Sommaire

Recherche

Liens

28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 00:13

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-08-27 19:42:07 - Le chef d’état-major de l’armée française, le général De Villiers, au sortir d’une audience avec la présidente, Catherine Samba-Panza, mercredi au palais de la renaissance à Bangui, a fait part de son optimisme quant au retour de la paix et de la sécurité en Centrafrique.


''Nous avons constaté avec la présidente de transition que la situation s'est globalement améliorée en dépit de pics des violences qui sont assez brutaux et qu'il faut étudier'', a confié le général De Villiers, poursuivant ‘'nous devons continuer à étendre la paix pour que la population puisse vivre de mieux en mieux''.


Selon le général De Villiers, l'entretien avec Catherine Samba-Panza a été constructif et sa visite auprès des troupes françaises l'incite à l'optimisme. 


''La montée en puissance des forces des nations unies, la MINUSCA, qui progressivement va remplacer la MISCA démontre que nous sommes sur la bonne voie. La voie du progrès et la voie de réconciliation'', a indiqué le général De Villiers


Selon des sources bien informées, le général est à Bangui pour remonter le moral des troupes françaises de l'opération Sangaris et de l'Eufor-RCA après les affrontements du quartier KM5 dans le 3è arrondissement de Bangui. 


Il va également mettre à profit son séjour pour évaluer la situation sécuritaire à la veille du déploiement des casques bleus des Nations unies.


Entre autres déplacements, le chef d'état-major de l'armée française a effectué des visites de terrain pour se rendre compte des derniers développements de la situation en Centrafrique.

 

http://www.apanews.net/article_read-803151-le-chef-d--et-major-de-l--armefranese-optimiste-pour-le-retour-de-la-paix-en-rca.html#sthash.ZuZJp6vc.dpuf  

Le chef d'état-major de l'armée française optimiste pour le retour de la paix en RCA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 21:42

 

 

 

 

Centrafrique : remaniement du cabinet présidentiel, cinq jours après la formation du gouvernement

 

French.china.org.cn  le 28-08-2014

 

Cinq jours après la publication vendredi de la composition du nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par Mahamat Kamoun, la présidente de transition centrafricaine Catherine Samba-Panza a remanié l'équipe administrative mercredi, réduisant le nombre des membres de 28 à 20 et y introduisant deux membres de la diaspora, annonce-t-on à la présidence.

 

Comme pour le précédent nommé le 3 février après son élection par le Conseil national de transition (CNT, Parlement provisoire en place depuis juin 2013) consécutive à la démission forcée de Michel Djotodia, leader de l'ex-coalition rebelle Séléka, c'est un gouvernement bis que Mme Samba-Panza a mis en place, parallèlement au cabinet de Kamoun, son ex-ministre d'Etat, conseiller spécial.

 

Le secrétaire général de la présidence, Jean Ndemoukouma, et le ministre d'Etat, directeur de cabinet, Joseph Mabingui, conservent leurs postes dans ce cabinet présidentiel qui accueille cette fois- ci deux Centrafricains établis hors du pays. En provenance de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à Yaoundé au Cameroun, Yvon Songué est nommé ministre, conseiller économique et financier auprès de la présidente de transition.

 

Aubin Lenghat quitte quant à lui Paris pour devenir ministre délégué, conseiller en matière de relations publiques, chargé des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Fait marquant, Catherine Samba-Panza se saisit du dossier du programme DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion) en créant à cet effet un poste confié au général de brigade Thomas Théophile Timangoa, passé de ministre de le Défense nationale dans le gouvernement sortant d'André Nzapayéké à ministre, conseiller à la défense au sein du cabinet présidentiel.

 

Le chef militaire est aussi chargé de la réforme du secteur de la sécurité destinée à permettre à la République centrafricaine ( RCA) de se doter de nouvelles forces de défense et de sécurité capables d'assurer la paix et la sécurité dans ce pays après une désintégration de troupes due aux multiples coups d'Etat et rébellions qu'il connaît depuis son indépendance en 1960.

 

Le dialogue politique et social sera l'oeuvre d'Anicet Guiyama- Massogo, ministre délégué, conseiller politique, qui laisse le titre de porte-parole de la présidence à l'ex-ministre de la Communication et de la Réconciliation nationale Antoinette Montaigne née Moussa qui sa mission maintenant en tant que ministre, conseiller en communication chargé du suivi de la réconciliation nationale.

 

Source: Agence de presse Xinhua

 

 

NDLR : A noter qu'André Nzapayéké a réussi à faire recaser son dircab et non moins neveu, Bendert Bokia, comme ministre conseiller à la présidence chargé du suivi et de la mise en oeuvre de la feuille et du programme d'urgence

Catherine Samba-Panza retouche son cabinet
Catherine Samba-Panza retouche son cabinet
Catherine Samba-Panza retouche son cabinet
Catherine Samba-Panza retouche son cabinet
Catherine Samba-Panza retouche son cabinet
Catherine Samba-Panza retouche son cabinet

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 21:32

 

 

 

 

 

27/08/14 (Radio Ndeke Luka)

 

La polémique persiste à propos de la participation des formations politiques au Gouvernement du Premier ministre Mahamat Kamoun. L’unique candidate de la plate forme Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT) au sein du Gouvernement Kamoun, siégera-t-elle dans ce gouvernement ? Cette question se pose au sujet de Jeannette Déthoua, de l’AFDT, nommée ministre de la Réconciliation nationale. Son entité a demandé ce mardi qu’elle se retire du gouvernement.

 

Rainaldy Sioké, Coordonnateur de l’AFDT, affirme que son organisation ne voit pas la raison de garder son candidat dans ce gouvernement qui est loin d’être consensuel. Pour lui, le gouvernement devrait être représentatif de tous les groupes sociopolitiques.

 

« Ce n’est pas le profil du gouvernement sur lequel on s’était mis d’accord avec Madame la Présidente. Dans ces conditions, nous retirons notre unique représentante dans ce gouvernement. Nous avons aussi demandé à la Présidente de la transition, de reprendre langue avec les forces politiques et sociales et avec la communauté internationale sans laquelle, la RCA ne peut rien faire aujourd’hui. Si Jeannette Déthoua y reste, c’est en son nom propre mais pas au nom de l’AFDT », a éclairé Rainaldy Sioké.

 

Radio Ndèkè Luka n’a pu joindre la ministre Jeannette Déthoua pour avoir son avis sur la décision que vient de prendre l’AFDT. Va-t-elle démissionner ou rester dans ce gouvernement ? La question reste posée.

 

Du côté de l’ex-coalition rebelle Séléka, c’est un son de cloche différent. Les trois représentants de cette ex-coalition sommés de se retirer du gouvernement Kamoun semblent se désolidariser de leur base. Ce sont Arnaud Djoubaye Abazène nommé aux Transports et à l’aviation civile, Assane Abdallah Kadre des Postes et télécommunications et Mahamat Taïb Yacoub, ministre délégué à l’Elevage.

 

Une source proche de l’ex-Séléka a indiqué que ces trois personnalités ont décidé de siéger dans le gouvernement Kamoun au motif que l’heure n’est plus à l’amusement, mais plutôt à du sérieux et à la pacification du Centrafrique.

 

Toujours, au sujet de cette nouvelle administration, les Etats-Unis d’Amérique déclarent accueillir avec satisfaction la publication du gouvernement centrafricain. Dans une déclaration publiée mardi à Washington, le Département d’Etat américain invite le peuple centrafricain à coopérer avec tous, en renonçant à tous les actes de violence et de participer pleinement au processus du dialogue et de la réconciliation nationale.

La polémique toujours au sujet de la participation au gouvernement Kamoun

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 17:38

 

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-08-27 15:01:15 - Le nouveau représentant résidant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Centrafrique, Docteur Michel N’da Konan Yao, mercredi au chef de la diplomatie centrafricaine, M. Toussaint Kongo Doudou, ses lettres de créances qui l’accréditent auprès du gouvernement centrafricain.


''Nous nous réjouissons d'être en Centrafrique pour apporter notre appui à un moment où le peuple centrafricain en a le plus besoin'', a déclaré à la presse Michel Yao au sortir de cette audience.


Parlant des priorités de l'OMS en cette période crise où presque tout le système sanitaire est détruit, il a déclaré : ‘'Notre principale priorité c'est de permettre la restauration au plus vite des services de santé pour que les populations puissent avoir accès aux soins de santé''. 


En ce qui concerne le virus Ebola, M. Yao qui est de nationalité ivoirienne a réitéré le soutien de son agence au gouvernement centrafricain dans la surveillance appropriée de la fièvre hémorragique ainsi que le renforcement des capacités des structures de santé pour la prise en charge des cas qui surviendraient en Centrafrique.

‘'Nous mettons tout en œuvre, en collaboration avec le ministère de la santé, pour que ce plan soit mis en œuvre tout en mobilisant les ressources nécessaires ainsi que tous les acteurs humanitaires qui sont en Centrafrique'', promis Michel N'da Konan Yao, arrivé à Bangui depuis le 6 août dernier.


Face à la propagation du virus Ebola, la contribution de la population est nécessaire pour, a-t-il ajouté, mener la prévention, ‘'en termes de compréhension des modes de transmission du virus Ebola, mais aussi l'application des recommandations du ministère de la santé''.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=803121#sthash.dILladNn.dpuf  

Le nouveau représentant de l'OMS reçu par le ministre centrafricain des Affaires étrangères

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 17:09

 

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) 27/08/14 - Le directeur exécutif de Elections Instiute for Substainable Democracy in Africa (EISA), Denis Kandima , s’est entretenu ce mercredi avec les membres du bureau de l’Autorité nationale des élections (ANE), au siège de cette institution à Bangui.

 

Les deux parties ont échangé sur l'état d'avancement du processus électoral et l'apport de l'EISA par rapport aux besoins exprimés par l'ANE.

 

‘'Nous sommes une organisation africaine basée en Afrique du Sud et nous nous intéressons à tous les processus politiques et électoraux en Afrique. Et la Centrafrique est un pays très important pour EISA. En venant en Centrafrique, nous voulons un peu savoir ce qui se passe dans le pays. Et où est-on avec les préparatifs des élections en cette période de crise'', a confié à APA Dénis Kandima qui effectue une visite de travail en Centrafrique.

 

L'entretien avec le président de l'ANE, Dieudonné Kombot Yaya, a été très intéressant, a-t-il dit, soulignant avoir pu avec les membres de sa délégation se faire une idée de la situation générale de la Centrafrique ainsi que des difficultés financières et matérielles rencontrées par l'ANE.

 

Dans ‘'un pays en transition, les choses ne sont pas toujours faciles'', a reconnu M. Kandima avant d'ajouter que la réussite de sa visite dépendra de l'expertise que l'EISA aura à apporter pour appuyer l'ANE dans sa mission.

 

‘'Pour le moment, a-t-il relevé, nous sommes encore en train de nous instruire, d'apprendre. Qui sont les acteurs ? Qu'est ce qui se passe ? C'est à l'issue de ces rencontres que nous saurons exactement ce que EISA peut faire''.

 

De son côté, le président de l'ANE, Dieudonné Kombot Yaya s'est félicité de cette rencontre et a loué les initiatives de l'EISA d'ouvrir son bureau à Bangui.

 

''Leurs interventions seront une plus value dans le processus électoral que l'ANE a déjà engagé'', a-t-il affirmé.

 

L'agenda de la délégation de l'EISA à Bangui prévoit une série de rencontres avec les organisations de la société civile centrafricaine ainsi que les partenaires au développement représentant la communauté internationale,

Séjour à Bangui du responsable d'une structure africaine chargée des élections
Séjour à Bangui du responsable d'une structure africaine chargée des élections

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 15:56

 

 

 

 


République centrafricaine : annonce d’un nouveau gouvernement

 

Les États-Unis accueillent avec satisfaction l’annonce de la formation d’un nouveau gouvernement de transition en République centrafricaine. Nous appelons tous les membres de ce gouvernement nouvellement constitué à faire avancer rapidement le processus de transition démocratique et à démontrer par leurs actions qu’ils gouvernent dans l’intérêt de tous les Centrafricains en incluant leur voix dans un dialogue national à vaste assise et ouvert à tous. De même, nous exhortons tous les Centrafricains à s’associer aux autorités de transition, à renoncer à tous les actes de violence et à participer pleinement au dialogue national.

 

Nous appelons également le nouveau gouvernement de transition à veiller à ce que le processus de transition démocratique soit ancré dans une consultation nationale à vaste assise avec toute la population de la République centrafricaine, y compris les personnes déplacées et celles qui ont fui dans des pays voisins. Ce processus de transition démocratique doit respecter les droits de tous, prévoir des mesures concrètes pour donner aux Centrafricains accès à la justice et à la reddition de comptes et culminer dans la tenue d’élections libres et honnêtes.

 

En ce moment crucial, les États-Unis rejettent catégoriquement toutes les actions et déclarations de nature à compromettre le processus de transition démocratique ou à entraîner davantage de violence et d’instabilité en République centrafricaine. Nous rejetons catégoriquement tout défi à l’intégrité territoriale de la République centrafricaine. Nous demandons instamment à toutes les parties de respecter pleinement et d’appliquer les dispositions de l’accord de cessation des hostilités conclu à Brazzaville en juillet 2014, et de se concentrer maintenant sur la tâche ardue du dialogue et de la consultation d’envergure nationale devant mener à une transition politique et des élections démocratiques.

 

Les États-Unis demeurent solidaires du peuple de Centrafrique tandis qu’il entreprend ce travail vital pour apporter la paix et la sécurité, la justice, la stabilité et la prospérité à son pays.

Département d’État des États-Unis


Bureau de la porte-parole


Washington, D.C.


Le 26 août 2014

Gouvernement Kamoun : Déclaration de Jen Psaki, porte-parole du département d'état US

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 15:07

 

 

 

 

 

Paris 27/08 2014 (CAP) – On ne l'apprend que maintenant, mais dimanche dernier, en rentrant tard dans la nuit à son domicile des Hauts de Seine (92) après une fête avec des amis à Paris, le porte-parole de l’ex-Séléka Habylah Awal, a eu la désagréable surprise de tomber nez à nez avec une demi-douzaine d’individus cagoulés qui le suivaient en voiture sans que la victime s’en soit rendu compte.

 

Il a été violemment passé à tabac par ces inconnus qui s’exprimaient en sango, langue nationale de Centrafrique et lui reprochaient selon leurs dires, « d’insulter la présidente régulièrement et ses proches » et de promettre de vouloir en « finir avec lui ce soir » etc…C’est la brusque survenue d’un couple sur les lieux et obligé de fuir devant le triste spectacle qui a également mis en fuite les agresseurs. Deux voisins d’habitation de la victime l’ont néanmoins assisté avant l’arrivée des pompiers qui se chargeront du transfert à l’hôpital d’Habylah Awal pour des soins appropriés.

 

Le porte-parole de l’ex-Séléka a naturellement déposé plainte contre x pour « agression caractérisée », « violence volontaire, coups et blessures en bande organisée avec préméditation »

Le porte-parole de l’ex-Séléka violemment agressé à Paris par des inconnus

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 13:22

 

 

 

 


Bangui - AFP / 27 août 2014 10h59 - Une délégation du gouvernement de transition centrafricain s'est rendue au Bénin pour y rencontrer l'ex-président Michel Djotodia, qui vit aujourd'hui en exil à Cotonou et veut que son pays retrouve la paix, a rapporté la radio publique centrafricaine.


(...) Je peux dire que le président Michel Djotodia est pour la paix, a déclaré mardi soir à la radio le conseiller politique et porte-parole de la présidence, Anicet-Clément Guiyama Masogo, qui conduisait la délégation ayant rencontré l'ex-chef d'Etat.

Cette délégation gouvernementale s'est rendue à Cotonou le week-end dernier, où M. Djotodia vit en exil depuis qu'il a démissionné en janvier 2014.


Chef de la rébellion à dominante musulmane de la Séléka, M. Djotodia était arrivé au pouvoir en mars 2103, à la faveur de la prise de Bangui par son mouvement et de la chute du régime de François Bozizé.


Le passage aux affaires de la Séléka a été désastreux pour le pays. Derrière une gouvernance en trompe l'oeil, il a été marqué par des pillages généralisés et d'innombrables exactions sur les populations civiles qui ont ensuite nourri une haine profonde contre la minorité musulmane, assimilée aux rebelles.


Affaiblie par l'intervention de l'armée française et de la force africaine Misca, la Séléka avait dû évacuer Bangui début 2014 et s'est retirée depuis lors dans ses fiefs du nord du pays, où elle est aujourd'hui très divisée.


Le président Michel Djotodia s'est engagé pour que les Centrafricains ne puissent plus connaitre les violences, les destructions, les pillages, les viols, a assuré mardi soir à la radio le conseiller Guiyama Masogo.


Ce déplacement d'une délégation gouvernementale au Bénin était une première étape, a annoncé le conseiller présidentiel.


A côté de l'ex-Séléka, il y a aussi les (milices) anti-balaka à la tête desquels il y a le président Bozizé (...). Et donc dans les prochaines étapes auxquelles pense la présidente (Catherine Samba Panza), il y a ce contact direct avec M. Bozizé qui doit être impliqué dans le processus, selon M. Guiyama Masogo.


Ce déplacement d'une délégation gouvernementale au Bénin était une première étape, a annoncé le conseiller présidentiel.


A côté de l'ex-Séléka, il y a aussi les anti-balaka à la tête desquels il y a le président Bozizé (...). Et donc dans les prochaines étapes auxquelles pense la présidente (Catherine Samba Panza), il y a ce contact direct avec M. Bozizé qui doit être impliqué dans le processus, selon M. Guiyama Masogo.


Les protagonistes de la crise centrafricaine -Séléka et anti-balaka (milices à majorité chrétienne) notamment- ont signé fin juillet à Brazzaville un accord de cessez-le-feu, qui a été déjà violé à plusieurs reprises sur le terrain.


Un nouveau Premier ministre, Mahamat Kamoun, a été nommé depuis lors et un nouveau gouvernement de transition a été formé, élargi et se voulant inclusif, comprenant notamment des représentants des groupes armés. Il est néanmoins contesté par plusieurs acteurs politiques, en particulier par la Séléka qui affirme n'y avoir mandaté aucun ministre.



(©) http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=511380 

Centrafrique: une délégation gouvernementale rencontre l'ex-président Djotodia

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 12:18

 

 

 

 

 

RABAT, 27/08/14 (Xinhua) -- Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, a affirmé mardi que son pays envisageait d'augmenter au mois prochain ses effectifs dans le cadre de la force onusienne de maintien de la paix et de la sécurité en Centrafrique.

 

"En septembre prochain, le Maroc œuvrera au renforcement de la force onusienne stationnée dans ce pays en augmentant son contingent de maintien de la paix et de la sécurité en Centrafrique, en envoyant l'aide humanitaire et en renforçant le dialogue politique dans l'objectif de parvenir à un consensus politique à même de faire sortir le pays de sa situation actuelle", a déclaré le ministre.

 

Dans une déclaration à la presse à l'issue d'un entretien, lundi, avec l'envoyé spécial de l'OCI dans ce pays, Cheikh Tidiane Gadio, qui effectue une visite de travail à Rabat, le diplomate marocain a souligné la nécessité d'apporter un soutien à M. Gadio pour la réussite de sa mission dans le cadre d'une feuille de route claire basée sur l'arrêt des combats, le dialogue et l'établissement des institutions, tout en insistant sur la préservation de l'unité de la Centrafrique.

 

M. Mezouar a, par ailleurs, mis en relief le rôle important que joue le Maroc notamment à la faveur de la stabilité et le maintien de la paix dans le pays, évoquant dans ce cadre toutes les initiatives du Maroc allant dans le sens de l'appui du dialogue entre tous les belligérants et du processus de transition en vue de tenir des élections législatives sur la voie de la stabilité institutionnelle et politique du pays.

 

Le 10 avril dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté une résolution qui créa la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Son mandat est axé sur la protection des civils, le soutien à l'extension de l' autorité de l' État, le soutien à l' acheminement de l' aide humanitaire, la protection des droits humains et l' action en faveur de la justice nationale et internationale.

 

Pour rappel, le Maroc avait dépêché, en décembre 2013, un contingent des Forces armées royales (FAR) en République centrafricaine pour participer à la mission de l' ONU déployée dans ce pays africain, où les violences entre chrétiens et musulmans avaient fait plusieurs milliers de personnes tuées à Bangui et en province.

 

Fort de ses liens historiques, anthropologiques et humains, le Maroc est fortement engagé en faveur de la consolidation de la paix, en contribuant à la gestion des crises notamment par sa participation, dans le cadre des Nations unies, aux opérations de maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine, à Haïti, au Kosovo, en Somalie et en République démocratique du Congo.

 

Le Maroc est également engagé en faveur de la consolidation de la paix en Côte d' Ivoire par sa participation, dans le cadre des Nations unies, aux opérations de maintien de la paix (ONUCI), en place depuis 2004. Le Maroc a totalement pris en charge à Benguérir (Région de Marrakech) la formation d'une unité spéciale composée de plus de 700 militaires ivoiriens. Les tâches et les missions confiées à cette unité font d' elle un corps d' élite qui joue un rôle décisif dans la consolidation de la paix et la sécurité en Côte d'Ivoire.

 

Avec le Mali, les relations bilatérales portent sur l'échange entre leurs services de renseignement, une coopération militaire et aussi un appui diplomatique du Maroc. Le Maroc organise plusieurs stages pratiquement tout le temps et dans tous les domaines des activités pour le renforcement des capacités des ressources humaines qu' il s' agisse des civils ou des militaires.

 

 

Le Maroc augmente l’effectif de sa force militaire en République Centrafricaine

 

Rabat - 27/08/14 (Le Mag) - Les Forces Armées Royales déploieront à partir du mois prochain, un effectif augmenté en nombre, en RCA, dans le cadre de la force onusienne de maintien de la paix et de la sécurité en Centrafrique (MINUSCA). C’est ce qu’a annoncé hier, mardi, à Rabat, le ministre marocain des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar.

 

Le diplomate en chef du royaume, cité par le site de Radio Chine Internationale et par l’agence de presse Xinhua, a déclaré : ‘‘En septembre prochain, le Maroc œuvrera au renforcement de la force onusienne stationnée dans ce pays en augmentant son contingent de maintien de la paix et de la sécurité en Centrafrique, en envoyant l'aide humanitaire et en renforçant le dialogue politique dans l'objectif de parvenir à un consensus politique à même de faire sortir le pays de sa situation actuelle’’.

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU, avait, le 10 avril dernier, adopté une résolution portant création de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

 

Cette dernière a été investie des missions de protection des civils, l'extension de l'autorité de l'État, l'acheminement de l'aide humanitaire, la protection des droits humains et l'action en faveur de la justice nationale et internationale.

 

A rappeler que le Maroc avait, dès décembre 2013, dépêché un contingent des FAR en RCA pour sécuriser la BINUCA (Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la Paix en République Centrafricaine RCA).

Le Maroc renforce son contingent de maintien de la paix et de la sécurité en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 12:13

 

 

 

 

 

YAOUNDE, 27/08/14 (Xinhua) -- Plusieurs personnes ont été tuées lors de violents combats opposant des factions de l'ex-coalition rebelle de la Séléka depuis lundi à Bambari, ville du centre de la République centrafricaine (RCA), distante d'environ 400 km de la capitale Bangui, rapportent des sources au sein du mouvement armé et l'administration locale.

 

"Depuis hier soir, une mésentente provoque des affrontements entre des éléments qui se trouvent à Bambari. C'est un combat terrible. De notre côté, on déplore 5 morts lundi et un autre mort aujourd'hui. Chez l'ennemi, je ne connais pas le bilan", a témoigné le colonel Djouma Narkoyo, porte-parole de la Séléka joint mardi par Xinhua à Sam-Ouandja, à plus de 900 km au Nord-Est de Bangui, à la frontière soudanaise.

 

Ces combats mettent aux prises des troupes du commandement suprême de l'ex-alliance rebelle placée sous l'autorité du général JosephZoundéko, le chef d'état-major, et d'autres combattants, des peuls, menés par Ali Djarras, dans le rôle de "comzone", c'est-à- dire commandant de la zone dont la présence dans la ville est antérieure à celle de l'état-major de l'ex-rébellion depuis mai.

 

Selon le colonel Narkoyo, Djarras, ex-chef d'état-major de la rébellion dirigée par le rebelle tchadien Baba Ladé dans le Nord- Ouest de la RCA, notamment à la frontière tchadienne, a rallié la Séléka à Kaga-Bandoro en février 2013, peu avant la prise du pouvoir de celle-ci et son leader Michel Djotodia un mois plus tard.

 

Détaché depuis plus de huit mois de Bangui, le "comzone" s'est entouré de combattants peuls pour imposer son autorité à Bambari, où des tensions ont aussitôt surgi avec la population composée majoritairement d'agriculteurs dont la force des bras fait de cette ville le grenier du pays.

 

"Depuis huit mois, j'ai géré une situation très difficile", a confié le préfet du département de la Ouaka dont Bambari est le chef-lieu, Ben Ousmane Abakar.

 

Pour le colonel Narkayo, "Djarras digère mal notre présence à Bambari", explique Narkoyo.

 

D'autres sources expliquent la tension entre les deux factions rebelles par la perception de dividendes provenant des sociétés de téléphonie mobile par un camp au détriment de l'autre.

 

Survenus depuis la veille de 16h00 jusqu'à 20h30 (19h30 GMT) selon le préfet, les combats, intenses et extrêmement violents, ont repris mardi matin aux environs de 04h30 (3h30 GMT), pour s'arrêter à 11h00 (10h00 GMT), de l'avis de Narkoyo faisant état de l'utilisation par les deux camps d'armes lourdes "de tous calibres" dont les lance-roquettes et des Kalachnikov.

 

"On enregistre beaucoup de décès des deux côtés. C'est un combat dur. Ma famille et moi, nous sommes en danger. Au moment où je vous parle, je suis cloîtré dans ma chambre. Je suis abandonné à moi-même avec ma famille. Je ne comprends pas cela. Ni les autorités, ni les Nations Unies que j'ai tour à tour appelées pour venir m'apporter la protection ne se manifestent", s'inquiète le préfet.

 

Comme le témoigne le rapport de l'autorité administrative, aucun bilan précis ne permet pour l'heure d'apprécier l'ampleur des hostilités provoquées, à l'en croire, par la décision du général Zoundéko de procéder au remplacement des hommes d'Ali Djarras à un check-point érigé dans la ville.

 

C'est un incident de plus qui ne rassure pas quant à une rapide de sortie de crise en RCA qui vient de se doter d'un nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par Mahamat Kamoun, ex- directeur de cabinet de Michel Djotodia alors président par intérim, ayant par ailleurs servi comme ministre d'Etat, conseiller spécial de l'actuelle présidente de transition Catherine Samba-Panza.

 

"Depuis 12h00, il y a un calme précaire. Il y a l'état d' urgence", a cependant précisé le colonel Narkoyo. Cette ville de 40.000 à 50.000 habitants avait déjà été au cours des derniers mois le théâtre d'affrontements sanglants entre les ex-rebelles de la Séléka et leurs adversaires des milices anti-Balakas, les uns et les autres signataires d'un fragile cessez-le-feu conclu le 23 juillet à Brazzaville (Congo).

 

En plus de la Séléka, un contingent de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) et un autre de la force française Sangaris sont déployés dans la localité.

 

Des accrochages ont aussi opposé ces forces chargées d'aider à restaurer la paix et la sécurité dans le pays aux anciens maîtres de Bangui.

 

 

En Centrafrique, combats entre Séléka

 

27/08/14 (BBC)

 

Des combats entre deux factions rivales de l'ex rébellion Séléka à Bambari, dans le centre de la Centrafrique ont fait une vingtaine de morts dans les rangs des deux parties.

 

Les hommes du général Joseph Zoundéko de l'ethnie Goula, proche de l'ancien président Michel Djotodia venus du nord-est se battent depuis lundi contre des combattants peuhls du général Ali Djarass.

 

Une rivalité a toujours opposé ces deux entités de l'ex séléka basées depuis quelque temps dans la localité

 

A l’origine des hostilités les Séléka peuls, dénoncent la multiplication des barrières illégales dans la ville par les combattants du général Zoundeko.

 

Selon Ahmat Nedjad Ibrahim, porte-parole de l'Etat-major de l'ex coalition rebelle, au moins 17 partisans du général Zoundéko.

 

Du côté du général Djarass cependant, on parle d'un mort et de trois blessés.

 

Il ne s'agit encore là que d'un bilan provisoire.

 

Un calme relatif est revenu. Deux hélicoptères de la force Sangaris survolent la ville.

 

http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2014/08/140826_car_selek...

 

Centrafrique : violents combats depuis lundi à Bambari entre fractions de la Séléka

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog