Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 10:57

 

 

 

 

 

 

« Tous ces problèmes sont connu de tous »

 

*** Etat des lieux et Préconisations ***

 

Je n’épiloguerai pas sur la situation géopolitique qui est la  résultante d’une mauvaise gouvernance et d une vision nombriliste de la politique depuis 30 ans ou l’immoralité est érigée en règle alors que la gestion des affaires de l’état a  plus que jamais  besoin d’être guidée par une  éthique plus tôt que de servir les ambitions rances de politicards racornis.

 

Dès à présent, nous devons tous veiller à ce que les choses fonctionnent bien voire mieux à l’avenir.

 

Je me demande  quand viendra notre prise de conscience et je réalise que notre pays à beaucoup d’atouts majeurs, mais avant de songer au développement, nous avons l’obligation de construire des institutions fortes garantes de l’instauration d’un état de droit.

 

Il  y’a eu MOBUTU (1973 ONU) et BOKASSA, ces hommes nous ont transmis des messages avant de tomber en disgrâce que je conseille de lire ou d’écouter ; l’un pendant une période faste et l’autre après sa chute.

 

Nous devons construire notre développement  sur des bases saines.

 

Ces bases sont fondées sur l’éducation, la santé et la cohésion sociale.

 

Le grand défi de notre pays qui fut celui de la douceur de vivre, des relations paisibles entre les communautés Chrétienne et Musulmane, entre centrafricains de souche et nos voisins directs ou plus lointains, est de retrouver cette harmonie qui fit la force  de la RCA le berceau des bantous.

 

L’agriculture, qui fut notre force est à présent incapable de nourrir la nation.

 

Chez nous lorsqu’on jette un noyau par terre, un arbre pousse, comment en est on arrivé là ?

 

Il est urgent que nos cultivateurs retrouvent la paix et la sécurité, afin de retourner au champ, la RCA ne peut se développer sans une agriculture forte, aucun pays au monde ne le peut.

 

Lorsque nous voyons les prodiges réalisés par certains pays du Sahel avec une terre pauvre, sans eau, nous devons remercier Dieu de nous avoir si bien servi dans notre pays et implorer son pardon pour en avoir fait un si mauvais usage.

 

Nous devons chercher un développement inclusif, un préalable sine qua non à l’essor économique d’une nation,  c’est la Santé, l’Education, les infrastructures et L’AGRICULTURE qui est notre atout majeur, la qualité de notre sol très riche pour l’agriculture en témoigne.

 

Hors mis les pays pétrolier, aucun pays au monde ne s’est développé sans l’AGRICULTURE.

 

Je ne veux pas dire par là que l’agriculture est la seule richesse de la RCA, mais ce qui est certain c’est que nos paysans ont le savoir, l’expérience nécessaire pour redémarrer leur activité demain si on arrive à créer un cadre sécuritaire satisfaisant sur tout le territoire national et ce sans intervention extérieure.

Il faut que nous contions d’abord sur nos propres forces.

 

Depuis des lustres, la CENTRAFRIQUE malgré ses atouts tente, surtout en fin de mois, de trouver chez ses voisins, l’argent indispensable pour faire tourner le pays, payer les fonctionnaires.

 

Il serait plus indiqué de pratiquer une bonne gouvernance susceptible de générer les rentrées fiscales indispensables.

 

La paresse intellectuelle, le pillage systématique des deniers public, les  abus des biens sociaux, le vol des biens d’autrui par ruse ou par la force, une société civile mafieuse et tentaculaire alliée à une classe politique corrompue, tous ces facteurs

Additionnés ont conduit notre pays à la place qui est la sienne aujourd’hui.

 

J’en appelle à celles et ceux qui, comme moi, veulent que notre pays se relève de cette crise sans fin pour que nous imposions aux politiciens de se conduire enfin en patriotes.

La patrie n’est pas en danger, elle est moribonde, et pour la sauver c’est une union sacrée qui s’impose.

 

Un autre danger qui nous guette et qui risque de nous enfoncer encore un peu plus est la profusion des partis politique et de candidats en tout genre à la magistrature suprême pour un pays de 4,5 millions d’habitants que je suppose avec ses derniers évènements en sont moins aujourd’hui, n’ont aucune vision ni de perspective d’avenir et d’émancipation personnel que la quête du pouvoir a des fins d’enrichissement personnel et d’asservir le pays avec son clan.

 

Peuple bantou de la Centrafrique, tout le monde ne peu devenir Président où Ministre.

 

La sécurité ne se décrète pas, elle est la résultante d’une volonté politique sans faille.

La récupération des armes, étape importante, ne peut être mise en place sans moyens financiers, en effet il faut racheter ces armes, mais aussi offrir un avenir à ceux qui acceptent de les rendre.

 

Il faut pouvoir leur donner un emploi, ou les moyens financiers de créer une activité pour les plus jeunes, je parle des enfants soldats, il faut les prendre en main, leur donner l’éducation, la formation qui seront leur porte d’entrée vers un avenir auquel chaque enfant de Centrafrique doit pouvoir avoir accès.

 

Ces enfants soldats sont avant tout des victimes, et doivent être traités comme tels.

 

Attendre benoitement que les centrafricains armés livrent leurs armes est voué à l’échec.

L’Etat centrafricain doit se donner les moyens de relancer l’économie, de juguler le chômage, afin que les hommes en armes comprennent que la misère qui est le lit de la violence qui règne dans notre pays sans partage n’est pas une fatalité.

 

Le travail doit redevenir la norme de la survie, la norme de la dignité retrouvée. Lorsqu’on travaille  10 heures par jours, 6 jour sur 7, on ne part pas la nuit assassiner son voisin pour piller sa maison, on rentre à la maison, on se douche on mange et on dort.

 

La violence est instrumentalisée de manière honteuse par des politiciens qui tirent les ficelles dans l’ombre espérant pour certains accéder au pouvoir suprême et pour d’autres revenir ou se maintenir dans le jeu politique.

 

Les Centrafricains doivent comprendre que ces politiciens dévoyés font déjà parti du passé de la RCA.

 

Il n’y a pas d’avenir pour les suiveurs de ces crocodiles du marigot politique.

 

Ce sont eux, avec leur incompétence, leur insatiable appât du gain, leur clientélisme  qui a amenés la RCA à l’endroit où nous sommes en ce moment. 

 

Qui sera le prochain Président ou la prochaine présidente? Bien malin celui qui peut le dire aujourd’hui.

 

Ce qui est certain, c’est que les prochaines élections devront être exemplaires et le contrôle doit être fait par l’ONU, L’UA, L’UE, un ensemble d’ONG irréprochable, afin que le vainqueur ait la légitimité pleine et entière obtenue par des élections transparentes.

 

Ces élections impliquent un  recensement qui mènera à l’établissement du nouvel état civil, puis de la nouvelle liste électorale, ça prendra  le temps qu’il faudra, mais des élections précipitées sans listes électorales fiables  ne peuvent amener que des rancœurs qui feront le  berceau  des rebellions futures.

 

Les politiciens qui veulent à tout prix des élections rapides ne prennent cette posture que par ce qu’ils pensent 

 

* Et pour finir, je préconise à tous les hommes politiques, fils et filles de Centrafrique d’être au service de la patrie, c’est un devoir, une valeur primordiale et fondamentale, l’intérêt suprême de notre nation.

 

 Une trêve de tous les partis politiques et un gouvernement d’union nationale pour une période déterminé consacrée a la reconstruction de notre pays berceau du bantou avec un changement d’équipe gouvernementale tous les 2 ans.que le temps joue contre eux.

 

Chaque centrafricain à le droit d’avoir un président qui représente le choix du plus grand nombre.

 

C’est cette légitimité qui induit l’autorité du Chef de l’Etat, le Pays meurtri qui est le notre ne peut se reconstruire qu’avec cette totale légitimité.

 

 Votre dévoué.

 

Serge Bruno MAGEOT

 

Paris le 06 Juin 2014

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 10:14

 

 

 

 

 

06/06/14 (RFI)

 

Le 28 mai dernier, le site de déplacés de l'Eglise Notre-Dame de Fatima, dans l'ouest de Bangui, était le théâtre d'une tuerie qui fit plus d'une quinzaine de morts. Parmi les victimes, un prêtre : l'abbé Paul-Emile Nzale. Ses obsèques ont eu lieu mercredi 4 juin à la cathédrale de Bangui.

 

Parmi la centaine de personnes massées sur les bancs de la cathédrale, Sinclair, la trentaine, connaissait bien l'abbé Nzale : c'était son oncle. Il l'a vu pour la dernière fois il y a trois semaines. « Nous étions ensemble à la cérémonie de remise des diplômes de ma cadette, se souvient-il. On a parlé, on a échangé des idées. C'était un oncle taquineur. Il a raté sa vocation : il aurait dû être humoriste ».

 

A l'extérieur, devant le portail de la cathédrale, quelques militants des droits de l'homme ont tenu à assister à la cérémonie. Par solidarité, mais aussi pour s'élever contre la violence aveugle et l'impunité. C'est le cas de Bruno Gbiegba : « Ceux qui ont commis cet acte voulaient démontrer qu'il n'y a plus aucune limite, qu'ils font ce qu'ils veulent. C'est pour cette raison qu'ils sont allés assassiner jusque dans un lieu de culte ».

 

Au-delà du choc provoqué par la tuerie de Notre-Dame de Fatima, l'assassinat d'un homme d'Eglise est un symbole tel que plusieurs membres du gouvernement, dont le Premier ministre André Nzapayeke, sont venus s'incliner devant le cercueil. Rody Maduzekeko, de l'Observatoire centrafricain des droits de l'homme, s'en agace un peu : « C'est une manière de taper le serpent par la queue. Ils auraient pu réagir avant pour arrêter ce genre de barbarie, plutôt que de laisser les choses se faire et de venir maintenant compatir avec nous. Ils ont l'obligation de protéger la population civile ».

 

A la sortie, le cercueil, salué par la garde, est accompagné par une fanfare militaire et par des pleurs de femmes.

 

http://www.rfi.fr/afrique/20140605-rca-obseques-abee-nzale/

 

RCA: obsèques de l'abbé mort dans la tuerie de Notre-Dame de Fatima

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 10:02

 

 

 

Pour les patriotes  Faca ( Forces armées centrafricaines) et les Anti-Balaka à Bangui.

                                                               Au travail!

 

Des soldats burundi ont récemment assassiné à Bangui des citoyens centrafricains qui protestaient pour le respect des droits de la population. Cette population ne veut plus voir Debby, le Président du Tchad, fouler la terre sacrée de Centrafrique. Voici le Président du Burundi, grand ami de Deby, qui se pointe à Paris et propose de remplacer les soldats tchadiens chassés par le peuple qui leur reproche leurs exactions. Au même titre, les Sélékas venus du Tchad et du Soudan, sont génocidaires.

 

Nous ne savons plus où va le pays de nos ancêtres! Nous ne savons plus où va la race noire! Depuis deux siècles au moins, notre peuple est soumis d’abord à l’esclavage ensuite au colonialisme brutal qui se prolonge aujourd’hui, en 2014, par une République centrafricaine perçue comme étant une manipulation de l’étranger  destinée à emprisonner notre destin commun.

 

 Par exemple, en cette période de transition, visant à préparer la tenue des élections de 2015, on signe des contrats à Paris ou à Pékin sans tenir compte de notre assentiment. Ce viol permet à des compagnies étrangères de faire mains basses sur nos mines de diamants, d’uranium, gisements de pétrole enfin sur l’entièreté de nos ressources. Voilà en quoi la situation actuelle est une manipulation!

 

Malheureusement notre classe dirigeante s’étant succédé depuis l’Indépendance ne peut échapper à ce qu’un journaliste parisien nomme ``la corruption des élites``.

Comment sortir de cet imbroglio?

 

 Les Sélékas  ont cru qu’ils allaient nous éliminer de la terre de nos ancêtres, nous nous sommes levés, les avons mis en déroute. Maintenant les manipulations les encouragent en sous-main, alors ils tentent  de redresser la tête à Bambari.

 

Briser les manipulations qui ne veulent pas entendre parler d’une FACA, c’est insister sur la création, en République centrafricaine, de cette armée nationale, c’est reconnaître les patriotes Anti Balaka.

 

Vive donc le véritable gouvernement centrafricain libre et uni! Le peuple élira pour la première fois de son histoire moderne un gouvernement issu de ses forces patriotiques vives.

 

Bamboté Makombo

 

Écrivain Centrafricain

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:16

 

 

 

 

06/06/14 (AFP)

 

Les enquêteurs de l'ONU ont indiqué jeudi qu'il était prématuré de parler de nettoyage ethnique ou de génocide en Centrafrique, mais ils ont cependant trouvé les preuves que des crimes contre l'humanité ont été commis dans les deux camps.

 

Une commission d'enquête internationale mise en place par le secrétaire général Ban Ki-moon en janvier a remis jeudi un premier rapport aux membres du Conseil de sécurité.

 

"Des preuves sérieuses prouvent que des individus dans les deux camps ont commis des crimes violant les lois humanitaires internationales ainsi que des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité", note le rapport dont l'AFP a obtenu copie.

 

Malgré tout, parler de nettoyage ethnique ou de génocide "est prématuré à ce stade", tempère le rapport, soulignant que, sans une rapide intervention, les choses peuvent changer.

 

"Si la communauté internationale ne réagit pas rapidement avec détermination en envoyant davantage de forces de maintien de la paix en Centrafrique, nous pourrions rapidement faire face à une situation se détériorant, qui pourrait conduire à un nettoyage ethnique ou à un génocide", poursuivent les enquêteurs.

 

Le Conseil de sécurité avait voté en avril l'envoi de 12.000 casques bleus dans ce pays déchiré par des violences entre chrétiens et musulmans. Mais cette mission de l'ONU n'entrera en action qu'en septembre, prenant le relais de 2.000 soldats français et 6.000 soldats de l'Union africaine.

 

Depuis la prise de pouvoir de la rébellion Séléka en mars 2013, renversée en janvier 2014, la Centrafrique vit une crise sans précédent, rythmée par les exactions de l'ex-rébellion à majorité musulmane en déroute, et celles des milices anti-balaka. Ces exactions contre les civils ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

 

Centrafrique : des crimes de guerre commis dans les deux camps (enquête de l'ONU)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:14

 

 

 

 

06/06/14 (AFP)

 

Le commandant de l'opération française en Centrafrique, le général Francisco Soriano, indiqué vendredi que le retour de ses soldats commencerait à partir du 15 septembre, avec le relais de la mission de l'ONU.

 

Interrogé sur la fin prévisible de l'opération Sangaris, lancée le 5 décembre 2013 par le président François Hollande comme une opération "brève, qui n'a pas vocation à durer", le général a répondu à la radio Europe 1, en évoquant la future mission de maintien de la paix des Nations unies : "nous resterons jusqu'à ce que cette opération soit pleinement opérationnelle".

 

"C'est à partir du 15 septembre qu'elle prendra sa capacité opérationnelle. Eh bien nous, nous l'accompagnerons jusqu'à ce qu'elle ait atteint sa pleine capacité, ce qui devrait se faire d'ici la fin de l'année", a-t-il dit.

 

A la question de savoir si les premiers retours de soldats de Sangaris pourraient en conséquence intervenir à partir du 15 septembre, le général Soriano a répondu: "C'est exactement ça".

 

Interrogé sur les troubles qui persistent en dépit de la présence française, il a observé : "Aujourd'hui, la population musulmane, notamment dans Bangui", "souffre, c'est une réalité, elle a besoin de sécurité".

 

"Il faut reconnaître que les milices anti-balaka exercent une véritable pression sur les populations musulmanes", a-t-il dit, relancé sur d'éventuels risques d'épuration ethnique.

 

Mais pour lui "la situation est en train de s'améliorer". Il en veut pour preuve des retours de musulmans "qui s'étaient réfugiés au Cameroun".

 

"Il ne faut pas oublier que la Centrafrique, c'est un pays qui a connu vingt années de crise", a relevé l'officier.

 

"Nous ne réfutons pas les problèmes, les difficultés, qui sont encore importants, mais on ne peut occulter tout le travail qui a été fait par la force Sangaris".

 

Centrafrique : premiers retours de soldats français "à partir du 15 septembre"

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:12

 

 

 

 

(www.aleteia.org  05/06/14)

 

La population est « vraiment lasse et découragée » et ne croit plus à aucune promesse, déclare à l’AED le, prieur du monastère des Carmes de Notre-Dame de Bangui.

 

Malgré six mois d’opération militaire conjointe Sangaris/Misca visant à désamorcer la crise centrafricaine, le pays est toujours pris dans sa spirale de violences intercommunautaires, sans qu’aucun brin de solution politique et sécuritaire ne semble pointer à l’horizon, jetant sur la population un grand voile de lassitude et de découragement dont fait écho le Père Federico Trinchero, prieur du monastère des Carmes de Notre-Dame de Bangui, dans un entretien à l’organisation Aide à l’Eglise en Détresse (AED).

 

Au lendemain de la violente attaque contre l’église Notre-Dame de Fatima à Bangui, le 28 mai dernier, faisant au moins 18 morts et une quarantaine de personnes prises en otages et enlevées, le carme italien confirme un regain de violence qui montre « combien la paix est encore très loin ».

 

L’église qui a été attaquée ne se situe qu’à quelques kilomètres du monastère des Carmes où l’attaque a engendré un nouvel accroissement du nombre de réfugiés. « le peuple attend une véritable solution politique. Mais une telle solution n’aboutira à un résultat positif que si elle n’accepte aucun compromis envers quiconque usera de la violence ou répandra un esprit de vengeance », déclare-il à l’AED. Et, pour l’instant, les troupes armées étrangères sont incapables d’agir efficacement et arrivent souvent trop tard.

 

Le monastère des carmes est l’un des plus grands camps de réfugiés de la capitale centrafricaine. Il héberge plus de 7000 personnes déplacées. « Nous espérons que les réfugiés pourront bientôt retourner chez eux, mais nous n’en voyons pas la fin. », confie le père italien qui fait savoir que depuis décembre 2013, rien que le réfectoire du monastère a vu la naissance de 30 bébés. P. Trinchero craint que le processus de réconciliation ne prenne des années : « La rupture qui s’est produite dans le pays est très profonde. Mais j’espère qu’il sera possible de mobiliser les forces vitales de la jeunesse afin qu’elle prenne en main l’avenir de son pays », poursuit le Père Trinchero avant d’ajouter : « L’Église ne reste pas passive et poursuit sa mission. Mais cela pourrait en déranger plus d’un parmi ceux qui n’aiment pas la paix. » 

:

Le 4 juin, à Rome, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont lancé un appel conjoint pour une aide d'urgence aux réfugiés de Centrafrique arrivant en grand nombre au Cameroun (plus de 2 000 chaque semaine), totalement démunis et souffrant de la faim. Depuis mai, le PAM a fourni des rations de nourriture pour près de 50 000 réfugiés et intensifie ses opérations, mais a du mal à répondre à tous les besoins par manque de moyens et à cause des difficultés à atteindre certaines populations. Si la situation ne s’améliore pas, c’est bientôt la moitié de la population» de Centrafrique qui aura besoin d'assistance.

IC

http://www.aleteia.org/fr/international/actualites/centrafri...

 

Lu pour vous : Centrafrique: « la paix est encore très loin »

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:11

 

 

 

 

 

05/06/14 (Dw-World)

 

Le Ministre de la communication et de la réconciliation nationale a lancé un plan d'action d'urgence en quatre points en vue de promouvoir la réconciliation. Le document prévoit l'adhésion de tous les Centrafricains.

 

Selon José Messongo, le Chargé de Mission, au ministère en charge de la réconciliation, le programme d'urgence s'articule autour des éléments clés suivants :

 

1 - La dissémination urgente de messages politiques sur les questions sécuritaires, d'impunité, de paix et de la réconciliation

 

2 - La poursuite et l'intensification du dialogue avec la population, les groupes armés et leurs dirigeants

 

3 - La transformation des dynamiques intercommunautaires dans les zones prioritaires

 

4 - L'engagement immédiat de dialogue direct avec les populations déplacées internes et/ou externes.

 

Le plan d'action prévoit un dispositif qui va s'appuyer sur un dialogue direct avec toutes les parties impliquées dans la crise centrafricaine, explique José Messongo :

 

« On va intensifier le dialogue avec tous les groupes armés qui sont en Centrafrique, les acteurs de la crise centrafricaine, notamment les ex- séléka, les groupes d'auto-défense qui existent sur le territoire nationale. »

 

Pour atteindre ses objectifs, le plan d'action sera exécuté en collaboration avec toutes les couches de la société :

 

« On doit travailler sur les jeunes avec les jeunes, on doit travailler avec les organisations des femmes, des étudiants, des travailleurs, c'est avec toute la population centrafricaine ».

 

Le document a été conçu par le ministère de la Communication et de la Réconciliation nationale, mais tous les ministères sont impliqués pour sa mise en œuvre.

 

Par ailleurs, le Premier ministre, André Nzapayéké, a rencontré l'ensemble des chefs de quartiers de Bangui en vue de leur expliquer la portée de ce programme et solliciter leur implication totale. Une autre réunion avec la jeunesse est prévue dans la semaine.

 

http://www.dw.de/un-plan-durgence-pour-la-rca/a-17686356

 

Un plan d'urgence pour la RCA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:09

 

 

 

 

05/06/14 (APA)

 

L’imam de la mosquée de Drancy Hassen Chalghoumi a lancé un appel à l’unité et à la réconciliation à l’endroit des Centrafricains de toute confession avant de les mettre en garde contre le risque de voir des groupes armés comme Boko Haram et Aqmi profiter de leurs divisions pour détruire la RCA.

 

‘’J'ai peur que ce conflit soit récupéré par des groupuscules armés comme que Boko Haram, Aqmi et d’autres. C’est donc un discours de responsabilité que je leur lance », a confié à la presse l’Imam de la mosquée de Drancy, par ailleurs président de la conférence des Imams de France.

 

‘’On ne peut pas se permettre ce conflit ni au nom de ni chrétien ni musulman. Cela n’est pas la vérité. Il y a des bandits et surtout des gens qui ont déjà perdu leurs âmes derrière cela », a martelé Hassen Chalgoumi qui effectue depuis mardi une visite de travail de quatre jours en Centrafrique.

 

Imam Chalghoumi qui s’exprimait, mercredi à Bangui, au sortir d’audience avec le président du conseil national de transition (CNT) Alexandre Ferdinand Nguendet, a réaffirmé son appel à la paix à l’endroit de tous les Centrafricains, soulignant être venu pour surtout demander ‘’à chacun de prendre ses responsabilités » dans la recherche de solution définitive à la crise.

 

De son côté, Imam Oumar Kobine Layama, président de la communauté islamique centrafricaine (CICA), s’est félicité de la visite de Hassen Chalgoumi qui est accompagné de plusieurs dignitaires musulmans français.

 

« La venue de ces imams français en Centrafrique est le fruit de notre périple en occident », a-t-il souligné non sans se réjouir que leur plaidoyer en France ait eu des échos favorables pour la RCA.

 

L’agenda en Centrafrique de cette délégation conduite par l’imam Chalghoumi prévoit une visite de terrain à Yaloké et une série de rencontres avec les autorités de la transition et les leaders religieux centrafricains et autres.

 

 

 

 

L’Imam de Drancy aux Centrafricains : "évitez que Boko Haram profite de vos divisions "

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 17:43

 

 

 

 

05/06/14 (Organisation de la Presse Africaine )

 

La Présidente de la Commission souligne qu’une enquête a été conjointement diligentée par la composante Droits de l’Homme et des Officiers de Police judiciaire de la MISCA, pour faire la lumière sur les faits allégués. La Présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Dr. Nkosazana Dlamini-Zuma, a appris avec préoccupation les informations diffusées par Human Rights Watch selon lesquelles des soldats de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) auraient été impliqués dans la disparition forcée de onze personnes dans la localité de Boali, à environ 80 km au nord de Bangui.

 

La Présidente de la Commission souligne qu’une enquête a été conjointement diligentée par la composante Droits de l’Homme et des Officiers de Police judiciaire de la MISCA, pour faire la lumière sur les faits allégués. Sur la base des résultats de cette enquête, l’UA prendra les mesures qu’appellera la situation, conformément aux règles qui régissent le fonctionnement de la MISCA.

 

La Présidente de la Commission rappelle que depuis son déploiement, le 19 décembre 2013, la MISCA s’est acquittée de son mandat avec dévouement et volontarisme. La Mission a grandement contribué à l’amélioration de la situation sur le terrain, protégeant aussi bien la population civile que les institutions de la transition et les infrastructures clés du pays, et ce dans des conditions particulièrement difficiles. Elle rappelle, en outre, la politique de tolérance zéro de l’UA envers toute exaction contre la population civile et autres violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire. Toute transgression des principes qui guident le fonctionnement de la MISCA sera traitée avec la plus grande rigueur.

 

La Présidente de la Commission réitère son appréciation à la direction et aux personnels civils et en uniforme de la MISCA pour le travail accompli, et les encourage à persévérer dans la mise en œuvre effective du mandat de la Mission, en vue de faciliter la promotion durable de la paix, de la sécurité, de la stabilité et de la réconciliation en RCA.

L’UA enquête sur le rôle supposé de soldats de la MISCA, dans des exactions

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 17:37

 

 

 

 

 

05/06/14 (APA)

 

Les responsables de radio ''Notre Dame'' (RND), avec à leur tête Monseigneur Dieudonné Nzapalahinga, doivent s’expliquer devant le gouvernement sur les écarts de langage constatés ces derniers temps dans leurs émissions interactives, a-t-on appris lors d’une réunion présidée par le Premier ministre.

 

André Nzapayéké qui rencontrait mercredi les notables de Bangui et des communes de Bimbo et Bégoua dans l'Ombella Mpoko, en prélude à la journée du désarmement du 8 juin prochain, s'est plaint des agissements de la Radio Notre Dame avant de demander à la ministre de la Communication Antoinette Montaigne d'interpeller les responsables de la station.

 

Le gouvernement reproche à cette station confessionnelle l'aspect ‘'politique politicienne'' de ses émissions et sa tendance à inviter des politiques qui lancent des mots d'ordre pour des mouvements d'humeur.

 

Mardi dernier, au cours de l'émission dénommée ‘'civisme et spiritualité en direct'', Joseph Béndounga, leader d'un parti politique, l'ancien ministre Jean Serge Bokassa, et l'écrivain Mohammar Bengue Bossin, ont profité de l'antenne pour ‘'outrager'' la présidente, Catherine Samba-Panza.

 

En réaction, le chef du gouvernement, André Nzapayéké, exige des explications aux responsables de la station. ‘'Radio Notre Dame est toujours absente des grands évènements touchant la vie de la nation. Peu après, elle donne l'antenne à ceux qui ne veulent pas de la paix pour qu'ils s'acharnent sur la présidente de transition et le premier ministre les traitant des voleurs et d'incapables'', a souligné le chef du gouvernement.

 

''Pourquoi les tranches d'antenne ne sont-elle pas accordées aux personnes qui veulent la paix sur RND et Radio Ndeke Luka ?'', s'est-il interrogé.

 

Dans une réaction à chaud, la ministre Montaigne a déclaré : ‘'je verrai le cahier de charges de cette radio pour avoir une idée exacte de leur grille de programmes avant toute autre chose''.

 

Centrafrique : la radio ''Notre Dame'' va s'expliquer sur ses émissions contre les autorités de la transition

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com