Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 14:10
RCA : quelle chance pour le dialogue républicain ?

Lu pour vous

 

Centrafrique : quelle chance pour le dialogue républicain ?

 

https://www.financialafrik.com/ Par Achille Mbog Pibasso 4 septembre, 2021

Le processus de réconciliation nationale est enclenché en Centrafrique avec l’installation le 2 septembre dernier de la trentaine de membres du comité d’organisation du dialogue républicain. Une cérémonie solennelle conduite par le chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra confirmant l’engagement pris par le président de la République en mars 2021 au lendemain de sa réélection à la tête du pays.

Le dialogue républicain qui se veut pourtant inclusif fait déjà face à ses premières divisions, avec la non-participation des mouvements rebelles, notamment ceux formant la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) rassemblés autour de l’ex président François Bozizé qui multiplient des attaques à travers le pays, indépendamment du déploiement de la MINUSCA (La mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) et de la présence des soldats russes commis par les autorités centrafricaines pour participer à la sécurisation du pays.

Une dialogue républicain sous les canons dont on peut imaginer la suite, ce qui pour certains Centrafricains  devraient amener le gouvernement à sursoir le processus en cours, le temps de trouver un compromis avec toutes les parties. L’une des raisons avancées étant que « ces groupes armés qui sont actuellement dans la CPC étaient hier les alliés du pouvoir. Il est indispensable que ces groupes armés soient au dialogue inclusif pour dire que cela ne va plus se répéter. Une fois qu’on aura compris leurs problèmes, si l’on peut trouver des solutions, qu’on les trouve, et qu’on ne peut plus parler de groupes armés en Centrafrique. Nous avons pensé que ce dialogue pouvait être inscrit sous le signe de l’inclusivité, c’est-à-dire au niveau du comité préparatoire, au niveau des acteurs, des participants, mais il faudrait aussi que ce dialogue soit placé sous une médiation neutre. Nous avons souhaité que ce dialogue puisse être organisé sous l’égide de la médiation des instances sous-régionales. C’est cela notre démarche » précise-t-on au sein de la plateforme d’opposition COD-2020.

Cette position de la coalition des partis de l’opposition démontre les difficultés qui entourent ce dialogue républicain, et dont tout laisse indiquer qu’il est voué à l’échec au cas où les uns et les autres restaient campés sur leur position. Pour le pouvoir, ceux qui ont pris les armes s’auto-excluent du processus de réconciliation nationale d’autant que  « Lors de la concertation qui a eu lieu avant la préparation proprement dite pour le dialogue, tous ont reconnu que pour l’instant, nous ne pouvons pas faire participer ces organes membres de la CPC à ces différentes rencontres ». Les prochains jours permettront d’avoir une idée nette, alors que sur le terrain, la population fait au quotidien les frais d’attaques armées aux lourdes conséquences humaines et matérielles.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 14:03
Russie-Afrique: Le retour de l’influence de Moscou

Lu pour vous

 

Russie-Afrique: Le retour de l’influence de Moscou sape-t-il le fonctionnement normal de certains États africains?

 

https://afriquinfos.com/  4 septembre 2021

 

Brazzaville (© 2021 Afriquinfos)- Bangui (© 2021 Afriquinfos) – Depuis quelques années, la Russie fait un retour en force sur le continent africain. Que ce soit au Maghreb, en Afrique subsaharienne, en Afrique australe et Centrale, l’ancienne puissance soviétique étend de nouveau, subrepticement, son influence à coups d’accords de coopération militaire, de contrats miniers et gaziers. Et n’hésite plus, dans certains cas, à peser de tout son poids dans la vie politique de ses ‘nouveaux amis’. L’exemple le plus illustratif de ce positionnement de la Russie sur le continent est la République centrafricaine où Moscou a tissé sa toile et n’est pas près de se faire bouger.

Sollicitée en 2017 par le Président Faustin Archange Touadéra dont le pouvoir subissait de fortes perturbations dues aux incursions d’une kyrielle de groupes militaires rebelles diversifiés, la Russie vient à sa rescousse par le biais de ses sociétés privées de sécurité. C’est le début d’une collaboration qui va aller crescendo au fil des ans. Elle s’étend désormais de la formation militaire à la protection de la Présidence en passant par la fourniture de matériels militaires. Les accords entre Moscou et des capitales africaines pour l’envoi de «conseillers militaires» sont légions sur le continent. Au Maghreb, c’est via l’Algérie, son plus gros client en équipements militaires, que la Russie s’est implantée. Un partenariat stratégique est aussi en vigueur avec le Maroc depuis 2016 et en Egypte. Dans la même région, Moscou y a également noué des partenariats avec une vue sur le pétrole et le gaz.

Globalement, dans le vaste mouvement mondial du changement des pôles d’influence des puissances sur la planète depuis le début des années 2000 et la ruée vers l’Afrique (continent d’avenir au regard de la jeunesse de ses populations et de ses immenses ressources naturelles encore très peu exploitées), la Russie qui avait ‘pris pied’ sur le continent noir à la fin des années 50 jusqu’à la chute du ‘Mur de Berlin’ en octobre 1990, y opère un retour. Avec de nouveaux centres d’intérêt, en capitalisant sur un certain nombre d’acquis qu’elle n’avait en réalité jamais délaissé. Comme les acquis de son ‘soft power’ durant de longues décennies en Afrique. Cette volonté de ‘reconquête’ russe a été confortée par les grandes ambitions que nourrit Vladimir Poutine pour son pays dans la géopolitique mondiale contemporaine, depuis son arrivée aux affaires au début des années 2000. Que ce soit dans la peau de Chef de l’Etat ou de celle du Chef du Gouvernement.

 Russia is back in Africa

En Afrique subsaharienne, dans le Sahel, la Russie étend de plus en plus sa sphère d’influence en apportant sa contribution dans la lutte contre le terrorisme. Des accords de formation et de coopération militaire ont été signés avec le Burkina Faso, le Mali ou encore le Niger tandis qu’un accord nucléaire a été scellé avec le Nigeria. Au Mali, le coup d’Etat contre IBK en août 2020 a accéléré le recours grandissant à l’expertise russe pour diversifier les efforts de reconquête des parties du vaste territoire malien menacé par des visées jihadistes.

En Afrique Centrale et Australe, les Russes ont de solides liens depuis des décennies au Zimbabwe, en Afrique du Sud et au Mozambique, avec à la clé des accords dans les mines, le gaz, la défense, le pétrole entre autres. Mais, ces dernières années, c’est bien la présence russe en Centrafrique qui a beaucoup fait couler encre et salive. En début d’année 2021, le fort soutien de la Russie a permis à Faustin Archange Touadera de conserver son pouvoir menacé par la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), un mouvement rebelle sous la coordination de l’ancien Président François Bozizé.

Les mercenaires russes et les Forces armées centrafricaines (FACA) ont enregistré une série de succès contre les rebelles et ont récupéré les territoires qui étaient jusque-là sous contrôle des groupes rebelles pendant une dizaine d’années. Il n’en fallait pas plus pour que Moscou cherche à faire de Bangui sa ‘chasse-gardée’, alors que le pays (riche en de multiples minerais, doté de sols fertiles pour l’agriculture, peu peuplé) est une ancienne colonie française, longtemps restée proche de Paris sur les questions régionales. D’ailleurs, entre le 5 décembre 2013 et le 31 octobre 2016, la France a mené en Centrafrique l’opération baptisée ‘Sangaris’. Il s’agissait de la 7è intervention militaire française dans ce pays instable en Afrique centrale, depuis son accession à la souveraineté internationale en 1960.

‘Sangaris’ a eu la particularité d’être intervenue en pleine 3è guerre civile centrafricaine, et avait pour vocation première de désarmer les combattants de la Seleka et les anti-Balaka, sur fond de risque génocidaire. Sous couvert onusien (Résolution 2127 du 05 décembre 2013), ‘Sangaris’ a eu à compter jusqu’à 2000 hommes de rang de la France. Une opération venue en appui à la MISCA (Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine), et qui avait permis d’atténuer les graves violences civiles et de stabiliser un tant soit peu le pays.

La MISCA et ‘Sangaris’ ont ainsi préparé le terrain à l’actuelle MINUSCA (opération de maintien de la paix multidimensionnelle des Nations Unies dont la priorité première est la protection des civils) forte aujourd’hui de 10 mille hommes. Entre-temps, depuis 2014, la Centrafrique a connu des élections, de nouveaux dirigeants qui ont une nouvelle lecture de la géopolitique internationale et régionale. Les enjeux changent, au gré des projections sur le court et moyen termes des puissances internationales et dans cette zone du continent africain.

Sous influence russe en RCA

En plus d’une base militaire établie dans le pays et d’un contingent de paramilitaires fort de près de 2.000 hommes pour faire grandir son influence déjà croissante en Centrafrique, Moscou a annoncé en septembre 2020 l’ouverture d’une représentation du département russe de la Défense à Bangui auprès du ministère centrafricain de la Défense. Un autre symbole de l’influence russe, depuis avril 2018: des «instructeurs» russes résident dans l’ancienne propriété de Jean-Bedel Bokassa à Berengo où un camp d’entraînement a été créé. L’accès de la zone est aujourd’hui totalement interdit, notamment à la famille du défunt Empereur.

Une présence russe mal vue en Europe, aux USA et ailleurs, d’autant plus que la permanence de l’appui de Moscou en Centrafrique s’accompagne de corollaires. Et d’accusations de violation des droits humains corroborées par les Nations Unies. Notamment dans le communiqué du ‘Groupe de travail de l’ONU’ du 31 mars 2021 sur l’action des mercenaires en Centrafrique. Un communiqué qui mêle à la fois des accusations directes étayées de recueil de témoignages et de mises en garde diplomatiques.

En riposte à ces critiques diplomatiques, Moscou continue de faire un certain nombre de mises au point. Aussi bien via des canaux diplomatiques que médiatiques. Elle dispose d’une solide armada en la matière avec des réseaux de médias de plus en plus influents en Afrique. Une réplique dans la guerre d’influence de puissances étrangères (anciennes comme émergentes) en Afrique. Un exercice qui s’inscrit dans la durée.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 22:45
RCA : Un général mauritanien à la tête de la MINUSCA

 

Centrafrique: Un général mauritanien à la tête de la MINUSCA

 

ALAKHBAR (Nouakchott) 01.09.2021  Heure: 21:41 GMTLe général des Armées mauritaniennes Ely Zaid Ould M'bareck a été porté, il y a quelques semaines, à la tête du commandement des forces onusiennes en Centrafrique. 

 Le Mauritanien remplace le général Daniel Sidiki Traoré au commandement de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA).

 Promu au Grade de Général en mars dernier, Ould M'bareck a commandé auparavant la première Région militaire de Nouadhibou.

 Le général Ely Zaid Ould M'bareck  a également coordonné l'exercice militaire américain « Flintlock 2020 » sur le sol mauritanien.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 22:35
RCA : sept députés complètent l'effectif définitif de l'Assemblée nationale

 

Centrafrique : sept députés complètent l'effectif définitif de l'Assemblée nationale

Par : LIANG Chen French.china.org.cn | Mis à jour le 31-08-2021

A l'issue des élections législatives résiduelles du 25 juillet dernier en Centrafrique, ce sont sept députés qui viennent désormais compléter l'effectif définitif de l'Assemblée nationale, a annoncé lundi la Cour constitutionnelle.

Son vice-président, Jean-Pierre Waboe, a souligné que l'institution avait, par sa dernière décision en date, vidé tous les contentieux électoraux et doté le Parlement de 140 élus, soit l'ensemble de ses députés, conformément aux dispositions du Code électoral.

Les élections en Centrafrique ont plusieurs fois été perturbées par des incursions des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). C'est ainsi que les législatives se sont étalées dans le temps, d'abord couplées avec la présidentielle de décembre 2020, puis en mars et juillet derniers.

Source: Agence de presse Xinhua

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 17:27
RCA : Les ONG internationales alertent sur la détérioration de la situation humanitaire
RCA : Les ONG internationales alertent sur la détérioration de la situation humanitaire

 

Centrafrique : Les ONG internationales alertent sur la détérioration de la situation humanitaire

https://www.aa.com.tr/ Fatma Bendhaou   |31.08.2021 AA/ Peter Kum

- « Plus d’une personne sur quatre est soit refugiée hors du pays, soit déplacée interne »

Les ONG internationales ont alerté, lundi, sur la détérioration de la situation humanitaire en République centrafricaine (RCA), dénonçant l'empêchement des humanitaires à apporter de l'aide aux populations affectées.

« Aujourd’hui, plus d’un Centrafricain sur deux serait en situation d’insécurité alimentaire selon le Programme alimentaire mondial (Pam) », a indiqué dans un communiqué, le Comité de coordination des ONG en RCA.

L’Agence l’onusienne en charge des réfugiés (HCR) a souligné dans le communiqué que « plus d’une personne sur quatre est soit refugiée hors du pays, soit déplacée interne ».

Le Comité de coordination des ONG en RCA a rapporté que « les attaques répétées contre les patients, le personnel et infrastructures médicales ainsi que l’insécurité, ont perturbé l’accès aux soins », et empêché les humanitaires à apporter de l'aide aux populations affectées.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a noté, pour sa part, que « le conflit en Centrafrique a bouleversé le fonctionnement d’un système éducatif déjà précaire : absentéisme des élèves, fermeture des écoles pour cause d’insécurité, occupation des écoles par des personnes déplacées ou par des acteurs armés … ».

Selon le Comité de coordination des ONG en RCA, l’actuel Plan de réponse humanitaire est financé à un peu plus de la moitié des 553.6 millions de dollars américains requis.

Des fonds supplémentaires sont nécessaires, et cela de toute urgence, pour renforcer la réponse humanitaire, sauver des vies et répondre aux besoins croissants, avait indiqué l'ONU dans un rapport publié le mois dernier.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 17:02
RCA : le président Touadéra installe le comité d'organisation du futur dialogue national
RCA : le président Touadéra installe le comité d'organisation du futur dialogue national

 

Centrafrique: le président Touadéra installe le comité d'organisation du futur dialogue national

https://www.rfi.fr/ 01/09/2021 - 14:46

C’est une première étape qui a pris du temps. Des consultations nationales ont été menées en amont, mais la composition de ce comité n'a pas fait l'unanimité.

La répartition annoncée des places dans le comité et la tutelle du chef de l'État avait créé la grogne, puis la première liste de noms rendue publique avait de nouveau généré une levée de boucliers. De nouvelles discussions ont permis d'aboutir à une liste finale qui permet aujourd'hui d'installer officiellement le comité.

Une trentaine de personnalités composent cette nouvelle entité : des représentants des pouvoirs publics, des partis politiques, des confessions religieuses, de la société civile ou encore des experts internationaux. Ce comité devra notamment proposer un chronogramme et un lieu pour ce dialogue national qui doit permettre à tous d'exprimer ses préoccupations.

Encore beaucoup d'interrogations

Néanmoins, il reste encore beaucoup d'inconnues encore sur ce futur dialogue, notamment concernant la participation des groupes armées. La présidence oppose une fin de non recevoir à ceux ayant formés la CPC en décembre dernier et qui ont tenté de renverser le pouvoir en janvier.

Par ailleurs, quid de François Bozizé, l'ex-président qui a pris la tête de la coordination de la rébellion ? Sorti de l'accord de paix, il n'est pas question pour les autorités de le voir autour de la table des discussions. Une participation cependant souhaitée par l'opposition et la plateforme religieuse.

Ce qui se murmure en coulisse aujourd'hui c'est que le processus pourrait avoir lieu en deux temps. D’abord, le dialogue national en Centrafrique entre les forces vives de la nation. Et une seconde étape pourrait être organisée cette fois à l'étranger avec les groupes armés.

 

 

Dialogue Républicain : les membres du comité préparatoire installés par le Président Touadera

https://www.radiondekeluka.org/ mercredi 1 septembre 2021 16:09

Les membres du comité d'organisation du dialogue républicain ont été officiellement installés, ce mercredi 1er septembre 2021, par le Président de la République, Faustin Archange Touadera. La cérémonie s’est déroulée à l’Assemblée nationale à Bangui, en présence des autorités centrafricaines et de la communauté internationale.   

L'installation des membres du comité de pilotage du dialogue républicain intervient près de trois mois après le décret du président de la République mettant en place ce comité. L'équipe, divisée en six sous-comités, doit engager des consultations pouvant mener à la tenue effective du dialogue tant attendu par les forces vives de la Nation.

Pour le Chef de l’Etat qui a présidé la cérémonie, l'installation des membres de ce comité, témoigne des avancées vers la tenue du dialogue républicain.

"L'installation des membres du comité d'organisation du dialogue républicain, témoigne de ce que nous avançons sereinement et surement vers ce dialogue voulu par nous tous", a martelé Faustin Archange Touadéra.

Le président de la République a, par ailleurs, insisté sur l’importance de ce pourparlers inter-centrafricain en préparation, gage selon lui, du retour à la stabilité et du développement économique de la République centrafricaine.

 "Je me dois de vous rappeler que j'attache particulièrement du prix à ce dialogue. Le dialogue républicain, dois-je le rappeler, s'inscrit dans ma vision politique de main tendue qui vise à réunir les fils et filles du pays autour d'un même idéal à savoir ; bâtir ensemble la République centrafricaine dans la paix et l'unité nationale. Ne perdons pas de vue que l'objectif recherché demeure la pacification et le développement durable de notre pays", a fait savoir le Chef de l’Etat.

Le comité préparatoire du dialogue républicain est composé de 29 personnes issues des partis politiques de l’opposition, du pouvoir, de la société civile, des confessions religieuses et de la communauté internationale.

Les membres dudit comité mettront en place un bureau qui sera dirigé par un président, désigné par le chef de l’Etat. Ils ont également pour mission, l’élaboration et l’adoption du règlement intérieur du comité selon l’article 7 du décret l'instituant, rendre compte au chef de l’Etat de l’évolution des travaux ensuite définir le calendrier et le programme du dialogue.

Le Président centrafricain a initié le dialogue républicain à la suite des violences qui ont émaillé les élections présidentielle et législatives de décembre 2020. Ces scrutins avaient été boycottés dans certaines régions du pays par une coalition rebelle dénommée Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Cette coalition d’anciens groupes armés opérant sur le territoire de la RCA a été montée et dirigée par l’ancien président François Bozizé.

Pour les autorités centrafricaines, le dialogue républicain pourrait être l’issue au problème sécuritaire dont le pays fait face depuis plusieurs années. Cependant, le format proposé n’inclut pas les responsables des groupes armés jugés auteurs des violences et troubles dans le pays.   

 

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT, SON EXCELLENCE LE PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA,

A L’OCCASION DE LA CEREMONIE D’INSTALLATION OFFICIELLE DU COMITE D’ORGANISATION DU DIALOGUE REPUBLICAIN

BANGUI, 1ER SEPTEMBRE 2021

- Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;

- Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

- Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

- Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement;

- Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations Internationales ;

- Mesdames et Messieurs les Députés de la Nation ;

- Mesdames et Messieurs les Présidents et Représentants des Partis politiques ;

- Mesdames et Messieurs les Représentants des centrales syndicales et des organisations de la société civile ;

- Mesdames et Messieurs les membres du Comité d’Organisation du Dialogue Républicain ;

- Distingués invités ;

- Mesdames et Messieurs ;

- Mes Chers Compatriotes,

C’est avec un immense plaisir que je m’adresse à vous, ce jour où nous procédons à la cérémonie d’installation officielle du Comité d’Organisation du Dialogue Républicain.

Je vous remercie d’avoir répondu avec tant d’empressement à notre invitation.

Votre présence traduit davantage le soutien constant de la communauté internationale aux efforts de paix et de stabilisation de la République Centrafricaine.

- Distingués invités ;

- Mesdames et Messieurs ;

Dans mon adresse à la Nation du 18 mars 2021, j’ai réaffirmé ma disponibilité à engager un dialogue républicain avec l’opposition démocratique et toutes les forces vives de la Nation, pour sortir notre pays de cette crise interminable qui plombe son développement socio-économique.

J’avais donc annoncé la tenue de vastes consultations nationales en vue de recueillir les avis, recommandations et suggestions de toutes les forces vives de la Nation sur les résultats escomptés du Dialogue Républicain ainsi que l’agenda d’intérêt national prioritaire ; les principes fondamentaux à préserver et la méthodologie, y compris la conduite du dialogue, son format, ses animateurs.

Il ressort de ces vastes consultations nationales, pendant lesquelles toutes les forces vives de la Nation se sont exprimées, la nécessité d’organiser un Dialogue Républicain qui soit inclusif.

Je me félicite de l’installation, aujourd’hui, du Comité d’Organisation qui témoigne de ce que nous avançons sereinement et sûrement vers la tenue de ce dialogue voulu par nous tous.

Mesdames et Messieurs les Membres du Comité d’Organisation,

Tout en vous félicitant d’avoir été choisis par vos entités respectives, je me dois de vous rappeler que j’attache particulièrement du prix à ce dialogue.

Ce Dialogue Républicain, dois-je le rappeler, s’inscrit dans ma politique de main tendue qui vise à réunir les filles et fils du pays autour d’un même idéal, à savoir : bâtir ensemble la République Centrafricaine dans la paix et l’unité nationales.

La responsabilité qui vous incombe est lourde et le défi à relever est immense.

Meurtris par des décennies de violences armées et marqués par la récente tentative injustifiée de coup d’Etat de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), nos concitoyens qui n’aspirent qu’à la paix attendent beaucoup de ce dialogue.

Les conclusions des consultations nationales qui ont eu lieu en mars et avril 2021 sont à cet égard édifiantes.

Comme vous le savez, le succès de toute entreprise réside dans sa meilleure organisation. Aussi, pour le succès du Dialogue Républicain, vous devez rester unis et travailler ensemble, dans l’intérêt supérieur de na Nation.

J’en appelle à votre sens élevé de responsabilité et de patriotisme. La recherche permanente de consensus doit être privilégiée lors de vos travaux aussi bien en sous-comités qu’en plénière.

Ne perdez pas de vue que l’objectif recherché demeure la pacification, la reconstruction et le développement durable et intégral de notre pays, la République Centrafricaine.

Nous n’avons qu’un seul et unique pays en partage ; nous devons travailler main dans la main pour le sortir du bourbier dans lequel il est artificiellement plongé.

Le devenir de la Nation centrafricaine repose sur vos épaules et je vous sais capables d’en relever le défi.

- Distingués invités ;

- Mesdames et Messieurs ;

Je saisis l’opportunité que m’offre cette cérémonie pour témoigner ma gratitude vis-à-vis de la communauté internationale qui a mis à notre disposition son expertise et son savoir-faire.

Les Experts venus de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de la CEEAC et de la MINUSCA assisteront le Comité d’Organisation, et ce, pendant toute la durée des travaux préparatoires.

Je ne doute pas que la communauté internationale, notamment nos partenaires techniques et financiers, apporteront, comme depuis toujours, d’appuis multiformes en vue de faire de cette initiative de paix et de réconciliation un creuset de l’unité nationale et de développement de la République Centrafricaine.

Aussi voudrais-je remercier sincèrement l’Equipe d’Appui Technique au Dialogue Républicain qui a mené à bon port les travaux de vastes consultations nationales ayant abouti à la mise en place du Comité d’Organisation.

J’exhorte les éminents membres du Comité d’Organisation à se mettre immédiatement au travail afin d’organiser, dans les meilleurs délais, le Dialogue Républicain tant attendu par nos concitoyens.

Tout en souhaitant plein succès à ses travaux, je déclare officiellement installé le Comité d’Organisation du Dialogue Républicain.

Mesdames et Messieurs ;

Je vous remercie.

  

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 16:51
RCA-Bangui  : « Des saisons des pluies catastrophiques »

Lu pour vous 

 

https://www.ouest-france.fr/  le 31/08/2021 à 05h00 Patrick David (Hauts-de-Seine) :

 

« En Centrafrique, la saison des pluies est une période propice aux maladies : paludisme, diarrhées, choléra. »

La saison des pluies, d’avril à octobre, dans la vallée de l’Oubangui, dans le sud de la Centrafrique, est la saison des chenilles très appréciées des habitants. C’est également la saison des pistes défoncées et des rivières impraticables, des risques d’inondations, de pollution et d’épidémies.

Des pluies diluviennes provoquent des débordements d’eaux usées car les systèmes d’évacuation des eaux datent très souvent de la période coloniale et n’ont jamais été refaits ni même entretenus.

Les eaux stagnantes attirent moustiques et petits reptiles. Pour ces raisons, la saison des pluies est une période propice aux maladies : paludisme, diarrhées, choléra. La Centrafrique a connu quatre flambées de choléra entre 1997 et 2016.

Les pluies détruisent les habitations traditionnelles en briques de boue coiffées de tôle de récupération en mauvais état.

En 2019, de fortes pluies ont conduit 28 000 personnes à abandonner leur domicile. Leurs habitations avaient été englouties par les crues.

Plus récemment, les pluies abondantes qui se sont abattues sur plusieurs quartiers sud de la capitale, le 7 août 2021, entre 14 h et 22 h, ont laissé plus de 475 familles sans abri.

Enfin, les eaux souillées par le ruissellement des eaux de pluies sur les tas de déchets organiques ou chimiques ou du fait d’un débordement des canaux d’écoulement amenuisent les possibilités d’accès à l’eau potable.

Déjà, en temps normal, un Centrafricain sur trois seulement y a accès.

En raison du chaos que traverse le pays, aucuns travaux d’envergure afin d’éviter les désordres occasionnés par ces pluies ne sont a priori envisagés. Les responsables centrafricains du service de météorologie ne sont pas en mesure de faire des prévisions en temps réel. Les sinistrés ne peuvent compter que sur la bonne volonté et l’ingéniosité de leurs proches, parents ou voisins. Avec le changement climatique, les pluies ont gagné en ampleur et en durée.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 12:59
RCA : les autorités se dotent d’une drague pour la rivière Oubangui

 

Centrafrique: les autorités se dotent d’une drague pour la rivière Oubangui

https://www.rfi.fr/ 31/08/2021 - 16:07

Le gouvernement centrafricain vient de se doter de sa propre drague pour la rivière Oubangui, régulièrement ensablée. Jusqu'à présent, une drague basée au Congo-Brazzaville permettait un service commun d'entretien de la voie navigable. Mais cela restait insuffisant pour répondre à l'ensemble des besoins du pays.

Cette nouvelle drague est un véritable investissement pour le pays. Selon la primature, elle a coûté 1,670 milliard de francs CFA, soit environ 2,5 millions d'euros.

« La drague a été acquise pour deux objectifs : améliorer la station du captage d’eau de la Sodeca pour permettre vraiment une bonne distribution de l’eau potable dans la ville ; et améliorer les endroits où on a souvent des obstacles aux environs de Bangui », indique le ministre des Transports, Gontran Djono Ahaba.

Ces obstacles sur le cours d'eau diminuent les périodes de navigabilité. L'objectif principal est donc de relancer le commerce fluvial entre Pointe-Noire et Bangui.

« Aujourd’hui, pour nous, le transport par voie d’eau est une alternative qui est vraiment importante pour le pays. C’est vrai qu’on a le corridor Douala-Bangui qui pose souvent des difficultés. Donc pour nous, je pense que c’est un objectif qui est fixé par le gouvernement, par le président de la République pour essayer de booster l’économie. Ça permettra au pays d’améliorer les recettes et de contribuer aussi à la baisse des produits, matériels de construction et autres », ajoute le ministre.

Lors de la crise de la CPC, la rébellion avait coupé pendant plusieurs semaines la voie d'approvisionnement terrestre du Cameroun, créant à Bangui la rareté et l'explosion des prix de nombreux produits de première nécessité.

 

 

L’ETAT CENTRAFRICAIN SE DOTE D’UNE DRAGUE POUR CURER LES FONDS DU FLEUVE OUBANGUI

Pour résoudre les problèmes de navigabilité pendant la saison sèche, l’Etat centrafricain a, sur fonds propres, acquis une drague. La remise de cette machine de grande capacité, a eu lieu ce 27 août au bord du fleuve Oubangui, en présence de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, accompagné du Ministre d’Etat chargé de la Justice, Garde des Sceaux et de son homologue des Transports et de l’Aviation Civile.

La drague remise est un hélico 360 HP de marque américaine. Cette machine est équipée d’un moteur Caterpillar d’une puissance de 403 KW pour une profondeur de drague de 15 mètres, nanti d’un diamètre de conduit.

Cet appareil a une capacité d’aspiration de 305 mètres à refoulement de 264 millimètres et présente un taux de solidité d’environ 30%. L’acquisition a été faite par l’attributaire l’Etablissement Likoda exploitation, domicilié au niveau du BPMC pour un montant de 1 milliard 670 millions de Francs CFA. « Cet engin sera utilisé pour lutter contre l’ensablement et l’envasement » a indiqué le Ministre chargé des Transports et l’Aviation Civile Gontran Ndjono-Ahaba.

Source : Primature Officielle RCA

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 23:41
RCA : le procès de deux chefs anti-balaka reprend à La Haye
RCA : le procès de deux chefs anti-balaka reprend à La Haye

 

Centrafrique: le procès de deux chefs anti-balaka reprend à La Haye

https://www.rfi.fr/ 30/08/2021 - 20:35

À La Haye, les audiences dans l'affaire centrafricaine Alfred Yekatom Rhombot/Patrice Edouard Ngaïssona ont repris ce lundi 30 août après avoir été levées en juin. Un 16e témoin, placé sous anonymat, a été interrogé sur les attaques dans la région de Bossangoa pendant l'année 2013.

Elle est présentée comme le témoin P-2462. Ce lundi, en audience publique, elle raconte sa fuite vers la résidence de l’imam lors de l’attaque de Bossangoa le 5 décembre 2013, sa vie de déplacée à l'intérieur de la ville puis au Tchad. À La Haye, les questions aux témoins sont souvent précises. La Cour les interroge sur les auteurs de crimes ou leurs complices, pour certains sans doute encore actifs. Les réponses du témoin P-2462 sont souvent courtes, empreintes d'émotion. Mais le plus souvent, c'est à huis-clos qu'elle a fait le récit des événements : sa maison brûlée, et puis son viol... 

À l’époque, Bossangoa est aux mains de la Séléka, une alliance de groupes armés à majorité musulmane qui a pris le pouvoir par la force à Bangui, à 300 km de là. De nombreuses exactions sont commises. En réaction, des milices anti-balaka s'organisent. Les populations musulmanes assimilées à la Séléka sont particulièrement visées. En septembre 2013, les villages entourant Bossangoa sont attaqués par ces anti-balaka, puis en décembre la ville est à son tour visée. Plusieurs centaines de résidents musulmans sont tués, leurs maisons incendiées, leur bétail tué ou volé, note Human Rights Watch dans un de ses rapports. 

Alfred Yekatom Rhombot, veste en jean, écharpe en laine, et Patrice-Edouard Ngaïssonna, lunettes et costume bleu, ont assisté à l'audience. Ils auraient été respectivement commandant d'un groupe d'environ 3 000 éléments et « coordinateur général » des anti-balaka.

Si le témoin P-2462 est protégé par toutes les mesures d’anonymat possibles, c’est parce que le procès continue à faire écho en Centrafrique. Assassinats, pillages, destructions d'habitations... Les populations ont cette année de nouveau été victimes de multiples violences. À Bossangoa début mars, 14 000 personnes étaient déplacées. En tout, près de 78 000 personnes ont fui leur domicile et sont aujourd'hui comptabilisées dans la préfecture de l'Ouham. En juin, cette préfecture était aussi parmi les plus touchées par les violences contre les personnels humanitaires. 

Si la région de Bossangoa fait souvent l'objet de tensions, c'est parce qu'elle est stratégique. Berceau des anti-balakas, elle est aussi la région d'origine de François Bozizé. Empêché de se présenter à l'élection de décembre dernier, l’ancien président est devenu coordonnateur de la nouvelle coalition armée, la CPC. En début d'année, alors que Bozizé s'était replié à Bossangoa, la contre-offensive armée n'a pas tardé.

L'audience a été levée dans l'après-midi, et reprendra demain matin avec les questions de la défense. Et il est possible en Centrafrique à Bangui d'assister à la retransmission de l'audience en direct au "centre d'information publique" qui se situe au niveau du bureau de la CPI. 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 19:43
Enseignant, Touadera préside une soutenance de doctorat en mathématiques

 

Centrafrique : Enseignant, Touadera préside une soutenance de doctorat en mathématiques

 

vendredi 13 août 2021 - 18:13

 

Le chef de l’Etat centrafricain Faustin Archange Touadera a enfilé ses vêtements d’enseignant-chercheur en présidant la soutenance d'une thèse en Mathématiques à l’université de Bangui.

Encore en activité, le Président de la République Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera a eu le privilège à double titre de présider en tant qu’enseignant chercheur la soutenance de thèse de doctorat en Mathématiques Appliquées de M. Brice Yambiyo.

C’est à la faculté des sciences de l’Université de Bangui que l’impétrant Brice YAMBIYO a présenté sa thèse intitulée : Étude des Modèles Fractionnaires au sens de la Dérivé.

Le chef de l’Etat a exprimé sa joie de voir le département des mathématiques de l’Université de Bangui enregistrer un deuxième docteur en 50 ans d’existence.

« C’est la deuxième fois que deux étudiants du Pr Nguerekata soutiennent leurs thèses de doctorat en mathématiques. Je suis très heureux d’être le président de ce jury, ce qui montre que notre département de mathématiques fonctionne et j’encourage les jeunes, les étudiants à poursuivre leurs études parce que nous n’avons pas beaucoup d’enseignants dans ce domaine. Je suis heureux que le département se soit enrichi d’un nouveau docteur qui va compléter l’effectif des enseignants chercheurs de l’Université de Bangui » s’est-il réjoui

À la tête de la Centrafrique depuis 2016, Faustin-Archange Touadéra est titulaire d’un doctorat de mathématiques obtenu en France et au Cameroun avant de devenir enseignant. 

Il a connu une longue carrière académique et finit recteur de l’université de Bangui, avant d’entrer en politique comme Premier ministre de François Bozizé de 2008 à 2013.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com