plaint aux autorités tchadiennes. D’après lui, il ne voudrait pas jouer les intrus à Sahr. Gentleman, Idriss Déby décide de dépêcher un émissaire à Bangui pour remettre une invitation officielle à sieur Bozizé afin de lui permettre de trouver une justification à son déplacement de la St Sylvestre hors de son pays.

C’est donc le ministre tchadien de l’Intérieur, Ahmat Bachir, qui a effectué le lundi 28 décembre, un saut éclair à Bangui porter la précieuse invitation à Bozizé qui peut donc se rendre désormais la conscience tranquille au réveillon de Sahr avec Déby. On est franchement en pleine psychanalyse.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 23:12


Victor-Angelo-.jpg

APA Bangui 29-12-2009 (Centrafrique) Le représentant spécial de la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT), Victor Angelo, a déclaré, lundi à Bangui, que l’exécution du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR), dans les prochains jours, va contribuer à une certaine stabilité et à la sécurité de la population dans les zones en proie à l’insécurité du nord-est de la Centrafrique.

« Une bonne combinaison d’un bon programme DDR avec beaucoup de patrouilles mixtes MINURCAT et gouvernement centrafricain permettra d’être beaucoup plus opérationnel, d’avoir plus de résultats afin d’assurer la tranquillité des populations et aussi des réfugiés », a déclaré M. Angelo, à l’issue d’une audience, lundi à Bangui, avec le président centrafricain, François Bozizé.

Le représentant spécial de la MINURCAT a indiqué avoir discuté avec le chef de l’Etat centrafricain de la situation sécuritaire dans la préfecture de la Vakaga et examiné avec lui les mesures à prendre pour l’améliorer.

Il a ajouté avoir aussi abordé la situation des réfugiés à Sam Ouandja et de leur protection par les forces de la MINURCAT et par le gouvernement centrafricain à cause de l’insécurité qui prévaut dans la région.

Mise en place par la résolution 1778 du 25 septembre 2007 du Conseil de sécurité des Nations unies, la MINURCAT doit créer les conditions favorables au retour volontaire, sécurisé et durable des réfugiés, des personnes déplacées.

Elle doit aussi garantir la protection des réfugiés, des personnes déplacées et des populations en danger en République centrafricaine, et créer les conditions en faveur de la reconstruction et du développement économique et social des zones en proie à l’insécurité.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 23:08


lac_tchad580.jpg

APA-Yaoundé 29-12-2009 (Cameroun) Le Cameroun a déjà engrangé un peu plus de 66,7 milliards FCFA au titre des droits de transit du pipeline tchadien depuis son inauguration en octobre 2003, a appris APA mardi auprès de la Société nationale des hydrocarbures (SNH).

Entre le 1er janvier et le 15 novembre 2009, 44 enlèvements de pétrole brut ont été effectués au terminal de Kribi (sud du pays), générant pour le Cameroun des recettes de l’ordre de 7,49 milliards FCFA.

Au total, le volume cumulé des enlèvements de brut tchadien est de 37,44 millions de barils depuis 2003.

Par ailleurs, le Cameroun indique avoir remboursé, « à bonne échéance », près de la moitié des prêts contractés pour le financement de sa participation au projet de construction du pipeline tchadien, soit 32,847 millions de dollars US sur 53,4 millions auprès de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), et 14,595 millions d’euros sur 35,7 millions auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Le pipeline Tchad-Cameroun, d’une longueur de 1070 kilomètres, part des champs pétroliers de Doba pour aboutir au terminal de Kribi.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 23:06


billets-franc-CFA.jpg

APA Bangui 29-12-2009 (Centrafrique) Les députés centrafricains ont adopté, lundi à Bangui, le projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2009-2010 estimé à 184,6 milliards de FCFA, a appris APA.

Dans ce nouveau budget en hausse de 7,9% par rapport à celui de l’exercice-2008-2009, les dépenses de fonctionnement et d’investissement se chiffrent à 206,9 milliards de FCFA alors que les ressources propres sont évaluées à 107,6 milliards de FCFA grâce aux nouvelles mesures fiscales et administratives.

Au titre des appuis budgétaires, 14,6 milliards ont été annoncés, dont un droit de tirage spécial du Fonds Monétaire International (FMI) de 6,3 milliards de FCFA et une contribution de l’Union européenne (UE) de 8,3 milliards de FCFA.

Les financements extérieurs représentent 62,4 milliards de FCFA, dont 58,9 milliards de FCFA de dons et les emprunts 3,5 milliards de FCFA d’emprunts, tandis que les dépenses publiques, en hausse de 16,7%, se situent à 206,9 milliards de FCFA.

Il se dégage un solde global déficitaire de 22,3 milliards de FCFA, en forte dégradation de 263,5% par rapport au collectif budgétaire de 2009, et un solde primaire estimé à presque moins 5 milliards de FCFA, qui ne permettent pas au gouvernement de faire face au service de la dette.

Le taux de croissance prévu en RCA est de 3,5% pour un Produit Intérieur Brut (PIB) estimé à 998 milliards de FCFA en 2010, un taux de prélèvement fiscal avoisinant les 11% et une baisse importante de l’inflation à environ 3%, susceptible de soutenir le processus de paix et maintenir la stabilité politique avant les élections de 2010.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 18:43


20080227sarkozydakar.jpg

 

Lundi 28 Décembre 2009


Les centrales nucléaires d'Abou Dhabi seront coréennes et pas françaises, Volvo vient d'être racheté par un «petit» constructeur chinois et à Copenhague l'Europe donneuse de leçons a été superbement ignorée.

 

Les basculements géopolitiques ont rapport avec la tectonique des plaques.  Les forces s'accumulent sous la surface mais restent invisibles, on les ignore, puis tout craque d'un coup. Les nouvelles structures apparaissent, nouveaux sommets, nouveaux creux. Il en est ainsi aujourd'hui de l'Europe. L'Asie est montée en puissance ces dernières années, l'Asie des usines pas chères. La Chine «atelier du monde» nous exportait ses téléviseurs et ses jouets. L'Inde «brillante» nous a montré une intelligence dans les services informatiques. Singapour a commencé à rivaliser comme place financière. Mais l'Europe ne s'en est pas alarmée. Chacun sa place au soleil, que l'Asie «émerge», nous en profiterons.


Aujourd'hui il y a danger. Danger parce que l'Asie ne se contente plus de nous fournir en «produits pas chers». Elle nous dame le pion dans les hautes technologies. Si l'Europe et la France ne répondent pas à ce défi immense posé sur sa place future dans la nouvelle division du travail, elles vont rester impréparées, perdront leurs emplois les plus qualifiés après les emplois ouvriers  et elles n'auront alors plus rien à opposer aux arguments protectionnistes. Sans un sursaut contre son déclin accéléré, l'Europe n'aura d'autre choix que de se refermer sur elle-même, comme le fit la Chine dans les années 1820.


L'histoire du déclin européen s'accélère maintenant sous nos yeux. Il y a une semaine, à Copenhague, Chine et Etats-Unis ignoraient l'Europe superbement et écrivaient à deux, appuyés par  l'Inde et l'Afrique du sud, le communiqué final du sommet sur le climat. L'Europe donneuse de leçons, l'Europe qui se croyait avant-garde, s'est retournée pour voir que personne ne la suivait. Tandis qu'elle court dans l'impasse des restrictions malthusiennes, les nouvelles grandes puissances, quatre milliards d'individus, s'engagent sur une autre voie, celle qui marie écologie et économie. L'Europe pleure son isolement, ses commentateurs accusent Chinois et Américains, tous les autres pays poussent les feux de la solution technologique. Ils savent que l'avenir est là, dans la recherche, l'innovation, pas dans la restriction.


Cinq jours plus tard un «petit constructeur Chinois» d'automobiles achetait Volvo. Un des groupes européens qui était mondialement en avance dans la sécurité, racheté par un Chinois dont les voitures sont classées comme dangereuses. Un constructeur haut de gamme qui passe dans des mains d'un fabriquant d'automobiles pas chères. Un industriel qui a développé des relations sociales exemplaires avec ses salariés, repris par une firme toute jeune, propriété d'un entrepreneur pressé et ambitieux. N'est-ce pas un glissement tectonique de plaques?


Et, dernier d'une liste d'actualités désormais quotidiennes, le groupe coréen Kepco vient de battre le consortium français pour construire des centrales nucléaires à Abou Dhabi. Un contrat de 20 milliards de dollars (ou 40 si l'on compte l'exploitation) qui est soufflé aux «champions mondiaux» que croient être les Français. Un marché perdu au profit de l'Asie dans LA technologie qu'ils pensaient la mieux défendue dans la division du travail, un secteur où les groupes tricolores ont une expérience éprouvée, des techniques, des ingénieurs.


Il faudra tirer toutes les leçons particulières de cet échec, passer au crible les divisions entre Areva, Total, GDF Suez, la volonté tardive et brutale de l'Elysée de confier à EDF le poste d'avant-centre.  S'interroger sur la question du prix: les Coréens étaient-ils vraiment 30% moins chers? Si oui, comment rabaisser les coûts français? Faudra-t-il délocaliser, notamment hors de la zone euro?


Mais il est surtout temps de tirer les leçons générales de cet échec. L'Europe manque le tournant de l'histoire faute de savoir vendre ses innovations. Le basculement des forces vers  l'Asie a pour cause sans doute, aussi, la démographie. Des milliards comptent plus que des millions. Le déclin de l'Europe est assuré si elle reste endormie sur ses certitudes d'occuper naturellement le haut de l'échelle dans la division du travail sans voir que les Coréens l'ont rattrapée, que les Indiens sont là, que les Chinois la doublent. Il est temps de tout mettre à l'échelle de cette nouvelle concurrence: nos coûts, nos formations universitaires, nos laboratoires, nos inventions et d'effacer nos divisions d'une autre époque. Ce devrait être un cri d'alarme qui sonne à Bruxelles et dans toutes les capitales: comment reprendre l'avant-garde? Comment maintenir le peu d'avance qui nous reste parfois devant des concurrents plus nombreux, formidablement formés, qui ont le mors aux dents ?

 

Eric Le Boucher

 

Source : http://www.slate.fr


Mal entouré, Areva se plante dans le Golfe


Anne-Lauvergeon-copie-1.jpg
 

Nucléaire. Abou Dhabi a préféré les Sud-Coréens.

Par ALEXANDRA SCHWARTZBROD Libération 28/12/2009 à 00h00

Anne Lauvergeon, la patronne d’Areva, ne pouvait pas imaginer pire façon de clore son annus horribilis. Le contrat nucléaire de 40 milliards de dollars (27,8 milliards d’euros) qu’elle négociait âprement à Abou Dhabi vient de lui passer sous le nez. C’est un consortium de sociétés sud-coréennes et américaines, conduit par la compagnie publique Korea Electric Power, qui a emporté hier la première tranche du deal, de 20,4 milliards de dollars. La signature du contrat s’est déroulée en présence de sommités, donnant à l’événement une valeur politique : le président des Emirats arabes unis, cheikh Khalifa al-Nahyane, et son homologue sud-coréen, Lee Myung-bak, opportunément en visite à Abou Dhabi.

Un échec, et alors ? Les industriels en connaissent tous les jours, sur tous les marchés ! C’est ce que l’on pourrait penser au premier abord. Mais celui-ci n’est pas banal. Il raconte bien des histoires.

Et d’abord celle de l’effroyable désorganisation française dans le secteur du nucléaire. Car, à la décharge de Lauvergeon, elle n’était pas seule dans le coup. Les plus grands noms de l’énergie avaient été associés à l’affaire : GDF Suez, Total et, depuis peu, EDF. Depuis peu, car EDF avait initialement refusé d’embarquer dans l’aventure. Approché par Lauvergeon au moment où Abou Dhabi manifestait son désir d’acquérir des réacteurs nucléaires, le patron du groupe d’électricité, alors Pierre Gadonneix, avait envoyé promener la patronne d’Areva. Non merci, lui avait-il dit en substance. Je préfère me concentrer sur mes trois marchés phares : l’Europe, les Etats-Unis et la Chine. Lauvergeon s’en était retournée pas vraiment penaude, plutôt contente même de relever le défi seule, ou presque. Car, au côté d’Areva, concourraient GDF Suez et Total.

Le problème, c’est que cet attelage-là n’a pas fonctionné. GDF Suez ne s’est pas assez impliqué (on dit que son patron, Gérard Mestrallet, n’a pas multiplié les visites à Abou Dhabi), et Total n’a pas joué les ouvreurs de portes comme il l’avait promis (son patron, Christophe de Margerie, est pourtant un intime des émirs arabes). D’où l’exigence des autorités émiraties de voir EDF s’impliquer. L’électricien, qui exploite 58 réacteurs en France, était un gage de crédibilité.

Mais il était trop tard. Les Français ont eu beau baisser leurs prix, les Coréens se sont avérés être bien plus compétitifs. Et, au moment où Abou Dhabi s’apprête à injecter des milliards de dollars dans l’économie défaillante de son voisin Dubaï, l’argument a peut-être joué. Certes, les industriels français ont beau jeu de souligner que les mérites de l’EPR - le réacteur proposé par Paris - ne sont pas en cause… Abou Dhabi a choisi «entre une DS et une Safrane», souligne l’un d’eux, en précisant que le réacteur coréen victorieux n’obtiendrait jamais sa licence en Europe et aux Etats-Unis, tant il ne répond pas aux normes de sûreté. Mais cet échec la fout mal au moment où les grands contrats de demain sont en train de se décider, et où l’EPR enchaîne les difficultés.

Un autre élément a joué : le Rafale, l’avion de combat que Serge Dassault et son ami Nicolas Sarkozy essaient désespérément de vendre à l’étranger. Abou Dhabi étant aussi très intéressé par cette technologie française, l’Elysée a sans doute jugé qu’il valait mieux privilégier le contrat des avions.

De cette mésaventure sortent renforcés le nouveau patron d’EDF, Henri Proglio, qui affirmait-il y a peu vouloir regrouper la filière nucléaire française sous sa bannière, et l’ex-patron d’EDF François Roussely, à qui le chef de l’Etat vient de confier la mission de mettre de l’ordre dans ce secteur. Anne Lauvergeon, en revanche, pourrait en faire les frais. Ses ennemis - nombreux - vont lui faire porter la responsabilité de cet échec collectif.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 17:54


FPP.jpg

 

Bangui, 27 déc (ACAP)- Le Front Patriotique pour le Progrès (FPP), membre de l’internationale socialiste, s’est engagé à faire alliance avec le parti Kwa na Kwa (KNK), parti travailliste du président François Bozizé, à l’occasion de la 4ème Convention des présidents fédéraux du FPP, samedi 26 décembre 2009, à Bangui.

« Le parti KNK, parti travailliste partage avec le FPP les valeurs communes, du travail, de la justice, de la liberté, de l’humanisme, d’une gauche qui se veut humaniste et sociale. Ces mêmes valeurs sont également partagées par d’autres partis tant en Afrique que dans le monde », a déclaré le Président de ce parti Alexandre Goumba.

 
« Nous sommes socio-démocrates car nous nous inspirons de la plate forme idéologique de la social –démocratie et des valeurs de l’espace socio-culturel de notre pays pour apporter notre pierre à la construction d’un Etat républicain et démocrate fondé sur une économie de marché », a-t-il ajouté.

 
« C’est pourquoi, nous apportons et apporterons notre soutien fraternel au KNK dans l’intérêt des populations centrafricaines et la consolidation des acquis », a expliqué Alexandre Goumba


« Le FPP, parti ayant une assise nationale, est tout à fait prêt à travailler main dans la main avec son parti frère lequel il partage les mêmes idéaux, mais aussi de part les liens particuliers qu’entretenait le président François Bozizé avec le feu professeur Abel Goumba depuis plus de 27 ans et que le peuple centrafricain a découvert le 15 mars 2003, en le nommant Premier ministre, puis vice président de la République et Médiateur de la République jusqu’à son décès », a rappelé Alexandre Goumba.

 
Cependant, le président Alexandre Goumba a réitéré sa ferme détermination de tendre la main à ses camarades dissidents du FPP pour avoir la paix des cœurs dans la fraternité rationnelle.

Créé le 5 mai 1992 par le défunt Professeur Abel Goumba, le Front Patriotique du Progrès qui compte quatre députés à l’Assemblée nationale connait une crise de leadership en son sein depuis 2006. Deux camps, l’un dirigé par le Docteur Alexandre Goumba et l’autre par Moïse Kotayé se discutent l’héritage et la paternité du FPP dont le Professeur Abel Goumba avait quitté la direction en 2006 après sa nomination au poste de médiateur de la République.

 

NDLR : Un parti qui se vante d’appartenir à l’Internationale Socialiste et qui noue alliance avec un parti prétendument « travailliste » dont le chef protège des assassins et des criminels tristement célèbres comme Eugène Ngaikoisset et Olivier Koudémon alias Gbangouma, un chef de parti comme Bozizé qui a fait fuir en brousse les paysans du Nord, fait brûler des villages et a rempli des camps de réfugiés du HCR dans les pays voisins, mérite-t-il encore d’être membre de l’Internationale ? Pour sa survie, Alexandre, le rejeton de Goumba n'a peut-être pas d'autre choix que d'atteler sa secte au KNK. Le FPP ne survivra pas à son chef le défunt Pr Abel Goumba qui n'a jamais réussi à en faire un parti d'exercice du pouvoir. Avec Alexandre Goumba, le FPP ou la secte qu'il dirige, demeurera un parti nain, à présent qu'il se jette corps et âme dans les bras de Bozizé.  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique