Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 19:00

 

 

Séléka

 



Reuters le 10/01/2013 à 18:21



LIBREVILLE, 10 janvier (Reuters) - Le gouvernement et les rebelles centrafricains ont conclu un accord provisoire de cessez-le-feu, rapportent jeudi deux sources rebelles au fait des pourparlers en cours à Libreville. 


Le président François Bozizé va proposer un gouvernement d'union nationale avec les rebelles du Séléka, a précisé une des sources, sans qu'on sache si les insurgés accepteront. 


Le Séléka a jusqu'à présent réclamé la démission du chef de l'Etat comme préalable à tout accord de paix. 


(Jean Rovys Dabana; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 18:49

 

 

 

Bangui arc de triomphe

 

Le pays que dirige François Bozizé devrait revenir aux rêves de ses fondateurs

 

Depuis cinquante-deux ans, une gabegie et une instabilité chroniques ont délabré la Centrafrique et réduit à néant les espoirs suscités par Barthélemy Boganda (président du Conseil du gouvernement de 1958 à 1959), père fondateur de la République.


Ce tribun visionnaire avait lancé le projet des «Etats-Unis de l’Afrique Latine». Le Gabon, ayant peur de perdre le contrôle de ses matières premières, fit capoter cette vision panafricaniste, qui devait voir surgir l’unité des Etats  de l’ancienne Afrique équatoriale française (AEF).


L’union faisant la force, elle aurait pu générer un poids économique et politique trop important. En Afrique de l’Ouest, Kwamè Nkrumah (Premier ministre du Ghana de 1957 à 1960, puis président de 1960 à 1966) avait la même vision du panafricanisme que Boganda.


Si leurs deux projets avaient abouti, l'Afrique n’en serait pas là où elle en est aujourd’hui: vaut mieux, pour les prédateurs étrangers, que le continent noir demeure morcelé, figé à l’intérieur des frontières insensées tracées par les pays colonisateurs, découpé comme une galette des rois dont on se dispute  la fève à coups de canon!

 

Une mine de richesse


On ne le rappellera jamais assez: le malheur de l’Afrique vient d’abord du fait qu’elle constitue le réservoir des matières premières dont l’Occident a besoin pour entretenir sa course folle vers le «toujours plus»…


La République centrafricaine en particulier, grâce à son uranium, a contribué à la mise au point de la première bombe thermonucléaire de la France.


Ce sont les mines de Bakouma, dans l’est du pays qui ont fourni les minerais au temps de la COGEMA (Compagnie générale des matières nucléaires, Ndlr). Sans oublier les diamants et l’or qui ont fait le bonheur des étrangers —et le malheur des Centrafricains.


Car, pendant ce temps, le peuple a dû survivre, comme frappé par un mal venu de la nuit des temps, «ce quelque chose d’indicible qui caractérise les amputés et les infirmes» (Claude Simon).


Les habitants de ce pays sont devenus des hères sur leur propre terre. Dépouillés, niés dans leur existence, bâillonnés, les voilà, désormais, citoyens sans voix.


Quel paradoxe dans un pays comme la République centrafricaine, que l’on peut considérer comme bénie des dieux! Située sur l’Equateur, c’est une terre où tout pousse. Arrosée par des fleuves nombreux et des rivières abondantes, couverte de forêts giboyeuses, cette terre généreuse a toujours permis au pays d’être auto-suffisant en alimentation.


L’hôpital central de Bangui était un centre hospitalier moderne et performant. Les ressortissants des pays voisins venaient s’y faire soigner. Aujourd’hui, la durée de vie en Centrafrique est de quarante ans…

 

Revenir à l'idée d'une République centrafricaine sociale


Cette déchéance est l’œuvre des gouvernants successifs, qui ont confondu les caisses de l’Etat et leur propre cassette.


La situation chaotique qui prévaut en République centrafricaine était prévisible, comme le rappelle le philosophe John Locke, dans son essai sur les Deux Traités du Gouvernement civil: 


«Aucun homme ne peut attendre indéfiniment, dans la tanière du monstre comme Ulysse, d’être dévoré. Il tentera le tout pour le tout pour s’en échapper.»


Mais il y a peut-être place pour l’espoir? Si les dirigeants actuels, au lieu de s’accrocher à leurs débris de pouvoir comme des moules sur un rocher, saisissaient l’occasion pour revenir aux principes énoncés par Barthélemy Boganda, d’une République centrafricaine sociale, personne ne serait laissé au bord du chemin de la prospérité…


Mais, en attendant, des questions cruciales se posent: qui sont, réellement, ces rebelles capables de contredire leur porte-parole? D’où tirent-ils leurs moyens militaires et leur puissance de communication?

  

Les rares images que l’on voit des éléments de la rébellion, nous montrent des individus en guenilles, mal équipés. Comment se fait-il que ces gens, qui ressemblent à des coupeurs de routes (c’est-à-dire des brigands), aient pu occuper aussi facilement des grandes cités du nord et du centre du pays? (Rappelons qu’il s’agit de villes de garnisons, de centres stratégiques).


A Bambari, certains témoins parlent de «pillages sélectifs»: les boutiques des commerçants musulmans seraient épargnées. Mais il faut être vigilant dans la véracité des faits: on a facilement tendance à voir des djihadistes partout.

 

«Bâtir, vêtir, nourrir»


Comment se fait-il encore que le président Bozizé fasse appel à la Force multinationale de l’Afrique centrale (Fomac) qui ressemble fort à une force d’occupation venue sauver un président centrafricain aux abois? Quelle est la durée du mandat de ces forces en Centrafrique?


Pourquoi la France a-t-elle adopté un comportement des plus ambigus sur la situation explosive qui prévaut actuellement?  


Certes, personne ne réclame une intervention française: l’Afrique de papa, c’est terminé! Mais on aurait préféré, tout simplement, une attitude claire à l’égard d’un pays ami en difficulté. N’oublions pas que les Oubanguiens ont participé aux deux guerres mondiales aux côtés de la France.

Sous nos yeux, est peut-être en train de se mettre en place une partition rampante de la R.C.A. (Boganda doit s’en retourner dans sa tombe…) 

 

Mais on peut éviter d’en arriver là, car les rebelles, même si personne ne sait exactement ce qu’ils sont, ni ce qu’ils comptent faire, ont néanmoins déclenché un processus qui devrait permettre aux Centrafricains de se ressaisir et de fixer un nouveau cap  à leur pays sans l’intrusion intempestive de pays étrangers.

Une conférence nationale doit être organisée à Bangui même —et non ailleurs. Tous les Centrafricains doivent y être associés, afin de revenir aux préceptes de Boganda, en premier lieu: «bâtir, vêtir, nourrir».

Il faut promouvoir le dialogue inter-centrafricain. Eviter le choix des armes qui ne feraient qu’aggraver les souffrances du peuple —elles n’ont déjà, que trop duré. On apprend, aujourd’hui, que des enfants sont enrôlés. Au syndrome malien de la partition, n’ajoutons pas le syndrome libérien des enfants-soldats…

Le seul slogan de tous les Centrafricains doit être: «Centrafrique Na Ndôuzôu! (Debout, la République centrafricaine!)»


Kitiki Akouissonne est un journaliste franco-centrafricain

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 18:42

 

 

Eric Massi Séléka

 

 

Afrik.com   JEUDI 10 JANVIER 2013 / PAR ASSANATOU BALDÉ

 

 

Les tractations se poursuivent à Libreville pour tenter de trouver une solution à la crise centrafricaine. Les rebelles du Séléka, qui contrôlent les ¾ du pays, exigent la démission du président François Bozizé. Ce dernier, qui se cramponne au pouvoir, refuse de négocier son départ. Afrik.com est allé à la rencontre d’Eric Massi, porte-parole et coordonnateur des rebelles. Il livre leurs attentes, revendications et projets politiques pour la Centrafrique.

 

Corpulence imposante. Vêtu d’un pantalon pince noir assorti d’une chemise bleu, Eric Massi, 41 ans, est élégant du haut de ses 1m 85. A première vue, difficile de croire que c’est lui la tête pensante de la rébellion Séléka en confrontation depuis décembre avec François Bozizé. Le consultant financier d’une entreprise de management à Paris, au verbe facile, n’a en effet rien d’un rebelle. C’est d’ailleurs avec le sourire et des poignées de mains chaleureuses qu’il nous accueille à l’hôtel Lutetia, après avoir été mainte fois sollicité et répondu à plusieurs appels téléphoniques. Son agenda est chargé. Mais il s’efforce de rester aimable avec tous ses hôtes qui défilent tout au long de la journée. Mais l’homme à la voix grave et posée devient grave dès lors qu’on aborde la crise centrafricaine.


Il n’oubliera jamais le 19 décembre 2009. Jour où son père Charles Massi, homme politique sous le régime du défunt président Ange Félix Patassé, qui a créé un laboratoire pharmaceutique, a été assassiné sur les ordres du président François Bozizé. Sa mère Denise Massi décède quelques mois après la mort de son mari. Pour Eric Massi, doublement orphelin, la blessure est encore vive. Tout débute en 2008, lorsque Charles Massi, ministre d’Etat des Transports de Bozizé, conteste le massacre mené par les troupes du régime contre les fiefs de l’ex-président Patassé, dans le nord du pays. Une voix discordante qui irrite le président centrafricain qui le limoge deux mois après et lui coupe tous ses vivres. Charles Massi décide alors d’unir les rébellions du pays divisées et dispersées pour rétablir un état de droit. François Bozizé comprend vite que les projets du médecin constituent une menace pour son règne. Il décide alors de l’éliminer.


