Sommaire

Recherche

Liens

26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 21:56

 

 

 

 

 

http://www.lefigaro.fr   26/11/2013 à 20:02  Isabelle Lasserre

 

Comme elles le firent avant de déclencher l'opération «Serval» au Mali, les autorités françaises ont sensibilisé en amont les opinions publiques et leurs partenaires étrangers pour préparer l'intervention en Centrafrique, jugée inéluctable.

 

Dès le mois de septembre, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, la diplomatie française a pris l'initiative d'une réunion de crise sur la situation en République centrafricaine, dont la chute vers les abîmes peut menacer le précaire équilibre d'une région en crise. Le pays est au bord du chaos depuis quinze ans, mais la situation s'est aggravée après le coup d'État de mars 2013.

 

Les tensions interreligieuses menacent de dégénérer en massacres. La situation humanitaire est jugée «particulièrement préoccupante». Le potentiel de déstabilisation est aussi régional, puisqu'il implique des rebelles tchadiens et soudanais et que la secte islamiste nigériane Boko Haram étend désormais ses tentacules jusqu'au Cameroun et au Tchad, des voisins de la Centrafrique. «Laisser se créer un vide dans cette région où l'on trouve de nombreux salopards serait suicidaire», résume un diplomate français. «L'expérience nous apprend combien il est dangereux de laisser ainsi se développer des “zones grises”, refuges de trafics et de groupes terroristes», écrit Laurent Fabius dans une tribune au Figaro. Le chef de la diplomatie française écarte tout à la fois «l'indifférence» et «l'inaction». «Nous ne voulons pas, demain, payer et subir le prix, beaucoup plus lourd, de l'inaction», poursuit-il.

 

«Nous ne voulons pas, demain, payer et subir le prix, beaucoup plus lourd, de l'inaction» 

 

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères

 

Une fois de plus sur le continent, c'est la France, l'ancienne puissance coloniale, qui s'impose comme l'ultime recours militaire pour remettre de l'ordre dans le désordre africain, empêcher la formation d'un État failli, d'un trou noir dans une région déjà si fragile. Les armées africaines ne sont pas au niveau. L'Europe est aux abonnés absents. La Grande-Bretagne s'intéresse surtout à l'Afrique anglophone, notamment à la Somalie. Les États-Unis ont accepté de faire un chèque mais n'envisagent pas de participer au niveau militaire. «On constate un désintérêt général pour ce pays paumé au cœur de l'Afrique, au lourd passif de crises. En Europe et ailleurs, la tendance a donc été de se tourner vers la France», explique une source diplomatique. Revoilà donc l'armée française dans l'un de ses éléments naturels, la brousse africaine, qu'elle connaît et maîtrise mieux que quiconque.

 

De quoi faire revenir au grand galop la Françafrique, zombie qu'aucun gouvernement, qu'il soit de droite ou de gauche, n'a encore réussi à achever? Pas forcément. «L'intervention en Centrafrique n'est pas une lubie française. Elle se fait avec la mobilisation de la région entière», commente une source diplomatique.

 

«Il s'agit plutôt d'un coup de main ponctuel donné au pays et à la région avant de passer le relais rapidement, au bout de six mois»

 

Une source diplomatique

 

La Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac) a fourni des troupes à la force africaine, même si cette dernière peine à atteindre ses effectifs et manque de moyens. L'action militaire de la France est appuyée par l'Union africaine. L'appui opérationnel fourni par la France fera en outre l'objet d'un mandat international, principal garant pour éviter l'enlisement et les critiques. Paris a soumis lundi à ses partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution visant à renforcer la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), avec la perspective de la transformer en force de l'ONU de maintien de la paix. Le projet de résolution pourrait être adopté la semaine prochaine à New York, sous chapitre VII de la charte de l'ONU, celui qui prévoit le recours à la force. La Centrafrique n'est pas non plus le Mali. «Il s'agit plutôt d'un coup de main ponctuel donné au pays et à la région avant de passer le relais rapidement, au bout de six mois», explique une source diplomatique.

 

Le vœu de l'Élysée est de faire monter en puissance les institutions africaines et les agences internationales pour prévenir et résoudre les crises sur le continent. En l'absence d'acteurs suffisamment impliqués ou équipés, il est pour l'instant toujours resté pieu. L'Afrique demeurant l'une des principales zones d'influence de la France, ce ne sera sans doute pas la dernière fois que les autorités françaises devront voler au secours de pays au bord du gouffre sur le continent africain.

 

«Ce n'est ni bien ni mal, c'est un fait. Un fait relativement assumé par l'équipe de François Hollande», commente une source diplomatique. C'est la raison pour laquelle Paris organise en décembre un sommet de l'Élysée sur la sécurité et la paix en Afrique. D'autres considèrent au contraire cette initiative comme du «paternalisme mal placé».

Lu pour vous : Centrafrique : Paris prêt à intervenir militairement dans quelques jours

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 21:54

 

 

 

 

 

http://www.lefigaro.fr  Tanguy Berthemet  26/11/2013 à 20:02

 

Le pays s'est enfoncée dans l'anarchie depuis le renversement en mars du président François Bozizé par Michel Djotodia, le chef de la coalition rebelle Séléka qu'il a depuis dissoute sans pour autant réussir à rétablir l'ordre.

 

La Centrafrique n'en finit plus de s'enfoncer dans le chaos. L'ex-colonie française est livrée aux bandes de pillards armés et le pouvoir ne parvient qu'à contrôler le centre de la capitale, et encore à grand peine. Rares sont ceux qui, en décembre dernier, avaient prévu l'ampleur de la catastrophe.

 

La Séléka («alliance» en sango, la langue locale), la nouvelle insurrection, était alors aux portes de Bangui. «C'était un mouvement totalement inconnu, surgi de nulle part, avec pour unique programme de renverser le président Bozizé», souligne un ancien premier ministre centrafricain. Cette rébellion est en fait la fusion de quatre groupes du nord du pays, notamment la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR). Elle avait conquis la Centrafrique en quelques semaines, chassant les Faca, l'armée officielle. L'élan de la Séléka, qui compte alors moins de 2000 hommes, se brise sur la force africaine, la Micopax, venue pour tenter de stabiliser le pays. La France n'intervient pas, se contentant d'envoyer 400 hommes à l'aéroport.

 

«Il ne s'agit plus d'une rébellion venue pour installer un nouveau régime : elle n'a ni programme ni ligne politique»

 

Un diplomate

 

Le 24 mars, en dépit d'un accord de paix entre les partis signé à Libreville, la Séléka relance son offensive et s'empare de Bangui sans combattre. François Bozizé prend la fuite et Michel Djotodia, le chef de la Séléka, prend la place. La ville est livrée à un vaste pillage qui dure trois jours. Des voitures volées partent vers le nord chargées d'électroménager, d'argent et de vêtements. Une véritable curée. Car le mouvement à, entre-temps, considérablement changé. «La Séléka s'est renforcée en recrutant n'importe qui. Des petits voyous trouvés sur les routes, mais surtout des soldats de fortune soudanais et tchadiens attirés par le bruit des armes», analyse un militaire africain de haut rang. Chaque groupe vit en autonomie sous les ordres d'un général autoproclamé qui règne sur un quartier, une rue ou une petite ville de province. Au bilan, la Séléka, coalition hétéroclite qui demandait déjà du doigté pour être dirigée, se révèle totalement rétive à toute hiérarchie. «Il ne s'agit en fait plus d'une rébellion venue pour installer un nouveau régime: elle n'a ni programme ni ligne politique. C'est une coalition de soldats, souvent étrangers, qui se livre à une gigantesque razzia à l'échelle d'un pays», remarque un diplomate.

 

Totale incompréhension

Entre les populations terrorisées et les «libérateurs» de la Séléka, qui ne parlent ni français ni sango, l'incompréhension est totale et la haine solide. Dans cette ville chrétienne, comme 85 % des Centrafricains, elle se cristallise sur l'islam, la religion des rebelles. Rapidement, les civils musulmans, souvent des commerçants, sont accusés de complicité avec les «pillards» et traité «d'étrangers». «Ils ne sont pas d'ici», entend-on. Mgr Nzapalainga, l'archevêque de Bangui, n'hésite pas à parler «d'occupation» de son pays.

 

Michel Djotodia, conscient de la dérive, a bien tenté de réagir. En septembre, il a fait publier un décret pour dissoudre la Séléka. Avec quelques résultats. Mais les désarmements promis restent lettre morte. Ces dernières semaines, les exactions ont donc repris. Le premier ministre de transition, Nicolas Tiangaye, nommé sous la pression internationale, est tout aussi impuissant. Quant aux quelque 3000 soldats africains de la Micopax, ils ne peuvent que parer au plus pressé, notamment dans les campagnes

 

Car hors Bangui, la situation est totalement hors de contrôle, le pays livré au bon-vouloir de l'ex-Séléka. Des milices se sont créées, les anti-Balaka, pour officiellement lutter contre la Séléka. Mais en fait, ces villageois, munis d'armes artisanales, s'en sont pris essentiellement aux civils musulmans. Puis redoutant les vengeances, ont fui en brousse, avec femmes et enfants, laissant les villages déserts. «Nous sommes au bord d'une confrontation religieuse sanglante», constate-t-on alors à l'Élysée. C'est fort de cette crainte et de la certitude que ni le pouvoir de Michel Djotodia ni la bonne volonté des troupes africaines ne pourront sortir la Centrafrique de l'ornière que la France s'est décidée à intervenir.

Lu pour vous : La Centrafrique a basculé dans le brigandage et la haine

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 21:51

 

 

 

 

http://www.rue89.com

 

 

DÉCRYPTAGE  26/11/2013 à 15h46

 

 

Pierre Haski 

 

 

Pour la troisième fois cette année, François Hollande s’apprête à ordonner une intervention militaire à l’étranger. Après le Mali en janvier, la Syrie en septembre qui n’a finalement pas eu lieu pour les raisons que l’on connait, un millier de soldats français sont sur le point d’être envoyés en République centrafricaine.

 

François Hollande est donc solidement installé dans son rôle de Commandant en chef où on l’attendait le moins, faisant preuve de la détermination et de l’autorité dont l’opinion juge qu’elles lui font défaut dans les affaires nationales.

 

Au plus bas dans les sondages, le président ne peut attendre aucun « bénéfice » politique immédiat d’une telle opération militaire. Celle du Mali, globalement réussie même si les forces françaises sont contraintes de se maintenir plus longtemps que prévu, ne lui a apporté qu’une petite éclaircie d’image, mais n’a rien changé dans l’opinion.

 

Le retour de la France en Afrique

 


L’enjeu de cette intervention au cœur de l’Afrique est ailleurs : il est dans le « retour » de la France sur le continent noir, après des décennies d’ingérence(« Françafrique ») suivies d’une période de relative indifférence ou de profondes maladresses (« l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire » - Sarkozy à Dakar en 2008).

 

Un choix stratégique visible sur le terrain militaire, mais pas seulement. Les 6 et 7 décembre, la France accueillera de nombreux chefs d’Etat africains pour un Sommet sur la sécurité, une invitation lancée par François Hollande au lendemain de l’opération au Mali, et qui tombera à pic avec les événements de Centrafrique.

 

Cela fait des années que l’idée d’une prise en charge par les Africains eux-mêmes de leurs enjeux de sécurité est discutée, sans que cela soit possible. Au Mali, l’armée française est intervenue en première ligne faute de capacités militaires africaines, un scénario qui se reproduit en Centrafrique.

 

La République centrafricaine, un non-Etat au cœur du continent, est en train de sombrer dans le chaos, entre rebelles et milices hors de contrôle et des dizaines de milliers d’habitants réfugiés dans les forêts, fuyant les massacres pour tomber dans la faim et la maladie. Les organisations humanitaires présentes, comme Médecins sans frontières ce mardi, appellent à l’aide.

 

Un « porte avions » au cœur de l’Afrique

 

La RCA n’a jamais réellement eu d’Etat depuis son accession à l’indépendance il y a un demi-siècle. La France n’a pas aidé, orchestrant les coups d’Etat comme les couronnements d’empereurs, pour protéger des bases militaires dans un pays considéré comme un « porte-avions » au centre de l’Afrique.

 

Cela a-t-il changé ? Il y a un an, le président centrafricain d’alors, François Bozize, arrivé au pouvoir par les armes, appelait la France au secours face à l’avance de la rébellion Seleka. François Hollande faisait la sourde oreille et les troupes françaises présentes à Bangui assistaient passivement à la victoire des rebelles et au pillage de la capitale, Bangui, quelques mois plus tard.

 

Un an après, la France s’apprête à intervenir, non pas pour soutenir un régime inexistant, mais pour stopper cette descente aux enfers, avant le renforcement espéré de la force africaine et onusienne. Elle va le faire de surcroit après le vote d’une résolution de l’ONU attendu dans les prochains jours (un feu vert dont elle était prête à se passer en Syrie, mais c’est un autre débat...).

 

Cette opération est à portée limitée – un millier d’hommes, six mois –, mais le pari français est hasardeux. Il part du principe que l’apparition de ces soldats européens calmera le jeu dans ce qui apparait plus comme des exactions de soudards incontrôlés que comme une véritable guerre. Cela reste à prouver...

 

Quant à la durée de l’opération, il faudrait un miracle pour que dans les six mois, les forces africaines soient prêts à prendre le relais et assurer à la Centrafrique la stabilité qui lui manque pour tenter de bâtir -enfin- un Etat digne de ce nom.

 

La France, un vague souvenir...

 

Pour l’heure, il y a urgence, même si l’emploi du mot « génocide » à Paris comme à New York crée un malaise : rien ne prouve, jusqu’ici, la volonté d’extermination d’un camp sur l’autre, qu’il soit ethnique ou religieux, comme ce fut le cas au Rwanda par exemple.

 

Si la France réussit cette mission centrafricaine, elle aura reconquis une bonne part de son influence singulièrement affaiblie sur le continent, se positionnement comme un partenaire indispensable là où elle risquait de devenir un vague souvenir...

 

Dans cette Afrique en devenir, qui a diversifié ses partenaires avec l’arrivée massive des Chinois, et l’intérêt accru des Etats-Unis, de l’Inde, du Brésil, etc., la France a tout à y gagner. A condition de ne pas retomber dans ses travers néo-coloniaux d’hier et encore un peu d’aujourd’hui : c’est peut-être le principal défi de François Hollande alors qu’il utilise le plus classique des outils d’influence, le para !

Lu pour vous : Pourquoi François Hollande envoie des troupes en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 21:50

 

 

 

 

PARIS Mardi 26 novembre 2013 | 18:28 UTC (Xinhua) - Le ministère français des Affaires étrangères s'est félicité mardi de la nomination récente par l'Union africaine (UA) du général congolais Jean-Marie Michel Mokoko à la tête de la mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA).

 

"La France salue la nomination du général Jean-Marie Michel Mokoko en qualité de représentant spécial de l'Union africaine en République centrafricaine (RCA) et de chef de la force africaine en cours de déploiement dans le pays (MISCA)", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal. "Cette nomination a été faite par Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la commission de l'Union africaine", a rappelé le haut diplomate français, tout en assurant le nouveau dirigeant de la MISCA du "plein soutien de la France dans l'exercice de ses fonctions".

 

"Dès l'adoption d'une nouvelle résolution du conseil de sécurité des Nations Unies, les forces françaises additionnelles, dont le président de la République a annoncé l'envoi, se coordonneront de façon étroite avec la force africaine en vue de l'appuyer dans la mise en œuvre de sa mission", a conclu M. Nadal. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a indiqué mardi matin que le contingent additionnel français serait "de l'ordre d'un millier de soldats".

 

La RCA est confrontée à une crise politique profonde depuis le renversement, le 24 mars dernier, du président François Bozizé par le chef de la coalition rebelle Séléka, Michel Djotodia, qui a pris depuis les rênes du pouvoir à Bangui.

Centrafrique : Paris salue la nomination du général Mokoko à la tête de la MISCA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 22:26

 

 

 

 

 

25-11-2013 Point sur les activités N° 13/07

 

En raison de l’insécurité qui prévaut en République centrafricaine (RCA), des dizaines de milliers de personnes n’osent pas quitter la brousse, ce qui les rend vulnérables au paludisme et aux maladies causées par la consommation d’eau non potable.

 

« Même si les autorités de la RCA et la communauté internationale travaillent à renforcer la présence des forces de sécurité en province, des dizaines de milliers de personnes sont contraintes, à cause de l'insécurité, de se réfugier dans la brousse, où elles vivent dans des conditions de vie et d'hygiène déplorables, explique Georgios Georgantas, chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en RCA. Les autorités ont la responsabilité de rétablir l'ordre public, ce qui devrait favoriser la reprise des activités des services publics, notamment l’accès aux soins, et améliorer les conditions de vie. »

 

« La situation qui prévaut actuellement est extrêmement préoccupante. La population réfugiée dans la brousse est souvent obligée de boire une eau de mauvaise qualité ou contaminée. Trouver de quoi manger est aussi problématique pour beaucoup. Ces conditions de vie rendent les déplacés, notamment les enfants en bas âge et les femmes enceintes, extrêmement vulnérables aux maladies », souligne M. Georgantas. Or, l'accès aux soins de santé est inexistant sur une grande partie du territoire.

 

Pour venir en aide à ces personnes autour de Kaga Bandoro, au centre du pays, le CICR a ouvert deux cliniques mobiles. Depuis un mois, plus de 5 000 personnes, dont 390 femmes enceintes et près de 1 000 enfants de moins de 5 ans atteints de paludisme y ont été examinées. « Les personnes que nous soignons souffrent principalement de paludisme, de maladies respiratoires causées par des nuits froides et de diarrhées provoquées par de l’eau non potable», explique le docteur Bonaventure Bazirutwabo, responsable des programmes de santé du CICR.

 

Le CICR maintient également son programme de prise en charge communautaire du paludisme, la cause de mortalité numéro un en RCA, qui bénéficie à 500 personnes par semaine. « Au-delà de cet appui direct aux populations, en partenariat avec la Croix-Rouge centrafricaine, nous sensibilisons tous les hommes armés à ne pas prendre pour cible  les installations sanitaires et le personnel médical », précise M. Bazirutwabo.


Concernant la situation alimentaire, la production vivrière de maïs, mil, sorgho et niébé a été suffisante cette année. « L’insécurité est préoccupante : elle empêche les petits commerçants d'écouler les produits alimentaires, dont les prix s'effondrent, et d'obtenir en échange des biens de première nécessité, sucre, sel ou savon, par exemple, dont les prix s'envolent », précise M. Georgantas.

Le CICR a procédé à une distribution de rations alimentaires pour un mois composées de maïs, de haricots, d’huile et de sel aux familles d’accueil à Yaloké et aux familles dispersées à la suite des violences, notamment dans  la région de Gaga, à 200 kilomètres au nord-ouest de Bangui. . Au total, 12 000 personnes ont reçu cette aide à Bossambele, Yaloké, Zawa et Békadili.

  
Depuis un mois, le CICR, en collaboration avec la Croix-Rouge centrafricaine, a :

 

  • organisé le transfert de 12 blessés de guerre à l'hôpital communautaire de Bangui et de 14 autres patients à l'hôpital de Kaga Bandoro ;
  • réuni 14 enfants avec leur famille ;
  • visité plus d'une centaine de détenus à la maison d'arrêt de Ngaragba à Bangui ;
  • donné plus de 55 000 kilos de produits chimiques à la Société d'exploitation des eaux de Centrafrique (SODECA) pour traiter l'eau du fleuve et ainsi la rendre potable, ce qui a bénéficié à 400 000 habitants de Bangui et des environs ;
  • construit 64 latrines d’urgence à Bossangoa, et organisé des séances de promotion de l'hygiène pour plus de 37 000 personnes ;
  • distribué quotidiennement 250 000 litres d'eau à Ndélé pour plus de 10 000 personnes à travers son soutien à la SODECA ;
  • construit 7 latrines et réhabilité 6 pompes de forage à Bouca, en collaboration avec la Croix-Rouge centrafricaine 
  • pris en charge près de 2 000 personnes dans les localités d’Obo et de Birao, à l’est du pays.

 

Informations complémentaires :


Nadia Dibsy, CICR Bangui, tél. : +236 75 64 30 07
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17.

 

Source : http://www.cicr.org/fre/resources/documents/update/2013/11-25-central-african-republic-displaced-health-risk.htm

République centrafricaine : des dizaines de milliers de personnes ont peur de quitter la brousse
République centrafricaine : des dizaines de milliers de personnes ont peur de quitter la brousse

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 22:03

 

 

 

 

Le Pays  25/11/2013 à 10:19

 

Après moult hésitations, la France s'apprête à intervenir en Centrafrique; sûrement échaudée par le précédent rwandais.

 

La Centrafrique va mal. C’est le moins que l’on puisse dire au regard de la situation sécuritaire chaotique qui prévaut actuellement à Bangui, la capitale, et dans bien d’autres contrées du pays. On ne sait plus qui gouverne, tant le désordre s’y est bien installé. Le pays est à la croisée des chemins tant et si bien que le président français, François Hollande, tirait la sonnette d’alarme en qualifiant la situation actuelle de «pré-génocidaire». Il va plus loin en proposant l’envoi de troupes en Centrafrique pour aider les autorités à rétablir l’ordre. Et d’ores et déjà, ils sont un peu plus de 400 militaires français qui contrôlent essentiellement l’aéroport de Bangui.

 

Le spectre d’un génocide

 

Pourquoi la France opère-t-elle un tel revirement, elle qui, on s’en souvient, avait refusé d’intervenir en Centrafrique au moment où, acculé, le président François Bozizé l’appelait au secours? Sans doute a-t-elle tiré les leçons du génocide rwandais qui, on le sait, lui colle implacablement à la peau.

 

En digne héritier de Mitterrand, le président Hollande ne veut plus engager la responsabilité de son pays, en restant les bras croisés face au spectre de «génocide» qui se prépare en Centrafrique. C’est tout en son honneur puisqu’il a pris la pleine mesure de la situation en RCA où, jadis latent, le conflit interreligieux est désormais ouvert, en témoignent les récents affrontements entre chrétiens et musulmans.

 

L’autre raison qui peut expliquer la décision de Paris d’envoyer des troupes à Bangui est que la France ne veut pas se laisser ravir la vedette par la communauté internationale, ce d’autant que la Centrafrique est une ex-colonie française. Mais aussi, forte de sa victoire sur les djihadistes du Nord-Mali, la France estime le moment opportun d’ouvrir un autre front dans un pays africain qui, depuis près de huit mois, peine à retrouver ses marques. Et tout cela se passe dans la quasi-indifférence de la sous-région et de l’Union africaine (UA). Une fois de plus, c’est la France que l’on a de cesse d’ailleurs de clouer au pilori, qui montre la voie à suivre aux dirigeants africains.

 

Impuissance de l’Union africaine

 

Certes, nous dira-t-on, la France défend ses propres intérêts, mais rappelons que la Centrafrique est d’abord et avant tout un pays africain et qu’en termes d’intérêt, le peuple centrafricain a plus d’intérêts à protéger sur son propre sol que les Français. A la vérité, l’Afrique offre à nouveau une piteuse image de ses dirigeants qui se montrent impuissants face à un problème africain.

 

L’UA doit prendre ses responsabilités puisque la situation en RCA n’a que trop duré. Il vaut mieux prévenir que guérir, dit l’adage. Et c’est ce que fait la France de Hollande. En tout cas, il faudra que la douloureuse parenthèse de Michel Djotodia se referme le plus vite possible pour que le peuple désabusé, retrouve sa sérénité d’antan. A quoi sert de mettre fin à une dictature si en retour, s’installent l’anarchie et le chaos?

 

Mais, à la vérité, cette instabilité chronique n’est pas étrangère au mode d’accès au pouvoir en Centrafrique. Le cycle de coups d’Etat doit prendre fin. La logique du «ôte-toi que je m’installe» sur fond de canonnade, est à terme contre-productive. Mais il est aussi vrai que, même élus démocratiquement, bien des dirigeants africains, en RCA comme ailleurs, ont produit les germes de leur éviction par une gouvernance approximative. C’est dire combien il urge à l’ex Oubangui-Chari, d’opérer véritablement sa mue, pour s’engager résolument dans la voie d’une démocratie vraie, seul gage d’un avenir moins tourmenté.

 

Boundi Ouoba

Lu pour vous : Le revirement de la France en Centrafrique (Le pays)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 21:57

 

 

 

 


PARIS - AFP / 25 novembre 2013 20h41 - La France est prête à envoyer en Centrafrique 800 soldats qui viendraient s'ajouter aux 410 militaires déjà sur place, a affirmé lundi à l'AFP le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye à l'issue d'une rencontre avec le chef de la diplomatie française à Paris.


Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a parlé de l'envoi de 800 hommes pour l'instant, qui s'ajouteraient aux 410 déjà présents, a-t-il déclaré, précisant que le rôle de la France sera d'appuyer les forces de la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafrique) en termes militaires, logistique et d'assistance technique. 


Tout cela va se faire vers la mi-décembre, après le vote d'une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU, a estimé M. Tiangaye.


Jeudi, le président François Hollande avait évoqué une augmentation sensible du contingent français en Centrafrique où, avait-il dit, la situation est extrêmement grave, sans toutefois préciser l'ampleur du renfort envisagé ou un calendrier.

L'ONU, qui s'inquiète de voir la Centrafrique devenir le théâtre d'un génocide, a entamé lundi des discussions consacrées à la crise, après l'appel de son secrétaire général Ban Ki-moon à envoyer 6.000 Casques bleus, et ceux de Paris et de Washington pressant la communauté internationale d'intervenir sans délai.

Selon le Premier ministre centrafricain, la mise en place d'une force de maintien de la paix de l'ONU va prendre du temps. Dans l'immédiat, il faut un mandat sous le chapitre 7 de la charte (de l'ONU, qui autorise le recours à la force) permettant à la Misca et à la France de rétablir la sécurité sur tout le territoire et assurer la protection des populations civiles, a-t-il estimé.


Il y a une insécurité généralisée, de graves crimes de guerre et crimes contre l'humanité sont commis en Centrafrique, a-t-il insisté, estimant que la France a les moyens, militaires, financiers et diplomatiques pour que son action soit efficace.

La Centrafrique est en proie aux violences depuis le renversement, le 24 mars, du régime de François Bozizé par Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka, devenu depuis président.



(©)

Centrafrique: la France prête à envoyer 800 soldats supplémentaires

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 21:51

 

 

 

 

 

BANGUI (AFP) - 25.11.2013 15:16 - Par Xavier Bourgois

 

La capitale centrafricaine Bangui, sous couvre-feu, vit toujours dans la crainte de violences inter-religieuses, dans l'attente d'une résolution de l'ONU pour tenter de mettre fin au chaos dans le pays.

 

Les mesures de sécurité ont été renforcées à Bangui au cours du week-end. Les habitants de la capitale centrafricaine redoutent de voir la capitale s'embraser après les violences qui ont secoué le nord-ouest du pays ces dernières semaines, des rumeurs faisant état de l'infiltration de groupes armés chrétiens décidés à s'en prendre à la communauté musulmane, dont est issu le nouveau président Michel Djotodia.

 

L'ONU, qui s'inquiète de voir la Centrafrique devenir le "théâtre d'un génocide", doit entamer lundi des discussions consacrées à la crise, après l'appel de son secrétaire général Ban Ki-moon à envoyer 6.000 Casques bleus, et ceux de Paris et de Washington pressant la communauté internationale d'intervenir sans délai.

 

Il y a quelques mois, la fracture entre chrétiens, largement majoritaires, et musulmans n'existait pas encore dans un pays où les deux communautés ont toujours vécu en bonne intelligence. Mais les exactions à répétition de l'ex-rébellion Séléka, à majorité musulmane, qui a porté Michel Djotodia au pouvoir en mars, ont rapidement généré des tensions, poussant des populations chrétiennes à former des "groupes d'autodéfense" pour s'en prendre aux musulmans.

 

Début septembre, les attaques de ces milices paysannes surnommées "anti-balakas" (anti-machettes) jusqu'alors inconnues, avaient fait près de 100 morts dans la région de Bossangoa (nord-ouest). Fin octobre, de nouveaux affrontements ont fait une quarantaine de morts à Bouar (ouest), entraînant un cycle de représailles et de contre-représailles meurtrier.

 

"A Bangui, de plus en plus de gens craignent que des anti-balakas ne soient infiltrés dans la ville pour s'en prendre aux musulmans. On ne peut pas affirmer que cela soit vrai mais des dérapages comme à Bossangoa sont possibles", a expliqué à l'AFP depuis Bangui Roland Marchal, chercheur au CNRS et spécialiste des conflits en Afrique centrale.

 

"Situation pré-génocidaire"

 

Il y a une semaine, Ban Ki-moon a évoqué "un niveau alarmant de violence inter-communautaire", disant craindre un "conflit religieux et ethnique à l'échelle du pays".

 

Dans la foulée, le département d'Etat américain a fait état d'une situation "pré-génocidaire", et le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a aussitôt renchéri en affirmant que le pays était "au bord du génocide"... Des mots forts qui veulent justifier l'appui à la Mission internationale de soutien en Centrafrique (Misca).

 

"On ne peut parler de génocide d'un groupe ethnique ou d'un groupe social", a pour sa part réagi samedi la ministre des Affaires étrangères centrafricaine Léonie Banga Bothy sur les ondes de la radio locale Ndeke Luka.

 

"Parler de pré-génocide ou de génocide, je pense que cela aura des effets pervers sur la quiétude la population qui a déjà beaucoup souffert et qui n'a pas besoin d'une psychose supplémentaire", a souligné la ministre.

 

"Le Congrès américain est sommé de faire quelque chose, si la situation se dégrade, ils seront comptables de cela", analyse Roland Marchal, pour lequel "l'usage de superlatifs" sert à promouvoir une intervention rapide et "nécessaire".

 

L'intervention se justifie par la nécessité de "remettre en place l'ordre et la loi dans un pays qui ne connaît ni l'un ni l'autre depuis plus de huit mois", note M. Marchal, pour qui "une simple intervention de maintien de la paix ne peut pas suffire, il faudra intervenir politiquement pour redonner une crédibilité à l'Etat centrafricain qui doit garantir l'ordre".

 

Selon le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU devrait rapidement permettre "aux forces africaines (des pays voisins), à l'Union africaine et également à la France" d'intervenir. La France serait dans ce cas "à l'appui des Africains", a-t-il souligné.

 

"L'insécurité a contraint des dizaines de milliers de personnes à se réfugier en brousse, où leur vie et les conditions d'hygiène sont déplorables", s'est alarmé lundi le chef du Comité international de la Croix-Rouge en Centrafrique, Georgios Georgantas, dans un communiqué.

 

© 2013 AFP

La Centrafrique au coeur d'une réunion de l'ONU

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 21:43

 

 

 

 

 

(Source : RFI) 25 nov. 2013

 

Le chef de la délégation du CICR en RCA, Georgios Georgantas, a déploré aujourd’hui les conditions sécuritaires en RCA qui obligeraient des dizaines de milliers de personnes à se cacher dans les brousses centrafricaines. « La situation qui prévaut actuellement est extrêmement préoccupante. La population réfugiée dans la brousse est souvent obligée de boire une eau de mauvaise qualité ou contaminée. Trouver de quoi manger est aussi problématique pour beaucoup. Ces conditions de vie rendent les déplacés, notamment les enfants en bas âge et les femmes enceintes, extrêmement vulnérables aux maladies », s’est indigné M. Georgantas.

 

Ces déclarations interviennent alors que des discussions consacrées à la crise ont été entamées ce matin par le Conseil de sécurité de l'ONU. Face à la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait plaidé dans son dernier rapport sur la RCA pour un renforcement de la MISCA à hauteur de 6 000 à 8 000 Casques bleus. 

Centrafrique : le CICR lance un cri d’alarme face à l’insécurité en RCA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 21:37

 

 

 

 

 

 

http://www.lefigaro.fr    25/11/2013 à 19:50

 

INTERVIEW EXCLUSIVE - Malgré les contraintes, le ministre de la Défense promet le maintien des capacités militaires à l'horizon 2020. LeFigaro.fr vous propose les principaux extraits de l'entretien à paraître mardi dans le journal.

 

Alors que la loi de programmation militaire (LPM), qui définit les priorités de la défense pour la période de 2014 à 2019, est examinée à partir de ce mardi à l'Assemblée nationale, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a accordé un entretien exclusif au Figaro.

 

LE FIGARO - Une intervention en Centrafrique est imminente. Quel sera le dispositif français?

 

Jean-Yves LE DRIAN - La situation est totalement différente de celle du Mali. La République centrafricaine (RCA), actuellement, n'a plus d'État. Des groupes rivaux s'entre-tuent, des exactions sont commises quotidiennement. La situation humanitaire est dramatique. Le pays est une zone de non-droit à un carrefour stratégique majeur entre trois régions sensibles, le Sahel, la région des Grands lacs et la Corne de l'Afrique. C'est une préoccupation pour notre sécurité, pour celle des pays voisins et celle de l'Europe. Une première résolution a déjà été adoptée à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU. Dans quelques jours, une deuxième résolution va mandater la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) pour rétablir les conditions de sécurité en RCA. Cette résolution intégrera le soutien de la France à la mission sécuritaire de la force africaine. Nous agirons en appui de la Misca.

 

D'ici à 2019, environ 34.000 postes vont être supprimés dans les armées. Ne va-t-on pas trop loin?

 

La France a et gardera en 2020 la première armée d'Europe, y compris en effectifs. En 2019, nous aurons 187.000 militaires (pour un total de 242.000 personnels de défense) alors que la Grande-Bretagne n'en aura que 145.000 et l'armée allemande moins aussi. Ces militaires seront équipés et entraînés pour faire face aux enjeux de demain. Les crédits de la préparation opérationnelle augmenteront de plus de 4 % par an. C'est le nerf de la guerre. Je l'ai constaté en me rendant au Mali, dans la vallée de l'Ametetaï, au lendemain des durs combats qui s'y sont déroulés. D'un courage et d'une tonicité exceptionnels, nos soldats étaient aussi équipés de telle sorte qu'ils étaient en relation avec les drones et les Rafale qui les appuyaient.

 

L'armée de demain c'est cela: à la fois la capacité des soldats, leur courage physique mais aussi leur préparation opérationnelle et la capacité technologique. Une bonne articulation interarmées est essentielle. Pour réaliser cela, à quels ajustements faut-il procéder? C'est cette question qu'il faut se poser plutôt que de dire: gardons tels effectifs et voyons ensuite ce que l'on peut faire. J'ai voulu une démarche cohérente.

Lu pour vous : Le Drian : «La France a et gardera la première armée d'Europe»

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog