Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 20:50

 

 

Regain des violences à Bangui : Claude-Richard Gouandjia raconte l’attaque armée de sa résidence

 

Les récentes violences dues à la recrudescence de l’insécurité dans la capitale centrafricaine a fait plusieurs victime parmi la population civile. Plusieurs cas de destruction des biens publics et privés ont été enregistré. Des personnalités centrafricaines ont été la cible de certains groupes armés. L’ancien ministre de la Sécurité publique a échappé de justesse à la mort ce 1er Octobre 2015.

 

Le miraculeux a bien accepté de répondre à nos questions sans prendre de gants, toujours égal à lui-même.

 

Question(Q) : Bonjour monsieur le ministre. Dans la nuit du 1er Octobre à 23 heures, votre résidence au Camp des Castors a été attaquée. Avez-vous une idée sur l’identité de ces malfaiteurs ?

 

Claude-Richard Gouandjia (CRG) : Cette nuit-là, trois blindés des forces de la Sangaris en patrouille dans mon quartier ont pris position en direction de ma maison et ont commencé à ouvrir le feu, d’abord sur mon portail, et par la suite sur le mur de ma concession, et les projectiles ont pénétré jusqu’à atteindre la villa, beaucoup plus au niveau de mon salon et aussi ma chambre à coucher. Les tirs ont persisté et les policiers congolais de la MINUSCA basés à côté de l’église MESM ont riposté par des tirs dissuasifs de Kalachnikov d’abord, et devant la persistance des Français, ils ont utilisé l’armement lourd  qu’on appelle communément douze-sept. Ce qui a poussé les assaillants  à déguerpir vers le quartier Yakité.

 

Q : Avez-vous des problèmes particulièrement avec les Français ?

 

CRG : Pauvre de moi ! Que puis-je avoir comme problème avec une grande puissance qui ne peut que m’écraser comme une vermine ?

 

Je m’interroge comme tout le monde pour savoir ce qui s’est passé exactement. Je suis un miraculeux car c’est grâce à Dieu que je suis encore en vie.

 

Q : Comment avez-vous réagit par la suite ?

 

CRG : J’ai informé les autorités du pays et la gendarmerie est venue faire les enquêtes. Les impacts sur les murs de la concession de ma résidence ont été filmés. Plus de douze douilles ont été ramassées et des témoignages ont été recueillis en attendant des auditions.

 

J’ai ensuite eu un entretien téléphonique avec l’ambassadeur de France qui après avoir interrogé son Attaché militaire m’a donné leur version des faits en reconnaissant que les forces de la Sangaris ont patrouillé ce jour dans la zone indiquée.

 

Q : Comment ont réagi les autorités ?

 

CRG : La Présidente de la République m’a appelé personnellement et certains membres du gouvernement l’ont aussi fait pour me réconforter. Et Je les remercie au passage pour leurs soutiens.

 

Q : Comment vivez-vous l’attaque ?

 

CRG : Je suis serein et je n’ai pratiquement pas bougé de ma maison. Les forces de l’ONU contrôlent le quartier qu’elles quadrillent. Je veux qu’une enquête soit ouverte afin d’identifier officiellement tous les responsables de cet acte criminel et prémédité.

 

Grâce aux soutiens de nombreux compatriotes qui ne cessent de m’appeler, j’ai le moral haut.

 

Propos recueillis par Nelson MAZAND

Claude-Richard Gouandjia raconte l’attaque armée de sa résidence
Claude-Richard Gouandjia raconte l’attaque armée de sa résidence
Claude-Richard Gouandjia raconte l’attaque armée de sa résidence
Claude-Richard Gouandjia raconte l’attaque armée de sa résidence
Claude-Richard Gouandjia raconte l’attaque armée de sa résidence
Claude-Richard Gouandjia raconte l’attaque armée de sa résidence
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 20:18

 

 

Par  06-10-2015 à 19:05

 

En rentrant précipitamment de New York lorsque Bangui s'est embrasé fin septembre, la présidente de transition Catherine Samba-Panza avait notamment promis une large concertation pour trouver les voies et moyens de sortir de la crise. Ces concertations commencent tout juste. Ce mardi, les «têtes» de la transition se sont réunies et ce sera bientôt aux forces vives de s'exprimer.

 

La présidence l'assure. Prochainement les forces vives de la nation seront invitées à s'exprimer et à donner leur avis sur les moyens à mettre en œuvre pour sortir de la crise. Ce mardi, les chefs des différentes institutions de la transition se sont déjà réunis à huis clos. Bientôt, ce sera le tour des partis politiques, et de la société civile. Mais pas question, assure-t-on, de refaire le Forum de Bangui. Et pas question de dévier de l'objectif prioritaire affiché par la transition : les élections.

 

Les violences de la fin septembre n'auront donc rien changé à la marche vers les élections si ce n'est ajouter des retards aux retards techniques qui s'accumulent depuis des mois. Le discours reste optimiste. Le budget du processus électoral est quasiment bouclé. Il ne manquerait que 3 millions de dollars selon Anicet Guiyama-Massogo, le porte-parole de la présidence.

 

Si on se permet un « glissement » selon l'élément de langage consacré, l'horizon reste la fin de l'année, terme officiel de la transition. Les partenaires internationaux n'ont pas changé de discours non plus. ONU, France, Tchad maintiennent que les électeurs seront conviés dans les bureaux de vote avant le 31 décembre.

 

La Centrafrique poursuit sa lente marche vers la transition
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 20:12

 

 

 

Face au chaos qui règne à Bangui, la présidente de la transition a dû quitter l'assemblée de l'ONU. Alors qu'elle rassurait à New York sur la bonne tenue de la présidentielle, elle parle désormais d'un report.

 

Plus les jours passent et plus la situation de Catherine Samba-Panza (CSP) semble intenable. Le 30 septembre, c’est assise dans un hélicoptère de l’armée française que la présidente de la transition centrafricaine a effectué le trajet séparant l’aéroport M’Poko de sa résidence de Bangui. Les rues de la capitale avaient pourtant retrouvé un semblant de calme. Mais la veille au soir, le chaos régnait encore. Pendant quatre jours, la Centrafrique a été le théâtre des violences les plus intenses depuis l’élection de CSP en janvier 2014. Bilan : plus de 60 morts.

 

Devant la violence des affrontements à Bangui, CSP interrompt sa visite à New York

 

Après le meurtre d’un chauffeur de confession musulmane dans la nuit du 25 au 26 septembre, des milices armées basées dans le quartier du PK5 (la dernière enclave musulmane de Bangui) attaquent le 5e arrondissement, un quartier à majorité chrétienne. Depuis New York, où elle assiste à l’Assemblée générale de l’ONU, Samba-Panza est informée des représailles. Ses conseillers estiment qu’il lui faut rentrer, même si cela vient bousculer un voyage crucial, rythmé par plusieurs moments forts : deux adresses à la tribune des Nations unies – dont l’une ce 26 septembre précisément -, et une réunion spéciale consacrée à la Centrafrique le 1er octobre.

 

Malgré le décalage horaire, CSP suit minute par minute la situation à Bangui, l’intensité des combats et le pillage des ONG. Le 27 septembre à la première heure, elle convoque une réunion de crise avec sa délégation. Peu de temps après, dans la capitale, les milices anti-balaka tentent, sans succès, de prendre la gendarmerie nationale, et des manifestants demandent son départ. La présidente décide alors de regagner Bangui. C’est donc son ministre des Affaires étrangères, Samuel Rangba, qui prononcera son second discours à la tribune de l’ONU, le 30 septembre.

 

D’abord avancé, son entretien avec le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, n’a finalement pas lieu faute de temps – l’entourage de CSP reprochera d’ailleurs à la France son manque de « soutien lors de ces moments difficiles ». Le 29 septembre, Samba-Panza prend place, avec le patron de la Minusca, le Gabonais Parfait Onanga-Anyanga, dans le vol Air France à destination de Douala, via Paris. Elle qui souhaitait vite regagner Bangui doit patienter une demi-journée au Cameroun, le temps pour les Nations unies d’affréter un vol.

 

Des élections retardées ?

 

Peu après son retour, elle s’adresse à la nation : « Avec la dernière tentative de coup de force [derrière laquelle elle voit la main des anciens chefs de l’État François Bozizé et Michel Djotodia] que nous venons de vivre, les élections risquent bien de s’éloigner. » La présidente avait pourtant réaffirmé à New York qu’elle ferait tout pour que la présidentielle se tienne avant le 31 décembre – date de la fin de la transition – et qu’elle ne serait pas candidate. Cette déclaration risque donc de ne pas plaire à tout le monde… À commencer par la France, pour qui rien ne doit retarder le processus électoral. Au contraire, ces événements renforcent Paris dans l’idée que le scrutin doit avoir lieu dans les plus brefs délais, malgré une situation sécuritaire difficile. Une position partagée par la grande majorité de la communauté internationale.

 

 « Plus l’on attend et plus la situation deviendra intenable, ce qui donnera du grain à moudre à ceux qui ne veulent pas des élections. Et ils sont nombreux », estime un candidat. « Les Centrafricains ne doivent pas oublier qu’ils sont sous perfusion et qu’ils doivent prendre des décisions en concertation avec ceux qui permettent à leurs citoyens de manger », s’impatiente un diplomate occidental.

 

Vincent Duhem

Lu pour vous : RCA : branle-bas de combat pour Samba-Panza
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 19:32

 

 

Christophe Boisbouvier  RFI   6 octobre 2015

 

Soixante et un morts, c’est le dernier bilan de l’explosion de violence qui a secoué Bangui il y a une semaine. Comment sortir de ce cycle de violences en Centrafrique ? Le Sénégalais Abdoulaye Bathily est le représentant spécial de l’ONU en Afrique centrale. De passage à Paris, il répond aux questions de Christophe Boisbouvier et s’exprime aussi sur le Congo-Brazzaville.

 

« Je constate que dans les événements qui nous ont amenés là, il y a des responsabilités. Et moi, je parle maintenant en mon nom personnel. Il y a en politique des valeurs fondamentales : la cause du peuple, la démocratie, la paix. Et lorsque qu’à partir d’un certain moment on constate qu’on n’a pas réalisé ce pourquoi on s’est engagé, il faut avoir la générosité d’esprit de s’effacer pour laisser à d’autres d’essayer. […] 

 

Je constate, qu’ils (François Bozizé et Michel Djotodia) ont été partie prenante de cette crise très grave. […] Pendant le forum de Bangui, toutes les voix se sont élevées pour dire qu’il faut mettre fin à l’impunité. Il a même été proposé un tribunal spécial sur les crimes commis en Centrafrique. Et je crois qu’il faut aller dans ce sens là. »

Invité Afrique M. Bathily: il faut aller vers un tribunal spécial sur les crimes commis en RCA
Invité Afrique M. Bathily: il faut aller vers un tribunal spécial sur les crimes commis en RCA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 19:26
Le G 8 - RCA s'entretient avec Mme Samba Panza
Le G 8 - RCA s'entretient avec Mme Samba Panza

 

 

"Nous ne laisserons aucun groupe armé non conventionnel bafouer l'autorité de l'Etat en Centrafrique. Les échéances électorales seront sécurisées".

 

Déclaration faite ce lundi 5 octobres 2015 par les membres de G8-RCA suite à une audience que leur a accordée Mme Catherine SAMBA-PANZA dans son cabinet de travail à Bangui.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 19:21
Nouveulles nationales sur APA

 

 

RCA : un ministre implique les jeunes dans la lutte contre l'insécurité

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2015-10-06 14:45:06 - Le ministre de l’Habitat, Nicaise Samedi Karnou, a eu, mardi à Bangui, une rencontre avec les jeunes des huit arrondissements de la capitale centrafricaine et de la sous-préfecture de Bimbo (proche de la capitale) afin d’examiner avec eux les stratégies à mettre en place pour combattre l’insécurité et secourir les victimes des violences.


Les stratégies arrêtées à l'issue de la rencontre tenue dans les locaux de la mairie de Bangui sont, entre autres, les compagnes de sensibilisation sur la non- violence dans les arrondissements et l'indemnisation des victimes des violences.


Pour Nicaise Samedi Karnou, les violences qui se déroulent dans les arrondissements de Bangui ne peuvent être enrayées qu'avec la participation des jeunes.

Il a ajouté que le gouvernement veut organiser les jeunes pour qu'ils puissent l'aider à calmer la situation et passer à l'organisation des élections en Centrafrique.

Les jeunes ont dit leur disponibilité à participer à la mise en place de ces stratégies, soulignant qu'ils sont eux-mêmes victimes des violences communautaires.

‘'Notre avenir s'assombrit et le pays ne fait que reculer'', ont déclaré certains participants à cette rencontre.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=835556#sthash.7AbeG25y.dpuf

 

 

NDLR : Qu'est ce que que ce désordre ! Il y a pourtant un ministre chargé de la sécurité publique dans le gouvernement pour que celui de l'habitat vienne mettre son nez dans les affaires de sécurité ! 

 

 

Des Centrafricaines s'inquiètent du sort de leurs maris pris en otage

 

APA- Bangui (Centrafrique) - 2015-10-06 15:10:28 - Les épouses des otages de Baboua, localité frontalière avec le Cameroun, ont confié mardi à la presse centrafricaine qu’elles s’interrogeaient sur une hypothétique libération de leurs maris dont elles ne savent pas s’ils sont vivants ou non car n’ayant aucune nouvelle d’eux.


"Si vraiment le gouvernement est en négociation avec les ravisseurs, je propose à ce que mon mari puisse me parler ou parler sur les ondes afin que je sache qu'il est toujours vivant et que les négociation continuent", a dit Marissa Roukaya, épouse du Maire de la ville de Baboua qui fait partie des otages.


Selon cette dame, "les autorités de la préfecture de la Nana-Mambéré qui gèrent la sous préfecture nous rassurent toujours que les négociations continuent sans plus de précision sur l'état de la santé de mon mari".


Même réaction du côté des parents du pasteur de l'église apostolique de la commune de Abba qui fait aussi partie des otages." Ils sont d'abord des Centrafricains, le gouvernement doit tout mettre en œuvre pour obtenir leur libération. Mais on se rend compte que le gouvernement ne ménage aucun effort afin d'obtenir leur libération."


Le sous préfet, le maire et le pasteur de l'église apostolique de Abba, une commune de la sous préfecture de Baboua ont été pris en otage par des hommes armés, le 19 juillet dernier à 33 kilomètres de la ville de Bouar au moment où ils revenaient d'une réunion avec le ministre de la Communication de l'époque, Victor Waké. 

 

Depuis lors, ils sont restés prisonniers de leurs ravisseurs.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=835560#sthash.WQ3mK9vz.dpuf

Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 12:42

 

 

 

06/10/15 (Cameroon-Tribune)

 

La présidente de transition Catherine Samba-Panza, demande aux troupes onusiennes un engagement plus fort. Les drapeaux sont en berne depuis lundi sur toute l’étendue de la République centrafricaine et ce jusqu’à demain. Le peuple centrafricain observe trois jours de deuil national consécutif aux émeutes intercommunautaires qui ont secoué Bangui il y a quelques jours. Suite à l’enlèvement et à l’assassinat d’un conducteur de moto musulman au quartier Km5, de violents échanges ont opposé de jeunes musulmans à leurs compatriotes chrétiens et se sont soldés par une quarantaine de morts et des dizaines de blessés. Des pillards s’en sont pris aux locaux des organisations non-gouvernementales qu’ils ont saccagés et vidés de leur contenu. Tout comme des habitations et des lieux de commerce ont fait les frais de la colère des manifestants. Tandis que certaines organisations de la société civile ont même demandé la démission du régime de transition, le départ des casques bleus et de la force française Sangaris du pays.

 

Dans le communiqué signé samedi dernier, Catherine Samba-Panza a réclamé un désarmement complet et immédiat des milices et des groupes rebelles devenus trop nuisibles pour le processus de transition qui tire à sa fin. «Tout le peuple centrafricain est convaincu de la nécessité de donner un mandat plus robuste aux forces de la MINUSCA et du désarmement complet et immédiat des forces non-conventionnelles», a indiqué la présidente de transition.

 

Depuis son retour précipité de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU), en raison de ces affrontements, Catherine Samba-Panza ne cesse de dénoncer une tentative de déstabilisation du régime de transition par les partisans de ses prédécesseurs, François Bozizé et Michel Djotodia. «La nature politique de ces évènements est évidente. Il s’agissait ni plus ni moins d’une tentative de prise de pouvoir par la force», a-t-elle dénoncé à sa descente d’avion. D’après elle, toutes ces violences pourraient retarder le processus électoral et conduire à une rupture du dialogue politique et du pacte républicain par une partie de la classe politique et de la société civile.

Lu pour vous : Le désarmement complet des rebelles exigé en Centrafrique
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 12:37

 

 

30/09/2015

 

Le regain de violence à Bangui, la capitale de la République centrafricaine après une période de calme relatif est un développement qui provoque une grande inquiétude. La situation actuelle apparaît extrêmement précaire, avec des rapports d’actes de violence graves et des allégations de comportements susceptibles de constituer des crimes graves, commis à l’encontre des populations civiles et des travailleurs humanitaires.

 

Je demande instamment à tous les individus et les groupes en République centrafricaine engagés dans ces affrontements, y compris ceux qui semblent être liés aux groupes anti-Balaka et ex-Séléka, à cesser immédiatement toute violence. Je mets en garde les personnes présumées avoir commis des crimes relevant de la compétence de la Cour pénale internationale qu'elles peuvent être tenues individuellement responsables.

 

Il y a un an, à la suite d'un renvoi par les autorités centrafricaines, j'ai annoncé l'ouverture d'une deuxième enquête sur les crimes commis dans le pays depuis le 1er août 2012. Cette enquête est en cours et mon Bureau continuera à recueillir et à compiler tous les éléments de preuve disponibles, y compris des témoignages fiables, en vue de demander la délivrance de mandats d'arrêt dès que possible à l’encontre des personnes responsables de ces crimes extrêmement graves.

 

Mon Bureau continuera à suivre de près l'évolution de la situation en République centrafricaine dans les prochaines semaines, ainsi qu’à prendre note de tout acte de violence ou d'incitation à la violence. Ceux qui incitent ou commettent des crimes atroces doivent être tenus responsables. Les crimes doivent cesser; la violence n’est jamais une solution.

 

Source: Bureau du Procureur

 

http://www.icc-cpi.int/FR_Menus/icc/press and media/press releases/pages/otp-stat-30-09-2015.aspx

Déclaration du Procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, concernant la montée récente d’actes de violence en République centrafricaine
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 00:42

 

 

 

Par RFI 05-10-2015 à 21:48

 

Le président tchadien Idriss Deby, très influent en Centrafrique, a estimé ce lundi à Paris que la transition en cours dans ce pays devait « s'arrêter » et des élections être organisées avant la fin 2015, après une flambée de violences à Bangui.

 

« Nous regrettons ce qui est arrivé en RCA », a souligné Idriss Deby devant la presse à l'issue d'un entretien à Paris avec le président François Hollande en réaction aux violences qui ont embrasé la capitale centrafricaine fin septembre, faisant 61 morts et 300 blessés, d'après un dernier bilan.

 

Selon le président Déby, le Tchad ne s'est jamais désengagé de la RCA. Et avec le président François Hollande, l'Afrique centrale a la même position : « Il faut que la communauté internationale trouve les moyens financiers nécessaires pour permettre à la transition de faire les élections avant la fin de l'année 2015 ».

 

« Nous avons avec le président Hollande une même position, cette transition doit s'arrêter, il faut une mauvaise élection plutôt qu'une transition chancelante (...) Il faut régler la question des hommes en armes »

 

Idriss Deby Président du Tchad 05/10/2015 - par Boniface Vignon

 

Idriss Deby demande la fin de la transition et des élections en RCA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 00:25
Congo : référendum constitutionnel fixé au 25 octobre

 

 


Brazzaville - AFP / 06 octobre 2015 01h15 -  Le projet de nouvelle Constitution qui permettra au président congolais Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016 sera soumise à référendum le 25 octobre, a annoncé lundi soir le gouvernement de Brazzaville.


Au terme d'un débat enrichissant (...) le Conseil des Ministres, chacun ayant pleinement conscience du caractère historique de l'événement, a décidé d'adopter avec amendements le projet de loi portant Loi constitutionnelle, indique un compte-rendu officiel du Conseil des ministres transmis à l'AFP. 


Le référendum sur le projet de loi constitutionnelle est convoqué pour le dimanche 25 Octobre 2015, ajoute le texte, précisant que la campagne en vue de cette consultation populaire s'étendra du 9 au 23 octobre 


Si elle est adoptée par le peuple congolais, la nouvelle Constitution donnera naissance à une Nouvelle République, ajoute le Conseil des ministres.


La nouvelle Constitution ramènerait la durée du mandat présidentiel de 7 ans à 5 ans mais stipule que le mandat du chef de l'État est renouvelable deux fois.


Conformément aux recommandations du dialogue national de juillet - dénoncé comme une farce par l'opposition - le projet de nouvelle constitution abaisse à 30 ans (contre 40) l'âge minimum pour être candidat à la magistrature suprême en faisant disparaître l'âge maximal de 70 ans inscrit dans la Constitution de 2002.


M. Sassou, 72 ans cette année, cumule plus de trente ans à la tête du pays. Il a dirigé le Congo à l'époque du parti unique, de 1979 jusqu'aux élections pluralistes de 1992, qu'il a perdues.


Revenu au pouvoir en 1997 à l'issue d'une violente guerre civile, il a été élu président en 2002 et réélu en 2009.


La Constitution actuelle lui interdit à double titre de se présenter à la prochaine présidentielle devant avoir lieu mi-2016 en ce qu'elle limite à deux le nombre des mandats que peut exercer un chef de l'État et interdit à toute personne âgée de plus de 70 ans de concourir à la présidentielle.



(©) http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=636315

Repost 0
Centrafrique-Presse.com