Un assassinat qui révolte les différents groupes armés, qui décident de se rassembler. D’où la naissance du séléka, qui signifie alliance dans la langue locale. Les rebelles font finalement appellent à Eric Massi pour terminer le travail que son père avait entamé. « J’ai pris mes responsabilités pour honorer sa mémoire. Nous nous sommes réunis en août 2012 avec les différents chefs rebelles. Nous avons en septembre mené des opérations pour signaler à Bozizé que nous sommes toujours là, explique Eric Massi. Nous lui avons indiqué que nous avions la capacité de déstabiliser Bangui pour qu’il ouvre des négociations. Mais au lieu de négocier avec nous, il a ordonné des attaques contre nos bases. Raison pour laquelle nous avons pris la décision de riposter en décembre, même si au départ ce n’était pas prévu ». L’héritier de Charles Massi, lui, ne s’imaginait pas encore il y a quelques mois, qu’il dirigerait la coalition de la rébellion centrafricaine susceptible d’entraîner la chute du président Bozizé.

 

Afrik.com : Pourquoi n’êtes-vous pas à Libreville pour faire avancer les pourparlers ? 


Eric Massi :
 Est-ce que Francois Bozizé y est lui ? Pour le moment nous attendons de voir comment les choses se déroulent. J’attends le moment opportun pour m’y rendre.

 

Afrik.com : Qu’attendez-vous des négociations de Libreville ?

 
Eric Massi :
 La conférence à Libreville a été très mal préparée. De quoi va-t-on parler ? Tout est encore très flou. Nous n’avons pas d’agenda précis concernant les négociations. Or, nous réclamons le départ de Bozizé, que nous refusons de négocier. Nous ne voulons pas faire les mêmes erreurs que dans le passé en entamant des dialogues qui ne déboucheront à rien. Nous avons les moyens de rentrer dans Bangui mais nous ne l’avons pas fait afin de préserver les vies des populations. J’ai indiqué aux rebelles qu’il était inutile de rentrer dans Bangui car une capitale ne se prend pas, elle se donne. Nous adhérons aux valeurs de paix de l’Union africaine. Et je suis prêt à aller à Libreville pour porter ce message au nom du peuple centrafricain. Car contrairement à ce que l’on pense, il n’y a pas que des milices au sein du Séléka. La rébellion regroupe aussi des populations centrafricaines qui se sont jointes à nous ainsi qu’une nouvelle génération d’hommes politiques prêts à redresser le pays.


Afrik.com : Nombre de Centrafricains peinent toujours à comprendre la raison de vos actions. Hormis le fait qu’il n’ait pas respecté les accords de paix signés entre 2007 et 2011, pourquoi réclamez-vous le départ du président Bozizé ?

 
Eric Massi :
 D’abord je tiens à préciser à nouveau que si nous avions voulu faire une prise de pouvoir par la force nous ne nous serions pas arrêtés à Bangui. Nous volons une solution politique et non militaire. Nous réclamons le départ de Bozizé car il a perdu toute crédibilité vis-à-vis de son peuple. Il aurait dû lui tendre la main dès le début de la crise. En tant que père de la Nation, il doit respecter sa parole et préserver l’unité de son peuple. Mais il ne l’a pas fait. Il n’a fait que créer des divisions au sein du peuple centrafricain. Il a d’ailleurs aussi perdu toute crédibilité au sein de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (Cemac), qui lui a prodigué des conseils en mettant à sa disposition tous les moyens matériels. Les chefs d’Etats de la Cemac ont tout fait pour que nos pays vivent dans la paix. Nous voulons dire qu’en Afrique il existe des talents. On doit leur permettre de s’exprimer en créant un cadre adéquate. Aujourd’hui, une opportunité se présente à toutes les bonnes volontés. C’est aux Centrafricains et aussi aux chefs d’Etats africains de faire preuve de courage, en nous soutenant. C’est le message que nous comptons leur adresser lorsque nous irons à Libreville.


Afrik.com : Que comptez-vous faire si François Bozizé refuse de quitter le pouvoir malgré les négociations ?

 
Eric Massi :
 Nous espérons que les négociations puissent aboutir. Je dis toujours qu’il ne faut pas ajouter l’humiliation à la défaite. Nous espérons que François Bozizé saura entendre ses pairs s’ils décident de l’aider à quitter le pouvoir dignement. Dans le cas contraire, nous serions dans une impasse politique. Nous n’excluons pas de le déloger du pouvoir par la force s’il s’entête. Mais cette décision ne nous appartient pas seuls. Il faudra également consulter l’armée centrafricaine sur la question. Toutefois, pour le moment, nous restons patients mais nous ne pouvons exclure l’utilisation de la force pour qu’il s’en aille. Plusieurs éléments montrent que Bozizé est inquiet pour la survie de son régime. Il a fait venir une force sud-africaine pour le protéger. Cela signifie-t-il qu’il n’a plus confiance en sa propre armée ni aux forces de la Cemac ? Pourquoi a-t-il pris une telle décision alors que les forces de la Cemac sont à sa disposition. En attendant, les exécutions sommaires se poursuivent dans le pays, notamment contre les familles et proches des membres de la rébellion. Quand la crise prendra fin, beaucoup de choses seront révélées.


Afrik.com : Vous êtes à la tête de la rébellion confrontée à François Bozizé, qui a ordonné l’assassinat de votre père. Est-ce un moyen avant tout pour vous de régler vos comptes personnels avec lui ?

 
Eric Massi :
 Mes affaires personnelles regardent la justice. Mon cas est certes plus médiatisé, mais il est loin d’être isolé. Nombre de Centrafricains ont souffert de la répression du régime de Bozizé. D’ailleurs je n’ai même pas besoin d’agir. Plusieurs plaintes ont déjà été déposées par la société civile contre les exactions menées par le régime de Bozizé. Maintenant c’est à la justice internationale de se mettre en marche. Le régime de Bozizé ne représente pas le peuple centrafricain. Nous appelons la communauté internationale et les chefs d’Etats africains à nous soutenir. L’opposition centrafricaine doit aussi prendre ses responsabilités. Il est de son intérêt d’accompagner une nouvelle génération au pouvoir, qui fait preuve d’une probité morale et intellectuelle.

 

Afrik.com : Quels sont projets politiques ? 


Eric Massi :
 Nous devons rebâtir le pays et rétablir la sécurité (Il pèse ses mots). Et créer des conditions qui permettent à une démocratie de fonctionner. Mettre en place des routes, infrastructures. Relancer l’économie. Permettre aux médias de s’exprimer. Nous devons aussi immédiatement relever le niveau de vie de nos compatriotes. C’est essentiel. En Centrafrique, le salaire moyen n’est que de 25.000 Fcfa (40 euros) ! C’est inacceptable ! Nous devons mettre en place une gestion de l’Etat. Pour cela, il faut que cette nouvelle génération de politiques qui a envi d’agir pour son pays puisse être mise aux commandes.

 

Afrik.com : Si vous arrivez au pouvoir qu’est ce qui garantit que vous ne mettrez pas en place une nouvelle dictature après le départ de Bozizé ? 


Eric Massi :
 D’abord si nous avions voulu prendre le pouvoir par la force, nous l’aurions fait car nous en avons les capacités. Nous avons prouvé notre bonne volonté à dialoguer, à préserver les vies des populations centrafricaines. Nous ne voulons pas de victoire militaire mais politique. Nous allons travailler avec tous les Centrafricains. Nous voulons aussi que ce soit un civil qui dirige le pays, non un militaire.

 

Afrik.com : Même si vous affirmez avoir la volonté de redresser le pays, ne craignez -vous pas qu’au sein des milices du séléka, certains puissent s’emparer du pouvoir pour rétablir une dictature ? Ne craignez-vous pas de perdre le contrôle de votre mouvement ? 


Eric Massi :
 Nous n’ignorons pas toutes les difficultés que requiert cette situation. Mais si nous avions voulu mener une action militaire contre Bozizé nous ne lui aurions pas tendu la main. De plus, le président du Séléka Michel Djotodia, qui dirige les actions militaires sur le terrain, n’est pas un militaire mais un haut fonctionnaire. Nous n’avons pas des profils de dictateurs ! Et nous ne sommes pas dans une logique de conquête du pouvoir.

 

Afrik.com : Si le président Bozizé accepte de quitter le pouvoir, comptez-vous mettre en place des nouvelles élections ? Si c’est le cas est-ce que vous seriez candidat ? 

Eric Massi : Vous allez un peu vite en besogne (il sourit). Pour le moment, nous n’en sommes pas encore à ce stade. Mais si nous réussissons à atteindre nos objectifs, notre première tache sera d’établir un changement. Nous allons définir une feuille de route qui nous permettra de rétablir le pays. Concernant mon éventuelle candidature, je ne suis pas encore dans cette réflexion. Je ne sais pas encore comment aboutiront les pourparlers à Libreville. Va-t-on mettre en place une transition politique ? Bozizé se représentera-t-il aux prochaines élections ? Il y a encore trop de questions en suspens.

 

Afrik.com : Que pensez-vous de la position de la France qui a décidé de ne pas intervenir dans le conflit. Pourrait-elle jouer un rôle d’arbitre ?

 
Eric Massi :
 C’est une affaire africaine. La France n’a pas à intervenir. Je salue d’ailleurs sa décision de ne pas intervenir. Cette crise doit être réglée entre Africains. Je pense que c’est une très bonne chose que les Africains se mobilisent pour gérer ce type de situation et montrer qu’ils en sont capables.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Interview
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:01

 

 

 

Bozizé en difficulté

 

 

Dialogue-intercentrafricain-a-Lbv.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-2-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-3-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-4-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-5-JPG-copie-1.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-6-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-7-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-8-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-9-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-10-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-11-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-12-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-13-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-14-JPG.JPGDialogue-intercentrafricain-a-Lbv.-15-JPG.JPG

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 16:26

 

 

 

Bozizé Bangui M'poko

 


LIBREVILLE AFP / 10 janvier 2013 15h20 - Le président centrafricain François Bozizé est arrivé jeudi après-midi à Libreville pour participer aux difficiles pourparlers de paix avec la rébellion, a constaté l'AFP.

M. Bozizé n'a fait aucune déclaration à son arrivée à l'aéroport.

 

Il a été accueilli par des sympathisants arborant des pancartes qui proclament : La paix pour la Centrafrique.

Ces pourparlers cruciaux, engagés mercredi sous l'égide des pays d'Afrique centrale, risquent d'échouer, aucun des deux camps n’annonçant pour l'instant de concessions.

La rébellion du Séléka, qui tient l'essentiel de la Centrafrique, exige le départ du président Bozizé et sa traduction devant la Cour pénale internationale.

Les présidents congolais, Denis Sassou Nguesso, médiateur dans ce conflit, et tchadien Idriss Deby sont arrivés jeudi matin, a constaté l'AFP. 

 

Idriss Deby, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) avait en 2003 aidé Bozizé à prendre le pouvoir par un coup d'Etat à Bangui.

 

L'Equato-Guinéen Téodoro Obiang N'Guema est également arrivé pour participer à un sommet de chefs d'Etat de la CEEAC consacré à cette tentative de trouver une sortie de crise.

 

Les médiateurs espèrent au moins obtenir un cessez-le-feu de la part des protagonistes afin de permettre aux populations civiles, déplacées par les combats, de regagner leurs villes et villages. Le Séléka a lancé son offensive-éclair le 10 décembre dernier.


(©) 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 15:42

 

 

Seleka.jpg

 

 

APA – Libreville (Gabon) 2013-01-10 14:20:44 La rébellion centrafricaine Séléka (coalition, en langue sango) a décidé d’observer un cessez-le-feu de sept jours afin de permettre au président François Bozizé de rapatrier les soldats étrangers qu’il a appelés en renfort et faire place à la Force multinationale de l’Afrique centrale (FOMAC), a-t-on appris jeudi à Libreville, où se déroulent les pourparlers inter centrafricains.


Ainsi, la Séléka souligne avoir lâché du lest dans le cadre de la poursuite des discussions entamées mercredi sous les auspices du comité de suivi de l'accord global de paix inter centrafricains de 2008 de Libreville, présidé par le chef de l'Etat du Congo Brazzaville, Denis Sassou Nguesso. 

En attendant son arrivée, les débats étaient menés par son ministre des Affaires étrangères, Basile Ikouébé.


Les rebelles ont également exigé la libération, pendant la trêve, de tous les prisonniers politiques, la nomination d'un Premier ministre issu de l'opposition que le président de la République ne pourra pas limoger.


Ils ont aussi demandé la révision de la Constitution pour abroger la disposition donnant le pouvoir au chef de l'Etat de nommer et de destituer le Premier ministre.


Les rebelles exigent en outre la levée des barricades dressées par les partisans de François Bozizé dans Bangui, la capitale, l'unique ville dont il a encore le contrôle.


Selon une source proche des pourparlers de Libreville, François Bozizé n'est pas encore arrivé au Gabon parce qu'il animait un meeting à l'aéroport où ses partisans sont massés.


Quatre chefs d'Etat des pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) sont déjà arrivés dans la capitale gabonaise où ils doivent prendre part à un Sommet extraordinaire consacré à la crise centrafricaine.


Il s'agit du président du Congo Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, de la Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema, de Sao Tomé et Principe, Manuel Pinto Da Costa ? et du Tchad, Idriss Déby Itno, par ailleurs président en exercice de la CEEAC.


Mercredi, les négociations avaient sérieusement piétiné du fait ces rebelles et l'opposition campaient sur leurs positions. Les premiers demandaient le départ du président Bozizé du pouvoir avant l'observation d'un cessez-le-feu et l'ouverture des négociations politiques.


François Bozizé fait face depuis le 10 décembre dernier à une rébellion qui a déjà conquis plusieurs villes de l'intérieur du pays. Selon certaines sources, les rebelles sont actuellement à 75km de Bangui.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 14:18

 

 

 

GP-en-patrouille-dans-Bangui.jpg

 

 

 10-01-2013 à 11h18

 

Chaque partie campe pour l'instant sur ses positions. Les rebelles exigent le départ du président, ce que ce dernier refuse.

 

Un accord au terme des cruciaux pourparlers centrafricains de Libreville semblait loin d'être acquis, jeudi 10 janvier, les rebelles continuant d'exiger le départ du président François Bozizé et sa traduction devant la Cour pénale internationale (CPI). "Il n'y a pas d'autre alternative, rien que le départ de Bozizé. L'unique mal des Centrafricains, c'est Bozizé, c'est tout", a déclaré un porte-parole du Séléka, Florian Ndjadder, après 12 heures de discussions entre les délégations du pouvoir, de la rébellion et de l'opposition, sous l'égide de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC).

 

Les représentants du Séléka ont quitté la séance vers minuit mercredi soir, mais doivent revenir jeudi matin. "Il y a blocage ce soir, mais les rebelles reviendront jeudi", a indiqué une source au ministère gabonais des Affaires étrangères.

 

Nouvelles revendications

 

Dans un mémorandum présenté mercredi aux participants en début de séance, la coalition rebelle du Séléka exige "qu'une procédure soit engagée devant la CPI de la Haye contre François Bozizé". La rébellion accuse le président centrafricain de "faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité", en lui reprochant "arrestations, détentions et séquestrations arbitraires, enlèvements, disparitions, assassinats et exécutions sommaires".

 

Après une conquête éclair de la majeure partie du pays depuis le 10 décembre, les rebelles se trouvant désormais aux portes de Bangui, demandent "la reconnaissance" par François Bozizé "et son régime de leur défaite militaire et leur abdication dans l'intérêt du peuple centrafricain". Elle recommande même au chef de l'Etat de "se trouver une terre d'asile".

 

Le Séléka reproche de nouveau au pouvoir le non-respect de divers accords de paix signés entre le gouvernement et les rébellions, notamment l'accord de paix global de Libreville de 2008. Les débats doivent porter principalement sur la renégociation de ces accords de paix. Ces derniers comprenaient notamment la mise en place d'un programme de Désarmement, démobilisation, réinsertion (DDR) qui n'a jamais été respecté, selon la rébellion.

 

"Des négociations qui vont accoucher d'une souris"

 

Les pourparlers de mercredi doivent être suivis jeudi par un sommet des chefs d'Etat de la CEEAC, a précisé Basile Ikouébé.

 

François Bozizé devrait y participer, dans l'hypothèse où les délégations arrivent à s'accorder sur une sortie de crise, ce qui, mercredi soir, semblait loin d'être acquis.

 

L'un des principaux opposants, Jean-Jacques Demafouth, arrivé mardi soir, estime que le président Bozizé doit venir à Libreville: "Il ne peut pas refuser de venir. Il sera obligé à un moment donné d'être là. La situation est extrêmement grave", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Le gouvernement centrafricain ne veut rien entendre des revendications des rebelles, ces négociations vont accoucher d'une souris", estimait, pessimiste, un responsable de la CEEAC.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 14:07

 

 

 

Bozizé gros plan

 

 

AFP  10/01/2013 à 13:24

Un sérieux échec menaçait jeudi les cruciaux pourparlers de paix centrafricains de Libreville, en l'absence de concessions du pouvoir et des rebelles qui continuent d'exiger le départ du président François Bozizé et sa traduction devant la Cour pénale internationale.

Interrompues sans accord mercredi vers minuit, après 12 heures de discussions, les négociations ont repris jeudi matin, selon un responsable de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), organisatrice de cette tentative de sortie d'une profonde crise politico-militaire dans l'un de ses plus pauvres Etat-membres.

Le président Bozizé, très fragilisé face à la rébellion du Séléka qui a enlevé en quelques semaines la majeure partie du pays, est attendu en début d'après-midi à Libreville pour un sommet des chefs d'Etat de la région, selon la même source.

Ses homologues congolais, Denis Sassou Nguesso, médiateur dans ce conflit, et tchadien Idriss Deby sont arrivés jeudi matin, a constaté l'AFP. Idriss Deby, président en exercice de la CEEAC, avait en 2003 aidé Bozizé à prendre le pouvoir par un coup d'Etat à Bangui.

Les médiateurs espèrent au moins obtenir un cessez-le-feu.

" Le cessez-le-feu est très important, il pourrait aider à calmer l'anxiété des gens qui ont vraiment peur (...). Que les forces se retirent sur des positions neutres et que les gens puissent revenir chez eux", a déclaré la Représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en République centrafricaine, Margaret Vogt.

"C'est un objectif très modeste, ensuite on pourra parler du reste",a-t-elle ajouté.

"Le gouvernement centrafricain ne veut rien entendre des revendications des rebelles, ces négociations vont accoucher d'une souris", estimait mercredi soir, pessimiste, un responsable de la CEEAC.

Le Seleka a clairement répété son leitmotiv : le départ de Bozizé, lequel refuse catégoriquement, estimant qu'il a "perdu une bataille mais pas la guerre".

"Il n'y a pas d'autre alternative, rien que le départ de Bozizé. L'unique mal des Centrafricains, c'est Bozizé, c'est tout", a déclaré un porte-parole de la rébellion, Florian Ndjadder.

Dans un mémorandum présenté mercredi aux participants en début de séance, la coalition rebelle demandait "la reconnaissance" par François Bozizé "et son régime de leur défaite militaire et leur abdication dans l'intérêt du peuple centrafricain". Elle recommande même au chef de l'Etat de "se trouver une terre d'asile".

Le Séléka exige aussi "qu'une procédure soit engagée devant la Cour pénale internationale de la Haye contre François Bozizé".

La rébellion, étayant sa demande de rapports d'Amnesty International sur les violations des droits en Centrafrique, accuse le président de "faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité", en lui reprochant "arrestations, détentions et séquestrations arbitraires, enlèvements, disparitions, assassinats et exécutions sommaires".

En ouverture de la rencontre à la Cité de la démocratie, le ministre congolais des Affaires étrangères qui dirige la réunion, Basile Ikouébé, avait appelé rebelles et opposition à "s'en tenir aux règles de l'Union africaine par rapport au changement de régime", allusion à l'exigence de la rébellion que Bozizé parte.

Dans son mémorandum, le Séléka reproche de nouveau au pouvoir le non-respect de divers accords de paix signés entre le gouvernement et les rébellions, notamment l'accord de paix global de Libreville de 2008. Les débats devaient porter principalement sur la renégociation de ces accords de paix.

Les accords de Libreville comprenaient la mise en place d'un programme de Désarmement, démobilisation, réinsertion en faveur des anciens rebelles qui, selon eux, n'a jamais été respecté.

M. Ikouébé a en effet demandé "aux uns et aux autres, surtout à l'opposition et aux groupes armés de respecter les engagements pris par les chefs d'Etats à N'Djamena, d'axer leurs discussions sur les accords de 2008 de Libreville".

Le 21 décembre, les chefs d'Etats de la CEEAC, réunis dans la capitale tchadienne, avaient demandé à la rébellion de quitter les zones occupées. En l'absence de cessez-le-feu, le Séléka avait cependant continué sa progression en balayant l'armée régulière.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 13:24

 

 

Bozizé en difficulté

 


Rca -Le 10 janvier 2013 © (koaci.com) - Les pourparlers de Libreville sur la crise en Centrafrique se poursuivent depuis le mercredi 09 janvier, mais au terme de cette première journée d’échange aucun accord n’a été trouvé au contraire les rebelles ont durcit leur position en continuant à demander la démission du président Bozizé et sa traduction devant la CPI.

 

KOACI.COM apprend en exclusivité de source présidentielle gabonaise qu'un émissaire du président gabonais Ali Bongo aurait été dépêché ce mercredi soir auprès de la délégation du Séleka afin demander à ces derniers d'être plus clément à l'égard de François Bozizé et ce pour la réussite de la médiation qui se déroule dans la capitale de son pays. Selon nos informations, Ali Bongo serait à la manoeuvre pour que cette médiation se conclue par un accord de pacification entre les deux parties belligérantes.



Les discussions sur la crise en Centrafrique réunissent depuis mardi à Libreville au Gabon, protagonistes, médiateurs et observateurs autour des rebelles de la Séléka et du gouvernement Bozizé. Les échanges devaient notamment porter sur le respect des accords de 2008, pourtant à la fin de cette première journée aucune avancée notable, encore moins un accord n’ont été trouvés. Bien au contraire, après plusieurs heures de discussions avec les délégations du gouvernement, de l’opposition et des membres de la CEEAC, les rebelles ont jeté un pavé dans la mare en continuant d’exiger la démission du président Bozizé et en demandant qu’il soit traduit devant la Cour Pénale Internationale. "Il n'y a pas d'autre alternative, rien que le départ de Bozizé. L'unique mal des Centrafricains, c'est Bozizé, c'est tout", a déclaré un porte-parole du Séléka Florian Ndjadder.


 

La rébellion accuse le président centrafricain de "faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité", en lui reprochant "arrestations, détentions et séquestrations arbitraires, enlèvements, disparitions, assassinats et exécutions sommaires". Mardi, c’est le président Bozizé qui avait annoncé catégoriquement à l’adresse des rebelles que la question de son départ de son pouvoir n’était pas négociable. Les échanges qui se sont achevés tard dans la nuit de ce mercredi sans accord notables doivent reprendre ce jeudi matin.



Pour rappel, les rebelles de la coalition Séléka après une conquête éclaire d’une grande partie du pays depuis le 10 décembre sont désormais aux portes de Bangui. Dépassé par cette avancée fulgurante, le président Centrafricain avait demandé une l’aide militaire à ses homologues Tchadiens ainsi que celle de la CEEAC. L’unique revendication de la rébellion est la démission du président Bozizé venu au pouvoir après le coup d’état de mars 2003.

 

Nanita

 

 

 

NDLR : Les assassinats, enlèvements – disparitions, exécutions sommaires extrajudiciaires, séquestrations et autres détentions arbitraires en Centrafrique sous le régime dictatorial de Bozizé ne sont pas des inventions. Les preuves existent que le bureau du procureur de la CPI doit détenir. En déduire que Bozizé est passible de la Cour Pénale Internationale est la moindre des choses car il ne saurait être question qu’il puisse quitter la scène politique sans rendre un minimum de compte sur ses agissements et sa politique en matière de violations des droits de l’homme. Il n’y a aucun excès à réclamer sa traduction devant la CPI. 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 12:53

 

 

 

Florian Bédaya Ndjadder buste

Florian Ndjadder Bédaya 

 


Libreville (Gabon)2013-01-10 10:09:23 (APA) - Les rebelles centrafricains de la Séléka ont conditionné l’obtention d’un cessez-le-feu au départ du pouvoir du président, François Bozizé, au terme de houleuses négociations menées par le comité de suivi de l’accord global de paix de 2008 qui se sont achevées tard dans la nuit de mercredi.

 


''Il est l'unique, l'unique mal centrafricain, François Bozizé. Le départ de François Bozizé rien que le départ de Bozizé car il est le mal de la Centrafrique et de la sous-région'', a martelé le porte-parole de la Séléka, Florian Ndjadder Bédaya, au sortir des discussions.

 


Dans la matinée, la Séléka avait déclaré qu'elle accepterait un cessez-le-feu si et seulement si François Bozizé était traduit devant la Cour pénale internationale (CPI).

 


Les rebelles ont, dans un mémorandum distribué à la presse, accusé François Bozizé d'être l'auteur de nombreux meurtres perpétrés pendant son règne en Centrafrique.

 


Cette position est également celle de l'opposition démocratique qui a également conditionné la signature d'un accord de cessez-le-feu au départ du pouvoir du président Bozizé.



Pour sa part, le ministre d'Etat centrafricain, Cyriaque Gonda, a indiqué que le chef de l'Etat a été démocratiquement élu et qu'il compte rester au pouvoir jusqu'à la fin de son mandat qui court jusqu'en 2016.

 


Face à ce dialogue des sourds, le ministre congolais des Affaires étrangères qui présidait les négociations a suspendu celles-ci dans la perspective de leurs reprises très tôt ce jeudi avant la tenue du Sommet des chefs d'Etat des pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) prévu le même jour dans la capitale gabonaise.

 

 

NDLR : Bozizé n’a jamais été démocratiquement élu. Il a volé les élections de 2011 comme tout le monde le sait. Ce n’est pas en martelant « démocratiquement élu » à foison que ses partisans en feront un démocratiquement élu. Si la dissolution de l’assemblée nationale, celle du gouvernement et le départ de Bozizé sont exigés, c’est justement en raison de ce que ces trois institutions sont issues d’élections massivement frauduleuses et donc n’ont aucune légitimité. L’actuelle chambre parlementaire est peuplée des enfants, neveux, cousins, femmes et maîtresses du seul Bozizé. Aujourd’hui, Séléka compte reprendre les négociations pour un accord de cessez-le-feu avec l’exigence du démantèlement de la prison spéciale du « Guantanamo de Bossembélé » et la libération de tous les nombreux prisonniers politiques ainsi que de la dissolution de l’assemblée nationale. 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers