Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 15:06

 

 

 

 

 

Par RFI lundi 09 septembre 2013 à 15:41

 

En Centrafrique, ce fut un week-end de terreur pour la population de Bossangoa et des localités environnantes. Dès samedi, plusieurs localités ont été attaquées par des hommes armés, des actions revendiquées par des proches de l’ancien président François Bozizé. Bangui a envoyé sur place des renforts issus de l'ex-rébellion de la Seleka pour tenter de reprendre le contrôle des communes en question. De nombreuses exactions contre les populations civiles - imputées aux deux camps - ont fait au moins 60 victimes, selon la présidence.

 

Selon plusieurs témoins joints par Radio France Internationale (RFI), il y a eu de nouvelles incursions d'hommes armés ce lundi 9 septembre au matin dans la localité de Bouca, à une centaine de kilomètres à l'est de Bossangoa.

 

Cela a entrainé un nouveau cycle de violences et de représailles entre chrétiens et musulmans, comme le raconte un habitant de la cité : « Ce matin, à 5 h 40, un groupe inconnu a attaqué la ville, précisément la base de la Seleka. Ils ont tué des enfants, des femmes musulmanes, ils ont brûlé leurs maisons. Quand les membres de la Seleka ont voulu réagir, ce groupe inconnu a pris la fuite pour se réfugier dans la brousse. En ce moment, des membres de la Seleka sont en train de brûler des maisons de chrétiens. La population a pris la fuite et tout le monde se retrouve maintenant dans la brousse ».

 

Revendication

 

L'autre information capitale de ce lundi est la revendication de ces violentes incursions armées dans la région de Bossangoa par des proches de l’ancien président Bozizé. Ces hommes, par la voix de Levy Yakété, le porte-parole de l’ex-chef de l’Etat, disent que les attaques sont menées par d'anciens éléments des Forces armées centrafricaines (Faca) : « Les Forces armées centrafricaines, après s’être résignées pendant un moment, ont pris la décision aujourd’hui de répliquer à la Seleka et de permettre le retour de François Bozizé à la tête du pays en tant que président élu par le peuple centrafricain qui a un mandat en cours. Nous avons un collectif des officiers libres des Forces armées centrafricaines qui dirige les opérations. »

 

« Infliger une correction »

 

« Je suis pratiquement sur le terrain, poursuit Levy Yakété, ceux qui sont en train de mener cette opération, qui se revendiquent du président François Bozizé, sont bel et bien des éléments des Faca qui se sont repliés, qui se sont organisés et qui veulent aujourd’hui infliger une correction à ces Soudanais et ces Tchadiens qui occupent la République centrafricaine ».

 

Du côté des autorités de la transition, on ne se dit pas surpris par cette revendication. Le porte-parole de la présidence, Guy Simplice Kodégué condamne cette implication du camp Bozizé. Il prend à témoin la communauté internationale, mais il conteste que des éléments des Faca aient pu faire défection pour rejoindre le camp de François Bozizé.

 

 

 

NDLR : Jusqu'à quand la France laissera-t-elle Bozizé et ses acolytes comme son chef milicien et distributeur d'armes et de machettes Lévi Yakété qui ont brûlé le drapeau tricolore et fait caillaser son ambassade de Bangui en décembre 2012, continuer à bénéficier étrangement de sa généreuse hospitalité en séjournant sur son territoire français tout en menant des manoeuvres de déstabilisation de la Transition en cours en Centrafrique. 

RCA : des proches de Bozizé revendiquent les attaques au nord-ouest du pays
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 14:54

 

 

 


BANGUI AFP / 09 septembre 2013 15h29 - Au moins 60 personnes ont été tuées dimanche et lundi dans l'ouest de la Centrafrique au cours de combats opposant les forces du nouveau régime à des hommes armés présentés comme des partisans de l'ex-président François Bozizé, a indiqué la présidence centrafricaine.


Cela fait deux jours aujourd'hui que des hommes armés se réclamant de l'ex-président François Bozizé se sont infiltrés dans les villages autour de Bossangoa (250 km au nord-ouest de Bangui). Ils ont détruit les ponts et autres infrastructures, se livrant à une vengeance contre la population musulmane (...) Soixante personnes au moins ont été tuées dans ces attaques, a déclaré lundi le porte-parole de la présidence, Guy-Simplice Kodégué.


La préfecture d'Ouham, dont Bossangoa est le chef-lieu, est la région natale du général Bozizé, renversé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka dirigée par Michel Djotodia.

Lundi matin, des tirs nourris d'armes lourdes et légères ont également été entendus dans la localité de Bouca, sur la route menant à Bossangoa, a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat une source militaire à Bangui. Ces tirs ont fait fuir les habitants dans tous les sens, selon la même source.


Ces affrontements ont fait une dizaine de morts à Bossangoa dimanche, dont deux employés locaux d'une ONG humanitaire, selon une autre source militaire. Au moins quatre combattants du Séléka ont également été tués, selon le porte-parole de la présidence.

En août, le général Bozizé, de passage en France, s'était dit prêt à reprendre le pouvoir si l'occasion se présentait, en affirmant cependant privilégier la voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n'est pas trouvée.

La semaine dernière, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) avait annoncé que des milliers de personnes avaient été déplacées et au moins huit villages incendiés au cours de récentes violences dans le nord de la Centrafrique.

Depuis la prise de pouvoir par le Séléka, la situation sécuritaire reste chaotique dans le pays et le nouveau président Michel Djotodia peine à restaurer l'ordre et à désarmer les ex-combattants, accusés de multiplues exactions contre la population.

Une force africaine, la Misca, a commencé à se déployer à Bangui, où est également positionné un contingent de l'armée française. La Misca compte actuellement 750 hommes.


(©) 

 

Centrafrique : au moins 60 morts dans des combats
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 15:42

 

 

 

 

 

Bangui, BBC Afrique 8 septembre, 2013 - 13:09 GMT

 

En Centrafrique, quatre villages autour de la ville de Bossangoa dans le centre-nord du pays et d'où est originaire l'ancien président François Bozizé sont occupés depuis hier par des assaillants.

 

Des sources officielles proches de la présidence attribuent ces attaques à des partisans de l'ancien président déchu.

 

L'information est confirmée par plusieurs sources officielles.

 

Un bilan de 5 morts parmi les forces pro-gouvernementales ainsi que des victimes civiles circule depuis samedi.

 

Contacté par BBC Afrique, le porte-parole du président de la transition, Michel Djotodia, a affirmé qu'"il est clairement établi que quatre villages dans la zone de Bossangoa sont occupés depuis hier.

 

"Les points de passages de passages sont coupés pour empêcher les forces de défense de secourir la population civile".

 

Se refusant pour l' instant à avancer un chiffre, Guy Simplice Kodegue parle d'un bilan lourd encore provisoire.

 

Il affirme que deux mosquées ont été détruites, un imam égorgé avec toute sa famille.

Il dénonce le fait que la communauté musulmane soit spécialement visée.

 

Concernant l'identité des assaillants le conseiller déclare qu'il s'agit "des branches armées de ceux qui se réclament de l'ancien président qui veulent mettre à mal le processus de transition en cours".

 

Selon le conseiller un communiqué officiel imminent donnera un bilan précis de ces dernières attaques et la position du gouvernement par rapport à cette situation.

 

Il laisse entendre aussi que le CNS s'est déjà saisi de cette question pour examiner les mesures à prendre.

 

Un autre conseiller (un militaire) du président et membre du conseil national de sécurité a confié à BBC Afrique que plusieurs véhicules des forces armées sont déjà en route pour la ville de Bossangoa.

 

A Bangui, la plupart des personnes interrogées dimanche matin ne cachaient pas leur inquiétude au sujet de cette nouvelle flambée de violences à l'intérieur du pays tout en espérant qu'elle ne se propage pas jusqu'à la capitale.

 

Une bonne partie aussi s'oppose à la volonté affichée du président évincé François Bozizé de revenir au pouvoir par tous les moyens.

 

Ces attaques surviennent deux semaines après des exactions par des hommes de la Seleka dans une dizaine de villages situés à 500 km à l'ouest de Bangui:

 

4 500 maisons ont été incendiées et une église a été profanée.

 

Ces violences ont fait une cinquantaine de morts parmi les civils et des milliers d'habitats ont fui.

 

Source : http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2013/09/130908_rca_insecurite_bossangoa_bozize.shtml#TWEET882930

 

 

 

Centrafrique : des villages incendiés des milliers de déplacés, le HCR tire la sonnette d'alarme

 

RFI  dimanche 08 septembre 2013 à 06:33

 

En Centrafrique, c'est le porte-parole du président de la transition, Guy Simplice Kodégue, qui l'affirme : des hommes se réclamant de l'ancien président François Bozizé auraient attaqué au moins quatre villages près de la ville de Bossangoa, dans le centre du pays, des localités proches du village natal de Bozizé. Selon lui, il y aurait cinq morts du côté des forces de défense nationale mais aussi des victimes civiles. Ce soir, samedi 7 septembre, les assaillants occuperaient toujours ces villages. Le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies, lui, s'inquiète de la situation dans la région de Paoua, un peu plus au nord, après des violences. Des villages ont été incendiés, des milliers de personnes déplacées. Le HCR déplore un vide sécuritaire et lance un appel aux autorités centrafricaines ainsi qu’aux groupes armés qui sévissent dans le pays.

 

Fatoumata Lejeune-Kaba  Porte-parole du HCR pour la région

 

 « La situation s’est aggravée ces derniers mois dans la mesure où il n’y a pas de loi, il n’y a pas de présence administrative. Les civils sont complètement à la merci de toute personne qui porte des armes. Il y a plus de 206 000 personnes qui ont été déplacées depuis le mois de décembre et le mouvement continu. […] A l’intérieur de la République centrafricaine, il y a d’autres mouvements de population. Beaucoup de gens préfèrent se cacher dans la brousse et dans la journée partir pour mener quelques activités parce que leur survie en dépend […] et les conditions humanitaires y sont déplorables. »

RCA : insécurité autour de Bossangoa
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 15:32

 

 

 

http://www.lanouvelletribune.info   8 septembre 2013

 

Le General AKAGA de la Force Multinationale de l’Afrique Centrale (FOMAC), a donné un éclairage sur  l’intervention des unités de la FOMAC en vue de libérer l’espace du tarmac de l’aéroport Bangui M’poko, occupé  par les habitants de Boeing qui se disent exaspérer par les multiples exactions au solde des éléments de la coalition SELEKA, lors d’un entretient avec notre correspondant à Bangui.

 

D’après lui l’intervention des unités de la FOMAC pour déguerpir les habitants de Boeing sur le tarmac de l’aéroport Bangui M’poko, a soulevé un tôlé. « Le mois passé, pour des raisons sécuritaires, une foule de population de Boeing a occupé le tarmac de l’aéroport de Bangui M’poko. Or il n’est pas possible que le seul aéroport international viable puisse rester fermé pendant longtemps », a lâché d’entrée de jeu le général Jean Félix Akaga.

 

En effet,  l’occupation du tarmac de l’aéroport Bangui M’poko par les populations de Boeing, est justifiée pour des raisons sécuritaires. Pour ces populations, l’aéroport constitue pour elles le seul et l’unique lieu ou la sécurité pourra être garantie, puisqu’il se trouve sous le contrôle de l’armée française. Bien que cette occupation puisse avoir des conséquences négatives sur le bon fonctionnement dudit aéroport, ces populations n’ont pas d’autre choix que de l’y occuper.

 

Les raisons de l’intervention de la FOMAC

 

Bien que l’occupation du tarmac de l’aéroport  par la population de Boeing se justifie pour des raisons sécuritaires, mais cela n’en demeure pas indispensable pour des raisons stratégiques. Car selon le Général AKAGA, « L’aéroport Bangui M’poko est le seul aéroport international réservé au trafic, il joue un rôle important dans l’économie de la RCA. Ainsi eu égard a l’état d’enclavement du pays, c’est à travers cet aéroport  que certains opérateurs économiques s’approvisionnent en divers produits entre autres les produits pharmaceutiques. Donc il est hors de question qu’il soit resté longtemps fermé » a-t-il précisé. IL a en outre témoigné  de sa profonde gratitude envers les trois hautes personnalités religieuses notamment, l’archevêque de Bangui, l’imam de Bangui et le président des églises évangélique, de leur apport indéfectible qu’il qualifie d’un travail remarquable qui a permis l’apaisement des vives tensions au sein de la population dont une bonne partie s’est retirée.

 

Il convient de rappeler par ailleurs que l’une des raisons de l’intervention de la FOMAC était d’empêcher une éventuelle descente sur terrain des éléments de Seleka. « Nous avons tenu à régler le problème de l’aéroport pour éviter que cela soit l’initiative des éléments de Seleka qui une fois sur le terrain, pourraient occasionner davantage de cas de perte d’Hommes ou des dégâts matériels », a dit le Général AKAGA, tout en reconnaissant que face à un nombre impressionnant des personnes qui sont restées sur la piste, munies des machettes et des cailloux, les unités de la FOMAC étaient obligées de les déguerpir par la force, sans dégâts corporels ou matériels grâce au professionnalisme dont ils ont faits preuve. Puisque la FOMAC a pour mission essentielle d’assurer la protection de la population donc il est hors de question de pouvoir décimer celle-ci. C’est-à- dire autant que les revendications de la population de Boeing sont prises en compte.

 

Un défi à relever ?

 

Concernant  la situation de Boy-Rab, le Général AKAGA a indiqué clairement que la FOMAC n’est pas une force d’occupation. Car sa mission ne consiste pas à livrer une guerre aux éléments de la coalition Seleka, considérées aujourd’hui comme les forces républicaines et régulières, lesquels assurent la sécurité du chef de l’Etat. Toutefois, au sujet du désarmement fait par les éléments de Seleka, il a déclaré que « lors d’une concertation, il est interdit aux éléments de Seleka de procéder au désarmement sans être appuyés par les gendarmes et les policiers. Mais c’était sur prenant de voir ces éléments procéder de manière unilatérale au désarment a Boy-Rab, et ce, en violation des préalables que nous avons mis au pont ». Cependant, la FOMAC a réagi en mettant en place quelques dispositifs tant a Boy-Rab qu’a Boeing.

 

A la question de savoir si les réactions des éléments de Seleka au détriment des décisions prises ne constituent-elles pas un défi a relevé par la FOMAC ? En repense, le General AKAGA a reprécisé que « une fois de plus, je vous réitère que la FOMAC n’a pas pour mission de livrer la guerre aux éléments de la Seleka, ni de les contre caler dans certaines de leur mission régalienne, puisqu’ils représentent aujourd’hui les forces régulières de la RCA. Donc parler d’un défi à relever n’est que de pure illusion ».

 

S’agissant du retrait des éléments tchadiens au sein de la FOMAC, revendiqué par la société civile, le Général AKAGA a fait remarquer que « tous les éléments de la FOMAC qui sont là, c’est à la demande de la RCA d’une part et des Etats membres de la CEMAC d’autre part. Donc c’est une question hautement politique relevant de la compétence des chefs d’Etats pour décider oui ou non du retrait d’un des contingents. Ainsi, il ne faut pas faire de l’amalgame autour de cette question. Certes nous avons adressé à qui de droit cette demande et nous attendrons la décision finale. C’est dire qu’il ne m’appartient pas d’exclure une partie de mes unités, bien au contraire j’en ai besoin » a-t-il soutenu.

 

Toutefois, le Général AKAGA a conclu que la FOMAC continuera toujours de prêter main forte aux autorités de la transition dans le cadre de la restauration de la paix sur toute l’étendue du territoire, avec bien sur l’appui des autres éléments supplémentaires de l’union africaine.

 

Centrafrique : Jean Félix AKAGA explique les raisons d’intervention de la FOMAC dans l’événement de l’aéroport
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 23:42

 

 

Dissolution du FARE-2011

Le FARE-2011 est dissout
Le FARE-2011 est dissout
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 22:00

 

 

 

 

samedi 7 septembre 2013 14:00

 

La Banque Populaire Maroco-Centrafricaine BPMC traverse un moment difficile de son histoire. « La trésorerie de la Banque est mise à mal par les soubresauts de l’économie nationale, notamment l’atonie de l’activité économique, conjuguée aux retraits des clients et l’absence d’activités d’exportation génératrices de devises », lit-on dans un communiqué de presse signé de l’Administrateur, Directeur Général.


Selon les responsables de cette institution bancaire, « son ratio de liquidité est largement déficitaire ». Et pour cause, plus de 700 millions de FCFA, c’est la somme d’argent octroyée en crédits aux élus de la dernière législature en Centrafrique. Mais à l’heure d’aujourd’hui, aucun débiteur ne s’est manifesté pour le remboursement.


De l’Etat Centrafricain et des bénéficiaires de ce crédit, qui va alors procéder au remboursement ?

 
Question difficile pour l’instant à répondre car le mandat de ces anciens parlementaires n’était pas encore arrivé à terme, lorsqu’ils ont été relevés de fonction suite au renversement du pouvoir de François BOZIZE par la Séléka le 24 mars dernier.


Ils étaient au total 88 à bénéficier d’un prêt dont le montant individuel varie de plus d’1 million à 25 millions de FCFA.


Selon les responsables de la BPMC, « c’est sur la base d’un document dit ‘Attestation Irrévocable de salaire’, signé à cette époque par l’ancien président de l’Assemblée Nationale Célestin Leroy GAOMBALET que leur institution a accédé à ces contrats. Par cet acte, c’est l’Etat Centrafricain qui s’est engagé et est responsable devant la banque au cas où un désagrément survenait. Donc l’Etat est dans l’obligation, selon la Banque, de supporter la charge ».


Sur les 88 personnalités qui doivent à la BPMC, 7 d’entre elles siègent aujourd’hui au Conseil National de Transition. « Leur part  représente un montant de près de 85 millions de FCFA, ce qui réduit le montant global à près de 667 millions » a fait savoir Chérif Abdallah, le Directeur général adjoint.


Selon toujours ce dernier, la Banque Populaire Maroco-Centrafricaine envisage d’adresser une correspondance au médiateur dans la crise centrafricaine, le président Congolais Denis SASSOU-NGUESSO, pour une éventuelle intervention.


Du côté des pouvoirs publics centrafricains, aucune réaction officielle n’est enregistrée.


A l’heure d’aujourd’hui, la Banque poursuit son cycle d’exploitation grâce à un apport en numéraire consistant, de la part de son actionnaire, la Banque Centrale Populaire (BCP)/Maroc. De ce fait, « la BPMC est aujourd’hui en mesure d’honorer ses engagements, notamment le règlement des chèques de la clientèle quel que soit leur montant », poursuit le communiqué.


En rappel, les 3 et 4 juillets derniers, le personnel de la Banque avait observé un arrêt de travail pour revendiquer le paiement de ses droits légaux.


La BPMC est le grand pourvoyeur de l’Etat centrafricain en matière de paiement de salaires en crédits après Ecobank, puis CBCA et BSIC, qui constituent les 4 grandes institutions bancaires du pays. 

 

 

Source : http://www.radiondekeluka.org/economie/item/16961-une-banque-menac%C3%A9e-de-fermeture-%C3%A0-bangui-suite-%C3%A0-la-crise-politique-centrafricaine,-sassou-nguessou-est-interpell%C3%A9.html

 

 

NDLR : On n’a pas encore fini d’évaluer l’étendue des crimes économiques et autres dégâts causés par la bozizie et ses dignitaires sur l’économie nationale. Les difficultés que connaissent certaines banques de Bangui sont assez éloquentes sous ce rapport. La bozizie se targuait de payer régulièrement les salaires des agents de l’état mais on se rend bien compte à présent à quel prix cela se faisait. C’était grâce aux continuelles avances de trésorerie des banques de la place qui assuré grosso modo 7 mois sur 12 la paie des fonctionnaires. Ce manège a forcément des limites dont la BPMC fait maintenant l’amère expérience.     

Une banque menacée de fermeture à Bangui, Sassou-Nguesso interpellé
Une banque menacée de fermeture à Bangui, Sassou-Nguesso interpellé
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 19:59

 

 

 

 

French.news.cn   2013-09-07 10:02:31

 

ADDIS ABEBA, 6 septembre (Xinhua) -- L'Union africaine (UA) va augmenter l'effectif de la mission de maintien de la paix en République centrafricaine (RCA) de 1.400 hommes à 3.600, a affirmé vendredi le commissaire de l'UA pour la paix et la sécurité, Ramtane Lamamra.

 

Les responsables régionaux ont promis de fournir 2.000 militaires, a affirmé à Xinhua M. Lamamra.

 

Il a souligné "responsabilité de l'UA" et appelé d'autres pays africains hors de l'Afrique centrale à apporter des contributions. L'Union africaine espère qu'une Mission d'appui internationale dirigée par l'Afrique en RCA (AFISM-CAR) en remplacement de la Mission de consolidation de la paix (MICOPAX) en République centrafricaine.

 

Le Conseil de paix et de sécurité a décidé de mettre en place l'AFISM-RCA forte de 3.600 hommes.

 

Une délégation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), conduite par son nouveau secrétaire général, Ahmad Allam-Mi, a effectué récemment une visite de travail au siège de l'UA à Addis Abeba, pour discuter des questions liées à la transformation de la MICOPAX en AFISM-CAR.

 

M. Allam-Mi, diplomate tchadien, a rencontré la présidente de la Commission de l'UA, Mme Nkosazana Dlamini- Zuma.

 

La visite de la délégation de la CEEAC est "très productive", a déclaré M. Lamamra.

 

"Nous faisons face à des défis humanitaires importantes, nous sommes confrontés à la situation sécuritaire volatile et dangereuse", a-t-il dit.

 

Le commissaire Lamamra a affirmé que "nous avons besoin de cette force conduite par l'Afrique, par l'UA, qui sera déployée".

 

La République centrafricaine, qui a connu un changement de régime en mars dernier, traverse une période de transition de 18 mois en attendant des élections.

 

Source : http://french.news.cn/2013-09/07/c_132699361.htm

 

 

 

Le HCR évoque une insécurité dramatique en Centrafrique

 

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) est très inquiet. La situation dans le nord de la Centrafrique échappe à tout contrôle et des violations massives des droits de l'homme y sont perpétrées.

 

"Nous sommes très préoccupés. La situation est dramatique dans le nord du pays", a affirmé vendredi à Genève la porte-parole du HCR Melissa Fleming. Une équipe de l'ONU a pu se rendre sur place et a découvert sept villages complètement incendiés.

 

"Il y a un vide complet sur le plan de la sécurité. Les groupes armés prolifèrent et les gens sont à la merci de n'importe qui avec un fusil. Des pillages, vols, enlèvements ont eu lieu et les villageois se cachent dans la forêt", a ajouté Mme Fleming. "La population vit dans une totale insécurité", a-t-elle dit.

 

L'accès des travailleurs humanitaires est très difficile, mais de l'aide a pu néanmoins être distribuée vendredi. L'ONU évalue à 160'000 le nombre de déplacés en Centrafrique depuis le mois de décembre. Beaucoup d'autres civils ont fui vers les pays voisins.

 

Efforts diplomatiques

 

L'ex-rébellion du Séléka a renversé en mars le président centrafricain François Bozizé. La France compte proposer au Conseil de sécurité de l'ONU en septembre un projet de résolution, afin, notamment, de renforcer le mandat et les moyens du Bureau politique des Nations unies en Centrafrique, mais aussi de muscler le mandat de la force internationale de soutien à la RCA (MISCA), devant être déployée par l'Union africaine (UA).

 

Paris s'active pour que se tienne fin septembre à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, une réunion consacrée à la Centrafrique. L'objectif est notamment de mobiliser des financements et de faire revenir les bailleurs de fonds qui ont déserté Bangui après le coup d'Etat.



(ats / 06.09.2013 13h31) 

L'UA annonce l'augmentation de l'effectif de la mission de paix à 3.600 en RCA
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 17:50

 

 

 

 

L’image épouvantable de la République Centrafricaine sur le plan international a été accentuée ces derniers jours  par une succession d’évènements dont  l’occupation du tarmac de l’aéroport international de BANGUI.

                                                                                                                                                                                                      

Les images de cette occupation qui ont fait le tour du monde portent  un grand discrédit aux Centrafricains d’une manière générale et au pouvoir en place pour la transition en particulier.                                                                                                                                                

Indépendamment des autres conséquences de cet évènement, ces images ont donné  l’impression d’un pays sans direction, sans autorité ni sanction, ce qui ne rassure ni la population elle-même, ni la communauté internationale, encore moins l’investissement.                                                                                                     

 

Cette occupation pacifique et spontanée de l’aérodrome par la population fuyant des exactions est un message très profond, un avertissement très clair au pouvoir en place. Celui-ci  doit en tenir compte par des mesures appropriées, durables, afin de ramener, consolider définitivement la sécurité, la paix et surtout la cohésion nationale.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

La République Centrafricaine doit préserver jalousement et par tous les moyens, sa cohésion afin d’éviter l’irréparable.

 

 Quelle que soit l’aide qui peut être attendue  de la communauté internationale dans le cadre de la crise que connait notre pays, son propre apport est primordial pour que la sécurité, la paix et l’unité nationale reviennent définitivement, durablement.                                                                                                                                            

J’attire particulièrement l’attention de tous mes compatriotes sur la réconciliation,  la cohésion nationale, socle d’une paix durable pour la reconstruction de notre pays.                                        

 

Sans ces deux valeurs que nous devons faire l’effort de  rechercher, de préserver, de consolider par tous les moyens au-delà de toute divergence quelconque, la reconstruction nationale sera difficile, voire impossible.

 Evitons  pour cela l’esprit de vengeance.

 

N’oublions pas que notre  pays est  à plus de 90°/° chrétien, et ne perdons pas de vue que la vengeance appartient à Dieu, et que les chrétiens ne sont pas mus par le désir de causer du mal, mais par la détermination de contribuer au bien de tous.

                                                                                                                                           Martin Luther King que je ne citerai jamais assez, a enduré toutes sortes de souffrances injustes. Il savait  mieux que personne ce que c’est que souffrir. Sa maison a été endommagée par une bombe, il a vécu jour après jour pendant 13 ans, sous des menaces de mort, a été poignardé par un membre de sa propre race, assommé dans le hall d’un hôtel, mis en prison vingt fois, blessé profondément parfois par la trahison d’amis. Et pourtant il n’avait aucune amertume au cœur, aucune rancœur en son âme, ayant  même parcouru ce monde en tous sens pour prêcher la non-violence et le pouvoir rédempteur de l’amour. L’une de ses prédications les plus touchantes, rédigée dans une prison de Georgie, basée sur le texte du sermon sur la montagne (Mt : 5 : 43-45) était intitulée  « Aimez vos ennemis ».  Après avoir montré pourquoi et comment les chrétiens sont appelés à aimer, il décrit comment « la haine multiplie la haine ….en une spirale descendante de destruction  …. » En effet, la haine est tout aussi néfaste à la personne qui hait qu’à sa victime. Mais pardessus tout,  l’amour est la seule force  capable de transformer un ennemi en ami  par sa puissance rédemptrice.

 

Je ne  citerai jamais assez à l’appui de ce qui précède, les résultats aujourd’hui visibles de l’application de cette valeur à la crise raciale qui a sévi aux Etats-Unis d’Amérique.                                                                                                                                       

En effet, pendant plus de trois siècles, les Noirs américains ont souffert de l’oppression, de la frustration et de la discrimination. Mais Martin Luther King et ses amis ont opposé avec détermination  « l’amour à la haine afin de gagner à la fois la liberté et leurs oppresseurs ». Cette double victoire s’est extraordinairement réalisée  un demi-siècle après  sa  mort, avec l’élection et la réélection d’un  Noir à la Présidence des Etats Unis d’Amérique, fruit de sa lutte pour les libertés, les droits, l’épanouissement de ceux-ci.

Le deuxième exemple que je ne cesserai de citer est celui de NELSON MANDELA.                                                                                                                                                Depuis bientôt deux décennies, on parle de « miracle sud-africain » à cause de   Nelson Mandela. Il a passé une grande partie de sa vie en prison et une fois devenu Président de l’Afrique du Sud, Mandela  ne s’est pas vengé pour quoi que ce soit.                                                              

 

La coupe du Monde de Football  de 2010 a été organisée pour la première fois en Afrique, précisément en Afrique du Sud, avec brio. Qui peut y voir un hasard ? La stabilité de l’Afrique Sud, son expansion économique, diplomatique, la considération qu’elle jouit dans le monde résultent d’un geste de cœur, c'est-à-dire l’amour de Nelson Mandela pour son pays, la tolérance dont il a historiquement fait preuve pour l’intérêt de sa nation.                                                                                                                                                                                                                                                       

Le refus de Mandela de se venger lui a valu une grande gloire à travers le monde et une attention toute particulière à l’Afrique du Sud.

 

Je félicite et encourage vivement le travail qu’effectuent depuis plusieurs mois l’Archevêque de BANGUI, le Président de l’Association des Eglises Evangéliques de Centrafrique et l’Imam de BANGUI pour lutter contre l’effritement de la cohésion entre chrétiens et musulmans à la suite du climat agité dans le pays d’une part tout en  rassurant, exhortant la population meurtrie, inquiète, interrogative à la tolérance d’autre part.

 

Cet important travail comble le grand vide, le surprenant silence des leaders politiques appelés pourtant à diriger, mais plus diviseurs que rassembleurs, comportement à l’origine   d’interminables crises en Centrafrique.

 

Je félicite également la population de BOEING pour l’occupation et la libération pacifiques de l’aéroport après avoir exprimé par ce geste un message aux dirigeants de la transition.

 

 Je note en passant qu’au-delà de cette occupation si facile de l’aérodrome  par la population de BOEING, c’est également le débat sur la sécurité de cette infrastructure qui est relancé, les projets de sa clôture  comme aéroport de dégagement dans la perspective de la  construction d’un autre sur un site identifié remontant à 1994.

 

 En effet, la progression observée des maisons ayant tendance à l’encercler depuis  bientôt  20 ans devient une grande préoccupation pour la  sécurité  des avions surtout à l’atterrissage le soir (vol d’oiseaux pouvant s’engouffrer dans leurs réacteurs, traversée  de la piste par des piétons, vol des ampoules de VOR (VHF Omnidirectional Range)1 par des individus etc.)

 

La situation que  vit notre pays n’est pas une fatalité. D’autres nations l’ont vécue et même d’une manière plus dramatique, mais leur volonté de tolérance, de tout surmonter,  d’en tourner la page pour tout reconstruire sur de nouvelles bases a non seulement triomphé, mais  permis leur stabilité, leur épanouissement.

 

La vie d’une nation est exactement comme celle d’un homme, faite de moments difficiles qui peuvent devenir une source de joie, de bonheur par la suite si ceux-ci servent d’enseignement au lieu d’être  considérés comme de la fatalité.

 

Ne perdons pas d’espoir mais prenons conscience de notre situation actuelle pour reconstruire notre avenir.

QUE DIEU BENISSE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ET LA SAUVE

 

Emmanuel Olivier GABIRAULT

Personnalité Politique indépendante.

 

 

  1. V.O.R. (VHF Omnidirectional Range) ou, pour certains, VISUAL OMNIDIRECTIONAL RANGE : C’est un système de navigation aérienne permettant  de connaître la route magnétique depuis une station au sol et par déduction,  de suivre n'importe quelle route passant par la station (en rapprochement ou en éloignement de celle-ci).
LA COHESION NATIONALE DOIT ÊTRE PRESERVEE, CONSOLIDEE PAR TOUS LES   MOYENS PENDANT LA PERIODE DE TRANSITION EN CENTRAFRIQUE par Olivier Gabirault
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 17:30

 

 

 

 

Yaoundé, 06 Septembre 2013

 

© Denis Nkwebo | Le Jour

 

Agression: L'assassin du Commissaire camerounais Ngando extradé 

 

Le Lieutenant Ali de la Séléka centrafricaine a été remis aux autorités camerounaises mercredi 04 août.



Les responsables de la police camerounaise se frottent les mains. Le lieutenant Ali, chef du commando de la Séléka au pouvoir en Centrafrique, qui a frappé et tué dans la localité de Tocktoyo dans la nuit du 19 août 2013, a été extradé vers le Cameroun par le pouvoir de Bangui. «Cette extradition fait suite à une demande pressante adressée à la République de Centrafrique sur haute instruction du Président Paul Biya», a indiqué un officiel en poste à Bertoua, à l'Est. La nouvelle de l'extradition du Lieutenant Ali a été confirmée par différentes sources policières qui précisent par ailleurs que «c'est mercredi 4 septembre au soir que l'assassin présumé du Commissaire Ngando Ngallè est arrivé à l'aéroport de Yaoundé-Nsimalen». Quid de sa destination? «Il est gardé en un lieu sûr», répond notre source. Mais Le Jour a appris que le suspect centrafricain est gardé à vue pour exploitation par la police judiciaire.

 
Avec la détention du Lieutenant Ali, les autorités camerounaises tentent de comprendre ce qui s'est passé dans la nuit du 19 août à Tocktoyo. «Le parquet militaire va se charger de la suite judiciaire mais il y a beaucoup de questions», prévient-on à la police judiciaire. Les questions évoquées portent notamment sur les activités du lieutenant Ali dans la localité de Tocktoyo, ses amitiés locales, ses rapports avec deux lettres anonymes de menaces de mort adressées à Ngando Ngallè avant l'incident dramatique du 19 août dernier, entre autres. Sans oublier ses complicités locales. Nos sources assurent qu'au moins un autre suspect est en détention, mais les recherches se poursuivent pour mettre la main sur tous les éléments du commando.

 
Pour exorciser le drame, le Chef de l'Etat a signé un décret élevant Ngando Ngallè, Officier de Police principal au moment de son assassinat, au grade de Commissaire de Police, «avec effet rétroactif». Une suite favorable à une proposition du Délégué général à la Sureté nationale, Martin Mbarga Nguele. Les policiers font du drame de Tocktoyo une question d'honneur. Mercredi dernier, tout l'état-major de la Police à Douala était mobilisé, dans l'attente de l'extradition du lieutenant Ali. Mais c'est plutôt à Yaoundé que celui qui a assassiné de 32 balles le chef du poste frontalier de Tocktoyo a été accueilli.

 

NDLR : Ce criminel n’a rien à voir avec Séléka 

Cameroun-RCA: L'assassin du Commissaire Ngando détenu au Cameroun
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:59

 

 

 

 

 

BANGUI Jeudi 5 septembre 2013 | 20:19 UTC  (Xinhua) - Des armes et minutions ainsi que des effets militaires récupérés dans les opérations de désarmement des ex-combattants Séléka lancées depuis mercredi ont été présentés ce jeudi matin à la presse, par le colonel Narkoyo, porte-parole du Comité de désarmement de la République centrafricaine.

 

Les opérations de désarmement, basée sur le volontariat, est menée par la police et les forces de sécurité nationale. Selon le ministre de la Sécurité publique, Josué Binoua, ces opérations de désarmement concernent tous les éléments de la Seleka qui ne résident pas dans les six casernes autorisées.

 

Une campagne de sensibilisation de 11 jours est lancée par le ministère de Sécurité publique, en vue d'impliquer la population dans ce processus de désarmement.

 

 «Tous éléments armés qui tenterons de s'opposer à cette opération salvatrice de désarmement qui démarre aujourd'hui, seront considérés purement et simplement comme des déstabilisateurs du pouvoir et de la nation », a déclaré Josué Binoua mercredi matin.

 

Egalement au mercredi, le parquet du tribunal de Bangui a requis 10 ans de prison ferme et une amende de 400.000 francs CFA pour chacun (environ 800 dollars US), contre une vingtaine d'ex- rebelles de la coalition Séléka, accusés de violences et de pillages .

 

Les condamnés sont accusés de "pillages et dégradation de biens d'autrui, soustraction de biens, actes de nature à compromettre la sécurité et à entraîner la haine envers les institutions de la République" lors d'une opération de désarmement de partisans de l'ex-président François Bozizé dans le quartier de Boy-Rabé à Bangui à la fin du mois d'août. Les violences ont causé une dizaine de morts.

 

Centrafrique : Les opérations de désarmement des ex-combattants Séléka se poursuivent
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com