Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 19:45
Guinée équatoriale : Une femme à la tête du gouvernement

 

 

Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afrique centrale à occuper ces fonctions, a annoncé la télévision d’Etat (TVGE) mardi.

“Je nomme Madame Manuela Roka Botey Première ministre du gouvernement chargée de la coordination administrative”, a écrit le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo dans un décret lu à la TVGE.

Manuela Roka Botey est vice-doyenne de la faculté des lettres et des sciences sociales de l’Université nationale de Guinée équatoriale (UNGE). Elle est entrée au gouvernement en août 2020 en tant que ministre déléguée à l’Éducation nationale, à l’Enseignement universitaire et aux Sports.

“Pour la première fois en Guinée équatoriale, une femme est nommée première ministre”, a tweeté le vice-président et fils du chef de l’Etat, Teodoro Nguema Obiang Mangue, alias Teodorin. “Ceci est une preuve supplémentaire de l’engagement en faveur de l’égalité des genres (…) dans le pays”, s’est-il félicité.

Mme Roka Botey remplace l’ancien Premier ministre Francisco Pascual Obama Asue qui occupait ce poste depuis près de huit ans.

Les trois vice-Premiers ministres, Clemente Engonga Nguema Onguene, chargé de l’Education et des sports, Ángel Mesie Mibuy, chargé des Affaires juridiques et des relations avec le parlement, et Alfonso Nsue Mokuy, chargé des Droits de l’Homme, ont été reconduits, a précisé la TVGE.

La Guinée équatoriale est dirigée depuis 1979 par M. Obiang, qui détient le record mondial de longévité au pouvoir pour un chef d’Etat encore vivant, hors monarques.

Il avait pris le pouvoir par un coup d’Etat dans ce pays indépendant de l’Espagne depuis 1968. Son régime est régulièrement accusé par les ONG internationales et des capitales occidentales de réprimer toute opposition et de bafouer les droits humains, et blâmé pour une corruption endémique.

Source : voa

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 18:39
Tchad : l’armée accusée d’exécutions extrajudiciaires

 

Tchad : l’armée accusée d’exécutions extrajudiciaires

le 03.02.2023 à 11h18 par APA

Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un communiqué diffusé ce 2 février 2023, la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme (LTDH) condamne l’exécution sommaire et extrajudiciaire de 11 civils à Bakarom, un village de la sous-préfecture de Ngouboua dans la province du Lac Tchad.

La LTDH affirme dans le document que ces personnes, dont quatre membres d’un comité d’autodéfense, ont été exécutées par pendaison par des éléments de l’armée tchadienne en opération dans la zone du Lac. Ce, après avoir subi des tortures pendant 17 jours dans le camp militaire.

L’organisation accuse un haut gradé de l’armée tchadienne d’être le donneur d’ordre de ces exécutions. Le document soutient qu’avec l’apparition de groupes terroristes dans le Lac Tchad, des forces de défense et de sécurité s’adonnent en toute impunité à de toutes sortes d’exaction sur la population civile.

Face à ces exactions, la LTDH exprime son indignation et exige  du gouvernement une enquête impartiale et indépendante et des poursuites pénales contre les personnes identifiées comme des auteurs de ces exécutions extrajudiciaires.

Pour l’heure, le gouvernement n’a ni confirmé ni infirmé les faits.

 

 

Tchad : Des bases djihadistes bombardées par la FMM

African Manager

Plusieurs bases du groupe djihadiste Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) ont été pilonnées en fin de semaine dernière dans la région du lac Tchad par des forces du Nigeria, du Niger, du Cameroun et du Tchad, avec l’appui d’un drone américain.

« L’objectif de cette opération spéciale était de neutraliser les bases de l’ISWAP installées dans la forêt de Matari (Nigeria) à partir desquelles des attaques sont menées chaque année sur les villes (nigériennes) de Maïné Soroa, Chétinari et de Chétimari Wangou » abritant un poste militaire, indique un communiqué de la Force multinationale mixte (FMM) rassemblant les armées des quatre pays.

Cette « opération spéciale de bombardement » a été décidée après qu’une « cinquantaine de terroristes » ont été observés dans cette région les 27 et le 28 janvier, et a été menée essentiellement par des soldats nigériens, « avec l’appui d’un drone des partenaires américains », ajoute le communiqué.

A l’issue « d’une série de pilonnages précis », un campement terroriste et une base de vie ont été « détruits » et 36 « présumés terroristes » ont été « capturés », selon la FMM qui affirme qu' »une grande partie de ces criminels en fuite » a « été interceptée ».

 

 

Israël au Tchad : nécessité de limiter l'influence de l'Iran et du Hezbollah au Sahel

02/02/2023 | 14:06

Le président tchadien Mahamat Deby, présent en Israël pour inaugurer une ambassade jeudi, a entendu l'inquiétude de ses hôtes face à ce qu'ils décrivent comme l'influence de leurs ennemis jurés, l'Iran et le Hezbollah, dans la région africaine du Sahel.

Israël n'a confirmé la visite de Deby que mercredi, un jour après son arrivée. Le voyage comprenait un arrêt rare au siège des services de renseignement du Mossad - un signe que les liens bilatéraux rétablis il y a cinq ans ont une importance pour la sécurité nationale.

L'ambassade du Tchad se trouve à Ramat Gan, une ville voisine de Tel Aviv, a indiqué le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

"C'est un grand jour, un jour historique pour le Tchad et pour Israël aussi", a déclaré Deby dans une vidéo de l'inauguration.

"Je propose une prière à Dieu pour que, avec l'ouverture officielle de notre ambassade ici, les relations entre nos pays apportent de la valeur aux deux peuples, le vôtre et le nôtre."

Debout aux côtés du président tchadien, Netanyahu a déclaré : "Nous renforçons notre amitié, et notre intérêt commun à décrocher la paix, la sécurité et la prospérité."

Rencontrant Deby plus tôt, le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, "a soulevé l'importance de réduire l'influence de l'Iran et du Hezbollah dans la région du Sahel, en tant que clé pour assurer la stabilité, et contrecarrer l'exportation du terrorisme", a déclaré le bureau de Gallant.

Il n'y a pas eu de commentaire immédiat de la part du gouvernement du Tchad ou de Téhéran. À Beyrouth, le bureau des médias du Hezbollah s'est refusé à tout commentaire.

L'existence ou le niveau de l'influence iranienne dans le Sahel a été contesté.

Le Maroc a coupé ses liens avec l'Iran en 2018, l'accusant de travailler par l'intermédiaire du Hezbollah pour former et armer le groupe du Front Polisario, qui mène une lutte armée pour l'indépendance du territoire contesté du Sahara occidental. Rabat a également mis en garde contre une incursion iranienne au Sahel utilisant l'Algérie comme porte d'entrée.

L'Algérie et le Polisario ont démenti cette affirmation et les analystes disent n'avoir vu aucune preuve d'une telle activité iranienne.

Le Tchad à majorité musulmane n'a pas parlé publiquement d'une présence significative de l'Iran ou du Hezbollah, un parti politique libanais soutenu par Téhéran et disposant d'une puissante milice, au Sahel, dont certaines parties sont aux prises avec des insurrections islamistes sunnites.

En 2018, le président tchadien de l'époque, Idriss Deby, s'est rendu en Israël, renversant des décennies de distance diplomatique sur ses politiques envers les Palestiniens, dont la lutte pour la création d'un État se poursuit. À l'époque, Idriss Deby avait évoqué une lutte commune contre le terrorisme.

Ayant repris le pouvoir le mois dernier, Netanyahou a promis d'élargir le cercle des pays arabes ou musulmans qui reconnaissent Israël - même s'il est confronté à une impasse de plus en plus profonde et violente avec les Palestiniens.

L'administration du président palestinien Mahmoud Abbas n'a fait aucun commentaire immédiat sur l'ouverture de l'ambassade tchadienne. Le groupe islamiste palestinien rival d'Abbas, le Hamas, qui rejette la coexistence avec Israël, a condamné la décision du Tchad.

Israël n'a pas l'intention d'ouvrir une ambassade à N'Djamena, et gère les contacts avec le Tchad à partir de son ambassade au Sénégal, a déclaré un fonctionnaire.

 

© Zonebourse avec Reuters 2023

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 18:29
RCA : Les combattants russes s'affrontent avec les rebelles

Lu pour vous

 

Les mercenaires de Wagner subissent des pertes dans la lutte pour l'or de la République centrafricaine

https://www.theguardian.com/world/2023/feb/02/wagner-mercenaries-sustain-losses-in-fight-for-central-african-republic-gold

Les combattants russes s'affrontent avec les rebelles alors que le Kremlin tente d'étendre le pouvoir dans un pays riche en minéraux

Zeinab Mohammed Salih à Khartoum et Jason Burke Jeu 2 février 2023 00h00 GMT

Les mercenaires russes du groupe Wagner ont subi de lourdes pertes dans une nouvelle vague de combats entre les troupes gouvernementales et les rebelles sur le contrôle des mines d'or lucratives en République centrafricaine (CAR).

Les affrontements surviennent dans un contexte d'instabilité croissante dans le pays anarchique et riche en ressources, qui ces dernières années est devenu l'un des principaux centres d'influence de la Russie en Afrique subsaharienne.

L'offensive gouvernementale est menée par certains des quelque 1 000 combattants Wagner stationnés en RCA depuis 2018.

Wagner a été fondé par Yevgeny Prigozhin, un homme d'affaires ayant des liens étroits avec le Kremlin, et a été déployé dans une douzaine de pays africains dans le cadre d'un effort russe visant à projeter le pouvoir sur le continent et à extraire des ressources précieuses. Le mois dernier, les États-Unis ont désigné Wagner comme une "organisation criminelle transnationale importante", en partie en raison de son rôle croissant dans l'invasion russe de l'Ukraine.

En RCA, les combattants de Wagner ont défendu le régime de Faustin-Archange Touadéra contre les attaques rebelles successives sur la capitale, Bangui, et ont été accusés de violations des droits de l'homme.

Les affrontements ont commencé il y a deux semaines dans une ville près de la frontière avec le Cameroun et le Tchad, opposant les rebelles aux Russes et aux troupes gouvernementales. La violence s'est à nouveau enflammée près de la frontière soudanaise le week-end dernier. Entre sept et 17 combattants de Wagner faisaient partie des dizaines de victimes, ont affirmé des sources rebelles.

« Nous avons perdu deux [tués] et beaucoup de blessés, mais nous les avons vaincus et confisqué de nombreux camions militaires... Nous avons organisé une embuscade et ils sont tombés dans le piège », a déclaré Ahmadou Ali, un haut dirigeant de la Coalition rebelle des patriotes pour le changement, dans une interview téléphonique.

Les experts disent que des chiffres fiables sont difficiles à établir, mais qu'il est clair que Wagner a subi des pertes relativement lourdes.

Une source proche de l'armée nationale de la CAR a déclaré que sept Russes avaient été tués dans l'embuscade, l'une des pertes uniques les plus lourdes de Wagner en Afrique depuis les batailles contre les rebelles islamistes au Mozambique en 2019.

Ali a déclaré que les forces de la CAR n'avaient pas rejoint les combats. « C'était une bataille entre nous et les Russes. Ils n'ont utilisé les troupes gouvernementales que pour légitimer les choses. Les Russes ont pris tout le pays. Ils sont partout : ils gardent les frontières et vous les voyez partout où il y a des ressources [préciables]. Ils ont volé toutes nos ressources », a-t-il déclaré.

Bien que l'emprise de Touadéra sur le pouvoir reste forte, la nouvelle violence suggère une plus grande instabilité en RCA qu'au cours des dernières années, ont déclaré les analystes. Le pays, l'un des plus pauvres du monde, est confronté à l'effondrement économique. Une série de changements dans l'alignement des puissances régionales au cours des derniers mois ont également suscité des tensions.

« Le gouvernement de Bangui est totalement à court d'argent », a déclaré Enrica Picco, directrice de l'Afrique centrale pour le groupe international de crise. « Wagner ne contrôle pas complètement tous les sites miniers et il y a encore des combats à plusieurs. Le déménagement du groupe [dans les zones frontalières] a changé la dynamique du conflit parce que les factions rebelles s'y sont unies face à l'ennemi commun pour protéger leurs revenus miniers. »

Marie-Reine Hassen, ancienne diplomate et politicienne de l'opposition, a déclaré que le président devrait renoncer au pouvoir. « Il le perd et personne ne le veut, je sais qu'il ne le fera pas, mais le pays est un gâchis. Les gens meurent de faim, pas d'eau propre, pas d'électricité », a-t-elle déclaré.

L'année dernière, il y a eu une autre série d'affrontements après que des combattants Wagner ont attaqué des mines d'or artisanales le long de la frontière de la CAR avec le Soudan. Des dizaines de mineurs ont été tués dans au moins trois attaques et des témoins interrogés par le Guardian ont décrit des "massacres" par des combattants qu'ils ont identifiés comme étant de Wagner, qui a balayé des campements pleins de mineurs migrants et de travaux miniers pendant une période de six semaines.

Depuis son arrivée en RCA, Wagner a essayé d'établir un contrôle sur le flux d'or et de diamants dans le cadre d'une poussée plus large pour sécuriser les ressources. Les analystes pensent que le groupe s'est d'abord fait promettre de l'or et d'autres concessions minières pour ses services au lieu de paiements en espèces.

De telles concessions ont pris de l'importance car le rouble russe a subi des pressions depuis l'invasion de l'Ukraine par Moscou. Les métaux précieux, en particulier l'or, pourraient aider le régime de Vladimir Poutine à survivre à l'impact économique des sanctions.

Les nouveaux affrontements sont un autre exemple de la façon dont l'intervention de Wagner est souvent liée à une augmentation des décès de civils, malgré les éléments du groupe qu'ils combattent les insurgés plus efficacement que les soldats de la paix de l'ONU ou les troupes conventionnelles déployées par d'anciennes puissances coloniales telles que la France.

Une étude de l'ONG Armed Conflict Location and Event Data Project a révélé que des civils ont été ciblés dans plus de la moitié de la violence politique impliquant Wagner en RCA, et 71 % au Mali, où les mercenaires russes ont été déployés à la fin de 2021 pour renforcer un régime dirigé par des militaires alors que les troupes françaises se retiraient.

"Dans les deux cas, cela dépasse le taux de ciblage civil perpétré par les forces alliées de l'État, ainsi que par les principaux groupes insurgés opérant dans chaque contexte", a déclaré l'ONG.

Human Rights Watch, dans un rapport en mai, a déclaré que les forces de la RCA dont les témoins identifiés comme russes semblaient y avoir battu, torturé et tué des civils depuis 2019. Il a déclaré que les forces liées à la Russie en RCA ne portaient pas d'uniforme désigné et n'avaient pas d'insigne officiel ou d'autres caractéristiques distinctives.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 17:10
Cameroun : suite de l'assassinat du journaliste Martinez Zogo
Cameroun : suite de l'assassinat du journaliste Martinez Zogo

 

Lu pour vous

 

Meurtre de Martinez ZOGO : Amougou Belinga interpellé à son domicile et conduit au SED

https://www.cameroonmagazine.com/  03/02/2023

Amougou Belinga, un homme influent connu sous le nom de « Le zomloa des zomloa », a été arrêté à son domicile par la police aujourd’hui.

L’arrestation est intervenue à la suite d’une demande d’audience au Département d’État de la Défense (SED) dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Martinez Zogo.

Le zomloa de zomloa était censé passer une audition au SED à 8h30 demain matin, mais les unités de police autour de sa maison ont reçu l’ordre de le repêcher et d’emmener manu militari au SED pour la nuit. Ses téléphones ont été confisqués pour exploitation.

Les autorités craignaient que les zomloa de Zomloa ne tentent de fuir le pays ou de se suicider. Le poisson zomloa est considéré comme une figure controversée dans le pays et cette capture a suscité beaucoup d’attention et d’intérêt de la part des citoyens et des médias.

Il est à noter que cette arrestation est une étape importante dans l’enquête sur le meurtre de Martinez Zogo et que les autorités sont déterminées à rendre justice à la victime et à sa famille. Les développements ultérieurs de la recherche seront étroitement surveillés pour voir comment cela affectera la situation actuelle.

 

 

Affaire Martinez Zogo : Un homme d’affaires influent de Centrafrique convoqué devant le SED

https://www.cameroonmagazine.com/  03/02/2023

Un homme d’affaires influent d’Afrique centrale aurait été cité à comparaître comme suspect dans l’enquête sur le meurtre de Martinez Zogo.

S’il était confirmé, cet événement marquerait une nouvelle étape dans l’enquête sur l’un des crimes les plus choquants de ces dernières années.

Les premiers suspects dans cette affaire ont maintenant été arrêtés et détenus pour interrogatoire. Cependant, l’assignation de cet homme d’affaires montrerait que les autorités n’ont pas l’intention de négliger des détails importants dans leur quête de justice pour M. Zogo.

L’homme d’affaires est connu pour ses diverses activités commerciales dans divers secteurs clés de l’économie de la région, et son éventuelle citation à comparaître en tant que suspect suscite beaucoup d’intérêt et de spéculations parmi les médias et les habitants.

La convocation, si elle est confirmée, aura lieu demain matin à 8h30 au Siège du Service d’enquête (SED). Les médias et les citoyens sont invités à suivre de près cette affaire qui pourrait révéler de nouveaux détails sur les circonstances entourant le meurtre de M. Zogo.

En fin de compte, l’enquête sur le meurtre de M. Zogo est un test important du système judiciaire et de la détermination des autorités à découvrir les crimes graves et à poursuivre les responsables. Nous attendons avec impatience d’autres mises à jour sur l’évolution de cette affaire et espérons que justice sera finalement rendue pour la famille de M. Zogo.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 16:55

 

 

Par : Norbert French.china.org.cn Mis à jour le 02-02-2023

La mission onusienne en Centrafrique a annoncé mercredi qu'elle aidera les autorités locales à réhabiliter le poste de douane de Béloko (ouest) détruit par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Cette décision a été annoncée mardi par Valentine Rugwabiza, la cheffe de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA), lors d'une visite avec des représentants militaires et gouvernementaux centrafricains dans cette ville située à la frontière avec le Cameroun, selon une note d'information publiée par la MINUSCA.

Les rebelles de la CPC ont attaqué le 21 janvier dernier le poste de douane de Béloko, faisant quatre morts, tandis qu'une vingtaine de camions et le bureau de contrôle douanier ont été incendiés.

La visite de Mme Rugwabiza, ayant pour objectif de constater les dégâts de cette attaque afin de contribuer au rétablissement "immédiat" de ce poste, "a également offert l'opportunité de mettre en exergue la collaboration entre la MINUSCA et les Forces armées centrafricaines (FACA) dans la protection des civils", a déclaré Guy Karema, porte-parole par intérim de la mission onusienne, cité par la note d'information.

Source: Agence de presse Xinhua

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 16:44
RCA : des centaines de familles sans abris après la pluie du 27 janvier

 

 

https://www.journaldebangui.com/ Publié le 02.02.2023 à 15h31 par Journal de Bangui

La pluie du 27 janvier 2023 a occasionné d’énormes dégâts au village  Guen, dans la commune de Gadzi. Au moins 400 maisons emportées par les eaux.

De nombreuses familles sinistrées suite à la forte pluie du 27 janvier dernier crient à l’aide. Dans le village Guen, commune de Gadzi, les eaux de pluies ont mis dans la rue, plus de 400 ménages. « C’est la première fois depuis 20 ans qu’un drame pareil survient après une pluie. », confie une victime à nos confrères de Radio Ndeke Luka. La mission d’urgence annoncée par le gouvernement piétine pendant que les habitants croupissent sous les intempéries.

Le directeur de cabinet au ministère de l’Action humanitaire, Georges Maximilien Mbaga, avait pourtant fait savoir que : « Le gouvernement comme d’habitude, prend les dispositions avec les partenaires nationaux et internationaux notamment des ONG internationales, pour voir ce qui peut être fait pour ces ménages affectés. Des dispositions sont en train d’être prises pour que de Bouar et de Berberati, de l’aide soit acheminée pour la prise en charge de ces victimes ».

La plus grande partie des victimes est constituée des démunies qui peinent reconstruire leurs maisons.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 23:20
NOTE D’INFORMATION  MINUSCA

 

 

LA MINUSCA PARTICIPE ACTIVEMENT AUX TRAVAUX PREPARATOIRES DE LA PREMIERE SESSION CRIMINELLE DE L’ANNEE 2023 EN RCA  

 

Bangui, le 25 janvier 2023 - La première session criminelle de l’année 2023 se déroulera du 06 février au 08 mars 2023, et l’audience du tirage au sort des jurés est prévue le 27 janvier 2023. « La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) participe activement aux travaux préparatoires de cette session », a annoncé le porte-parole par intérim de la Mission, Guy Karema, au cours d’un point de presse, ce mercredi, à Bangui.  

 En substance, Guy Karema, a souligné que la Mission soutient la sécurisation de la session criminelle, y compris assurer l’interdiction des armes à feu à l’intérieur de la salle d’audience, la ponctualité dans le démarrage des audiences, et la coordination entre les différentes entités notamment lors de l’extraction et le transport des accusés.  « 28 affaires sont inscrites au rôle, y compris 14 affaires de violences sexuelles et deux affaires de meurtre concernant des casques bleus », a-t-il précisé, ajoutant que « ces affaires concernent 55 accusés en détention, dont une femme, deux accusés en liberté provisoire et plusieurs autres en fuite ».  

Par ailleurs, insistant sur l’appui de la MINUSCA dans le secteur de la justice en République centrafricaine, Guy Karema a informé que la MINUSCA a organisé, le 24 janvier dernier, un atelier de réflexion à l’intention des membres du corps judiciaire, sur la protection des victimes et témoins, en appui à la Cour d’appel de Bangui, et en collaboration avec la Politique sectorielle de la Justice. « Une des recommandations de l’atelier a été d’entériner les mesures de protection retenues par un acte d’administration judiciaire à prendre par le président de la Cour d’appel », a-t-il dit.  

D’autre part, le porte-parole par intérim de la MINUSCA a fait état de l’arrivée, le 24 janvier, de neuf députés de la Haute-Kotto, de la Vakaga, de la Ouaka et de la Basse Kotto, à Bria, venant participer à l’atelier d'évaluation à mi-parcours du Plan d'action stratégique du Bureau du secteur Est de la MINUSCA, sur la protection des civils, qui se tient les 25-26 janvier. « Les élus de la Nation ont salué les réalisations de la MINUSCA et ses efforts à la stabilisation et à la restauration de l’autorité de l'État. Ils ont aussi loué la bonne collaboration avec les autorités locales et la population », a dit Guy Karema, ajoutant que « la délégation a participé à diverses activités, notamment le don du bataillon cambodgien aux élèves, et visité des projets financés par la MINUSCA ».  

 De son côté, le porte-parole de la Force, le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo, a fait état d’une situation sécuritaire tendue à certains endroits du pays. Une situation poussant les casques bleus « à accentuer leurs opérations et leurs mouvements en conduisant simultanément des patrouilles robustes de longues portées dans plusieurs directions et dans plusieurs régions, dans le but de réduire la liberté de mouvement des éléments armés », a-t-il dit, soulignant que « 1.809 patrouilles ont été effectuées par les soldats de la paix, sur l’ensemble du territoire centrafricain ».  

 Au secteur centre, « la présence robuste et dissuasive des casques bleus de la Force conjointe de Bambari continue de rassurer la population civile. Les soldats de la paix népalais ont dominé la zone Pouloubou-Mingala. A l’ouest, les casques bleus ont marqué une présence robuste avec des patrouilles motorisées et piétonnes sur les différents axes afin d’identifier et sécuriser les couloirs de transhumance et les points chauds. Au secteur Est, la Force de la MINUSCA continue de mener des activités opérationnelles soutenues ayant permis de couvrir les axes Bria-Ouadda, Bria-Irabanda, Bria-Yalinga, pour être au plus près des populations des zones reculées », a détaillé le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo.  

 Pour sa part, le porte-parole par intérim de la Police, l’adjudant-chef Casimir Nagalo, a fait écho de la visite de travail, le 18 janvier, à Bria, du chef de la composante Police, le commissaire Christophe Bizimungu, dans le but de rencontrer les officiers de police individuels présents dans la zone. « Il les a félicités pour le travail abattu et salué leur engagement à Sam-Ouandja, avant de prêter une oreille attentive à leurs préoccupations », a dit Casimir Nagalo, ajoutant que le chef des UNPOL a également visité l’Unité de Police Constituée Mauritanienne, arrivée récemment en Centrafrique, et basée à Bria. « Le commissaire Christophe Bizimungu les a exhortés à garder la posture de sa prédécesseuse et à s’investir davantage dans les patrouilles pour sécuriser la population », a rapporté l’adjudant-chef Casimir Nagalo.  

 Enfin, le porte-parole par intérim de la Police est revenu sur la semaine de la Police de la MINUSCA, tenue du 16 au 22 janvier, soulignant qu’elle a permis d’expliquer à la population centrafricaine le rôle de la Police des Nations Unies dans le rétablissement de la paix et la sécurité dans le pays.  

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 22:05
Une rébellion qui suscite des interrogations au Tchad
Une rébellion qui suscite des interrogations au Tchad
Une rébellion qui suscite des interrogations au Tchad
Une rébellion qui suscite des interrogations au Tchad

 

Lu pour vous

 

https://p.dw.com/ 24/01/2023  par  Carole Assignon

Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes.

D'après des sources concordantes, les membres de la nouvelle rébellion en gestation dans le sud du Tchad seraient des leaders mécontents de la gestion du pays et de la répression des manifestations du 20 octobre 202

Une cinquantaine de personnes ont péri selon le gouvernement, essentiellement des jeunes tués par balles dans la capitale par les forces de l'ordre, lors de ces manifestations de l'opposition contre le maintien au pouvoir pour deux années supplémentaires du président de transition, le général Mahamat Idriss Déby ItnSelon le général Ahmat Dari Bazine, gouverneur de la province du Logone Oriental, l'existence d'une rébellion dans la région méridionale du Tchad est bien réelle. Il a même annoncé l'arrestation d'une soixantaine de jeunes hommes qui seraient passés aux aveux. Selon lui, cette rébellion est la suite logique des évènements du 20 octobre 2022, et son chef se trouverait en territoire centrafricain. "Ils pourraient déstabiliser la région..." Enrica Picco

Enrica Picco est responsable Afrique centrale à l'International Crisis Group et elle estime qu'il reste toutefois plusieurs informations à vérifier au sujet de cette rébellion. Mais elle n'exclue pas le risque que celle-ci puisse déstabiliser la région.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 21:09
La Centrafrique veut lever 35 milliards au premier trimestre 2023

 

Lu pour vous

 

Marché monétaire : La Centrafrique veut lever 35 milliards au premier trimestre 2023

https://ecomatin.net/ par Mairamou Abdou Dernière mise à jour: 25 janvier 2023

Sevré des financements internationaux, le pays revient peu à peu sur le marché domestique pour mobiliser des ressources nécessaires au financement de son déficit budgétaire. Si le mécanisme de remboursement des emprunts sur le marché des titres publics est garanti par la BEAC, les investisseurs de la CEMAC semblent pessimistes à l’idée d’acquérir les titres de l’État Centrafricain.

Les Trésors publics des 6 pays de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, la République centrafricaine et Guinée équatoriale) ont rendu copie de leur calendrier prévisionnel des opérations sur le marché des titres publics de la Beac. Moins active sur ce marché, la République centrafricaine (RCA) va tenter de mobiliser 35 milliards de Fcfa au premier trimestre 2023 auprès des investisseurs de la région. La première sortie du pays pour le compte de l’exercice en cours est prévue pour le 30 janvier prochain, avec une levée de 12,5 milliards de Fcfa en Obligations du trésor assimilables (OTA) pour une maturité de 3 ans. Une opération similaire aura lieu le 20 février 2023 mais cette fois si sur 4 ans de maturité. La dernière est projetée pour le 20 mars. Il s’agit d’une opération de 10 milliards de F en Bons du trésor assimilables (BTA) 52 semaines de maturité.

Lire aussi : Nomination : le financier camerounais Félix Landry Njoumé prend les rênes d’Ecobank Centrafrique SA

Depuis la suspension des aides budgétaires par les partenaires traditionnelles de la RCA dont l’Union européenne (l’UE), la Banque mondiale, le Fond monétaire international (FMI) et la France, le pays se rabat sur les opérations de levée de fonds en vue de la relance et de la redynamisation de l’économie est en constance augmentations. Pour ce faire, le ministre centrafricain des Finances et du Budget, Hervé Ndoba n’a pas manqué de présenter lors d’une réunion présidée le 14 septembre 2022 à Douala le programme de mobilisation 2023-2025 que lance le pays. Relevons que sur la période susmentionnée, le besoin d’endettement de la Centrafrique est estimé à environ 527 milliards de Fcfa, dont 150 milliards pour 2023.

Liren aussi : Cemac : le FMI encourage à stopper la cryptomonnaie lancée par la RCA et préserver le FCFA

Pour atteindre leurs objectifs de collecte, la RCA jette son dévolu sur les investisseurs camerounais, car avec plus de la moitié des valeurs du trésor en circulation dans la Cemac (51,43%), les SVT du Cameroun restent les plus sollicités sur le marché des titres publics. Selon la classification des principaux détenteurs des valeurs du Trésor (BTA et OTA) dressée par la Beac, Afriland First Bank apparaît en tête de liste avec 8,74% des valeurs en circulation. Il est suivi de Société Générale Cameroun (7,84%), UBA Cameroun (7,10%) et Ecobank Cameroun (5,39%).

A fin juin 2022, le taux d’endettement a connu une légère hausse de 0,1% passant ainsi de 47,8% en décembre 2021 à 47,9% au 1er semestre 2022. Estimée à 736,8 milliards de Fcfa, la dette publique de la RCA est composée à 72,3% de la dette extérieure et à 27,7% de la dette intérieure. Quant au ratio de solvabilité (service de la dette/ recettes budgétaires), il est passé de 24 à 25% dépassant ainsi la norme communautaire de 20%.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 20:49
La production mondiale d’uranium devrait dépasser 66 000 tonnes en 2026

Lu pour vous

 

La production mondiale d’uranium devrait dépasser 66 000 tonnes en 2026 (rapport)

(Agence Ecofin) 25 janvier 2023 17:26 - Selon la World Nuclear Association, la Namibie est le deuxième producteur mondial d’uranium avec 5 753 tonnes en 2021, derrière le Kazakhstan. Sur le continent africain, le pays est suivi du Niger (7ème mondial) dont les mines ont livré 2 248 tonnes la même année.

La production mondiale d’uranium devrait connaitre un taux de croissance annuel composé de 4,46 % entre 2022 et 2026. C’est ce que révèle un rapport publié en décembre 2022 par ResearchAndMarkets qui précise qu’elle atteindra 66 320 tonnes en 2026, contre 55 690 tonnes en 2022.

Cette augmentation sera soutenue par plusieurs facteurs, dont l’augmentation des capacités nucléaires dans le monde. Pour produire une énergie avec le moins d’émissions de gaz à effet de serre possible, plusieurs pays renforcent leurs investissements dans le secteur.

La Chine pourrait par exemple devenir le plus grand producteur d’énergie nucléaire au monde d’ici 2030. Sa capacité nucléaire installée devrait ainsi passer de 34 GW en 2016 à 111 GW en 2030, selon l’Agence Internationale de l’Énergie. En France, le président Emmanuel Macron a annoncé en février 2022 la construction d’au moins six réacteurs nucléaires d’ici 2050 pour un investissement estimé à 46 milliards d’euros.

Conscients de cette croissance de la demande, il faut souligner que d’importants pays producteurs se préparent déjà à en profiter, particulièrement en Afrique. Sur le continent, les deux principaux producteurs (Namibie et Niger) préparent actuellement le redémarrage de mines placées en maintenance et entretien il y a quelques années ou la construction de nouvelles mines, avec le concours de compagnies minières canadiennes et australiennes notamment.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com