Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 18:10

 

 

chercheur-de-diamant--nola.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 25 Février 2011 13:56

 

Depuis une semaine, c’est l’effervescence à Nola (ouest de la RCA). Depuis qu’un jeune homme a découvert une pépite de diamant en plein centre-ville, c’est la ruée sur le site et un chantier d’exploitation de diamant est désormais ouvert et opérationnel. Une information confirmée ce vendredi 25 février 2011, par le correspondant de Radio Ndeke Luka à Nola.

 

Les autorités pour leur part veulent appliquer les dispositions du code minier centrafricain, en son article 90. Elles entendent interdire cette mine à ciel ouvert, qui plus est, au milieu de la ville, pour éviter « des troubles à l’ordre public ». Du coup, ce sont les artisans miniers qui s’insurgent de leur côté et brandissent l’inactivité que cela entrainerait ainsi que les conséquences pour leur survie quotidien. L’appât du gain est plus fort. Mais comment accepter que la ville soit perturbée par un chantier où l’on creuse et où on amoncelle du sable sans se soucier de l’environnement et des risques de pollution. Sans compter qu’une mine de diamant attire toujours une faune interlope.

 

La ville de Nola est par excellence une zone diamantifère. Les populations préfèrent s’adonner à la recherche du précieux minerai et ont abandonné l’agriculture jugée moins rentable. Cette situation a provoqué au cours des derniers mois la résurgence de la malnutrition des enfants dans la région. Les centres de santé ont compté de nombreux décès dans cette tranche vulnérable de la population.

 


 

Les commerçants de Bria contre la hausse des impôts

 

Vendredi,25 Février 2011 14:06 

 

Les opérateurs économiques de Bria (est du pays) s’insurgent ce vendredi 25 février 2011, contre la loi de finances 2011 qui a revu à la hausse les impôts et taxes à payer. Ils accusent le ministère du budget de n’avoir jamais organisé une campagne préalable de sensibilisation sur cette loi désormais en vigueur. Celle-ci fixe le montant annuel des impôts à payer par les commerçants, à 12% du chiffre d’affaires. Pour tous les concernés, ce mode de calcul décidé sans concertation préalable revient à doubler le montant des sommes naguère payées.

 

Plusieurs commerçants de Bria interrogés par le correspondant de Radio Ndeke Luka, expliquent que « les conditions sécuritaires dans cette ville ne favorisent pas la mise en route de ces nouvelles dispositions financières ». Déjà que selon eux, les affaires ne marchent plus et ils enregistrent « une baisse croissante des chiffres d’affaires ».

 

La région de Bria a toujours été secouée par de récurrentes attaques rebelles de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) de Charles Massi et ceux de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de l’ougandais Joseph Koni.

 

Ces attaques ont provoqué un afflux massif des populations périphériques vers le centre-ville. Ceci occasionne une montée de chômage et la hausse du prix des denrées alimentaires.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 16:18

 

 

Bad Guys

 

On le savait depuis des lustres : la République centrafricaine vit depuis plusieurs années déjà une situation aussi chaotique que pathétique.  Mais, c’est important de le souligner, les moins optimistes, j’allais dire, les plus pessimistes et les mieux informés d’entre les observateurs n’imaginaient pas que la situation était à ce point abominable et tragi-comique.

La faute à l’outrance d’un homme et de son système. Mon pédagogue de père qui m’a appris les mots et leurs terrifiantes puissances me disait que les excès finissent par fausser jusqu’aux saintes vérités, et après on ne sait plus à quel diable se vouer. 

La chasse à la reconnaissance internationale

Car, c’est le premier préalable qu’il faille évacuer, au nom de quel principe démocratique cet homme et son système ont cru devoir organiser un festival de fraudes lors du double scrutin présidentiel et législatif du 23 janvier dernier ? Le moins que l’on puisse dire, avec le bourrage d'urnes, les bureaux de vote non comptabilisés, on parle de 27% d' « oublis », les violences et les intimidations d'opposants nous étions plus dans un déni de démocratie qu’autre chose. 

Au nom de quelle maxime morale, l’autiste de Bangui, comme on l’appelle ici, s’est-il senti obligé de fabriquer une assemblée nationale familiale, avec son épouse, ses maîtresses, ses fils, sa sœur, son frère, ses oncles et tontons ? 

Résultat des courses, l’homme apparaît plus seul que ne peut l’être un père reconnu d’inceste. La farce électorale est tellement énorme que même ceux qui, autrefois, s’étaient évertué à chanter ses louanges, lui trouvant des qualités, qui le magnifiaient à rendre jaloux les idoles, se sont finalement rendus à l’évidence : Bozizé ne vaut pas le détour. C’est un être sans relief ni mérite, l’incarnation de la déchéance la plus crasse, incapable d’organiser, encore moins, de voler une élection avec élégance et respect de ses adversaires.

D’ailleurs, c’est en partie l’une des explications du silence sépulcral de ses homologues pourtant passés maîtres dans l’art de confisquer le vote de leur peuple, qui, malgré l’annonce de sa prétendue victoire à la Pyrrhus, s’abstiennent, à l’exception d’un certain…Ali Bongo du Gabon, à lui adresser les traditionnels messages de félicitations.       

Au point que Bozizé soit obligé de se déplacer lui-même pour quémander honteusement une reconnaissance extérieure de son hold-up électoral. Puisque personne ou presque ne lui a adressé un message de félicitations, Bozizé viendra personnellement en quémander. On l’annonce le 3 mars à Paris et le lendemain à Bruxelles. À Paris, il semblerait que celui-ci s’entretiendra avec le patron de la francophonie, l’ancien président sénégalais Abdou Diouf, avant de se rendre le lendemain à Bruxelles pour être tancé, il n’ya pas d’autre expression, comme un garnement pris en faute par les fonctionnaires de la communauté européenne qui ont désapprouvé l’ensemble du processus électoral.

Aujourd’hui, pas plus que demain, Bozizé peut se voiler la face, faire le tour du monde, rencontrer qui il souhaite, mais cela ne le rendra pas invulnérable. À chacun son heure de vérité ! La sienne est sans doute arrivée. Le vent de la liberté qui souffle sur le monde arabo-musulman ne tardera pas à balayer ceux qui trouvent le malin plaisir d’ériger systématiquement l’exclusion en mode de gouvernement.

De l’inexistence de la JUSTICE et du DROIT

J’en arrive sans tarder au second préalable et ça sera le dernier : François Bozizé est-il le seul responsable de la situation dramatique que traverse la République centrafricaine ? Pas si sûr.

So Yé Ti Mawa ! Que c’est triste de constater qu’il n’existe plus aucun juge courageux et compétent sur la terre de nos pères. Ou plus exactement, il en existe que très peu qui sont ignorés, brimés, martyrisés pour avoir eu le malheur d’être nés dans une autre famille que celle de Bozizé.

Comment admettre, un seul petit instant, que la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, ait validé, grossièrement, foulant au pied certains principes républicains, les deux candidatures de François Bozizé ? Comment ne pas s’indigner de la complicité de nos juges qui ont préféré la forfaiture à la légalité ?

Soyez un tantinet sérieux, messieurs les juges ! Dans quel pays au monde a-t-on vu un président se présenter à la fois aux élections présidentielle et législatives, en violation des dispositions de la CONSTITUTION dont il est le garant ? Que faites-vous des dispositions de l’article 23 de la Constitution du 27 décembre 2004 ?

Cet article dispose : « La fonction de Président de la République est incompatible avec l’exercice de toute autre fonction politique, de tout mandat électif, de toute activité lucrative, sous peine de destitution ».

Quelle interprétation faites-vous de ces dispositions ?

Saviez-vous, messieurs les juges de la Cour constitutionnelle, que le fils Bozizé Jean-Francis, son neveu Sylvain Ndoutingaï, son ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Jules Bernard Ouandé, prétendument colonels et général des FACA (Forces armées centrafricaines) qui étaient candidats aux élections législatives et qui soi-disant se sont fait élire DÉPUTÉS DE LA NATION, ne s’étaient JAMAIS mis en position hors cadre, comme l’exige la loi ? Ces trois larrons aussi incultes qu’incompétents sont et demeurent des militaires en activité. Par quel miracle avez-vous validé leurs candidatures respectives ?   

Où sont passées les règles les plus élémentaires de NOTRE RÉPUBUBLIQUE ? Avez-vous pensé au tribunal de l’HISTOIRE ?

Néanmoins, je tenais, pour ma part, à vous inviter à une réflexion qui nous grandira tous, vieux et jeunes, rois et misérables, juges et condamnés :

Notre pays est un étrange paradoxe. Pourtant, le Principe Créateur l’a très bien doté : un peuple attachant, docile et travailleur, un sol fertile et très bien arrosé, où tout pousse facilement et abondamment, un sous-sol convoité, regorgeant des minerais recherchés : uranium, fer, or, diamants.

On aurait dû être un grand pays ! Mais pourquoi sommes-nous demeurés les derniers dans tous les domaines ?

Ne pensez-vous pas que la Faute réside d’abord dans le non-respect des LOIS de la Nation, notre proportion à fabriquer des Roitelets et de notre soif d’intérêts personnels ?

Réagissez donc !

Adrien POUSSOU.

  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 01:13

 

 

gros-diamant.jpg

 

 

International Crisis Group (Brussels)

24 Février 2011

Communiqué de presse

 

Le changement en République centrafricaine est une espèce fugace.

Les élections tant attendues, et désormais presque achevées, ne marqueront pas le début d’une nouvelle et brillante ère politique comme certains l’avaient espéré. Le président François Bozizé, ancien chef d’état-major des armées qui a pris le pouvoir par la force en 2003, devrait le conserver pour les cinq ans à venir. Il est donc temps de se pencher à nouveau sur les problèmes quotidiens et concrets de la Centrafrique, et sur les solutions qui pourraient leur être apportées.

Dans la région éloignée du Nord-est, des miliciens armés tirent profit de l’exploitation des diamants et dominent le populations alentours. Cela fera bientôt quatre ans que ces anciens rebelles, banalement prénommés l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), ont signé la paix avec Bozizé.

Ils avaient fini par réaliser, à l’époque, que leurs chances de s’emparer du pouvoir étaient quasi nulles, notamment en raison du soutien français aux troupes gouvernementales. Mais ils ont depuis lors refusé de rendre leurs armes : la vie en RCA s’avère être infiniment plus lucrative avec un AK-47 en bandoulière.

Sam Ouandja, près de la frontière avec le Soudan, est un village dont l’exploitation des diamants est l’unique raison d’être. En 2006, les rebelles en ont pris le contrôle et ne l’ont pas lâché depuis.

Quelques villageois vivent des subsides de leur ferme ou du commerce de produits  achetés au Soudan, mais la plupart en sont venus à creuser dans l’espoir de mettre la main sur un joyau. Officiellement les miliciens de l’UFDR assurent leur sécurité. C’est vrai, ils n’hésitent pas à affronter les braconniers soudanais lourdement armés, et l’année dernière ils ont pourchassé un groupe de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) du sanguinaire Joseph Kony qui s’était aventuré sur leurs terres, tuant et kidnappant au passage. Mais les miliciens de l’UFDR ne sont pas des saints non plus, loin de là.

Exhibant leurs fusils comme moyen de persuasion, ils extorquent argent et diamants aux creuseurs et aux négociants, obligeant les mineurs qui ont mis la main sur un bon filon à leur céder la place. Après avoir pris le contrôle du site, ils paient leurs propres creuseurs, suffisamment pour les maintenir en vie, mais guère plus, et vendent les précieuses petites pierres à des acheteurs dans le village, empochant ainsi un coquet profit.

Les quelques négociants qui détiennent un permis envoient leurs diamants par avion à Bangui, d’où ils sont revendus en Belgique, Israël, ou à Dubaï. Mais d’autres diamants passent illégalement la frontière, direction Nyala au Darfour.

S’agit-il de diamants du sang ? Techniquement non. Le Processus de Kimberley est le club bien intentionné des pays (dont la RCA) producteurs et acheteurs de diamants,  des diamantaires et des ONG qui œuvrent de concert pour s’assurer que le marché international du diamant soit « clean », qu’il  n’absorbe pas des diamants dont la vente finance des conflits internes, comme au Liberia et en Sierra Leone dans les années 90. Le Processus de Kimberley définit les diamants de conflits comme ceux utilisés par des rebelles « pour financer les conflits qui visent à renverser des gouvernement légitimes ». L’UFDR ne revendique plus cet objectif. Ses diamants sont donc lavés de tout soupçon.

Mais l’UFDR n’a pas pour autant abandonné le maquis. Au contraire, le groupe est au centre de plusieurs interminables conflits interethniques.

A l’origine, déjà, la plupart des miliciens insatisfaits de l’UFDR appartenaient à la tribu Gula. Le temps passant, les Gula ont recruté de plus en plus des leurs, poussant les autres tribus dehors, chassant notamment les Runga des mines de diamants en 2008. Ces derniers ont donc formé leur propre milice, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). En 2009, le meurtre d’un garçon de l’ethnie Kara a déclenché des violences entre Gula et Kara qui firent 27 morts.

L’année dernière, des ministres ont invité les différents groupes ethniques du Nord-est à une cérémonie de réconciliation. Mais les peurs mutuelles et les suspicions sont profondes. Elles perdureront tant que l’UFDR pourra diriger les autres groupes du bout de son fusil et profiter illégalement des pierres de Sam Ouandja.

Pour que le Processus de Kimberley sauvegarde sa réputation et contribue à améliorer la vie des mineurs, il devrait se pencher de plus près sur le cas l’UFDR et la CPJP. La dernière est également accusée de banditisme dans les zones diamantifères de l’Est.

Il revient au gouvernement, cependant, de reconnaître la gravité de la situation. Il devrait agir au plus vite pour empêcher les rebelles d’écouler leurs diamants par les canaux légaux, formaliser les filières d’exploitation artisanales et s’assurer que les creuseurs gagnent un salaire décent dans des conditions dignes.

Les bailleurs ont aussi un rôle à jouer dans le renforcement des fragiles institutions de l’Etat. Les autorités minières ont désespérément besoin d’un soutien technique et financier afin de maximiser les recettes de l’Etat.

Maintenant que la fièvre des élections est presque retombée, il est temps pour les leaders politiques centrafricains de s’atteler aux vrais défis que sont l’insécurité chronique et la pauvreté écrasante. L’amélioration de la gouvernance du secteur minier constitue un jalon essentiel dans ce processus, afin de s’assurer que l’exploitation des diamants soit source de développement, non de violence.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:25

 

 

RADIO ND K LUKA

 

 

24/02/2011 à 17h:41 Par Marianne Meunier, envoyée spéciale Jeune Afrique

Bien implantée à travers le pays, Radio Ndeke Luka fait figure d’exception pour son impartialité, dans un paysage médiatique où les commentaires partisans des journalistes sont fréquents.

À l’heure où Bangui sombre dans le noir (faute d’éclairage public) et où se vident les ministères, les journalistes entrent en effervescence au siège de Radio Ndeke Luka (RNL). Entre 18 et 20 heures, ils parleront de toute la Centrafrique à… toute la Centrafrique. En français mais surtout en sango, la langue véhiculaire.

Chaque jour, pendant trois heures (de 9 à 10 heures et de 18 à 20 heures), RNL émet en ondes courtes sur l’ensemble du territoire. Les auditeurs peuvent l’écouter en FM 24 heures sur 24 à Bangui, Bouar et Bambari. Avec treize correspondants à l’intérieur du pays (pour seize préfectures) en plus des onze journalistes basés à Bangui, elle dispose du réseau le plus dense du pays.

Dans le paysage médiatique centrafricain, Radio Ndeke Luka (« l’oiseau de la chance » en sango) fait aussi figure d’exception pour son impartialité. À l’approche des élections du 23 janvier – présidentielle et législatives –, la grille de programmes spéciale avait mis l’accent sur l’égalité du temps de parole entre candidats quand, dans la presse écrite et sur d’autres ondes, on « roule » pour tel ou tel. Le jour du vote, RNL a diffusé seize heures de programmes en direct. Au lieu de commentaires fantaisistes ou partisans, les journalistes ont livré des informations précises sur les bureaux de vote (affluence, déroulement technique des opérations).

Gage d’indépendance

Son indépendance, RNL la doit à ses origines. Elle est née en mars 2000 d’un partenariat entre le Programme des nations unies pour le développement (Pnud) et Hirondelle, une fondation suisse soutenant des médias d’information dans des pays en guerre ou qui s’en remettent (Radio Okapi en RD Congo notamment). Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un lien juridique entre RNL et le Pnud. En revanche, Hirondelle lève son budget (1,3 million d’euros en 2010) auprès de partenaires comme l’Union européenne, l’Organisation internationale de la francophonie, la coopération suisse. Autre gage d’indépendance : la nationalité du directeur, Martin Faye, Sénégalais. « Nous avons besoin d’un expatrié capable de dire non aux hommes politiques », explique Samuel Turpin, directeur de projet à la Fondation Hirondelle. Des salaires confortables – de 350 à 750 euros, pour les cadres – sont également censés inciter les journalistes centrafricains à résister à la corruption.

La classe politique ne s’habitue pas aux principes en vigueur à RNL. La veille du vote, un samedi, raconte Martin Faye, le ministre de la Sécurité, Jules Ouandé, a téléphoné à la radio pour une aimable mise en garde : « Il nous a dit : “À partir de lundi, vous avez intérêt à passer la nuit dans les locaux, car si vous êtes dans les quartiers on va sortir vos cadavres à 4 heures du matin.” » Contacté par Jeune Afrique, le ministre s’en défend : « Je ne peux pas me permettre de prononcer de telles phrases. Je ne suis pas un enfant ! » Et de reprocher à RNL de se comporter en Centrafrique en « terrain conquis ». « Les hommes politiques nous aiment et nous détestent quand ça les arrange », explique Martin Faye.

L’ambivalence permet une relative tranquillité. Mais Martin Faye est prudent. Des réserves alimentaires pour trois jours sont stockées dans les locaux de la radio. Et dans la cour, une petite porte bleue ouvre directement sur les locaux du Pnud pour une évacuation rapide. « Je vérifie régulièrement que ma clé fonctionne toujours », avoue-t-il.

Par Marianne Meunier, envoyée spéciale à Bangui.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 17:14

 

 

RCA

 

Fermeture de la police de Berberati et évasion des détenus

Radio Ndéké Luka Jeudi, 24 Février 2011 14:02

Le commissariat de la police de la ville de Berberati est fermé et tous les détenus se sont évadés. Tout est parti d’une descente dans les locaux du commissariat, d’éléments de la gendarmerie territoriale de la ville qui ont transporté tous les dossiers dans leurs services. Les faits se sont déroulés dans la matinée du mercredi 23 février 2011.

Les gendarmes étaient venus procéder à l’interpellation du commissaire adjoint, Rufin Kenga Maltam. Ce dernier refusait de déférer à une convocation de la brigade de gendarmerie de Berberati dans une affaire l’opposant au Commissaire, son supérieur.

Les prisonniers ont profité du tumulte pour se disperser tous dans la nature. A présent, les gendarmes ont transféré tous les dossiers de la police dans leurs propres locaux et condamné les portes du commissariat de police. Les populations de la ville de Berberati vivent dans une psychose totale à cause de l’incident et des menaces que font peser les évadés.  Quant à l’adjoint du commissaire interpellé, il a été libéré par les gendarmes après quelques heures de garde à vue. On ignore encore quelle suite sera donnée à cette affaire.

 

La crise libyenne provoque l’annulation des vols Afriqiya à Bangui

Radio Ndéké Luka Jeudi, 24 Février 2011 14:01

Les vols de la compagnie aérienne libyenne Afriqiya en partance ou en provenance de Bangui sont suspendus depuis mercredi 23 février 2011. La crise politique qui secoue ces derniers temps Tripoli en est la principale cause.

L’information a été confirmée à Radio Ndeke Luka par le Chef d’agence de la compagnie libyenne à Bangui. Pour preuve, précise un des responsables, « le vol du mercredi a été annulé sur instructions de la compagnie Afriqiya de Tripoli, seul point de transit de tous les vols ». L’agence a suspendu la vente de billets jusqu’à nouvel ordre. Le prochain vol est prévu pour dimanche et tout dépend de l’évolution de la situation politique à Tripoli ».

Une crise politique secoue la Libye depuis une dizaine de jours marquée par des manifestations dans plusieurs villes du pays pour exiger le départ du pouvoir du président Mouammar Khadafi totalisant 42 ans de règne.

Ces manifestations sont soldées par de répressions sanglantes. Selon les ONG des Droits de l’homme, le bilan actuel est de plus de 600 morts. A Bangui les populations s’interrogent et attendent du gouvernement centrafricain qu’il prenne des mesures pour procéder à l’évacuation de ses ressortissants

 

Peu de taxis et bus à Bangui en raison de la hausse des taxes

Radio Ndéké Luka Jeudi, 24 Février 2011 14:01

L’augmentation du prix des impôts a conduit certains propriétaires de taxis et de bus à retirer leurs véhicules de la circulation depuis quelques jours dans la ville de Bangui. La raison est la hausse des taxes à payer décidée il y a quelques jours par le ministère des Finances.

Interrogé par Radio Ndeke Luka, Abel GUERET MAYANGA, secrétaire éducation ouvrière et de formation du Syndicat des Conducteurs Receveurs des Taxis et Bus, trouve cette hausse excessive. « Auparavant les impôts sur les bus étaient à 400.000 FCFA et les taxis à 200.000 FCFA de taxe annuelle. Mais avec les nouveaux taxes, les bus sont passés à 500.000 F et les taxis à 419.000 FCFA », a-t-il indiqué à RNL.

« L’Etat des routes dans la ville de Bangui avec ses nouveaux prix ne peut pas nous permettre l’exploitation de ces véhicules, car nous enregistrons de grandes pertes », a-t-il précisé.

Le syndicat demande à cet effet l’ouverture de pourparlers avec les autorités administratives pour une solution rapide « à ce problème qui risque d’affecter plusieurs ménages » a conclut Albert GUERET MAYANGA

Ce fait répercute déjà sur les fonctionnaires de l’Etat et quelques habitants de la ville de Bangui. Ils éprouvent des difficultés plus grandes pour se rendre le plus rapidement possible  à leur lieu de travail.

 

Centrafrique : Les Etats- Unis s’intéressent au tourisme

Ai- Rca- Jeudi, 24 Février 2011 11:15  - "Je m'intéresse beaucoup aux questions liées au tourisme. C’’est un secteur très important pour l’économie centrafricaine ", a déclaré le  23 février  l'ambassadeur des Etats- Unis  Lawrence Wohlers au sortir d’une  l'audience avec la Ministre du développement du tourisme.

 "A Bayanga où j’étais il y a de cela un mois, j’ai visité  le parc implanté dans cette  très belle région. J’avoue que j'étais très impressionné et cela montre qu'il y a une énorme potentialité " a dit l'ambassadeur des Etats Unis.

Pour M Wohlers, après les élections en Centrafrique, l'ambassade des Etats- Unis attend de voir quelle sera la nouvelle politique du gouvernement dans ce domaine afin d’apporter son appui.

"M Wohlers est venu pour qu'on essaie de voir ensemble dans quelle mesure  l'ambassade de Etats Unis d'Amérique pourrait appuyer le département du tourisme", a fait savoir la Ministre du développement du tourisme, Solange Pagonendji Ndakala, avant d'évoquer le deuxième aspect de leur discussion qui était axé sur "la formation et l'encadrement des artisans centrafricains ».

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Cet ambassadeur se fait beaucoup d’illusion sur la réelle volonté du régime de Bozizé de développer ce pays en faisant autre chose que de la prédation systématique des ressources du pays. La politique anti-nationale de Bozizé doublée de sa paranoïa qui lui fait prendre systématiquement pour des mercenaires venus faire un coup d’Etat les touristes et autres chasseurs professionnels qui se rendent en RCA pour le safari chasse est totalement dissuasive pour le développement du tourisme.  

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 05:20

 

 

Paul-Biya.jpg

 

 

Ai- Cameroun- Mercredi, 23 Février 2011 15:26 - Un grand meeting de commémoration des martyrs  était programmé ce jour à Douala, la capitale économique par des partis d’opposition et autres associations. Le pouvoir a brandi les muscles en déployant un nombre impressionnant de militaires, gendarmes et policiers.

Dès 9 h 30, environ un demi-millier de manifestants avaient répondu au mot d’ordre lancé par le Social democratic front, le Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), le parti démocratique social (FDS) et l’Union des populations du Cameroun (UPC), tous de l’opposition.

Ils n’ont même pas eu le temps de  s’organiser pour la marche pacifique quand les forces de l’ordre les ont brutalement dispersés à coup de gaz lacrymogènes et de violents jets d’eau.

Au niveau de la Salle des fêtes, en plein centre-ville, environ 200 pandores ont encerclé le député et président du SDF pour la région du Littoral Jean Michel Nintcheu.

Nonobstant sa qualité d’élu du peuple, il a été molesté, ses lunettes médicales confisquées, ses habits déchirés et le corps couvert de blessures.

Côté Manidem, son président Abanda Kpama, Anicet Ekane, le chargé des affaires stratégiques et extérieures, M. Mpouma, le secrétaire à la formation ont été arrêtés et conduits vers une destination inconnue.

Il en est de même pour certains manifestants qui sont toujours introuvables.

Approché par l’agence Ai, le 2ème vice-président chargé des relations avec les institutions et les élections du Manidem, Valentin Dongmo Fils, a estimé que cette journée de la commémoration des martyrs n’a pas été un échec.

Quant à Jean Michel Nintcheu du SDF, en dépit de la brutalité dont il a été victime de la part des forces de maintien de l’ordre, il n’entend pas baisser les bras.

« Nous organiserons pour les prochaines semaines des manifestations de grande envergure pour exiger le départ de M Biya. Le peuple camerounais doit prendre son destin en mains à l’instar des peuples tunisien et égyptien », a-t-il confié, visiblement déterminé,  à l’agence Ai.

Norbert Tchana Nganté, Ai Douala

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 05:07

 

 

ali-ben-bongo.jpg

 

Ai- Rca- Mercredi, 23 Février 2011 15:58 - "Nous sommes heureux de constater que le processus électoral en Centrafrique a tenu toutes ses promesse.  Notre joie est immense", a déclaré l'envoyé spécial du président gabonais et conseiller régional Aristide Ebang Essono au sortir de l'audience que le chef de l'Etat centrafricain lui a accordée le 22 février.

Selon une source proche de la présidence de la république,  M Ebang Essono était  porteur d'un message de son président « à son frère et homologue centrafricain».

"Le Gabon s'est réjoui de ce que le  processus électoral a été conduit de main de maître par son excellence le président de la république François Bozize", a-t-il confié, ajoutant que c'est pour cette raison que le président gabonais Ali Bongo a voulu,  pour manifester sa joie,  lui adresser ses félicitations.

De sources dignes de foi,  l'émissaire du Président gabonais était accompagné du consul du Gabon en Centrafrique Joseph Perrière.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Depuis la proclamation de la victoire à la Pyrrhus de Bozizé, les chefs d'Etat ne se bousculent pas pour lui adresser des messages de félicitation, étant conscients que non seulement les élections centrafricaines n'ont été qu'une mascarade électorale mais aucun des adversaires de Bozizé à la présidentielle n'a reconnu sa défaite et par conséquent la victoire. Selon des informations en provenance de Bruxelles, l'Union Européenne ne serait pas disposée à mettre un seul euro dans le second tour des législatives desquelles l'opposition a déjà annoncé et confirmé son retrait.La prétendue victoire de Bozizé et sa famille clanique commence à avoir un goût amère.   

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 01:51

 

 

RCA découpage électoral

 

 

 

 

 

retrait-candidats-patassistes.jpg

Candidat Indépendant à l’Election Présidentielle de 2011

 

N° 032/CAB/CIEP/02.2011

A

Monsieur le Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI)

Palais de l’Assemblée Nationale

Bangui (RCA)

 

Objet : Retrait des candidats du Groupe PATASSE

Admis au second tour

 

Monsieur le Président,

 

Je vous transmets en annexe la liste de tous les candidats du Groupe PATASSE aux législatives, admis au second tour et qui ne participeront pas aux prochains scrutins.

En conséquence, je vous confirme par la présente le retrait de tous ces candidats sans exception.

Considération distinguée

 

Fait à Bangui, le 23 février 2011

 

Ange-Félix PATASSE

 

 

LISTE DES CANDIDATS DU GROUPE PATASSE

ADMIS AU SECOND TOUR DES LEGISLATIVES

 

 

BERBERATI 2

2 TOCKO Joseph (IND)                               2 403 voix                  28,93 %

 

GADZI

2 GOMTOUA Dieudonné (IND)                 2 330 voix                  21,11 %

 

NOLA

7  BOMBO EBAPOUKOU Sylvain (IND)    737 voix                              17,07 %

 

BAYANGA

7 DINGAMNAIMOU GUELNDO Samson  (IND)     429  voix  13,96 %

 

BOZOUM

3  BOUI Nicole  (IND)                     1430 voix                               11,62 %

 

PAOUA 1

3 MBAIKOUA BEMAIDE Edgar (IND)   5407 voix                    44,51 %

2 BOLAPA Timothée (IND)    4063 voix                                       33,45 %

 

PAOUA 2

4  MALEKIAN-TOUBY Esaïe (IND)         3450 voix                   22,69 %

 

PAOUA 3

2  DOUBA-BANGUE Yvonne (IND)         5218 voix                   31,98 %

 

NGAOUNDAYE 2

3 PERAH Jean-Claude (IND)           2 385 voix                              28,28 %

 

BOSSEMPTELE

2  BABALI Georges (IND)              803 voix                                  21,44 %

 

BOGUILA

1 FEIANGA MOKI Gaston (IND)              1913 voix                    20,61 %

6 DOFONE Sylvain (IND)                           1559 voix                   16,79 %

 

BOUCA

2 YALINGUI Armand Gabriel (IND)         2 288 voix                  15,20 %

 

BATANGAFO

3 KOUMANDE Jacques (IND)                   2 078 voix                  20,26 %

 

KAGA-BANDORO

2 METE Max Mesmer (IND)                        3 722 voix                  29,09 %

 

BRIA

2 NGOYA Alexis (IND)                              1 509 voix                  11,99 %

 

MOBAYE

2 TAKPANDO Bernard (IND)                    1 386 voix                  10,44 %

 

BAKOUMA

2 ISSENE Salet (IND)                                  931 voix                     11,88 %

 

OUADDA

4 KOUDAMY-BARAMA Nicaise Jean Bruno (IND) 814 voix    19,28 %

 

 

TOTAL : 20 CANDIDATS SELON LES RESULTATS OFFICIELS DE LA CEI

 

NB : Les numéros en rouge correspondent aux numéros d’ordre figurant sur les bulletins de vote

 

 

  ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

ASSOCIATION LONDO

 

 

A

 

Monsieur le Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI)

Bangui (RCA)

 

Objet : Non-participation au 2ème tour

Des élections législatives 2011         

 

 

Monsieur le Président,

 

 

Nous avons l’honneur de vous informer que le Bureau Politique de l’Association Londo, Membre du Collectif des Forces du Changement a décidé en toute responsabilité de retirer la participation de l’honorable Rosalie POUZERE, candidate à la circonscription de Djemah, au 2ème tour des élections législatives 2011.

Veuillez recevoir nos sentiments distingués

 

Fait à Bangui le 22 février 2011

 

Le Président du Bureau Exécutif National

 

 

Ferdinand DAGO

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL

 

Justice - Paix  - Développement

 

 

Bangui, le 16 février 2011

 

 

A

 

Monsieur le Président de la Coordination Nationale de la

Commission Electorale Indépendante (CEI)

Bangui (RCA)

 

Objet : Retrait au 2ème tour du scrutin législatif

 

Monsieur le Président,

 

La Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS) a pris la décision de retirer son candidat Monsieur TACKIS Sébastien de la circonscription de BAKOUMA (MBOMOU) au 2ème tour du scrutin législatif.

Veuillez agréer Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.

 

Pour le Directoire Politique  du CRPS

 

 

Me Nicolas TIANGAYE

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

180810logordc

 

RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE

CENTRAFRICAIN

 

Fraternité-Travail-Progrès

 

PRESIDENCE

 

SECRETARIAT GENERAL

 

N° 013 /RDC/P/SG. 2011                                                     Bangui, le 18 février 2011

 

 

 

 

A

 

Monsieur le Président de la Coordination Nationale de la

CEI

BANGUI

 

Objet : Retrait des candidats du RDC au second

 tour des législatives du 20 mars 2011

 

 

 

Monsieur le Président,

 

En application de la décision du Collectif des Forces du Changement de ne pas participer au 2ème tour des législatives, j’ai l’honneur de vous informer que le Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) a décidé de retirer ses candidats admis à ce second tour prévu pour le 20 mars 2011. En conséquence, il est inutile de faire éditer des bulletins de vote au nom des candidats du RDC ci-après :

 

-          KOUET Anatole (3°)

-          KOLINGBA Serge (5° 1)

-          KOLINGBA Nzanga Désiré (5° 2)

-          GONDY-NDENGUERE Claude Andoche (Bria 2)

-          NGBONDO René Constant (Satéma)

-          MBESSA Apollinaire (Dédé Mokouba)

-          DALLIT Gaston (Yalinga)

 

Vous souhaitant bonne réception, je vous prie d’agréer Monsieur le Président, l’assurance de ma considération distinguée.

 

 

Le Président

 

 

Louis-Pierre GAMBA

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

logo mlpc

 

PRESIDENT DU PARTI

 

SECRETARIAT GENERAL

 

N° 06/ MLPC/PP/SG.011                                         Bangui, le 16 février 2011

 

 

Martin ZIGUELE

Président du Mouvement de

Libération du Peuple Centrafricain (MLPC)

 

BANGUI

 

 

Au

 

Président de la

Commission Electorale Indépendante (CEI)

Bangui (RCA)

 

 

Objet : Retrait des candidats du MLPC au second

 tour des législatives du 20 mars 2011

 

Monsieur le Président,

 

Le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) a décidé en toute responsabilité de retirer tous ses candidats dûment présentés par le Parti aux élections législatives  et autorisés à aller au second tour.

Il s’agit de :

 

1 AMAHAT ABAKAR Ameth                   Berbérati 2

2 ZAOROPA Philippe                                   Carnot 2

3 ANGORO Martin                                      Gamboula

4 AGUENE Timothée                                   Bouar 1

5 NINGA Luc                                               Baboua

6 PANY dieudonné                                      Bozoum

7 ZIGUELE Martin                                      Bocaranga 2

8 BOUA Barthélemy                                     Koui

9 BOYKOTA Zoukétia                                Paoua 1

10 MAMIA Emmanuel                                 Paoua 3

11 AGBA-OTIKPO Marie                           Ngaoundaye 1

12 ZIBAYA Joel                                           Ngaoundaye 2

13 YAPOUPOU Marie-José                         Bossemptélé

14 ZOUMBETI Samuel Stanislas                   Dékoa

15 NDAKOUZOU Ernest                              Ouadda

16 MAHAMAT Abdel Saley                          Bakouma

 

 

Considération distinguée

 

Le Président du Parti

 

 

Martin ZIGUELE

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 01:47

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

« NON AU HOLD-UP ELECTORAL EN CENTRAFRIQUE »

Les élections présidentielle et législatives du 23 janvier 2011 qui auraient dû clore la situation « post-conflit » dans laquelle se trouve depuis plusieurs années la République Centrafricaine ont déjoué tous les pronostics et déçu les profondes aspirations de la majorité du peuple suite aux manœuvres d’installation d’une dynastie familiale à la Nouvelle Assemblée.

François Bozizé a opposé un refus obstiné à une préparation consensuelle comme le souhaitait la communauté internationale, en particulier l’Union Européenne qui a pourtant beaucoup contribué au financement de ces élections. Il est resté imperturbablement sourd aux incessants appels de l’opposition politique nationale, ce qui n’a pas permis la tenue d’élections transparentes et crédibles.

Les fraudes massives, les intimidations et autres irrégularités qui ont émaillé cette mascarade électorale digne d’une république bananière ont été mis en évidence par l’opposition politique qui n’avait pas réussi à obtenir l’annulation demandée.

Les signataires de la lettres aux démocrates du 11 février 2011 constatent avec satisfaction que trois semaines après l’annonce de la « victoire » dès le premier tour de Bozizé entérinée le 12 février dernier par la Cour Constitutionnelle de Bangui sans tenir compte des recours introduits par l’opposition, les Chefs d’Etat « amis » hésitent encore à envoyer les traditionnels messages de félicitations.

Pire, le vainqueur de cette « élection contestée », ordonne arbitrairement un renforcement de la surveillance des membres de l’opposition politique, interdisant à ces derniers de quitter le territoire centrafricain sans son autorisation. La situation postélectorale qui prévaut donc actuellement dans le pays faite d’assignation à résidence des leaders politiques de l’opposition, d’arrestation, de détention, des perquisitions arbitraires et de poursuites judiciaires diverses montre bien  que la tension est à nouveau de retour sur la scène politique et que l’instabilité est durablement installée en RCA.

Très contrarié par le boycott annoncé du second tour des législatifs par les partis d’opposition, Bozizé a chargé le  médiateur de la République, Mgr Paulin Pomodimo et le Ministre d’Etat Jean Willybiro Sacko, de prendre attache avec ces derniers afin de les persuader à revenir sur leur position.

Les signataires de la lettre aux démocrates du 11 février 2011:

  • Réitèrent le rejet unanime des résultats publiés ou proclamés d’une élection dans le but d’installer une dynastie familiale à la nouvelle assemblée en République Centrafrique ;
  • Soutiennent la décision de l’opposition de boycotter le 2e tour du scrutin législatif devenu de fait sans intérêt dans la mesure où le KNK a déjà repris ses menaces de mort et manœuvres d’intimidation dans l’arrière-pays pour garantir sa victoire;
  • Condamnent le harcèlement et les persécutions dont sont victimes les responsables des partis de l’opposition ainsi que leurs collaborateurs;
  • Exigent la libération du candidat aux législatives à Dédé-Mokouba,  Apollinaire MBESSA et des partisans du candidat Ange-Félix PATASSE, la cessation des poursuites judiciaires à l’encontre de Maître Blaise Fleury HOTTO, Secrétaire Général-Adjoint du RDC et la  restauration de la liberté de circulation des opposants.

Fait à Paris, le 22 février  2011

Pour le respect de la volonté d’alternance du Peuple,

Ont signé :


PERSONNALITEES INDEPENDANTES :

 

Marie Reine HASSEN

 

Olivier GABIRAULT

 

REPRESENTANTS DES PARTIS POLITIQUES : REPRESENTANTS DES CANDIDATS :

 

RDC : Pr Raymond SIOPATIS                                Pour Ange-Félix PATASSE :

 

Michel DOROKOUMA

 

MLPC : Jean Didier KABRAL                                 Pour Emile Gros Raymond NAKOMBO :

 

                                                                                    Médard POLISSE BEBE

 

CRPS : Daniel MAKOURI KIWI                           Pour Martin ZIGUELE :

 

Jean-Pierre MARA

                                                                        Antoine Jérémie NAM-OUARA

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 01:26

 

 

RCA Afrique

 

Rabat, 23/02/11- Les moyens de développer les relations de coopération maroco-centrafricaine dans le domaine de la formation professionnelle, ont été, mercredi à Rabat, au centre des entretiens du ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, M. Jamal Rhmani avec le ministre centrafricain de l'Education nationale, M. Zawa Anbroise.

Dans une déclaration à la presse à l'issue de cette réunion, M. Rhmani a indiqué que ces entretiens ont porté sur l'appui technique qu'apportera le ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle au ministère centrafricain de l'Education nationale pour la mise en place du premier centre de formation professionnel dans le pays.

La coopération entre les deux départements englobe également l'accueil d'un nombre important des stagiaires centrafricains, boursiers de l'Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) dans les établissements de formation professionnelle au Maroc, a-t-il ajouté.

Pour sa part, le ministre centrafricain a exprimé l'intérêt de son pays à tirer profit de l'expérience marocaine en matière de formation professionnelle, particulièrement dans le domaine de l'agriculture, un secteur qui offre d'importantes opportunités pour l'intégration des jeunes diplômés en Centrafrique.

Dans le cadre du développement de la coopération entre le Royaume et la République Centrafricaine, dans le domaine de la formation professionnelle, une délégation marocaine avait effectuée, en novembre 2007, une mission visant à appuyer le ministère centrafricain de l'Education nationale pour l'élaboration et l'évaluation des projets spécifiques portant sur l'élaboration d'un plan national de développement de l'enseignement technique professionnel dans ce pays. 

23/02/2011 12:24.
(MAP) Maghreb Arabe Presse

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales