Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 03:00

 

 

Ndomby.jpg

 

 

 

Les élections Présidentielle et Législatives annoncées de Janvier et Mars 2011 devront être un point de rupture indispensable consacrant pour notre Pays un véritable nouveau départ lui permettant d’amorcer son développement son bien être social économique et politique.

 

La situation post-électorale en CÔTE D’IVOIRE doit nous interpeller profondément.

Elle pose avec force la question centrale du respect des Institutions de l’Etat qui incarnent la Souveraineté et de nos règles. L’élection Présidentielle est un acte de souveraineté qui ne saurait s’accommoder d’incertitudes dans son organisation.

 

Le Forum démocratique pour la modernité (FODEM) a déjà eu l’occasion de s’interroger sur le processus électoral en cours et pour lequel il a attiré l’attention sur la nécessité de prendre en compte les difficultés à réaliser un recensement en période de crises et notamment de crises politico-militaires. Nous avions même pris l’exemple de la CÔTE D’IVOIRE qui, aujourd’hui, malgré la nature consensuelle exceptionnelle de son processus électoral, connaît des difficultés gravissimes depuis la proclamation des résultats par son Conseil Constitutionnel.

 

Forts de nos analyses et renforcés dans ce que nous avions déjà dit, il y a quelques mois, nous demandons à la représentation nationale de proposer au Chef de l’Etat le report responsable des élections générales annoncées dans notre Pays.

 

Lorsqu’à moins d’un mois des élections générales, le code électoral n’est pas respecté, il n’est pas responsable de laisser faire. Ni les listes électorales, ni les bureaux de vote ne sont à ce jour publiés alors que leurs publications devaient déjà être connues depuis plus d’un mois comme le stipule le code électoral. Les cartes d’électeurs ne sont toujours pas distribuées, sans compter les conflits qui naîtront de tout ce processus et qui devront être réglés avant les élections.

 

Le FODEM demande au Conseil Constitutionnel qui est l’arbitre politique de recadrer le processus en sifflant les fautes dès maintenant.

 

Le FODEM, très attaché à un processus électoral pacifié qui doit contribuer à l’apaisement d’un Pays aujourd’hui coupé en deux, avec huit (8) Préfectures sur seize (16) sous contrôle de différents mouvements rebelles, lance un appel à tous les Partis Politiques engagés dans le processus électoral afin qu’ensemble nous aidons à sauver un processus dont l’issue semble fortement vouée à un échec certain et dont les conséquences risqueraient de nous ramener  quelques décennies en arrière.

Le FODEM demande un report responsable de ces élections générales dont le processus est allègrement bafoué parce que ne reposant plus sur le code qui le régit, c'est-à-dire le code électoral.

 

A vouloir organiser les élections au forceps, la Commission Electorale Indépendante (CEI), seule responsable de l’organisation de ces élections, prendra le risque d’installer notre Pays dans une longue période d’instabilité et d’incertitudes, ce qui donnerait exactement le contraire de ce que tout le Peuple attend de ces mêmes élections. Comment ne pas s’interroger sur le désordre qui règne quant au processus électoral Centrafricain lorsque nous sommes témoins de ce qui se passe actuellement en CÔTE D’IVOIRE ?

 

Le FODEM réaffirme sa volonté de voir le programme Désarmement Démobilisation Réinsertion (DDR) et la Paix devenir une réalité dans toutes les Préfectures Centrafricaines avant la tenue des élections et dans le respect du code électoral. Le non désarmement des mouvements rebelles rend aléatoire le déploiement de l’administration, des commissaires de la CEI et des différents représentants officiels sur tout le territoire national. Et que dire des candidats eux-mêmes qui devront battre campagne partout sur le territoire national ?

 

Dans moins de deux semaines, la campagne électorale devra être lancée conformément au chronogramme proposé par la CEI et au code électoral. Il est inimaginable de considérer que la situation actuelle du processus électoral permet le début d’une campagne électorale et la tenue des élections en Janvier 2011.

 

 L’insécurité reste une réalité dans plusieurs localités Centrafricaines.

L’humilité comme marque de respect des lois et règlements nous dicte d’avoir le courage d’avouer qu’en Centrafrique, l’organisation des élections, l’insécurité et le non respect du code électoral ne permettent pas de convoquer les électeurs à aller voter le 23 Janvier 2011.

 

Par ailleurs le FODEM dénonce la signature de l’accord politique par Monsieur Jean Garba OUANGOLE qui engagerait notre Parti politique à soutenir le candidat du KNK, Parti au pouvoir, à la prochaine élection Présidentielle.

 

Cet engagement mépriserait le combat démocratique et le sens de l’Honneur qui devrait habiter tout homme épris de Justice et de Paix au regard des récents évènements tristes caractérisés par la disparition de Charles MASSI, Président fondateur du FODEM, pour laquelle une plainte est déposée et jugée recevable par ailleurs.

Le FODEM s’interroge d’ailleurs sur les véritables raisons d’un tel accord avant même le premier tour de l’élection.

 

Le FODEM note que cet accord dans son article 4  prévoit que le candidat de la majorité, c'est-à-dire le candidat du KNK, le général François BOZIZE, Chef de l’Etat, s’engage à mettre à la disposition des partis signataires les moyens et les supports nécessaires à la réalisation d’une campagne électorale permettant d’assurer sa victoire à l’élection présidentielle.

 

Il ne peut y avoir de Majorité Présidentielle qu’au travers d’une Majorité Parlementaire.

Un parti politique qui n’a pas de députés au parlement est de facto exclu de la Majorité Présidentielle, puisqu’il n’existe pas au Parlement et donc dans la Majorité Parlementaire.

La Convergence KNK devenue un parti politique aura besoin de gagner largement des places au Parlement pour ne pas dépendre des députés volatiles des autres partis. Comment imaginer une seule seconde que le KNK parti politique, finance sa propre campagne électorale via les partis dits de la Majorité Présidentielle ?

 

Notre Pays a besoin de partis politiques solides, des partis politiques avec un programme, des convictions et des valeurs. Nos partis politiques doivent être incarnés par des hommes et des femmes aux valeurs et convictions qui les placent au dessus de tout calcul personnel et comportements nuisibles, contraires à l’intérêt supérieur de la Nation.

 

On ne peut pas vouloir être toujours du côté où coulent le miel et le lait en se reniant en permanence. Notre Pays a besoin d’hommes et de femmes capables de montrer le chemin et de le conduire sur le parcours parfois difficile, mais parcours qui conduit à la Justice, à la Paix, à l’Unité, à la Prospérité. Nos différentes formations politiques ont contribué par la passé à freiner l’épanouissement politique et démocratique de notre Pays, empêchant l’alternance politique démocratique.

L’heure est venue de tout mettre en œuvre pour garantir à notre Pays un paysage politique bénéfique pour son devenir.

 

Le candidat qui gagnera devra mettre de l’ordre dans ce marché de confiseries où on change de stands selon les goûts du moment.

Quel que soit le Vainqueur de l’élection Présidentielle, il aura besoin de travailler en présence de formations politiques responsables, capables de critiques constructives et donc de propositions participatives dans le respect de notre Constitution et des convictions politiques respectives.

En l’état actuel des positionnements des partis, il est à redouter que le conglomérat des partis dont on se demande d’ailleurs pourquoi n’ont-ils pas fusionné avec le KNK n’est qu’une stratégie de survie qui ne repose sur aucun projet commun de société à réaliser, ni sur aucune idéologie partagée ou similaire.

 

Le FODEM attend jeter les nouvelles bases de son devenir en mutation et ne peut accepter la perpétuation des comportements non-conformes à son règlement et ses statuts.

 

Lors de la célébration du cinquantenaire de notre indépendance, la flamme a été symboliquement transmise à la jeunesse, la jeune génération par le Chef de l’Etat.

 Il va maintenant falloir accepter de passer progressivement le flambeau politique pour rester cohérents. C’est un devoir.

 

En cette fin d’année qui a marqué le cinquantenaire de notre indépendance, nous avons le devoir responsable de nous interroger sur notre Souveraineté. Seules nos Institutions Républicaines incarnent notre Souveraineté Nationale. De cette souveraineté découlent des actes qui lui sont attachés, parmi lesquels l’organisation des élections nationales.

 

Si les informations connues sont avérées, le FODEM demande au Chef de l’Etat, le général François BOZIZE, Chef de l’Etat, de renoncer à l’idée de confier la sécurisation des élections à venir aux forces armées Congolaises de la République démocratique du Congo (RDC).

Le procès de Jean Pierre BEMBA au Tribunal Pénal International (TPI) ne peut autoriser une telle demande de la part des autorités Centrafricaines par respect pour les victimes.

 

 

Fait à PARIS, le 30 Décembre 2010.

Saturnin NDOMBY

Président du FODEM

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 02:48

 

 

AMO.jpg

 

Libreville, jeudi 30 décembre 2010  AFP  - L'opposant gabonais André Mba Obame dit AMO, de retour à Libreville après cinq mois passés en France, a été accueilli jeudi par environ 2.000 sympathisants à qui il s'est présenté comme le "président élu" du Gabon et à qui il a promis "toutes les hypothèses" pour 2011.

Au Gabon, "nous sommes dans une situation comme en Côte d'Ivoire où il y un président élu et un président légal", a affirmé Mba Obame qui a toujours contesté les résultats de la présidentielle d'août 2009 officiellement remportée par Ali Bongo Ondimba.

La Cour constitutionnelle avait après un long contentieux validé en octobre l'élection du fils du président Omar Bongo Ondimba. S'appuyant sur un documentaire diffusé par France 2 en décembre, AMO revendique une victoire avec 42% des voix.

"Nous, à l'Union nationale, nous sommes respectueux des institutions mais nous disons aussi que dans toute république qui se respecte la légitimité prime sur la légalité", a-t-il poursuivi.
"C'est le peuple seul qui donne la légitimité à travers les élections. La Cour constitutionnelle peut proclamer quelqu'un qui va avoir un semblant de légalité mais très vite il faut que la légitimité et la légalité se retrouvent sur un même homme. Nous allons nous y atteler. Je vous le dis fermement: toutes les hypothèses sont sur la table", a-t-il lancé, déclenchant un tonnerre d'applaudissements, mais sans préciser quelles étaient ces "hypothèses".

AMO a aussi pris la communauté internationale à témoin: "Presque indifférente à la volonté du peuple gabonais de choisir librement ses dirigeants et privilégiant le diktat de la Cour Constitutionnelle, la communauté internationale affirme depuis quelques semaines avec fermeté, une fermeté insoupçonnée, la nécessité de respecter le seul choix des peuples: place donc au président réellement élu par le peuple, et dehors les présidents (désignés) par les Cours constitutionnelles".

"Maintenant que vous êtes debout, il ne faut pas s'asseoir", a-t-il encore lancé à la foule.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 02:41

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

 

Ceeac : deux unités supplémentaires de gendarmerie pour sécuriser l’élection présidentielle en République Centrafricaine


DOUALA (Cameroun) (Xinhuanet 30/12/2010)- Deux unités supplémentaires de gendarmerie seront déployées en République Centrafricaine en vue de l'élection présidentielle du 23 janvier 2011, apprend Xinhua du chef de la composante police-gendarmerie de l'état-major régional de la Force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC), le colonel Bellarmin Ndongui.

De passage à Douala, au Cameroun, le colonel Bellarmin Ndongui précise que ces unités fortes de 250 hommes viennent renforcer les 500 éléments déjà présents dans ce pays d'Afrique centrale.

Ces gendarmes font partie de la Mission de conseil de paix et de sécurité d'Afrique centrale (MICOPAX), un mécanisme sous la houlette de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC). A ces ressources humaines s'ajouteront des moyens aériens.

« Il faut être capable de déployer les forces de sécurité et le matériel électoral à n'importe quel coin du territoire. En plus, les urnes doivent être rapidement sécurisées et acheminées au quartier général de la commission électorale, à Bangui », souligne Bellarmin Ndongui.

Il ajoute sans autre précision que des Etats de la sous-région ont répondu favorablement à la demande d'avions de la CEEAC.

Le dispositif, qui se mettra en place au début de janvier 2011, fera au préalable l'objet d'un accord technique entre la CEEAC, la RCA et les autres acteurs impliqués dans le processus politique.

Depuis 2009, la CEEAC a remplacé la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) dans la gestion crise politique en RCA à travers la MICOPAX.

Le premier mandat de cette dernière, lors de sa création le 12 juillet 2008, était la stabilisation de la situation militaire.

Elle s'attelle actuellement à la consolidation, en se chargeant de l'accompagnement du processus politique et la réforme des institutions, la gestion de la sécurité publique quotidienne et la reconstruction économique et sociale de la République Centrafricaine.

© Copyright Xinhuanet

 

Centrafrique : Le Premier ministre fait le bilan de son président

Ai- Rca- Jeudi, 30 Décembre 2010 11:52  « J’ai décidé de mettre  à la disposition de la presse de bonnes informations. Des informations vraies sur la situation du pays, les reformes entreprises et les résultats obtenus» Cette déclaration a été faite le 24 décembre par le Premier ministre Faustin Archange Touadera, à l’ouverture de la série de  conférence bilan des  5 années du régime Bozize.

 Dans les propos liminaire du chef de gouvernement,  l’accent  a été mis sur trois points à savoir : la situation politique, socioéconomique et les actions engagées en faveur de la paix sociale.

« La situation politique en Centrafrique reste marquée par la volonté du gouvernement de continuer à  appliquer les recommandations issues du dialogue politique inclusif tenu en décembre 2008, en particulier les aspects liés à l’exécution du programme de désarmement, démobilisation et réintégration et les préparatifs en vue de l’organisation des élections de janvier 2011 » a souligné le chef du gouvernement.

Selon  Archange Touadera, le Désarmement Démobilisation Réintégration (DDR)  et le processus électoral ont fait partie intégrante des recommandations issues du Dialogue Politique inclusif (DPI) visant à « intégrer tous les mouvements politico-militaires au processus politique afin de rétablir la sécurité et de promouvoir la réconciliation nationale »

Parlant du DDR, le chef du gouvernement a clairement spécifié que, le la phase de vérification des ex-combattants est achevée dans le Nord-Ouest en dépit des réticences des quelques groupes armés à rejoindre le processus de la paix et c’est ce qui explique les dernières attaques de Birao et dans le Nord-Est.

En ce qui concerne le processus électoral, à un mois de la tenue de ces scrutins, a-t-il dit, le gouvernement se félicite de l’appui de la communauté internationale depuis le début du processus. Et selon lui, tout le monde sait que quelques soucis étaient apparus dans le processus mais au jour d’aujourd’hui tous les obstacles sont désormais levés et il ne « reste qu’à la commission Electorale Indépendante de poursuivre ses efforts pour tenir le calendrier établi et régler rapidement les derniers problèmes techniques et logistiques qui s’observent encore ».

« Le gouvernement a mis en place d’importantes mesures pour faciliter le recouvrement des recettes fiscales et améliorer la gestion des dépenses publiques. Les dettes envers les banques commerciales font actuellement l’objet d’une renégociation fondée sur la consolidation des divers emprunts contractés en un seul emprunt à des conditions plus favorables » a précisé M Touadera, abordant  la situation socioéconomique.

Toutes ces réformes, selon lui, ont permis à la République Centrafricaine d’atteindre le point d’achèvement de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et  ont indéniablement ouvert la voie à un allègement de la dette de la part des institutions multilatérales.

Evoquant le dernier point, le gouvernement sous la direction du président de la république, a mis un accent particulier sur l’homme comme étant l’épicentre du développement. « Et pour cette raison, le gouvernement qu’il dirige  a tout fait pour assurer son épanouissement et son bien-être en lui  versant régulièrement son salaire », a-t-il déclaré.

« Le gouvernement est en train d’examiner la question de l’harmonisation des salaires pour réduire les écarts que l’on constate aujourd’hui. De même il a soumis à l’assemblée nationale dans le projet de loi des finances, une proposition visant à poursuivre le processus de déblocage de salaire » a renchéri l’orateur.

Pour les fonctionnaires admis à faire valoir leurs droits à la retraite, le gouvernement a réussi à assainir la situation des pensions des retraites.

Il convient de préciser que, cette série de conférence bilan qui a commencé le 24 décembre avec  le premier ministre se poursuivra dans tous les départements ministériels  et prendra fin le 31 avec le discours bilan du président de la république, ceci à la veille de la Saint Sylvestre.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Pourquoi Bozizé ne dresse-t-il pas lui-même son bilan de plus de sept années à la tête du pays alors même qu'il est candidat à sa propre succession et se décharge sur le pauvre Touadéra qui n'a servi qu'à inaugurer les chrysantèmes et dont on connaît à peine le timbre de la voix ?

 

Insécurité et hausse des prix plombent la Saint-Sylvestre en RCA

Radio Ndéké Luka Jeudi, 30 Décembre 2010 13:45

La hausse du prix des denrées alimentaires notamment le manioc et la viande de bœuf rend moroses les préparatifs de la fête du nouvel an à Bouar (ouest du pays). Ce constat se traduit par une faible fréquentation des marchés et une ambiance timide dans les foyers.

C’est le correspondant de Radio Ndeke Luka, qui le relève ce jeudi 30 décembre 2010. Il indique que certains paysans déclarent réussir cette fête malgré les difficultés rencontrées.

Dans la préfecture de haut Mbomou (est de Centrafrique), l’heure est plutôt à  la fièvre et ambiance festives. D’après le correspondant de Radio Ndeke Luka, la population se prépare activement en dépit de fausses alertes d’attaques de la ville par les éléments de l’Armée de Résistance pour le Seigneur.

Il mentionne que les habitants font leurs emplettes et récoltent les vins de palme pour la circonstance.

Par ailleurs à Nola (ouest), le temps est au bilan des activités de l’année qui s’achève dans tous les secteurs. Le souci des cultivateurs de la localité, est de réfléchir sur l’acquisition de nouvelles plantations et matériel agricole, au lieu de réfléchir sur la fête.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 02:37

 

 

Son décès est survenu le mardi, 28 décembre 2010 des suites d’une courte maladie à l'Hôpital européen Georges Pompidou à Paris.

Ce jeune chanteur centrafricain est un de ceux qui se sont battus pour faire leur entrée dans le monde du show musical depuis Paris et fut très remarqué avec le titre "Tènè Sangô si mbi ma na mo"

Sa brutale disparition fait qu’il manquera désormais énormément à l’univers centrafricain des artistes musiciens

La rédaction de Centrafrique-Presse présente à sa famille de Bangui et de Batangafo sa ville d’origine, ses condoléances les plus attristées.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nécrologie
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 04:34

 

 

Ziguele.jpg

 

 

 Cela fait longtemps, très longtemps certainement pour beaucoup d’entre nous, que je ne me suis point exprimé sur les questions de l’heure, qui concernent  principalement, mais pas exclusivement, le processus électoral en cours dans notre pays.

En effet, la préoccupation majeure des centrafricains aujourd’hui  demeure la sécurité et  la paix sur toute l’étendue de notre pays. Cette paix et cette sécurité  ne pourront se matérialiser que par la libre circulation des personnes et des biens, partout et à tout moment, sur l’ensemble du  territoire national, sans exclusive.

Force est de constater que nous sommes loin de cette situation au jour d’aujourd’hui, malgré la laborieuse mise en œuvre du projet de Réforme du Secteur de Sécurité (RSS), et malgré le lancement fortement médiatisé de ce chaotique processus du Désarmement- Démobilisation -Réinsertion  (DDR) qui ressemble au monstre de Loch Ness. Tout le monde parle des progrès du DDR et de la RSS, mais le commun des mortels ne voit rien de concret. Les mouvements politico-militaires qui participent au processus DDR « tiennent » toujours les barrages routiers et interdisent la circulation dans leurs zones des représentants des partis politiques, arguant du non paiement par l’Etat de leurs indemnités, tandis que  les mouvements de rébellion non signataires des accords de paix  mènent des opérations d’occupation sporadique de villes.

 Le problème de fond pour ramener la paix dans notre pays, contrairement à ce qui se dit, n’est pas uniquement financier, puisque dans le cas du DDR par exemple, les pays de la CEMAC et la BEAC ont volé au secours de notre pays depuis avril 2009  par une contribution de 8 milliards de francs CFA dont la gestion par le pouvoir demeure un cas d’école d’opacité. Le problème est rémanent à cause d’un manque de volonté politique patent du pouvoir  de payer le prix de la paix et de négocier avec les mouvements de rébellion résiduels.

Au-delà du processus électoral, le problème du retour à la paix et à la sécurité dans notre pays demeure la condition sine qua non de la stabilisation de notre pays et de toute relance économique. Ceux qui jouent à faire croire le contraire travaillent objectivement pour la disparition de notre pays.

Vu sous cet éclairage, les intrigues de bas étage et les manipulations ayant pour but de divertir les suffrages du peuple centrafricain se retourneront évidemment contre leurs propres auteurs et complices.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 04:27

 

 

MRH-dec.jpg

 

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

COMMUNIQUE DE PRESSE n° 11 DE

L’EQUIPE DE CAMPAGNE DE MARIE-REINE HASSEN

CANDIDATE A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Marie-Reine HASSEN a été invitée à assister au meeting-débat du Rassemblement Démocratique Centrafricain (R.D.C) qui s’est tenu le 27 décembre 2010 rue des Maraîchers à Paris.  

En sa qualité de leader politique et candidate aux élections présidentielles de 2011, elle est intervenue pour donner son opinion sur la situation qui prévaut actuellement en Centrafrique.

§  Elle a déploré le drame que vivent quotidiennement les centrafricains.

§  Elle a maintenu son point de vue sur les préparatifs et la tenue des prochaines élections. Les obstacles sérieux à l'organisation d'élections justes, transparentes et démocratiques, qui ont déjà provoqué le report de la date du scrutin à deux reprises, n’ont pas été levés, et se sont même aggravés. De toute évidence ces consultations ne seront pas fiables. Les résultats de telles élections seront indéniablement contestés, et nous sombrerons dans  une crise politique aux conséquences dramatiques.

§  Elle a continué à mettre en évidence les carences des partis politiques de l’opposition et a mis l’accent sur leurs limites. Elle a souligné que leurs convictions n’ont pas été assez fortes pour leur permettre de maintenir une cohésion au sein de la plate forme du Collectif des Forces du Changement (CFC).

§  Elle a exposé les raisons pour lesquelles elle n’a pas déposé son dossier de candidature, refusant d’être la complice du hold-up électoral qui se met en place avec l’onction des partis politiques d’opposition. Elle reste attachée à son identité, ses idées et sa vision. 

§  Elle a précisé qu’elle n’a jamais renoncé à sa candidature. La femme de  convictions et de courage qu’elle est continue à lutter pour que les élections se déroulent dans les meilleures conditions.

§  Enfin, elle a salué le Rassemblement Démocratique Centrafricain et son candidat Emile Gros Raymond NAKOMBO pour l’avoir conviée à cette rencontre avec la diaspora centrafricaine et a suggéré à tous les acteurs du processus électoral en cours de se rassembler au sein d’une plateforme de coalition nationale qui n’éclatera pas à la moindre défaillance.

Par conséquent, elle a exhorté les Centrafricains à :

§  Venir consolider le Bloc Centrafricain pour l’Unité et la Solidarité (BLOCUS), qui regroupe toutes les composantes de la société centrafricaine : les partis politiques, la société civile, les différentes confessions religieuses, les groupements régionaux etc… De ce fait, le BLOCUS n’est pas qu’une simple addition de partis politiques ni un instrument au service d’un candidat ; il constitue une vigilance républicaine en vue de préserver la démocratie et la liberté en République Centrafricaine.  

§  Ne pas considérer les élections comme une fin en soi. Marie-Reine HASSEN a toujours soutenu que toutes les conditions ne sont par réunies pour une expression libre et démocratique, et continue à mettre l’opinion nationale et internationale en garde  contre les dangers d’une situation postélectorale explosive. 

Fait à Paris le 28 décembre 2010

L’équipe de campagne de

Marie-Reine HASSEN

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 04:13

 

 

afrique

 

Par Sabine Cessou Libération 29 décembre 2010

«Complot français et américain» en vue du «pillage des ressources de la Côte d'Ivoire», «cabale anti-Gbagbo», «lynchage médiatique», voire même un complot mené par «Le Monde, Libération, l'AFP et RFI, qui ne donnent pas les vraies informations sur la Côte d'Ivoire». Ces arguments sont exactement les mêmes que ceux que brandissaient, à l'encontre du monde occidental en général et de l'ancienne puissance coloniale en particulier, les quelques défenseurs non Zimbabwéens de Robert Mugabe, en 2001, à l'issue d'un scrutin très contesté, sur fond de «réforme agraire».

Ce matin, à Paris, une conférence de presse organisée par l'Association de la presse panafricaine (APPA) réunissait certains des intellectuels français et africains ayant lancé une pétition contre «toute intervention militaire en Côte d'Ivoire». Un texte qui plaide pour le dialogue et l'apaisement. Pour mémoire, la négociation a été proposée par Laurent Gbagbo, le président sortant, à son rival Alassane Ouattara, une offre que ce dernier a rejetée. Etaient présents à la conférence de presse Denis Pryen, le directeur des éditions L'Harmattan, le politologue français Michel Galy, le sociologue sénégalais Malick Ndiaye, ainsi qu'une avocate ivoirienne, Patricia Hamza, qui a notamment déclaré qu'Alassane Ouattara «est et sera toujours un Burkinabè», sans trouver de contradicteur dans la salle.

Parmi les 30 premiers signataires de cette pétition figurent quatre personnalités de renommée internationale : le Sénégalais Pierre Sané, ancien secrétaire général d'Amnesty International devenu sous-directeur à l'Unesco, le sociologue suisse Jean Ziegler, l'écrivaine franco-camerounaise Calixthe Beyala et le cinéaste mauritanien Med Hondo. Egalement sensible aux arguments de Laurent Gbagbo, qui se pose en nationaliste africain et seul garant de la souveraineté nationale, face à un «complot» d'ordre néo-colonial, son cercle de fidèles : le professeur de droit Albert Bourgi, l'ancien délégué Afrique du Parti socialiste (PS) Guy Labertit et le journaliste franco-camerounais Théophile Kouamouo, basé à Abidjan.

Dans toutes les capitales africaines, la Côte d'Ivoire suscite des débats passionnés. Certaines voix s'élèvent, pour critiquer la rhétorique de Laurent Gbagbo. Gilles Yabi, analyste indépendant basé à Bamako, a par exemple décrypté les ressorts de la «diversion nationaliste" dans une tribune intitulée «Faut-il détruire la Côte d'Ivoire pour montrer qu'on est garçon ?». 

L'ancien président ghanéen Jerry Rawlings, lui, est intervenu deux fois ces derniers jours pour recommander «prudence et maturité» dans la gestion de la crise ivoirienne. «Les tentatives  d'obtenir du soutien pour une intervention militaire ne se justifient nullement et exposent plutôt l'ONU, la CEDEAO et l'UA à passer pour des hypocrites», a-t-il estimé, rappelant que des résultats plus scandaleux étaient passés, ailleurs en Afrique, sans qu'une intervention militaire soit réclamée.

L'ancien secrétaire général d'Amnesty International, Pierre Sané, a diffusé hier un autre texte, «Elections en Côte d'Ivoire : chronique d'un échec annoncé», aussitôt repris sur le site de la Radio-télévision ivoirienne (RTI). Il évoque une lutte pour le pouvoir et «deux projets de sociétés qui pour faire simple voient s'affronter des dirigeants tenants d'un libéralisme mondialisé à d'autres qui adhèrent à un panafricanisme souverain et socialisant».

Peu importe que Wole Soyinka, Prix Nobel de littérature nigérian, ou Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, aient appelé Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir. Peu importe, aussi, que les esprits les plus brillants du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, se distinguent aujourd'hui par un silence assourdissant. L'Afrique des partisans de Gbagbo, désormais, se divise en deux catégories : les gentils nationalistes et les méchants impérialistes. 

Un schématisme qui a son public et qui trouve toujours un certain écho, en raison d'un lourd passé colonial et post-colonial. 

Comme en 2001, dans le Zimbabwe de Robert Mugabe.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 04:09

 

 

2421700232_463103e3b3.jpg

 

L’opposition demande le report des élections

Radio Ndéké Luka Mercredi, 29 Décembre 2010 17:19

La date des élections groupées fixées au 23 janvier 2011, continue de diviser la classe politique centrafricaine. La majorité présidentielle tient au strict respect de la date fixée par décret présidentiel, mais l’opposition politique  réunie au sein du Collectif des Forces du Changement, souhaite le report de ces élections, au regard des dispositions du code électoral.

La population centrafricaine est bouleversée par la date des élections groupées de janvier 2011, à cause de la prise de position de l’opposition politique et la majorité présidentielle, qui ne sont pas sur la même longueur d’onde  sur la date du 23 janvier.

Pour Fidèle Gouandjika porte-parole du gouvernement, « la majorité présidentielle est prête à se rendre aux urnes », mais c’est l’opposition qui veut « donner un mandat cadeau au président Bozizé, parce qu’elle n’a pas un candidat crédible ».

Louis Pierre Gamba, vice-président du Collectif des Forces du Changement a déclaré que techniquement, la date du 23 janvier ne sera pas tenue, au regard du code électoral. Selon lui, les listes électorales qui ne sont pas encore disponibles constituent un élément clé de ce report.

Selon Rigobert Vondo, rapporteur général et porte-parole de la Commission Electorale Indépendante, la transcription des listes électorales est terminée, et l’étape actuelle est consacrée à la photocopie de ces listes électorales. Il pense aussi que « les hommes politiques doivent libérer le peuple centrafricain pour aller aux élections ».

Rigobert Vondo affirme également que la date du 23 janvier 2011 sera tenue, car les reports à répétition du mois d’avril et juin de l’année en cours n’ont servi à rien.

 

NDLR : On le voit clairement, contre toute évidence, Bozizé et sa clique tiennent coûte que coûte à ce que les élections du 23 janvier 2011, malgré les conditions qui ne sont pas réunies, aient lieu à tout prix. Contrairement aux allégations du porte-parole du gouvernement, ce n’est pas la peur de donner un mandat cadeau à Bozizé qui amène l’opposition à exiger le report de la date des élections mais c’est pour être en cohérence avec la loi, en l’occurrence le code électoral, sur laquelle Bozizé a pris la fâcheuse habitude de  s’asseoir dessus allègrement. Quant à Vondo, il est aussi nullissime que son vrai faux pasteur Binguimalé. Ils sont tous les deux préoccupés par une seule chose : comment achever leurs villas en chantier le plus rapidement possible sur le dos de la CEI.

 

Poursuite du déploiement des matériels électoraux

Radio Ndéké Luka Mercredi, 29 Décembre 2010 17:21

Les opérations du déploiement du matériel électoral lourd se poursuivent sur le territoire centrafricain. Ce matériel est convoyé et sécurisé par des équipes des Forces Armées Centrafricaines (FACA).

274 urnes, 274 isoloirs et 137 contre-plaqués sont arrivés ce 28 décembre 2010 à Bossangoa (Nord) et stockés au siège de la CEI locale de Bossangoa.

Le même jour, une autre équipe est arrivée à Bangassou (Est) où 438 urnes, 438 isoloirs et 219 contre-plaqués ont été remis aux responsables de la CEI locale.

Tout ce matériel est gardé par les éléments de la gendarmerie nationale en poste dans ces villes de la Centrafrique. La date des élections est toujours fixée au 23 janvier 2011.

 

NDLR : Au rythme de ces déploiements du matériel électoral par la CEI, on se demande quand est ce que celle-ci aura fini de couvrir toute l'étendue du territoire et des plus de quatre mille et quelques bureaux de vote pour permettre la tenue des élections au 23 janvier 2011!

 

3 jours de jeûne imposés par arrêté ministériel

Radio Ndéké Luka Mercredi, 29 Décembre 2010 17:18

Les gargotes, bars dancings et débits de boissons sont fermés à compter du mardi 28 décembre 2010 à minuit, et ce, jusqu’au 31décembre à 18 heures, sur l’ensemble du territoire centrafricain. Une occasion pour la population de se consacrer au jeûne et à la de prière.

Cette décision a été prise mardi dans un arrêté par le ministre d’Etat chargé de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation Jean WILLYBIRO SAKO.

Le texte met en garde que « l’inobservation des dispositions de cet arrêté entraînera des sanctions prévues par les textes en vigueur ». « Les forces de l’ordre de défense et de sécurité sont chargées », a-t-il précisé, « de l’application du présent arrêté ».

Certains centrafricains disent « être pris en otages, qu’ils ne sont pas d’accord pour observer une telle décision ».

Si certains refusent d’observer les trois jours pour se recueillir, d’autres trouvent que « c’est profitable à ceux qui pensent qu’il faut confier le pays à Dieu ».

Un débiteur de boisson dit, pour sa part, que « ceux qui tiennent les dépôts ont des factures à payer aux impôts mais si on les prive de clientèles, il leur serait difficile de s’en sortir ».

L’arrêté n’est pas observé à 100%. Il suffit de sillonner la ville de Bangui pour s’en rendre compte. Les principales gargotes, et la majorité des kermesses ont ouvert leurs portes.

 

NDLR : Voilà l’usage que comptait faire Bozizé de Jean Willibyro Sacko, le ridiculiser de la sorte. En quoi ces mesures d’un autre âge qui sont reconduites d’année en année depuis que Bozizé est aux commandes ont-elles amélioré la situation des Centrafricains ? Elles sont au contraire l’une des preuves de l’incapacité de son régime à régler les vrais problèmes de ce pays dont la promesse de les résoudre a pourtant été à l’origine de son coup d’Etat. Depuis, le constat de son incompétence et de son incapacité est avéré et il préfère divertir les Centrafricains avec ces genres de mesures. Confier à Dieu le sort de la RCA ne change rien aux données du problème de fond qui se posent toujours à ce pays et qui sont d’abord d’ordre politique car c’est la mauvaise gouvernance qui est la cause essentielle du mal.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 03:43

 

 

Boziz--et-Ndoutinga-.jpg

 

 

Le ministre d’Etat aux Mines à l’Energie et à l’hydraulique Sylvain Ndountingai fait le bilan de son département.

Bangui, le 27déc (ACAP)-Le ministre d’Etat aux Mines à l’Energie et à l’hydraulique Sylvain Ndoutingai, a annoncé que le sous-sol centrafricain regorge 470 indices minéraux repartis sur toute l’étendue du territoire national parmi lesquels le diamant et l’or sont exploités aujourd’hui de façon informelle et sous exploités. Cette déclaration est faite lundi 27 décembre 2010, à l’occasion du bilan quinquennat du président François Bozize, en prélude des élections de janvier 2010

« L’exploitation industrielle de l’or a commencé avec les sociétés Eurafrique et Axmines au niveau de la sous-préfecture de Bambari » a déclaré, Sylvain Ndoutingaï.

 

« Les mesures entreprises dans ce secteur, ont fait rentrer des devises conséquentes dans le Trésor Public entre autres les quatre (4) bureaux d’achat de diamant en règle, versent 22 milliards de franc CFA par an à l’Etat. Au niveau de l’énergie, un contrat a été signé avec le gouvernement chinois et les études de faisabilité sont en train d’être faites pour que d’ici 2011, afin d’éradiquer le problème de délestage», a ajouté le ministre Ndoutingai.

Il a également indiqué que « Le problème d’exploitation de la cimenterie, se situe au niveau de la capacité énergétique actuelle, qui ne permet pas de faire fonctionner l’usine comme il se doit.
Il a réitéré que le code minier du 29 avril 2010, reconnait le droit au centrafricain de disposer de leur sous-sol et les accords de 1960 ont été révisés et adoptés par le parlement centrafricain.
Enfin, les résolutions 1803 du système des Nations Unies, ont déclaré les minerais des sous-sols aux Etats ».

Le ministre Ndoutingai a conclu que « le procès entre l’Etat centrafricain et la société américaine Grynberg, a donné le droit au peuple centrafricain de disposer de son pétrole »

 

NDLR : Les mines et métaux précieux dont regorge le sous-sol de la RCA ne sauraient constituer le bilan de Ndoutingai qu'il faut réellement dresser à part. L'incapacité de ce prédateur et figure emblématique de la corruption et de l'échec du pouvoir de Bozizé consacre définitivement le naufrage de ce régime. S'il y a bien un ministre de Bozizé dont le bilan est particulièrement catastrophique c'est ce Ndoutingai devenu milliardaire au grand jour et du jour au lendemain. Ministre indéboulonnable depuis leur putsch du 15 mars 2003, la décence aurait voulu qu'il la boucle. Son bilan à la tête de ce département des mines et de l'énergie est tristement éloquent. Rackets de toutes sortes et répétés des collecteurs et bureaux d'achat de diamant, crises énergétique et d'eau potable sans précédent dans l'histoire du pays, il est devenu un grand propriétaire immobilier au Burkina Faso et ses comptes bancaires sont garnis dans les paradis fiscaux avec les fruits de diverses prédations. Il est ainsi devenu le grand argentier et homme de confiance par excellence de son maître Bozizé au point de disposer à présent de ses propres milices et de prétendre aussi à la succession de ce dernier dont la santé est des plus précaires. Désigné Directeur de campagne de Bozizé, ils doivent s'attendre à être sanctionnés dans les urnes tous les deux par les Centrafricains sur leur calamiteux bilan.

Comment peut-on procéder à la pose de la première pierre de la construction d'une cimenterie et constater aussitôt après que "la capacité énergétique actuelle du pays ne suffit pas à en assurer l'exploitation" ! C'est d'une imbécilité déconcertante !   

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 03:35

 

 

2009_06_10_bongo_chirac.jpg

 

 

LEMONDE.FR avec AFP | 29.12.10 | 20h08  •  Mis à jour le 29.12.10 | 20h30

Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks et visibles mercredi 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) à son profit par le défunt président gabonais Omar Bongo. Une partie de ces fonds aurait aussi profité à des partis politiques français.

Cette information a été donnée quatre jours après la mort de M. Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la BEAC à un diplomate de l'ambassade américaine au Cameroun, précise le journal. Selon la même source, "les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, suivant les instructions de Bongo, ont remis une partie de l'argent à des partis politiques français". L'argent aurait profité "aux deux camps, mais surtout à droite, en particulier à Chirac mais aussi Sarkozy".

"DES MALVERSATIONS ENCORE PLUS LARGES"

Selon le câble datant de juillet 2009, le gouverneur de la BEAC, le Gabonais Philibert Andzembe, avait placé en secret 500 millions d'euros dans un investissement à haut risque de la banque française Société générale.

Après que ce placement non autorisé eut été rendu public, un audit de la BEAC a été mené et "a révélé des malversations encore plus larges et plus audacieuses, liées à la hiérarchie des officiels gabonais", a indiqué le fonctionnaire à l'origine de cette information. "L'enquête interne a montré que 36 millions de dollars (environ 28 millions d'euros) ont été détournés via des chèques à des hauts responsables du Gabon", a-t-il dit.

ENQUÊTE EN COURS

Le clan au pouvoir au Gabon, "dont le défunt président Omar Bongo et son fils Ali, ministre de la défense et candidat à la présidence (élu depuis à la tête du pays), a bénéficié du détournement de fonds", indique le document.

"Cette ambassade n'est pas en mesure de vérifier la véracité de l'accusation selon laquelle des hommes politiques français ont bénéficié du détournement de fonds", se contente de conclure le câble, signé de l'ambassadrice américaine au Cameroun à l'époque, Janet Garvey. Une enquête est en cours en France sur le patrimoine dans l'Hexagone de trois présidents africains et de leurs proches, dont Omar Bongo, à la suite d'une plainte de Transparency International, une ONG spécialisée dans la lutte contre la corruption.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE