Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 18:03

 

 

Berberati : Un soldat des FACA tué par des Anti-Balaka
 

Berberati, 29 Décembre 2014 (RJDH) --- Un élément des Forces armées centrafricaines (FACA)  s'est fait poignarder à mort  par des Anti-Balaka à 50 kilomètres  de la ville de Berberati (ouest), dans la nuit du 25  au 26 décembre.

 

Selon les informations rapportées au RJDH, la victime se trouvait chez elle la nuit de sa mort. Elle avait écouté un bruit dehors. Quand elle était sortie avec son arme, c'était un hibou qui hurlait, elle l'a tiré avec son arme. 

 

"De loin les Anti-Balaka ont écouté la détonation d'arme, ils ont accouru et ont demandé au soldat des FACA de leur remettre son arme. Celui-ci a refusé.  C’est là qu'ils l'ont poignardé à mort", a relaté une source de la gendarmerie, qui a confirmé les faits après avoir effectué une descente sur les lieux de l'incident.

 

Des témoins ont fait savoir que les présumés auteurs de cet acte ont pris fuite. Les habitants pris de peur ont aussi pris fuite pour se réfugier dans la brousse.

 

Les villages situés aux environs de la ville de Berberati sont toujours contrôlés par des Anti-Balaka. Ces derniers continuent de commettre des exactions. Ceci malgré plusieurs campagnes de non violence menées par les autorités locales et les ONG de défense des droits de l'homme./

 

JC Ouanié-Oua


 

 

Centrafrique-Rafaï: Une attaque de la LRA fait des victimes et des dégâts matériels
 

Rafaï, 29 décembre 2014 (RJDH) - Deux personnes ont été grièvement blessées et six autres enlevées ce lundi 29 décembre au village Moussa situé à six kilomètres de la ville de Rafaï. Un acte commis par des éléments de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA)  de Joseph Kony. Des denrées alimentaires et autres biens ont été emportées par ces hommes en arme.

 

Selon le témoignage d'une victime, les rebelles ougandais ont fait irruption dans le village au moment où les habitants étaient encore au lit. "Quand j'ai entendu un cri, je me suis levé pour chercher à savoir ce qui se passe, c'est là que j'ai reçu une balle".

 

De sources locales, les forces de défense présentes dans la ville de Rafaï ont été alertées mais ces dernières n'ont pas pu réagir. "Elles ont fait savoir qu'elles ne peuvent pas aller au delà de 15 kilomètres de la localité".

 

Par ailleurs, le sous préfet de Rafaï a organisé une réunion afin de sensibiliser la population à être vigilante. Les parents ont été appelés à protéger les enfants. "Car nous n'avons personne pour nous protéger", a-t-il dit.

 

L'autorité administrative a demandé par ailleurs au gouvernement de déployer les forces nationales dans sa zone de juridiction afin d'assurer la sécurité de la population./

 

Marc Binza


 

Bouar : Les affrontements ont entrainé la rareté de la viande de bœuf
 

Bouar, 29 décembre 2014 (RJDH) - Le marché de la ville de Bouar connait une hausse de prix de la viande de bœuf qui devient aussi rare. L'insécurité et les multiples affrontements qui se sont produits dans cette localité sont à l'origine de cette difficulté.

 

Le prix d'un kilogramme de viande est passé de 2000 FCFA à 3000.  Cette hausse de prix a sensiblement joué sur le menu du jour dans la famille. Rosalie Nganaféï,  responsable d'un ménage déplore cette situation. Selon elle, « ma famille ne mange plus normalement car la viande de bœuf constitue l'aliment de base dans sa recette journalière ».

 

René Belkosso, délégué des bouchers de la ville de Bouar trouve comme raison de la hausse de prix et la rareté de viande de bœuf, les affrontements qui ont opposé les Anti-Balaka à une partie de la communauté musulmane, entrainant ainsi le départ des éleveurs de cette localité. "A cela s'ajoute aussi l'augmentation du prix d'un bœuf qui s'achète à 300 000 à 400 000 FCFA au lieu de 150 000 avant la crise".

 

La même source a par ailleurs relevé que les bouchers parcourent plus de 150 kilomètres à la recherche de bouf. "En plus, on se dispute avec les autres bouchers venus des autres villes et ceux de la capitale aussi pour avoir les bœufs ".

 

La préfecture de la Nana Mambéré fait partie des régions de la Centrafrique qui disposent des zones de pâturage. Les éleveurs  venus de Tchad se sont installés dans plusieurs zones avant d'être obligés de quitter à cause des exactions des Anti-Balaka. Certains membres de la communauté peulh ont aussi vu leur bétail volé par ces hommes armés. /

 

Constant Ndolo Babou

RCA : Nouvelles nationales sur RJDH
RCA : Nouvelles nationales sur RJDH
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 17:59

 

 

Ndélé, 29 décembre 2014 (RJDH) - Le véhicule d'une structure humanitaire a été braqué, par des hommes armés, le dimanche 28 décembre à deux kilomètres de Ndélé (nord-est) sur l'axe Birao.  Le véhicule volé,  a été  récupéré à 40 kilomètres par les forces présentes dans cette ville.

 

Selon les faits rapportés, le véhicule était parti rprendre une personne malade pour la ramener à l'hôpital de cette localité. "A leur retour, arrivée à deux kilomètres sur la barrière de Batéré, des personnes non identifiées sont sorties de la brousse barrant ainsi la route au chauffeur et lui demandant de leur remettre la clé de véhicule. Ces voleurs ont fait descendre tous les passagers qui sont à bord avant d'emmener le véhicule", a relaté un habitant joint par le RJDH.

 

Après avoir été alertées par le conducteur de ce véhicule, les forces présentes à Ndélé se sont lancées à la poursuite de ces voleurs, jusqu'à 40 kilomètres sur l'axe Birao où ils ont pu récupérer le véhicule.

 

D'autres sources ont fait savoir que le véhicule serait de l'ONG Première Urgence AMI (PU AMI). Et que c'est à plusieurs reprises que cette structure humanitaire a été victime de vol des hommes armés. Le RJDH n'a pas pu joindre les responsables de cette structure humanitaire pour leur confirmation./

 

JB Dawalbet


 

Centrafrique-Bambari : Accrochages au quartier Bornou, la Sangaris se désengage
 

Bambari, 29 décembre 2014(RJDH)--Une  partie de la communauté musulmane a barricadé la route ce matin avant de libérer. Ceci suite à des accrochages qui  ont eu lieu le  dimanche 28 décembre au quartier Bornou, à Bambari, dans la Ouaka entre la force Sangaris et les jeunes musulmans. Interrogée par le RJDH,  la Sangaris s’est désengagée.

 

Tout a commencé aux environs de 15 heures du dimanche, lorsque la Sangaris a voulu patrouiller dans le quartier Bornou, un secteur  à majorité musulman, a raconté une source. Cette patrouille se faisait à pieds et en véhicules blindés.

 

Pour la communauté musulmane, la force Sangaris n'a pas le droit d'entrer dans le quartier Bornou. « Nous avons depuis quelques mois demandé à la Sangaris de ne pas patrouiller dans notre quartier, en attendant le forum de Bangui. C'est pour éviter des incidents que nous avons pris cette décision. Parce que, pour nous, derrière la patrouille de la force Sangaris se cache toujours un groupe des Anti-Balaka », a dit le secrétaire de l'association de la jeunesse musulmane de Bambari.

 

Selon la Sangaris, l'intention de la force n'était pas de patrouiller dans le quartier Bornou, mais aux abords du quartier. « Il y a eu constitution de barrières face à notre patrouille qui est constituée de FSI. Une réaction hostile à la patrouille avec de jet de grenades et de pierres. «Nous précisions que la force s'est désengagée juste après, mais elle va continuer à faire son travail et faire appliquer les « mesures de confiance », a expliqué le commandant Laurent Bastide, responsable de la communication de la Sangaris.

 

Cet incident aurait occasionné deux morts et deux blessés au quartier Bornou. Le fils du président de la communauté musulmane serait lui aussi blessé puis transféré à Bangui, selon une source hospitalière.

 

La matinée de ce lundi 29 décembre a été secouée par des manifestations anti-françaises dans plusieurs quartiers de la ville de Bambari. Après une réunion regroupant les leaders musulmans, la Sangaris, la Minusca et des Chefs de l’ex-Seleka, les barrières érigées par les jeunes musulmans ont été démantelées. /

 

Rosmon Zokoue

Ndélé: Des ONG continuent de se faire braquer par des bandes armées non identifiées
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 17:53

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org   samedi 27 décembre 2014 08:21

 

Les responsables de l'ex-coalition rebelle Séléka basée à Batangafo, préfecture de l'Ouham dans le nord de la Centrafrique, ont confirmé ce vendredi, l’ultimatum de 48 heures lancé aux personnes déplacées de l'unique site de la ville.


Le porte-parole de l’ex-rébellion, Maoloud Moussa, a expliqué que la sommation ne concerne que les jeunes gens qui selon lui, constituent un bouclier pour les miliciens Antibalaka infiltrés sur le site.


« Quand on parle de site, c'est un lieu réservé aux déplacés, enfants, femmes et vieillards. Ce n'est pas un camp militaire. Or, les gens qui sont sur ce site sont en train de cacher les Antibalaka », a noté Maoloud Moussa.


D’après le porte parole, un Antibalaka avait occasionné la mort de certaines personnes en larguant une grenade dans le site. « La dernière fois, un milicien Antibalaka a jeté une grenade parmi la population civile. Des gens ont payé de leur peau. Raison pour laquelle, nous avons demandé que les jeunes quittent systématiquement le site », a indiqué le porte-parole.


Jeudi, RNL a annoncé que les personnes déplacées du site de Batangafo se sont inquiétés de cet ultimatum et ont appelé les autorités de la transition au secours. Seulement, il n'y a pas encore eu de réactions du côté de ces autorités.

Dans la Sangha Mbaéré, une attaque a fait deux morts


Deux personnes sont mortes ce jeudi au village Loppo situé à 10 Kms de Nola chef lieu de la Sangha-Mbaéré au sud-ouest de la Centrafrique dans de nouvelles échauffourées qui ont opposé les éléments du contingent Congolais de la Mission onusienne basé dans la région à des éléments de la milice Antibalaka.


Selon des sources locales, l’incident est intervenu au moment où, des casques bleus  onusien se sont rendus au village Loppo dans le cadre d'une sensibilisation visant à demander à la population de regagner le village. Cette situation a une fois de plus, plongée la population de Nola dans la psychose.


« Jeudi, il y a il y a eu échange de tir et deux personnes sont tuées au village Loppo. Les habitants ont donc décidé de quitter définitivement le village, retenu par les Antibalaka pour servir de base », a témoigné un des habitants sous couvert de l’anonymat.


La même source indique que « Suite à des négociations mercredi, les responsables des Antibalaka devait partir, quand une mission de sensibilisation du contingent Congolais de la Minusca avait effectué une descente dans ce village pour informer les habitants sur leur sortie de brousse et la reprise des activités quotidiennes », a souligné cet habitant, qui a mentionné que la population avait repris les activités   jusqu'à 12 heures,


En ce moment, un calme précaire règne dans la localité.

Batangafo: l'ex-coalition Séléka somme les jeunes de quitter le site
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 17:51

 

 

 

http://www.radiondekeluka.org   samedi 27 décembre 2014 10:00

 

Le président du Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire), Alexandre Ferdinand Nguéndet, a acclamé du haut de la tribune à l'hémicycle de l'assemblée nationale ce vendredi, la feuille de route du 3e gouvernement de transition réactualisée par le Premier ministre, Mahamat Kamoun. Le parlementaire provisoire a apprécié et a demandé d'y apporter des amendements. La nouvelle version du document de travail dont trois chefs de gouvernement ont exploité chacun à sa manière, priorise aujourd'hui les élections. Le Premier ministre affirme une fois de plus sa volonté à achever la transition par l’organisation des élections libres, crédibles et transparentes.


« Les impératifs du moment et les attentes aussi bien de la communauté nationale qu'internationale, au moment où je prenais mes fonctions, ont conduit mon gouvernement à proposer un recadrage de la feuille de route en mettant un accent particulier sur l'organisation des élections comme solution de sortie de crise », a indiqué le Premier ministre centrafricain de la transition, Mahamat Kamoun.


La nouvelle version de la feuille de route définit aussi l’agenda de la transition : le forum inter centrafricain d’ici février 2015, le référendum sur la nouvelle Constitution en mai 2015, le premier tour des élections en juillet et le second tour au mois d'août 2015.

Le chef du gouvernement a également mis un accent particulier sur les priorités de la nouvelle version de la feuille de route. « Tout en gardant les mêmes fondamentaux, les priorités (…) se présente comme suit. Pilier 1 : politique et gouvernance ; pilier 2 : restauration de la sécurité et consolidation de la paix ; pilier 3 : relance économique enfin pilier 4 : assistance humanitaire », a ajouté le Premier ministre.


Mahamat Kamoun a qualifié d'encourageant le redéploiement de l'administration dans les provinces. Onze préfets sur seize ont déjà pris fonction sur l'ensemble du territoire national.


Ferdinand Alexandre Nguéndet tient coute que coute au respect de l'agenda car, dit-il, le peuple centrafricain a trop souffert.


Le coût estimatif de la mise en œuvre de cette feuille de route est de 376 milliards 325 millions de francs CFA.

Une feuille de route réactualisée pour le 3e gouvernement
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 17:46

 

 

 

 Bangui, 29 décembre 2014 (RJDH)—Les travaux de préparatifs du grand forum inter centrafricain se poursuivent. La cheffe de l’Etat de Transition, Catherine Samba-Panza a rencontré, le samedi dernier les forces vives de la nation afin de réfléchir sur la problématique du dialogue national de janvier prochain. Plusieurs représentants des forces vives de la nation ont répondu présents a l’invitation.

 

Pour Catherine Samba-Panza, la rencontre avec les forces vives de la nation « est justifiée par la nécessité pour le gouvernement et tous les dirigeants de la Transition de donner un signal fort au processus de dialogue et de réconciliation nationale, en réfléchissant aux orientations pertinentes qui peuvent le guider afin d’éviter des dérapages éventuels. Sur la base du principe de précaution, il nous faut anticiper les obstacles à la réussite du forum national de Bangui, en abordant en amont tous les sujets qui sont susceptibles de constituer des blocages ».

 

Ce fut également le moment pour la présidente de la transition de définir le format du futur forum. « Le forum national ne sera pas l’occasion de distribuer des primes à l’impunité à travers une amnistie générale en faveur des bourreaux du peuple Centrafricain. La justice nationale fera son travail avec l’appui de la composante judiciaire de la MINUSCA et de la justice internationale pour juger et condamner les auteurs des délits afin de donner aux victimes les raisons de pardonner », dit-elle. Elle exclut donc de l’agenda du forum l’amnistie et l’impunité ; et demande a la commission préparatoire d’être opérationnel rapidement. « A cet effet, les diverses entités devront indiquer à l’issue de la présente rencontre les noms de leurs représentants devant siéger au sein dudit comité », indique-t-elle aux représentants des forces vives de la nation venues pour la rencontre.

 

La décision de l’organisation d’un grand forum inter centrafricain était prise lors du forum de Brazzaville, ayant débouché sur la signature de l’Accord de Cessation des Hostilités du 23 juillet 2014. La mise en place par décret le 02 décembre de la commission préparatoire dudit dialogue et la rencontre du samedi 27 décembre avec les forces vives de la nation sont deux actes fondateurs posés dans la logique de la tenue du dialogue politique de janvier 2015. /

 

Naim-Kaelin ZAMANE

 

 

Journée de concertation des forces vives et le forum de Bangui à la Une 

 

APA-Bangui (Centrafrique) 2014-12-29 11:11:48  La journée de concertation des forces vives de la nation sur le processus politique qui s’est tenue samedi et le prochain forum de Bangui, sont les sujets phares abordés par les journaux ce lundi à Bangui.


Le Démocrate titre : «Catherine Samba-Panza et les forces vives sous l'arbre à palabre » pendant que L'Hirondelle fait sa Une sur : « recadrage du processus politique : Catherine Samba-Panza et les forces vives de la nation rament dans la même direction ».


« C'est dans cette optique que, Catherine Samba-Panza a convoqué toutes les forces vives de la nation le samedi 27 décembre pour dialoguer ensemble sur les voies et moyens consensuels que les autorités de transition doivent suivre pour aboutir à un forum crédible, lequel conduira à des élections transparentes » écrit Le Démocrate.


« Samba-Panza remet le gaz à destination des prochaines élections dans un élan consensuel avec les acteurs réengagés pour la cause de la paix et de la réconciliation nationale » indique pour sa part L'Hirondelle.


Sur un tout autre plan, concernant le forum de Bangui, Le Citoyen met en garde les fauteurs de troubles en rapportant les propos de la présidente de transition qui fait remarquer que « Le Forum inter-centrafricain ne sera pas l'occasion de distribuer des primes à l'impunité à travers une amnistie générale en faveur des bourreaux du peuple centrafricain ».


Le Confident avertit pour sa part sur « Les risques d'échec du forum de Bangui ».

Pour ce confrère, le forum de Bangui prévu en janvier 2015 est un processus politique qui va déterminer le désarmement sur toute l'étendue du territoire centrafricain, de la perspective d'une issue durable de la crise.


« Mais force est de constater que ce dialogue qui fait suite au forum de Brazzaville ayant regroupé les protagonistes de la crise centrafricaine, s'annonce déjà hypothétique et risque de plonger la transition dans un éternel recommencement », s'inquiète Le Confident.


A en croire ce journal, le renvoi aux calendes grecques du désarmement, priorité des priorités et l'unique voie pour faciliter la sécurité, la paix et le retour de l'autorité de l'Etat, en est la preuve.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=813168#sthash.4GbOSHjF.dpuf

Bangui : Catherine Samba-Panza accélère les préparatifs du grand forum de janvier 2015
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 12:29

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) 2014-12-29 11:11:48  La journée de concertation des forces vives de la nation sur le processus politique qui s’est tenue samedi et le prochain forum de Bangui, sont les sujets phares abordés par les journaux ce lundi à Bangui.


Le Démocrate titre : «Catherine Samba-Panza et les forces vives sous l'arbre à palabre » pendant que L'Hirondelle fait sa Une sur : « recadrage du processus politique : Catherine Samba-Panza et les forces vives de la nation rament dans la même direction ».


« C'est dans cette optique que, Catherine Samba-Panza a convoqué toutes les forces vives de la nation le samedi 27 décembre pour dialoguer ensemble sur les voies et moyens consensuels que les autorités de transition doivent suivre pour aboutir à un forum crédible, lequel conduira à des élections transparentes » écrit Le Démocrate.


« Samba-Panza remet le gaz à destination des prochaines élections dans un élan consensuel avec les acteurs réengagés pour la cause de la paix et de la réconciliation nationale » indique pour sa part L'Hirondelle.


Sur un tout autre plan, concernant le forum de Bangui, Le Citoyen met en garde les fauteurs de troubles en rapportant les propos de la présidente de transition qui fait remarquer que « Le Forum inter-centrafricain ne sera pas l'occasion de distribuer des primes à l'impunité à travers une amnistie générale en faveur des bourreaux du peuple centrafricain ».


Le Confident avertit pour sa part sur « Les risques d'échec du forum de Bangui ».

Pour ce confrère, le forum de Bangui prévu en janvier 2015 est un processus politique qui va déterminer le désarmement sur toute l'étendue du territoire centrafricain, de la perspective d'une issue durable de la crise.


« Mais force est de constater que ce dialogue qui fait suite au forum de Brazzaville ayant regroupé les protagonistes de la crise centrafricaine, s'annonce déjà hypothétique et risque de plonger la transition dans un éternel recommencement », s'inquiète Le Confident.


A en croire ce journal, le renvoi aux calendes grecques du désarmement, priorité des priorités et l'unique voie pour faciliter la sécurité, la paix et le retour de l'autorité de l'Etat, en est la preuve.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=813168#sthash.4GbOSHjF.dpuf

Journée de concertation des forces vives et le forum de Bangui à la Une
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 01:53

 

 

 

Par RFI 28-12-2014 à 05:11

 

Voilà une étude de l'Organisation mondiale de la santé qui risque de faire couler beaucoup d'encre en Afrique. Selon elle, si l'on ne prend en compte que les personnes buvant de l’alcool, certains pays africains détrônent, et de loin, les pays d'Europe et d'Asie. Ainsi les buveurs tchadiens sont les plus gros consommateurs d'alcool au monde, suivis des Gambiens et des Maliens.

 

C'est une idée reçue qui flotte tranquillement, comme un glaçon dans un verre de whisky : en Occident, on boit beaucoup d'alcool et en Afrique on pratique la modération, voire l'abstinence. D'ailleurs, si l'on prend la population globale de plus de 15 ans, l'Europe est le continent le plus avide d'alcool, Russes et Portugais faisant monter la moyenne.

 

En revanche, l'Organisation mondiale de la santé s'est amusée à secouer la bouteille de nos habitudes et à regarder les chiffres différemment. En comptabilisant uniquement la population des buveurs d'alcool, on découvre une autre réalité. Les plus gros consommateurs, avec près de 34 litres d'alcool pur par an, sont les buveurs tchadiens. Les Gambiens avec 30 litres et les Maliens avec 29 litres figurent dans le trio de tête. Ils devancent largement les buveurs russes qui n'ingurgitent que 22 litres d'alcool pur par an, principalement sous forme de vodka. Les Français font figure de nains avec à peine 13 litres par an.

 

Bien évidemment, une large part de la population tchadienne ou malienne ne consomme pas d'alcool, pour des raisons religieuses ou simplement des raisons de santé, mais lorsqu'ils boivent, les Africains sont champions, et privilégient surtout la bière. Bien qu'au Tchad on consomme en toute discrétion ce que l'on appelle « le coca-cola El Hadj », une recette à base de boisson gazeuse agrémentée de spiritueux.

Alcool: Quand les Africains boivent, ils boivent plus qu'ailleurs
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 23:44

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-12-28 16:15:49  Les six nouveaux membres du Comité exécutif de l’alliance des évangéliques en Centrafrique (AEC), élus le 3 novembre 2014 pour un mandat de quatre ans, ont été installés samedi dans leurs nouvelles fonctions par le comité des sages de cette organisation.


La cérémonie s'est déroulée à la Faculté théologique de Bangui (FATEB), en présence des représentants des institutions de transition, des pasteurs et fidèles des trente-six dénominations et autres associations chrétiennes, membres de l'AEC.

Présidé par le Révérend Nicolas Guerekoyamé Gbangou, le comité comprend le vice-président Anatole Banga, le secrétaire général Franco Mbaye, et son adjoint Paul Blaise Boubandé, la Trésorière générale, Mme Marie Louise Yakemba secondée par Hervé Ernest Bangassou.


‘'La tâche qui m'est assignée maintenant c'est de renforcer davantage la représentativité des évangéliques sur le continent. Nous le faisons déjà avec mes deux pairs leaders de la plateforme des confessions religieuses dans le travail de plaidoyer dans certains pays africains'', a déclaré le Révérend Nicolas Guerekoyame Gbangou, en sa double casquette du président réélu de l'AEC et président de l'Association des évangéliques d'Afrique pour l'Afrique Centrale, après son investiture.


‘'Nous pensons que 2015 sera pour nous une année où nous allons faire une offensive dans le domaine de plaidoyer auprès des pays africains qui sont assez puissants et qui peuvent aider la RCA à sortir de la crise'', a-t-il indiqué.

A en croire le révérend, l'Eglise doit aussi développer l'esprit d'initiative pour que les chrétiens du monde ne lui viennent qu'en appui.


‘'Le moment est venu pour que l'Eglise en Centrafrique se lève de sa propre initiative pour aller dans les recoins du pays. Parce que les étrangers qui sont venus nous aider ne pourront limiter leur travail qu'à des zones accessibles'', a-t-il estimé.


Le révérend Nicolas Guérékoyamé Gbangou entame son deuxième et dernier mandat.

 

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=813134#sthash.gcdkfOVO.dpuf

RCA : installation des nouveaux membres du Comité des évangéliques
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 23:28

 

 

 

Race Noire ton Bilan noir

Centrafrique une Au Peuple Centrafricain !

                   2015

 

                   1

 

Race Noire ! il faudra bien

comme auparavant

c’est notre Histoire de l’Humanité

Tu marchais en tête

 

                   2

 

Il faudra bien un jour

avant toute chose t’asseoir

dans Ton Trône Noir

l’Afrique ce Continent à l’écart

 

                   3

 

Plus les continents blanc

et jaune versant le sang

mondial comme le tien

plus leurs mâchoires te dénaturent

 

                   4

 

Ils détruisent ta réincarnation

leurs mâchoires mangent

sans fuite possible l’âme des

tués la dent blanche de l’éléphant

aussi bien l’ombre de la forêt

est assassinée le cerveau est brûlé

 

                   5

 

Afrique, Centrafrique occupée

les mâchoires de ferrailles

aussitôt ne fabriquent elles que

des ordures qu’elle reproche à la

Terre muette

 

                   6

 

Mère ne les conduit pas

dans un coin pour leur

trancher les couilles de l’attention

d’une oreille d’esclave des

appropriations des vols d’une

deux trois guerres mondiales

 

                   7

 

Afrique Centrafrique occupée

à marches forcées avant

la guerre mondiale de ta terre

bénie à part à l’écart

ils fabriquent des ordures

 

                   8

 

Race Noire ta tête noire

est divisée ton Peuple est

divisé. Après la guerre mondiale

ils nous ont fabriqués à marches

forcées les gouvernements en tablier

pour les servir à table nos

Ancêtres Boganda notre terre saignants

ruisselants  Royaume Bangassou

décapité, toi Naguemon tu te

précipitas d’en haut la Tour

 

                   9

 

Au fur et à mesure de 1940 à

l’an 2014 divisés haïs diviseurs

de notre Peuple de plus en plus en

souffrance comme une bête que l’on dépèce

vivante sous nos yeux on nous

enterre un à un mouchoir de

leurs bouches qui crachent nos os

nous nous tranchons les poings brisés

 

                   10

 

Nous chiens se précipitent se mordent mains

pour manger leur part du

déchet restant de leur propre terre

Race Noire quand tu disputes

l’os du tibia à ton frère il n’y a

pas de frère, vous deux solidaires

vous ne demandez pas de compte

dans le ventre des borborygmes

                  

11

 

Race Noire nous les fabriqués de la cervelle

ne portont pas tous des tabliers de morts

tu tends la pointe de l’oreille

vers Beethoven Mozart Berlioz

Tchakosky. Occupés à manger à broyer tout

est-ce qu’ils peuvent écouter ?

                  

                   12

 

Race Noire tu es sous les pieds

de la table pour grignoter les

restes de ton Pays l’Afrique Continent

à part à l’écart. Il faudra

bien te lever écarter toutes ces

bêtises

 

                   13

 

Race Noire ton bilan noir !

c’est notre Histoire l’Humanité

ce qui vit se réincarne

en avant ta Renaissance

dans l’esclavage on te disait morte

décomposée dans leur fabrique

la Terre se réincarne d’entre

les morts égorgés pour être mangée fruit

 

                   14

 

Race Noire ton bilan noir !

Afrique Continent à part

de la Race Noire tu sors ta

langue pour l’explication

qu’ils comprennent bien

c’est notre Histoire de l’Humanité.

Il faudra bien comme avant

auparavant tu marches en tête

                  

15

 

Race Noire ton bilan noir !

Centrafrique Race Noire crie

Youlou Bantou une ! unité !

Afrique à part crie ton message

crie du nord au sud

maintenant c’est aussi ça que nous

tentons de faire asseoir

la réincarnation de la Terre

ce sont ces fruits nous tous

passants passagers accôtés noirs

 

16

 

Race Noire ton bilan noir !

Tu cries une deux du sud

au nord ton message

Où est ton armée unique noire ?

qui chiquenaude l’adversaire

pauvre est la guerre

 

                   17

 

Race Noire où est ton bilan noir !

Peuple de grand marcheur

d’endurance. Race Noire d’intelligence

de sobriété d’un grand rot satisfait provisoire

 

                   18

 

Race noire ton bilan noir !

Ton sang de pétrole la Terre

divise l’Afrique à l’écart

on creuse les puits des artères

la terre s’effondre les frères se bagarrent

 

                   19

 

Race Noire où est ton bilan noir !

du sang tout ce sang versé !

Race Noire de ton poignet Maintenant

toute ta force une unie

cette terre nous nous ménageons

nous mêmes que venez vous

faire ici sauterelles criquets ?

                  

20

 

Race Noire ! champion en tête

de la marche. Nous soufflons

nous respirons comme des jachères

en route nous marchons

le contrat fraternel de sang tranché

à ton poignet Race Noire !

il est plus que la Paix

Race noire ton bilan noir !

 

                   21

 

Race Noire ton bilan noir

Ton frère fort noir marche en tête

Grand Tambour noir pour l’endurance

champion de toutes les musiques

champion de toutes les guerres pauvres

Race Noire ta Voix énorme !

À travers l’Afrique à l’écart

unité de forêt sans creux

des artères anus de poussières

de pétrole dans le cœur. Afrique

Centrafrique occupée libérée

 

                   22

 

Race Noire ton bilan noir

Tu ne tueras pas

le cœur neuf âme

de l’enfant sans couleur

dans cette femme

ta compagne mère !

du Monde en marches

forcées

Race Noire ton bilan.

 

 

                            BAMBOTÉ MAKOMBO

 

                            15 décembre 2014

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 18:52

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) 2014-12-27 16:14:33 La présidente de la transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza, a exhorté samedi les groupes armés signataires de l’accord de Brazzaville à « regrouper leurs hommes sur le terrain, sensibiliser leurs bases, cesser les violences contre les innocentes populations, libérer les axes de circulation, cesser le pillage des ressources nationales et cesser de mettre à rude épreuve l’autorité de l’Etat».


S'exprimant à Bangui à l'ouverture de la journée de concertation des forces vives de la nation sur le processus politique axé sur le dialogue et la réconciliation nationale, elle a dit que « l'Etat ne prendra plus le risque de discuter ou traiter avec des individus isolés. Il est temps que les groupes armés et autres qui veulent discuter avec l'Etat, déclarent leurs groupes sous la forme d'une association ou d'une structure juridique ».


« L'exercice consistera à faire une évaluation sans complaisance, identifier les facteurs de blocage de son application effective et surtout déterminer les actions hardies à mettre en œuvre rapidement pour revenir à l'esprit qui a présidé à la signature de cet accord pour que tous les acteurs s'y réengagent en toute responsabilité », a déclaré Catherine Samba-Panza.


Pour elle, « il est temps aujourd'hui de chercher les voies et moyens de donner un contenu solide à l'accord de Brazzaville».


En ce qui concerne les élections futures, la présidente de transition a annoncé que « le premier tour aura lieu en juin 2015 et le deuxième en juillet 2015 » comme prévu par le chronogramme électoral de l'Autorité nationale des élections (ANE) et validé par la communauté internationale.


Les travaux de cette journée qui se sont déroulés au Palais de la renaissance à Bangui, s'inscrivent dans la droite ligne du forum de Brazzaville. L'objectif visé est la prise de conscience par les forces vives des enjeux futurs et la recherche d'une vision partagée concernant le format et le contenu de la phase 2 ainsi que les grandes lignes de la phase 3 du processus de réconciliation.


Plus d'une centaine des participants vont, durant 24 heures, plancher sur les méthodologies, format et durée du dialogue, puis sur le processus électoral avant de faire le point sur l'élaboration de la nouvelle constitution.


Ils débattront enfin des critères de désignation des membres de la commission préparatoire mise en place par décret et signé le 2 décembre.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=813092#sthash.nwI1a2aR.dpuf

Catherine Samba-Panza exhorte les signataires de l'accord de Brazzaville à s'organiser en vue de discussions
Repost 1
Centrafrique-Presse.com