Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 00:09

 

 

Tiangaye

 

CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL  (CRPS)

        

          JUSTICE -PAIX- DEVELOPPEMENT

                                      

 

 

                                                                                                                                       DECISION N° 02/ 2010/ CRPS/ DPP/ PR

PORTANT CONVOCATION DU 1ER CONGRES ORDINAIRE DE  LA CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL (CRPS)

 

Le Président du Directoire Politique Provisoire,

 

- Vu les articles 22 et suivants des statuts du Parti

- Vu les articles 28 et suivants du règlement intérieur du Parti

- Vu la délibération du Directoire Politique Provisoire en date du 25 août 2010

 

DECIDE

 

Article 1er

 

Le 1er Congrès Ordinaire de la  CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL (CRPS) est convoqué à Bangui les 28, 29, et 30 Octobre 2010.

 

Article 2

 

La présente décision qui prend effet à compter de la date de sa signature sera communiquée aux fédérations et sous fédérations du Parti.

 

Fait à Bangui, le 30 août 2010

 

 

 

Maître Nicolas TIANGAYE

 

 

 

CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE    PROGRES SOCIAL       (CRPS)

 

 

 JUSTICE -PAIX- DEVELOPPEMENT

 

 

                                    DECISION N° 03/ 2010/ CRPS/ DPP/ PR

 

PORTANT CREATION D’UN COMITE D’ORGANISATION DU 1ER CONGRES ORDINAIRE DE LA CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL (CRPS)

 

Le Président du Directoire Politique Provisoire

 

-         Vu les dispositions des articles 22 et suivants des statuts du Parti

-         Vu les dispositions des articles 28 et suivants du Règlement Intérieur du Parti

-         Vu la délibération du Directoire Politique Provisoire en date du 25 Août 2010.

 

DECIDE

 

Article 1er

 

Il est créé un Comité d’Organisation du 1er  Congrès Ordinaire de la Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS), qui se tiendra à Bangui les 28, 29 et 30 octobre 2010.

 

Article 2

 

Le Comité d’organisation a pour mission de :

 

-          préparer la tenue du 1er Congrès Ordinaire de la CPRS ;

-          constituer des commissions préparatoires relatives à l’exécution des différentes tâches à réaliser pour la réussite des travaux ;

-          définir les attributions des commissions ;

-          désigner les Présidents et les membres des commissions

-          assurer le suivi et l’évaluation du processus des préparatifs des travaux.

 

Article 3

 

Le Comité d’organisation est composé de tous les membres du Directoire Politique Provisoire.

 

 Il se réunit au moins deux (2) fois par semaine et veille à la bonne exécution du calendrier des travaux préparatoires du 1er Congrès Ordinaire de la CRPS.

 

Article 4

 

La présente décision qui prend effet à compter de la date de sa signature, sera communiquée aux fédérations et sous fédérations du Parti.

 

 

 

Fait à Bangui, le 30 août 2010

 

 

 

 

 

Maître Nicolas TIANGAYE

 

 

 

 

CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE    PROGRES SOCIAL       (CRPS)

 

 JUSTICE-  PAIX - DEVELOPPEMENT

 

 

 

DECISION N° 01/ 2010/ CRPS/ DPP/ PR

PORTANT NOMINATION DE MEMBRES TITULAIRES AU DIRECTOIRE POLITIQUE PROVISOIRE

 

Le Directoire Politique Provisoire

 

-         Constatant la démission ou la défection de certains membres du Directoire Politique Provisoire,

-         Vu les dispositions de l’article 54 des statuts de la CRPS

-         Vu les dispositions de l’article 50 du règlement intérieur de la CRPS

 

DECIDE

 

Article 1er

 

Les membres de la CRPS dont les noms suivent sont nommés membres titulaires au Directoire Politique Provisoire et reçoivent les affectations suivantes :

 

-         Secrétaire National chargé des Finances : Républicain Antoine BOKOLI

-         Secrétaire National à la communication et à la Presse : Républicain Emmanuel ZOUNDIN

-         Secrétaire National aux affaires sociales : Républicaine Marie-Angèle LOBAKA

 

Article 2

 

La présente décision prend effet à compter de la date de sa signature.

 

 

Bangui le, 30 août 2010

 

                                                                                    

 

Maître Nicolas TIANGAYE

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 23:01

 

 

BEAC

 

 

Source : www.senego.com

Le gouverneur de la BEAC Monsieur Lucas ABAGA NCHAMA gagne 30 millions de F CFA par mois (sans compter les indemnités) contre 9 millions de F CFA pour celui de la BCEAO, pourquoi ?

La situation à la BEAC est inadmissible et il est temps que la population globale d’Afrique centrale (le Cameroun, la Centrafrique, le Congo Brazzaville, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad) s’y intéresse et au besoin qu’elle se soulève contre cette mafia qui n’a que trop duré.

Voilà une institution qui se dit celle des Etats membres mais dont le mécanisme de fonctionnement semble aller à l’encontre des intérêts des populations.

Selon les premières estimations du Comité de rémunérations crées pour faire l’audit de la boite, pour l’exercice 2009, la BEAC a enregistré un déficit de 29 milliards de FCFA. Au 30 juin 2010, ses pertes étaient évaluées à 31 milliards de FCFA. Sur la foi des observations formulées par les commissaires, six hauts cadres de la BEAC (je dis bien 6) sont rétribués à hauteur de 130 millions de FCFA à eux seuls chaque mois.

Au nom de quelles grilles salariales, un gouverneur de la BEAC gagne 30 millions de FCFA contre 9 millions pour son collègue de la BCEAO ?

Un vice-gouverneur et le secrétaire général de la BEAC ont 20 millions de rémunération chacun, et que les trois directeurs généraux perçoivent 15 millions mensuels chacun alors que le vice-gouverneur de la BCEAO ne perçoit mensuellement que 5 millions de FCFA ?

Qu’est-ce qu’un cadre d’encadrement supérieur de la BEAC fait plus que son collègue de la BCEAO pour percevoir environ 2 millions de FCFA (y compris les salaires du 13ème et 14ème mois) par mois alors que celui de la BCEAO de grade équivalent ne touche que un millions de FCFA ?

Et pourtant, en matière de résultats, on ne peut comparer ces deux institutions, la BCEAO étant nettement devant. Cela se justifie par les innovations récurrentes de cette Banque au profit de la zone de l’UEMOA qui avance alors que la CEMAC et la BEAC sont amorphes, et chancelantes.

Quelqu’un m’aurait laissé entendre qu’aux rencontres communes qui réunissent les deux banques ou les deux unions économiques et monétaires, les représentants de la BEAC ou ceux de la CEMAC observent un silence de cimetière, tant les débats menés par leurs collègues de l’Ouest ont un niveau généralement très élevé. Cela ne signifie pas bien entendu qu’il n’existe pas dans ces institutions d’Afrique centrale des rares compétences de grande qualité.

La BEAC est véritablement une vache laitière au sein desquels ne travaillent que les partisans et les proches des chefs d’Etat des pays membres. Sur les 300 cadres supérieurs que compte la Banque aujourd’hui, moins de 10% y sont par compétence. Les 90% ont été parachutés d’en haut. Les simulacres de test d’entrée à la BEAC sont des parapluies pour masquer les placements des chefs.

Une fois de plus, j’en appelle au sens de vigilance des populations sur les dos desquels toute cette mafia s’opère.

Les scandales financiers à répétition, depuis les détournements au bureau de Paris en passant par des placements hasardeux des fonds sont symptomatiques d’une gestion désastreuse et la solution ne pourra venir que d’un soulèvement général des populations exploitées.

A l’avenir, en cas de non changement, les populations peuvent boycotter tous les produits et services de la BEAC en guise de mécontentement. Cela pourra se faire en deux étapes en commençant par les banques commerciales qui sont les principaux interlocuteurs de cette institution, puis par les populations.

Si d’avance cette solution ne les amène pas à changer, des solutions fortes peuvent être envisagées en paralysant les activités des directions nationales installées dans chaque pays.

Mardi 31 août 2010, le gouverneur de la banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Lucas ABAGA NCHAMA, a signé une décision portant suspension de Justin Grégoire BODEMAN et Ruffin MALIKO, respectivement, directeur des émissions monétaires et de la circulation fiduciaire et directeur de la formation.

L’acte pris par le gouverneur de la BEAC n’indique cependant pas les motifs de la suspension des deux cadres. Il y est simplement indiqué qu’ils sont remis à la disposition de la direction des ressources humaines de la BEAC.

Joint au téléphone, Justin Grégoire BODEMAN n’a pas souhaité s’exprimer sur la question. Plusieurs sources internes à la BEAC ont pourtant confirmé les faits en indiquant également qu’ils ignoraient les raisons de cette suspension. « La décision du gouverneur ne comporte pas le motif de la suspension, ce n’est pas évident de savoir ce qu’ils reprochent à ces deux cadres », a indiqué un cadre de la maison sous anonymat.

Justin Grégoire BODEMAN a cependant indiqué qu’il se trouve en ce moment à Paris en France pour des affaires personnelles. Toutes tentatives pour joindre Rufin MALIKO, le second cadre suspendu jusqu’à ont été veine. Les autres cadres de la BEAC que nous avons réussi à avoir également, n’ont pas souhaité s’exprimer sur la question.

Justin Grégoire BODEMAN et Rufin MALIKO sont de nationalité centrafricaine. Selon nos sources d’informations, le président de la République centrafricaine, François BOZIZÉ, a saisi la direction de la banque et ses pairs de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) le jeudi 2 septembre 2010 par un courrier fax pour indiquer que ces deux cadres étaient bel et bien ceux choisis par son pays pour occuper ces postes au sein de la banque.

Le plan d’action du nouveau gouverneur de la BEAC a du plomb dans l’aile, du fait de déficits cumulés et de difficultés de gouvernance.

Au siège de la BEAC, sis au quartier Elig Essono à Yaoundé, si le patron des lieux continue de crier son désir de redressement et déroule, tant bien que mal, son plan de travail, la tâche qui s’impose à lui chaque jour s’avère davantage comme une mission des plus ardues.

A sa nomination, le 17 janvier 2010, au terme de la conférence des chefs d’Etat de la CEMAC à Bangui, il lui avait été collé la délicate mission de restauration de la rigueur dans la gouvernance de la BEAC. Il s’agissait de refaire l’image d’une vitrine plus que ternie.

Surtout que le président équato-guinéen, OBIANG NGUEMA MBASOGO, n’a eu de cesse d’y mettre sa part de pression, surtout depuis début 2009. Ce fut ainsi le cas lors du conseil d’administration de la BEAC, réuni à Bata, lorsqu’il poussa l’instance à se saisir enfin du dossier. Une mission de contrôle du comité d’audit, sur les malversations présumées commises à Paris, est nommée.

Elle se compose de 7 membres, dont le directeur du budget équato-guinéen, Miguel EGONGA OBIANG, qui la préside, et d’un haut cadre de la Banque de France, Philippe AGOUTIN. Son rapport, remis le 22 mai 2009, est accablant.

Aussitôt, la direction du contrôle général de la BEAC dépêche à Paris une mission d’audit complémentaire, pilotée par l’ancien ministre centrafricain des Finances, Théodore DABANGA. Elle a pour objectif d’établir précisément les responsabilités.

Son « Rapport provisoire d’enquête sur les détournements de fonds au Bureau extérieur de Paris » est achevé le 20 juillet 2009 et déposé sur le bureau du gouverneur. Le document est plus que précis, donne des noms et dévoile une première liste de chèques frauduleux.

L’ancien patron de la BEAC (1990-2007), Jean-Félix MAMALEPOT, est sur la sellette, Dans la foulée, son successeur, Philibert ANDZEMBÉ est limogé. La liste des personnes concernées par le scandale du BEP est déroulée et se décompose en deux catégories : les présumés bénéficiaires et les présumés responsables.

Certes, les rapports OBIANG et DABANGA sont à ce sujet extrêmement pointus et accusateurs, mais en attendant que la justice, si elle est un jour saisie, tranche sur la culpabilité de chacun, on se contentera d’évoquer les lourds soupçons que font peser sur plusieurs responsables, passés ou présents de la BEAC, les enquêtes internes diligentées par les services spécialisés de la Banque elle-même.

À noter que, sur les 30 millions d’euros détournés, seuls 7 millions à peine ont pour l’instant été « tracés » avec certitude, de la source à l’embouchure.

Si l’on trouve des ressortissants d’autres nationalités impliquées, la filière gabonaise se signale par son abondante activité dans ce dossier.

C’est dans ce contexte qu’arrive l’Equato-guinéen Lucas ABAGA NCHAMA, jusque-là directeur général de l’exploitation à la direction de la BEAC. Réputé rigoureux, certains milieux de la finance internationale le classaient en 4è position des possibles successeurs de Philibert ANDZEMBÉ.

Pour eux, son nom n’apparaissait longtemps après 3 Gabonais, dont le plus en vue était Hugues Alexandre BARROT CHAMBRIER. Cadre maison formé, entre autres, à l’Institut des techniques bancaires de Yaoundé, ce parfait bilingue qui a par ailleurs suivi plus d’une formation universitaire en France rejoint la BEAC en 1998.

Face aux injonctions du Fmi et au dictat français sur les rémunérations du compte des opérations, mais aussi aux hésitations, atermoiements et luttes d’hégémonie des chefs d’Etat, le gouverneur de la BEAC doit se frayer un chemin sur une voie chaque jour un peu plus sinueuse. Lui pour qui l’obsessionnel redressement est de plus en plus asymptotique.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 02:58

 

 

Bozize KNK

 

 

Bangui 12 sept (C.A.P) - Les membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) désignés par décret présidentiel le 30 août dernier ont prêté serment ce 8 septembre au cours d'une audience présidée par le Garde des Sceaux et Vice-président du CSM, Laurent Ngon Baba.

 

A un journaliste de la radio nationale qui demandait sa réaction, une des heureux élus, Mme Annette Aoudou Paco, encore sous le coup de l'émotion, a eu l'élégante honnêteté de répondre que la responsabilité était lourde pour elle qui n'avait jamais "pratiqué", bien que titulaire d'une licence en droit.

 

L'honneur de la dame est donc sauf, mais il y a lieu de s'interroger sur les motivations qui ont conduit Bozizé à choisir ce profil pour siéger parmi les personnalités appelées à gérer la carrière des magistrats et donc à garantir une bonne administration de la Justice, qui est, comme il le sait sans doute, un des principaux piliers de l'Etat... 

 

Force est de constater que contrairement au Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), les douze (12) juges à la Haute Cour de Justice (HCJ) élus depuis le mois de mars 2009 pour les députés et un peu plus tard pour les magistrats, n’ont ni prêté serment, ni été installés. Le Ministre de la Justice qui ne met pas un entrain particulier à faire rendre opérationnelle cette haute juridiction justifierait ce retard, selon certaines sources, par sa composition incomplète.

Il restait certes à désigner par décret présidentiel un juge d’instruction et des greffiers, tâche qui incombait au CSM dont rien n’était également fait pour qu’il se réunisse mais cette explication est néanmoins quelque peu courte. La prestation de serment des membres le 8 septembre courant prouve, s’il en était encore besoin, que le temps pris pour sa convocation et la désignation de ses membres, se justifie par la recherche dans le cercle familial de Bozizé, des parents à responsabiliser à ce niveau. Maintenant que c’est chose faite on attend de savoir quand le tour de la HCJ, qui pour le malheur de ses juges, a pour mission de juger le Président de la République, les membres du gouvernement et les députés.

Dans le cas de la  République Centrafricaine caractérisée par une corruption sans pareille et des délits de toutes sortes des plus hautes autorités de l’Etat, ce qui les rend passibles d’être jugées par cette Haute juridiction, on comprend pourquoi rien n’est entrepris du côté du pouvoir pour rendre la dernière institution judiciaire prévue par la Constitution opérationnelle.
Qui a dit que la RCA était un Etat de droit et les autorités qui la dirigent des démocrates ?

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 02:42

 

 

Feindiro

 

Bangui 11 sept (Xinhua)- Le procureur de la République centrafricaine Firmin Féïndiro a rejeté vendredi la demande des partis d’opposition de créer une commission d’enquête internationale chargée de faire la lumière sur la disparition de l’ancien ministre d’Etat Charles Massi.

"Le ministère public marque son étonnement de ce que des tierces personnes juridiquement étrangères à la procédure parce que n’ayant pas encore déposé une plainte quelconque devant les juridictions nationales, encore moins annoncé leur constitution de partie civile puissent se livrer à des allégations tous azimuts sur les ondes pour décrier là tort les conclusions de l’enquête ouverte", affirme le procureur dans un communiqué de presse.

"Jusqu’ici, le seul et unique interlocuteur du parquet dans le dossier de l’affaire Massi Charles reste et demeure Maître Mathias Barthélemy Morouba, conseil de la famille du disparu", ajoute M. Féïndiro, précisant que les opposants n’ont aucune base juridique pour "exiger directement la mise en place d’une enquête internationale au détriment des institutions judiciaires nationales qui restent ouvertes à la disposition de tous les citoyens".

Il en appelle, par ailleurs, "au courage civique de toute personne qui détiendrait des informations fiables au sujet de la disparition de M. Charles Massi de bien vouloir se rapprocher de la justice".

M. Féïndiro répond ainsi au Collectif des Forces du Changement (CFC), regroupement de 9 partis et organisations politiques, qui a exigé, dans une déclaration publiée le 3 septembre dernier la constitution d’une commission d’enquête internationale pour l’affaire Massi ainsi que "la mise en place immédiate de la Haute Cour de Justice conformément à la Constitution et aux Recommandations du Dialogue Politique Inclusif en vue de juger les auteurs d’assassinats politiques".

Le 12 août dernier, le procureur de la République avait publié les résultats d’une enquête de gendarmerie concluant à l’inexistence d’ "élément matériel plausible de nature à attester la disparition, a fortiori la torture et l’assassinat de M. Charles Massi dans les locaux du camp de Roux ou de la prison de Bossembélé".

Réagissant aux indications du procureur, l’avocat de la famille Massi, maître Barthélemy Morouba, avait déclaré que cette enquête "orientée" de la gendarmerie avait montré ses limites et donnait raison à ceux qui réclamaient une enquête internationale.

Maître Morouba avait justifié la demande d’une enquête internationale par le fait entre autres que deux armées (tchadienne et centrafricaine) sont impliquées dans cette affaire pour laquelle plusieurs personnes mises en cause doivent être entendues.

Ministre des Mines avant d’être condamné à mort sous le régime de l’ancien président Ange Félix Patassé (1993–2003), Charles Massi a été ministre d’Etat dans plusieurs gouvernements du président Bozizé, avant d’entrer en rébellion contre ce dernier, prenant la tête, en 2009, du conseil politique de la Convention des patriotes pour la justice (CPJP), groupe armé opérant dans le Nord-est de la République Centrafricaine.

Il n’a plus donné signe de vie depuis le 18 décembre 2009, ce qui alimente des rumeurs faisant état de son arrestation par l’armée tchadienne et son transfèrement à la prison de Bossembélé (157 km au nord de Bangui), où il aurait succombé à des tortures le 8 janvier 2010.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 02:40

 

 

joseph_kony_lra.jpg

 

KHARTOUM 12 sept (AFP) – Des personnalités de la société civile des quatre pays africains affectés par la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), ont appelé samedi à davantage de coordination pour mettre fin à sa longue campagne de violence.

Une trentaine d'élus locaux et de responsables religieux venus d'Ouganda, de République démocratique du Congo (RDC), de Centrafrique et du Sud-Soudan ont critiqué le "manque de stratégie globale et coordonnée" pour mettre fin à la rébellion, dans un communiqué commun dont l'AFP a obtenu une copie.

"La LRA commet des atrocités dans des régions très reculées de pays déjà instables", peut-on lire dans ce communiqué publié après une rencontre exceptionnelle de trois jours à Yambio, au Sud-Soudan, capitale de l'Etat d'Equateur-Occidental particulièrement touché par les violences.

Une meilleure coopération est nécessaire, ont averti les signataires dont six évêques, soulignant que "les atrocités de la LRA ne montrent aucun signe de diminution".

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées par la LRA depuis qu'elle a commencé ses activités dans le nord ougandais en 1988. Les rebelles ont étendu leurs opérations dans l'extrême nord-est de la RDC depuis une dizaine d'années, puis en 2008 en Centrafrique. Ils sévissent aussi depuis des années au Sud-Soudan.

"La RDC, le Soudan et la Centrafrique souffrent tous de conflits intérieurs qui les empêchent de concentrer leurs forces contre la rébellion", affirment-ils, appelant les armées nationales à déployer davantage de troupes sur ce front.

"La communauté internationale n'a pas réussi jusque-là à mettre sur pied un plan global pour lutter contre la LRA", estiment-ils, réclamant que les troupes de l'ONU soient autorisées à "se déployer plus rapidement" en cas d'attaque.

Ils ont dit préférer "une solution durable dans le cadre d'un accord négocié", après "des décennies d'interventions militaires vaines".

Les brutalités de la LRA -meurtres, viols, enrôlement de force des enfants- ont poussé plus de 25.000 personnes à fuir le seul Sud Soudan depuis janvier, selon l'ONU.

Des milliers d'autres ont été massacrés, enlevés ou expulsés de chez eux en Centrafrique et RDC par les rebelles dirigés par Joseph Kony, recherché par la justice internationale pour crimes de guerre et contre l'humanité.

Copyright © 2010 AFP

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 02:38

 

 

Anne-Lauvergeon.jpg

 

 

AREVA a procédé ce mercredi 8 septembre au lancement officiel des travaux de plusieurs projets sociétaux et à la remise officielle de pompes à eau à la population de Bakouma

L’on se souviendra que le 4 mai dernier à Bakouma avait lieu en marge de la fête du travail en présence du Ministre d’Etat aux Mines, du Ministre Résident du M’Bomou et du Ministre de la Fonction Publique, la signature de quatre conventions pour quatre projets sociétaux majeurs, à savoir :

- un projet d’alphabétisation en langue française sur 3 ans pour un cout de près de 10 millions de FCFA

- un projet de construction d’une salle polyvalente avec bibliothèque pour un montant d’environ 35 millions de FCFA.

- un projet de construction d’une plateforme sportive multisports (volleyball, handball et basketball) pour un montant d’environ 25 millions de FCFA

- un projet agricole de culture maraîchère

Le DG AREVA avait par ailleurs dans son discours annoncé la mise en service prochaine de dix pompes à eau afin d’approvisionner la population en eau potable.

Aujourd’hui c’est chose faite !

Le lancement officiel du projet d’alphabétisation a eu lieu en juillet 2010 et AREVA a même accordé un financement supplémentaire de 4 487 000 FCFA, portant ainsi le cout total de son financement pour le projet à 9 866 750 FCFA.

AREVA a franchi ce mercredi 8 septembre plusieurs étapes, notamment en signant le contrat avec une association partenaire chargée d’assurer la mise en place du projet agricole qui devrait démarrer dans les jours qui viennent.

Le même jour, AREVA Ressources Centrafrique a procédé au lancement officiel des travaux de construction des deux autres projets sociétaux, à savoir la salle polyvalente et la plateforme sportive dont le coût cumulé dépasse les 60 millions de FCFA.

Le Sous-préfet de Bakouma a dans son discours souligné la priorité qui a été donné par AREVA au recrutement de la main d’oeuvre locale dans l’appel d’offre. Les travaux devraient s’achever fin décembre selon le cahier de charge technique. Rendez-vous est donc pris pour l’inauguration de ces bâtiments !

Par ailleurs, le DG d’AREVA a procédé ce même mercredi 9 septembre à la remise officielle de six pompes à eau à la population de Bakouma auxquelles viendront s’ajouter 4 pompes supplémentaires dans les jours à venir.

L’approvisionnement en eau potable est l’un des défis quotidiens auquel est confrontée la population de Bakouma. Le DG a insisté sur le fait qu’AREVA est heureux d’apporter son soutien aux communautés locales en offrant dix pompes prêtes à l’emploi qui faciliteront cette tâche essentielle.

Le sous-préfet et le maire de Bakouma ont remercié AREVA au nom de la population. Ils ont tenu à rappeler que la population est consciente de l’importance de cette action, et a d’ores et déjà constitué dix comités de gestion en charge d’administrer la bonne utilisation des nouvelles infrastructures mises à leur disposition. Ces comités sont notamment composés d’agents de maintenance volontaires formés par AREVA.

Pour la population de Bakouma, c’est bien la preuve s’il en fallait une, qu’AREVA respecte les engagements pris. Et nul n’est sans ignorer que l’un des engagements très attendu par tous les Centrafricains est le démarrage de l’exploitation. Et sur ce point le Directeur Général d’AREVA en Centrafrique reste ferme : le projet avance surement, et le démarrage de l’exploitation démarrera comme prévu au quatrième trimestre 2010 conformément aux engagements envers le gouvernement.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 02:35

 

 

20081103PHOWWW00226.jpg

 

 

 

« Les Etats Unis donnent un bon exemple en se dotant d’une loi exigeant des industries extractives la publication de tout paiement fait aux Gouvernements des pays d’accueil»

Le Conseil Inter Organisation Non Gouvernementale en Centrafrique en sigle « CIONGCA », a appris avec satisfaction il y a quelques mois la loi susmentionnée votée par les Etats-Unis et se félicite de la signature par le Président OBAMA de la loi dénommée «  Dodd Franck  Act». C’est une loi novatrice  qui  fait obligation aux entreprises américaines de publier tous les paiements faits aux gouvernements de pays dans lesquels elles exploitent des ressources naturelles  et  de faire savoir  si leurs produits miniers proviennent de la République Démocratique du Congo ou des  pays voisins.

Cette loi  permet aux organisations de la société civile d’accéder aux informations nécessaires,  de demander des comptes aux gouvernements sur l’utilisation  des revenus issus des industries extractives et contribue à la réduction des conflits armés liés à l’exploitation des ressources naturelles minières, gazières et pétrolières.  Elle décourage la commercialisation des minerais provenant des groupes armés des pays d’accueil qui sont le plus souvent, responsables des violations massives des droits de l’Homme  dans ces pays.

Pour que ce combat contre la corruption, le détournement des fonds publics et l’exploitation sanglante des ressources minières, gazières et pétrolières soit efficace et globale, le CIONGCA souhaite  vivement, pour le cas de la République Centrafricaine, que cette loi inspire particulièrement :

 Ø  la France, dont les multinationales exploitent les ressources naturelles en République Centrafrique, à suivre l’exemple des Etats Unis en prenant des lois similaires.

Ø   Le Gouvernement de la RCA à s’engager effectivement  dans la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics;  et de publier régulièrement, et de manière désagrégée,  toute sorte de paiement reçu des industries extractives.

 

Fait à Bangui, le  09 Août 2010

 

Modeste GONDA

Président

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 14:33

 

 

LRA-soldats

 

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 09 Septembre 2010 13:38

9 morts du côté des rebelles de l’Armée de Résistance pour le Seigneur (LRA) et 45 personnes libérées.

C’est le bilan d’une riposte de l’auto-défense de Ouadda-Djallé (nord de Centrafrique), à une attaque de ces rebelles lundi 6 septembre 2010.

Selon le correspondant de Radio Ndeke Luka à Birao, la 1ère attaque fait 5 tués coté rebelles, 2 coté population, 90 maisons incendiées et des biens pillés.

Il précise que les éléments de la LRA viennent de Sam-Ouandja (nord-est de Centrafrique) en quête de vivres.

Le correspondant conclut que les éléments de l’ex rébellion de l’Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR) ont porté secours aux éléments de l’auto-défense.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 12:51

 

 

Carte-Centrafrique-Generale-

BANGUI (AFP) - 10.09.2010 10:29 - La Commission électorale indépendante (CEI) de Centrafrique a déployé des responsables dans toutes les préfectures du pays en vue du recensement électoral qui débutera le 22 septembre, a annoncé vendredi à l'AFP le président de la CEI, le pasteur Joseph Binguimalé.

La Commission électorale indépendante (CEI) de Centrafrique a déployé des responsables dans toutes les préfectures du pays en vue du recensement électoral qui débutera le 22 septembre, a annoncé vendredi à l'AFP le président de la CEI, le pasteur Joseph Binguimalé.

La Centrafrique devait organiser cette année des élections présidentielle et législatives, qui ont finalement été fixées au 23 janvier 2011 après deux reports et de nombreuses tergiversations.

La Commission électorale indépendante (CEI) de Centrafrique a déployé des responsables dans toutes les préfectures du pays en vue du recensement électoral qui débutera le 22 septembre, a annoncé vendredi à l'AFP le président de la CEI, le pasteur Joseph Binguimalé.

"Au moment où je vous parle, tous les commissaires de la CEI sont déployés dans les préfectures de notre pays. Je précise qu'il s'agit du lancement des opérations en vue du recensement électoral (...) prévu du 22 septembre au 21 octobre", a affirmé M. Binguimalé, sans préciser leur nombre.

"Ces commissaires vont s'atteler à la formation des agents recenseurs jusqu'au 17 septembre inclus car ceux-ci ont un devoir à accomplir et ils doivent maîtriser les techniques. Ils doivent aussi pouvoir lire et écrire", a-t-il expliqué.

La Centrafrique devait organiser cette année des élections présidentielle et législatives, qui ont finalement été fixées au 23 janvier 2011 après deux reports et de nombreuses tergiversations.

Parmi les préalables à la tenue des scrutins, l'opposition avait notamment réclamé la tenue d'un recensement électoral, au lieu d'une simple révision des listes électorales organisée en avril par la CEI sur la base d'un recensement électoral datant de 2005 et qui n'avait pas suscité beaucoup d'engouement auprès de la population.

"Certes, nous avons pu recueillir les données du recensement de 2005, mais je vous affirme que nous ne disposons pas de fichier électoral. Nous pourrons détenir un fichier après ces opérations (du recensement de septembre-octobre) et savoir combien il y a exactement d'électeurs dans ce pays", a encore déclaré Joseph Binguimalé.

Les candidats à la présidentielle et aux législatives pourront déposer leurs dossiers du 10 octobre au 8 novembre, d'après la CEI.

Le premier tour des élections est prévu le 23 janvier, et un éventuel second tour le 20 mars. Les membres des forces de l'ordre devront voter sur leur lieu d'affectation et un jour avant les civils, afin de pouvoir assurer la sécurité des opérations électorales le jour du scrutin.

© 2010 AFP

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 02:37

 

 

vote d'une femme en Afrique

 

 

Ai- Rca Jeudi, 09 Septembre 2010 16:45 - Le Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI), Pasteur Joseph Binguimale a donné le 8 septembre  à Zila dans la Lobaye le coup d’envoi de la formation des commissaires de la CEI sur le processus de recensement électoral.

C’était en présence de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies  et patronne du Bureau Intégré des nations Unies en Centrafrique (Binuca) Sahle Work Zewdé.

Selon les organisateurs, cette session de formation de deux jours permettra d’outiller les commissaires en technique de recensement électoral en vue de l’élaboration des listes électorales acceptées par tous.

« Vous vous apprêtez à vous engager dans une première phase du processus électoral qu'est l'établissement de la liste électorale pour le recensement des électeurs. Ceci demeure le fondement pour des élections apaisées »,  a déclaré Mme Zewdé pour qui,  les élections  sont  importantes dans la vie d'une nation et surtout dans l'exercice de la démocratie.

« Il faudra le plus  vite dépasser cette étape pour passer à l'essentiel qui consistera à aider la RCA à affronter les défis du développement et  la reconstruction du pays », a-t-elle souhaité,  exhortant les participants « à bien se comporter ».

« Il suffit seulement de voir les  processus électoraux sur le continent pour se rendre compte  de l'importance d'un recensement réussi et de l'existence d'une liste électorale acceptée par tous »,  a conclu Mme Sahle.

« A l'occasion de ce séminaire ultime,   je vous invite tous à l'assiduité. Prenez soigneusement notes de tous les enseignements programmés » a indiqué M Binguimale à l'ouverture de l'atelier.

Selon lui, la restitution de ce séminaire sera très bénéfique pour les comités locaux qui  permettront  aux  agents recenseurs d'accomplir soigneusement leur travail à la grande satisfaction de l'électorat centrafricain.

L’atelier a pris  fin ce jour.

Kabongo, Ai Bangui

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique