Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 13:03

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 12:02
La Beac lance un appel d’offres pour fournir de la liquidité

 

La Beac lance un appel d’offres pour fournir de la liquidité pour 40 milliards de FCFA aux banques de la Cemac

 

Les banquiers de la zone Cemac ont jusqu’à ce 20 novembre 2019, pour soumissionner à l’appel d’offres de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac), qui entend leur fournir une enveloppe de liquidités d’un montant de 40 milliards de FCFA.

 

Ce financement est mis à disposition au taux minimum de 3,5%, qui correspond au principal taux directeur de cet institut d’émission des six États de la Cemac (le Cameroun, le Congo, le Gabon, la RCA, le Tchad et la Guinée équatoriale).

 

Les collatéraux admis dans le cadre de cette offre de financement, souligne la Beac, sont « les actifs admis en garantie des opérations de refinancement de la Beac, suivant la décision du 31 octobre 2013 ».

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 11:59
Le cardinal Dieudonné Nzapalainga chez le Maire BEOUINDE
Le cardinal Dieudonné Nzapalainga chez le Maire BEOUINDE
Le cardinal Dieudonné Nzapalainga chez le Maire BEOUINDE

 

Congrès sur la Miséricorde Divine : le cardinal Dieudonné Nzapalainga chez le Maire BEOUINDE

 

Son Éminence le cardinal Dieudonné Nzapalainga Archevêque de Bangui a conduit ce 18 novembre, une délégation centrafricaine composée de cardinaux, de prêtres, de religieux et de laïques, chez le Maire de la ville de Ouagadougou Monsieur Armand_Roland_Pierre_BEOUINDE

 

Cette visite s'inscrit dans le cadre des activités du 4 ème Congrès de l'Afrique-Madagascar sur la Miséricorde Divine qui se tient du 18 au 24 novembre 2019 à Ouagadougou. « La Miséricorde Divine, une grâce pour notre temps », c'est autour de ce thème que se tient ce quatrième congrès qui se veut un rassemblement de croyants dans leur diversité pour célébrer, promouvoir et vivre la fraternité sous le signe de la Miséricorde Divine, ferment pour relever les défis brûlants de l’Afrique et de Madagascar.

 

Nommé par le pape François comme son envoyé spécial à la cérémonie de clôture de la IVe Conférence panafricaine, le cardinal Dieudonné Nzapalainga, apporte un message papal au Burkina Faso, basé sur la paix, la tolérance, l'amour, le partage et la solidarité.

 

Département de la Communication et des Relations Publiques de la Commune de Ouagadougou

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 11:45
Une nouvelle mission en Centrafrique. Le concept de EUAM Rca

 

Une nouvelle mission en Centrafrique. Le concept de EUAM Rca

 

 21 novembre 2019  Nicolas Gros-Verheyde 

 

 (B2) Les 28 ont adopté, ce jeudi (21 novembre), le concept de gestion de crise (CMC) pour le lancement d’une mission civile de conseil aux forces de sécurité en République centrafricaine. Petit nom : EUAM RCA

Le rôle de la mission sera de soutenir la réforme des forces de sécurité intérieure. Concrètement, cela passera par un conseil au ministère de l’Intérieur, à la police et gendarmerie pour « les aider à se déployer dans l’ensemble du pays ».

Une étape dans un processus bien lent

Avec l’adoption de ce concept de gestion de crise, l’Union européenne franchit une étape supplémentaire, mais la mise en place de la mission est lente. Les 28 avaient donné leur feu vert politique en juillet dernier (lire : Les 28 vont donner le feu vert à une nouvelle mission de la PSDC en Centrafrique). Il a fallu quatre mois aux experts des États membres pour traduire dans un document officiel. Mais le lancement à proprement parler de la mission pourrait arriver rapidement… avant la fin 2019.

Une nécessité de doter la RCA d’une force civile de maintien de l’ordre

La France a beaucoup poussé dans ce sens dès le début de la crise centrafricaine. Après la période pacification-stabilisation (avec la force EUFOR RCA) puis la période restructuration-formation des forces armées (avec la mission EUMAM et EUTM RCA), est très vite apparue la nécessité de compléter cet effort militaire avec un effort en direction de la police et gendarmerie centrafricaine, qui pourraient se déployer en région notamment. Les besoins sont importants. Une bonne partie des troubles en Centrafrique ressort plutôt de bandes armées et de la criminalité que de forces structurées armées.

Des réticences d’États membres à une mission dédiée à la sécurité intérieure

Plusieurs États membres de l’UE étaient réticents à cette nouvelle mission. C’est ainsi qu’un ‘pilier interopérabilité’ a d’abord été mis en place au sein de la mission militaire EUTM Rca à la fin 2018. Un semi-échec, peu de pays acceptant d’envoyer des forces (mis à part la France). L’idée d’une mission propre dédiée aux forces de sécurité intérieure est donc de nouveau ressortie. Mais, là encore, non sans réticences. La mission créée n’est ainsi pas une mission de formation complète comme attendu, mais plutôt une mission de conseil stratégique (EUAM), prélude à celle-ci.

(Leonor Hubaut, avec NGV)

 

 

République centrafricaine: le Conseil donne son accord à une future mission PSDC à l'appui de la réforme du secteur de la sécurité

 

Le Conseil a adopté un concept de gestion de crise pour une nouvelle mission civile PSDC de conseil en République centrafricaine (EUAM RCA).

La mission devra soutenir la réforme des forces de sécurité intérieure, afin de permettre aux autorités de la RCA de faire face aux défis auxquels le pays est actuellement confronté en matière de sécurité. Les experts de l'UE épauleront le ministère de l'intérieur et les forces de sécurité intérieure, la police et la gendarmerie, avec pour objectif de les aider à se déployer dans l'ensemble du pays.

La mission dispensera des conseils aux autorités de la RCA au niveau stratégique afin de contribuer à transformer durablement les forces de sécurité intérieure de la RCA en un garant homogène et responsable de la sécurité, opérant sous le contrôle des autorités nationales. La mission se coordonnera étroitement avec la mission militaire de formation de l'UE (EUTM RCA), la mission des Nations unies (MINUSCA) et la communauté internationale.

L'adoption d'un concept de gestion de crise constitue la première étape du lancement d'une nouvelle mission PSDC, la suivante étant celle des préparatifs en vue du déploiement. La République centrafricaine sera le troisième pays, après le Mali et la Somalie, à bénéficier du soutien parallèle de missions PSDC aussi bien militaires que civiles.

 

Contacts avec la presse

Virginie Battu +32 2 281 53 16 / +32 470 18 24 05

Mission militaire de formation en République centrafricaine (EUTM RCA)

Missions et opérations PSDC

Délégation de l'Union européenne en République centrafricaine

Consulter le site web

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 11:37
Centrafrique : une dizaine de rebelles de la Séléka tués par l'armée dans la capitale
Centrafrique : une dizaine de rebelles de la Séléka tués par l'armée dans la capitale

 

Centrafrique : une dizaine de rebelles de la Séléka tués par l'armée dans la capitale

 

BANGUI, 20 novembre (Xinhua) -- En République centrafricaine (RCA), une dizaine d'éléments rebelles de la Séléka ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi à Bangui lors d'une intervention des Forces armées centrafricaines (FACA), a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

D'après des témoins, mardi en début de soirée, les FACA ont bouclé le périmètre du camp de Béal où étaient stationnés quelque 200 éléments de la Séléka, et sont passés à l'attaque. Les rebelles assiégés ont fui en tous sens, dont une dizaine ont été tués et d'autres blessés. Des détonations ont été entendues durant toute la nuit.

Une fois les rebelles délogés, les FACA ont consolidé leur position autour du camp et des engins lourds ont entamé des travaux de terrassement afin de transformer le site en un authentique camp militaire, a déclaré une source militaire anonyme.

Le camp de Béal se situe dans la ville de Bangui. Les forces de la Séléka y étaient basées depuis mars 2013, suite à la chute de l'ex-président François Bozizé. Depuis 2017, le gouvernement était engagé dans un processus de négociation avec les rebelles dans le but de libérer le camp, sans succès.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 11:21
Abdoulaye Miskine, un personnage clé de la crise centrafricaine arrêté au Tchad

Lu pour vous

 

Abdoulaye Miskine, un personnage clé de la crise centrafricaine arrêté au Tchad

 

https://www.la-croix.com/ Laurent Larcher,  le 21/11/2019 à 11:36

 

Le chef du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC), le général Abdoulaye Miskine, a été arrêté à N’Djamena, selon une information de RFI. En juillet, il avait menacé de renverser le président Touadéra. Son groupe armé est impliqué depuis les années 2000 dans les violences qui déchirent la Centrafrique.

Est-ce la fin du général Abdoulaye Miskine, le chef d’un groupe armé qui ensanglante la Centrafrique ? Son arrestation au Tchad, le 19 novembre, a été une surprise. Arrivé la veille à N’Djamena, l’homme fort du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) (de son vrai nom Martin Koumtamadji) semble avoir été pris dans les rets du parrain de la sous-région, le président tchadien Idriss Déby.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 15:28
Centrafrique : les autorités démentent l'interpellation d'un chef rebelle désarmé

 

Centrafrique : les autorités démentent l'interpellation d'un chef rebelle désarmé

 

BANGUI, 19 novembre (Xinhua) -- Les autorités centrafricaines ont démenti mardi la rumeur selon laquelle un chef rebelle aurait été interpellé après son désarmement volontaire.

Selon les informations diffusées ces derniers jours sur les réseaux sociaux et dans la presse locale, Mahamat Abass Sidiki, chef du groupe armé 3R (Retour, Réclamation et Réhabilitation), a été interpellé puis gardé en résidence surveillée après avoir déposé les armes au début de novembre.

En fait, M. Sidiki est actuellement logé dans un hôtel dans la ville de Bouar (ouest), et sa sécurité est assurée par les Forces armées centrafricaines (FACA), a affirmé dans un communiqué ce mardi Samuel Touaténa, coordonnateur de l'Unité d'exécution du programme national du désarmement, démobilisation et réintégration.

Si M. Sidiki a dû quitter la base des 3R dans la ville de Koui (ouest), c'est pour prendre ses nouvelles fonctions de conseiller spécial à la Primature chargé des Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS), a précisé M. Touaténa.

Se félicitant d'une accalmie relative observée dans le pays depuis le signature de l'accord de paix du 6 février dernier, M. Touaténa a souligné que la désinformation de l'interpellation de Mahamat Abass Sidiki a pour l'objectif d'attiser le feu de la haine, de l'instabilité, et de pousser certains leaders des groupes armés à saboter le processus de la paix.

Du 4 au 9 novembre, M. Sidiki a accepté de faire désarmer à Koui ses quelque 200 hommes, en présence d'un autre groupe armé et la population. A l'occasion, plus de 100 armes et plus de 20.000 munitions ont été restituées.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 14:52
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA
Libération du camp Beal par les FACA

 

RCA : Calme à Bangui suite aux tirs à l'arme lourde d'hier soir

 

https://www.radiondekeluka.org/ mercredi 20 novembre 2019 12:16

 

L’armée nationale a lancé ce 19 novembre  à Bangui une vaste opération de déguerpissement des ex-combattants basés au Camp Béal à Bangui. Cette opération vise à permettre aux Forces Armées Centrafricaines de récupérer cette base militaire occupée depuis 2013 par les ex-combattants Séléka.

Des tirs à l’arme automatique ont été entendus témoignant la résistance des occupants à cette opération.

Le calme est revenu et les éléments de génie militaires ont déployés des engins lourds ce matin pour le nettoyage du site Camp Béal légué à la République Centrafricaine par les éléments d’assistance opérationnelle (EFAO). 

Toutes installations anarchiques ont été détruites et des occupants  illégaux à la merci de la nature. Cette vaste opération intervient peu après les plaintes de ces derniers qui exigent du gouvernement le versement de leur frais de désarmement.

Les camps Béal et le RDOT et Berengo sont trois camps militaires illégalement occupés par les ex-combattants. Certains éléments de ces groupes armés ont eu du gouvernement des frais de déguerpissement pour quitter le Bataillon de Soutien et de Service qu’ils ont occupés par le passé. Nombre d’entre eux ont regagné le Camp-Béal.

Cette opération est lancée à quelques jours de la célébration du 1er décembre date où l'Oubangui Chari est devenu la République Centrafricaine. Les festivités sont prévues sur l’avenue des Martyrs à seulement quelques mètres du Camp Béal. Aucun bilan n’est disponible pour l’instant et l’état-major des armées à l’initiative de  cette opération n’a pas encore donné de détails sur cette opération encore moins le ministère de la Sécurité publique.

Plusieurs ex combattants y vivent avec leur famille dans ce camp militaire où ils ont tout détruit.

 

Camp Beal libéré

 

Enfin, les FACA ont chassé les oisifs qui étaient là et pratiquaient le banditisme.

On les a vus sortir avec leur matelas et autres objets. L'opération de déguerpissement est un succès total. Leurs baraquements de boutiques ont été rasés au bulldozer. Un ouf de soulagement pour le voisinage.

Après des échanges de tirs depuis hier dans la soirée, les éléments du Chef d'Etat Major, le Général Zéphyrin MAMADOU ont pu prendre le contrôle total du camp appuyés par l'unité d'intervention rapide du Colonel Anatole Ngaya, les ex Seleka sont partis en débandade.

 

 

NDLR : Certaines situations peuvent paraître de prime abord impossibles à résoudre, mais parfois il suffit seulement d'oser et le tour est joué. C'est le cas de ce camp Beal dans lequel se sont retranchés depuis 2013, quelques éléments Séléka du MPC et autres Séléka soi-disant "Rénové", après la démission de Michel Djotodia. Ils n'ont jamais voulu quitter cette caserne dont les Faca ont un grand besoin. Bien qu'ayant reçu plusieurs un pécule pour déguerpir, ils n'ont jamais voulu quitter tout en continuant à faire du chantage à l'égard du gouvernement. Cette plaisanterie devrait bien prendre fin un jour....! Reste maintenant à régler aussi le cas du RDOT vers la sortie Nord de Bangui où une autre bande des mêmes pieds nickelés continuent également de faire chanter le gouvernement. Petit à petit les Faca doivent OSER...! 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 14:29
Tchad: le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine arrêté à Ndjamena
Tchad: le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine arrêté à Ndjamena
Tchad: le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine arrêté à Ndjamena
Tchad: le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine arrêté à Ndjamena

 

 

Par RFI Publié le 20-11-2019 Modifié le 20-11-2019 à 12:31

 

Au Tchad, on a appris hier, mardi 19 novembre, l’arrestation des chefs rebelles centrafricains parmi lesquels le général Abdoulaye Miskine, un des hommes clés dans le jeu politico-militaire en République centrafricaine.

Que sont-ils venus chercher en territoire tchadien ? C’est la question que se posent tous ceux qui s’intéressent au dossier centrafricain depuis lundi soir quand ils ont appris l’arrivée du chef rebelle dans la capitale tchadienne.

De bonnes sources, Aboulaye Miskine et trois autres responsables de mouvements rebelles centrafricains sont entrés en territoire tchadien à partir de Tissi, une ville du sud-est qui borde les frontières du Tchad du Soudan et de la Centrafrique.

Manifestement, Abdoulaye Miskine et ses compagnons n’étaient pas attendus. C’est pourquoi ils ont été logés dans les locaux des services de renseignement au lieu d'un hôtel comme d'ordinaire.

La présence de ces responsables rebelles centrafricains suscite des questions. Ont-ils cherché à se mettre à l’abri après les violents conflits interethniques survenus ces derniers jours dans le nord-est de la RCA ? Ou est-ce un appel du pied à Ndjamena qui a souvent joué un rôle politique majeur en Centrafrique ?

Dans une interview à l'hebdomadaire Jeune Afrique la semaine dernière, le chef de l’État tchadien a indiqué que Ndjamena - qui a souvent été accusé d’être un fauteur de troubles - entend aider son voisin du Sud à retrouver la stabilité.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 14:43
RCA : 13 milliards FCFA alloués par le gouvernement pour la réhabilitation des infrastructures routières à travers le pays

 

BANGUI, le 18 novembre 2019 (RJDH)---Le gouvernement a annoncé disposer d’une enveloppe de 13 milliards FCFA pour la réhabilitation des infrastructures routières à travers le pays. L’annonce a été faite, le mercredi 13 novembre par le Premier Ministre Firmin Ngrebada aux élus de la nation.

Interpellé la semaine dernière par les élus de la nation sur l’état des infrastructures routières en Centrafrique et de l’urbanisation à travers le pays, le Premier Ministre a annoncé que le gouvernement dispose d’une enveloppe de 13, 361 milliards FCFA pour la réhabilitation des infrastructures routières.

« S’agissant de la réhabilitation des routes dégradées, par l’effet d’inondations, et de la ligne budgétaire consacrée à ces travaux, le gouvernement avait inscrit dans le budget 2019 en cours d’exécution un montant de 13, 361 milliards FCFA pour les travaux d’entretien et de réhabilitation de routes », a indiqué le Chef du Gouvernement.

Firmin Ngrebada a précisé que la somme dédiée pour ces travaux est prélevée sur fonds propres de l’Etat Centrafricain, « jusqu’à ce jour, le gouvernement a dépensé sur ses ressources propres un montant de 1, 433 milliards FCFA pour des travaux exécutés par les entreprises notamment le GER, SAGIS, Semence, SOFIA. Avant l’attribution de ces marchés, le gouvernement a évalué les capacités techniques de ces entreprises suivant la règlementation en vigueur en matière de passation des marchés publics », a-t-il fait savoir.

Sur la date, le ministre des travaux publics Hamza Guismala a précisé que le mois de décembre est judicieux pour lancer les travaux car, selon lui, « nous serons déjà à la saison sèche », dit-il.

Combien de kilomètres des voies routières seront réhabilités et entretenus, ce détail n’a pas été précisé. Aujourd’hui en Centrafrique la dégradation des routes à travers le pays se posent avec acuité et l’écoulement des produits agricoles sur le marché local tant national est un casse-tête pour les cultivateurs et commerçants. Plusieurs localités du pays sont encore à ce jour inaccessible en raison de cette situation.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com