Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:29

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 
Le 22 Février 2015 le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) aura trente-six (36) ans.


Ce bel âge dans la vie d’un parti politique sera commémoré de manière à lui donner un cachet particulier parce qu’il consacre l’option démocratique de la lutte dont les leaders et militants ont fait les frais tout au long de ces décennies ainsi que leur loyauté dans l’engagement au service du Parti.


Les activités de cette journée prévoient une Conférence de Presse ;

 

la présentation des militants qui à un moment donné, se sont éloignés et qui ont librement décidé de revenir de nouveau dans le Parti ;

 

un appel à l’adhésion massive, volontaire et individuelle au Parti où tous les Centrafricains, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest sont attendus à bras ouverts ;

 

un cocktail mettra un terme à cette commémoration.


Le cérémonial relatif aux activités de cette journée sera publié ultérieurement.

Fait à Bangui le 17 février 2015

 

Pour la Cellule de communication du candidat Martin ZIGUELE

 

Christophe NDOUBA

36ème anniversaire du MLPC - Communiqué de presse de la cellule de communication du candidat Martin ZIGUELE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:24

 

 

 

REMISE DE MATERIELS ET MOBILIERS SCOLAIRES PAR Me NICOLAS TIANGAYE AU CENTRE D'ALPHABETISATION DE REMISE A NIVEAU DE DEDENGUE 5 QUARTIER FOUH A BANGUI LE VENDREDI 20 FEVRIER 2015

 

Il s'agit de tables bancs, tableaux, bureaux, chaises, ouvrages scolaires destinés aux jeunes écoliers de son quartier à Dedengué 5.

 

L'objectif est de contribuer à rehausser le niveau scolaire des enfants en bas âge dont l'établissement est confronté à des difficultés matérielles pour assurer une formation adéquate.

 

La cérémonie a été appréciée par le chef de quartier, les enseignants et même par les enfants dont l'enthousiasme a été remarquée par tous.

Me Nicolas TIANGAYE remet du matériel et des mobiliers scolaires à l'école de son quartier de résidence
Me Nicolas TIANGAYE remet du matériel et des mobiliers scolaires à l'école de son quartier de résidence
Me Nicolas TIANGAYE remet du matériel et des mobiliers scolaires à l'école de son quartier de résidence
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 20:33

 

 

 

APA Bangui (Centrafrique) 2015-02-20 18:43:25 L’association ‘’Génération Consciente’ et certains leaders des associations de défense des droits de l’homme de Centrafrique, ont organisé ce vendredi au rond-point des Nations unies à Bangui, un sit-in pour exiger des forces internationales, la stricte application de la résolution 2149 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, qui impose le désarmement forcé des groupes armés en Centrafrique.


A travers ce sit in, les organisateurs ont voulu dénoncer les multiples cas de vols, de braquages, d'assassinats et de prises d'otage qui ont repris de plus belle à Bangui ces derniers temps.

 
Ces phénomènes qui ne font que s'accentuer, ont mobilisé les manifestants, constitués beaucoup plus des jeunes qui ont aussi dénoncé les négociations parallèles de Nairobi, qu'ils qualifient de ‘'troublantes''.


Ces manifestants ont aussi revendiqué à travers les différents slogans brandis publiquement sur des banderoles et pancartes, la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines pour appuyer les forces internationales afin de garantir la libre circulation des biens et des personnes sur toute l'étendue du territoire.


Les membres de l'association « génération consciente » se disent préoccupés par le retour effectif de la paix et la stabilité sur toute l'étendue du territoire, c'est pourquoi ils ont tenu à montrer à travers ce sit in leur attachement à la résolution des nations unies qui donne plein pouvoir aux Casques bleus de traquer et désarmer les milices.

Cette résolution d'après eux n'est pas vraiment appliqué eu égard aux violences qui se commettent encore dans le pays.


Les manifestations d'aujourd'hui s'ajoutent à celle organisée la semaine dernière par certains partis politiques qui ont marché à travers les rues de Bangui pour non seulement dénoncer les négociations de Nairobi qui selon eux n'apportent rien au processus de réconciliation mais exige de la communauté internationale d'aider au retour de la sécurité dans le pays pour une élection libre, transparente et démocratique au mois de juillet prochain.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=817634#sthash.LFlGAEhA.dpuf

Manifestations contre l'insécurité galopante à Bangui
Manifestations contre l'insécurité galopante à Bangui
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 19:34

 

  

 

APA-Yaoundé (Cameroun) 2015-02-20 20:19:00 La direction générale de l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) de l’Union européenne (UE) vient de décider du déblocage d’une enveloppe de 1,968 milliard FCFA consacrée à l’assistance humanitaire aux réfugiés centrafricains et nigérians se trouvant dans les régions septentrionales et à l’Est du Cameroun.


S'exprimant face à la presse vendredi dans la capitale, Yaoundé, le directeur des opérations de l'institution, Jean-Louis De Brouwer, a déclaré que cette assistance, qui sera gérée par des organisations humanitaires, visera l'accès à l'eau potable, aux services de santé, à l'hébergement, à la nutrition ainsi qu'à la protection des personnes.

En janvier dernier, l'UE avait déjà débloqué 2,624 milliards FCFA en faveur des mêmes personnes déplacées à l'intérieur du pays, mais également des populations locales affectées par l'insécurité aux frontières.


Jean-Louis De Brouwer a également révélé que son institution allait ouvrir un bureau à Yaoundé en mars prochain, dans l'optique d'appuyer les opérations humanitaires en Centrafrique, au Nigeria et au Tchad.


En un an, et selon les estimations officielles le Cameroun a accueilli sur son sol près de 180.000 réfugiés centrafricains et nigérians fuyant respectivement les exactions des milices, mais aussi de la secte islamiste Boko Haram.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=817619#sthash.dpkGt6Hp.dpuf

L'UE débloque 1,968 milliard FCFA d'aide aux réfugiés centrafricains et nigérians du Cameroun
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 17:51

 

 

 

 

Jean Christophe CAMBADELIS écrit à Martin ZIGUELE

36ème anniversaire du MLPC : Lettre de soutien de Jean Christophe  CAMBADELIS, Premier Secrétaire du PS français à Martin ZIGUELE
36ème anniversaire du MLPC : Lettre de soutien de Jean Christophe  CAMBADELIS, Premier Secrétaire du PS français à Martin ZIGUELE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 17:19

 

 

 

Quel rôle pour le droit international ?

 

Aux éditions l'Harmattan Paris

 

14 euros

 

Résumé

 

Tout Etat est amené à vivre des conflits. Les moments de crise qu’engendre un conflit sont inévitables et souvent nécessaires pour modifier les orientations politiques et  initialiser une mutation vers un nouvel équilibre. Tandis qu’en République centrafricaine tout porte à croise que la solution à une crise se trouve au bout du fusil. C’est pourquoi chaque coup d’Etat en chasse un autre. Et,  l’usurpation du pouvoir est marquée par la terreur, la cupidité et le mépris du droit et des règles morales. Le droit à la vie est systématiquement violé, l’intégrité physique bafouée, la propriété privée spoliée, le viol est pratiqué, les enfants enrôlés, les villages incendiés, les biens publics détruits, les villageois forcés à se déplacer, la circulation des personnes menacée, au mépris des lois humanitaires édictées par le droit international. La République centrafricaine produit donc une insécurité incontrôlable tant à l’intérieur du territoire que pour la stabilité de la sous région d’Afrique centrale. Le droit international doit donc agir. L’un des défis auquel est confronté ce droit serait de poursuivre et punir les crimes internationaux commis par les auteurs et les responsables.

 

Présentation de l’auteur

 

Augustin Jérémie DOUI WAWAYE, né à Bouar en République centrafricaine, est docteur en droit rattaché au CREDESPO (Centre de Recherche en Droit et Science Politique). Il a soutenu, en mars 2012, à l’Université de Bourgogne, une thèse en vue d’obtenir le doctorat en droit public intitulée : « La sécurité, la fondation de l’Etat centrafricain : contribution à la recherche de l’Etat de droit ». Il suit actuellement la formation de « Communication et Médiations » à l’Université de Bourgogne et est Maître-assistant à l’Université de Bangui.

Vient de paraître : L'insécurité en République centrafricaine par Augustin Jérémie DOUI WAWAYE
Vient de paraître : L'insécurité en République centrafricaine par Augustin Jérémie DOUI WAWAYE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 17:14

 

 

 

APA- Abidjan (Côte d’Ivoire) 2015-02-20 15:51:14 La Banque africaine de développement (BAD) a publié, vendredi, une liste officielle de huit candidats retenus pour la course à la présidence de la banque.


"Le comité directeur du conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement(BAD),s'est réuni le 11 février 2015 au siège de la banque à Abidjan, et a approuvé la liste ci - après des candidats à l'élection du prochain président de la banque" en remplacement du Rwandais Donald Kaberuka, indique un communiqué de la BAD transmis à APA.

La liste des candidats:

1-Akinwumi A. Adesina (Nigeria)
2-Sufian Ahmed (Ethiopie)
3-Jaloul Ayed (Tunisie)
4-Kordjé Bedoumra (Tchad)
5-Cristina Duarte (Cabo verde)
6-Samura M. W. Kamara (Sierra Leone)
7-Thomas Z. Sakala (Zimbabwe)
8-Birama Boubacar Sidibé (Mali).

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=817610#sthash.uvlhgM9F.dpuf

Huit candidats officiels retenus pour la présidence de la BAD
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 17:09

 

 

 

Bangui, 20 février 2015 (RJDH)—La Commission préparatoire du Forum de Bangui, par le biais de sa présidente, Beatrice Epaye a appelé jeudi 19 février, la population à participer massivement aux processus pouvant conduire au Forum de Bangui. Elle a lancé cet appel afin de rassurer la population de la tenue effective de cette rencontre, malgré que certaines préfectures n’aient pas encore accueilli les consultations populaires à la base.

 

Selon la présidente de la Commission préparatoire du Forum de Bangui Beatrice Epaye, tout est mis en œuvre pour la tenue de cette assise. Pour elle, sa structure n’a pas encore rencontré des difficultés majeures.

 

Le Forum de Bangui, devrait discuter des points regroupés  sur trois plans, selon les quatre grands axes. «Au plan politique, l’accent sera mis sur le caractère inclusif du Forum afin d’aboutir aux relations apaisées entre les Centrafricains. Au plan intellectuel, il s’agira de préparer les documents du Forum autour de quatre grandes thématiques qui sont : Paix et Sécurité, Justice et Réconciliation, Gouvernance et Développement Social et Economique. Au plan de l’organisation de la logistique, il ya certaines actions à entreprendre et qui nécessitent une préparation minutieuse. Nous avons la question de la participation ou de la représentation des différentes entités, la question du transport, de sécurité et de l’hébergement », a indiqué Beatrice Epaye.

 

« C’est suite à tout cela que je voudrais rassurer tous les centrafricains que notre Forum n’a pas encore rencontré dans sa phase préparatoire un obstacle qui met en cause de manière définitive sa tenue prochaine. J’invite tout un chacun à y participer parce que, de ces consultations populaires seront issues des matériaux nécessaires devront alimenter les travaux des groupes thématiques », a lancé la présidente de la Commission préparatoire Beatrice Epaye.

 

Pour elle, ce Forum à caractère national signifie que tous les centrafricains devraient décider de façon participative de l’orientation à lui donner.

 

Le porte-parole de la Commission préparatoire, Raymond Adouma a confié au RJDH que la date précise de la tenue du Forum n’est pas encore connue. Pour lui, la Commission doit d’abord centraliser les rapports des consultations populaires à la base avant de fixer la date et établir la liste des participants au Forum de Bangui.

 

« Le gouvernement est en train de prendre des mesures pour que les consultations se tiennent dans les zones qui n'ont pas encore accueilli les consultations à la base. De notre côté, nous sommes en réflexion. Si les populations de ces zones ne sont pas directement consultées, qu’elles puissent également exprimer ses attentes », a précisé le porte-parole.

 

Débutées,  le 21 Janvier à l’intérieur du pays, quatre des seize préfectures de la Centrafrique  n’ont pas encore accueillies les consultations.  Il s'agit de la Nana-Gribizi, la Ouaka, la Vakaga et la Haute Kotto. Ces régions sont sous contrôle des ex Séléka qui ont empêché le déroulement des activités.

 

La question de la participation ou non des anciens chefs d’Etat François Bozizé et Michel Djotodia reste toujours posée par la population Centrafricaine./

 

Fridolin Ngoulou

Centrafrique : La population appelée à participer massivement aux processus du Forum de Bangui
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 16:59

 

 

 

http://www.bbc.co.uk/afrique   20 février 2015

 

Une vingtaine d'organisations centrafricaines et internationales de défense des droits de l'homme proposent la création d'une Cour pénale spéciale chargée de juger les crimes les plus graves perpétrés en Centrafrique depuis le 01er janvier 2012.

 

La demande a été formulée dans un communiqué adressé au Conseil national de transition (CNT), le parlement centrafricain de transition, pour l'adoption d'un projet de loi. Il s'agirait d'une juridiction mixte composée de magistrats nationaux et internationaux, chargée d'enquêter et de juger les auteurs de graves violations des droits humains commises depuis 2012.

 

Le projet de loi prévoit une composante internationale en vue de soutenir les magistrats nationaux dans des enquêtes difficiles et dangereuses. A sa tête, il y aurait un magistrat centrafricain et le procureur spécial devrait être un magistrat international.

 

Selon Joseph Bindoumi, président de la Ligue Centrafricaine des Droits de l'Homme (LCDH), l'un des signataires du document, de nombreux crimes sont commis sur le territoire centrafricain depuis 2012 et à un rythme de deux sessions judiciaires par an, on ne s'en sortira pas. Sans compter que la procédure de jugement de la CPI se révèle aussi très lente. C’est pourquoi cette loi, une fois adoptée, permettra non seulement de poursuivre un grand nombre de criminels qui sont connus, mais aussi, de dissuader les autres auteurs de crimes.

 

La juridiction spéciale proposée pourrait comprendre 27 magistrats dont 14 nationaux et sera intégrée dans le système judiciaire centrafricain pour une durée de 5 ans renouvelable.

 

La peine maximale que les magistrats de la future Cour pénale spéciale pourront prononcer sera la prison à perpétuité conformément aux dispositions du Statut de la CPI ratifiée par l'Etat centrafricain.

RCA : une cour spéciale contre l’impunité ?
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 16:20

 


 

Bangui, le 20 Février 2015 (RJDH)---La semaine qui s'achève est marquée par des scènes de violences dans la capitale centrafricaine. Des cas de braquages, d'agressions à main armée et de vol ont été enregistrés.

 

Les récents cas remontent dans la journée du jeudi où la population de certains arrondissements ont assisté à plusieurs scènes de violence. Dans la matinée  l'agence de la banque panafricaine, Ecobank a été victime d'un cas de braquage, les voleurs ont réussi à emporter une somme de Six millions de FCFA.

 

Dans la même journée, les déplacés du site situé à proximité de l'aéroport Bangui M'Poko ont assisté à des scènes de violences perpétrées par des hommes armés contre les agents d'une structure humanitaire. Des vivres en instance de distribution aux agents recenseurs, avaient été emportés.

 

D’après le chef de zone 10 et coordonnateur adjoint du site de M’Poko, Jean-Claude Yessibéré« c’était aux environs de 10 heures,  lors d’une opération d’enregistrement des déplacés menée par une ONG internationale, que l’acte s’était produit. Les véhicules sont arrivés avec un petit approvisionnement de café et de sucre pour les agents recruteurs. Alors tout d’un coup, des hommes  armés, de couteaux, de machettes sont arrivés, on ne connait pas leur intention, est-ce pour braquer les véhicules ? Mais comme c’était impossible, alors ils ont pris que les cartons de sucre et café qu’on était sur le point de distribuer ».

 

Malheureusement pour ces braqueurs, les jeunes qui assuraient la sécurité les ont interceptés et récupéré les cartons. Ces voleurs ont tenté de les l'agresser à l'aide d'un couteau. Au total quatre personnes ont été blessées.

 

Deux cas de braquages à mains armées s’étaient déroulés ce même  jeudi 19 février au croisement du 8e arrondissement. Le premier cas, c’est le chauffeur et le receveur du bus de transport urbain Sonatu qui ont été braqués vers 11 heures par des hommes en armes. Les victimes ont été dépouillées de tous leurs biens avant d'être relâchées. Le deuxième cas,  c’est un médecin qui rentrait du travail. Il a  été intercepté et sa voiture emportée, c'était  vers 15 heures.

 

Le mardi 17 février, le véhicule appartenant à un sujet musulman a été pillé avant d'être détruit par une bande de jeunes au centre-ville. Un fait qui a temporairement perturbé les activités. Ce même jour, un véhicule de la gendarmerie a été braqué à la Cité Jean XXIII, dans le 4ème arrondissement de la ville de Bangui.

 

Le lundi  16 février 2015, le ministre de la défense et de sécurité Nicaise Samedi Karnou, a indiqué que, « la ville de Bangui est sous contrôle de la police et de la gendarmerie pour assurer la sécurité de la population », une déclaration faite lors d'un point de presse qu'il a organisé dans son cabinet.

 

Line Péguy Gondje Demba

Bangui : Des scènes de violence persistent dans la capitale
Repost 0
Centrafrique-Presse.com