Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 15:42

 

 

         

APA Bangui (Centrafrique) 2015-07-06 12:14:26  La Chine a fait un don d’équipements informatiques à la République centrafricaine pour une valeur de 500 millions de FCFA représentant sa contribution à l’effort de redressement de ce pays qui sort d’une crise militaro-politique de deux ans.


L'Ambassadeur chinois en Centrafrique, Ma Fulin, a remis, samedi dernier au gouvernement centrafricain, le don qui comprend 246 ordinateurs de bureau, 100 ordinateurs portables, des imprimantes, des photocopieurs et d'autres matériels informatiques.

Ces équipements vont permettre à  plusieurs administrations et services publics pillés par les groupes armés à  rééquiper leurs bureaux et à  redevenir opérationnels et performants, même si le redéploiement de l'administration publique tarde à  devenir une réalité sur toute l'étendue du territoire national à  cause de manque des moyens matériels.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=828080#sthash.umTFyfDR.dpuf

Centrafrique: Don chinois de matériels informatiques pour 500 millions de FCFA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 13:37

 

 

 


Nairobi AFP / 06 juillet 2015 11h44 - Un des généraux à l'origine du coup d'Etat avorté mi-mai au Burundi a affirmé sur une télévision kényane que les putschistes étaient derrière les récentes attaques dans le pays et qu'ils entendaient chasser par la force le président Pierre Nkurunziza.


Toutes ces actions en cours dans le pays, nous sommes derrière, et nous allons les intensifier jusqu'à ce que Nkurunziza comprenne, a déclaré le général Léonard Ngendakumana, bras-droit du chef putschiste Godefroid Niyombare, resté selon lui au Burundi pour résister et se battre contre le pouvoir en place, dans un entretien diffusé dimanche soir sur la chaîne KTN.


La capitale Bujumbura ainsi que d'autres villes du pays ont été les cibles d'attaques à la grenade meurtrières à l'approche des législatives et communales qui ont ouvert le 29 juin les élections générales burundaises.


L'annonce en avril d'une candidature du président Nkurunziza, déjà élu en 2005 et 2010, à un troisième mandat jugé anticonstitutionnel par l'opposition lors de la présidentielle du 15 juillet a suscité un mouvement populaire de contestation violemment réprimé par la police.


Elle a aussi motivé, le 13 mai, un coup d'Etat organisé par l'ancien responsable des services de renseignement, le général Godefroy Niyombare, qui a tourné court deux jours plus tard.



Après l'échec de notre coup d'Etat, le 15 mai, nous avons jugé nécessaire de poursuivre la lutte (...) pour contraindre M. Nkurunziza à la démission, a expliqué le général Ngendakumana.


Le général Niyombare, qui n'a pas donné signe de vie depuis sa fuite, est toujours dans le pays et continue de se battre, a-t-il assuré.


Nous combattrons au Burundi jusqu'à ce que nous ayons atteint notre but, a poursuivi le général Ngendakumana, accusant M. Nkurunziza de n'être prêt à négocier avec personne.



Le président a ignoré les appels de la Communauté est-africaine (EAC), réunie lundi en sommet, de l'Union africaine et de nombreux partenaires internationaux en faveur d'un report du scrutin, a-t-il rappelé. Le parti au pouvoir a aussi récusé dimanche le nouveau médiateur dépêché par l'ONU, le Sénégalais Abdoulaye Bathily, accusé d'avoir manqué au respect de la souveraineté du pays.


Le coup d'Etat du 13 mai était nécessaire car le président Nkurunziza et ses proches entraînaient le pays sur la voie de la guerre civile, a par ailleurs justifié le général Ngendakumana.


Douze généraux de l'armée et de la police ainsi que le ministre de la Défense soutenaient l'opération donc nous étions certains de notre succès, a-t-il expliqué.

Mais le ministre de la Défense a accepté de l'argent du président (...) et donné des contre-ordres, ce qui a causé notre échec, a-t-il affirmé.


Le ministre de la Défense, Pontien Gaciyubwenge, a été limogé peu après le putsch et a fui à l'étranger. Des centaines d'autres putschistes sont sous les verrous ou en fuite, selon des sources concordantes.


Le sort des militaires mutins ayant pris le maquis depuis l'échec du coup d'Etat mais aussi le départ en exil, au Rwanda notamment, d'opposants notoires au pouvoir alimentent depuis des semaines des rumeurs d'une possible attaque d'envergure.

Ces rumeurs, insistantes avant les législatives, avaient même conduit une bonne partie de la population de Bujumbura à partir se réfugier en province ou à l'étranger avant le début des élections.


Au moins 70 personnes sont mortes depuis le début de la crise et plus de 140.000 Burundais ont fui dans les pays voisins un climat préélectoral délétère.


La communauté internationale, et en particulier les pays de la région, qui a connu son lot de guerres, massacres, et flots de réfugiés ces deux dernières décennies, s'inquiète d'un retour de la violence à grande échelle au Burundi, dont l'histoire post-coloniale est marquée par des massacres et une longue guerre civile (1993-2006).


(©)

Burundi: les auteurs du putsch avorté promettent de chasser Nkurunziza par la force

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 12:08

 

 

 

04/07/15 (APA)

 

Les rapports financier, technique et général du forum national de réconciliation, qui s’est déroulé à Bangui, du 4 au 11 mai dernier, ont été remis, vendredi, à la présidente de la Transition en Centrafrique, Mme Catherine Samba Panza, par Mme Marie Noëlle Koyara, un des vice-présidents du comité technique d’organisation du forum.

 

Le rapport général contient tous les discours prononcés lors du forum, les accords signés avec les groupés armés pour la libération des enfants-soldats, l’accord concernant la mise en oeuvre du programme DDRR (Démobilisation, Désarment, Réinsertion et Rapatriement) ainsi que le pacte républicain qui définit les nouveaux principes fondamentaux du pays.

 

Les trois rapports seront ensuite transférés au médiateur international de la crise centrafricaine, le président congolais Dénis Sassou Nguesso, qui doit veiller à l’application des résolutions contenues dans ces documents.

 

« La mise en oeuvre des recommandations du forum constitue une priorité pour le gouvernement », a déclaré Mme Catherine Samba Panza, en réceptionnant les rapports du forum.

 

Après avoir rendu hommage à la communauté internationale pour avoir soutenu l’organisation de cette rencontre inter centrafricaine, la présidente de la Transition a sommé les membres du gouvernement à se rendre dans leurs régions respectives pour présenter les conclusions du forum aux populations qui attendent beaucoup de l’application des recommandations.

 

Forum national de réconciliation de Bangui : les rapports remis à la président de Transition

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:59

 

Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain

 

Justice – Liberté – Travail

 

Membre de l’Internationale Socialiste

 

 

Bureau Politique

      Secrétariat Général

     N°_______MLPC/BP/SG/015                                         Bangui, le 6 juillet 2015

 

 

 

Les crises politico militaires qui ont affecté la République Centrafricaine depuis près de trois décennies, et qui trouvent  leurs origines dans l’exclusion  et le refus de dialogue  ont mis des milliers de nos compatriotes contre leur volonté sur le chemin de l’exil vers les pays voisins.

 

A la sortie du Forum National de Dialogue de Bangui, et à l’heure où notre pays se dirige à grands pas vers d’importantes consultations électorales de sortie de crise, il est inapproprié de vouloir empêcher nos compatriotes, qui par ailleurs ne sont pas déchus de leurs droits civiques, d’accomplir leur devoir de citoyen en prenant part à ces consultations, autant pour le référendum constitutionnel que pour l’élection présidentielle.

 

Si on  peut  s’accorder sur le principe que des  étrangers ne doivent pas prendre part à une consultation électorale  réservée aux seuls nationaux, on ne peut pas admettre que soient écartés du vote des  compatriotes identifiés et identifiables et  exilés malgré eux,  d’exercer leur  droit de vote.

Conscients de cette situation, le Conseil de Sécurité des Nations Unies dans ses différentes résolutions sur la crise centrafricaine, d’une part, et la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) dans sa décision sur la question, d’autre part, se sont déjà prononcés en faveur du vote de nos compatriotes réfugiés dans les pays voisins.

 

Dès lors, le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), qui est respectueux des valeurs républicaines et dont la justice sociale fonde le crédo politique, estime que le débat sur  le vote des réfugiés n’est pas de nature à rasséréner le climat social à la veille desdites  consultations.

 

Aussi, la nécessité de la réconciliation nationale au sortir du Forum National de Bangui et la question de la citoyenneté étant t un impératif d’intérêt général au-dessus de tout intérêt partisan,  le MLPC exhorte t-il les autorités de la transition et  l’Autorité Nationale des Elections (ANE) à tout mettre en œuvre pour que non seulement nos compatriotes réfugiés  votent effectivement mais surtout que toutes les mesures techniques  soient prises  pour que les opérations électorales les concernant se déroulent dans des conditions requises de transparence .

                                                                                              Pour le Bureau Politique

                                                                                              Le Secrétaire Général

 

                                                                                              Etienne MALEKOUDOU

COMMUNIQUE DE PRESSE DU MLPC RELATIF AU DROIT DE VOTE DE NOS COMPATRIOTES REFUGIES

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:52

 

 

 

Les quelques milliers de journalistes francophones réunis à Paris, Porte Maillot, pour évoquer la « rigueur et la connivence » en journalisme politique ont eu l’occasion de se familiariser davantage avec la présidente de la transition en République Centrafricaine. 

 

En effet, ils ont visionné le film documentaire consacré au parcours personnel, intellectuel et politique de Catherine Samba-Panza. Un film qui a été écrit et réalisé par Adrien Poussou en collaboration avec Hubert-Mary Djamany. Une oeuvre qui a permis de balayer certaine idée reçue répandue ça et là sur celle qui dirige actuellement la République Centrafricaine et qu’on a tendance souvent à présenter sous des traits d’une authentique « ambitieuse du pouvoir ». 

 

Cependant, avec une série de témoignages de ses proches mais aussi des anciens collaborateurs tant dans le monde professionnel, associatif que politique, l’auteur trace le riche parcours du chef de l’État de la transition. Un documentaire qui met à nue l’idée reçue selon laquelle Madame Samba-Panza serait une novice en politique et que fort de ce manque d’expérience elle ne serait pas à la hauteur de ses charges. « Catherine Samba-Panza, le parcours d’une femme engagée » remet objectivement en cause ces blagues de cabaret. Un film qu’il faut absolument voir lorsque l’on entend se faire une idée assez exacte du chef de l’État de transition. 

 

Bien avant cette projection, le Ministre-Conseiller Spécial en communication de Mahamat Kamoun a évoqué pendant plus d’une demi heure d’horloge la situation en République Centrafricaine sur le triple plan politique, social et sécuritaire. L’occasion pour Adrien Poussou de vanter les efforts réalisés par les actuelles autorités de la transition pour remettre le pays sur les rails. Il a démontré, chiffre à l’appui, l’amélioration de la situation dans son pays. Il a surtout insisté sur l’engagement total et la détermination de Catherine Samba-Panza qui, malgré l’adversité et une culture de complot permanent encrée chez ses compatriotes, veut tenir le délai imparti à la transition en organisant les scrutins référendaire, législatif et présidentiel avant le 31 décembre 2015. Parce que pour lui, « la transition n’a pas vocation à s’éterniser. Et que ceux qui rêvent d’une troisième transition n’ont qu’à jeter toutes leurs forces dans la prochaine bataille afin de gagner les élections. 

 

À l’en croire, vaccinée qu’elle soit, Catherine Samba-Panza sait qu’il existe des forces centrifuges autour d’elle mais pas que… qui rament à contre-courant de sa volonté de sortir vite et bien de la transition. C’est pourquoi, elle a tenu, à l’occasion de son anniversaire il y a une dizaine de jours à mettre en garde ses plus proches collaborateurs en leur disant que la transition n’ira pas au-delà du 31 décembre 2015. Que personne ne s’y trompe. 

 

Acculé par les journalistes qui voulaient savoir si les rumeurs d’un prochain remaniement avec un changement de premier ministre était fondé. Le Conseiller Spécial de Kamoun s’en est tiré par une pirouette. Pour lui, la « question de nomination ou de révocation des membres du gouvernement relève exclusivement de la seule compétence du chef de l’État de transition et dans une certaine mesure du premier ministre qui forme son équipe en proposant des noms. Quant à savoir s’il y'a un changement d’équipe ou non, il faudrait poser la question aux personnes concernées, c’est-à-dire à la présidente et au premier ministre ».   

 

Sylvère Libasso 

 

Catherine Samba-Panza, le parcours d’une femme engagée projeté à Paris

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 23:22

 

 

http://www.radiondekeluka.org vendredi 3 juillet 2015 13:37

 

Plus de 200 participants parmi lesquels des conseillers nationaux de la transition, les partenaires au développement et autres représentants des forces vives de la Nation prennent part du 3 au 6 juillet prochain à l'atelier national d'enrichissement de l'avant projet de constitution de la République Centrafricaine. Présidé par le Premier ministre de la transition, Mahamat Kamoun, l'atelier se déroule au siège du Conseil National de Transition (CNT).

 
A l'ouverture des travaux, le Chef du gouvernement de Transition, Mahamat Kamoun a mis un accent particulier sur les points essentiels inscrits à l'agenda de cette rencontre.  Entre autres, « la reconnaissance des autorités coutumières et des valeurs traditionnelles conformes aux principes démocratiques, aux droits de l'Homme et à la liberté, l'érection de la mission régalienne des forces de défense et de sécurité au niveau constitutionnel, l'intérim du président de la République par le président de l'Assemblée nationale suivi éventuellement de celui du président du Sénat en cas de vacance audit poste, la prise en compte de la décentralisation par les dispositions relatives aux collectivités territoriales, l'exclusion expresse de la révision constitutionnelle de la forme républicaine de l’État et de la durée du mandat du président de la République ».


Suggestions et recommandations


Outre les points soulevés par Mahamat Kamoun, les participants auront aussi à débattre de quelques préoccupations de la société civile centrafricaine à inscrire dans la future loi fondamentale. Des préoccupations qui tournent autour de la ''Renaissance'' l'hymne national centrafricain, la forme de l'Etat, la question de la double nationalité,  la prise en compte de certaines fêtes dans la future Constitution...

Selon Léonie Banga Bothy, présidente d'organisation dudit atelier, les conclusions qui en seront issues vont suivre un certain nombre de procédures avant la validation définitive par les parlementaires provisoires. « La loi constitutionnelle enrichit des suggestions et recommandations des forces vives de la Nation va retourner au gouvernement qui va le soumettre à la Cour constitutionnelle pour une vérification de conformité. Ensuite, la Cour constitutionnelle retournera dans un délai précis cet avant projet au gouvernement qui va le remettre au CNT. C'est au niveau du CNT que la Constitution sera adoptée définitivement avant d'être soumise au référendum », a -t-elle expliqué.


Suspendue depuis le 24 mars 2013, la Constitution centrafricaine a été remplacée durant la transition en cours, par la Charte constitutionnelle de Transition en vigueur depuis le 18 juillet 2013.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 23:08

 

 

 

 

Nous chefs traditionnels peulhs de Centrafrique,

 

Prenons acte du chronogramme des élections générales, publié par l’Autorité Nationale des Elections (ANE) en République Centrafricaine ;

 

Félicitons l’Autorité Nationale des Elections et le Gouvernement centrafricain pour le démarrage effectif des opérations d’enrôlement des électeurs.

 

Toutefois, nous encourageons l’ANE à poursuivre ces opérations dans toutes les provinces de la République centrafricaine sans exclusive afin de permettre au peuple tout entier de voter la Constitution et le Président de la République ainsi que les députés de la Nation.

 

Ainsi,  les Chefs traditionnels peulhs lancent un appel patriotique à tous les musulmans de Centrafrique en général et à la communauté peulh en particulier de s’inscrire massivement sur les listes électorales et de participer massivement aux futures élections référendaires, présidentielles et législatives pour permettre à la République Centrafricaine de retrouver sa place parmi les grandes nations démocratiques du Monde et de tourner définitivement la page sombre de la transition.

 

Par ailleurs, nous, chefs traditionnels peulhs de Centrafrique, demandons au Gouvernement et à la communauté internationale de tout mettre en œuvre pour que les centrafricains refugiés dans les pays voisins notamment le CAMEROUN, le TCHAD, le CONGO et la RDC puissent prendre part aux prochaines élections référendaire et présidentielles.

 

Selon les statistiques de l’UNHCR, le nombre des centrafricains réfugiés dans ces quatre pays voisins de la RCA est estimé à 460.542. Plus de 50% de ces effectifs sont constitués des musulmans centrafricains et en majorité des peulhs centrafricains exilés contre leur volonté pour sauver leurs vies.

 

Ce nombre est significatif et représente un électorat considérable  susceptible  d’inverser les tendances. Ce nombre représente plus de 40% des suffrages valablement exprimes aux élections contestées de 2013.

 

Par conséquent, l’exclusion de ces réfugiés dans ce processus électoral au mépris des résolutions des Nations Unies, de l’avis favorable de la Cour Constitutionnelle de transition et des recommandations pertinentes du Forum National de Bangui, sera considérée comme une volonté d’exclure la minorité musulmane en général et les peulhs en particulier contraints à l’exil pour des raisons que nous connaissons tous.

 

Si l’organisation des votes des réfugiés dans les pays voisins n’est pas possible pour des raisons techniques, financières ou juridiques, nous demandons au Gouvernement de prendre toutes ses responsabilités pour créer des conditions favorables au retour rapide dans la dignité de nos compatriotes centrafricains qui souhaitent revenir dans leur pays pour participer aux futures élections.

 

En conséquence, nous prenons à témoins le peuple centrafricain et la communauté internationale dont nous attirons l’attention sur les conséquences qu’une telle exclusion pourrait engendrer sur la crédibilité et le caractère inclusif des prochaines élections que nous souhaitons tous, inclusives, transparentes et incontestables.

 

Je vous remercie.

 

Pour les Chefs traditionnels Peulh de Centrafrique,

 

Le porte-parole.

 

 

Lamido ISSA BI AMADOU

 

Maire de la Commune d’Elevage de Niem-Yelewa.

Email : issabia@yahoo.fr

Tel : +236 75 94 14 14

 

 

COPIES :

  • CHEF DE L’ETAT DE LA TRANSITION ;
  • PRESIDENT CNT ;
  • PREMIER MINISTRE ;
  • UN
  • UA
  • UE
  • AMBASSADE DE LA France ;
  • AMBASSADE DES USA ;
  • G8
  • CIC RCA
  • PRESSES PUBLIQUES ET PRIVEES
DECLARATION NUMERO 03 DU 02 JUILLET 2015 DES CHEFS TRADITIONNELS PEULHS DE CENTRAFRIQUE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 23:04

 

 

 

http://rjdh.org   Par Judicael Yongo le 3 juillet 2015

 

Lors d’un micro balade du RJDH sur le déroulement des opérations de recensement électoral, ce 03 juillet, plusieurs Banguissois ont demandé l’augmentation du nombre des centres d’enregistrement. D’autres en revanche se réjouissent du déroulement des opérations.

 

Une frange de population considère l’inscription sur les listes électorales comme une exigence légale, « s’inscrire pour voter est un devoir civique et les centrafricains qui ont l’âge de voter doivent se présenter devant leurs centres afin de s’inscrire sur la liste électorale dans l’esprit du patriotisme.»

 

Cyriaque Ngovon, habitant Lakouanga dans le 2ème arrondissement de Bangui souligne que « l’enrôlement concerne tout citoyen centrafricain».

 

Un avis partagé par Jules Mbando, qui s’est présenté ce matin  au centre d’enregistrement installé à l’école Lakouanga afin de se faire inscrire et qui exprime sa joie, « je suis très content et c’est pour cela que je me suis présenté au bureau d’enregistrement à l’école Lakouanga pour me faire enregistrer. Nous voulons un pays prospère et normal. Et il faut passer par les élections pour en arriver là.

 

Une autre catégorie de population demande l’installation des bureaux d’enregistrement dans d’autres quartiers de Bangui qui en sont dépourvus.

 

Ce recensement qui a débuté le 29 Juin dernier prendra fin le 17 juillet prochain pour Bangui.

Les centres de recensement électoral, insuffisants selon certains Banguissois

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 23:02

 

 

 

http://rjdh.org  Par Thierry Khonde le 3 juillet 2015

 

La Cour Pénale Internationale à l’épreuve de la répression en Afrique, des préjugés aux réalités, est l’ouvrage de Issaka Dangnossi, publié aux éditions Harmattan que l’auteur a présenté au RJDH pour interpeller les différents acteurs à coopérer pour lutter contre l’impunité.

 

Pour l’auteur, bien que la CPI est de plus en plus accusée par les Etats africains et même l’Union Africaine de ne cibler que les criminelles noirs et de laisser les criminelles blancs, n’est pas un postulat pour ne pas coopérer avec la cour.

 

« Je fais du plaidoyer pour que les Etats puissent coopérer vis-à-vis de la Cour Pénale Internationale, que ce soit les Etats partis ou les Etats non partis, parce que le statut de Rome qui a fondé la cour, fait l’obligation générale de coopération. Sans cette coopération, la cour ne pourra rien faire pour lutter contre l’impunité dans le monde », fait savoir Issaka.

 

Dans cette ouvrage, l’auteur a relevé deux constats majeurs : « Tout d’abord les actions de que la CIP mène sur le continent Africain sont d’une efficacité relative. La CPI prend position contre les auteurs et complices présumés des crimes relevant de sa compétence, perpétré dans les conflits armés qui sévissent sur le continent (…) c’est une mission qui tend à mettre fin à l’impunité de toute personne impliqué dans la commission des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et des crimes de génocide partout au monde. Ensuite, la cour a une compétence complémentaire afin d’éviter de remettre en cause la souveraineté des Etats », a-t-il expliqué.

 

En tenant compte des critiques formulés contre la CPI, Issaka dans son ouvrage propose aux Etats, la nécessité d’engager des reformes institutionnelles et d’incorporer dans leurs législations internes, les infractions qui relèvent de la compétence de la CPI. Il a aussi insisté sur la possibilité de l’assouplissement de modes de saisine avec l’extension aux ONG de défense des droits de l’homme et associations des victimes des crimes relevant de la compétence de la CPI, le pouvoir de saisir directement cette instance en s’inspirant du modèle de la Cour Européenne des droits de l’homme.

 

L’ouvrage a deux parties, la nécessaire répression des crimes internationaux relevant de la CPI en Afrique, est la première partie qui explique l’action légitime de la CPI face à la multiplication des conflits en armés au positionnement des Etats africains face à la cour. Et la seconde partie traite des solutions pour plus d’efficacité des actions de la CPI. L’auteur l’a dédié à toutes les victimes des conflits armés en Afrique. Vous pouvez trouver ces livres dans toutes les bibliothèques, sur le site web des éditions Harmattan et au RJDH.

 

Les Etats doivent coopérer avec la CPI, dixit Issaka Dangnossi

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 15:11

 

 

      

 

APA Bangui (Centrafrique) 2015-07-03 12:29:26 Seuls les diamants en provenance des zones de l’ouest de la Centrafrique sont autorisés à être vendus à l’étranger, a annoncé, jeudi à Bangui, le ministre centrafricain des Mines et de la Géologie, Joseph Agbo.

 

La décision du Processus de Kimberley de lever partiellement les sanctions sur l'exportation du diamant centrafricain ne concerne que les diamants produits dans les zones de l'ouest du pays, a précisé M. Agbo, dans une déclaration à  la presse à  son retour de Luanda (Angola) où il a participé, du 22 au 26 juin, à  la conférence des pays membres du processus de Kimberley.


La mesure ne concerne pas les diamants des autres régions du territoire national, a-t-il ajouté.


Après plusieurs missions effectuées dans les zones de l'ouest du pays, les membres du Processus de Kimberley ont estimé que ces zones dans lesquelles l'état a repris ses droits avec le déploiement de l'administration, pouvaient être considérées comme des "zones vertes" conformes aux principes du système de certification des diamants, a expliqué M. Agbo.


Il a demandé aux populations des autres préfectures minières de renforcer leurs capacités en matière de législation minière, afin que toutes les zones de la République centrafricaine puissent devenir des zones vertes, conformes au Processus de Kimberley.


Le ministre des Mines et de la Géologies a souhaité que dans ces zones, où l'administration est en train de se réinstaller, les armes de guerre ne puissent plus circuler pour qu'elles soient déclarées zones vertes autorisées à  exporter les diamants.

"Le processus de Kimberley pense que dans les zones qui ne sont pas sous contrôle de l'état, où l'administration est inexistante et où les armes circulent, les diamants sont vendus pour entretenir les conflits et les rébellions'', a expliqué M. Agbo.


C'est pour cette raison que la Centrafrique a été suspendue par ce processus depuis le mois de mai 2013'', a-t-il dit, souhaitant la levée totale de l'embargo sur toute l'étendue du territoire afin que les Centrafricains qui opèrent dans la filière diamantaire puissent en profiter.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=827905#sthash.x7mCzOkw.dpuf

 

Centrafrique : Seuls les diamants en provenance de l’ouest du pays sont exportables

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com