Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 13:39

 

 

 

Par Habibou Bangré (contributrice Le Monde Afrique, Kinshasa) Le Monde.fr Le 08.12.2015 à 09h41

 

Le contingent de la République démocratique du Congo (RDC) est dans la tourmente. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, souhaiterait son départ de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) après de « multiples exactions », dont des « viols » et des « délits de droit commun tels que le vol et le racket », avait confirmé, le 19 novembre, un haut fonctionnaire de l’ONU basé à New York après que l’information avait fuité sur RFI. La question est épineuse, soulignait-il : « L’ONU n’a jamais renvoyé un contingent officiellement. Il y a toujours eu un accord pour que l’Etat concerné ne perde pas la face. » L’idéal serait donc de se séparer en bons termes.

 

Mais l’affaire semble mal engagée. Le même jour, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, ripostait : des Congolais ont « peut-être commis des actes répréhensibles », déclarait-il, mais les violences sexuelles demeurent « non avérées ». Plus encore, il s’était étonné qu’un « pays frère » – l’Afrique du Sud, qu’il n’a pas voulu nommer – n’ait pas vu son contingent menacé de retrait de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) bien qu’il ait dû rapatrier, en septembre, 47 de ses éléments blâmés pour indiscipline. Dénonçant toujours une politique du « deux poids, deux mesures », Lambert Mende a rappelé par la même occasion la présomption d’innocence dont bénéficient les militaires de la force française « Sangaris » soupçonnés de viols en Centrafrique. Une ligne de défense reprise le 27 novembre à Kinshasa par le ministre d’Etat centrafricain chargé de l’énergie et hydraulique, Aristide Sokambi, qui avait suivi les dossiers congolais et français quand il était encore à la justice.

 

« Quatrième affaire »

 

La Minusca, dotée d’un budget de 800 millions de dollars (740 millions d’euros), compte 11 600 militaires et civils, dont 850 militaires de RDC. Elle a pour mission, au côté des hommes de « Sangaris », de stoper un cycle de violences intercommunautaires meurtrières qui a commencé fin 2013.

 

En août, le général Babacar Gaye, chef de la Minusca, avait été limogé après la révélation d’abus sexuels commis sur des enfants par des casques bleus. Peu après, le secrétariat général de l’ONU demandait à la RDC d’enquêter sur trois de ses hommes accusés d’avoir violé deux jeunes femmes et une mineure à Bambari, dans le centre de la Centrafrique. Il soulignait qu’il s’agissait de la « quatrième affaire » du genre, que Kinshasa avait ignoré les précédentes alertes et que des sanctions pourraient tomber.

 

En septembre, décidé à vaincre le « cancer » des violences sexuelles, Ban Ki-moon a menacé de « rapatrier des contingents entiers » si les Etats ne punissaient pas les coupables. De son côté, après une enquête menée à Bambari, Kinshasa avait blanchi ses hommes. Mais, à la mi-novembre, de nouvelles accusations ciblent ses soldats. Kinshasa dément en avoir été averti d’un non-renouvellement du contingent au sein de la Minusca.

 

Selon un haut responsable de l’armée congolaise, le contingent de Bambari devait être relevé en octobre, dans le cadre d’une rotation classique des troupes. Mais, dit-il, le département de l’ONU chargé des missions de la paix a « recommandé que la relève attende le contrôle des nouveaux militaires » formés depuis mars à Kisangani (nord-est). Mais leur évaluation s’est révélée « insatisfaisante », explique un fonctionnaire de l’ONU, évoquant « des problèmes dans la préparation » des militaires et « des inquiétudes concernant leurs aptitudes ».

 

La rupture semble inévitable, mais complexe. « On aimerait que, en cas de relève, que leur retrait puisse être compensé par l’arrivée d’autres soldats, commente le haut fonctionnaire de l’ONU basé à New York. Quel pays acceptera de remplacer la RDC dans le dispositif ? C’est là que ça coince. On tâte le terrain du côté de l’Afrique du Sud… et du sous-groupe austral. »

 

Kinshasa promet « d’intensifier ses efforts » de prévention

 

L’Est congolais souffre d’instabilité depuis vingt ans. L’ampleur des violences sexuelles a considérablement baissé depuis la fin de la deuxième guerre du Congo (1998-2003), mais l’ONU et des ONG rapportent régulièrement que de tels crimes sont perpétrés par des rebelles et des soldats.

 

La RDC doit « mettre l’accent sur le respect de droits humains et la lutte contre les violences sexuelles dans la réforme de l’armée congolaise », débutée en 2005 et soutenue par des bailleurs étrangers, commente le député d’opposition Juvénal Munubo, membre de la commission permanente défense et sécurité à l’Assemblée nationale.

 

Pour l’heure, des campagnes de sensibilisation sont organisées jusque dans des zones reculées, quelques hauts gradés ont été condamnés pour viol et le président Joseph Kabila avait nommé, en juillet 2014, une conseillère spéciale chargée de combattre les violences sexuelles, Jeanine Mabunda. Mais beaucoup reste à faire. Exemple récent : le Bureau conjoint de l’ONU pour les droits de l’homme a pu recenser quatorze victimes de viols commis entre les 20 et 22 septembre par des soldats traquant un chef rebelle du Sud-Kivu. Saisie, Kinshasa s’est engagée à poursuivre les coupables et à « intensifier ses efforts » de prévention, indique le bureau.

 

Habibou Bangré

 

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/12/08/centrafrique-le-contingent-de-la-rdc-bientot-exclu-de-la-minusca_4826808_3212.html#

 

lu pour vous : Centrafrique : le contingent de la RDC bientôt exclu de la Minusca ?
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 12:37

 

 

 

Accusations contre Martin ZIGUELE : Démenti de son Porte-Parole de campagne
Accusations contre Martin ZIGUELE : Démenti de son Porte-Parole de campagne
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 12:32

 

 


Bangui - AFP / 08 décembre 2015 11h55 - Vingt-neuf candidats participeront à l'élection présidentielle en Centrafrique dont le premier tour est prévu le 27 décembre, a annoncé mardi à Bangui la Cour constitutionnelle de transition, qui a rejeté 15 candidatures, dont celle de l'ex-président François Bozizé, renversé en mars 2013 et sous le coup de sanctions internationales.

Plusieurs poids lourds de la classe politique dont Martin Ziguelé, Anicet-Georges Dologuélé, ou encore Karim Meckassoua figurent parmi les candidats dont les dossiers ont été validés par la Cour, a constaté une journaliste de l'AFP.

La présidente de transition, Catherine Samba Panza, ne pouvait être juridiquement candidate. 

Le premier tour des élections présidentielle et législatives en Centrafrique est officiellement prévu le 27 décembre. La Cour, siégeant dans les locaux du tribunal de grande instance de la capitale, a également examiné les dossiers des candidats aux législatives qui se présentent dans les 141 circonscriptions du pays.

Ces scrutins - plusieurs fois reportés en raison essentiellement de la situation sécuritaire - doivent marquer le retour à une normalité institutionnelle dans le pays, plongé dans une crise sans précédent depuis les massacres intercommunautaires de fin 2013-début 2014.

L'organisation pratique des scrutins s'annonce complexe, notamment pour préparer et acheminer le matériel électoral dans tout le pays, alors que des chefs rebelles tenant des zones de province, dont Nourredine Adam, ont fait savoir qu'ils s'opposeraient à la tenue de ces élections.

Dès dimanche, les Centrafricains sont appelés une première fois aux urnes pour un référendum sur l'adoption d'une nouvelle Constitution.

La Séléka, rébellion majoritairement musulmane venue du nord dirigée par Michel Djotodia, avait renversé en mars 2013 le président Bozizé, avant d'être chassée du pouvoir par une intervention internationale début 2014.

Ce mouvement, dont le No 2 était Nourredine Adam, a plongé le pays dans la plus grave crise de son histoire depuis son indépendance en 1960.

En réaction, des milices majoritairement chrétiennes et animistes anti-balaka se sont créées, commettant à leur tour des attaques contre les civils musulmans et ouvrant la voie à des tueries de masse intercommunautaires.

La Séléka a depuis lors éclaté en de multiples factions contrôlant des territoires dans le nord et l'est du pays.

François Bozizé, qui vit en exil, est lui sous le coup de sanctions des Nations unies et d'un mandat d'arrêt centrafricain pour son rôle présumé dans les violences et les tueries.


(©) http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=656565 

 

 

Liste des candidats déclarés éligibles par la Cour constitutionnelle

 

En rouge, les candidats recalés

 

1. Anicet Georges Dologuélé (né en 1957), candidat de l'Union pour le renouveau centrafricain (URCA), ancien directeur général Bdéac, ancien premier ministre.

 

2. Faustin Archange Touadéra (né en 1957), candidat indépendant, ancien premier ministre Centrafricain.

 

3. Jean Michel Mandaba, Président du Parti pour la gouvernance démocratique (PGD) depuis mai 2012. Ancien ministre.

 

4. Martin Ziguélé (né en 1957), candidat du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC), ancien premier ministre.

 

5. Charles Armel Doubane (né en 1966), candidat indépendant, ancien ministre, ancien ambassadeur de la RCA auprès des Nations Unies.

 

6. Fidèle Gouandjika (né en 1955), candidat indépendant, homme d'affaires et ancien ministre.

 

7. Edouard Patrice Ngaissona (né en 1971), président du Parti centrafricain pour l'unité et le développement (PCUD), Ancien ministre.

 

8. Désiré Bilala Kolingba Nzanga (né en1956), candidat du Rassemblement démocratique centrafricain (RDC), ancien ministre.

 

9. Sylvain Patassé-Ngakoutou, président de Centrafrique Nouvel Elan (Cane).

 

10. Cyriaque Gonda (né en 1968), candidat du Parti national pour un Centrafrique nouveau (PNCN), ancien ministre.

 

11. Guy Moskit, Journaliste, candidat du parti Mouvement national de solidarité (MNS), ancien ministre.

 

12. Timoléon Baikoua (né en 1957), candidat indépendant, ancien ministre.

 

13. Vickos Massengué

 

14. Régina Konzi-Mongot (née en 1962), candidate indépendante, 

 

15. Gaston Mandata Nguérékata (né en 1953), président du Parti pour la renaissance centrafricaine (PARC).

 

16. Michel Amine (né en 1970), candidat de l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp).

 

17. Abdou Karim Meckassoua, candidat indépendant, ancien ministre.

 

18. Jean-Barkès Ngombe-Ketté (né en 1953), candidat indépendant, ancien maire de Bangui (2003-2011).

 

19. Laurent Gomina-Pampali (né en1949), candidat de l'Union nationale des démocrates républicains (Unader), ancien ministre.

 

20. Jérôme Valdert Ngaribenam

 

21. Constant Gouyomgbia Kongba Zézé (né en 1953), candidat indépendant.

 

22. Mathias Barthélemy Morouba, candidat indépendant, avocat et conseiller juridique à la CPI pour la RCA.

 

23. Jean Willybiro-Sako (né en1946), candidat indépendant, ancien ministre.

 

24. Aristide Briand Reboas (né en 1977), candidat du Parti Chrétien Démocrate (PCD).

 

25. Michel Angokoalé

 

26. Théodore Kapou (né en 1964), candidat indépendant, ancien président de la Communauté des églises apostoliques de la RCA.

 

27. Émile Gros Raymond Nakombo

 

28. Lucien Dimanche (Il aurait retiré sa candidature)

 

29. Xavier Sylvestre Yangongo (né 1946), candidat indépendant, ancien ministre et préfet de la Lobaye.

 

30. Lembakoali (alias Emery)

 

31. Théophile Sony Colé, ancien dirigeant de l'Union syndicale des travailleurs centrafricains (Ustc).

 

32. Pascal Ndotar

 

33. Germain Nadjibé, président du Front uni pour le développement de la Centrafrique.

 

34. Maxime Kazagui (né en 1960), président de l'Alliance pour la nouvelle Centrafrique (ANC).

 

35. Olivier Gabirault (né en 1947), candidat indépendant, ancien maire de Bangui, député et membre du gouvernement.

 

36. Stanislas Moussa Kembé

 

37. Steve Koba

 

38. Jean-Baptiste Koba

 

39. Serge Djorie

 

40. François Bozizé Yangouvonda (né en1946), candidat du Kwa Na Kwa (KNK), ancien président de la République (2003-2013).

 

41. Pascal Koyagbélé

 

42. Jean Serge Bokassa (né en 1972), ancien député et ministre

 

43. Freddy Michael Guélé-Gongassoua

 

Centrafrique: 29 candidats à la présidentielle, le dossier de l'ex-président Bozizé rejeté
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 11:55

 

 

Paris - AFP / 08 décembre 2015 10h47 - Quatre militaires français étaient entendus mardi à Paris dans l'enquête sur les soupçons de viols d'enfants lors d'un déploiement en Centrafrique, a appris l'AFP de source proche de l'enquête.

Il s'agit des premières auditions de militaires français dans cette enquête, qui porte sur des accusations de viols commis dans un camp de déplacés entre décembre 2013 et juin 2014 visant 14 soldats français stationnés à Bangui. 

Il n'a pas été précisé dans l'immédiat si les quatre hommes, membres d'un régiment d'infanterie basé à Colmar, dans l'est de la France, étaient auditionnés dans le cadre d'une garde à vue ou en tant que témoins.

Début juillet, des enquêteurs français se sont rendus en Centrafrique pour interroger 11 enfants se disant victimes d'abus sexuels ainsi que des responsables d'associations et d'ONG.

L'auteure du premier rapport faisant état de ces accusations, une employée française des Nations unies actuellement en poste au Chili, doit être entendue mi-décembre après la levée de son immunité juridictionnelle par l'ONU, a expliqué une source proche de l'enquête.

Révélé au printemps par le quotidien britannique The Guardian, son rapport fait état des témoignages de six enfants de 9 à 13 ans, qui dénoncent des abus sexuels commis par des militaires français de l'opération Sangaris, dans le camp de l'aéroport M'Poko à Bangui, entre fin 2013 et mai-juin 2014. Depuis, d'autres enfants se sont déclarés victimes.

Informé dès juillet 2014, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian avait saisi la justice française et lancé une enquête interne mais sans dévoiler l'affaire.

Ce silence lui a été reproché lorsque le scandale a éclaté fin avril. Début juin, M. Le Drian a donné son feu vert pour que l'enquête interne de l'armée soit déclassifiée et transmise à la justice.

L'opération française Sangaris, qui n'est pas sous commandement onusien, a été déclenchée en 2013 pour stabiliser la situation en Centrafrique alors en proie au chaos, et tenter d'enrayer les tueries entre communautés chrétienne et musulmane. Au plus fort de sa présence elle a compté 2.000 hommes, des effectifs désormais réduits de plus de moitié.


(©)

 

 

Colmar : audition de quatre militaires français accusés de viols en Centrafrique

 

http://www.leparisien.fr/  08 Déc. 2015, 11h46

 

Les premières auditions de militaires soupçonnés de viols sur mineurs en Centrafrique se déroulent ce mardi.

 

 


http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=656538 

Accusations de viols en Centrafrique: quatre militaires français entendus par les enquêteurs
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 11:49

 

 

 

http://www.ouest-france.fr/  8 décembre 2015

 

Quatre militaires français étaient entendus mardi à Paris dans l'enquête sur les soupçons de viols d'enfants lors d'un déploiement en Centrafrique.

 

Convoqués dans les locaux de la gendarmerie prévôtale, les quatre soldats appartiennent au 152e régiment d'infanterie de Colmar (Haut-Rhin), a expliqué cette source, qui n'a pas précisé s'ils étaient entendus sous le régime de la garde à vue ou en audition libre.

 

L'employée de l'ONU - une Française en poste au Chili - qui a rédigé le premier rapport faisant état de ces accusations, doit être entendue mi-décembre après la levée de son immunité juridictionnelle par l'ONU, a expliqué une source proche de l'enquête.

 

Des faits qui remontent à 2013 et 2014

 

L'enquête porte sur des accusations de viols commis dans un camp de déplacés entre décembre 2013 et juin 2014 visant 14 soldats français stationnés à Bangui. La fonctionnaire de l'ONU à l'origine du scandale assure que les autorités françaises avaient été informées de l'affaire deux mois avant ce qu'affirme la version officielle.

 

De nouvelles allégations d'abus sexuel sur une jeune fille, il y a un an, par un soldat français, ont également été signalées à l'ONU.

 

Informé dès juillet 2014, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian avait saisi la justice française et lancé une enquête interne mais sans dévoiler l'affaire. Ce silence lui a été reproché lorsque le scandale a éclaté fin avril dans les colonnes du Guardian. Début juin, Le Drian a donné son feu vert pour que l'enquête interne de l'armée soit déclassifiée et transmise à la justice.

 

 

 

CENTRAFRIQUE

 

Accusations de viols : quatre militaires de Colmar entendus

 

 ledauphine.com  8 décembre 2015

 

Les quatre soldats, entendus mardi matin à Paris dans le cadre d'une enquête pour viols sur mineurs en Centrafrique, sont originaires de Colmar dans le Haut-Rhin. C'est la première fois que des militaires français sont interrogés dans cette affaire.

 

Quatre militaires français étaient entendus mardi matin à Paris dans l'enquête sur les soupçons de viols d'enfants lors d'un déploiement en Centrafrique.

 

Les quatre soldats appartiennent au 152e régiment d'infanterie de Colmar(Haut-Rhin). Il n'a pas été précisé s'ils étaient entendus sous le régime de la garde à vue ou en audition libre.

 

Il s’agit des premières auditions de militaires français dans cette enquête qui porte sur des accusations de viols commis dans un camp de déplacés entre décembre 2013 et juin 2014 visant 14 soldats français stationnés à Bangui.

 

Onze enfants auraient été abusés

 

Début juillet, des enquêteurs français se sont rendus en Centrafrique pour interroger 11 enfants se disant victimes d’abus sexuels, ainsi que des responsables d’associations et d’ONG.

 

Une employée de l’ONU - une Française en poste au Chili - qui a rédigé le premier rapport faisant état de ces accusations, doit être entendue mi-décembre après la levée de son immunité juridictionnelle. Révélé au printemps par le quotidien britannique The Guardian, son rapport fait état des témoignages de six enfants de 9 à 13 ans, qui dénoncent des abus sexuels commis par des militaires français de l’opération Sangaris (déclenchée en 2013 pour stabiliser la situation en Centrafrique avec la mobilisation de près de 2000 hommes), dans le camp de l’aéroport M’Poko à Bangui, entre fin 2013 et mai-juin 2014. Depuis, d’autres enfants se sont déclarés victimes.

 

Informé dès juillet 2014, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian avait saisi la justice française et lancé une enquête interne mais sans dévoiler l’affaire. En juin, il a donné son feu vert pour que l’enquête interne de l’armée soit déclassifiée et transmise à la justice.

 

Par AFP | Publié le 08/12/2015 à 10:17 

Accusations de viols en Centrafrique : Quatre militaires français entendus
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 11:44

 

 

 

Martin ZIGUELE et le MLPC appellent à voter "OUI" au référendum constitutionnel
Martin ZIGUELE et le MLPC appellent à voter "OUI" au référendum constitutionnel
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 11:07

 

 

 

L’élection présidentielle du 27 décembre 2015 rend de plus en plus fou certains. Elle rend tellement fou que de piètres Candidats, hommes de la rue et surtout des professionnels  autoproclamés de médias-du moins considérant les gribouilles et chiffons médiatiques quotidiennement servis sur la toile- prennent  nuits et jours un grand coup au moral, au point de perdre parfois le sens de la raison.

 

La dernière joute  strictement politicienne  en date est signée de Sieur Wilfried Maurice Sébiro, le gentleman  blogueur Wilfried Maurice Sébiro, ce célébrissime spécialiste des investigations et enquêtes politico-journalistiques  qui n’hésite pas  à déverser son venin de haine et de calomnie  contre le Candidat Martin Ziguélé, pourtant pressenti par presque tous les observateurs de la vie politique centrafricaine (du moins les vrais analystes et experts en Sciences-po) comme le candidat favori propre et sérieux pour sortir son pays des crises récurrentes en l’accusant d’avoir été nommé par un décret muet ministre d’Etat et conseiller politique de dame Catherine Samba-Panza. Quelle foutaise !!!

 

Quand  SEBIRO rime avec complot, c’est « Centrafrique Libre » qui perd sa crédibilité en devenant  l’esclave de petits politiciens.

 

Dans ses colonnes du 7 décembre 2015, le rédacteur-blogueur Sébiro dont la mission en temps normal devrait consister à  prendre de la  hauteur avant de coucher quoi que ce soit sur la toile, s’est permis le luxe d’insulter d’abord la classe politique centrafricaine toute entière avant de déverser son venin sur le digne fils du Centrafrique Martin Ziguélé, en l’accusant d’être bénéficiaire d’un décret muet dont la signature remonterait en Mars 2014. Et pour étayer ses allégations, sieur Sébiro de brandir une prétendue copie dudit document  officiel en pièce-jointe, espérant faire de son post une vérité biblique. Mais ce que sieur Sébiro ignore, c’est qu’il doit cesser de prendre  les Centrafricains pour des cons. Car son  fameux « Décret  muet »  qu’il brandit n’est rien d’autre qu’un chiffon fabriqué par les laboratoires du quartier Miskine dans le 5eme arrondissement de Bangui. Mais ce qui est sûr, quand SEBIRO rime avec complot, c’est « Centrafrique Libre » qui perd sa crédibilité et qui devient l’esclave de petits politiciens.

 

Oui ! Il vaut mieux  faire envie que pitié : Ziguélé toujours attaqué mais jamais inquiété.

 

La ficelle est tellement grosse que le monde entier peut de loin comprendre que l’auteur de cette mesquinerie journalistique fait du complot au profit d’adversaires politiques en perte de vitesse et en manque total d’idées pour faire décoller leurs côtes de popularité électorale. Cette pratique s’appelle FUF ou faux et usage de faux et est passible de peine de prison. Je crains que ce montage aussi rocambolesque ne se retourne violemment contre vous, cher Sébiro.

 

Martin Ziguélé  jamais Ministre d’Etat sous CSP: La politicaillerie « made in Sébiro » à quelques semaines des élections, est à prendre à pitié.

 

« Malheur à celui qui ne fait pas mieux que son père ». « Qui n’avance pas recule ». Ces deux dictons en disent long. C’est mal connaître Ziguele « l’aîné de la famille »que de l’imaginer entrain de servir la soupe alors que bien de « petits frères ou cadets » sont là pour  occuper cette responsabilité. Le droit d’aînesse est un droit inaliénable en république Centrafricaine. L’ignorer c’est complètement faire preuve d’offense à la tradition. Cher SEBIRO, votre sérum édulcoré de sigue ne passera pas.

 

Sébiro, cher blogueur ! Votre article ressemble à de la cigue. Les Centrafricains ne la boiront pas.

 

Ziguele veut servir le  peuple Centrafricain, pas un homme. Simplement parce qu’il ne fait pas de la politique pour simplement ajouter une ligne sur son Curriculum Vitae. Arrêtez de raconter des bêtises aux lecteurs. Attaquez le candidat sur l’essentiel, c’est-à-dire sa vision pour le pays. Nous savons que vous ne faites pas que de la communication mais toujours de la politicaillerie. Sortez de l’ombre Sébiro, car Martin Ziguele et le MLPC sont des enfants de la lumière.

 

Ziguele aime tellement la lumière qu’il ne sera jamais tenté par un soi-disant  décret  muet.

 

Cher Sébiro, la calomnie ne paie pas en journalisme. La magouille ne paie pas en journalisme. La diffamation est une lèpre de l’intelligence. Sachez que vous n’êtes qu’un petit calomniateur. Vous passez votre temps à dénigrer, à diffamer et à pondre des mensonges dans le seul but de nuire à un homme qui se bat corps et âme pour sortir son peuple de la misère. Vous êtes un messager de la haine.

 

« Centrafrique Libre » est l’incarnation de la haine. Vous mentez le matin, vous mentez à midi, mais je ne savais pas que vous  mentez  aussi le soir puisque les choses tendent vers la fin. Pourtant il devrait  y avoir  d’autres chats à fouetter.

 

Oui cher Sébiro, nous exigeons de votre journal la publication de ce droit de réponse. Faute de quoi, nous vous attaquerons devant la justice, à Bangui ou ailleurs. Car vos allégations contre Ziguélé constituent un cas de diffamation pur et simple. Ces graves accusations infondées ne sauraient être prises pour de simples diatribes de presse.

 

                                                          Bangui, le 8 décembre 2015

 

                                                                      SEKODE DEUGBAYI

Martin Ziguélé, seul grand favori des élections 2015 : Le  grand  journaleux  Wilfried Maurice SEBIRO à l’école des « apprentis-bourreaux».
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 10:57
Programme des obsèques de Lionel Fortunat ZARAMBAUD

 

 

 

 

Monsieur Lionel-Fortunat ZARAMBAUD, époux et père de 4 enfants, nous a quittés ce dimanche 29 novembre 2015, suite à une longue maladie.

 

Pour les personnes qui souhaiteraient lui rendre un dernier hommage afin d’accompagner son voyage vers les anges, la cérémonie se déroulera de la manière suivante :

 

Vendredi 11 décembre 2015 à 15h

Mise en bière à la morgue du Centre Paul Strauss

3, Rue de la Porte de l’hôpital

67000 Strasbourg

 

Une veillée aura lieu à la suite dans la salle de l’église St Vincent de Paul (2, Place de l’Ile de France 67100 Strasbourg)

 

Samedi 12 décembre 2015 à 9h30

Messe à la paroisse protestante de la Meinau

45, Avenue Christian Pfister

67100 Strasbourg

 

L’enterrement aura lieu ce même jour après la messe au Cimetière Sud (184, Rue du Rhin-Tortu 67100 Strasbourg)

 

Que son âme puisse reposer en paix auprès du Tout-Puissant

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 00:35
RCA : les propos de Nourredine Adam relativisés

 

 

 

Par RFI  07-12-2015 à 23:10

 

En Centrafrique, le référendum constitutionnel est prévu le 13 décembre. Nourredine Adam, chef de guerre de l'ex-coalition Seleka, a annoncé qu'il n'y aurait pas d'élections dans la zone qu'il prétend contrôler, notamment à Kaga Bandoro dans le nord-est de la Centrafrique. Une annonce qui n'inquiète pas outre mesure les autorités en charge des élections.

 

« Les déclarations de Nourredine sont à prendre avec des pincettes, nous ne voulons pas lui donner plus d'importance qu'il n'en a », confie un diplomate en poste à Bangui. La Minusca de son côté a dévoilé son dispositif visant à encadrer et sécuriser le processus électoral. Plusieurs milliers d'hommes, des patrouilles, des moyens aériens et une présence continue dans certaines villes clefs et dites sensibles, comme à Bambari et à Kaga Bandoro.

 

Pas d'inquiétude donc, c'est le mot d'ordre dans les rangs de l'ONU et du comité stratégique des élections, qui avouent toutefois être « tout à fait conscient du potentiel de nuisance de Nourredine Adam ».

 

Beaucoup de groupes armés se sont dissociés de l'appel du chef des FPRC, notamment Mahmat al-Khatim, un proche de Nourredine qui fut son conseiller en matière de sécurité. A noter également l'appel du MPC, un autre groupe armé de Kaga Bandoro qui incite la population et ses membres à prendre part au processus électoral.

 

L'impact que pourraient avoir les menaces de Nourredine semble donc mesuré. D'autant que l'organisation du référendum est vue par beaucoup à Bangui comme « un galop d'essai logistique », avant les élections du 27 décembre.

 

 

Centrafrique : le chef rebelle Nourredine Adam menace de perturber les prochaines élections

http://adiac-congo.com/ Lundi 7 Décembre 2015 - 12:15

 

L’ancien numéro deux de l’ex-séléka, Nourredine Adam a proféré la menace, le 3 décembre dernier, sur les ondes de la radio Ndèkèluka. En réaction, le porte-parole du gouvernement de transition, Dominique Said Paguindji a dénoncé dimanche une déclaration de guerre contre le peuple centrafricain.

 

« Des informations concordantes de sources sécuritaires font état des préparatifs guerriers de la part du chef de guerre, Nourredine Adam installé à Kaga-Bandoro dans la Nana-Gribizi. La déclaration de Nourredine Adam sur Radio NdekeLuka le 3 décembre 2015, témoigne à suffisance de la logique de la terreur et de la guerre dans laquelle s’est installé depuis toujours ce rebelle invétéré qui continue de défier les autorités de la transition et toute la communauté internationale », a indiqué le ministre centrafricain de la Justice, porte-parole du gouvernement.

 

En effet, dans une entrevue avec les confrères de la radio onusienne Ndèkèluka, le patron du Front patriotique pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), une des branches armées de l’ex-séléka, se dit « opposer à la tenue de toutes les élections notamment le référendum du 13 décembre prochain, la présidentielle et les législatives du 27 décembre dans les zones nord et nord-est ». Il a, à cette occasion, déclaré la partition du pays.

 

Les ex-séléka se désolidarisent de Nourredine   

 

Pour les autorités de la Transition « Nourredine Adam se déclare ainsi « l’ennemi public n°1 » de l’unité, de la paix et de la réconciliation nationale dans notre pays, valeurs pour lesquelles le Souverain pontife vient de plaider lors de sa visite triomphale à Bangui », a déclaré Dominique Said Paguindji. Les autorités centrafricaines ont averti qu’elles entendent saisir la Cour pénale internationale, parce ce que « comment comprendre qu’un chef de guerre qui est sous sanction des Nations unies puisse continuer de circuler librement… ?»

 

Même indignation du côté des autres factions rebelles. Plusieurs groupes armés, comme le MPC, basé à Kaga-Bandoro, se sont dissociés de cette annonce. D’après ces mouvements armés signataires de l’accord de cessation des hostilités de Brazzaville, ce genre d’agitation vise à compromettre le processus de paix et de réconciliation encore fragile. Ils rejoignent le régime de Transition en lançant tous « un vibrant appel à toutes les Centrafricaines et tous les Centrafricains à ne pas céder à la peur, et à se mobiliser comme un seul homme pour barrer la route à ce projet inacceptable».

 

Nourredine Adam défie la CEEAC

 

A Libreville, lors du dernier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale(CEEAC), les dirigeants de la sous-région ayant prolongé la durée de la Transition jusqu’au 31 mars 2016, ont affirmé leur soutien au calendrier électoral promulgué par l’Autorité nationale des élections. Ils ont, à cet effet, mis en garde tous ceux qui conspirent contre la Transition « qu’ils s’exposent à des sanctions de la communauté internationale ».

 

Les dirigeants de la CEEAC ont décidé alors de dépêcher une délégation de haut niveau auprès du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et du Conseil de sécurité pour solliciter le renforcement du mandat de la mission onusienne Minusca afin de lui permettre de « répondre de manière plus ferme et plus efficace aux défis sécuritaires ».  

 

Fiacre Kombo

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 23:40

 

 

 

     Des oiseaux de mauvais augure ont tout fait pour empêcher le pape d’aller en Centrafrique . Cela n’est pas fait pour nous surprendre : après avoir soutenu la thèse incongrue d’une guerre confessionnelle en Centrafrique, la France se retrouve empêtrée dans ses propres contradictions quand le chef suprême d’un des camps religieux souhaite aller sur place pour débrouiller l’écheveau ! Un véritable festival de contrevérités, de désinformation et d’approximations est organisé par les médias audiovisuels français . D’ordinaire cacophoniques, ils ont fait leur unité sur le dos du peuple centrafricain en répétant à l’envi, comme des perroquets, que le pape n’a pas intérêt à se rendre en Centrafrique ! Pourquoi ? La COP21 à Paris n’explique pas totalement ce boycott de la RCA !

 

1 . Un échec militaire doublé d’un échec diplomatique  

 

    Sous prétexte d’insécurité endémique non jugulée en Centrafrique, la diplomatie française et le Président François Hollande ont exercé de fortes pressions sur le pape pour qu’il annule son voyage longuement et patiemment préparé en RCA . Monsieur le Président, il y a des choses avec lesquelles les peuples dits pauvres ne badinent pas et je peux vous affirmer sans risque qu’en essayant de dissuader Sa Sainteté d’aller les voir dans leur détresse, vous venez de froisser gravement ce peuple fier . Quels leaders centrafricains, quels membres de la communauté centrafricaine avez-vous consultés ? Quelle erreur psychologique ? Au fait, de quoi avez-vous peur au juste ? S’agit-il vraiment de veiller à la sécurité du pape ou plus prosaïquement de l’empêcher d’aller constater sur place l’échec patent des militaires de la mission Sangaris ? Cette mission d’environ mille hommes, renforcée des troupes de la Minusca, n’était-elle pas envoyée primitivement en Centrafrique pour s’interposer entre les belligérants dans un premier temps et désarmer les deux camps dans un second temps ? Le chapitre VII de la Résolution de l’ONU est assez explicite à cet égard ( cf article précédent : Désarmer ou partir).

 

     Et si ce sont les rapports de votre ambassadeur en Centrafrique qui vous ont induit en erreur, il serait temps d’en tirer les conclusions politiques qui s’imposent . Un homme si peu au fait des réalités centrafricaines, ne maîtrisant ni la mentalité ni  « l’âme » du pays n’a plus sa place en RCA . Ce pays, malgré sa souffrance ou à cause de cette souffrance ne veut plus de satrape et à plus forte raison d’un proconsul plein de morgue et de mépris à son égard . A contrario, le Nonce apostolique connaît mieux la RCA et les Centrafricains et son point de vue a prévalu auprès du pape .  La France du XXI ème siècle continue de se servir d’un logiciel périmé des siècles précédents dans ses relations avec l’Afrique : elle est en train de perdre le Centrafrique à l’instar du Rwanda .

 

    Pour revenir aux tragiques évènements du 13 Novembre 2015 dans les rues de Paris, je rappelle que fin Septembre 2015, ce furent 82 morts officiels recensés en Centrafrique, ce qui fait 0,0018% des quatre millions cinq cents mille habitants de la RCA contre 0,0002% pour la France ( 65.000.000 ) .  Et les militaires , et les politiques et les journalistes français ont parlé indistinctement de morts civils en RCA ! Tous les musulmans de Centrafrique ne sont pas des assassins mais les tueurs du KM5, de Bambari ou d’ailleurs sont ceux-là mêmes que vous qualifiez ici de terroristes et/ou de djihadistes et contre lesquels vous êtes entrés en guerre et vous souhaitez modifier la Constitution française . Ils ont la même rhétorique, le même projet politique, le même mépris de la vie humaine et les mêmes financements . Alors, deux poids, deux mesures ? 

 

      Il est entendu que la France ne sortira de son ambiguïté en Centrafrique qu’à son détriment .

 

2 . Jours de divorce

 

    Le dimanche 29 Novembre 2015, j’ai décidé de suivre le voyage du pape sur une chaîne publique . Mal m’en a pris .  J’ai dû me rabattre sur une chaîne privée pour voir une queue de reportage sur l’arrivée du souverain pontife à Bangui ! Le soir, cette même chaîne publique a consacré trente secondes au voyage du pape …A quoi ont servi mes redevances ? Aucun reportage précédant le voyage, rien pendant et rien après dans une France «  fille aînée de l’Eglise » où le dimanche matin est dédié aux religions sur France2  ?

 

     On me dira qu’une grande conférence des nations ( COP21) se tenait en même temps à Paris sur le climat . Ce à quoi je réponds qu’au niveau de la RCA, le voyage du pape est éminemment plus important que toutes les conférences sur le climat . Le citoyen centrafricain lambda est plus préoccupé par la guerre sans nom qui ravage son pays depuis plus de trois ans, faisant de lui un réfugié dans son propre pays . D’ailleurs son pays ne pollue pas et face à son avenir hypothéqué, la conférence sur le climat paraît dérisoire .  Le Premier ministre centrafricain Mahamat Khamoun est venu ânonner quelques phrases convenues à cette conférence et cela doit suffire .  

 

    Une fois de plus le gouvernement et les médias français se trompent quand ils s’accordent pour saborder ou occulter le voyage de pape en Centrafrique à l’ère des réseaux sociaux et d’Internet . Le lundi 30 Novembre au soir, j’ai rattrapé tout mon retard sur le voyage papal via Internet .  Avec quelques  caméras bien placées, KTO a montré honnêtement le voyage .

 

    Pas un coup de feu tiré à Bangui pendant la visite du Pape !

    Pas un caillou jeté sur la papamobile !

    Pas un cri hostile dans les rues de Bangui !

 

Les Centrafricains n’ont pas fait ce que leur ont suggéré la presse et le gouvernement français : ils sont décevants et agaçants !

 

Ceci est une totale remise en cause de tous les afropessimistes, tous les apprentis sorciers et autres oiseaux de mauvais augure .  Qu’ils méditent ces paroles du cardinal Fernando FILONI  « Une ceinture de personnes très pauvres, qui couraient continuellement autour de la voiture du Pape, n’a jamais laissé le Pape seul et l’ont ainsi défendu y compris de tout possible danger »  

 

. Le voyage du pape est un triomphe et la RCA, en dépit de son malheur, vient d’administrer une magistrale leçon d’hospitalité et d’humilité à tous .

 

   Quant aux leaders politiques centrafricains ( cf article : De l’indécence des candidats centrafricains à l’élection présidentielle ), ils feraient mieux d’organiser des primaires ou de mettre en place de larges plateformes politiques pour essayer de relever la RCA au lieu de cette liste interminable de candidats qui livre notre pays à la risée publique mondiale . Chers candidats à l’élection présidentielle en RCA : de quoi et de qui voulez-vous vous venger ? A quoi aspirez-vous personnellement ? Quels messages adressez-vous  au peuple centrafricain en avançant ainsi en rangs serrés ? Ne voyez-vous pas  que notre pays qui est un vaste chantier aura besoin de l’union sincère de tous ces fils et filles pour le remettre debout ? A vous de chercher et de trouver cette synergie nécessaire et indispensable . La RCA ne peut compter que sur ses propres enfants ! Dire ou croire le contraire serait mentir à soi-même et aux Centrafricains .

 

     Etymologiquement, pontife veut dire « qui fait le pont » . Or que cherche à faire le pape en se rendant en RCA, si ce n’est établir un pont entre des communautés centrafricaines artificiellement divisées pour mieux exploiter leurs richesses ? L’acharnement mis par le gouvernement français à torpiller ce voyage en se fondant sur des rapports tendancieux, le silence complice des médias audiovisuels et le chaleureux accueil réservé au pape par les Centrafricains sont des preuves tangibles que la France et la RCA ne parlent plus le même langage . Lorsqu’un couple ne s’entend plus, il divorce . La RCA et la France ne sont même pas un couple . Alors…

 

                                               David KOULAYOM-MASSEYO

                                              

Le 7 Décembre 2015 .

LE SAINT PERE EST REVENU VIVANT DU CENTRAFRIQUE : GLOIRE     SOIT RENDUE AUX CENTRAFRICAINS ! par David KOULAYOM-MASSEYO
Repost 0
Centrafrique-Presse.com