Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 03:16

 

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

 

 

A Ita,

 

Il m’a semblé que nous autres de la diaspora avions, quel que soit notre parcours individuel et notre situation sociale, une dette à l’égard de notre pays d’origine et plus encore, envers les parents, les populations éprouvées et les victimes de toutes les barbaries.

 

Cela implique que :

 

-         toutes les initiatives tendant à attirer l’attention du monde sur ces malheurs,

 

-         toutes les actions sincères de nature à impulser un élan de compassion, de solidarité internationale et, bien plus, à décider les États, les Organisation de défense des droits de l’homme et les Groupes de pression, à mettre en œuvre les moyens appropriés pour contraindre les principaux antagonistes de la scène politique centrafricaine : Bozizé, Séléka et les autres à mettre un terme au calvaire de nos populations, sont à soutenir et à promouvoir sans retenu, sans état d’âme.

 

Dans l'appel du 13 mars dernier qui a trouvé, somme toute, un écho favorable un peu partout, j'ai suggéré à chacun, chacune et à tous, partis politiques compris, de s'investir afin de réussir dans l'intérêt de la paix de notre pays, démontrant par la même occasion, notre foi en la République unie, indivisible, laïque, solidaire, affranchie de toute domination étrangère.

 

Toute initiative est laissée aux compatriotes des villes où ils sont en grand nombre, de se mettre également en mouvement sur place et dans l'union. Leur demander de monter à Paris ne me semble pas judicieux.

 

Je ne suis pas un homme politique et n'aspire à aucune charge de représentation, celle-là même qui sous-tend nombre de compatriotes en déshérence. Je suis simplement un vieil homme retraité qui ne se contente pas de sa situation personnelle en France, miné par les souffrances de son peuple et son pays d'origine en dérive.

 

Je n'ai pas voulu tenir "une tribune à la centrafricaine" sur Internet. Mon message est direct et clair.

Je remercie toutefois les sites web qui ont bien voulu le relayer et le porter aux quatre coins du monde, y compris en Afrique. Si ce message pouvait être lu, relu; s'il pouvait susciter le rassemblement pour la paix tant souhaitée par la majorité, la voix des sans voix, celle de notre peuple meurtri, serait, pour une fois, en union avec son élite.

 

Notre action n'est pas et ne saurait être exclusive.

 

J'engage particulièrement les jeunes et les femmes à faire bouger les lignes, à secouer gentiment les "anciens", toujours nombreux et prompts aux joutes oratoires avec un verre de whisky ou de vin à la main, lors des places mortuaires notamment.

 

Dans le prolongement du débat encours, je remercie d'avance les représentants des Partis politiques, des Associations et autres, et les convie à prendre contact avec moi en vue d'une rencontre afin d'arrêter les modalités de la manifestation à Paris, lesquelles seront portées à la connaissance de notre communauté dès que possible. L'actualité démontre la nécessité et l'urgence de cette action.  

 

Enfin, merci de me tenir informé des initiatives conduites en province et ailleurs dans le monde dans cet esprit. Avec d'autres, je suis naturellement prêt à échanger avec les frères et les soeurs en charge de ces actions pacifiques, sachant que personne à Paris ne saurait se targuer ou s'ériger en leadership au plan national en France.

 

Paris le 21 mars 2013

 

Jean-Bosco PELEKET

 

 

NB : je voudrais rappeler cette évidence : nos enfants et petits-enfants sauront faire sentir tôt ou tard, au détour d'une réminiscence, nos absences et défaillances au moment où le Pays et la Nation étaient en péril.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 02:52

 

 

 

éléments-de-la-séléka-sur-la-route-de-sibut-le-18-mars- 

 

 

Nous apprenons, par les médias, des informations erronées faisant état de profondes divisions, de dissidence, voire de dissension, par l’existence de deux factions rivales au sein de notre Coalition. Ces informations bien surprenantes, parce que montées de toutes pièces par ceux-là mêmes qui sont à la solde du Général François BOZIZÉ, sont préjudiciables à l’Unicité de notre Détermination.

 

La Coalition SÉLÉKA, surprise par de telles assertions, appelle la presse nationale et internationale à une plus grande vigilance, en l’exhortant à une prise d’informations à la source, par un rapprochement auprès de notre Porte-parole unique.

 

N’en déplaise à ses détracteurs, la Coalition SÉLÉKA demeure, depuis sa création opérationnelle, sous une Unique et Haute Coordination de ses Pères fondateurs, en occurrence les Principaux Responsables de Mouvements qui la composent.

 

Il en ressort son exercice dans une théorie dite du Champ Unitaire : par une Unicité d’actions, sous un Unique et Haut Commandement Militaire. Pour preuve, nos nombreux succès militaires sur le champ opérationnel, tout comme les récents éléments factuels et fort concluants dans le MBOMOU et OUHAM, qui prouvent à suffisance notre Unicité au sein du Conseil Suprême de notre Coalition SÉLÉKA, sous la direction de notre Président.

 

Aussi, La Coalition SÉLÉKA exprime ses vifs remerciements au Peuple Centrafricain, meurtri par 10 années de gestion calamiteuse de notre économie par le Général François BOZIZE, pour son soutien inconditionnel et son indéfectible attachement à notre Cause.

 

Fait à Kaga Bandoro le 22 Mars 2013

Justin KOMBO

Secrétaire Général - SÉLÉKA É-mail : zokoyzosozola@yahoo.com

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 02:38

 

 

 

Maryline-Roosalem.JPG

 

 

Tout le monde se souvient encore qu’à peine débarquée du gouvernement TOUADERA, l’ex-ministre du commerce Maryline ROOSALEM, dont les relations intimes avec l’ex-demi-dieu Sylvain NDOUTINGAÏ étaient un secret de polichinelle, avait été très vite par un décret de BOZIZE comme DG du Fonds d’entretien routier avant même que le nouveau gouvernement d’union nationale n’ait été formé. Cette ultra-rapidité de recasement en a surpris plus d’uns dans le landerneau banguissois. Ce que l’opinion sait encore moins, est que la brave dame aurait laissé de mauvais souvenirs au Ministère du Commerce, poussant les bailleurs de fond à suspendre le décaissement du fonds intégré d'un montant de 13 millions de dollars pour cause de gestion scabreuse. Plus surprenant encore, elle est partie avec la Toyota Prado du ministère. L'Inspection générale d'Etat a même dû carrément aller chercher la voiture chez elle.

 

Trésorière du KNK, certains dignitaires de la bozizie accusent et en veulent à Maryline ROOSALEM d’avoir détourné à des fins personnelles une forte somme d’argent émanant de l’OIF et destinée aux festivités de cette institution lorsqu’elle fut conseillère à la présidence. Jusqu’ici, elle s’est toujours refusée de rendre compte de l’utilisation qu’elle a faite de cette enveloppe dont on peut aisément supposer qu’une bonne partie a dû lui avoir servi à battre sa campagne aux législatives de 2011 à Rafaï. Comme l’atteste la décision de son nouveau ministre de tutelle, elle vient de faire  l’objet d’une suspension de fonction et de solde de trois mois avec traduction devant le conseil de discipline.

 

La Rédaction

 

 

 

sanction-Roosalem--tete-2.JPGsanction-Roosalem-1.JPGsanction-Roosalem-2.JPGsignature-Mboli-Goumba.JPG

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 02:19

 

 

 

Des-membres-du-mouvement-de-rebellion-Seleka-le-9-janvier-2.jpg

de gauche à droite, GAZAM-BETTY, NOURREDINE et DHAFFANE de Séléka à Libreville

 

Source : http://gabonreview.com  jeudi 21 mars 2013 à 23:49

 

Le président François Bozizé qui était sous l’effet d’un ultimatum de la rébellion Séléka, expiré le 20 mars 2013, a tenté de calmer le jeu à travers la promulgation de deux décrets. Des mesures jugées insuffisantes par les rebelles qui exigent le départ pur et simple du numéro un Centrafricain.

 

La nouvelle tournure prise par la crise centrafricaine depuis le 17 mars dernier, avec le retrait des membres de la Séléka du gouvernement d’union nationale née des accords de Libreville, vient de franchir une nouvelle étape avec la demande du départ pur et simple du président Bozizé, malgré son acte de promulgation de deux décrets sur les onze points de revendications qu’ils ont soumis au représentant du médiateur.

 

Selon le porte-parole de la présidence, Gaston Mackouzangba, le premier décret, signé vers en fin d’après-midi du 20 mars 2013, par le président François Bozizé, prévoit que toutes les barrières érigées à travers le pays lors de l’instauration du couvre-feu sont désormais levées.

Le second décret prévoit que toutes les personnes arrêtées, détenues ou condamnées depuis le 15 mars 2012 recouvrent leur liberté. Cette dernière mesure de libération s’applique également aux prisonniers politiques et aux prisonniers de guerre, ainsi que toutes les personnes qui ont été interpellées dans le cadre de la récente crise qu’a connue le pays.

 

Des résolutions qui selon le colonel Oumar Bordas, l’un des porte-parole de la Seleka, arrivent trop tard. «C’est François Bozizé, qui entraîne l’insécurité et les grands problèmes qui sévissent sur le territoire national», fustige-t-il. «Nous avons pour l’instant nos armes au pied, mais François Bozizé sera chassé par les armes. Il n’y a que ça : c’est le canon qui va le chercher», a-t-il indiqué.

 

À cette nouvelle étape de la crise centrafricaine, la situation semble inquiéter la population Banguissoise et celle des périphéries à double titre, puisque s’il y a combat, ce sera à Bangui. Et à l’allure où vont actuellement les choses, l’affrontement devient de plus en plus imminent, étant donné que le président Bozizé ne compte qu’avec son énergie et l’appui de ses alliés pour terrasser le séléka, qui s’inscrit dans une dynamique du tout ou rien. Toutefois, de la majorité présidentielle à l’opposition démocratique, en passant par la société civile, les responsables ne désarment d’espoir, ils appellent tous à une résolution pacifique de la crise.

«Toutes les parties, et particulièrement la Seleka, qui est un mouvement de rébellion, doivent s’abstenir de pouvoir mener des actions qui sont de nature à mettre en péril cet accord, qui est un gage de paix pour le peuple centrafricain. Le peuple souffre véritablement», affirme ainsi Cyriaque Gonda, président du Parti national pour un Centrafrique nouveau et membre de la majorité présidentielle dans les colonnes de RFI.

 

«Notre patrie est en danger. C’est pour cela que nous insistons, pour qu’ils fassent appel à la raison. Qu’ils utilisent les instruments juridiques qui sont à notre disposition pour une paix durable pour notre chère République centrafricaine», réclame Gabriel Koyambounou, l’un des leaders des partis de l’opposition.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 02:08

 

 

 

Pr-Mandata.JPG

 

 

 Dans LES COLLINES DE L’OUBANGUI - N°265 du 14 Mars 2013


Les Collines de l’Oubangui (LCO): Professeur Gaston Mandata N'guérékata, pouvez-vous rappeler à l'opinion les raisons qui vous ont motivé pour la création de votre parti?

 

Gaston Mandata N’guérékata (GMN): Je voudrais avant tout faire observer une nuance. Le Conseil National pour la Renaissance Centrafricaine-Fini Bê-Afrika (CNRC-FB) est une plateforme citoyenne de réflexion et d'action politique. Ce qui veut dire, au sens où l'entendent les textes de loi réglementant les partis politiques en Centrafrique, qu'il n'est pas encore un Parti.


Ceci dit, pour répondre à votre question sur le fond, le CNRC-FB est une émanation de patriotes Centrafricains d'horizons divers et variés décidés à s'organiser afin de mettre un terme à la dégradation sans précédent de la situation du pays, marquée depuis plusieurs décennies par une injustice sociale criante, de multiples atteintes à la liberté, l’impunité de crimes répétés et graves aux droits humains fondamentaux, l'inacceptable transformation de l'Etat en un patrimoine familial, l'incurie organisée au sein de l'armée nationale (FACA) la réduisant à l'ombre d'elle-même et permettant ainsi la livraison d'un pan entier du territoire national en un vaste non man's land où sévissent des groupes armés conventionnels et non conventionnels se livrant à des pillages, des exactions et crimes de sang sur les paisibles populations rurales... bref, il s'agissait de rassembler de manière large des compatriotes ainsi que des forces sociales et politiques de l’intérieur et de la diaspora, dans une dynamique militante visant l'émergence d'un projet politique alternatif capable de sortir l'impasse, notre patrie, la République Centrafricaine.

 

LCO: 53 ans après son accession à l’indépendance, la RCA est au point que tout le monde connaît. Selon vous, comment faire pour l'incruster dans le train du développement et de la mondialisation?

 

GMN: Notre pays est dans une situation peu reluisante. Il réunit tous les ingrédients d'un Etat en déliquescence où l'extrême misère, qui touchait quelques milliers de personnes il y a 15 à 20 ans, s'étend aujourd'hui à plus d'un million de Centrafricains. Avec moins d'un dollar américain par jour pour vivre pour la majorité des citoyens, une espérance de vie à la naissance de 48 ans contre 51 ans en Afrique ; la Centrafrique vit des moments particulièrement dramatiques.

 

Mais, cet état désastreux et alarmant du pays ne doit pas amener nos compatriotes à baisser les bras, à tomber dans le pessimisme ou à croire à la fatalité.


Il existe des raisons objectives d'espérance et d'engagement pour renverser la tendance actuelle dans notre pays vers le meilleur. Je veux dire, nous pouvons bien nous en sortir, si les acteurs sociaux et politiques centrafricains acceptent de se mettre en adéquation avec les aspirations profondes de nos populations, particulièrement celles de nos régions rurales qui constituent 70% de la Nation. Que les acteurs sociaux et politiques Centrafricains prennent réellement conscience des immenses potentialités dont notre pays regorge. En effet, il est de notoriété publique que la Centrafrique a des atouts importants. Je citerais par exemple : la forte proportion des jeunes au sein de la population, la courbe ascendante de la natalité, les grandes superficies inexploitées des forêts vierges et des terres riches agricoles, les ressources énergétiques et minérales prouvées (pétrole, uranium, or, diamant, cuivre, cobalt, fer, etc)


De mon point de vue, le chemin du retour de la croissance économique et de l'amélioration des conditions de vie du plus grand nombre de nos compatriotes passera d'abord par l'acceptation d'une « Paix des braves » entre tous les fils du pays engagés depuis plusieurs décennies dans une lutte fratricide pour la prise et l'exercice du pouvoir politique. Une fois la Paix revenue en notre sein, il va falloir créer les conditions d'une « Union Sacrée » des grandes forces sociales et politiques visant le démantèlement des groupes armés nationaux et étrangers non-conventionnels, la restauration de la sécurité sur l'ensemble du territoire national, l'implantation et le renforcement des services publics de base. Ces conditions préalables réunies, un accent particulier doit être mis sur le développement des activités dans les secteurs agricole, forestier, minier et touristique. Il faut également assainir l’environnement des affaires, améliorer les infrastructures de base (routes, ponts, réseau d'électricité, etc…) et développer les échanges avec l’extérieur en tenant compte de la géopolitique et la géoéconomique d'un monde irrémédiablement multipolaire.

 

LCO: Le 11 janvier 2013, les Centrafricains se sont engagés dans la signature d'un Accord à Libreville au Gabon visant à pacifier durablement notre pays. Comment voyez-vous l'application dudit Accord deux mois après?

 

GMN: Les accords de Libreville ont été signés à la hâte. Les véritables protagonistes de la dernière crise militaire et politique en Centrafrique ne se sont pas donné le temps nécessaire pour débattre à fond les réels motifs à la base de la reprise des hostilités et d'esquisser les solutions idoines en vue d’une paix durable.

Qu’à cela ne tienne, ces accords ont été signés et ils sont déjà entrés en application avec la nomination du Premier ministre et la constitution de son gouvernement.


Quant à l'application de ces accords, je pense qu'il est trop tôt de porter un jugement par rapport aux résultats escomptés. Mais, à l’allure où les choses évoluent, je ne peux qu’être dubitatif. Visiblement, les parties en présence semblent s’accuser mutuellement du non-respect des clauses sur lesquelles elles se sont pourtant entendues. Je constate tout au moins que le Gouvernement éprouve des difficultés dans l’accomplissement de sa mission. Vous voyez, tout cela n’augure pas d’un avenir meilleur. Y-a-il un capitaine à bord ? Quel cap pour la RCA post-Libreville 2013 ? …

 

LCO: Vous résidez aux Etats-Unis et sur le terrain au pays votre parti ne se fait pas sentir. Comment al-lez-vous aborder les prochaines échéances législatives et présidentielles?

 

GMN: Le CNRC-FB est une organisation naissante qui entend oeuvrer, avec tous les Centrafricains d’où qu’ils se trouvent, pour une sortie durable du pays de l'impasse où il se trouve et pour jeter sérieusement les bases de la reconstruction nationale. A ce titre, la priorité a été donnée aux actions d'explication et de sensibilisation des compatriotes sur les principes et valeurs à la base du CNRC-FB ainsi que ses objectifs. Ce travail a permis aujourd'hui à beaucoup de compatriotes, particulièrement de la diaspora d'y adhérer massivement. A ce jour, le CNRC-FB est implanté en Centrafrique, en France, aux Etats-Unis, au Maroc, au Sénégal, au Bénin, au Togo, au Cameroun et en Egypte. Maintenant, le cap sera mis sur une meilleure lisibilité et visibilité de la Plateforme au niveau national. Il s'agit concrètement de la mise en place de la Direction officielle du CNRC-FB au pays ainsi que de ses structures de base sur l'ensemble du territoire national. Donc, pour reprendre votre expression dans l'autre sens : je dirais que le CNRC-FB se fera bientôt sentir au pays. Quant aux prochaines échéances électorales, je puis vous assurer que le CNRC-FB s'y prépare.

 

LCO: La problématique de l'exploitation des nombreuses ressources de notre sous-sol se pose avec une acuité brûlante. Si vous y avez réfléchi, comment devrions-nous nous prendre pour exploiter ces richesses sans écueils et ainsi développer notre pays?

 

GMN: Le régime issu du coup d'Etat du 15 mars 2003, et qui est toujours en place, n’arrête pas de faire miroiter l’exploitation de l’uranium, de l’or, du ciment, du pétrole et que sais-je encore, comme moyen pour sortir le pays de son état de délabrement. Franchement, il faut arrêter cette duperie. Je pense qu’avant d’en arriver là, il faudrait se poser la question de savoir qu’avons-nous fait des revenus issus de l’exploitation de nos trois principales ressources naturelles depuis dix années : le bois, le diamant et l'or. Lorsqu'on sait que beaucoup de pays africains, qui n’ont même pas nos ressources précitées, réussissent à répondre aux besoins élémentaires de leurs concitoyens plus que nous, la question n'est pas d'exploiter de nouvelles ressources, mais de commencer par mieux gérer et redistribuer équitablement les revenus de celles qui sont déjà en exploitation. Par exemple, le diamant seul a permis au Botswana de se hisser économiquement au rang des pays enviés sur le continent. Le problème de la Centrafrique se situe au niveau Politique où il manque cruellement de leadership capable de proposer et conduire efficacement un programme économique et social axé sur tout ce que le pays possède comme richesses du sol et du sous-sol. Je pense en premier lieu à l’agriculture qui occupe les trois quarts de notre population, à l’élevage, à la faune, à la flore et enfin au sous-sol. Avant de parler de l’exploitation de notre sous-sol, il faut penser à un certain nombre de préalables à savoir, la mise en place d’un cadre législatif et fiscal favorable aux affaires, l’instauration d’un Etat de droit, la bonne gouvernance, etc… Sinon, en l’état actuel des choses, où l'Etat se confond à un individu et sa proche parentèle, vous conviendrez avec moi, l’exploitation de quelques ressources du sous-sol que ce soit, uranium ou pétrole, ne fera que profiter à une poignée d’individus sans foi ni lois.

 

LCO: Professeur GMN, avez-vous une assise internationale et comment voyez-vous la représentativité de la RCA sur le plan international?

 

GMN: Il ne m’appartient pas de me prononcer sur ma notoriété, je laisse le soin aux autres de le faire. En ce qui concerne la représentativité de notre pays au niveau international, tous les indicateurs sont au rouge alors qu’objectivement la Centrafrique a de quoi mériter mieux que sa place actuelle au sein du concert des Nations. Notre pays est aujourd’hui classé parmi les derniers de la planète que ce soit sur le plan diplomatique, économique, social, sécuritaire, etc… Or, nous disposons des atouts non négligeables pour rehausser notre place dans le commerce international et aussi redorer notre image sur le plan politique et diplomatique, notamment dans la sous-région de l'Afrique Centrale où nous étions un pays phare pendant la lutte de décolonisation avec le projet des Etats unis de l'Afrique latine de notre leader national Barthélemy Boganda.

 

LCO: Avez-vous en tant qu'enseignant, un projet pour les enseignements primaire, secondaire et supérieur en RCA?

 

GMN: Le CNRC- FB fait de l’éducation et la santé la priorité de ses priorités car, comme vous le savez sans Education aucun pays ne peut progresser et s'épanouir. Il nous faut procéder à une réforme globale de notre système éducatif visant, entre autres, à rendre obligatoire et gratuite la scolarisation de tous les enfants jusqu’à l'âge de 15 ans, développer l'éducation populaire, améliorer la qualité de l’enseignement en rendant obligatoire l’apprentissage de notre langue nationale et officielle, le Sango, ainsi que l'usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), promouvoir la formation technique et professionnelle de nos jeunes, développer l'apprentissage de métiers d'artisans par le parrainage ou le système de compagnonnage pour nos jeunes sortis tôt du système scolaire, motiver le personnel enseignant par des salaires décents, des primes à l'excellence et les stages de remise à niveau, réhabiliter et renforcer les infrastructures scolaires et en créer partout où elles n'existent pas de telle sorte que toute l’étendue du territoire national en soit pourvue. Je pense notamment aux régions de l’Est et Nord-Est du pays longtemps délaissées.

 

LCO: Votre dernier mot aux Centrafricains et à l'opinion.

 

GMN: Les accords du 11 janvier 2013 signés à Libreville au Gabon sont censés ramener la paix au pays ; tous les signataires de ces accords doivent respecter leurs engagements et veiller à sa stricte application de manière sincère. Vu la gravité de la situation nationale et le défi à relever, nous devons faire montre d’initiative, de courage et surtout de détermination pour créer une seconde renaissance de la République Centrafricaine et redonner espoir à nos concitoyens. J’invite tous les compatriotes à soutenir le CNRC-FB dans son projet de bâtir une Nation unie, indépendante, prospère et une société juste et solidaire.

Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de m'exprimer dans votre journal dont je tiens à saluer le courage et l'abnégation dans le devoir d'informer les centrafricains et le monde sur la situation de notre pays.

J’adresse enfin à tous un message d’espoir. Nous avons touché le fond. Nous ne pouvons que rebondir, reprendre notre place dans le concert des nations. Vive la RCA !

 

Propos recueillis par Isaac Dangaye

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Interview
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 01:48

 

 

 

logo M2R

 

 

 

                                                       COMMUNIQUE OFFICIEL

 

 

M2R /n° 002 du 21 mars 2013

 

 

A la suite et à l'inspiration de Karinou, de Baram-Mbaké et de Boganda, partout sur le territoire national et à l'extérieur, chaque fille et fils de Centrafrique à l'impérieux devoir de se dresser contre l'oppression et la tyrannie en se joignant à la marche résolue du M2R, ultime sacrifice pour l'affranchissement de la patrie. Le M2R dispose :


- d’une feuille de route rigoureuse pour une transition consensuelle et dynamique contrairement aux aventuriers dont les revendications bassement matérielles, constituées en primes de salissure pour avoir porté Bozizé au pouvoir en 2003 et l’avoir aidé à conduire la RCA au bord de l’abîme révèlent leur dessein vorace.


Aujourd’hui 21 Mars 2013 la Seleka déclare donner encore une chance à Bozizé ! En quoi consiste cette dernière chance? Doit-on comprendre que si Bozizé met sa main dans son portefeuille la Seleka va abandonner la lutte armée et déguerpir des régions sous leurs tortures?


- d’un plan de réformes hardies, porteuses d’une véritable espérance pour la paix recouvrée et consolidée en Centrafrique ; prometteuses de croissance et de développement de l’économie.


Le M2R s’engage à reconstituer l’unité nationale, à rendre la liberté et la dignité aux centrafricains; à rehausser le goût du travail à nos laborieuses populations.


Le M2R se met au service des jeunes, des femmes, des hommes volontaires et probes pour promouvoir l’éducation, la santé, la science, la technologie, la bonne gouvernance, la justice, la liberté, la démocratie participative.


Constitué de véritables professionnels formés au noble métier des armes et de civils éclairés, le M2R n’est pas en quête ni de galons indus, ni de postes ministériels dans le but inavoué de spolier l’Etat déjà squelettique. Les militaires qui ont rejoint le M2R ont le sens élevé de l’honneur, la discipline et la patrie.


Face à la montée des périls, périls Bozizé, péril Seleka, qui chaque jours menacent notre existence en tant que peuple et Nation, qui ruinent inexorablement les fondements de notre cohésion nationale, voici venu le temps de l'action.


En chacun de nous demeure un soldat, gardien de notre patrie aujourd'hui en grand danger.


C’est pourquoi le M2R interpelle et appelle le peuple de Centrafrique à un compromis historique pour sortir du joug des inquisiteurs.


Ensemble nous allons conjurer le mauvais sort de la violence, de la pauvreté et de la misère.


Ensemble nous gagnerons le pari de la renaissance et la refondation de la République Centrafricaine.


Fait à Bangui le 21 mars 2013


Le coordonnateur


Salvador EDJEZEKANE

 

Mouvement pour la Renaissance et la Refondation/Mouvement politique alternatif en RCA

courriel : renaissancerefondation@gmail.com

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 01:36

 

 

 

BANGUI : LA SÉLÉKA REPREND LES HOSTILITÉS ET ATTAQUENT DEUX VILLES

 

 

elements-de-la-seleka-sur-la-route-de-sibut-le-18-mars-.jpg


Bangui, 21 mars 2013 (RJDH) Les rebelles de la coalition Séléka ont repris les hostilités ce matin en attaquant les villes de Bouca et de Batangafo situées dans le nord du pays. Une attaque survenue après l’expiration de l’ultimatum lancé au pouvoir du président Bozizé par les rebelles.

 

En reprenant les armes, les rebelles affirment réagir ainsi contre la non application des accords signés le 11 janvier dernier à Libreville. Ils menacent de faire tomber le régime du président François Bozizé.

 

« Nous sommes entrés dans Batangafo, puis à Bouca », a mentionné le Général Arda Hakouma, sous-chef d’Etat-major des opérations de la Séléka, qui dit conduit les attaques avec ses éléments.

 

Pourtant  en début de soirée du mercredi 20 mars, le président François Bozizé a promulgué deux décrets pour répondre aux exigences de la Séléka. Le premier décret lève toutes les barrières érigées à travers le pays lors de l’instauration du couvre-feu, qui est également levé. Le second prévoit la libération des prisonniers politiques et des prisonniers de guerre, ainsi que des personnes qui ont été interpellées dans le cadre de la récente crise.

 

Seulement, les rebelles jugent que les deux décrets signés sont trop tard. Joint par la presse internationale hier soir, le colonel Oumar Bordas, l’un des porte-paroles de la Séléka, affirme que c’est le président Bozizé qui« entraîne l’insécurité et les grands problèmes qui sévissent sur le territoire national (…). Nous avons pour l’instant nos armes au pied. François Bozizé sera chassé par les armes. Il n’y a que ça : c’est le canon qui va le chercher ».

 

Les éléments de la coalition Séléka qui ont maintenu depuis dimanche cinq ministres issus de leur rang, ont posé onze points de revendication au pouvoir de Bangui faute de quoi, ils vont reprendre les hostilités dans un délai de trois jours. Un ultimatum qui a pris fin le mercredi 20 mars.

 

Il s’agit du ministre de la Défense Michel Djotodjia, le ministre de la Communication Christophe Gazam-Betty, celui des eaux et forêts Mohamed Moussa Dhaffane, le Ministère de la Géologie, des recherches minières et de l’hydraulique, Herbert Djono Ahaba, et Amalas Amias Haroun du commerce, alors qu’ils se sont rendus à Sibut (centre) avec une délégation de la communauté internationale, pour sensibiliser les rebelles sur le processus de leur désarmement et réinsertion.

 

 

OBO : UNE SITUATION HUMANITAIRE PRÉCAIRE POUR LES DÉPLACÉS DE LA SÉLÉKA

 

Obo, 21 mars 2013 (RJDH) – Les habitants des villes de Bangassou et de Rafaï (sud-est) qui ont fui les exactions des rebelles de la Séléka, pour se réfugier à Obo (sud-est) vivent dans une situation humanitaire précaire, a fait observer une source proche de la préfecture du Haut Mbomou ce jeudi 21 mars.

 

D’après cette source, certaines personnes déplacées sont accueillies pour la plupart par des habitants d’Obo et d’autres sont dans des auberges, sans aucune assistance.

 

« Depuis leurs arrivées dans la ville, ces personnes n’ont pas bénéficié d’une assistance humanitaire, parce que pour le moment, nous n’avons pas de moyens pour leur venir en aide », a déploré l’informateur du RJDH.

 

Il a par ailleurs souligné que la vie devient également chère à cause de l’arrivée massive de ces déplacés dans la ville d’Obo et à la recrudescence des exactions des éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony.

 

« Il est actuellement difficile de trouver de la nourriture dans la ville. Tout est cher parce que les voies sont bloquées entre Obo et les autres villes qui ravitaillent la localité. Egalement, la présence des éléments de la LRA empêche la population d’aller aux champs », a dit la source.

 

La même source  a également fait savoir que la majorité de ces déplacés sont des femmes et des enfants, avant de demander aux ONG humanitaires de voler au secours de ces déplacés.

 

La ville de Bangassou est tombée entre les mains des éléments de Séléka le 11 Mars dernier. Cette situation a poussé la population de cette localité et celle de Rafaï à trouver refuge à Obo, une ville déjà affaiblie par les exactions des éléments de LRA.

 

 

BANGUI : DES RELIGIEUX SE MOBILISENT POUR ASSISTER LES VICTIMES DES EXACTIONS DE LA SÉLÉKA

 

Bangui, 21 mars 2013 (RJDH) L’association nationale des églises baptistes (ANEB), mène une campagne de collecte de fonds et autres matériels, allant du mois de mars au mois d’avril. Le fonds récolté est destiné aux victimes des exactions des rebelles de la Séléka, dans les sous-préfectures, de la Nana-Gribizi, du Mbomou, de la Ouaka et de la Basse-kotto.

 

Mathias Toffio, président de l’ANEB a souligné que les églises ont un rôle très important à jouer au sein de la société. « Prêcher l’évangile à la nation,  c’est ramener les perdus vers la bonne voie en se basant sur la parole de Dieu. L’assistance morale et matérielle est encore un autre point qu’il ne faut pas négliger », a-t-il dit.

 

« Cette crise a touché tout le monde et ceux qui se trouvent dans cette situation sont des humains, qui ont besoin de l’aide des autres. Ce sont nos frères et sœurs qui ont été violentés, violés et agressés. Leurs biens ont été volés, donc il est important de les assister et de les secourir », a déclaré le pasteur Mathias Toffio.

 

Il a également précisé que tous les chrétiens des différentes églises, membres de l’ANEB des régions de Bangui, de l’Ombella M’Poko et de la Lobaye sont concernés par cette campagne de collecte.

 

Le président de l’ANEB a également fait savoir qu’au mois d’avril prochain, une mission se rendra dans les zones occupées, pour poser cet acte de soutien aux personnes affectées par les exactions des rebelles.

 

« Nous allons organiser une séance de sensibilisation sur la culture de la paix, qui fait parie du rôle que doit jouer toutes les églises en Centrafrique »,  conclu Mathias Toffio.

 


BANGUI : UNE FAMILLE QUI A FAIT UN QUA TRIPLÉ REÇOIT DE L’AIDE

 

Bangui, 21 mars 2013 (RJDH) Rotary club a fait un don ce jeudi 21 mars, de lait de nourrisson pour le qua triplé, né d’une famille démunie à l’hôpital communautaire de Bangui. Cette structure s’est engagée également à financer l’achat de ces produits alimentaires pour une période de trois mois.

 

Selon Astou Arnould, chargée de communication de cette structure, « Rotary club est une organisation laïque et apolitique, qui mène bénévolement des actions humanitaires. Il a également pour objectif d’accompagner certaines personnes à avoir une existence digne pour se loger, se nourrir et pour pouvoir acquérir une instruction et une éducation ».

 

Le président de Rotary club de Bangui Alexandre Ouango, a ajouté que « nous nous sommes engagés à prendre en charge ces enfants et assurer leur alimentation pendant une période de trois mois.  Pour mieux mener cette action, les parents vont à la pharmacie Notre Dame pour prendre les boites de lait et donner à leurs enfants », a-t-il clarifié.

 

Les nouveau-nés sont à leur deuxième semaine de naissance. Il s’agit de trois filles et d’un garçon. L’un des bébés est maintenu à la pédiatrie pour des raisons sanitaires.

 

 

BANGUI : DES PERSONNES PRIMÉES À L’OCCASION DE LA CÉLÉBRATION DE LA FRANCOPHONIE

 

Bangui, 21 mars 2013 (RJDH) – Une quinzaine de personnes ont reçu le mercredi 20 mars, des prix de la part de l’ambassade de France, de l’alliance française de Bangui et de l’Institut Pasteur. Une activité marquant la célébration de la journée de la francophonie. Ces lauréats sont retenus après avoir participé aux jeux concours de dictée, de dessins et d’autres épreuves, pour marquer cette journée.

 

Les lauréats sont des élèves, étudiants et des particuliers francophones, à qui l’Institut Pasteur a remis  un lot de téléphones portables et des dictionnaires.

 

« Cette année, l’Institut Pasteur a également participé aux concours de la francophonie. Son apport consiste à demander aux élèves de 20 lycées de Bangui à faire un dessin sur la santé, notamment sur la question du VIH/Sida, des autres infections et de l’hygiène sanitaire », a mentionné Mirdad Kazadji, directeur général de l’Institut Pasteur.


Sur les 20 dessins retenus et transmis aux membres du jury, trois dessins sur la communication du VIH/Sida sont retenus. Il s’agit de celui des élèves des lycées Saint Charles, Miskine et du Centre protestant pour la jeunesse.

 

La journée internationale de la francophonie est célébrée ce 21 mars, cependant un centre d’apprentissage d’informatique et d’internet a été mis à la disposition des élèves des lycées Barthélemy Boganda, Miskine et Martyrs de Bangui par l’ l’Ambassade de France et la société de la téléphonie mobile Orange Centrafrique. Le local de ce centre est installé à la maison de la francophonie. L’initiation va durer un mois et plus de 150 élèves passent quotidiennement dans la journée pour apprendre l’informatique et l’internet jusqu’à la fin de ce mois.

 

 

OBO : DES AGENTS DE SANTÉ INITIÉS POUR LE SUIVI DES VICTIMES DE LA LRA

 

Obo, 21 mars 2013 (RJDH) Au totale 16 agents de santé de la préfecture sanitaire du Haut-Mbomou (sud-est), ont été entretenus du 18 au 21 mars, à l’identification, le suivi et la prise en charge des victimes des violences des rebelles de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony. Une initiative de l’ONG Merlin.


Le chef de la préfecture sanitaire de cette localité,  docteur Zarambaud, a indiqué que  cette assise vise à renforcer la capacité de ces agents de santé en technique de traitement et de suivi des victimes de viol des éléments de la LRA, à l’issue de laquelle un protocole de prise en charge des victimes de viol sera élaboré.

 

« Cette activité est très importante afin de rassembler des preuves médicales pour mener une poursuite judiciaire contre les auteurs des exactions liées à la violation des droits humains », a fait savoir Albert-Boris Mbagalé, le préfet du Haut-Mbomou.

 

Joseph Kpioyessirani, maire de la ville d’Obo, a déploré l’absence de prise en charge des victimes des violences sexuelles commises par les éléments de la LRA. « La formation de ces agents de santé serait une des solutions pour la situation sanitaire équilibrée dans la préfecture du Haut-Mbomou », a-t-il conclu.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 01:03

 

 

 

Bangui ville

 

 

L’incarnation à la tête de l’opposition démocratique par monsieur Nicolas TIANGAYE et monsieur Martin ZIGUELE soit disant n’est pas à la hauteur des espérances de Centrafricains (es), aujourd’hui. Il faut qu’on se le dise, ces deux mumuse de Monsieur BOZIZE, ne cessent de nous désoler. Pour beaucoup de Centrafricains(es), de la diaspora, on ne sait par quelle tournure idiomatique et circonstancielle les deux pensent qu’ils incarnent de manière absolue en jouant très habillement dans des termes ambigus, l’« Opposition Démocratique ». D’ailleurs, qui pose réellement un grand problème, dans les postures et combats qu’on peut mener avec beaucoup des convictions pour la justice et l’équité, la solidarité dans le respect de l’unité et de l’intérêt général pour les Centrafricains(es), et notre intégrité sur un plan international.

 

 

Démonstration de ce concept ambigu d’« Opposition Démocratique », qui nous affaiblit tous sur l’échiquier politique, et qui semble profiter à des situationnistes, au passage muselé, beaucoup de nos compatriotes qui on bien le mérite d’exister sur la scène politique. Les Centrafricains(es), qui s’astreignent à une obéissance aveugle soit disant de leurs leaders, en connaissant les limites et l’incapacité de ces soi-disant leaders d’être ferme, pour arrêter la mise en déroute de notre nation, non seulement pas par la seule faute du Président autiste de Bangui, mais aussi de monsieur Nicolas TINAGAYE et monsieur Martin ZIGUELE qui contribuent largement avec monsieur BOZIZE à brader notre Pays à des étrangers qui sévissent, et pillent  notre richesse et économie, continuent d’enclencher l’appauvrissement de notre population, et une mise en demeure sur le plan sécuritaire systématique.     

 

 

Une opposition reste une opposition quel que soit l’acte, ou le motif de s’opposer à un adversaire.  En Centrafrique, du fait de la médiocrité généralisée ainsi que de l’épuisement moral des Centrafricains(es), des souffrances causées, et imposées par des gouvernants «  les classes politiques », les politiques nous créent des fausses entités d’opposition, qui finalement leur profitent, et font des diverses combinaisons pour se servir, se distribuent des postes au détriment de l’intérêt général, en ce terme d’opposition soit disant :

 

 

Opposition Démocratique, Opposition politico-militaire combattante ou non-combattante…etc.

 

 

Il est temps que le peuple Centrafricain cesse d’avaler des couleuvres. Un appel à la jeunesse, à cette génération d’après l’indépendance de se mobiliser et de ne plus accepter cet état de fait, cette malhonnêteté intellectuelle qu’on ne cesse de lui imposer, les soi-disant hommes politiques.

 

 

L’incompétence de l’opposition démocratique.

 

 

Le constat est très amer de l’incompétence des dirigeants de l’opposition démocratique depuis la mise en place du Gouvernement supposé d’Union Nationale (GUN). Nous avons tout simplement un remix d’un pouvoir endormi de BOZIZE (KNK), ceux-là mêmes qui grattaient hier comme des petits chiots en aboyant sur la base d’une fausse conviction ou des réclamations du « FARE ou FARE-2011 » et puis d’ailleurs on ne sait quelle dénomination leur attribuer, derrière la porte du maître pour demander à manger, aujourd’hui c’est chose faite.

 

 

La sortie molle de monsieur ZIGUELE ancien premier ministre du défunt Président PATASSE qui a oublié qu’il est aux affaires à travers son ami qu’il a mis au chaud monsieur le premier ministre Nicolas TIANGAYE dont on vantait sa grande capacité intellectuelle, ainsi que son intégrité morale, qui se voit aujourd’hui malmené par un Président "Dernayau", de son propre terme du mot dernier de la classe.

 

 

Monsieur ZIGUELE, demande à d’autres dirigeants de venir décider et pousser Monsieur BOZIZE à dissoudre ses milices, nous n’en croyons pas nos oreilles ! Alors qu’il y a un pouvoir exécutif en place piloté par beaucoup des leurs soi-disant « Opposition Démocratique ».

 

 

La sortie non-événement du PM.

 

 

Cette sortie du premier ministre Nicolas TIANGAYE, brille encore de l’ambigüité et d’une grande trahison et au passage se moque encore des souffrances du peuple Centrafricain si y avait un choix à proposer, qu’il continue de briller à travers ses silences, que de nous rabâcher les articles de l’accord de Libreville qui sont devenus caducs avant même la constitution de son Gouvernement. Si le combat qu’il prétend mener au nom de l’opposition démocratique ou du peuple Centrafricain est réel, Il devrait maintenant démissionner, parce que le contrat n’est pas rempli, vues les multiples violations des deux camps antagonistes KNK de BOZIZE et Séléka.


 

L’ultimatum de Séléka à été adressé au propre chef du Président BOZIZE, et non au premier ministre du GUN. Nous savons aussi lire entre les lignes monsieur le premier ministre Nicolas TIANGAYE et monsieur ZIGUELE. Les replis tactiques des leaders de Séléka est une acte posé, fondamental, qui peut avoir deux lectures.

 

 

Une pression supplémentaire vis-à-vis de l’autiste de Bangui, le Président BOZIZE.

 

Acte posé pour la démission du GUN, pour finir le travail.

 

 

Vous tapez sur Séléka, alors que Séléka est le faiseur de Roi, c'est-à-dire grâce à leurs énergies déployées que l’opposition démocratique est aux affaires aujourd’hui. Que cette opposition nous démontre aujourd’hui son efficience à gouverner ou à restaurer la sécurité. Notre Pays à besoin des hommes forts et intègres, honnêtes, afin d’extirper le mal qui se trouve à la tête de notre Pays. Notre pays n’a plus besoin de charmeurs de serpents ou de vendeurs de soupe.

 

 

Réagissons, Réagissons, à l’unissons mes chers(es) compatriotes, on ne sait pas quels  hommes  composent Séléka !

 

                                                                                              Diasporas, le 21-03-2013

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Opinion
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:53

 

 

 

 

 

Bozizé saluant le gl Dhaffane

 

 

21.03.13 à 15h32

 

Les rebelles centrafricains du Séléka ont rejeté ce jeudi les concessions faites par le président François Bozizé en les jugeant trop timides et trop tardives et ont exigé la démission du chef de l'Etat. Mercredi, la télévision d'Etat a fait état de décrets présidentiels ordonnant la libération de détenus, la levée du couvre-feu et l'interdiction des barrages érigés par les partisans du général-président Bozizé.

 

«Tout ce que nous demandons de lui, c'est qu'il quitte maintenant le pouvoir», a déclaré à Reuters le colonel Sylvain Bordas, porte-parole de l'insurrection. «S'il n'obtempère pas, nous le chasserons.» Le Séléka, dont les combattants étaient aux portes de Bangui en décembre, exige également le départ des contingents africains, dont quelque 400 militaires sud-africains, envoyés en Centrafrique pour stabiliser la situation et faciliter des pourparlers de paix. En Afrique du Sud, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a pour sa part exclu cette éventualité. «Nos troupes restent et n'iront nulle part», a-t-il dit.

 

Les rebelles veulent aussi des postes pour leurs chefs politiques et militaires au sein du gouvernement conformément à l'accord de partage du pouvoir signé en janvier à Libreville. Les Nations unies ont condamné l'offensive militaire rebelle de ces dernières semaines en Centrafrique et invité toutes les parties à respecter l'accord signé dans la capitale gabonaise. A Bangui, on ne signale pour le moment aucun affrontement mais la tension est palpable à la perspective d'une reprise des combats.

 

Avec Reuters

 

 


NDLR : Bozizé n’avait pas à faire des concessions mais à appliquer les termes d’Accords politiques qu’il a signés. Ce qui a été acté à Libreville dans lesdits Accords et que Séléka revendiquait avec force, c’est bien la libération des prisonniers politiques qui ne sont autres que les personnes arrêtées à Bangui pendant les hostilités de décembre dernier notamment, (Goula, Roungas et autres natifs de Bamingui-Bangoran, Haute-Kotto et de la Vakaga) et qui n'ont jamais été présentées à un juge quelconque et dont même le lieu d'incarcération était resté jusqu’ici secret. Dans le décret de BOZIZE, on parle des personnes régulièrement condamnées ou arrêtées depuis le 15 mars 2012 et des prisonniers politiques et de guerre tels que prévus dans l’article 2 de l’Accord de cessez-le feu de Libreville.     

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 16:34

 

 

 

Deby_fevrier_2008_.jpg

 

rebelles-tcadiens.jpg

 


LIBREVILLE AFP / 21 mars 2013 16h21 - Un important mouvement rebelle tchadien, l'Union des forces de la résistance (UFR), qui avait déposé les armes après les accords de paix entre le Tchad et le Soudan de 2009, a affirmé jeudi à l'AFP reprendre la lutte armée contre le président Idriss Deby Itno.



Nous avons décidé de reprendre la lutte. C'est une lutte armée, bien sûr, a déclaré Timan Erdimi, une des grandes figures de la rébellion, depuis Doha où il est réfugié. Ancien proche du président tchadien dont il est un neveu, Erdimi est un des leaders ayant mené diverses attaques contre Deby, dont celle de 2008 qui avait échoué devant le palais présidentiel à N'Djamena.

 

Ancien leader du Rassemblement des forces pour le changement (RFC), une des principales rébellions, il avait été désigné en 2009 chef unique de la rébellion par ses pairs, sous la bannière de l'UFR. Toutefois, l'autre grande figure rebelle Mahamat Nouri s'était par la suite retiré de l'UFR pur créer l'Alliance nationale pour le changement et la démocratie (ANCD).

 

Les divisions au sein de la rébellion ont toujours été une de ses faiblesses. M. Erdimi a assuré que l'UFR avait enregistré le ralliement de nombreux groupes et a promis: la porte est ouverte à tout le monde (...) Nouri peut venir.



« Mon déplacement au Tchad sur le terrain n'est pas indispensable. L'état-major est déjà sur place dans la zone de la frontière entre le Tchad et le Soudan. Des éléments commencent à arriver de partout », a-t-il dit



« Quand il y a eu l'accord avec le Soudan, il devait y avoir des pourparlers avec nous mais ca fait deux ans et huit mois que nous sommes à Doha et on ne voit rien venir », a-t-il ajouté.

 

« Deby a cru que parce qu'il y avait l'accord (avec le Soudan), il pouvait ne rien faire. On n'a jamais eu confiance dans Deby. On n'a pas donné toutes nos armes, on en avait caché. Bien sûr, on n'est pas à 100% mais on en récupérera sur le terrain comme d'habitude (dans de précédentes attaques) », a-t-il poursuivi.



Interrogé au sujet de l'armée tchadienne qui est engagée au Mali, Erdimi a précisé: « Nous sommes contre le terrorisme. Nous ne sommes pas contre l'intervention au Mali. Quand Deby sera renvoyé, on pourra continuer à intervenir au Mali. »



(©) 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE