Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 15:34

 

 

 

Ban Ki moon

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 24 Juin 2011 13:44

Le secrétaire général de l’ONU vient de publier, un rapport sur la RCA. Un rapport dont les conclusions et les recommandations indiquent que l’absence de l’opposition politique au sein des institutions démocratiques, depuis les élections de 2011, « nuit sérieusement au processus de réconciliation nationale en Centrafrique ».

Dans ce rapport, Ban Ki Moon félicite toutes les parties prenantes d’avoir organisé avec succès les élections présidentielle et législatives et d’avoir assuré leur déroulement dans un climat pacifique. Mais il ajoute que pour permettre le développement durable et sans exclusive de la République centrafricaine, il est essentiel que le pays se dote de solides institutions démocratiques au sein desquelles les représentants des diverses communautés, tirant parti de la richesse et de la diversité de leurs points de vue, peuvent travailler ensemble à l’édification de la nation. « L’opposition politique doit y trouver sa place et avoir la liberté de s’y exprimer pour contester la politique du Gouvernement dans le respect de la moralité et de la légalité ».

L’ONU demande déjà de tirer les enseignements des élections de 2011. Pour cela, mentionne le rapport, « il faut remédier sans délai aux irrégularités et aux faiblesses relevées par les observateurs nationaux et internationaux, et appliquer les recommandations de la Cour constitutionnelle. La création récente d’un organisme professionnel, permanent et autonome, rattaché à la Commission électorale indépendante, constitue une avancée encourageante dans ce sens ».

Le SG de l’ONU encourage les autorités à s’atteler à l’organisation des élections municipales, première étape importante dans la poursuite du processus de démocratisation, de décentralisation et de rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays. Il importe selon lui, que « le Gouvernement renforce l’état de droit et la sécurité dans toutes les régions, ce qui permettrait d’établir un environnement stable et démocratique propice au développement économique ».

Bien que le mandat du Comité de suivi ait expiré, toutes les recommandations formulées au cours du dialogue politique sans exclusive n’ont pas été mises en œuvre. Il faut que le Président Bozizé et son nouveau gouvernement « continuent de s’attacher à mettre fin aux dissensions nationales et à réunifier le pays. J’encourage le nouveau Gouvernement à hâter l’application de l’ensemble des recommandations issues du dialogue politique sans exclusive ».

Ban Ki Moon appelle une nouvelle fois le Gouvernement et les groupes politico-militaires à faire avancer le processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration, en vue de rétablir la stabilité et de favoriser le relèvement de l’économie du pays. Avant de passer à un processus rigoureux de désarmement et de démobilisation, il est indispensable d’obtenir des précisions sur les ressources nécessaires à l’heureux aboutissement du processus de réintégration. En tant que partie intégrante du processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration, « la stratégie de réintégration se doit d’être infiniment crédible aux yeux des groupes politico- militaires en répondant à leurs attentes et à celles des groupes de population touchés par le conflit, en particulier ceux qui sont sous la menace de rebelles nationaux ou étrangers, de bandits, de contrebandiers et de la LRA ».

Le désarmement, la démobilisation et la réintégration doivent également être assortis et accompagnés d’une réforme profonde du secteur de la sécurité dont l’objectif est de fournir aux forces de défense et de sécurité les moyens et les compétences dont elles ont besoin pour remplir leur mission de protection de la population centrafricaine. « Cette action doit être menée indépendamment de l’appartenance ethnique et permettre de protéger le pays de la menace des rebelles nationaux et étrangers, des bandits, des contrebandiers et de la LRA ».

La culture de la corruption inquiète l’ONU. Le rapport invite le Gouvernement à  prendre d’importantes mesures pour lutter contre cette « entrave majeure au développement socioéconomique à tous les niveaux et décourage l’investissement à même de le soutenir ». Mais ce qui est encore plus important, c’est de s’attaquer rigoureusement à la culture de l’impunité, génératrice d’atteintes aux droits de l’homme.

Enfin le texte exhorte le Gouvernement centrafricain et l’Assemblée nationale à arrêter et à adopter le texte final révisé du Code de la famille, qui viendra renforcer le respect des droits des femmes. Le Gouvernement et les groupes politico-militaires à élaborer et à mettre en œuvre leur propre plan d’action pour mettre fin au recrutement et à l’emploi d’enfants soldats.

 

NDLR : Il est temps que les Nations Unies se rendent compte des conséquences du hold-up électoral de Bozizé lors des dernières élections du 23 janvier 2011. Bozizé et son KNK ont tout fait pour réinstaurer le parti unique dans le pays. L’opposition avait pourtant tiré la sonnette d’alarme depuis longtemps mais personne pas même la communauté internationale n’avait voulu l’écouter. Aujourd’hui, les Nations Unies se rendent tardivement à l’évidence mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Elles doivent continuer à mettre le maximum de pression sur Bozizé qui reste désespérément autiste et sourd à tout ce qu’on lui préconise comme solution de sortie de crise. S’agissant du DPI, c’est Bozizé qui a systématiquement d’appliquer comme il se devait la feuille de route et les principales recommandations du DPI. Il a délibérément choisi de les ignorer et d’en faire à sa tête en formant un prétendu gouvernement d’union nationale à sa manière composé de personnes débauchées à gauche et à droite pour en arriver à son grossier hold-up électoral dont les fâcheuses conséquences sur le plan du recul et du déni démocratique sont aujourd’hui étalées devant le monde entier. C’est lui seul qui doit être rappelé à la raison.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 01:39

 

 

 

 

Claude-Richard-Gouandja.jpg

 

                    Claude Richard Gouandjia ici à gauche

 

 

Le samedi 18 juin 2011, le ministre de la sécurité publique, de l’émigration-immigration a présidé une réunion avec les opérateurs économiques libanais en son cabinet. Il était question pour le membre du gouvernement de toucher du doigt les différents problèmes auxquels sont confrontés les responsables des sociétés de la place dont l’épineux problème du racket.

Dans son intervention, le ministre de la sécurité publique, de l’émigration-immigration, Claude Richard Gouandjia a précisé le bien-fondé de sa démarche. Celle-ci consiste, comme il est de coutume, à s’entretenir avec les opérateurs économiques qui constituent les poumons de développement afin de leur garantir une paix sociale car il n’y a pas développement sans la paix ni la sécurité. Pour cela, il faut une sécurité et un ordre public confiants, dynamique et forts, seul gage pour défendre les intérêts meubles et immeubles des hommes et femmes d’affaires nationaux ou étrangers qui veulent s’installer en Centrafrique pour apporter leur contribution tous azimuts dans l’œuvre de reconstruction du Centrafrique a-t-il précisé.

Le ministre de la sécurité publique a rappelé avec amertume les moments tumultueux que notre pays a vécus par le passé.

Il a reconnu que beaucoup d’opérateurs économiques ont perdu leurs biens meubles et immeubles par la faute de certains Centrafricains avides de pouvoir. Fort de tout ce qui précède, le gouvernement ne ménagera aucun effort pour garantir une paix sociale et commerciale attrayante pour tout opérateur économique qui veut investir, qu’il soit Centrafricain ou étranger. Il n’y a pas d’investissement sans garantie sécuritaire. Pour cela, le ministre Claude Richard Gouandjia a martelé qu’il est engagé à garantir leurs intérêts par tous les moyens légaux que leur confèrent les institutions. Il leur a posé la question de savoir quelles sont leurs préoccupations de l’heure pour qu’il puisse y faire face sans complaisance. Est-ce avec l’Etat que nous sommes, est ce avec les forces de l’ordre que nous gérons ? Nous sommes à l’écoute.

Le ministre de la sécurité publique est allé droit au but en soulignant qu’il lui a été sifflé à l’oreille que de nombreux fils du pays se passant pour des gendarmes ou des policiers sillonnent les sociétés dans le but de racketter les responsables. Parfois ils menacent les opérateurs économiques en donnant les noms de hautes personnalités de ce pays ou en brandissant leurs cartes professionnelles pour leur faire peur juste pour obtenir de l’argent etc… Il est instruit de tout cela et le Président de la République n’a jamais toléré de telles pratiques qui n’ont pour seul but que de ternir l’image de notre pays.  N’a-t-il pas dit que la récréation est finie ? Il n’y aura pas de demi-mesure pour les abus d’autorité exercés pour ces fils égarés auprès des opérateurs économiques encore moins auprès des commerçants libanais qui offrent et qui continuent d’offrir des opportunités à la population centrafricaine, ce dont nous sommes reconnaissants. Toutefois, le ministre a signifié à ses interlocuteurs qu’il leur sera présenté à temps opportun lorsque les besoins se feront sentir, d’apporter leurs concours moral et matériel comme ils le font déjà en tant que Centrafricains à part entière pour les uns et ceux qui ont accepté volontairement de prendre la nationalité centrafricaine pour les autres.

Le ministre Claude Richard Gouandjia a conseillé à ces opérateurs économiques de désigner leurs représentants pour la facilitation de l’information. En réponse, ils ont dit au ministre que pour l’heure les tracasseries ne manquent jamais. Pour une première prise de contact ils n’ont pas beaucoup de chose à dire mais dans l’ensemble ils ont exprimé leur regret par rapport à la question de la nationalité centrafricaine qu’ils obtiennent difficilement quand bien même beaucoup d’entre eux sont nés ici. Le ministre les a rassurés qu’il serait leur fidèle porte-parole auprès du Président de la République. Toutes les grosses pointures de la colonie libanaise en Centrafrique présentes à Bangui ont pris part à cette réunion.  

Le Citoyen n° 3643 du 20 juin 2011

 

NDLR : On pourrait facilement se laisser prendre aux bonnes intentions et à la démarche de ce ministre de Bozizé qui n’est autre que celui là-même qui avait créé à la veille des dernières élections, la tristement célèbre association politique « BOZIZE DOIT RESTER » en abrégé BDR. Il s’était particulièrement enrichi par le racket des sociétés de téléphonie, notamment Télécel, et la spoliation des revendeurs grossistes de cartes de crédit téléphoniques prépayées. C’est en révélant son manège malhonnête que Centrafrique-Presse s’était attiré les foudres de Claude Richard Gouandjia, à l’époque tout puissant agent de renseignement patenté de Bozizé au tristement célèbre Bureau National de Documentation(BND). Il avait tenté en vain de financer sur le web auprès de certains sites centrafricains qui avaient refusé ses offres, une vile campagne de dénigrement du Directeur de publication de Centrafrique-Presse.

On se souviendra que ce même Claude Richard Gouandjia avait aussi orchestré entre temps une mensongère campagne dans la presse nationale tendant à accuser les plus hautes autorités de Brazzaville et  de la France de chercher à renverser Bozizé du pouvoir.

 C’est ce même Gouandjia qui, devenu aujourd’hui ministre de la sécurité, de l’émigration-immigration de Bozizé qui l’a ainsi récompensé pour services rendus, vient tenter de faire croire qu’il va mener le combat contre les racketteurs des commerçants libanais. C’est sans doute l’hommage du vice à la vertu mais personne ne peut prendre un tel personnage au sérieux. Ses propos devant les commerçants ici rapportés par notre confrère signifient plutôt que ce ministre veut lui-même être le seul à opérer le racket de ces Libanais qui eux à leur tour les feront payer la note en bout de chaîne aux consommateurs centrafricains qui dépendent et continuent malheureusement de dépendre d’eux. Au demeurant, ces derniers ont clairement fait comprendre à Gouandjia que leur souci de l’heure n’était pas le racket mais la trop longue durée de leurs démarches pour acquérir la nationalité centrafricaine. Autrement dit, le ministre est hors sujet puisqu’il les a réunis pour poser un faux problème.  

Une phrase du ministre mérite quelques commentaires. Il a en effet déclaré : « beaucoup d’opérateurs économiques ont perdu leurs biens meubles et immeubles par la faute de certains Centrafricains avides de pouvoir ». De quels Centrafricains s’agit-il si ce n’est de son patron Bozizé lui-même dont les nombreuses tentatives de s’emparer du pouvoir par la force des armes ont mis la RCA à feu et à sang, occasionné des tueries, des destructions massives du faible tissu économique du pays. De quel avide de pouvoir veut-il parler si ce n'est du même Bozizé ?   

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:50

 

 

 

Wade et son fils

 

  Emeutes à Dakar contre la tentation monarchique de Wade

 

AFP-23/06/2011 à 21:17 - Le président sénégalais Abdoulaye Wade a décidé jeudi "de retirer" son projet controversé de réforme constitutionnelle sur l'institution d'un "ticket présidentiel", à huit mois de la présidentielle, qui a mis son régime face à une contestation d'ampleur marquée par des violences.

Le retrait du texte a été annoncé aux députés en fin de journée par le ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy, après des échanges souvent houleux entre les députés et de longues heures de heurts entre manifestants opposés au projet et forces de l'ordre à travers Dakar.

Le président Wade "a pris en considération vos préoccupations", il "a pris bonne note" de toutes les réactions et "il m'a chargé de retirer ce projet de loi", a déclaré le ministre Sy, suscitant des applaudissements nourris dans l'hémicycle où les parlementaires étaient réunis depuis le matin en séance plénière.

Il avait aussi "reçu des messages de partis et de chefs religieux", a précisé Cheikh Tidiane Sy, l'air grave.

Le projet de loi avait été adopté en Conseil des ministres le 16 juin, à huit mois de l'élection présidentielle de février 2012, à laquelle Abdoulaye Wade, 85 ans, est candidat.

Dans sa version initiale, le texte visait à modifier la Constitution pour permettre aux Sénégalais d'élire simultanément, dès 2012, un président et un vice-président sur la base d'un "ticket" qui, pour l'emporter, pouvait ne recueillir au premier tour que 25% des suffrages exprimés.

Ce minimum de voix pour une victoire au premier au premier tour était parmi les dispositions les plus décriées par les opposants au projet. Jeudi matin, à l'ouverture de la séance plénière, le ministre Sy avait annoncé que M. Wade avait décidé d'abandonner cette disposition pour conserver dans le projet la majorité absolue (50% plus une voix) comme minimum pour emporter l'élection au premier tour.

Pour ses détracteurs, à travers cette initiative, Abdoulaye Wade, arrivé au pouvoir en 2000, entendait se faire réélire avec peu de voix pour ensuite céder le fauteuil à son fils et "super" ministre, Karim, 42 ans.

Le texte sur le "ticket présidentiel" a mis le régime de M. Wade face à une contestation d'ampleur jamais égalée depuis onze ans.

Plusieurs manifestations, certaines marquées par des violences ont été enregistrées mercredi et jeudi. Les protestataires se sont faits entendre jusque dans le camp du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) et de ses alliés.

Des députés de la majorité avaient clairement indiqué leur refus de voter pour le texte. Et peu avant l'annonce du retrait du projet de loi, le chef du groupe parlementaire de la majorité, Doudou Wade, avait interpellé le ministre de la Justice sur la violente contestation du texte.

"Je voudrais que vous répondiez à toutes ces personnes qui ont dit qu'il y avait des problèmes dans ce texte et que la paix au Sénégal valait plus que ce texte", a-t-il lancé au ministre.

Les manifestations de jeudi ont fait plusieurs blessés, sans qu'il soit possible jeudi soir d'en établir un bilan global. Des journalistes de l'AFP ont décompté au moins six blessés aux abords ou à l'intérieur de l'Assemblée: un gendarme, un policier et quatre manifestants.

L'Agence de presse sénégalaise (APS, officielle), de son côté rapporté qu'un de ses journalistes "a dénombré dix blessés, dont un officier de police dans les manifestations" devant l'Assemblée nationale.

Autre blessé: une figure de la société civile, Alioune Tine, président de la Rencontre africaine des droits de l'Homme (Raddho), à la pointe de la contestation contre le projet de réforme constitutionnelle.

Il se trouvait en compagnie de l'ancien ministre des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio lorsqu'il a été attaqué par des présumés hommes de main d'un responsable du parti présidentiel, d'après la Raddho et le porte-parole de M. Gadio.

M. Tine "a été blessé et a été admis aux urgences" dans un hôpital proche de l'Assemblée, a précisé à l'AFP Iba Sarr, de la Raddho. M. Gadio en est sorti indemne, d'après son porte-parole Jean-Louis Corréa.

Des manifestants en colère ont pris pour cible des édifices publics ou symboles du pouvoir, des domiciles de responsables de la majorité présidentielle. Manifestations et interventions de forces de l'ordre ont fait ressembler Dakar par endroits à une ville morte, avec des services publics à l'arrêt, des transports perturbés, des commerces et boutiques fermés, sans piétons, marchands ambulants et véhicules qui se disputent habituellement les rues.

La France et les Etats-Unis avaient émis des réserves sur le projet de réforme.

"Les Etats-Unis sont préoccupés par le fait qu'une loi constitutionnelle, qui modifierait de façon aussi fondamentale le système utilisé pour élire le président du Sénégal depuis cinquante ans, ait été proposée sans faire l'objet d'un débat approfondi, significatif et ouvert", selon un communiqué de l'ambassade américaine à Dakar.

Paris s'est également dit "surpris" que la réforme constitutionnelle "n'ait pas été précédée d'une large concertation".

 

NDLR : Cette tentation de succession monarchique à laquelle veut succomber aussi Bozizé en Centrafrique doit être sévèrement mise en échec par les peuples.

 

 

Location de centrale de 50 MW : la BOAD accorde un prêt de 12 milliards

Dakar, 23 juin (APS) - La Banque ouest africaine de développement (BOAD) a accordé au Sénégal un prêt confessionnel de 12 milliards de francs CFA pour la location et l’exploitation d’une centrale clé à main de 50 MW fonctionnel dans deux mois, annonce le ministère chargé de l’Energie.

Cette centrale qui est constituée de groupes conteneurisés fonctionnant au fuel lourd de puissance unitaire de 1,5 MW, vient s’ajouter au 50 MW de location, signale la même source, dans un communiqué.

Le conseil d’administration de la BOAD qui s’est tenu mercredi à Dakar a également accordé un prêt de 10 milliards de FCFA à SENELEC, la société publique d’électricité, destiné au volet "transport-boucle 225 KV" du Plan TAKKAL.

‘’Le Sénégal devrait par ailleurs obtenir un financement de 35 milliards de FCFA du Fonds de développement de l’énergie (FDE) dont le conseil d’administration se tient vendredi prochain en marge du conseil d’administration de la BOAD’’, poursuit le texte.

Le FDE, signale-t-on, est créé par les Institutions communautaires (BCEAO, UEMOA et BOAD-agent d’exécution). Il a pour vocation de soutenir le redressement du secteur de l’énergie des pays membres.

Le Sénégal avait déjà obtenu l’aval du conseil d’administration du Fonds, en novembre 2010, pour le financement de la boucle 225 KV pour 35 milliards.

‘’Afin de renforcer rapidement ses capacités de production électrique, le Sénégal a demandé au fonds une réaffectation de ce financement pour réaliser l’acquisition d’une centrale conteneurisée de 70 MW d’où la nécessité de l’aval du conseil d’administration du vendredi’’, pour le communiqué.

‘’Les 10 milliards qui restent sont accordés au Sénégal dans le cadre du soutien du FDE pour l’année 2011. Ils sont destinés à financer la boucle 225 KV’’, indique le communiqué du ministère sénégalais de l’Energie.

Le Plan TAKKAL avait bénéficié, rappelle-t-il, le 27 mai dernier d’une enveloppe de 40,5 milliards de FCFA accordé par le conseil d’administration de l’Agence française de développement (AFD) la mise à niveau des capacités énergétiques au Sénégal.

‘’Le financement de l’AFD est destiné à la réhabilitation de toutes les centrales de la SENELEC et à l’achat de compteurs intelligents.’’

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:25

 

 

 

RCA-Chine.jpg

 

 

Par Zhang Weixing,

le 23/06/2011 à 17:52 (Xinhua) - La recherche constante de l'amélioration des conditions de vie de la population et l'esprit d'égalité entre les hommes constituent les fondements du Parti communiste Chinois (PCC), a déclaré l'ambassadeur de Chine en Centrafrique, Sun Haichao jeudi à Bangui, à l'occasion d'une rencontre avec les cadres du parti travailliste KNK (parti au pouvoir en RCA), en marge des festivités du 90eme anniversaire du PCC.

"Il faut édifier le parti pour l'intérêt public et gouverner pour le peuple. Le Parti communiste chinois maintient fermement le principe qui recommande d'exercer le pouvoir pour le peuple, prendre à coeur ses préoccupations et travailler dans son intérêt'', a relevé le diplomate chinois pour expliquer l'origine de la révolution chinoise avec les exploits du PCC.

Sun Haichao a expliqué que dans son ambition de maintenir la stabilité sociale au peuple chinois, le PCC s'efforce également d'harmoniser l'intensité des réformes, le rythme de développement et la capacité d'adaptation de la société au nouveau système de manière à assurer à la population une vie paisible, à la société un ordre stable et au pays une paix et une sécurité durables.

Dans le cadre des relations avec les pays du monde et surtout l'Afrique, le diplomate chinois a réitéré que la politique étrangère de la Chine prônée par le Parti communiste est le respect de l'indépendance des autres, à travers un "partenariat gagnant-gagnant". "Le Parti communiste chinois est d'avis que tous les pays, sur le plan politique, devraient se respecter et discuter d'égal à égal afin de favoriser ensemble la démocratie des relations internationales. Sur le plan économique, ils devraient coopérer pour une complémentarité mutuelle et veiller à faire évoluer la mondialisation économique dans un sens favorable à l'équilibre des forces, des bénéfices généralisés et gagnant-gagnant", a-t-il fait remarquer.

Selon Sun Haichao, "la Chine est le plus grand pays en développement" et "l'Afrique est le continent avec la plus grande concentration de pays en développement. Leur population réunie représente plus d'un tiers de la population mondiale". C'est pourquoi la Chine n'hésite pas, malgré ses propres défis de développement, à appuyer les pays africains. Parmi les actions de soutien à l'égard de la République centrafricaine, il a cité l'annulation d'une partie de la dette de la RCA, la formation des cadres centrafricains en Chine, la construction des infrastructures.

© Chine Nouvelle

 

NDLR : C’est franchement affligeant de constater que le Parti communiste chinois soit incapable de distinguer entre les valeurs du vrai travaillisme qui méritent effectivement respect et le pseudo travaillisme du KNK de Bozizé davantage destiné à illusionner son entourage, amuser la galerie et opprimer son peuple. Ce travaillisme de Bozizé ne mérite aucune considération. Est-ce à cause du pétrole centrafricain dont Bozizé a choisi d’en confier l’exploitation à la Chine que celle-ci par gratitude, lui fait autant de courbettes ? Ce n'est pas faire preuve de solidarité avec les peuples africains en lutte pour le developpement de leurs pays et contre la pauvreté que soutenir leurs pires bourreaux comme le dictateur sanguinaire François Bozizé en Centrafrique qui pétend par pure démagogie faire du travaillisme.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:11

 

 

 

afrique

 

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 23 Juin 2011 13:37

Depuis Janvier 2011, la République Centrafricaine n’a plus de représentation diplomatique en Côte d’Ivoire. L’Ambassade  est fermée et le  personnel  est revenu à Bangui des suites de la crise politique postélectorale dans le pays. Les expatriés centrafricains en Côte d’Ivoire, font face de plus en plus aux problèmes de délivrance  de papiers administratifs et d’authenticité des documents.

A l’heure actuelle, 75 Centrafricains qui sont en Côte  d’Ivoire ont opté pour un retour volontaire et la procédure de rapatriement est en cours. "Toutes les grandes écoles ont repris mais les étudiants ont de sérieux problèmes pour entrer en possession des documents leur permettant de poursuivre leurs études. Ils ont aussi besoin des documents de certification de leur papier", a affirmé Bernard Wagramalet expatrié centrafricain en Côte  d’Ivoire, joint au téléphone par Radio Ndeke Luka.

En plus de cette difficulté énoncée, il ajoute que les membres de la Commission électorale indépendante n’ont pas encore reçu leurs indemnités de prestation de service pour les élections présidentielles du 23 janvier dernier.

Bernard Wagramalet est l’invité de l’émission Le Centrafricain de la Diaspora. L’intégralité de cette interview sera diffusée le dimanche sur Radio Ndeke Luka.

 

NDLR : En réalité, cette ambassade n'avait d'ambassade que le nom et était en fait fermée depuis lontemps, incapable qu'elle était de faire face matériellement à un certain nombre d'obligations minimales d'une représentation diplomatiique digne de ce nom. La longue et grave crise qu'a connue l'Etat ivoirien lui-même n'a rien arrangé dans tout cela.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 16:23

 

 

 

 

Touadéra Faustin

 

 

400 milliards de CFA à la RCA, promesse ou engagement ?

Radio Ndéké Luka Jeudi, 23 Juin 2011 13:36

Les bailleurs de la République Centrafricaine lui ont-ils effectivement promis 10 millions de US (400 milliards de francs CFA) ? S’agit-il d’un engagement ferme ? Il est presque difficile de répondre à ces questions. En tout cas, aucun chiffre n’a été communiqué mercredi 22 juin 2011, par le Premier ministre Faustin Archange Touadéra avec sa suite, de retour de la table ronde de Bruxelles sur le pays.

A-t-il ainsi désavoué le ministre du développement rural Fidèle Ngouandjika, par ailleurs porte-parole du gouvernement centrafricain ? Car, Ce dernier avait confirmé  il y a 5 jours à la clôture des travaux le 17 juin, sur les ondes de Radio Ndeke  Luka, que la RCA recevrait de ses partenaires, 400 milliards de francs CFA.

Faustin Archange Touadéra a déclaré à son retour à Bangui, mercredi 22 juin, que le montant annoncé engageait la responsabilité de ceux qui l’ont indiqué. S’agit-il d’un désaveu de son porte-parole ? On peut le penser. Le Premier Ministre a ajouté devant les journalistes qui l’interrogeaient : « il y a eu des annonces fermes et engagements qui tiendront compte des programmations de ces institutions. Nous sommes très satisfaits du niveau de participation de nos partenaires, notamment l’Union africaine. Elle a d’ailleurs présenté les performances du pays et a plaidé son appui auprès des bailleurs ».

Des sources proches du cabinet de la primature ont affirmé la tenue urgente d’une conférence de presse pour dévoiler les résultats de ces assises en faveur de Centrafrique.

Signalons que cette table ronde a été inscrite dans le cadre de la 2ème génération du document de réduction de la pauvreté axée sur le développement du monde rural et l’agriculture comme moteur de la croissance pour la réduction de l’extrême pauvreté en Centrafrique.

 

NDLR : Le montant de 400 milliards de FCFA de promesses des donateurs à Bruxelles est sorti de l’imagination du porte-parole du gouvernement et est visiblement démenti par Touadéra qui lui, se contente seulement de parler « du niveau de participation de nos partenaires, notamment l’Union africaine ». Mais à ce que l’on sache, l’Union Africaine dont le président de la Commission il est vrai, était présent à Bruxelles, n’est pas un bailleur de fonds. Elle a juste « plaidé son appui auprès des bailleurs » comme le reconnaît Touadéra lui-même habituellement muet comme une carpe. Il est donc clair qu’au-delà des contorsions langagières des dignitaires du pouvoir, absolument rien de concret n’est sorti de la table ronde de Bruxelles car les conditions ne permettaient pas qu’il en sorte quelque chose de bon pour la RCA. Le reconnaître et le dire n’est pas comploter contre la RCA comme l’affirment les griots du régime. Le DSRP tel qu’il est géré en Centrafrique est juste un écran de fumée destiné à berner les pauvres Centrafricains qui n’ont plus que leurs yeux pour pleurer sur leur triste sort.  

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 01:03

 

 

 

 

Zingas Aurélien

 

 

Enquête exclusive C.A.P

Dans le cadre des festivités du cinquantenaire de la République centrafricaine dont le clou fut le grand défilé du 1er décembre 2010 sur l’avenue des Martyrs, une société de la place, REGICA, spécialisée en communication, a obtenu le marché de la couverture et diffusion en direct par satellite de ce défilé avec son partenaire 3 A TéléSud mais elle continue encore de courir après le reste de ce qu’on lui doit sur sa facture (20 millions de CFA soit 30489.8 euros) arbitrairement ponctionnés par le ministre Simplice Aurélien Zingas. REGICA avait également fait venir à Bangui plusieurs journalistes étrangers et organisé plusieurs séances d’interview de Bozizé à cette occasion.

Les choses se sont déroulées à peu près normalement sauf que le Directeur Général de REGICA a été obligé à la dernière minute d’affréter un avion privé pour aller à Libreville ramener une valise satellitaire et le technicien chargé d’effectuer le travail nécessaire à la retransmission en direct du fameux défilé du 1er décembre. Tout cela a représenté un certain coût que REGICA a dû supporter même si le tout a pu entrer parfaitement dans le cadre de la facture pro forma sur la base de  laquelle le marché lui a été attribué.

Alors que REGICA s’attendait à ce que l’acompte sur sa facture soit versé par virement bancaire conformément aux pratiques en la matière, son DG a eu la désagréable surprise de constater que c’est le ministre de la jeunesse et des sports de l’époque, Simplice Aurélien Zingas qui lui passe un coup de fil pour l’informer de ce qu’il avait en sa possession la rondelette somme de 80 millions de F CFA, soit 121.959.21 d’euros à lui remettre contre décharge en bonne et due forme.

Le ministre Zingas avait effectivement réussi, sans doute avec quelques complicités haut placées au bloc finance et au trésor, à faire décaisser et remettre à lui en espèces sonnantes et trébuchantes, les 100 millions de F CFA soit 152.449 euros représentant la totalité de la facture de REGICA. Là où le bât blesse, c’est que sieur Zingas a soutiré au passage la bagatelle de 20 millions de CFA soit 30.489.8 euros.

Ne voulant pas en rester là, le DG de REGICA saisit le gouvernement par courrier pour exiger le règlement du solde de sa facture soit la somme de  20 millions de CFA soit 30.489.8 euros. Dès lors, le problème fut porté à la connaissance de Bozizé en personne et inscrit à l’ordre du jour du conseil des ministres afin de trouver une solution. Cela donne au passage une exacte  idée de la hauteur des sujets inscrits à l’ordre du jour des séances du conseil des ministres sous le règne de Bozizé. 

Au lieu de faire le constat de la prédation et du vol effectué par le ministre Zingas et d’en tirer les conclusions qui s’imposent, Bozizé va tourner en rond et c’est le DG de REGICA que certains membres du gouvernement vont même jusqu’à accuser d’être un escroc alors que dans cette affaire, c’est plutôt lui qui a été victime d’un vol occasionné par un ministre. Pour finir aucune décision digne de ce nom ne sera retenue à l’issue du conseil de ministres. Le DG de REGICA que Centrafrique-Presse a interrogé dans le cadre de cette investigation est déterminé à entrer en possession de son argent et compte s’il le faut ester en justice et réclamer le paiement de dommages et intérêts. Cela fait déjà sept mois que dure cette histoire de vol réalisé par un ministre. Il est par ailleurs convaincu que Zingas a dû sans doute partager cet argent qui ne lui était pas destiné mais qu’il a soutiré, avec d’autres membres du gouvernement, au moins deux autres dont il n’a pas voulu nous communiquer les noms mais au sujet desquels nous avons une petite  idée.

A noter en outre qu’entre temps, selon nos informations, le même Zingas a également réussi à acheter un siège de député dans le 6ème arrondissement de Bangui lors de la mascarade électorale du 23 janvier dernier, contre une enveloppe de 5 millions de F CFA soit 7622.45 euros sans doute remise au président de la CEI, le nullissime et vrai faux pasteur Joseph Binguimalé.

Ainsi, l’assemblée nationale est transformée en repaire de voyous où des voleurs et autres délinquants notoires de la République comme naguère Patrice Edouard Ngaissona et autre Pierre Abraham Mbokani et aujourd’hui Simplice Aurélien Zingas, se retrouvent pour tenter d’échapper à la justice en bénéficiant des immunités parlementaires. Dans le cas de Zingas dont il est établi qu’il a volé de l’argent qui ne lui appartient pas, malgré l’illégitimité de l’actuelle chambre parlementaire, la justice doit inévitablement passer car nul n’est au-dessus de la loi. Aux dernières nouvelles, Zingas se trouverait quelque part en région parisienne pour dit-on deux mois en vacances en France.    

Rédaction C.A.P

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 00:57

 

 

 

Boziz--31-d-c-07.jpg 

 

      "Je n'ai rien ramené de Bruxelles, j'ai juste vendu mes diamants"

 

 

touad3

 

           Faustin Touadéra où le vieux nègre et la médaille

 

C’est ce mercredi 22 juin que le Premier Ministre Touadéra et le plus gros de la troupe des membres du gouvernement centrafricain partis vadrouiller à Bruxelles le week-end dernier, ont embarqué à bord du vol régulier hebdomadaire d’Air France pour regagner Bangui.

Voici approximativement reconstituée la composition de la délégation centrafricaine qui a pris part à la fameuse table ronde de Bruxelles des 16 et 17 juin 2011. Cette liste est évidemment non exhaustive car nos investigations ne nous ont pas permis d’y inclure les noms de certains collaborateurs et techniciens des ministères tout aussi nombreux que les ministres eux-mêmes. Il faut tabler en tout sur plus d’une trentaine de personnes.

Selon nos informations d’une source crédible auprès de la délégation, même le Quai d’Orsay, ministère français des affaires étrangères auprès duquel une demande globale de visas a été déposée, a été effaré par cette pléthore de ministres et n’a pas hésité à le faire observer aux plus hautes autorités centrafricaines. Non seulement presque la moitié du gouvernement s’est rendue à Bruxelles mais on note également du fils de Bozizé Socrate, ainsi que la présence d’anciennes ministres à la réputation sulfureuse comme Mme Solange Pagonendji Ndakala alias « Arome MAGGI », Mmes Bernadette Sayo, Béatrice Epaye, ou encore Eliane Mokodopo et Joséphine Dejean, invitées dit-on dans le cadre genre, tout cela aux frais de la présence.

Cette promenade de santé aurait coûté au trésor public du pays, selon certaines sources d’informations dignes de foi, la bagatelle de 135 millions de F CFA soit 205.806.17 d’euros compte non tenu des charges de l’avion spécial de Bozizé et sa propre délégation. Avant de gagner Bruxelles, Bozizé aurait reçu pour un entretien le Secrétaire Général de l’OIF, l’ancien président sénégalais Abdou Diouf ainsi que André Parent, le Conseiller Afrique du président Nicolas Sarkozy. Sans présumer du contenu de ces deux entretiens, on peut valablement imaginer que la crise postélectorale née du hold-up de Bozizé et la forte tension sociale actuelle en Centrafrique avec ses conséquences dans certains pays voisins ont dû sans doute bien figurer à l’ordre du jour.

La Rédaction C.A.P

 

Délégation officielle centrafricaine ayant pris part à l'excursion de Bruxelles

Président de la République

1°) François Bozizé

Premier Ministre

2°) Faustin Archange Touadéra

Ministres et ministres délégués

3°) Sylvain Maliko (Ministre d'Etat chargéde l'Economie et du Plan)

4°) Sylvain Ndoutingaï (Ministre d'Etat chargé des Finances et du Budget)

5°) Anicet Parfait Mbay (Ministre d'Etat aux Transports)

6°) Fidèle Ngouandjika (Ministre d l'Agriculture)

7°) Firmin Feindiro (Ministre de la justice et de la moralisation, Garde des Sceaux)

8°) Emmanuel Bizot (Ministre des Eaux et Forêts, Chasses et Pêches)

9°) Mme Marguérite Pétrokoni(Ministre des Affaires sociales)

10°) Mme Marylin Rosalem (Ministre du Commerce)

11°) Mme Dorothée Malenzapa (Ministre de la Coopération) 

12°) Mme Sylvie Mazoungou (Ministre du Tourisme)

13°) Youssoufa Yérima Mandjo (Ministre délégué à l'Elevage)

14°) Jean Francis Bozizé (Ministre délégué chargé de la défense)

 

NDLR : C'est en raison de sa présence à N'djaména pour la préparation du sommet des chefs d'Etat de la CEEAC qui devait se tenir dans cette ville mais qui a finalement été reporté que le général Antoine Gambi, Ministre des Affaires étrangères  n'a pu faire partie de la délégation. 

 

Anciens ministres et « invitées genre »

16°) Albert Besse

17°) Mme Solange Pagonendji Ndakala

18°) Mme Béatrice Emilie Epaye

19°) Mme Bernadette Sayo

20°) Eliane Mokodopo

21°) Mme Joséphine Dejean

Député et fils de Bozizé

22°) Socrate Bozizé

Autres collaborateurs et participants

23°) Pétrokoni Zézé

24°) Kosse

25°) Grébada Dircab adjoint PM

26°) Rangba DG Protocole d’Etat

27°) Dallin Directeur Protocole PM

28°) Aide de camp du PM

29°) Agent sécurité (Renseignement)

30°).......

Plusieurs autres collaborateurs et techniciens de certains ministères sont à rajouter à cette liste ainsi que les chargés d’affaires et d’autres fonctionnaires auprès des ambassades de la RCA à Paris et Bruxelles. C’est ainsi que le pouvoir de Bozizé dilapide l’argent du peuple centrafricain. Ce qui est encore plus sidérant, c’est que cet argent n’at servi à rien puisque de cette table ronde, rien, absolument rien ne profitera à la RCA contrairement aux grossiers et éhontés mensonges du porte-parole du gouvernement qui a osé prétendre que des promesses de 400 milliards de F CFA auraient été faites par les bailleurs. Faux ! Archifaux ! 

C.A.P  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 22:17

Baba Laddé 

 

 

 
(Le Confident 22/06/2011)

 

 Le Lundi de Pentecôte 13 juin 2011, le Médiateur de la République du Tchad, M. Aberaman Moussa et le président du Front Populaire pour le Redressement (FPR), le général Adelkader Baba Ladé, signaient à Bangui un accord de paix en vue du retour des combattants du FPR au Tchad.

Dans le communiqué conjoint qui a sanctionné les négociations, les engagements du FPR à travers son chef historique, Baba Ladé, ont été sans équivoque : - Le Front Populaire pour le Redressement (FPR) accepte sans réserve la main tendue du Président de la République du Tchad– Le FPR renonce à tout acte de belligérance ainsi qu’à toute déclaration fussent-ils par voie de presse ou autre - Le FPR s’engage à adopter un comportement compatible avec les lois et règlements qui régissent le comportement des étrangers sur le territoire centrafricain- Les deux délégations reconnaissent et conviennent de la nécessité d’un délai n’excédant pas un mois pour permettre au FPR de faire adhérer l’ensemble du mouvement au processus de paix engagé à Bangui. A l’issue de ce délai, les deux délégations détermineront d’un commun accord un lieu de rencontre pour parachever l’accord.

Des combattants habitués aux trafics juteux

L’espoir était là et tout le monde croyait enfin à la sincérité du Front Patriotique pour le Rassemblement (FPR) du général Adel Kader Baba Laddé. Mais ces engagements du leader du FPR étaient pris sans compter avec les humeurs de la base du mouvement. Dès l’annonce de la signature de l’accord avec les autorités tchadiennes, les combattants du FPR, habitués aux trafics juteux en tous genres en République Centrafricaine, n’ont pas fait mystère autour de leur mauvaise humeur. Les hommes du FPR, installés dans leur base de Takara et Gondavo depuis 2008, ont construit des maisons, épousé des femmes et ont transformé leur zone d’influence en une sorte de bunker infranchissable aux étrangers. De leur base, ils opéraient par des expéditions punitives jusqu’à Mbrés et s’aventuraient jusque dans le Bamingui-Bangoran pour des rapts de bétail ou pour rançonner les éleveurs de cette localité. En un mot, « ils se la coulaient douce ». Mais cette présence des hommes du général Baba Laddé dans la Nana-Gribizi n’a jamais été du goût des dirigeants de l’Armée Populaire pour la Restauration de la Démocratie (APRD) dans la zone. Le président de l’APRD, M. Jean Jacques Démafouth, avait qualifié cette présence d’ombrageuse, car il s’agissait des troupes rebelles contre le gouvernement d’un pays ami, sur notre territoire. Le colonel Maradas Lakoué, le commandant de zone (Comzone) de l’APRD, avait exigé le départ des éléments du Front Patriotique pour le Redressement de Baba Laddé. Les relations entre l’APRD et le FPR ont toujours été tendues.

Des affrontements particulièrement violents

Pointant du doigt l’APRD qui serait à la base de la décision de leur départ du territoire centrafricain, les combattants du FPR ont déclenché des hostilités contre les bases de l’APRD dans la Nana-Gribizi. Ils se sont d’abord rendus à l’Etat-major de l’APRD à Kaga-Déré. Au cours de cette attaque surprise à laquelle personne ne s’attendait, les ex-rebelles de l’APRD ont été mis en débandade et le FPR a pris quelques-uns en otage. Ceux qui ont réussi à se dégager ont trouvé refuge à Kaga-Bandoro. Poursuivant leur expédition punitive, les combattants du FPR ont abattu un officier de l’APRD au village Croisement, à 24 Km de Batangafo. Par ailleurs, au cours d’affrontements particulièrement violents, deux morts ont été enregistrés à Bolto et un autre à Boubou dans la commune de Grévaye. Cette situation a beaucoup terrorisé la population de la région. Informé de la gravité de la situation, l’Etat-major des Forces Armées Centrafricaines n’a pas tardé à réagir. Le vendredi 17 juin, le Chef d’Etat-major général des armées, André Mazi, s’est personnellement rendu à Kaga-Bandoro pour ramener l’ordre. Ces hostilités ont cessé. Le général André Mazi, sur un ton ferme, a donné un mois aux éléments de Baba Laddé de quitter la Nana-Gribizi, conformément aux dispositions de l’accord que le FPR a signé à Bangui le 13 juin 2011 avec les autorités tchadiennes. L’ordre et le calme sont certes revenus dans la Nana-Gribizi, notamment dans la sous-préfecture de Kaga-Bandoro, mais la psychose des affrontements de ces derniers jours demeure. Cette situation augure déjà des difficultés qui risquent de compliquer le parcours du retour des combattants du FPR au Tchad, car demain ne sera pas comme hier sur un territoire qu’on croyait conquis.


Sereze

© Copyright Le Confident

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 22:14

 

 

 

 

soldat-ONUCI.jpg

 

LEMONDE.FR avec AFP | 22.06.11 | 09h16  •  Mis à jour le 22.06.11 | 10h53

Amnesty International dénonce, mercredi 22 juin, la détention sans aucune charge de dizaines de partisans de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. "C'est loin d'être un début encourageant pour la présidence d'Alassane Ouattara", pointe Véronique Aubert, directrice adjointe de l'ONG pour l'Afrique, citée dans un communiqué.

Deux mois après l'arrestation de Laurent Gbagbo par les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) de M. Ouattara à l'issue d'affrontements sanglants, "les autorités ivoiriennes détiennent au moins cinquante personnes sans charge, parmi lesquelles figurent des hommes politiques de haut rang", précise l'organisation de défense des droits de l'homme. Au moins "vingt et une" sont retenues à l'hôtel La Pergola d'Abidjan, selon l'ONG.

Et, ajoute Véronique Aubert, "la présence de soldats de l'ONU devant l'hôtel où des partisans supposés de Laurent Gbagbo sont détenus arbitrairement soulève de troublantes questions."

"DEGRÉ DE SUPERVISION"

Plusieurs des personnes détenues à l'hôtel "ont été battues par les FRCI (...) au moment de leur arrestation, dont l'une assez violemment pour avoir perdu connaissance", poursuit le texte.

Et l'ONG de déplorer : "Des soldats français [de la force Licorne déployée sans la bannière de l'ONU] et de l'Onuci [mission de l'ONU en Côte d'Ivoire] étaient présents au moment de ces arrestations et du transfert des détenus à l'hôtel, mais n'ont rien fait pour empêcher ces mauvais traitements." Car, si les FRCI sont en charge de la sécurité à l'intérieur du complexe hôtelier de La Pergola, relève Amnesty, des casques bleus de l'Onuci sont postés devant l'hôtel pour la sécurisation à l'extérieur du bâtiment. "Cela signifie qu'ils [les casques bleus] exercent un degré de supervision concernant les personnes autorisées à y entrer."

Amnesty appelle les autorités ivoiriennes à inculper les personnes détenues ou à les "libérer immédiatement", et appelle l'Onuci à s'assurer que ses soldats ne sont pas impliqués "dans la sécurisation de centres où des personnes sont détenues illégalement".

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE