Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 18:01
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

Le commandant de la gendarmerie de Bria déplore l’insuffisance en homme et en matériel

 

http://rjdh.org/  PAR NARCISSE JAUBERT LE 4 SEPTEMBRE 2015

 

Le nombre réduit des gendarmes  à la  brigade territoriale  de Bria constitue un danger  pour la population, selon le commandant de la Brigade Char fabien Victorien. Selon la même source, ces hommes éprouvent des difficultés pour assurer la sécurité des habitants et mener des investigations.

 

Pour toute la ville et les zones environnantes, il n’y a que dix gendarmes. Deux assurent la sécurité à la maison d’arrêt. La Brigade territoriale de Bria est aussi dépourvue des moyens logistiques, selon le commandant.

 

 « La ville de Bria est une zone moderne et très sensible, il est important  que la  gendarmerie soit  composée de trente éléments pour son service afin de bien intervenir dans la ville et dans les villages environnant » a suggéré le commandant de brigade.

 

Ce même constat a été fait au niveau de la brigade minière et au commissariat de police de Bria. C’est un seul élément qui travaille au commissariat de police et un seul à la brigade minière, selon une source porche de la police.

 

Les agents de police judiciaire et les gendarmes qui sont affectés à Bria ont refusé de regagner leur poste. La gendarmerie et le commissariat se trouve dans l’insuffisance des éléments.

 

 

Ali Darass relevé de la région militaire n°7 depuis mars 2014

 0

http://rjdh.org/ PAR NAÏM-KAÉLIN ZAMANE LE 4 SEPTEMBRE 2015

 

Depuis le 20 mars 2014, Ali Darass a été relevé de ses fonctions de chef de la région militaire n°7. Le décret signé par Cathérine Samba-Panza présidente, André Nzapayéké premier ministre et Timangoua, ministre de la défense nationale abrogeait celui pris par Michel Djotodia. La copie de la décision a été présentée au RJDH par un Conseiller à la présidence, qui n’a pas souhaité être cité.

 

La décision ne mentionne pas les raisons de l’abrogation du décret de nomination de Ali Darass aux fonctions du chef de la région n°7 mais rapporte seulement ses différentes dispositions. Ali Darass ainsi que tous les autres chefs des régions militaires de la RCA, nommés par Michel Djotodia ont été relevés dans la même décision.

 

La découverte de ce document par le RJDH met ainsi terme aux débats suscités par la présence de Ali Darass à Bambari dans la Ouaka. En rappel, suite à la demande du Chargé d’Affaires américain, David Brown aux forces internationales présentes en Centrafrique d’ « arrêter et ou d’écarter Ali Darass », le Représentant par intérim du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la Minusca, M. Parfait Onanga-Onyanga a indiqué que « la responsabilité confiée à Ali Darass par les autorités centrafricaines » est en vigueur.

 

Ali Darass est l’un des généraux de l’ex-séléka. Après la démission de son leader principal, Michel Djotodia en janvier 2014, il a créé l’Union pour la Paix en Centrafrique, UPC qu’il dirige depuis Bambari et ses environs.

 

 

Une nouvelle altercation entre Séléka et Anti-Balaka signalée à Bambari

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 4 SEPTEMBRE 2015

 

Des détonations d’armes ont été entendues dans la journée de ce vendredi 4 septembre à Bambari.  De sources locales cet incident, qui a opposé les hommes de Ali Darras et les Anti-Balaka au quartier Kidigra, a fait des victimes.  Au moment où cet article est mis sous presse, une accalmie est constatée, la présence de ces ex Séléka est signalée dans ce secteur.

 

D’après les faits rapportés, le vol d’une moto appartenant à un  jeune musulman au quartier Kidigra aurait déclenché cette violence. « Les Anti-Balaka ont tenté de voler la moto à un jeune, qui  s’est échappé et  a alerté les éléments de Ali Darras, ces derniers ont fait des tirs dans le quartier », a relaté un instituteur joint par le RJDH.

 

« Les ex-Séléka voulaient récupérer  la moto par la  force  en faisant des tirs de sommation. Des personnes qui se trouvaient, devant le siège de la Caritas, ont reçu des balles » a-t-il expliqué.

 

Les activités ont été perturbées. Les habitants  craignent une nouvelle attaque des éléments de l’UPC qui sillonnent la ville.

 

Depuis le 28 août, les éléments de Ali Darras, un officier de la Séléka et les Anti-Balaka se sont affrontés dans la ville de Bambari. Des affrontements qui ont fait des morts et des déplacés. Cette tension est enregistrée 24 heures après une réunion de réconciliation tenue dans la ville de Bambari.

 

 

L'Autorité Nationale des Elections appuyée par la France

 

http://www.radiondekeluka.org/  vendredi 4 septembre 2015 12:36

 

La France vient d'accorder ce 3 septembre 2015 à l'Autorité Nationale des Elections (ANE) une aide budgétaire de 2.000.000 euros soit environs 1.200.000.000 francs CFA. La convention de décaissement a été paraphée par le ministre centrafricain des Finances et du Budget, Assane Abdallah Kadre, le Chargé d'Affaires de l'ambassade de France à Bangui, Romain Vuillaume, le président de l'Autorité Nationale Elections (ANE), Dieudonné Kombo-Yaya, les représentants de l'Agence Française de Développement (AFD), du PNUD et de la Mission onusienne en Centrafrique, Minusca.


Le ministre Assane Abdallah Kadre explique les démarches qui ont abouti au décaissement de cette tranche de financement.


« En début d'année lorsque nous avons adopté le budget, la France nous avait accordé 6.000.000 d'euros (3.900.000.000 F CFA). Lors de mon passager au Trésor Français à Paris, j'ai demandé qu'il puisse racler les fonds du tiroir pour m'aider parce que les 6.000.000 d'euros ne sont pas suffisants. Deux mois après, ils m'ont appelé pour me dire que finalement ils ont accepté d'augmenter de 2.000.000 d'euros (1.200.000.000 F CFA) ».

 
L'enveloppe va permettre à l'institution chargée de l'organisation des élections présidentielle et législatives en République Centrafricaine de résoudre les problèmes qui se posent au niveau de la réalisation des opérations électorales. 


« Avec ces 2.000.000 d'euros, nous sommes passés de 6.000.000 à 8.000.000 euros (5.200.000.000 F CFA). Dans le budget nous avons inscrit 1.250.000.000 F CFA pour appuyer le processus électoral. Donc les 2.000.000 euros sont affectés directement aux opérations électorales », a précisé le ministre des Finances.

La signature de la convention de décaissement permet en même temps d'être conforme aux procédures et de suivre les dépenses qui doivent être prises en compte par rapport aux 2.000.000 euros.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 17:14

 

 

Enfin le matériel pour le recensement des centrafricains et binationaux en France a été livré ce matin à l'Ambassade de Centrafrique à Paris.

 

Le recrutement des agents de recensement est cours.

 

Les opérations d'enregistrement sur la liste électorale ne peuvent commencer pour le moment en France et en Belgique car les fonds sont toujours en attente de virement par un organisme du PNUD, le PACEC qui gère le "basket fund" et qui en fait à sa tête. 

 

Source : démembrement ANE

Le matériel pour le recensement des Centrafricains en France a été livré
Le matériel pour le recensement des Centrafricains en France a été livré
Le matériel pour le recensement des Centrafricains en France a été livré

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:36

 

 

        

APA-Bangui (Centrafrique) 2015-09-04 15:27:19 - Le Chargé d'affaires de l'Ambassade de France en Centrafrique, Romain Vuillaume, et le Président de l'Autorité nationale des élections (ANE), Dieudonné Kombo Yaya ont signé, vendredi à Bangui, une convention de financement de 1,200 milliard de FCFA pour appuyer le processus électoral en cours en Centrafrique.


Ce financement du gouvernement français va permettra à l'ANE de travailler et publier le fichier électoral et d'imprimer les cartes d'électeurs avec la photo du titulaire. 

Le processus électoral en Centrafrique souffre d'un budget déficitaire que le gouvernement tente de résoudre avec l'appui de la communauté internationale.

La semaine dernière, l'Union Européenne avait octroyé plus d'un milliard de francs CFA à l'ANE pour l'aider dans l'organisation des élections générales en Centrafrique.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=832963#sthash.p4kcmIE5.dpuf

1,200 milliard de Paris pour le processus électoral en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:11

 

 

 

04/09/15 (AFP)

 

Le Haut Commissaire aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé vendredi à Bangui à une approche "bien plus robuste" contre les groupes armés qui, dans plusieurs régions de Centrafrique, continuent de commettre de nombreux crimes en toute impunité.

 

"Je pense qu’il faudrait une approche bien plus robuste envers ces groupes armés, afin qu’ils commencent à comprendre qu’ils ne peuvent impunément bafouer l’état de droit quand, où et comme ils le souhaitent", a-t-il déclaré dans une déclaration à la presse dans la capitale centrafricaine, dont l'AFP a reçu copie à Libreville.

 

"Les dirigeants les plus connus, qui ont tant de sang sur les mains, ne sont ni arrêtés, ni poursuivis, ni jugés, ni condamnés", a-t-il constaté, avant d'appeler au renforcement de la Mission des Nations unies (Minusca) en Centrafrique afin quelle puisse "faire un usage plein et entier du mandat fort du Chapitre 7 qui lui a été conféré par le Conseil de sécurité".

 

"Les États qui ont promis mais pas encore fourni le total des contingents militaires et policiers aux forces de maintien de la paix de l’ONU, ni les équipements vitaux comme les hélicoptères d’attaque, devraient intensifier leurs efforts car ils font cruellement défaut", a ajouté M. Zeid.

 

Selon lui, "le désarmement devrait être une priorité absolue. Les criminels et meurtriers notoires doivent être traduits en justice, quel que soit le groupe auquel ils appartiennent".

 

Mais, a-t-il poursuivi, "pour que cela arrive, il faut que les gouvernements présents et futurs et leurs soutiens internationaux, dont ma propre organisation, accroissent leurs efforts pour mettre en place une justice qui fonctionne".

 

La Minusca, composée de contingents d'une dizaine de pays, dispose actuellement de quelque 9.200 militaires et 1.580 policiers, ainsi que de personnel civil.

 

Mais les principales milices, les anti-balaka (chrétiens) et l'ex-Sélaka (ancienne rébellion musulmane), contrôlent des zones entières dans les régions du centre, l'est et du nord-est. Elles s'y affrontent sporadiquement, provoquant un cycle incessant de représailles, de violences envers les civils et de déplacements forcés des populations.

 

Le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par la Séléka a plongé l'ex-colonie française, déjà très instable et l'un des pays les plus miséreux au monde, dans sa plus grave crise depuis son indépendance en 1960, déclenchant des tueries de masse entre communautés musulmanes et chrétiennes en 2013 et 2014, dont elle peine toujours à se relever.

Centrafrique: l'envoyé de l'ONU pour une action "bien plus robuste" contre les milices

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:03

 

 

 

4 Septembre 2015

 

Minusca, Conférence de presse, 11:00

 

Tout d'abord, je tiens à remercier le Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Zeid Ra'ad Al-Hussein, pour sa visite en République Centrafricaine. Sa visite a jeté davantage de lumière sur notre responsabilité commune de protéger les victimes les plus vulnérables de cette crise. Elle a permis d’appeler les Centrafricains à trouver une place dans leurs cœurs pour la réconciliation qui va contribuer à lutter contre l'impunité dans ce pays. Zeid, je me tiens à tes côtés et aux côtés des centrafricains.

 

Mais aujourd'hui, je suis à tes côtés pour dénoncer l’exploitation et des abus sexuels par les forces internationales, en particulier celles sous le commandement des Nations Unies  représentées par le drapeau derrière nous - un symbole de l'unité des nations pour protéger et promouvoir la dignité humaine.

 

Avec ce symbole comme source d’inspiration, je tiens à assurer chacun d'entre vous que j’ai pris la direction de la MINUSCA pour poursuivre nos efforts consentis en vue de la paix en République centrafricaine pour combattre avec la dernière énergie l'exploitation et les abus sexuels commis   par les forces de l'ONU dans ce pays.

 

Mettre fin à ce fléau que le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a qualifié de « cancer de notre système », doit nous inviter à l'honnêteté sur la portée et l'envergure du problème. Je voudrais être transparent sur l'ampleur des allégations et ce que l'ONU et ses contingents font pour s’assurer que la justice soit rendue dans chacun des cas.

 

Il y a actuellement, et je le regrette, quatorze cas d’allégations d'exploitation ou d'abus sexuels commis par le personnel de l'ONU en  République Centrafricaine qui ont été signalés à la MINUSCA. En le disant vous comprenez que ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Parmi ces 14 cas, 12 impliquent nos militaires, 1 porte sur des allégations contre notre police, et dans un cas l’identité de l'auteur est inconnue. Le premier cas nous a été signalé en décembre 2014; le dernier nous a été rapporté en août 2015. Chaque cas a été documenté et une mission d'enquêtes préliminaires a eu lieu pour préserver les preuves.

 

Pour les 12 allégations impliquant les troupes militaires de la MINUSCA, chaque pays contributeur de troupes a été informé et nous avons  demandé qu’une équipe nationale d’enquêteurs soit déployée. Pour six cas, les pays contributeurs de troupes ont mené des enquêtes. Dans deux cas, les enquêtes ont été menées par la mission car le pays contributeur de troupes n'a pas envoyé d’enquêteurs nationaux. Dans trois autres cas, les enquêtes conjointes, ONU et enquêteurs nationaux, sont en cours. Enfin, dans trois autres cas, notre Bureau des services de contrôle interne a entrepris une enquête préliminaire afin de préserver les preuves.

 

Je tiens à vous assurer que la MINUSCA considèrera, de concert avec les pays contributeurs de troupes qui sont sous le drapeau des Nations Unies, chaque allégation avec le plus grand sérieux, nous veillerons à ce que justice soit rendue. Même si je suis conscient que  chacun des auteurs présumés mérite le droit d'être considéré comme  innocent jusqu'à preuve du contraire, je suis ici aujourd'hui pour dire que les Nations Unies se mettent du côté des victimes.


Cela me brise le cœur de vous dire que 8 de ces 14 allégations sont des cas impliquant des mineurs de moins de 18 ans. En tant que fonctionnaire de l'ONU, en tant que père, j’ai du mal à dormir, sachant que les enfants que nous sommes censés protéger peuvent avoir été abusés. Permettez-moi de vous assurer que ces cas sont des crimes présumés et doivent être traités comme tels.

 

Au cas où les allégations de viols d'enfants seraient avérées, je crois en mon fort intérieur que la justice ne sera pas suffisante. L'UNICEF et son réseau de protection de l'enfance interviendront pour faire en sorte que ces enfants reçoivent une assistance médicale et psycho-sociale pour les aider à guérir de leurs blessures. Je crois aussi que nous devrions faire beaucoup plus dans notre obligation d’accompagner le processus de guérison de ces enfants.

 

Je voudrais que vous sachiez que j'ai porté ce problème à l'attention des autorités de la République Centrafricaine, au plus haut niveau elles reconnaissent la complexité du phénomène et conviennent de la nécessité de travailler ensemble pour le surmonter.

 

Les autorités nationales se joignent à moi pour reconnaître que les forces internationales, y compris celles qui sont sous le commandement des Nations Unies, se sont beaucoup données pour empêcher le pays de sombrer dans le chaos. Il est tout simplement déshonorant que les actes irresponsables portent une grave atteinte à l'image des forces internationales et ternissent la noble mission que nous menons dans ce pays.

 

Le Secrétaire général sollicite la collaboration sans équivoque des pays contributeurs  de troupes, qui détiennent l'autorité légale première de poursuivre les auteurs de ces crimes odieux, afin de mettre un terme à ce fléau une fois pour toutes. Les responsables de la Force, de la Police, et les civils, ont la responsabilité institutionnelle de veiller à ce que, ceux qui sont sous leur autorité se comportent dans le strict respect des normes éthiques les plus élevées.  Les pays contributeurs de troupes et de police ont l’obligation de poursuivre les contrevenants conformément à leurs lois nationales. Bien que l'accent soit mis sur la responsabilité individuelle pour éviter de stigmatiser l’ensemble  des pays contributeurs, le rapatriement des contingents ayant des déficiences persistantes et endémiques devrait être envisagé.


Je voudrais pouvoir vous dire que la situation s’améliore. Hélas, je suis consterné de voir que depuis mon arrivée le 20 août 2015, deux cas supplémentaires ont été signalés.

 

Nous ne pouvons pas simplement condamner ces actes et espérer qu'ils cesseront. Nous devons et nous allons mettre en place une action offensive et multiforme pour s’attaquer aux causes profondes de ces crimes. Je saisis cette occasion pour appeler la communauté internationale, la société civile, les média et les dirigeants de la RCA en partenariat avec la MINUSCA et la famille des Nations Unies, à envisager un programme de sensibilisation global de la société contre l'exploitation et les abus sexuels. Je demande également aux partenaires d’aider au développement de mécanismes d'information sur les allégations d’exploitation ou d'abus perpétrés par le personnel de la MINUSCA.

 

Il est également vrai que ces allégations en disent long sur les fragilités structurelles de la société centrafricaine marquée par de nombreuses années de conflit. Cette une société est vulnérable à la violence sexuelle suite à un traumatisme, aux crimes massifs et la déchirure du tissu social ainsi qu’à l’effondrement des mécanismes  de protection sociale. À cet égard, nous devons unir nos efforts pour faire face au phénomène persistant de la violence sexuelle dans ce pays qui est souvent le symptôme violent de maux plus profonds.

 

Je tiens à vous assurer que le Secrétaire général est personnellement consterné de voir ces allégations persister dans ce pays. En tant que son représentant, je ne ménagerais aucun effort et n’épargnerais pas de temps  pour aider à stabiliser ce pays fragilisé par la guerre et pour m’assurer que ces horribles crimes cessent.

 

Aujourd'hui, Je suis devant vous  en tant que père, frère de ce pays et  fils de cette sous-région au potentiel immense. Je vous assure que je ne saurais me reposer tant que la dernière allégation n’aura pas fait l’objet d’enquête rigoureuse jusqu'à ce que toutes les victimes reçoivent les soins adéquats, et jusqu'à ce que le drapeau de l'ONU soit lavé de cet opprobre.

 

Je vous invite instamment à vous joindre- à nous dans ce combat.  - Nous avons besoin de vous pour dire à tous  que l'ONU se dresse contre cette ignominie, qu’elle se bat contre elle au quotidien.  Nous ne connaitrons pas de repos  jusqu'à ce que justice soit rendue et que les abus prennent fin.

 

Déclaration à la presse du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies Parfait Onanga-Anyanga

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 15:05

 

 

 

http://www.lapresse.ca/  03 septembre 2015 à 09h19

 

Visé par une vaste enquête de la justice française sur le pillage de son pays, le fils adoptif du président du Congo-Brazzaville veut déménager ses affaires à Montréal, où il a déjà installé sa famille et une partie de sa fortune, a appris La Presse. Les autorités canadiennes aimeraient bloquer la venue de celui qu'elles soupçonnent d'être un véritable kleptocrate, mais elles viennent d'essuyer un revers devant la cour.

 

 «Il ne faut pas voir le mal partout!», a lancé Wilfrid Nguesso lorsque les agents d'immigration canadiens l'ont interrogé sur la fortune de sa famille, soupçonnée d'avoir pillé le Trésor public de la république du Congo (communément appelée Congo-Brazzaville), l'un des pays les plus pauvres du monde, pour financer une orgie de dépenses de luxe.

 

Les agents n'ont pas été convaincus par l'homme d'affaires qui s'est présenté à l'entrevue paré d'une montre Rolex en or massif au cadran cerclé de diamants, et qui leur ricanait au visage lorsqu'ils lui posaient des questions sur ses investissements au Québec, selon les notes d'interrogatoire retracées par La Presse dans les archives de la Cour fédérale.

 

Si Wilfrid Nguesso était interrogé par les fonctionnaires de l'ambassade canadienne à Paris, ce jour de septembre 2012, c'est parce qu'il cherche depuis des années à immigrer à Montréal et y déménager ses affaires. En France, où il est présentement résident permanent, l'air commence à être irrespirable pour lui.

 

Wilfrid Nguesso est le neveu et le fils adoptif du président Denis Sassou-Nguesso, homme fort qui a dirigé le Congo-Brazzaville sous un régime de parti unique de 1979 à 1992, puis est revenu au pouvoir par la force au terme d'une guerre civile en 1997. Il a depuis remporté deux élections très contestées.

 

En France, la famille Nguesso est visée par une enquête judiciaire surnommée l'affaire des «biens mal acquis», qui fait la manchette depuis des années.

 

Plainte d'ONG

 

Ce sont des organisations non gouvernementales (ONG) anticorruption qui ont porté plainte à la justice française contre les familles de trois chefs d'État africains, dont Denis Sassou-Nguesso. Des juges d'instruction épaulés de policiers enquêtent sur des soupçons de «détournement de fonds publics», «blanchiment» et «abus de biens sociaux et de confiance». Les familles visées sont soupçonnées d'avoir détourné les fonds publics des pays qu'ils contrôlent pour accumuler des fortunes colossales en France.

 

Plusieurs perquisitions ont déjà eu lieu. Selon le magazine en ligne français Mediapart, qui a eu accès à des documents de l'enquête, les policiers auraient retrouvé l'équivalent de 11,5 millions de dollars canadiens dilapidés par la famille Nguesso dans les boutiques de luxe parisiennes.

 

Une enquête préliminaire avait déjà identifié 4 appartements, 112 comptes bancaires et des voitures de luxe qui appartenaient à la famille, en France seulement.

 

Pendant ce temps, la Banque mondiale estime que près de la moitié de la population congolaise vit sous le seuil de la pauvreté. Le pays est au 142e rang sur 187 États dans le classement mondial de l'indice de développement humain. En 2011, le quart de la population n'avait pas accès à l'eau potable, selon le Programme des Nations unies pour le développement.

 

L'affaire des «biens mal acquis» pourrait mener à des saisies d'actifs par les autorités françaises dans le but de les redistribuer aux populations flouées. C'est ce que visent les plaignants.

 

C'est dans ce contexte que la demande de Wilfrid Nguesso pour immigrer au Canada a été étudiée par les autorités canadiennes.

 

Résidence luxueuse à Mont-Royal

 

M. Nguesso a présenté sa demande de résidence permanente le 27 décembre 2006, peu avant le dépôt d'une première plainte d'ONG anticorruption en France. À cette époque, sa famille venait de s'établir à Mont-Royal, où elle occupe toujours aujourd'hui une luxueuse demeure bardée de caméras de surveillance. La maison, achetée pour 840 000$ sans hypothèque en 2007, a été rénovée au coût déclaré de 220 000$ en 2011, selon les registres municipaux.

 

La conjointe de M. Nguesso, Claudia, est citoyenne canadienne et pasteure évangéliste. Les six enfants du couple sont citoyens canadiens et plusieurs d'entre eux fréquentent une école française à Montréal. Pendant l'étude de sa demande d'immigration, le fils du président visitait ses proches une fois par mois. Il a même fondé à Montréal une filiale de son entreprise, Socotram, qui ne semble pas avoir été très active. Son épouse et lui ont ouvert des comptes bancaires canadiens où au moins 1,2 million de dollars ont été transférés à partir de l'Europe, selon des documents de cour déposés par Citoyenneté et Immigration Canada et consultés par La Presse. Il a dit avoir confiance de pouvoir continuer son travail de PDG après avoir immigré.

 

Dès le dépôt de sa demande en 2006, Citoyenneté et Immigration Canada a entrepris une enquête approfondie sur ses finances et sa possible implication dans des détournements de fonds. L'enquête allait durer sept ans. Elle s'est concentrée en grande partie sur Socotram, l'entreprise dont Wilfrid Nguesso est le PDG.

 

Socotram est détenue à 45% par l'État congolais et à 55% par des intérêts privés. Le Congo-Brazzaville lui a délégué le droit de percevoir des droits de trafic maritime de plusieurs millions par année sur les chargements de pétrole qui quittent le pays par bateau.

 

Les fonctionnaires canadiens ont constaté que le traitement du PDG semblait «sans lien avec la réalité de [ses] activités professionnelles». Ainsi, il aurait bénéficié:

 

·         D'un salaire annuel de 3 millions de dollars.

 

·         De plusieurs logements de fonction, dont sa maison au Canada et un appartement de luxe à Paris pour lequel la société paie un loyer... à lui-même, car il en est aussi le propriétaire.

·         D'une prise en charge des frais d'éducation de ses enfants.

·         De véhicules de luxe dans différents pays.

·         De la possibilité de transférer des fonds de la société à lui-même s'il en a besoin.

 

M. Nguesso a affirmé en interrogatoire que l'actionnaire privé de Socotram était le consultant en fiscalité d'Outremont Stéphane Saintonge, condamné à 840 000$ d'amende pour fraude fiscale en 2012 (son avocate n'a pas rappelé La Presse).

 

Une «organisation criminelle»

 

Les fonctionnaires ont jugé impossible que M. Saintonge soit le propriétaire de Socotram. Ils croient que derrière des sociétés-écrans, le véritable propriétaire est Wilfrid Nguesso, qui a pris le contrôle de la collecte des droits maritimes congolais en collaboration avec sa famille «dans un but d'enrichissement personnel».

 

Le verdict est tombé en décembre 2013: les autorités canadiennes ont déclaré M. Nguesso interdit de territoire au Canada, car il y avait des motifs raisonnables de croire qu'il est membre d'une «organisation criminelle» qui s'est livrée à des activités de criminalité organisée en détournant les fonds de la Socotram. À partir de ce moment, M. Nguesso s'est vu interdire de visiter ses proches à Montréal. Mais il a contesté la décision des fonctionnaires devant la Cour fédérale.

 

En juillet dernier, une juge lui a donné partiellement raison. Elle a annulé le refus de résidence permanente sous prétexte que les fonctionnaires ont été injustes de deux façons avec le demandeur: ils n'ont pas identifié précisément l'organisation criminelle dont il est soupçonné de faire partie et ils n'ont pas identifié de crimes dans le Code criminel canadien qui correspondraient aux infractions dont il est soupçonné en France.

 

Le dossier a donc été retourné aux fonctionnaires pour qu'ils refassent leurs devoirs. On ignore à quelle date ils rendront une nouvelle décision sur la demande d'immigration. Lorsque ce sera fait, M. Nguesso pourra à nouveau la contester s'il croit encore avoir été floué dans ses droits.

 

D'ici là, M. Nguesso ne peut toujours pas mettre le pied au Canada. Son avocate n'a pas rappelé La Presse. Personne n'a répondu lorsque nous avons tenté de joindre sa conjointe à Mont-Royal.

 

 

 

(La maison de Wilfrid Nguesso à Mont-Royal, est évaluée à 1,2 million de dollars. Sa famille y réside, mais lui-même n'a plus le droit d'entrer au Canada, car les autorités considèrent qu'il est membre d'une organisation criminelle.)

Lu pour vous : Le fils du président du Congo-Brazzaville tente de s'établir à Montréal
Lu pour vous : Le fils du président du Congo-Brazzaville tente de s'établir à Montréal

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 14:40
Centrafrique : la filière du diamant reste sous surveillance

 

 

 

Par Martin Mateso@GeopolisFTV  04/09/2015 à 12H01, mis à jour le 04/09/2015 à 12H01

 

Les diamants centrafricains sont de retour sur le marché international. Le gouvernement a obtenu une levée partielle de l'embargo sur ses pierres précieuses. Mais la filière reste sous surveillance en raison du trafic illégal des diamants de la guerre qui se poursuit au profit des chefs rebelles.


Des pierres précieuses d’une qualité rare, prisées pour leur utilisation dans les bijoux et les montres. Les experts classent le diamant centrafricain parmi les cinq premiers au monde. Mais de nombreux Centrafricains maudissent cette richesse qu’ils considèrent comme responsable de leur malheur.


Comme l’indique International Crisis Group, «la RCA est un Etat qui a longtemps cessé d’exister. Et le diamant y est pour quelque chose.» 


La malédiction du diamant

                
En effet, les mines de diamants ont été au cœur des affrontements qui opposent depuis plus de deux ans les milices Seleka (musulmans) et les anti-balaka (chrétiens). Deux groupes armés rivaux qui ont mis le pays à feu et à sang.
 
C’est pour empêcher que l’argent de ce minerai ne serve à alimenter les violences que les inspecteurs du processus de Kimberley avaient suspendu la vente du diamant centrafricain sur les marchés mondiaux.

 
«En vérité, le diamant nous a rendus plus malheureux qu’heureux», déplore Maxime Kazagui, représentant du gouvernement centrafricain aux négociations du processus de Kimberley.  

 

Le processus de Kimberley

 

Le processus de Kimberley a été mis en place par les pays producteurs de diamants d’Afrique australe réunis dans la ville sud-africaine de Kimberley en mai 2000. Ils voulaient mettre un terme au commerce des «diamants de la guerre» qui financent les activités des mouvements rebelles violents.

 
C’est cette organisation qui a autorisé en juin 2015 le gouvernement centrafricain à vendre à l’étranger une partie de ses diamants. Ceux produits dans les zones de l’Ouest, considérées comme zones vertes placées sous son contrôle. La mesure ne concerne pas les diamants des autres régions du pays.


«Le processus de Kimberley pense que dans les zones qui ne sont pas sous contrôle de l’Etat, où l’administration est inexistante et où les armes circulent, les diamants sont vendus pour entretenir les conflits et les rébellions», explique Joseph Agbo, le ministre centrafricain en charge des Mines et de la géologie.

 

Si cette levée partielle de l’embargo va pouvoir assurer quelques recettes d’exportation au gouvernement, elle ne représente qu’une goutte d’eau par rapport aux sommes générées par les réseaux d’exportation illégale.

 

La vente frauduleuse se poursuit

 

Selon la BBC, le Cameroun serait devenu la terre d’accueil de la plupart des collectionneurs musulmans de diamants qui ont fui la Centrafrique. En novembre 2014, l’ONU estimait à 140.000 carats les diamants exportés illégalement depuis l’entrée en vigueur des sanctions imposées à Bangui en mai 2013. C’est l’équivalent de 24 millions de dollars en 18 mois. «Plus la suspension persiste, plus les vautours sont en train de s’installer en Centrafrique pour détourner nos ressources», déplore Victorien Koyandakpa, exportateur de diamant basé à Bangui au micro de La voix de l’Amérique.

 
L’industrie du diamant fournit normalement 51% des recettes d’exportation de la Centrafrique. L’on comprend pourquoi les autorités de Bangui veulent obtenir la levée totale de l’embargo qui frappe ses pierres précieuses.

 
Une perspective pas du tout rassurante pour l’organisation internationale Crisis Group. «Ce n’est pas en partageant les bénéfices du commerce des diamants entre les seigneurs de guerre et l’Etat centrafricain qu’on va stabiliser l’économie», note Thierry Vircoulon en charge de la RCA au sein de cette ONG.

 
Pour lui, la reprise du commerce va favoriser les «seigneurs de guerre» qui tiennent les zones de production. Il faut, dit-il, stopper d’abord la contrebande de diamants avant d’envisager la levée totale des sanctions imposées par le processus de Kimberley.

 

 

Centrafrique : le trafic de « diamants de sang » en pompe avec le Cameroun

 

04/09/15 (Agence d'information d'Afrique centrale)

 

Dans un rapport transmis cette semaine au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU), un groupe d’experts onusiens dénonce l’accroissement du commerce illicite entre des groupes armés centrafricains et des trafiquants à destination du Cameroun voisin.

 

Le rapport encore confidentiel du groupe d’experts de l’ONU, épingle également des trafiquants venus du Tchad. Cependant, les experts internationaux ne parviennent pas encore à établir les responsabilités notamment celles des autorités camerounaises et tchadiennes. « 140.000 carats des diamants, d’une valeur de 24 millions de dollars, ont été clandestinement emmenés hors du pays depuis l’interdiction, en 2013, de l’exportation des diamants bruts », a indiqué le rapport.

 

Si les différentes négociations de paix inter-centrafricaines n’arrivent pas à mettre un terme au conflit qui a pris une dimension intercommunautaire, le document pointe du doigt l’ampleur du trafic des « diamants du sang ». Les experts proposent, à cet effet, que le Conseil de sécurité de l’ONU exhorte les dirigeants de la transition à suspendre le commerce des diamants centrafricains.

 

Depuis mai 2013, l’exportation des diamants d’origine centrafricaine, a été interdite par le Processus de Kimberley qui veille sur les exportations des minerais au niveau international. Pourtant à l’est du pays, notamment dans les villes de Bakouma et Bria, le commerce s’est accentué. Mais depuis l’embargo international, cette partie de la RCA tourne au ralenti, renvoyant plusieurs milliers de personnes en chômage.

 

Fiacre Kombo

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 14:38
Centrafrique : un autre soldat français soupçonné

 

 

 

GENÈVE 04/09/15 (The Associated Press) – Un autre soldat français est soupçonné d’avoir agressé sexuellement une adolescente en République centrafricaine.

 

L’armée française est déjà ébranlée par des allégations selon lesquelles des soldats ont agressé des enfants n’ayant parfois que neuf ans, en leur offrant de l’eau ou des friandises en retour de services sexuels.

 

L’affaire a éclaté au grand jour en avril dans les pages du quotidien britannique The Guardian, même si les autorités françaises étaient au courant depuis l’été dernier. Aucune accusation n’a encore été déposée.

 

Lors d’un déplacement en République centrafricaine jeudi, le Haut commissaire de l’ONU pour les droits de la personne, Zeid Ra’ad Al Hussein, a indiqué que la plus récente victime présumée aurait été agressée il y a environ un an. Elle a accouché d’un enfant en avril et a déposé une réclamation de paternité auprès des autorités locales.

 

La France a déployé des soldats en République centrafricaine en décembre 2013, après une éruption de violence sectaire entre chrétiens et musulmans. Une mission onusienne de maintien de la paix a aussi été déployée depuis.

 

Ces Casques bleus font maintenant l’objet de plus d’une dizaine d’allégations d’agressions sexuelles. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a pris le mois dernier une mesure sans précédent en congédiant le chef de la mission.

 

«Nous devons tout simplement trouver comment empêcher que des actes aussi odieux soient commis où que ce soit par des soldats qui sont sensés protéger des populations vulnérables», a dit M. Zeid.

 

Il a ajouté que les autorités françaises ont été informées de la situation et que les pays qui contribuent des soldats aux missions onusiennes ont l’obligation d’enquêter rapidement sur de telles allégations.

 

 

Nouvelle affaire de viol en RCA: la France promet la transparence

 

Par RFI  04-09-2015 à 11:53

 

L'armée française est une nouvelle fois au cœur d’un scandale de viols en Centrafrique. Les Nations unies ont rendu publiques des allégations d'abus sexuels sur une jeune fille par un soldat de la force française Sangaris. Le ministère français de la Défense assure que toute la vérité sera faite.

 

Pierre Bayle, le porte-parole du ministère français de la Défense, l’assure désormais, l’armée française prend au sérieux les nouvelles accusations de viols envers un soldat de la force Sangaris déployée en Centrafrique : « Nous avons été informés oralement, avant-hier à New York, par les autorités de l’ONU. Ça a été transmis à Paris aux autorités politiques. Le ministre a immédiatement décidé d’une enquête de commandement et, en vertu de l’article 40, il va saisir le procureur de la République dès qu’il aura un peu plus d’éléments. »

 

Et les autorités françaises l'assurent, c'est la justice pénale qui devrait prendre en charge ce dossier : « Nous n’avons rien de plus que ce qui figure dans le communiqué du haut commissaire aux droits de l’homme. Mais bien entendu, la justice sera saisie. Et en pareil cas, c’est la justice qui sera saisie qui sera souveraine, il n’y a pas de justice militaire spécifique, il y a un code de procédure pénale pour tout le monde et nous serons totalement transparents », promet Pierre Bayle.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 23:04

 

 

      

APA-Bangui (Centrafrique) 2015-09-03 14:46:43 - Le gouvernement centrafricain a demandé à l’Autorité nationale des élections (ANE) de publier un nouveau calendrier électoral, a annoncé, jeudi à Bangui, le ministre centrafricain de la Sécurité publique, porte-parole du gouvernement, M. Dominique Said Panguindji au cours d’une rencontre avec la presse.


Selon le ministre de la Sécurité publique, le calendrier électoral en cours n'est plus tenable compte tenu des difficultés que rencontre le processus électoral

Selon ce calendrier électoral, un referendum constitutionnel devait être organisé le 4 octobre, soit 14 jours avant le premier tour des élections législatives et présidentielles prévues le 18 octobre et le second tour le 2 novembre.


Ce calendrier électoral ne peut être respecté du fait de l'enrôlement des électeurs qui se poursuit encore dans certaines régions du pays, de l'insécurité qui règne également dans ces mêmes régions et parce que l'ANE n'a pas encore bouclé le budget des élections, a expliqué M. Said Panguindji.


Le gouvernement centrafricain a demandé à l'ANE de revoir les dates des élections et de proposer un nouveau calendrier électoral qui tienne compte de la fin de la transition fixée par la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) à fin décembre 2015, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Un nouveau calendrier devrait permettre une organisation sereine des élections, a-t-il conclu.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=832842#sthash.bRMNc41F.dpuf

Centrafrique : Le gouvernement demande un nouveau calendrier électoral

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 18:47

 

 

 

02/09/2015 17:45 (RV) Un nouveau prix pour l’archevêque de Bangui, en République centrafricaine, Mgr Dieudonné Nzapalainga  et l'imam la grande mosquée de la ville, le cheikh Kobine Layama.

 

Déjà récompensés à Genève le mois dernier du prix des droits de l’homme de l'ONU, ils ont reçu le 1er septembre, à Aix-la-Chapelle, au nord de l’Allemagne, le Prix 2015 pour la Paix d'Aix-la-Chapelle.

 

Mgr Nzapalainga et l'imam Layama ont été distingués pour leur œuvre au quotidien, à faire dialoguer les religions, afin de mettre un terme à la guerre civile en Centrafrique qui dure depuis deux ans. Outre les deux leaders religieux centrafricains, un groupe d'étudiants africains d'Oujda, au Maroc, a aussi été récompensé pour son aide aux migrants.

Un nouveau prix pour la paix pour l'archevêque et l'imam de Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com