Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 00:40

 

 

 

APA Bangui (Centrafrique) 2015-04-24 20:06:28 Trente journalistes centrafricains reçoivent à Bangui, depuis quelques jours, une formation sur l’organisation et le fonctionnement de la Cour pénale internationale (CPI) dans le monde en général et en Centrafrique en particulier.

 

Initiée par le bureau centrafricain de la CPI à  Bangui, cette formation a pour but de donner aux journalistes les outils et les informations utiles devant leur permettant de rédiger des papiers cohérents sur la CPI et certaines cours pénales spéciales à  travers le monde.


"Nous avons remarqué que les papiers sur la CPI n'étaient pas bien écrits. C'est pourquoi nous avons lancé cette série de formation que nous avons déjà  dispensée à  certains journalistes, pour les aider à  mettre un bon contenu dans leurs articles s'ils abordent les sujets sur la cour", a expliqué, Gervais Opportun Bodaga à, membre du bureau centrafricain de la CPI à  Bangui, ouvert en 2005, lors de l'affaire Jean Pierre Bemba, le président du Mouvement de libération du Congo (MLC) détenu à  la Haye (Pays-Bas) depuis le 3 juillet 2008.


Bemba avait été arrêté à  Bruxelles (Belgique), le 24 mai 2008, à  la suite d'un mandat de la CPI qui le poursuivait pour crimes sexuels, crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis lors des incursions de ses troupes en République centrafricaine, du 25 octobre 2002 au 15 mars 2003.


Le bureau centrafricain de la CPI a des contacts réguliers avec les journalistes centrafricains pour leur faire le point de l'évolution du procès Bemba, dont des séquences sont parfois diffusées dans les médias nationaux.


Cette formation des journalistes est d'autant plus nécessaire que la Centrafrique vient de se doter d'une cour pénale spéciale.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=822530#sthash.hFaZdAhx.dpuf

 

Trente journalistes centrafricains à l’école de la CPI

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 00:02

 

 

 

Les pourparlers de Bangui que d’aucuns présentent comme LA panacée à la sortie de crise dans laquelle le pays s’est englué depuis bientôt trois ans est mal parti dans le sens que la solution concoctée n’est qu’un funeste festin offert aux vautours politiques dont la seule vocation est la perpétuation du pillage des ressources que les pays amis continuent d’injecter pour réanimer la Centrafrique agonisante.

 

Le forum de Bangui est tellement mal parti qu’il suscite déjà l’appétit vorace de ceux qui militent pour le maintien de la léthargie transitoire d’une part et d’autre part ceux qui revendiquent, à hue et à dia, le partage du gâteau sur le modèle du Conseil National Politique Provisoire de la République (CNPPR) qui, en son temps, n’avait engendré dans sa suite que ruines et larmes.

 

Pour ne pas jeter l’eau du bain avec le bébé, nous disons que l’idée d’un forum permettant à tous ceux qui, par action ou par omission, avaient contribué à l’instauration du présent chao, de s’expliquer pour permettre l’édification du plus grand nombre, forcerait le respect et l’admiration si une telle initiative est douée de désintérêt. Hélas… 

 

A la lumière de ce qui se passe, nous pouvons affirmer, sans le risque de nous tromper, que les germes de l’échec dudit forum se trouvent, malheureusement, dans les mécanismes du pilotage à vue dont l’exécutif transitoire se fait champion. Ceci est d’autant plus vrai que l’absence d’une thématique explicite se fait assourdissante.

 

D’aucuns ignorent que les véritables protagonistes de la crise actuelle sont la coalition SELEKA d’une part, et les milices Anti-Balaka d’autre part sans oublier tous les intellectuels et hommes politiques centrafricains qui étaient dans l’un ou l’autre groupe.

 

Vouloir organiser un forum aujourd’hui sur la crise Centrafricaine en excluant François BOZIZE YANGOUVOUNDA et Michel DJOTODIA AM-NONDROKO et certaines personnalités qui détiennent une parcelle de vérité sur cette crise est, à mon avis, une fuite en avant qui consiste à museler la vérité sur les véritables commanditaires intellectuels et politiques qui se camouflent derrière les groupes de pression pour empêcher le triomphe de la vérité. 

 

Si nous voulons un forum de vérité, prélude à une élection démocratique et apaisée, ledit forum doit être inclusif ainsi l’exécutif doit prendre ses responsabilités en favorisant la participation physique de la majorité des protagonistes y compris celle des anciens Chefs de l’Etat que sont Messieurs DJOTODIA et BOZIZE.

 

Cette décision pourrait corriger les tâtonnements de ce dernier temps qui mettent en exergue l’amateurisme et l’absence de maturité politique qui caractérisent l’entourage politique de la Cheffe de l’Etat de transition qui, usant de subterfuge, se cache avec difficulté derrière une prétendue sanction des Nations-Unies à l’encontre des sieurs BOZIZE et DJOTODIA, pour ainsi dire, empêcher la participation de ces derniers audit forum alors que les susnommés sont toujours entre deux avions entre Brazzaville, Yaoundé, Cotonou, Nairobi, Ndjamena, Kinshasa et Ouganda pour ne citer que ces quelques capitales Africaines sans être inquiétés par les Nations-Unies en question qui s’y trouvent en mission de maintien de la paix comme en RCA.  

 

On ne le dirait jamais assez que le refus à participer au forum opposé aux principaux responsables de la crise Centrafricaine, couve en lui-même les germes de la recrudescence de violence dont l’amateurisme politique qui fait école dans le cercle du conseil de la Cheffe de l’Etat de transition en Centrafrique est loin de soupçonner l’étendue.

 

Ainsi, nous osons espérer que l’accord ou le refus à participer opposé aux sieurs BOZIZE et DJOTODIA au forum de Bangui fera l’objet d’une décision autonome de l’exécutif transitoire et non d’une injonction, infantilisante, venue de l’extérieur attestant de fait que les dirigeants transitoires sont dirigés ce qui est loin d’être honorable pour nous Centrafricain sans exclusif.

 

Si les sieurs BOZIZE et DJOTODIA ne prennent pas, physiquement, part à ce forum, inutile de vous dire que ledit forum ne sera que digne d’être jeté à la poubelle de l’histoire car affirmer que sans BOZIZE et DJOTODIA le forum sera un échec relèverait, de fait, d’une réelle tautologie

 

Le 23 Avril 2015

 

                                                          Léopold-Narcisse BARA 

Tribune libre : POURQUOI LE FORUM DE BANGUI RISQUE DE CONNAITRE UN ECHEC par Léopold-Narcisse BARA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 23:57

 

 

LE COLLECTIF DE LA POLICE CENTRAFRICAINE

 

COMMUNIQUE DE PRESSE N°002

 

Depuis le 11 Avril 2015 à ce jour, la Police observe un mouvement de colère pour réclamer du Gouvernement le rétablissement dans ses droits longtemps bafoués, entre autres :

 

  • La signature du Projet de Décret d’Application de la Loi N°08.016 du 20 mai 2008 portant Statut Spécial de la Police Centrafricaine ;

 

  • Le départ sans condition des Fonctionnaires non Policiers nommés à des postes de responsabilité en violation de l’article 3 de la Loi susvisée ;

 

Malheureusement, le Gouvernement ne cesse de démontrer sa mauvaise foi en vue de trouver une solution à nos revendications.

 

Pour preuve, l’Arrêté N°        du 23 Avril 2015 de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, désignant les membres de la  Commission Sécurité au sein de  la Commission Technique Préparatoire du Forum Inter centrafricains de Bangui, prévu du 04 au 11 mai 2015, aucun policier n’en fait partie.

 

En tout état de cause, les fonctionnaires non policiers du département de la sécurité désignés, ne représentent pas la police dans ladite commission.

 

Face à cette situation, le collectif prend à témoin l’opinion nationale et internationale.

 

Fait à Bangui, le 24 avril 2015

 

Le collectif

COMMUNIQUE DE PRESSE N°002 du COLLECTIF DE LA POLICE CENTRAFRICAINE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 18:59

 

 

 

Par blastingnews.com - 24/04/2015

 

La ville de Batouri, située à moins de 150 km de la frontière centrafricaine et à 90 km du chef- lieu de la région de l'Est-Cameroun doit trouver des ressources pour 250.000 personnes aujourd'hui

 

 250 000 personnes. Voilà désormais le nombre d'habitants que la ville de Batouri, située à moins de 150 km de la frontière centrafricaine et à 90 km du chef- lieu de la région de l'Est-Cameroun doit gérer. Depuis l'éclatement de la crise politique en République centrafricaine, des affrontements inter-communautaires entre Anti-balaka et ex-séléka ont entraîné un afflux massif de réfugiés vers le Cameroun voisin et plus particulièrement dans le département de la Kadey. Dans ce département peuplé par environ 200 000 habitants, plus de 50 000 hommes, femmes et enfants, fuyant la guerre, sont venus s'ajouter. 10 000 personnes à Bilé, 13 000 à Tolo, 20 000 à Gado, et 8 000 réfugiés à Timangolo.


Cette surpopulation brusque a eu des effets sur Batouri, chef-lieu du département de la Kadey, et pivot du ravitaillement en produits alimentaires, médicaux etc. Augmentation du prix des produits alimentaires et manufacturés, fait de Batouri une ville aussi chère que Yaoundé.

 

Les ONGs rafflent tout

 

Selon Laure Tchuidjan, employée dans un établissement de microfinance à Batouri: «Avant l'arrivée des refugiés, l'approvisionnement était aisé. Les cultivateurs notamment pour les vivres frais ont baissé les prix. Avant on pouvait avoir un seau de 5 litres de macabo au prix de 500 francs Cfa mais à présent, c'est la quantité divisée par trois qui est vendue à ce prix. Un poulet s'achetait à 2000 francs, mais aujourd'hui avoir le même poulet au prix de 8000 francs cfa relève d'un exploit. C'est pareil pour un régime de banane plantain», s'indigne t-elle.


Gwladys Ngansop Fanmegne, infirmière à Action Contre la Faim - Paris, Batouri est devenu au fil des mois, la plaque tournante entre, l'Est-Cameroun et la Centrafrique. «Avec l'arrivée des ONG comme MSF (Médecins sans Frontières), la Croix Rouge, ACF (Action Contre la Faim), le HCR (Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, etc, la population des humanitaires est assez importante et donc les besoins aussi. La concurrence suscite la flambée des prix constatée. Les choses n'ont pas toujours été ainsi à Batouri».


Effectuant de grosses commandes et n'ayant pas le temps de négocier une revue des prix à la baisse, les ONG attirent les gros producteurs. René, l'un des plus grands producteurs de volaille de la ville, fait partie de ceux qui ont abandonné les étals des marchés pour les magasins des ONG. «Par le passé, je recevais des commandes de manière sporadique. Avec le temps, le montant des commandes a augmenté. Aujourd'hui, je ne livre plus qu'aux ONG, qui approvisionnent les camps de réfugiés», nous explique-t-il.


Ce marché prospère des denrées destinées aux camps de réfugiés, alimente désormais des idées expansionnistes d'autres fermiers locaux. Ibrahim, originaire de l'Ouest-Cameroun, s'est installé à Batouri il y a dix mois, et s'est spécialisé dans la culture de la tomate. « La hausse des prix des denrées de premières nécessités liée au flux des réfugiés centrafricains est une manne venue du ciel. Mes bénéfices ont presque triplé. J'entends étendre ma surface utile lors de la prochaine saison de culture », projette-t-il.

L'afflux des réfugiés centrafricains provoque l'inflation des prix à Batouri

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 16:13

 

 

Centrafrique/Bozoum : Les cas de braquages se multiplient sur l’axe Bozoum-Bocaranga
 

Bozoum, 24 Avril 2015(RJDH)--La recrudescence des cas de braquage est signalée ces derniers temps sur l’axe Bozoum-Bocaranga. Un groupe de jeunes en motos a été attaqué le lundi 20 Avril dernier par une équipe d’hommes armés au village Bogali situé à 40 kilomètres de la ville de Bozoum.

 

D’après les témoignages recueillis auprès des victimes, « ces hommes ont ouvert le feu sur le convoi avec des armes de marque artisanale pour créer des paniques au sein de leur convoi » a confié au RJDH un témoin de l’évènement.

 

Selon la même source, ces conducteurs de moto au nombre de sept ont pris fuite dans la brousse, abandonnant ainsi leurs motos, c’est ainsi que les malfrats ont réussi à récupérer  deux  de leurs motos.

 

« Quelques temps après le départ des malfrats, les conducteurs de ces motos sont sortis dans la brousse pour récupérer les cinq motos restant afin de continuer leur trajet sur Bocaranga» a indiqué une autorité locale qui a requis l’anonymat.

 

«Informés de la situation, les quelques éléments des Anti-Balaka de la ville de Bozoum ont poursuivi ces hommes armés qui ont réussi à s’échapper » a expliqué au RJDH une autre autorité locale.

 

Les axes Bozoum et Bocaranga font partie des localités où les cas de braquage à main armée se multiplient jour en jour./

 

Alban Junior Namkomona.

 

 

Centrafrique/Bema : Bras de fer entre ex-séléka Goula et Peulhs inquiète la population


 

Bema, 24 avril 2015(RJDH)  --Il y a mésentente entre deux groupes des ex-séléka basés dans la ville de Bema. Les goula refusent de céder les barrières aux peulhs qui le réclament. Cette situation inquiète la population qui demande au gouvernement de prendre des dispositions pour sécuriser la zone.

 

Selon Kaleb Asombi et Oulounga Romain tous commerçants revenant du marché de Bema dans la commune de Gbatinga à Ouango-Bangassou et interrogés par le RJDH, la population de cette ville est inquiète à cause de la tension entre les deux groupes ex-Séléka.

 

 « La paix est loin de revenir dans la ville de Bema malgré les pourparlers  avec une mission qui a séjourné dans la ville le 30 mars dernier pour résoudre le problème. Il n’ ya aucun changement ».

 

Les ex-séléka peulhs ont érigé d’autres barrières illégales avec tous les contrôles « ils font payer les gens au nom de la police, des taxes des eaux et forets, phytosanitaire, douane… » a confié une source dans la région. De sources bien informées, cette situation empêche les commerçants de ravitailler la ville en produits de premières nécessités.

 

La population interrogée, demande le retour de l’autorité de l’Etat dans cette partie de la Centrafrique.

 

Depuis la libération des bâtiments administratifs de Bria, plusieurs combattants Séléka ont regagné la ville de Béma où ils ont installé leurs bases. Aujourd’hui, les peulhs et les Goula tous ex-Séléka se battent pour contrôler les barrières leurs seule source de revenus./

 

Victor Bakongo Komas 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 16:05

 

 


Bangui, 24 avril 2015 (RJDH) — Un autre accord dit d’engagement a été signé entre les groupes politico-militaires et le gouvernement le 23 avril à Bangui. Dans ce document, les groupes armés se sont engagées à observer la cessation des hostilités et le gouvernement a pris l’engagement de prendre en charge les ex-combattants.

 

La colonne vertébrale du document signé, est l’accord de cessation des hostilités de Brazzaville. Cinq lignes de conduite à respecter ont été énumérées. Parme ces lignes, il y a le désir de contribuer activement au retour à la paix durable en Centrafrique,  la volonté au dialogue et à la réconciliation nationale afin de contribuer à un climat de confiance et l’esprit d’apaisement en vue de la recherche des solutions à la sortie de crise en Centrafrique.

 

Les groupes se disent conscients des efforts déployés par le gouvernement et les partenaires de Centrafrique, pour la sortie de crise afin d’organiser les élections libres et transparentes, en vue de la mise en place des institutions stables et s’engager résolument sur la voie d’un développement durable.

 

Ils ont décidé de prendre part aux assises du forum de Bangui, dans un esprit de dialogue fraternel et de respect mutuel. « Nous sommes disposés à discuter sans exclusivité, toutes les questions relatives à la paix, à la sécurité, à la gouvernance, à la justice, à la réconciliation et à la lutte contre l’impunité », précise le document.

 

Ils ont ajouté qu’ils sont prêts à discuter pour ressortir les causes profondes qui alimentent les cycles persistants de rebellions et de la violence dans le pays.

 

Ces groupes-militaro-politiques ont également fait savoir qu’ils sont convaincus que le Forum de Bangui prendra en considération les attentes des communautés à la base et adoptera les mesures adéquates tout en prenant en compte la réalité des différentes localités du pays dans leurs aspirations au développement et à la sécurité.

 

Des engagements

 

Ces groupes politiques ont réaffirmé leur engagement pour la mise en œuvre dans son intégrité l’accord de Brazzaville signé le 23 juillet 2014, qui consiste à la cessation des hostilités. Ils se sont convenus de prendre en compte les conclusions des réunions du Groupe International de Contact sur la Centrafrique (GIC-RCA), et la libération immédiate des enfants enrôlés par les groupes armés afin de permettre la libre circulation des humanitaires œuvrant en faveur des enfants, d’accéder aux zones qui sont sous leur contrôle, afin de vérifier la présence des enfants.

 

Ils sont résolus à prendre part au Forum de Bangui dans un esprit de tolérance et de confiance mutuelle en vue d’adopter des accords dans l’intérêt supérieur de la nation centrafricaine.

 

Ils ont décidé de poursuivre dans la sérénité en conformité avec l’article 4 de l’accord de cessation des hostilités, signé à Brazzaville le 23 juillet 2014, les échanges sur les questions relatives à la réforme du secteur de sécurité (RSS), du DDR, qui seront présentés au Forum de Bangui.

 

Il est demandé au gouvernement  prendre en charge les ex-combattants regroupés. Le gouvernement  a le devoir de mettre en place un comité de vérification de suivi et d’évaluation de l’après-forum.

 

Les signataires de cet accord d’engagement sont le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), l’Union des forces républicaines fondamentales (UFRF), le Mouvement des libérateurs Centrafricains pour la justice (MLCJ), la coordination des Anti-Balaka, la révolution et justice (RJ), Le Rassemblement Patriotique pour le Renouveau en Centrafrique (RPRC), La Séléka rénovée (SR), Le Front Démocratique pour le Progrès de la Centrafrique (FDPC), L’Unité du Peuple Centrafricain (UPC) et l’l’Union des forces Républicaines (UFR). Le gouvernement était représenté par le premier ministre Mahamat Kamoun.

 

Cet accord d’engagement est paraphé entre les groupes armés et le gouvernement après celui de Nairobi signé le 22 janvier 2015 entre certains leaders des Antibalaka et ceux de l’ex-Séléka./

 

Auguste Bati-Kalamet

 

 

Forum de Bangui : les groupes armés dans un même esprit pour le forum de Bangui

 

http://www.radiondekeluka.org  vendredi 24 avril 2015 12:59

 

Neuf groupes politico-militaires sur dix ont signé jeudi au complexe Barthélémy Boganda (Stade 20000 places) avec le Gouvernement de la transition un accord d'engagement en vue de leur participation au Forum national prévu du 4 au 11 mai 2015, dans un esprit d’apaisement. Par ailleurs, le Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) qui a pris part aux travaux n'a pas signé le document. Son coordonnateur adjoint, Abel Balénguélé, est sorti de la salle peu avant la clôture des discussions.


Les discussions avec les responsables des mouvements armés se sont déroulées sous la présidence de Marie Noëlle Koyara, ministre d’Etat à la Défense nationale, en présence des partenaires internationaux notamment l'Union africaine (UA), la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation de la Centrafrique (Minusca), l'ambassade de France et plusieurs représentants  des   missions diplomatiques et des organisations internationales.


Les groupes armés réaffirment leur engagement pour la mise en œuvre de l'accord de cessation des hostilités de Brazzaville de 2014, de prendre en compte le conclusions des différentes réunions du Groupe international de contact sur la Centrafrique (GIC-RCA) et à assurer la libération immédiate et inconditionnelle des enfants associés aux groupes armés. Les politico-militaires s'engagent également à prendre part au Forum de Bangui dans un esprit de tolérance et de confiance. Enfin, ils s'engagent à poursuivre les échanges sur les questions relatives à la Réforme du secteur de sécurité (RSS) et du Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) qui seront présentées au dialogue inter-centrafricain.


Selon Nzengué Landa, président de l’Union des forces républicaines fondamentales (UFRF), tous les groupes armés sont dans la dynamique de la paix et de la réconciliation.

« Tous les groupes armés veulent aller au Forum dans un même esprit. Nous y allons pour traiter des problèmes nationaux et des problèmes communautaires qui divisent les groupes armés. C'est la raison pour laquelle nous avons signé un document qui nous engage pour que le Forum puisse se dérouler dans la sérénité », a-t-il dit à RNL.


Le président du Rassemblement patriotique pour le renouveau de Centrafrique (RPRC), Gontran Djono Ahaba, qui a apposé sa signature au bas du document, trouve qu'il est temps d'enterrer la hache de guerre et de penser au  développement. « L'amour du pays n'est pas seulement l'affaire d'une seule personne, c'est l'affaire de tous les Centrafricains. Après 55 ans aujourd'hui, nous ne pouvons pas penser à diviser cet héritage de Boganda, cela ne nous honore pas. Ce n'est pas avec les armes que les Centrafricains pourront aller de l'avant. Nous devons cultiver le vivre ensemble et penser le développement de notre pays », a -t-il souligné.


La coordination des ex-combattants Antibalaka se dit partant pour un retour à la normale. Selon son coordonnateur général Patrice Edouard Ngaïssona, « L'engagement des Antibalaka, dès le départ, est un retour rapide à la paix. Nous avons amorcé ces discussions avec nos frères ex-Séléka avant le déplacement de Brazzaville. Nous devons, à Bangui, capitaliser ce grand Forum qui doit réunir tous les Centrafricains ».


Le coordonnateur général des Antibalaka a précisé qu'aucune entrave ne sera faite à la justice qui travaillera en toute impartialité et indépendance.


De son côté, le Gouvernement de la transition s'engage à mettre en œuvre l'accord de cessation des hostilités de Brazzaville pour la prise en charge des ex-combattants casernés ainsi que la mise en place d'un comité de suivi-évaluation des conclusions du Forum.


Le Premier ministre Mahamat Kamoun s’est dit satisfait des échanges. « Je me réjouis que les participants aux discussions ont tous encouragé l'initiative du gouvernement. Je me félicite également que ces discussions se soient déroulées dans une atmosphère apaisée », a-t-il indiqué.


Le Chef du gouvernement a déclaré que le but de la rencontre est « d'encourager les groupes politico-militaires à aller au Forum de Bangui dans un esprit de serennité et de confiance », ce qui semble être positif au sortir de ce rendez-vous.


Les groupes armés qui ont signé l'engagement sont : l'Union des forces républicaines fondamentales (UFRF), le Mouvement des libérateurs pour la justice (MLJC), la Coordination des ex-combattants Antibalaka, Révolution et justice (RJ), le Rassemblement patriotique pour le renouveau de Centrafrique (RPRC), Séléka rénové, le Front démocratique pour le progrès de la Centrafrique (FDPC), l'Unité du peuple Centrafricain (UPC) et l'Union des forces républicaines (UFR).


Les pourparlers qui ont abouti à la signature de cet engagement ont été ouverts le 10 avril dernier à Bangui.

Centrafrique/Bangui : Signature d’un accord d’engagement entre le gouvernement et les groupes armés

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 16:04

 


 

Bangui le 24 Avril 2015 (RJDH)---Dans un communiqué de presse publié le 23 dernier, l’Autorité Nationale des Elections (ANE), a expliqué avoir crée ses démembrements dans les 16 préfectures de la RCA. Ce sont les préfectures de la Vakaga, le Bamingui-Bangoran,  la Nana-Gribizi, la Ouaka et la Base-Kotto qui ont été couvertes la semaine dernière, selon le document dont le RJDH  a eu copie.

 

Les démembrements sont créés dans toutes les préfectures de la RCA. C’est ce qui est ressorti d’un communiqué de presse publié hier. 

 

Mais selon un constat fait par le RJDH, ce n’est pas toutes les sous-préfectures et les communes qui sont couvertes dans les faits. Dans la Ouaka où une mission de l’ANE s’est rendue dernièrement, les villes de Kouango, Grimari et Bakala n’ont pas été touchées.

 

Contactée par la rédaction du RJDH, Mme Marie Madeleine N’kouet, rapporteur général de l’Autorité Nationale des Elections n’a pas souhaité se prononcer sur la question. Elle a promis le faire dans les prochains jours après avoir consulté les autres.

 

Les démembrements de l’Autorité Nationale des Elections ont été créés dans plusieurs villes de la RCA sauf que les membres n’ont pas encore prêté serment. Le processus de recrutement des agents recenseurs est déjà lancé./

 

Line Péguy Gondje Demba 

Centrafrique/Bangui : L’ANE affirme avoir couvert les 16 préfectures par ses démembrements

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 15:13

 

 

 

Communiqué conjoint à 23 ONG

 

https://www.fidh.org  24 avril 2015

 

Le gouvernement et ses partenaires doivent maintenant assurer sa mise en place rapide

 

Le Conseil national de transition (CNT) de la République centrafricaine a pris une mesure décisive en faveur de la justice pour les victimes d’atrocités en adoptant une loi créant une Cour pénale spéciale au sein du système judiciaire national, ont déclaré aujourd’hui 23 organisations de défense des droits humains centrafricaines et internationales. [1]

 

Le projet de loi, qui avait été déposé au parlement de transition par le gouvernement le 6 février dernier, a été adopté le 22 avril en plénière à une très grande majorité des voix. La Cour pénale spéciale sera chargée d’enquêter sur les crimes les plus graves et de poursuivre les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis sur le territoire de la Centrafrique depuis 2003.

 

« En validant la création de la Cour pénale spéciale, le Conseil national de transition a dit « assez c’est assez » de l’impunité et s’est résolument positionné du côté de la justice et des victimes qui ont perdu la vie ou souffert de crimes atroces », ont déclaré les organisations de défense des droits humains. « Il n’y a maintenant aucun temps à perdre pour que le gouvernement et ses partenaires internationaux rendent la Cour pénale spéciale opérationnelle dès que possible ».

 

La Cour pénale spéciale telle que décrite dans la loi adoptée sera un mécanisme judiciaire hybride – c’est-à-dire composé de magistrats centrafricains et internationaux – établi au sein du système judiciaire centrafricain pour une période de 5 ans, renouvelable. Le président de la cour sera centrafricain et le procureur spécial sera international. Il y aura une majorité de magistrats nationaux.

 

Les organisations signataires ont noté que les autorités centrafricaines avaient reconnu à plusieurs reprises les faiblesses du système judiciaire national. Celui-ci a été, ravagé par des années de conflit, et n’a pas toutes les ressources humaines et matérielles, ainsi que l’expertise pour gérer des enquêtes difficiles portant sur des crimes complexes. Etant donné que les enquêtes porteront sur des atrocités commises par des groupes armés encore actifs en République centrafricaine, la Cour pénale spéciale permettra également de renforcer la sécurité et la protection du personnel judiciaire et des victimes et témoins.

 

« Les crimes de masse sont d’une extraordinaire complexité et ne peuvent être traités comme un simple vol », ont déclaré les organisations. « La Cour pénale spéciale sera un outil adapté qui viendra renforcer le système judiciaire centrafricain pour enquêter sur ces violations graves des droits humains et assurer la sécurité des juges et des témoins ».

 

La loi sur la Cour pénale spéciale doit maintenant être promulguée par la cheffe de l’État de transition, Catherine Samba-Panza. Une mise en place progressive de la juridiction est prévue dans la loi, avec l’opérationnalisation immédiate de la police judiciaire, des cabinets d’instruction, et du Parquet afin que les enquêtes puissent démarrer dès que possible.

 

De nombreuses victimes de crimes graves commis depuis 2012 en République centrafricaine attendent que justice soit faite, ont souligné les organisations signataires. De plus, la MINUSCA, la force de maintien de la paix de l’ONU en République centrafricaine, a procédé à l’arrestation de plusieurs présumés responsables de crimes graves au cours des derniers mois, parmi lesquels trois leaders de la milice anti-balaka, et les procédures à leur encontre doivent avancer. Les organisations signataires ont ajouté que pour devenir une réalité, prête à enquêter et juger les atrocités qui continuent d’être commises dans le pays, la Cour pénale spéciale avait maintenant besoin de personnel qualifié, de financement, et de soutien politique au niveau national et international.

 

Le Mémorandum d’entente signé entre le gouvernement et la MINUSCA ainsi que la loi sur la Cour pénale spéciale, prévoient que la MINUSCA fournira une assistance importante à la nouvelle juridiction, notamment en termes d’appui logistique, d’enquêtes, d’arrestation, et de nomination du personnel. Le Conseil de Sécurité de l’ONU devrait favoriser le soutien financier et logistique à la Cour pénale spéciale dans le mandat de la MINUSCA, qui sera renouvelé à la fin du mois d’avril.

 

Il est crucial pour le succès de la cour que les experts et magistrats internationaux qui viendront appuyer le personnel national soient dotés d’une véritable expérience en matière de poursuites des crimes les plus graves et de la volonté de travailler étroitement avec leurs pairs centrafricains, ont estimé les organisations signataires.

 

Les organisations ont pris note du fait que la plénière du CNT avait retiré du projet de loi un article prévoyant qu’aucune immunité ne s’appliquerait devant la Cour pénale spéciale, qui était pourtant en accord avec le droit international concernant les graves crimes internationaux. Toutefois, l’article 162 du code pénal centrafricain prévoit clairement qu’aucune immunité n’est applicable pour les poursuites en matière de crimes de guerre, crimes contre l’humanité, et crimes de génocide. Les immunités ne sont pas non plus reconnues par la Cour pénale internationale. Les organisations signataires ont également noté que les procès en révision sur la base de faits nouveaux devraient être exceptionnels, soumis à des conditions strictes et relever de la compétence de la Cour pénale spéciale.

 

La loi sur la Cour pénale spéciale prévoit également sa coopération avec la Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert une seconde enquête en République centrafricaine en septembre 2014. Ce sera la première fois qu’une cour hybride est établie dans une situation où la CPI est également active.

 

La République centrafricaine est plongée dans une crise profonde depuis le début de l’année 2013, quand les rebelles de la coalition Séléka, majoritairement issus des provinces du Nord, se sont emparés du pouvoir à l’issue d’une campagne caractérisée par des meurtres généralisés de civils, des incendies et pillages d’habitations, et d’autres crimes graves. Vers le milieu de l’année 2013, des milices se dénommant anti-balaka se sont organisées pour combattre la Séléka, commettant des représailles à grande échelle contre les civils, en particulier musulmans, identifiés comme soutenant la Séléka. Des milliers de personnes ont été tuées et des centaines de milliers ont été déplacées par ce conflit.

 

« Avec un renvoi à la CPI et la création d’une cour hybride, la Centrafrique innove et démontre son engagement fort en faveur de la lutte contre l’impunité pour les crimes les plus graves », ont déclaré les organisations. « Les deux cours devront se partager le travail et élaborer les modalités de leur coopération afin de maximiser leur efficacité et multiplier les opportunités de justice ».

 

 

Organisations signataires :


Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT-RCA)
Amnesty International (AI)
Association des Femmes Juristes de Centrafrique (AFJC)
Association des victimes de la LRA en RCA (AVLRAC)
Avocats Sans Frontières Centrafrique (ASF/RCA)
Bureau Information des Droits de l’Homme (BIDH)
Coalition centrafricaine pour la Cour Pénale Internationale (CCCPI)
Civisme et Démocratie (CIDEM)
Commission Episcopale Justice et Paix (CEJP)
Enfants Sans Frontières (ESF)
Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)
Femme Action et Développement en Centrafrique (FADEC)
Human Rights Watch
Initiative pour le Développement de Centrafrique (IDC)
Lead Centrafrique (Lead)
Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme (LCDH)
Mouvement des Droits de l’Homme et Action Humanitaire (MDDH)
Observatoire Centrafricain des Droits de l’Homme (OCDH)
Observatoire Centrafricain pour les Elections et La Démocratie (OCED)
Observatoire pour la Promotion de l’Etat de Droit (OPED)
Parliamentarians for Global Action (PGA)
Réseau des ONGs de Promotion et Défense des Droits de l’Homme (RONGDH)
Réseau national de la Jeunesse pour les Droits de l’Homme (RNJDH)

 

 

RCA: création d'une Cour Pénale Spéciale

 

http://www.dw.de 

 

Selon le projet de loi , cette "juridiction mixte", composée de magistrats nationaux et internationaux, devait être chargée de juger "les crimes graves" commis en Centrafrique depuis 2012.

 

Mais les parlementaires ont reculé cette date pour permettre de juger aussi les crimes et délits graves commis depuis 2003. Le fonctionnement de ce tribunal sera entièrement financé par les Nations unies et la communauté internationale. Les Etats Unis d'Amérique ont d'ores et déjà annoncé une contribution de 182 millions de dollars.

 

Eclairages à Bangui avec notre correspondant Benjamin Baramoto.

L’adoption de la loi sur la Cour pénale spéciale est une importante avancée vers la justice (FIDH)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 13:39

 

 

 

Par Pierre Pinto RFI  24-04-2015 à 14:00

 

Plus de deux ans après la chute de François Bozizé, la Centrafrique se prépare à de nouvelles élections pour mettre fin à la transition. Etape clé de ce processus, le Forum de Bangui est prévu dans les prochains jours. Qu’attendre de ce rendez-vous ? Eléments de réponse avec Pierre Pinto de la rédaction Afrique de RFI.

 

• Pourquoi ce Forum de Bangui ?

 

Le Forum est l’aboutissement d’un long processus entamé à Brazzaville en juillet 2014. Il s’agit d’assises nationales censées sceller la réconciliation en Centrafrique. Les participants discuteront ensemble des causes de la crise que traverse le pays depuis deux ans et demi, des responsabilités, des solutions, des projets pour l’avenir du pays. Les travaux s’articuleront autour de commissions sur des thèmes comme la sécurité, la cohésion sociale, l’économie, le pardon ou la lutte contre l’impunité.

 

• Quelles sont les forces en présence ?

 

Ce Forum se veut inclusif. Les groupes armés y sont bien sûr conviés. C'est-à-dire les trois factions de l’ex-Seleka, les anti-balaka et les autres groupes armés signataires de l’accord de Brazzaville de juillet 2014. Tous seront censés mettre en application les dispositions de cet accord signé au Congo : cantonnement des hommes, désarmement, démobilisation réinsertion des combattants. Pour les belligérants, il s’agit notamment de voir comment organiser un retour de la paix et de la sécurité pour permettre la tenue d’élections. Les partis politiques seront là également, ainsi que la plateforme religieuse regroupant les confessions catholique, musulmane et protestante. La société civile sera également représentée. A quoi, il faut ajouter les institutions, ou encore les partenaires internationaux.

 

• Pourquoi son organisation semble si compliquée ?

 

La tenue du Forum a été maintes fois repoussée. Parce que l’ensemble du processus a pris du retard. Les consultations à la base, ces états généraux au cours desquels les populations de l’ensemble du pays étaient invitées a faire part de leurs doléances en prévision du Forum ont pris beaucoup plus de temps que prévu. Il fallait que ces consultations puissent se tenir sur l’ensemble du territoire. Or, certains groupes armés les ont empêchés par endroits. Ensuite, il a fallu compiler les données ainsi recueillies, puis mettre en place le comité chargé d’organiser techniquement le Forum. Et là encore, cela a donné lieu à des polémiques qui ont retardé une fois de plus le processus. Enfin, la question du financement pose toujours problème. A quelques jours de l’ouverture théorique de ces assises, l’argent n’est toujours pas là.

 

• Quelle a été la dernière polémique sur les nominations ?

 

Le 4 avril, la présidente de transition, Catherine Samba-Panza, nomme par décret un comité technique d’organisation du Forum, à la tête duquel est nommé Jean-Jacques Démafouth. Le CNT, Conseil national de transition (le Parlement transitoire) dénonce le choix de ce dernier et un manque de concertation dans la composition de ce cabinet, chargé notamment d’établir la liste des participants et les quotas par « entité » (groupes armés, organisations de la société civile, plateformes religieuses, syndicats, partis politiques, etc.). L’exécutif de la transition finit par organiser une concertation et revient sur ces nominations. Encore du temps perdu.

 

• Pourquoi Jean-Jacques Démafouth a-t-il été si contesté ?

 

Jean-Jacques Démafouth a un long parcours derrière lui. Il a travaillé pour différents régimes en Centrafrique et s’est constitué une longue liste d’ennemis. Il y a 20 ans, il est nommé à la tête du centre national de recherche et d’investigation, sorte de police politique du président Patassé aux méthodes très contestées. Quelques années plus tard, il est accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat contre Patassé. Il est acquitté, mais en 2006 on le retrouve à la tête d’un groupe armé du Nord-Ouest, l’APRD. Il revient dans le paysage politique en 2008 à la faveur d’une amnistie. Pour beaucoup donc, ce parcours devrait lui interdire de piloter un processus censé donner un nouveau départ à la Centrafrique.

 

• Quel lien avec les pourparlers de Nairobi qui se sont déroulés au Kenya ?

 

Il n’y a aucun lien direct entre les pourparlers qui se sont déroulés entre décembre et avril à Nairobi et le Forum de Bangui. Les discussions de Nairobi ont souvent été qualifiées d’initiatives parallèles, puisque justement, elles ne s’inscrivaient pas dans le processus lancé à Brazzaville en juillet 2014. Ces pourparlers ont été initiés par Denis Sassou-Nguesso, le président congolais également médiateur de la crise centrafricaine. Nombre d’observateurs et d’acteurs centrafricains se sont d’abord interrogés sur la nature exacte de ces discussions qui rassemblaient des cadres de la mouvance anti-balaka, et des représentants d’une partie de l’ex-Seleka, en associant les deux grandes figures par qui la crise est arrivée : Michel Djotodia et François Bozizé.

 

• Pourquoi ces pourparlers ont-ils été si décriés ?

 

D’abord, peu de gens ont compris l’utilité de cette initiative. Les autorités de transition centrafricaines n’y ont pas été associées. Ni même les partenaires internationaux de la RCA. Au sein de la société civile ou des partis politiques, on voyait d’un mauvais œil cette nouvelle initiative supposée décider du destin de la Centrafrique, hors de la Centrafrique. Au sein de la coordination anti-balaka, censée représenter la chaîne de commandement de la mouvance, on assure n’avoir mandaté personne pour aller à Nairobi. Lorsqu’un premier accord émerge de la capitale kényane en janvier, proposant une troisième transition et évoquant une amnistie, c’est un tollé. Les partenaires internationaux, France en tête, le rejettent, tout comme les autorités centrafricaines. Denis Sassou-Nguesso finit par désavouer à son tour le document. Les discussions de Nairobi ne s’arrêtent pas là pour autant. L’accord est transformé en déclaration d’engagement. Un document par lequel les participants aux négociations se rallient au processus de Brazzaville.

 

• Quels rôles pour les anciens présidents Michel Djotodia et François Bozizé dans ces pourparlers de Nairobi ?

 

L’accord de Nairobi mort-né, le médiateur congolais et le facilitateur kenyan veulent utiliser ces pourparlers pour permettre à Michel Djotodia et François Bozizé de revenir dans le jeu centrafricain et de les impliquer dans le processus de réconciliation. Ils y parviennent en faisant signer aux deux anciens présidents, le 14 avril, la fameuse déclaration par laquelle ils se rallient au processus de Brazzaville.

 

• Que représentent Michel Djotodia et François Bozizé dans leur mouvance respective aujourd’hui ?

 

Depuis son exil au Bénin, Michel Djotodia est toujours officiellement président du FPRC, l’une des trois branches de l’ex-Seleka. Il est secondé par Noureddine Adam. Le FPRC est contesté par les deux autres branches : le RPRC de Zacharia Damane, et l’UPC d’Ali Darassa.

 

 François Bozizé est soupçonné par les Nations unies d’avoir soutenu des groupes anti-balaka, ce qui lui vaut d’être sous sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU. Il est théoriquement interdit de voyage et ses avoirs sont gelés. S’il bénéficie encore de soutiens parmi les militaires qui avaient rejoint la mouvance anti-balaka, son influence semble s’être émoussée. Edouard Ngaissona, coordinateur des anti-balaka, prend systématiquement ses distances avec lui. Peut-être voit-il en lui un concurrent pour la présidentielle, puisque les deux ont du mal à cacher leurs ambitions.

 

• Seront-ils présents lors du Forum de Bangui ?

 

A Nairobi, François Bozizé avait dit sa « disponibilité » à participer au Forum de Bangui. Son parti, le KNK insiste d’ailleurs pour qu’il soit présent. Quant à Michel Djotodia, il ne semble pas y tenir plus que cela. De toute façon, de source diplomatique on semble certain que ni l’un ni l’autre n’en sera.

Centrafrique: le Forum de Bangui en dix questions (RFI)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 13:05

 


 

Bangui, 24 avril 2015 (RJDH)---Charles Armel Doubane, candidat déclaré à la prochaine présidentielle centrafricaine, a condamné l’incendie du marché central de Bangui qu’il a qualifié d’acte criminel et terroriste. Ce dernier ne croit pas à l’hypothèse d’un court-circuit, hypothèse avancée par de nombreuses personnes pour expliquer cet incendie. L’ancien ministre Charles Armel Doubane l’a dit dans une interview accordée ce matin au RJDH.

 

Charles Armel Doubane est catégorique, l’incendie du marché central n’est pas un fait du hasard. L’ancien ministre et candidat déclaré à la prochaine présidentielle avance la thèse d’un acte criminel perpétré par les ennemis de la paix. « C’est trop facile d’avancer le court-circuit comme la cause de cet incendie. Il s’agit en fait, d’un acte criminel et terroriste posé par les ennemis de la paix et ils sont nombreux », a-t-il confié au RJDH.  

 

Cet incendie est pour Charles Armel Doubane est un acte de sabotage du processus du dialogue, « ce n’est pas le fait d’un hasard lorsqu’un incendie est signalé au moment où nous préparons le forum salutaire de Bangui. Je pense que c’est briser les symboles de l’unité, de réconciliation d’un peuple ». Il a déploré les pertes causées par cet incident, « aujourd’hui plusieurs Centrafricains sont touchés. Les compatriotes qui font du commerce là ont tout perdu sans pourtant avoir quelqu’un pour les aider ».

 

L’ancien ministre Charles Armel Doubane a appelé la justice à rechercher et à punir les responsables de cet acte, « aujourd’hui, ce que j’attends de la justice c’est une enquête rapide afin d’identifier les coupables et les punir pour cet acte criminel que tout fils de ce pays, épris de paix doit condamner ».

 

Le candidat Charles Armel Doubane a noté que la République Centrafricaine gagnera si les Centrafricains mettent leurs différends de côté pour poser les bases d’un nouvel horizon lors du forum de Bangui, « il est essentiel que nous sortions de la dynamique de destruction pour nous mettre ensemble afin de définir de nouvels objectifs pour l’avenir de ce pays. C’est pourquoi lors de ce forum, je délivrerai un message d’unité, de réconciliation, de justice et de paix ».

 

L’incendie du marché central de Bangui s’est déclaré dans la nuit du 22 au 23 avril. Plusieurs boutiques ont été détruites. Pour le moment, les dégâts ne sont pas encore évalués et les causes de l’incendie restent indéfinies./

 

Sylvestre Sokambi

Centrafrique/Bangui : Incendie du marché central, un acte criminel et terroriste selon Charles Armel Doubane

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com