Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 00:59

 

 

 

Par RFI  09-12-2015 à 23:28

 

La liste des candidatures validées pour l'élection présidentielle a été dévoilée mardi en Centrafrique. Des heurts sporadiques ont suivi cette annonce, des barricades ont été érigées dans certains quartiers de la capitale pour protester contre l'invalidation de la candidature de l’ex-président François Bozizé. Mercredi matin, pour apaiser les tensions, l'archevêque de Bangui a traversé à pied la route la plus sensible de Bangui, l'avenue Koudoukou, jusqu'au quartier musulman du PK5. Reportage.

 

L'archevêque a garé sa voiture devant la barricade. « Pas la peine de lever le barrage, je continue à pied », lance-t-il aux jeunes armés de kalachnikovs qui gardent la route. Avant de les bénir. « Venez, nous allons au PK5 ». Le quartier du Kilomètre 5 se situe 300 mètres plus loin. 300 mètres de no man's land que personne ne se risque à franchir, d'un côté comme de l'autre.

 

Docteur Wech, comme on le surnomme, un ancien musicien, n'est pas très rassuré, mais il va suivre Mgr Nzapalainga . « C’est la première fois. Je sens qu’il conjugue la paix, il conjugue un esprit de paix, répète-t-il. C’est la première fois que je traverse depuis trois ans. Pourtant j’habite dans le coin. »

 

Une chanson pour la Centrafrique

 

La ligne rouge est franchie, Docteur Wech est heureux et il cherche déjà du regard un de ses anciens musiciens, un musulman qui vit dans le quartier. « Appelle Amaxon qu’il vienne ! C’est un de mes chanteurs », lance-t-il à un habitant du quartier.

 

Sur cette route d'habitude déserte, le cortège de Mgr Nzapalainga ne passe pas inaperçu et Amaxon a vite fait d'être retrouvé. Tous entonnent alors une chanson.

 

Mission réussie

 

Sur le chemin du retour, Dieudonné Nzapalainga a le sourire jusqu'aux oreilles. Il a réussi sa mission. « Moi j’appelle ça caravane de paix : prendre les Centrafricains qui sont d’un côté pour les amener de l’autre pour rencontrer, saluer, embrasser. Ça c’est ma joie inouïe, se réjouit-il. C’est la peur, la méfiance qui les gagne. Moi je veux briser ça. »

 

Briser la méfiance, Monseigneur l'affirme, il retournera marcher à travers les quartiers autant de fois que nécessaire.

 

Et pour ne rien rater de l'ambiance sonore de ce reportage, vous pouvez l'écouter ici : 

 

Reportage dans le PK5

 

09-12-2015 - Par Matéo Guidoux

RCA: l'archevêque de Bangui au quartier PK5 pour apaiser les esprits
Repost 1
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 22:14
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Décision de la Cour constitutionnelle sur les candidatures à l'élection présidentielle
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 20:55

 

 

 

http://www.jeuneafrique.com/  09 décembre 2015 à 19h10 Par Benjamin Polle

 

Par cette décision, l'ONG française pourra accéder au dossier en cours d'instruction sur les conditions du rachat par le groupe industriel et minier Areva, en 2006, de l'entreprise minière canadienne, détentrice à l'époque de gisements d’uranium en Namibie, en Centrafrique et en Afrique du Sud.

 

Dans l’affaire du rachat controversé du groupe Uramin en 2006, l’ONG Sherpa se constitue partie civile dans la plainte contre Areva pour corruption d’agents publics étrangers, indique l’ONG dans un communiqué le 08 décembre. Ce qui lui donnera accès au dossier en cours d’instruction par le juge français Renaud van Ruymbeke depuis mai 2015.

 

« C’est la Cour des comptes qui a alerté le procureur, suite à quoi un juge d’instruction a été nommé. Nous nous interrogeons sur la manière avec laquelle des opérations suspectes ont pu échapper à la direction de l’audit et de la conformité du groupe, aux commissaires aux comptes ou à des intermédiaires, conseillers juridiques et fiscaux », indique Laetitia Liebert, la directrice générale de Sherpa interrogée par Jeune Afrique.

 

Deux informations judiciaires

 

Le parquet financier français a ouvert deux informations judiciaires sur le rachat de la société minière canadienne Uramin par Areva.

 

La première information judiciaire vise des faits présumés d’escroquerie, d’abus de bien social et de corruption d’agent public étranger – la constitution de partie civile de Sherpa ne concerne que ce dernier volet. Cette information judiciaire a été ouverte le 27 mars dernier après le dépôt d’une plainte en novembre 2014 à Paris par la Centrafrique sur d’éventuels détournements de fonds auxquels se seraient livrés le précédent gouvernement sous François Bozizé (à la tête du pays de 2003 à 2013).

 

La seconde information judiciaire a été ouverte pour diffusion de fausses informations boursières, de présentation de comptes inexacts, d’abus de pouvoir, de faux et d’usage de faux.

 

Rachat en 2006

 

C’est pour renforcer son portefeuille minier africain, alors concentré sur le Niger et ses exploitations de l’Aïr (Somaïr et Cominak), qu’Areva a racheté Uramin, une société détenant des gisements d’uranium en Namibie, en Centrafrique et en Afrique du Sud.

 

Une acquisition au prix fort (1,8 milliard d’euros), qui s’est avérée périlleuse. En 2012, la direction d’Areva a passé 1,5 milliard d’euros de dépréciation d’actifs. Le groupe a depuis revendu les gisements sud-africains décevants hérités d’Uramin en 2013, abandonné l’idée de développer à court terme ses mines centrafricaines affectées par la situation politico-sécuritaire et fait face à une exploitation techniquement difficile et coûteuse du site de Trekkopje, en Namibie.

 

Lu pour vous : Areva : Sherpa se constitue partie civile dans l’épineux dossier Uramin
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 19:15
 Les problèmes d'une armée centrafricaine sous embargo

 

 

http://www.dw.com/  09.12.2015

 

A trois jours du référendum constitutionnel en RCA, le ministre de la défense reconnaît les difficultés qu'il rencontre. Joseph Bindoumi regrette que l'embargo international limite autant les activités de l'armée loyale.

 

Les Centrafricains se préparent à voter, dimanche. Ils sont appelés à se prononcer par référendum pour ou contre le projet de nouvelle constitution. Parmi les grands changements induits par ce texte, il y a l'affirmation des grands principes de la république, comme le respect des droits de l'Homme, la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux mandats maximum de cinq ans chacun. Le texte stipule aussi que le président peut être traduit devant la haute cour de justice en cas de manquement, et enfin, la constitution instaure notamment un sénat dans le pays, pour assurer un meilleur contrôle de l'exécutif.

 

Mais outre les difficultés pour les déplacés à aller voter, les problèmes techniques rencontrés dans l'élaboration et la distribution des nouvelles cartes d'électeurs, se pose aussi le problème de la sécurisation du vote. Joseph Bindoumi, ministre de la défense centrafricain, reconnaît, au micro de Sandrine Blanchard, qu'il ne dispose pas d'une grande marge de manoeuvre, en dépit des menaces de certains groupes armés, comme l'ex-Seleka de Nourredine Adam. Ecoutez l'interview avec Joseph Bindoumi en cliquant sur la photo ci-dessus.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 19:03
Les Centrafricains "pas surpris" par l'exclusion de l'ex-président Bozizé

 

 

 

09/12/15 (AFP)

 

L'exclusion de l'ancien président François Bozizé de la liste pléthorique des 30 candidats à la présidentielle du 27 décembre en Centrafrique a provoqué le mécontentement de ses partisans qui ont érigé des barricades et tiré dans leurs quartiers, mais elle "n'a pas surpris" grand monde à Bangui.

 

Sur 44 candidats, a décidé la Cour constitutionnelle centrafricaine, 14 ne pourront concourir à la présidentielle, dont François Bozizé, renversé en mars 2013 par la rébellion Séléka à dominante musulmane et sous le coup de sanctions internationales.

 

François Bozizé, impliqué dans deux tentatives de coup d'Etat ratées et un troisième réussi en 2003 avec l'appui du Tchad, est sous le coup de sanctions internationales. Il est fortement soupçonné, après son renversement, d'avoir instrumentalisé les milices anti-balakas qui ont mené une violente chasse aux musulmans dans Bangui et le reste du pays. Actuellement en exil, il fait également l'objet d'un mandat d'arrêt émis par le gouvernement de transition centrafricain.

 

L'annonce de son éviction, bien qu'attendue, et celle de Patrice-Edouard Ngaïssona, chef d'une frange des anti-balaka, a vite circulé mardi dans la petite capitale: en fin d'après-midi, des tirs étaient entendus et de jeunes partisans de Bozizé et de Ngaïssona en colère, érigeaient des barricades dans huit quartiers. Plusieurs cas de braquages de véhicules ont également été signalés. Avant de retrouver un semblant de calme à la tombée de nuit.

 

Le porte-parole du candidat anti-balaka, Igor Lamaka, dit vouloir faire appel et dénonce une "décision politique" contre Patrice-Edouard Ngaïssona. En cas de nouveau refus, "nous prendrons nos responsabilités", menace-t-il.

 

"Si c'est au peuple de décider, pourquoi on n'a pas laissé tout le monde concourir plutôt que de faire une pré-sélection?", demande Joseph Kouango, un commerçant agacé. "Demandez aux gens, beaucoup veulent que Bozizé revienne!".

 

Mais Olive, serveuse, se dit "soulagée" par le choix des juges.

 

"Des criminels qui mériteraient d'être en prison, on les laisse se balader comme ça et en plus ils pourraient se présenter pour devenir présidents? La Centrafrique n'est pas une poubelle!", proteste la jeune femme en riant.

 

Dans les milieux politiques et sécuritaires, la cause était entendue depuis longtemps, et personne ne s'est dit "surpris" par l'éviction des deux hommes.

 

- 'Trouver un Ouattara centrafricain' -

 

"Nous nous attendions à peu près à cette liste. Maintenant, on sait de façon certaine qui on a en face de nous et on peut se lancer dans la campagne", indique-t-on simplement dans l'entourage d'un des favoris, Karim Meckassoua.

 

D'autres poids lourds de la classe politique centrafricaine comme Martin Ziguelé et Anicet-Georges Dologuélé ont également vu leurs candidatures validées, tout comme les fils de deux anciens chefs de l'Etat, Désiré Kolingba Nzanga et Sylvain Patassé-Ngakoutou.

 

"Il faut que la RCA soit en mesure de nous trouver un Ouattara centrafricain: la Côte d'Ivoire est revenue de loin parce qu'il est visionnaire", confie un ministre sous couvert d'anonymat, en référence au chef de l'Etat ivoirien. "Nous devons en finir avec les élections basées sur le régionalisme et l'ethnicisme (...) il faut un fin diplomate capable de négocier avec les bailleurs de fonds et de remettre le pays sur les rails".

 

Le premier tour de la présidentielle et des législatives est prévu le 27 décembre, après un référendum constitutionnel dimanche.

 

L'organisation du vote s'annonce toutefois complexe dans les régions contrôlées par des chefs rebelles, dont Nourredine Adam, ex-numéro 2 de la Séléka, qui a prévenu qu'il s'opposerait à la tenue des élections dans sa région du nord.

 

Mais pour Lewis Mudge, chercheur à Human Rights Watch (HRW), les absents du processus électoral devront répondre devant la justice: "il est aujourd'hui temps" de poursuivre les responsables présumés des atrocités, notamment grâce à la mise en place d'une Cour pénale spéciale chargée de juger les crimes les plus graves.

 

"Bozizé va devoir rendre des comptes pour les crimes commis sous sa présidence (2003-2013), tout comme les membres des différents groupes armés, qu'il s'agisse des anti-balaka ou des Séléka", estime-t-il.

 

 

Centrafrique : la liste des candidats à l’élection présidentielle déplaît aux anti-balaka

 

http://sahel-intelligence.com/  Frédéric Powelton 9 décembre 2015


Plusieurs quartiers de la capitale centrafricaine se sont enflammés mardi après que la Cour Constitutionnelle de transition ait validé une liste des candidatures à la présidentielle ne contenant pas les figures politiques des anti-balaka, les milices majoritairement chrétiennes accusées de nombreuses exactions.

 

Des barricades ont été érigées et des tirs entendus dans au moins huit quartiers de Bangui, après l’annonce des candidatures retenues pour participer à l’élection présidentielle qui se tiendra le 27 décembre prochain. Ces signes avant-coureurs dans la capitale centrafricaine ont poussé plusieurs ambassades à avertir leurs ressortissants sur un probable éclatement de violences.

 

Pour éviter au pays de retomber dans les contestations et l’anarchie, la Cour Constitutionnelle centrafricaine a minutieusement choisi les candidats pouvant briguer les prochaines élections présidentielles. L’institution centrafricaine en charge du bon déroulement du vote a ainsi rejeté la candidature de l’ex-président François Bozizé et de Patrice Edouard Ngaïssona, le coordonnateur général des milices anti-balaka. Ces groupes armés, constitués majoritairement de chrétiens et d’animistes et qui étaient accusés d’avoir commis d’innombrables exactions sur la population.

 

Toutefois, les précautions prises par la Cour Constitutionnelle se sont révélées insuffisantes. La recrudescence des violences dans certaines parties de la capitale mardi a fait resurgir le sentiment d’insécurité qui prévalait ces derniers mois à Bangui.

 

D’après les observateurs, les protestataires qui sont descendus dans la rue mardi, sont principalement des anti-balaka. Le rejet, par la Cour Constitutionnelle de François Bozizé et de Patrice Edouard Ngaïssona, de la liste des potentiels candidats à la présidentielle du 27 décembre a en effet déplu à leurs partisans.

 

Ces derniers réclament entre autres, la réintégration de MM. Bozizé et Ngaïssona dans le processus électoral. Pour les spécialistes, cette situation délicate pourrait dégénérer à tout moment si rien n’est entrepris par les autorités locales pour apaiser les tensions.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 18:17

 

 

 

 

Conformément au chronogramme électoral élaboré par l’Autorité Nationale des Elections (ANE), les Centrafricains iront choisir le 27 décembre 2015, parmi plusieurs hommes politiques en lice dont les candidatures viennent d’être validées, la personnalité devant conduire leurs destinées pour les cinq années à venir.

 

Sauf quelques questions d’ordre technique que pourrait suggérer l’ANE, susceptibles de modifier le calendrier électoral, les nombreux centrafricains qui s’étaient massivement inscrits sur la liste électoral ont déjà clairement compris qu’ils se rendront aux urnes d’ici la fin du mois, pour les tant attendues élections, trois fois repoussées en deux ans.

 

A l’affiche, de nombreux prétendants à la magistrature suprême, un candidat idéal. Parce que la politique n’est un jeu de table rase, Martin Ziguélé fait figure de favori. Quelles que soient les raisons qu’on aura à avancer, il est certain que M. Ziguélé sera bel et bien présent à cette bataille électorale pour la conquête du pouvoir de l’Etat.

 

Ce n’est d’ailleurs sans surprise que ce prétendant au fauteuil présidentiel soit au cœur du débat politique dans son pays à l’approche de ces échéances électorales. Martin Ziguélé par-ci Martin Ziguélé par-là. Le leader à la prochaine présidentielle pour le compte du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) occupe tout le terrain médiatique. Pas une seule page sur des réseaux sociaux sans celui qui est considéré comme étant le favori de cette présidentielle ; pas de commentaires politiques dans la rue et autres débits de boisson sans Martin Ziguélé. Pourquoi cette obsession fanatique ou acharnement méchant (c’est selon) à propos de cet homme politique ? Une chose est sûre, le candidat Ziguélé donnera du fil à retordre à ses adversaires, à l’allure des choses.

 

Ziguéle, le triomphe

 

Le candidat du MLPC attend son triomphe, il attend d’être installé dans le fauteuil présidentiel de leur pouvoir perdu au bout des armes, le 15 mars 2003 avec l’avènement du General d’opérette François Bozizé au pouvoir. Ziguélé abat toutes ses cartes, pour l’honneur des MLPCistes ayant connu le calvaire sous le régime tortionnaire de Bozizé.

 

Vu sous l’angle d’assise politique, l’ancien Premier ministre part avec un certain avantage, comparé à ses adversaires : le MLPC qui est l’un des vieux partis est implanté sur l’ensemble du territoire national. Principal chef de fil de l’opposition démocratique, Ziguélé a su garder honnêtement sa place de numéro deux  au cours des deux dernières élections, derrière cette machine de fraudes électorales qu’est le KNK. Ses militants alors, poursuivis, torturés et arrêtés arbitrairement soue le magistère du plus peureux des Généraux centrafricains, n’ont jamais cédé à la tentation de la prostitution politique et, ont gardé le mot d’ordre de mobilisation autour des idéaux du parti qui leur est chère.

 

Hormis ce calcul qui malheureusement prime sur tout autre dans un contexte de crise sécuritaire, Ziguélé se positionne comme l’incarnation du vrai changement. Les vertus de paix, de la réconciliation nationale, de la reconstruction et du rassemblement sont le credo de philosophie du MLPV à ce jour.

 

De l’intérieur, Ziguélé, le Président du MLPC est en phase avec la communauté internationale et considéré par une frange de la population comme l’homme de la situation, le nouveau Président.

 

Martin Ziguélé a l’expérience de la gestion des affaires de l’Etat en tant qu’ancien Premier ministre.

 

Ses réalisations en tant que Premier Ministre Martin

 

Martin Ziguélé a exercé sa fonction de Premier Ministre du 1er avril 2001 au 15 mars 2003, soit 23 mois et 2 semaines. Les tâches du nouveau Premier Ministre étaient à la fois très difficiles, multiples et urgentes, surtout que les agents de la fonction publique, en grève depuis novembre 2000, et qui avaient observé une trêve début mars 2001 à la demande du Premier Ministre Anicet Gorges Dologuélé, terminaient à peine le premier mois de cette trêve au moment où Martin Ziguélé est promu à la Primature. Réellement, les fonctionnaires n’étaient pas prêts à cesser leur grève générale.

 

S’agissant des réalisations de Martin Ziguélé à la Primature, elles sont nombreuses, mais seules les plus importantes méritent d’être mises en relief ici.

 

A titre de précision importante, il faut rappeler tout d’abord que l’Etat Centrafricain est connu pour le cumul notoire de plusieurs dizaines d’arriérés de salaire, bourses et pensions depuis le régime du général André Kolingba. Le Premier Ministre Martin Ziguélé affronte cette réalité : 30 mois d’arriérés de salaire laissés par ses prédécesseurs. A l’inverse de certains de ses prédécesseurs, Martin Ziguélé s’en est bien tiré, puisqu’il a tout de même réussi à effectuer le paiement à terme échu de 22 mois de salaires sur les 23 mois passés dans la fonction. Cette précision est d’autant plus importante que d’une part, le Premier Ministre Ziguélé n’avait reçu aucune aide financière extérieure et d’autre part, le Gouvernement d’Action et de Combat fut rudement et successivement déstabilisé par la tentative de coups d’Etat du 28 mai 2001, puis par celui du 25 octobre 2002 du général François Bozizé.

 

Il a à son actif et personnellement d’abord, l’engagement dans la lutte contre la pauvreté, tout en mobilisant tout son gouvernement. Il a notamment assuré la promotion du secteur PME/PMI, du commerce et de l’artisanat, la promotion du monde rural par la modernisation du système agricole.

 

Ensuite, la réalisation la plus mémorable du Premier Ministre Martin Ziguélé, c’est la lutte implacable et générale de ce dernier contre la corruption et les détournements de deniers publics. En application de cette politique, le Premier Ministre Martin Ziguélé avait engagé fermement des actions multiformes en vue de l’assainissement des finances publiques : lutte contre la fraude et l’incivisme fiscal, moralisation des fonctionnaires et agents de l’Etat, principalement ceux des régies financières.

 

Cependant, tous les prévenus recouvrent une liberté inespérée doublée d’une impunité choquante, à la faveur de la prise violente du pouvoir par les « Libérateurs » du général François Bozizé le 15 mars 2003.

 

Enfin, on peut retenir la signature par Martin Ziguélé le 10 octobre 2001 d’un Programme de Référence (Staff Monitoring Programme) de 6 mois avec le Fonds Monétaire International (FMI). Ce Programme non financé, donc un genre de « galop d’essai » a été réalisé avec succès à la surprise du FMI qui l’a reconduit de trois mois. Les négociations menées ensuite par Martin Ziguélé avaient débouché sur un accord avec le FMI en septembre 2002, ouvrant la voie à des aides financières substantielles destinées au pays. Mais l’attaque de Bangui le 25 octobre 2002 par les rebelles et mercenaires se réclamant de François Bozizé bloquera le passage de ce dossier devant les conseils d’administration du FMI prévu le 28 octobre 2002.

 

Tous les vastes chantiers du Gouvernement d’Action et de Combat ouverts par Martin Ziguélé sont malheureusement et nettement stoppés, emportés par ce déferlement violent sur la capitale Bangui de la horde des rebelles et mercenaires étrangers prétendument dits les « Libérateurs », à la solde du général François Bozizé, lequel n’avait de cesse, depuis son coup d’Etat radiophonique du 03 mars 1982, de vouloir à tout prix le pouvoir qu’il savait pertinemment ne pas pouvoir prendre s’il fallait se plier à l’unique voie démocratique : l’élection.

 

Martin Ziguélé a fait adhérer le MLPC à l’Internationale Socialiste faisant ainsi bénéficier au MLPC d’un vaste réseau des socialistes du monde entier en général, avec l’appui décisif et constant du Parti Socialiste Français. Il y a lieu de préciser que ce choix fait par Martin Ziguélé est celui d’un homme de conviction profonde, d’un homme qui a toujours été de gauche, puisqu’il a été fait à un moment où ni le MLPC ni le Parti Socialiste Français n’étaient au pouvoir. Ce n’est donc nullement un choix politique opportuniste.

 

Notons qu’il est seul de tous les candidats  en lice à avoir sillonné toutes les provinces de la RCA, à la rencontre du bas peuple.

 

Qui veut noyer son chien l’accuse de rage

 

La détermination de Martin Ziguélé fait de couler de la salive depuis le départ de Bozizé du pouvoir par son entêtement connu de tous. Le manque de vision du poltron Général d’armée Bozizé a fait le lit aux différents mouvements rebelles qui ont occupé à l’époque les ¾ du territoire centrafricain au point de finir par avoir raison de son pouvoir le 24 mars 2013.

 

L’histoire nous a appris que tous les matériels militaires dont les rebelles de la Séléka se sont servis pour massacrer les Centrafricains proviennent de la tristement célèbre « GUANTANAMO », cette prison de la bozizie.

 

Comme le dit un adage populaire, « Qui veut noyer son chien, l’accuse de rage », malheureusement les partisans de Bozizé ont présenté à tort Martin Ziguélé et ses amis de l’opposition, au sommet de Libreville en 2013, comme étant des complices de la Séléka pour avoir demandé la démission de leur mentor.

 

Mais Ziguélé qui n’est pas du tout né de la dernière pluie, reprend coups pour coups à tous ses détracteurs avec ce même verbe fort qu’on lui connaît. Ses nombreuses interventions médiatiques ne sont pas néanmoins sans erreur d’appréciation, exploitables pour l’attaquer sur ses propres idées. Ses détracteurs politiques qui, sous-couvert d’anonymat, utilisent  des médias pour raconter des histoires sur sa supposée participation aux côtés de Séléka. L’homme n’a cessé d’exiger dans une trilogie à ces marchands d’illusions d’apporter les preuves de leurs accusations. Principe fondamental en droit : « La charge de la preuve incombe à celui qui accuse ». Mais à notre connaissance, aucune preuve n’est jusque-là apportée, à moins de nous tromper.

 

De l’avis général, cette crise dans laquelle est plongée la RCA  est d’ordre politique. Toutefois, il faudrait une solution politique afin de la juguler. Raison pour laquelle, es Centrafricains devront aller au vote dans les jours à venir afin de confier leur destin entre les mains d’un homme politique, rodé de la lignée de Martin Ziguélé. Etant donné que les rapports de force politique sont pus favorables à Ziguélé qu’à ses challengers ; ce qui est bien le fruit de longues années de lutte, celui-ci saura tirer son épingle du jeu ce 27 décembre 2015 en remportant sans coup férir ce scrutin.

 

Freddy MASSENGUE

 

 Présidentielle de 2015 : Victoire prévisible de Ziguélé à la prochaine présidentielle ou la consécration de plusieurs années de luttes acharnées
 Présidentielle de 2015 : Victoire prévisible de Ziguélé à la prochaine présidentielle ou la consécration de plusieurs années de luttes acharnées
Repost 1
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 18:10

 

 

http://www.afrik.com/  MARDI 8 DÉCEMBRE 2015 / PAR ASSANATOU BALDÉ

 

Au moins 29 candidats participeront à l’élection présidentielle en Centrafrique, dont le premier tour est prévu le 27 décembre.

 

La Présidentielle en Centrafrique approche à grands pas. Vingt-neuf candidats participeront à l’élection présidentielle centrafricaine, dont le premier tour est prévu le 27 décembre, a annoncé, ce mardi, à Bangui la Cour constitutionnelle de transition, qui a rejeté 15 candidatures, dont celle de l’ex-Président François Bozizé, renversé en mars 2013 et sous le coup de sanctions internationales. La présidente de Transition, Catherine Samba Panza, ne pouvait être juridiquement candidate. Parmi les candidats, figurent les poids lourds de la classe politique dont Martin Ziguelé, Anicet-Georges Dologuélé, ou encore Karim Meckassoua.

 

Dans une interview accordée à Afrik.com, en novembre 2015, Martin Ziguélé affirmait que son programme est basé « sur le triptyque "Réconciliation, Rassemblement et Reconstruction". Les trois premières mesures à mettre en œuvre seront les suivantes : réformer le secteur de la sécurité et le DDRR (Désarmement- Démobilisation-Réinsertion-Rapatriement), redéployer l’administration partout sur le territoire national afin de réhabiliter l’Etat et relancer l’économie pour, en particulier, garantir un avenir digne à notre jeunesse. »

 

Selon lui, s’il est considéré comme le grand favori du scrutin par les observateurs, c’est parce que « tout d’abord, je ne suis pas un inconnu puisque je vais à ces élections pour la troisième fois et j’avais déjà mis en ballotage le Président candidat lors de mon premier engagement, en 2005. Ensuite, il est à noter que c’est la première fois qu’il n’y a pas de chef d’état candidat en lice, ce qui rend le jeu ouvert. Par ailleurs, je connais le pays pour l’avoir parcouru commune par commune, et village par village dans le cadre de mes anciennes fonctions de Premier ministre et ensuite comme président du MLPC, qui demeure le principal parti politique centrafricain ».

 

Martin Ziguélé s’est dit aussi très confiant pour les élections à venir dans son pays, qui devrait le remettre sur les rails.

 

Depuis la chute de François Bozizé, la Centrafrique est plongée dans le chaos, malgré la présence des troupes françaises et la force de l’ONU. La violence est de mise, notamment dans la capitale centrafricaine, Bangui.

 

 Présidentielle en Centrafrique : 30 candidats en lice, Bozizé disqualifié
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 17:31

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

LA MINSUCA APPELLE A UNE CAMPAGNE ELECTORALE APAISEE ET MET EN GARDE CONTRE LES TROUBLES

 

Bangui, le 9 décembre 2015 - La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilité en Centrafrique (MINUSCA) a appelé à une campagne électorale paisible et invite les candidats à présenter leurs projets de campagne au peuple centrafricain sans animosité ni recours à la violence sous toutes ses formes. L’appel a été lancé mercredi à Bangui, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, par son Porte-parole, Vladimir Monteiro.

 

Dans cet appel, la mission des Nations Unies en Centrafrique a aussi demandé à ceux dont la candidature a été rejetée de se conformer à la décision de la Cour constitutionnelle et à faire montre de retenue dans leur réaction. La MINUSCA leur demande également de sensibiliser leurs sympathisants afin qu’ils évitent toute attitude qui serait de nature à perturber le processus électoral et la stabilité en Centrafrique. Sur un total de 44 candidatures présentées pour la présidentielle, 30 dont celle d’une femme ont été retenues tandis que 14 ont été rejetées.

 

La MINUSCA réitère sa détermination à travailler en étroite collaboration avec les autorités compétentes afin d’assurer le bon déroulement de cet important scrutin qui représente une étape cruciale vers une sortie définitive de la crise politico-sécuritaire qui affecte la Centrafrique depuis de longues années.

 

Par ailleurs, la MINUSCA a rappelé la publication mardi, d’une première liste des candidats aux législatives du 27 décembre, par l’ANE. Cette liste comporte 1192 candidats députés et sera complétée après la réception des dossiers incomplets ce mercredi en fin d’après-midi.

 

Sur le plan électoral, la MINUSCA note également que le Conseil National de Transition a adopté le 4 décembre deux amendements au code électoral : l’article 68 qui prévoit le nombre de votants dans un bureau de vote et de l’article 47 sur la carte d’électeur avec photos. Désormais, le nombre de votants dans un bureau de vote est passé de 250 à 500 électeurs tandis que la carte d’électeur sans photographie est autorisée. Néanmoins, au moment du vote, l’électeur devra présenter, en plus de sa carte d’électeur, tout autre document avec photo prouvant son identité ou, au besoin, un témoin de son village ou quartier.

 

Sur les formations liées au processus électoral, le “Comité ad-hoc Genre et élections” des femmes centrafricaines, ONU Femmes et la MINUSCA organisent depuis mardi une formation de trois jours pour les femmes candidates aux législatives. Elle porte, entre autres, sur la campagne électorale, les techniques de communication électorale et de négociation. Enfin, la campagne de sensibilisation des électeurs sur le référendum de la Constitution du 13 décembre 2015 se poursuit dans le pays.

 

Le Porte-parole de la MINUSCA est aussi revenu sur la publication, vendredi, du premier rapport public sur les droits de l’homme en Centrafrique, au lendemain de la journée internationale des Droits de l’Homme autour du thème : «Nos droits. Nos libertés. Toujours ». Cette année, la journée est consacrée au lancement d'une campagne qui marque le 50e anniversaire des deux Pactes internationaux relatifs aux droits de l'homme: le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

 

Au cours des sept derniers jours, la MINUSCA a pu surveiller, vérifier et documenter, aussi bien à Bangui qu’à l’arrière-pays, 22 cas de violations et d’abus des Droits de l’Homme avec au moins 51 victimes dont 07 femmes. Selon des sources concordantes, les auteurs présumés sont, en plus des individus armés non identifiés, des groupes armés appartenant aux anti-Balaka, aux ex-Séléka/MPC/UPC/FPRC et quelques agents de l’Etat de l’OCRB, des FACA et de la gendarmerie.

 

Sur la question du Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rappatriement des anciens combattants, Vladimir Monteiro a précisé que les opérations de pré-DDR ont commencé à Bouar, le 3 décembre, et visent tous les combattants volontaires et membres des groupes armés signataires de l’accord DDRR de Bangui. Les combattants enregistrés et désarmés bénéficient d’une assistance alimentaire et sont dirigés vers des travaux communautaires générateurs de revenus. Pour rappel, les opérations de pré-DDR ont été lancées en juin 2015 à Bangui avant d’être étendues à Birao, Bria, Kaga-Bandoro et Bambari. Le programme devra toucher 10 autres localités telles que Paoua, Bossangoa et Obo.

 

A propos de la cohésion sociale, le Porte-parole de la MINUSCA indiqué qu’à la demande du Comité de crise à PK5, la MINUSCA a facilité une réunion sur la relance des services bancaires dans le quartier. Séparément, la MINUSCA a également rencontré les maires du 2e, 5e, 6e et Bimbo arrondissement pour discuter des moyens pour améliorer la gestion et le partage d'information entre les autorités locales sur la sécurité dans leurs zones.

 

De son coté, la sous-commissaire Pospescu Oana Andreea, Porte-parole de la police de la MINUSCA, a noté que la situation sécuritaire ces derniers jours dans le pays, a été marquée par une baisse significative de la criminalité. Sur les activités de la Police, elle a précisé qu’en plus des missions d’escorte et de protection de hautes personnalités, la Police a effectué 145 patrouilles diurnes et nocturnes ainsi que des gardes statiques et des opérations de lutte contre la délinquance.

 

Par ailleurs, 40 officiers de la police judiciaire de la Police Centrafricaine et de la Gendarmerie nationale participent jusqu’au 26 décembre à une formation de remise  à niveau en matière de traitement des affaires criminelles tandis que l’ensemble du personnel disponible des Forces de sécurité intérieures participent à une formation sur les missions des agents de sécurité pendant la période électorale et notamment dans un bureau de vote.

 

Pour sa part, le Lieutenant colonel Adolphe Manirakiza, Porte-parole militaire de la MINUSCA a fait savoir que la force de la Minusca est entrain de déployer toutes ses énergies pour appuyer le gouvernement dans la sécurisation des autorités et des agents électoraux qui se rendent sur le terrain, ainsi que le transport des kits électoraux. En exemple, il a cité que le 03 décembre dernier, la force a sécurisé le déploiement du matériel électoral à Nandobo Mboula, Salo et Moungoumba ; elle a aussi fourni une escorte à l’équipe électorale régionale de Kemo en date du 05 décembre, de Bangui  à Sibut. Le décembre, la force a sécurisé la distribution du matériel électoral dans la ville de Bouar.

 

Le Lieutenant colonel a enfin annoncé que la force escorte actuellement les autorités gouvernementales dans tout le pays pour sensibiliser la population au vote du referendum.

 

 

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES FEMMES CANDIDATES ET SUPPLÉANTES EN CENTRAFRIQUE

 

9 déc2015

 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), en partenariat avec le Comité ad hoc « Genre et Elections », organise, du 8 au 11 décembre 2015, un séminaire de formation à l’endroit de 110 femmes candidates titulaires et suppléantes aux prochaines élections législatives. Ces dernières ont été proposées par les plateformes des partis et mouvements politiques, de la société civile et des candidates indépendantes venues de Bangui et de différentes  préfectures à savoir, Mbaïki au Sud-Ouest du pays, Bambari au Centre, Bangassou au Sud-Est et N’dele au Nord.

 

Cette activité a été ouverte par la Responsable de l’ONU- Femmes en Centrafrique, Chantal Ekambi, qui représentait le Représentant du Secrétaire général des Nations Unies en République Centrafricaine et Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga. Participaient également à la cérémonie, le représentant du Ministre des Affaires sociales, de la Promotion du Genre et de l'Action humanitaire, Antoine Georges Mbaga, celui du Ministre de l'Administration du territoire, de la Décentralisation et de la Régionalisation, David Gbeti, ainsi que la présidente du Comité ad hoc « Genre et Elections », Dorothée Malenzapa.

 

L’objectif général de la formation est de renforcer les capacités des femmes leaders candidates et des suppléantes sur le leadership politique, gage de cohésion sociale et de paix en vue de bien les préparer à se lancer dans le processus électoral et la reconstruction post-conflit. Les femmes formées devront être capables de se positionner en tant que leaders. Elles devront aussi être capables de mobiliser l’électorat, en vue d’accroître leurs chances d’être élues.

 

Mais ces travaux visent aussi d’autres objectifs spécifiques, notamment, amener les femmes candidates à mieux comprendre le cadre juridique, les enjeux et défis des élections de sortie de crise en RCA ainsi que l’importance de leur candidature. Mais aussi,  conscientiser les femmes sur leurs  atouts, potentialités et sur la valeur ajoutée de leur participation dans la gouvernance tant au niveau national que local.

 

La présidente du Comité ad hoc « Genre et Elections », a souligné que depuis l’indépendance du pays en 1960, la femme centrafricaine n’a pas la place qu’elle mérite dans tous les domaines de la vie nationale alors qu’elle est la source de vie. Or, a-t-elle poursuivi, le développement d’un pays est impossible tant que la femme quel que soit son rang social, sa religion, sa culture, n’est pas impliquée.  « Ce n’est pas suffisant de ratifier des documents sur les droits des femmes et les mettre dans les tiroirs au moment où la femme continue à souffrir, à être exclue », a déploré Dorothée Malenzapa. Pour y remédier, elle a demandé aux femmes de se faire élire députées afin de plaider pour la cause de l’égalité des genres en tout : « Mais sachez qu’être députée n’est pas une fonction à prendre à la légère. Vous porterez une lourde responsabilité : celle de l’engagement dans un combat d’intérêt public. »

 

Quant à la Responsable de l’ONU- Femmes en Centrafrique, Chantal Ekambi,  elle dira que les obstacles à la forte représentativité des femmes sont nombreuses : « Depuis longtemps, la femme est l’ennemie d’elle-même, car elle s’est toujours discriminée par rapport aux hommes ; faible électorat féminin, difficultés des financements des campagnes électorales pour les femmes ; problèmes sociaux qui hantent les femmes comme les maladies, le logement, l’éducation, etc. » Elle a précisé qu’on ne donnera jamais le pouvoir aux femmes pour leur genre, « elles doivent travailler et prouver leurs capacités. » Et de demander à tous les participants d’inciter les jeunes et femmes à voter massivement pour les candidats féminins aux prochaines élections.

 

Le représentant du Ministre des Affaires sociales, de la Promotion du Genre et de l'Action humanitaire s’est réjoui que les femmes centrafricaines s’organisent pour participer activement à l’animation de  la vie politique du pays.

 

Le représentant du Ministre de l'Administration du territoire, de la Décentralisation et de la Régionalisation. David Gbeti a, pour sa part, apprécié ces femmes qui ont transcendé les différences sociales, ethniques et religieuses pour s’organiser ensemble dans le but de sortir la Centrafrique de la crise. « Vous êtes des mères éducatrices, vous devez éduquez les centrafricains à la paix, à l’amour, à la justice sociale, à la bonne gouvernance », a-t-il conclu.

 

De par son mandat, la MINUSCA prend en compte, tous les aspects, de la question transversale que constitue la problématique hommes-femmes. Elle aide les autorités de transition à garantir la contribution, la participation et la représentation pleine et effective des femmes dans tous les domaines et à tous les niveaux, y compris dans les activités de stabilisation, dans  la réforme du secteur de la sécurité et des opérations de désarmement, démobilisation, réintégration, et rapatriement. Mais aussi dans le dialogue politique national et les consultations électorales, notamment en fournissant des conseillers spécialisés dans la problématique hommes-femmes.

 

RCA Présidentielle 2015 : cérémonie de signature par les candidats retenus d'un code de bonne conduite
RCA Présidentielle 2015 : cérémonie de signature par les candidats retenus d'un code de bonne conduite
RCA Présidentielle 2015 : cérémonie de signature par les candidats retenus d'un code de bonne conduite
RCA Présidentielle 2015 : cérémonie de signature par les candidats retenus d'un code de bonne conduite
RCA Présidentielle 2015 : cérémonie de signature par les candidats retenus d'un code de bonne conduite
RCA Présidentielle 2015 : cérémonie de signature par les candidats retenus d'un code de bonne conduite
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 17:15
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

Le MLPC et l’UPC demandent aux Centrafricains de voter « Oui » au référendum

 

http://rjdh.org/  PAR INES LAURE N'GOPOT LE 9 DÉCEMBRE 2015

 

Dans un communiqué de presse  rendu public le mardi 08 Décembre 2015, le président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) Martin Ziguele lance un appel à tous les Centrafricains afin de voter Oui au prochain référendum. Cet appel est aussi lancé en faveur de Oui par l’Union pour la Paix en Centrafrique, l’une des factions de l’ex-Séléka dirigé par Ali Daras.

 

Le MLPC sollicite tout le peuple centrafricain à se rendre massivement le 13 décembre prochain dans les bureaux de vote pour exercer librement leur droit citoyen dans les urnes.

 

Il exhorte ses compatriotes par la même occasion à « voter Oui au texte de constitution qui en dépit de certaines critiques partisanes fantaisistes et rumeurs mensongères a le mérite d’être un texte relativement consensuel  qui fixe les bases et fondements de la société du bien vivre ensemble et de la cohésion sociale, indispensable à la remise sur les rails de notre pays ».

 

Le MLPC demande à la population de se mobiliser pour la réussite de ce référendum et les consultations populaires qui suivront tout en demeurant  vigilant quant aux « divers  manœuvres des ennemies de la paix qui entendent empêcher le déroulement du processus électoral ».

 

L’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) considère  que : « la meilleure manière de contribuer à l’arrêt de la violence qui obère l’avenir serein et pacifié des Centrafricains depuis près de trois ans, passe par ces actes citoyens fondateurs que sont les rendez-vous électoraux des 13 et 27 décembre prochains et sans doute du deuxième tour, le 31 janvier 2016 ».

 

« Bien que nos revendications et notre aspiration restent inchangées, nous encourageons ainsi tous les Centrafricains à se rendre massivement aux urnes, afin de nous doter d’un Président digne et responsable qui sera à la hauteur des immenses défis qu’il devra affronter et qui nous attendent tous comme Nation pacifiée et réunie dans un destin commun », précise le communiqué.

 

Même si plusieurs leaders politiques et certains groupes armés militent pour le vote de Oui au Référendum Constitutionnel, certaines organisations comme le parti KNK de l’ancien président François Bozizé et l’Union du Non battent campagnes pour le NON.

 

 

Les habitants de Cattin dans la commune de Bimbo 4 retournent progressivement chez eux

 

http://rjdh.org/  PAR SANDRINE MBAGNA LE 9 DÉCEMBRE 2015

 

Après les derniers évènements du 26 octobre 2015 qui avait fait fuir tous les habitants du quartier Cattin, situé dans une partie de la circonscription de Bimbo 4 et le 3ème arrondissement, certains d’entre eux regagnent progressivement leur domicile. Les rares retournés expliquent avoir rencontré plusieurs difficultés depuis le retour au domicile.

 

Le quartier est calme et ressemble à un secteur inhabité. Une partie est envahie par des herbes. Assise devant sa maison, sous un manguier, en train de réparer des postes récepteurs, Toussaint Lamine déclare qu’il a décidé  de regagner sa maison à cause des conditions de vie sur le site des déplacés.

 

« Avec tout ce que nous avons vécu à Cattin, il serait vraiment difficile à certaines personnes de regagner leur domicile. Je suis revenu parce que les conditions sur les sites des déplacés sont défavorables. Et comme ma maison n’est pas incendiée, j’ai décidé de la regagner», a dit Toussaint.

 

Geskin Kouadja, évoque quant à lui le fait qu’ils n’ont pas accès à l’hôpital. «  Je suis élève médecin mais actuellement c’est difficile pour nous, dans le secteur d’avoir des médicaments de premiers secours. La semaine dernière, trois personnes ont perdu la vie par manque de médicament. Là où nous sommes, en cas d’urgence la nuit, nous ne savons quoi faire, parce que pour ramener une personne à l’hôpital nous devons faire beaucoup de gymnastiques », raconte-t-il.

 

« Depuis ces temps, nous avons vu aucune patrouille des éléments de la Minusca, ni de la Sangaris dans le secteur. Avant, la base de la Minusca se trouvait devant l’usine aire Catin, mais présentement, ils n’y sont plus», a souligné Kevin Nzela.

 

Une jeune femme vendeuse de vin de palme, rencontrée à Cattin a souligné la rareté des produits de première nécessité sur le marché. « Nous avons les produits de nos champs et jardin. Mais c’est un peu difficile actuellement pour nous d’avoir les produits de première nécessité sur les marchés, car nous n’avons pas accès au km5 et dans d’autres quartiers par peur. Pour se rendre au marché de Pétévo, il faut prendre deux fois la mototaxi, c’est pénible », se plaint elle.

 

Le RJDH a constaté la construction d’une nouvelle base de la Minusca à Cattin et le recrutement des jeunes du secteur pour le désherbage par une structure humanitaire.

 

 

Centrafrique : OCHA appelle les politiques à ne pas compromettre la protection des civils pendant les élections

 

http://rjdh.org/  PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 9 DÉCEMBRE 2015

 

Le Coordonnateur Humanitaire Aurélien Agbénonci a lancé un message aux leaders politiques Centrafricains à ne pas à travers leurs actions compromettre la protection des civils pendant le processus électoral. Cet appel a été lancé mardi 8 décembre lors la conférence de presse mensuel de OCHA, à quatre jours du référendum constitutionnel.

 

« Le Pays rentre dans un processus électoral. J’appelle les hommes politiques pour qu’ils s’abstiennent de tout acte et de tout propos qui pourraient mettre en péril la vie des innocents et compromettre la protection des civils », a lancé Aurélien Agbénonci, Coordonnateur humanitaire en Centrafrique.

 

Selon Aurélien Agbénonci, les élections ne devront pas aggraver les conditions des personnes déjà affectées. « Un processus électoral est bel et bien compatible avec la survie des citoyens. Les élections ce n’est pas que les gens aillent se tuer ni pour faire apparaitre les foyers de violences qui vont entraîner des personnes déplacés et affectées », a rappelé le coordonnateur humanitaire.

 

« Nous réjouissions du fait que les réfugiés centrafricains auront aussi la possibilité de participer aux élections. Je demande que ces hommes et femmes puissent s’exprimer librement, dans un climat de paix et sans entrave », lance Aurélien Agbénonci.

 

Le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires regrette que le nombre des déplacés ait passé de 399.000 en septembre à plus de 447.000 au 31 octobre 2015, incluant 58.000 personnes dans les 32 sites à Bangui.

 

Cet appel à la retenue est lancé au moment le pays s’apprête à voter dans quatre jours le référendum Constitutionnel pour la 8e République, depuis son indépendance le 13 août 1960.

 

 

Lancement de la campagne référendaire dans la Vakaga

 

http://rjdh.org/  PAR VIVIEN NGALANGOU LE 9 DÉCEMBRE 2015

 

Après le lancement officiel de la campagne référendaire le 02 décembre, les ministres résidents sont déployés dans les provinces de la RCA. La ville de Birao a accueilli le 08 décembre l’arrivée du Ministre des transports et de l’aviation civile Arnold Djoubaye Abazene. Les habitants se sont mobilisés à la mairie pour  suivre le message du représentant du gouvernement.

 

Selon le préfet de la Vakaga, Ousmane Mahamat, le premier jour de la campagne référendaire a été soldé par les  festivités de la fête du 1er décembre, lancée par le ministre résident de la Vakaga. « L’arrivée du ministre a rassuré la population de Birao sur le vote référendaire. Il a présidé l’ouverture de la campagne suivi du défilé de 1er décembre », a expliqué Ousmane Mahamat.

 

Un match de football a été joué dans la soirée. « Après le défilé dans la matinée, un match de football a opposé deux équipes de la localité en signe de la cohésion nationale », a-t-il ajouté.

 

La prochaine destination du ministre est la ville de Padam Gavo dans la Ouada Djalé.

 

Réactions au lendemain de la publication de la liste des candidats à la présidentielle

 

http://www.radiondekeluka.org/  mercredi 9 décembre 2015 14:19

 

La direction de campagne du candidat recalé Patrice Edouard Ngaïssona invite la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) à réviser sa décision au lendemain de la publication de la  liste des candidats à la présidentielle. Une position exprimée ce mercredi au cours d'un point de presse à Bangui.

« Nous invitons solennellement les neuf juges constitutionnels de faire preuve d'impartialité et du sens du devoir en randant un jugement qui respecte le droit afin de sauver le peuple au nom et dans l'intérêt duquel, ils rendent leurs avis de décisions », a souhaité Euloge Koï, secrétaire général de la direction de campagne du candidat Patrice Edouard Ngaïssona. 

Qualifiant la décision de la CCT de politique, Euloge Koï estime que le processus électoral en cours risque de prendre un coup.

« Les neuf juges constitutionnels de transition, au cours de leur audience publique du 8 décembre 2015, ont pris la lourde responsabilité d'invalider politiquement la candidature du digne fils de la République, Patrice Edouard Ngaïssona. Cette décision est de nature à provoquer dans le pays et à obstruer le processus électoral en cours qui devra metre un terme à la transition politique entamée depuis plus de deux ans ».

Au cours de l'audience du 8 décembre, la CCT a validé 30 candidatures à la présidentielle et en a rejeté 14 autres dont celle de Patrice Edouard Ngaïssona.

Mais déjà, des voix s'élèvent pour demander que cessent les contestations des décisions de justice. Me Arlette Sombot Dibéret, membre du Réseau de Soutien au Leadership des Femmes (RESOLEP), ne partage pas cet avis. Pour elle, les discussions autour de la décision de la Cour Constitutionnelle de Transition ne font qu'affaiblir l’État centrafricain. 

« Les discussions autour des décisions que rend la Cour Constitutionnelle, alors qu'elle est souveraine et en dernier ressort, concourt à affaiblir un Etat. (...) Nous avons vécu et nous vivons encore les conséquences de ce qui peut advenir de la discussion des décisions d'une institution qui parle en dernier ressort. Il faut que nous soyons citoyens. Nous faisons confiance ou nous voulons jeter le feu dans la maison. Il faut que nous réfléchissions ».

A Ndélé, la campagne référendaire connaît une perturbation 

Un groupe de jeunes chargés de sensibiliser la population sur le vote de la loi fondamentale, a été empêché ce mardi 8 décembre par des hommes en arme se réclamant du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam. Ces hommes armés ont retiré les mégaphones et sommé les jeunes de ne plus continuer la sensibilisation.

Les ex-combattants mettent en exécution l'injonction de leur commandant qui a déclaré nul et non avenu le référendum et les élections dans les zones sous contrôle de leur mouvement. 

Au moment où nous mettons l'information à votre disposition, les autorités locales n'ont pas réagi à la position de ces hommes du FPRC basés à Ndélé dans le Bamingui Bangoran. 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 16:26

 

 

 

http://www.leparisien.fr/  

 

 



 

 

Soupçons de viols par des Casques bleus : Washington veut plus de transparence

 

 

Washington a réclamé mercredi plus de transparence dans l'affaire des soupçons d'agressions sexuelles commis par des Casques Bleus en Centrafrique.

 

Les Etats-Unis ont réclamé mercredi davantage de transparence dans le scandale d'agressions sexuelles qui auraient été perpétrées par des Casques bleus des Nations unies en Centrafrique, exigeant notamment de connaître la nationalité des soldats mis en cause.

 

De nouvelles accusations. Cette remontrance de l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power coïncide avec de nouvelles accusations qu'a reçues la mission onusienne en Centrafrique (Minusca) contre des soldats de maintien de la paix qui auraient agressé sexuellement des femmes et des jeunes filles. Cela correspond également à l'audition mardi par la justice française de quatre militaires français sur des soupçons de viols d'enfants en RCA (République centrafricaine) en 2013 et 2014.

 

"Le plus grand défi à nos efforts pour éradiquer l'exploitation et les abus sexuels est peut-être le manque de transparence sur ces allégations", a tonné Samantha Power qui témoignait devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, à Washington, faisant le point sur la contribution des Etats-Unis aux missions de maintien de la paix de l'ONU.

 

La nationalité des auteurs à éclaircir. "Les Nations unies et les Etats membres devraient pouvoir connaître la nationalité des auteurs présumés des faits, l'état de l'enquête, le résultat des procédures disciplinaires ou juridictionnelles et des sanctions imposées par l'ONU", a détaillé la diplomate américaine, regrettant d'avoir "rarement accès à ce type d'informations".

 

Samantha Power a dit "applaudir l'engagement du secrétaire général de l'ONU (Ban Ki-moon) de rendre publiques les nationalités d'individus contre lesquels pèsent des allégations crédibles d'exploitation et d'abus sexuels".

 

 

Accusations de viols en Centrafrique : levée de la garde à vue d'un militaire
Repost 0
Centrafrique-Presse.com