Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 14:50
Lu pour vous : RCA, la justice et la paix maintenant
Lu pour vous : RCA, la justice et la paix maintenant

 

 

 

 

http://www.dw.com 

 

La RCA enregistre, depuis le conflit armé de 2012-2013, de graves violations des droits humains. Amnesty international et des organisations partenaires lancent une campagne contre l'impunité

Viols, homicides... la République centrafricaine est, depuis le conflit armé de 2012-2013, le théâtre de graves violations des droits humains. Les auteurs de ces crimes, souvent issus des groupes armées anti balaka et de l´ex-Séléka, sont toujours en liberté. Amnesty international et des organisations de la société civile centrafricaine lancent ce 11 mai une campagne pour mettre fin à l'impunité.

 

Cela fait des années que les victimes des ces crimes et leurs familles attendent que justice soit faite.Ils souhaitent que les responsables de ces actes puissent les reconnaitre. La campagne "la justice maintenant! pour une paix durable” souhaite empêcher qu'une amnistie soit accordée aux auteurs des crimes souligne Ali Ousmane, le coordinateur des organisations musulmanes de Centrafrique (COMUC), une organisation partenaire d'Amnesty intenational.

 

"Certaines personnes qui ont eu à commettre des violences veulent se dédouaner, ils veulent qu'une amnistie leur soit accordée alors que dans notre pays nous avons accordé beaucoup d'amnistie. Cela n'a pas abouti à des résultats. Cette fois ci l'ampleur des dégâts est très grande, les blessures sont profondes et l'amnistie ne servira à rien"

 

Pour l´ancien Premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, cette campagne s´inscrit dans un cadre global de recherche de justice, avec la création de la cour pénale spéciale qui á déjà commencé ses premières enquêtes. Selon lui, cette cour est une voie pour apaiser le coeur des victimes.

 

" ça continue à faire naitre la rèconciliation nationale parce qu'il ne peut pas y avoir de réconciliation nationale sans justice. Il faudrait que les victimes sachent que leurs bourreaux ont été sanctionnés"

 

La République centrafricaine est encore fragile et un travail de reconstruction de l'État est nécessaire. La protection des civils, le désarmement des groupes armés, le renforcement du système judiciaire national et de l'état de droit, ainsi que le redressement économique et social sont autant de défis considérables à relever.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 14:46
Lu pour vous : Centrafrique, le bateau ivre

 

 

 

http://mondafrique.com  Par  Aza Boukhris  11 mai 2017

 

Le président Touadera n'était pas présent à Bangui pour accueuillir Peter Thomson, diplomate fidjien, président en exercice de l'Assemblée générale de l'ONU,

 

Peter Thomson, diplomate fidjien, président en exercice de l’Assemblée générale de l’ONU, avait décidé de rendre visite à la Centrafrique, pays qu’il estime particulièrement. Lors de ses rencontres à New York avec le président Touadera, il avait été décidé de programmer cette visite dans la semaine du 8 au 13 mai 2017. Sa visite a donc été effective le 10 mai… mais sans le Président centrafricain en visite officielle en Israël pour une petite semaine.

 

Certains pourraient s’étonner de constater que le Président Touadera, qui se rend assez régulièrement à New York pour rencontrer des responsables de l »Onu, soit curieusement absent de Bangui lorsque le Président de l’Assemblée générale de l’ONU et sa délégation viennent en visite officielle.

 

Etrange agenda

 

La visite du Président Touadera en Israël, la première d’un chef de l’État centrafricain, devait donc être d’une plus grande importance et avoir un caractère urgent, d’autant que le nouvel ambassadeur d’Israël en Centrafrique venait, quatre jours auparavant, de lui remettre ses Lettres de créances.

 

Outre cette question d’agenda, révélatrice de la gouvernance actuelle, le Président de l’Assemblée générale de l’ONU aura probablement vécu, à Bangui, le pire moment de son mandat.

 

Peter Thomson est arrivé au lendemain de la tragédie subie par la Minusca, la. Force onusienne en Centrafrique,. Dès son arrivée à Bangui, il s’est incliné devant les corps de quatre Casques bleus et il a essayé de réconforter les dix autres militaires gravement blessés, lors de l’horrible embuscade tendue à un convoi de la Minusca près de la ville de Bangassou. La réaction du gouvernement centrafricain était encore attendue.

 

Dans cette région de l’extrême est du pays, l’État a progressivement disparu même si quelques fonctionnaires essaient de survivre plutôt que de pouvoir administrer, n’ayant0 aucun moyen pour travailler. De même, les quelques dizaines de militaires centrafricains, totalement oubliés, ont dû manifester à Bangassou pour qu’enfin ils puissent être relevés après deux ans de galère.

 

Totale insécurité

 

Dans cette région orientale, devenue un Far East, l’insécurité est totale. Les populations essaient de se protéger avec les religieux et se constituent en groupement d’auto-défense. Les rebelles de l’UPC, en majorité peule chassés de Bambari, sillonnent ce territoire propice à l’élevage et riche en or. Ils pratiquent les razzias se heurtant parfois aux résidus de la LRA de Joseph Kony qui s’y sont durablement établis, en terrorisant la population. Les milices villageoises se radicalisent et prennent parfois les devants en volant le bétail et tuant leur propriétaires. Comment revenir à la paix dans ces conditions avec un Gouvernement qui ne pensent qu’ appuis financiers préalables ? Comment peut-on encore croire à un DDRR dans ces conditions avec quasiment les mêmes autorités que lors du précédent DDR ayant fini en fiasco financier, politique et militaire ?

 

La disparition progressive de l’État avec une présidence de plus en plus isolée, le récent retrait des conseillers militaires américains, ayant échoué dans la neutralisation de Joseph Kony, le retrait mimétique des Forces ougandaises, signifiant la fin de l’appui de l »Union africaine, la radicalisation des groupes d’auto-défense, moins structurés que ceux de l’ouest, les situations dramatiques dans les régions voisines du Bahr el-Ghazal ( Soudan du sud), de l’Ituri et de Béni ( RDC) devraient désormais pouvoir être mieux pris en compte par l »ONU. La visite de Peter Thompson n’ aura pas été inutile.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 14:43
Centrafrique : le Casque bleu marocain disparu est probablement mort

 

 

 

 

Carole Kouassi avec Agences

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 14:42
Centrafrique: le président de l'AG des Nations unies rend visite aux soldats blessés

 

 

Centrafrique: le président de l'AG des Nations unies rend visite aux soldats blessés

 

https://www.medias24.com/  Jeudi 11 mai 2017 à 10h44

 

Arrivé à Bangui, mercredi 10 mai, le président de l’Assemblée générale des Nations unies, Peter Thomson, accompagné du président de l’Assemblée nationale, Karim Meckassoua, du Premier ministre Simplice Sarandji et du représentant spécial du secrétaire général et chef de la Minusca, Parfait Onanga-Anyanga, s’est rendu à l’hôpital militaire de la Mission.

Ces derniers étaient au chevet des casques bleus blessés (dont neuf marocains) au cours de l’attaque dont leur convoi a été victime, lundi 8 mai, près du village de Yogofongo à 20 km de Bangassou au sud-est de la Centrafrique.

Peter Thomson a apporté son réconfort et celui de l’organisation aux blessés et en a profité pour saluer le dévouement des casques bleus engagés sur tous les théâtres d’opérations au nom de la paix.

Rappelons que quatre soldats de la paix, tous cambodgiens, ont trouvé la mort au cours de cette attaque. Un soldat marocain est donc toujours porté disparu.

 

 

Centrafrique: le président de l'AG de l'ONU au chevet des Casques bleus marocains blessés

 

Par Ziad Alami le 11/05/2017 à 10h11 (mise à jour le 11/05/2017 à 10h19)

 

Le président de l'Assemblée générale des Nations unies, Peter Thomson, s'est rendu mercredi 10 mai à l'hôpital militaire de la Minusca à Bangui, pour rendre visite aux neuf Casques bleus marocains, blessés lors d'une attaque armée lundi 8 mai à Bangassou, à l'est de la capitale centrafricaine.

Le président de l'Assemblée générale des Nations unies, Peter Thomson, est arrivé mercredi 10 mai à Bangui, capitale centrafricaine, annonce une source à la Mission onusienne de paix (Minusca). Le haut responsable onusien a fait le déplacement spécialement pour rendre visite aux soldats marocains blessés lundi 8 mai, après avoir été pris pour cible avec leurs collègues combodgiens par des miliciens armés dont huit auraient été tués.

 

Le Secrétaire général de l'ONU exprime sa solidarité au roi Mohammed VI

 

Le président de l'AG de l'ONU était accompagné du président de l’Assemblée nationale centrafricaine, Karim Meckassoua, du Premier Ministre, Simplice Sarandji et du Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga.

 

La visite du haut responsable intervient alors que les messages de solidarité continuent d'être adressés au royaume du Maroc, suite à cette attaque ayant visé lundi 8 mai plusieurs soldats de la paix notamment marocains. Après "le message de solidarité" adressé mardi par le SG de l'ONU, Antonio Guterres, au roi Mohammed VI, le Conseil de sécurité a exprimé mercredi "sa sympathie avec le Maroc suite à cette attaque, qui a fait quatre morts et dix blessés, dont neuf marocains" alors qu'un casque bleu marocain est toujours porté disparu.

 

"Les membres du Conseil de sécurité expriment (...) leur profonde sympathie avec les familles des soldats de la paix blessés, et du Casque bleu disparu, ainsi qu'avec (...) le royaume du Maroc et la Minusca", indique un communiqué de l'instance exécutive de l'ONU.

 

© Copyright : Le360 : Adil Gadrouz

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 14:39
LES CENTRAFRICAINS INVITES A S’INVESTIR POUR UNE PAIX DURABLE
LES CENTRAFRICAINS INVITES A S’INVESTIR POUR UNE PAIX DURABLE

 

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

Bangui, 11 mai 2017 - Le Président de l’Assemblée générale des Nations-Unies, Peter Thomson, a appelé les Centrafricains à renouer avec la paix en vue du développement de la RCA. « Il ne peut y avoir de développement durable sans une paix durable et inversement, il ne pas avoir de paix durable sans développement durable. Les Centrafricains doivent retrouver le chemin de la paix », a-t-il souligné tout en appelant les Centrafricains et surtout les jeunes, à s’approprier du concept.

 

Le Président de l’Assemblée générale, qui a achevé jeudi une visite de 24 heures à Bangui, a rappelé que les Nations Unies sont présentes en Centrafrique à travers la MINUSCA, pour aider le pays à sortir de la crise et à prendre le chemin de son développement durable. Il a condamné « fermement », l’attaque contre les Casques bleus, ayant causé la mort de quatre soldats de la paix, dix blessés et un disparu. « Ces casques bleus sont dans ce pays pour aider la population vulnérable à retrouver la paix. Les Centrafricains doivent les aider parce qu’ils sont là pour accompagner ce pays à retrouver sa place dans le concert des nations », a souligné Peter Thomson. Ce responsable s’est rendu au chevet des casques bleus blessés lors de l’attaque survenue lundi soir, près de la ville de Bangassou dans le sud-est de la Centrafrique.

 

Le Président de l’Assemblée générale a par ailleurs, invité les Centrafricains à s’approprier des Objectifs du développement durable (ODD), en ajoutant que l’organisation restera aux cotés des Centrafricains afin de les aider à sortir de la crise et à atteindre ces Objectifs.

 

Le Président de l’Assemblée générale des Nations-Unies a séjourné en Centrafrique du 10 au 11 mai, où il a rencontré le Président de l’Assemblée nationale et le Premier ministre et visité un projet des jeunes dans un quartier de Bangui et financé par les Nations Unies.

______________________________________________________________________________

Division de Communication Stratégique et d'information publique

MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine

https://minusca.unmissions.org | @UN_CAR |

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 19:35
LE M.L.P.C  condamne la recrudescence des violences dans la Basse-Kotto et le Mbomou

 

 

 

COMMUNIQUE  DU M.L.P.C   

 

 

LE M.L.P.C  condamne la recrudescence des violences dans la Basse-Kotto et le Mbomou

 

 

Le Parti Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain(M.L.P.C)  a appris avec consternation  la recrudescence des violences perpétrées contre les populations civiles dans les villes de la Basse-Kotto et du Mbomou en Centrafrique.

 

Le M.L.P.C condamne très fermement ces actes barbares contre ces paisibles habitants d'Alindao et des localités de Bangasssou  ayant occasionné la mort des dizaines de personnes assassinées  et  martyrisées.

 

Le  Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain exige par la même occasion l’ouverture rapide d’une enquête judiciaire afin que les responsables de ces violences que sont des groupes armés pourtant bien identifiés, lesquels occupent illégalement  une grande proportion de nos territoires  depuis plusieurs années, puissent être poursuivis et condamnés.

 

Convaincu que  la liberté du peuple Centrafricain constitue un droit sans contrepartie,  le M.P.L.C en appelle au gouvernement, au Forces de maintien de la paix, ainsi que tous les partenaires de la R.C.A  à prendre enfin des mesures draconiennes pour garantir la protection des populations civiles et l'intégrité de tous nos territoires.

 

Enfin, le  M.L.P.C exprime sa compassion aux familles éprouvées  et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

 

 

                                                                        Fait à Paris, le 10  mai 2017

 

 

                                                                            Le Porte-Parole du Parti

                                

                                                                           Chancel SEKODE NDEUGBAYI

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 19:30

 

 


Aujourd'hui, le 10 mai, le Président de la République centrafricaine S.E. Le professeur Faustin-Archange Touadéra a planté un arbre dans le Grove of Nations au pied de Yad Vashem. Ce faisant, il s'est joint à une longue série de leaders mondiaux qui ont planté un arbre dans le Grove of Nations comme un symbole de la paix, de la coopération, de l'amitié, de la vie et de la continuité.


Le président Touadéra est arrivé en Israël avec un entourage d'environ 20 délégués, parmi lesquels plusieurs ministres du gouvernement, y compris le ministre des Affaires étrangères, et des représentants du ministère des Affaires étrangères de la RCA. Dans le cadre de sa visite en Israël, le Keren Kayemet Le'Israel-Fonds national juif (KKL-JNF) a invité le président Touadéra à une cérémonie de plantation au Grove of Nations en son honneur. La cérémonie a été dirigée par M. Andy Michelson, chef de protocole KKL-JNF, et a également été suivi par S.E. Ambassadeur Ran Gidor, Ambassadeur israélien au Cameroun, en Guinée équatoriale et en République centrafricaine.

 

Avec sa première visite en Israël, le président était ravi de planter un arbre au nom de la République centrafricaine. Plus de 90 dirigeants du monde avaient planté avant lui. Le président a mentionné qu'il était sûr que les relations entre Israël et le Centrafrique vont grandir et s'améliorer comme les racines de l’ arbres qu'il a planté. Il était impatient d'entendre les projets technologiques de KKL-JNF et les développements exceptionnels dans le domaine de l'eau que l'organisation dirigeait dans plusieurs pays d'Afrique.


Le président Touadéra a été Premier ministre de la République centrafricaine.

 

Entre les années 2008-2013 sous la direction du président Bozize, en tant que premier ministre, Touadéra a dirigé le gouvernement avec efficacité et dans la bonne gouvernance. Avec une formation académique en tant que professeur en mathématiques, il est considéré par le public comme un leader juste et honnête. Il a été élu président lors des dernières élections de février 2016, alors que le public l'a vu comme le leader qui pourrait mettre fin à la violence ethnico-religieuse qui a prévalu dans le pays.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:


Gal Eliezer, +972 (0) 532778361, gal@k-b.co.il


Liel Edry, +972 (0) 508655305, liel@k-b.co.il

 

Le KKL-JNF a accueilli le Président de la République centrafricaine lors d'une cérémonie de plantation d’arbre au Jerusalem Grove of Nations
Le KKL-JNF a accueilli le Président de la République centrafricaine lors d'une cérémonie de plantation d’arbre au Jerusalem Grove of Nations
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 18:56
Médecins sans frontières veut sortir la Centrafrique de l’oubli

 

 

 

http://fr.metrotime.be

 

« Réservez votre voyage pour la nouvelle destination de rêve, la Centrafrique », clame mercredi l’organisation internationale d’aide médicale Médecins sans frontières (MSF). Surfant sur la vague des « fake news », MSF lance une action numérique sous forme de campagne publicitaire touristique pour sortir la République centrafricaine de l’oubli. En démontrant que le pays est méconnu des Belges, l’ONG veut donner un maximum de visibilité à la grave crise humanitaire que traverse la Centrafrique. « Des récifs coralliens à couper le souffle, des glaciers aux pistes de ski immaculées, des balades en chameau sur des plages de sable fin », telle est la description (fausse) de la Centrafrique par Médecins sans frontières. « Un tableau trop beau pour être vrai? Effectivement. La Centrafrique est un pays tellement oublié et méconnu du reste du monde qu’on pourrait croire (presque) n’importe quoi à son sujet. »

 

MSF invite les Belges à visiter le site www.visiterca.be pour découvrir une vidéo où se succèdent des paysages tous plus paradisiaques les uns que les autres. Ensuite, l’image se brouille et montre la réalité du pays, qui traverse « l’une des pires crises humanitaires dans le monde, avec une violence chronique, un accès quasi impossible aux soins de santé et des centaines de milliers de personnes déplacées ou réfugiées ».

 

La guerre civile dans la République centrafricaine a pris officiellement fin en 2014, avec la signature d’un accord de paix. « Mais aucune partie du conflit n’a réellement été désarmée et démobilisée. La violence perdure et atteint parfois un niveau inouï », souligne MSF. « Des régions entières du pays échappent au contrôle des autorités et un Centrafricain sur cinq est encore déplacé ou réfugié aujourd’hui. » L’organisation déplore que plusieurs organisations humanitaires et pays donateurs aient commencé à se désengager du pays après la tenue d’élections en 2016. Pour MSF, la situation humanitaire est loin d’être réglée.

 

Source: Belga

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 18:54
LA DETERMINATION DE LA MINUSCA POUR LA SECURITE ET LA PAIX EN RCA RESTE INTACTE

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

Bangui, 10 Mai 2017 – Frappée par le deuil depuis lundi soir après l’attaque meurtrière contre ses casques bleus près de la ville de Bangassou (474 km à l’est de Bangui), la MINUSCA réaffirme sa détermination à poursuivre ses efforts, aux côtés des autorités et des populations, pour permettre à la Centrafrique de sortir de l’engrenage de la violence causée par les groupes armés.

 

Quatre soldats de la paix de la MINUSCA, tous Cambodgiens en mission en Centrafrique pour aider à protéger les populations et permettre au pays de sortir de l’engrenage de la violence causée par les groupes armés, ont été lâchement tués par des éléments anti-balakas. Dix autres casques bleus - neuf Marocains et un Cambodgien - ont également été blessés lors de l’attaque survenue près du village de Yogofongo, à 20 km de Bangassou. Huit éléments anti-balakas auraient été tués lors de ce grave incident.

 

Force de la MINUSCA dénonce les attaques lâches contre ses hommes et indique qu’elle y répondra de manière appropriée. La Force précise que ces incidents n’affectent en rien sa détermination à œuvrer pour le rétablissement de la sécurité dans le pays”, a indiqué son porte-parole, Major Khalil Rahhaliu, lors du point de presse hebdomadaire de la MINUSCA depuis le studio de Guira FM.

 

La MINUSCA a par ailleurs dit évoqué la collaboration étroite avec “les autorités centrafricaines pour assurer que les auteurs de cette attaque lâche soient arrêtés et traduits en justice”, rappelant que « porter atteinte à la vie d’un soldat de la paix peut être considéré comme un crime de guerre et passible de poursuites judiciaires».

 

Lors du point de presse, la MINUSCA a fait part de la tristesse et de l’émotion du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, et de son Représentant spécial en Centrafrique, Parfait Onanga-Anyanga, qui ont fermement condamné l’attaque et présenté leurs plus sincères condoléances aux familles endeuillées et aux Gouvernements des pays contributeurs de troupes concernés, tout en souhaite un prompt rétablissement aux blessés. “Le Secrétaire général souhaite réitérer son soutien aux actions de la MINUSCA pour protéger les civils et stabiliser la République centrafricaine, et demande aux parties de répondre favorablement à l’appel du Président Faustin Archange Touadéra en vue d’arrêter les violences et de travailler ensemble pour la stabilité du pays”, a indiqué la Mission, faisant allusion à la déclaration du porte-parole du Secrétaire général.

 

Lors du point de presse, la MINUSCA a annoncé la présence à Bangui, du président de l’Assemblée Générale des Nations Unies, Peter Thomson, pour une visite officielle de 24 heures afin de réaffirmer l’engagement de l’organisation auprès des autorités et du peuple centrafricains. Au cours de sa visite entamée mercredi, Peter Thomson va échanger avec le président du Parlement et le Premier ministre centrafricain.

 

Par ailleurs, le porte-parole de la Force de la MINUSCA a fait savoir que le nombre d’incidents criminels à Bangui est en régression tandis qu’à l’intérieur de la RCA des tensions persistent notamment à Niem (nord-ouest de la RCA), après l’attaque du 3R le 2 mai. “La Force est présente dans cette région et des patrouilles se font de manière continue. Rassurée par la présence de la Force, la population commence à retourner dans ses villages. La Force de la MINUSCA surveille de près la situation sécuritaire dans la région de Niem Yelewa en coordination avec les autorités locales”, a précisé le Major Rahaali.

 

Pour sa part, la porte-parole de la composante Police, Popescu Oana Andreea, a déclaré que le processus d’enregistrement des FSI continue avec la vérification des bases de données et a recensé à ce jour 2028 gendarmes et 1489 policiers tous opérationnels à travers le territoire de la République centrafricaine. Quant au perocessus de recrutement des 500 policiers et gendarmes, Oana Andreea a annoncé la tenue des épreuves écrites, le samedi 20 mai 2017, et des épreuves sportives, le dimanche 21 mai. « A Bangui, les épreuves sportives de dérouleront du 22 au 27 mai 2017. Elles se dérouleront dans chaque chef-lieu de préfecture, excepté pour l’Ouham-Pendé, où elles auront lieu à Paoua et non à Bozoum. De même, les candidats de l’Ombella M’Poko composeront à Bangui », a-t-elle précisée.

 

La Mission a par ailleurs annoncé l’appui apportée actuellement par la Division de l’assistance électorale des Nations unies à l’Autorité nationale de l’élection, en vue de l’élection partielle dans la circonscription électorale de Damara, prévue le 18 juin 2017.​

 

______________________________________________________________________________

Division de Communication Stratégique et d'information publique

MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine

 

https://minusca.unmissions.org | @UN_CAR |

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 18:51

 

 

 

NEW YORK (Nations Unies), 10/05/17 (Xinhua) -- Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a condamné fermement mardi l'attaque qui a coûté la vie à quatre Casques bleus dans le sud-est de la République centrafricaine en demandant que les coupables soient "rapidement traduits en justice".

 

Huit autres Casques bleus ont été blessés dans cette attaque perpétrée lundi par une milice anti-balaka contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) sur l'axe Rafai-Bangassou. Un autre Casque bleu est toujours porté disparu.

 

"Le secrétaire général souhaiterait souligner que ces attaques contre les Casques bleus des Nations Unies constituent un crime de guerre", a déclaré le porte-parole de M. Guterres dans un communiqué. "Il appelle les autorités centrafricaines à enquêter sur cette attaque afin que les auteurs de cet acte soient rapidement traduits en justice", a-t-il précisé.

 

M. Guterres a également réaffirmé son soutien aux actions menées par la MINUSCA en vue de protéger les civils et de stabiliser le pays et a appelé toutes les parties à répondre à l'appel du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, qui a demandé à toutes les parties de cesser les hostilités et de travailler ensemble pour la stabilité du pays, selon le communiqué.

 

"La MINUSCA condamne vivement cette attaque infâme commise contre des Casques bleus dont la présence sur le sol centrafricain n'a d'autre objectif que d'aider le pays à protéger sa population et de lui permettre de sortir du cycle de la violence dans lequel les groupes armés l'ont plongé", a déclaré la Mission dans un communiqué de presse.

 

Elle a ajouté qu'elle ferait tout son possible pour que les auteurs de cette attaque, qui se sont enfuis dans la brousse, soient arrêtés et traduits en justice.

 

Malgré des progrès importants et la bonne tenue des élections, la République centrafricaine reste en proie à l'instabilité et à des troubles sporadiques.

 

Des affrontements entre les rebelles de la Séléka, majoritairement musulmans, et les milices anti-balaka, majoritairement chrétiennes, ont plongé ce pays de 4,5 millions d'habitants dans la guerre civile en 2013.

Le secrétaire général de l'ONU condamne l'attaque contre des Casques bleus en République centrafricaine
Repost 0
Centrafrique-Presse.com