Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 23:41
Lu pour vous : Situation en Centrafrique: Moscou tire la sonnette d'alarme

 

 

 

https://fr.sputniknews.com  21:20 25.09.2013 (mis à jour 16:05 05.10.2015)

 

La Russie est préoccupée par la situation en République centrafricaine (RCA), a indiqué à RIA Novosti Mikhaïl Marguelov, représentant spécial du président russe pour l'Afrique et chef de la Commission des Affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement).

 

La Russie est préoccupée par la situation en République centrafricaine (RCA), a indiqué à RIA Novosti Mikhaïl Marguelov, représentant spécial du président russe pour l'Afrique et chef de la Commission des Affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement).

 

"C'est un Etat en décomposition dirigé par les chefs de guerre de la coalition amorphe Séléka. On est en présence d'une militarisation vertigineuse et d'une +somalisation+ du pays", a déclaré le sénateur russe.

 

Et d'ajouter que les violences se multipliaient et revêtaient un caractère interconfessionnel, risquant de déborder les frontières de la RCA.

 

M.Marguelov a participé mercredi à New York à une réunion de haut niveau consacrée à la catastrophe humanitaire en Centrafrique, déclarant que Moscou partageait les évaluations alarmantes de la situation politique, militaire et humanitaire dans ce pays africain.

 

Livrée à des bandes armées qui terrorisent la population, la Centrafrique s'enfonce dans une spirale sans fin de violences sous les yeux d'un pouvoir impuissant qui place désormais ses espoirs dans l'Onu. 1,6 million de Centrafricains, soit un tiers de la population, a besoin d'une aide humanitaire d'urgence, selon les Nations unies. Plus de 270.000 personnes ont été déplacées ou se sont réfugiées dans les pays voisins. La situation dans le pays risque d'échapper à tout contrôle.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 23:37
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Le paiement de deux mois de salaire attendus reste conditionné par le Trésor public

 

PAR NOURA OUALOT LE 21 DÉCEMBRE 2017

 

BANGUI, 21 Décembre 2017(RJDH)—Le paiement des deux mois de salaire des fonctionnaires et agents de l’Etat annoncé pour le mois de décembre par Faustin Archange Touadera serait-il un leurre car les ayants droits ont seulement perçu un mois sur les deux arriérés promis? Le Trésor public justifie cela par des formalités à remplir au préalable, formalités diversement appréciées.  

 

Il s’agit du paiement d’un mois d’arriéré de salaire en sus du mois de décembre 2017, le second devant être payé avec le mois de Janvier 2018. Ces arriérés de salaire concernent les mois de Novembre et Décembre 2013, arriérés laissés par le régime Djotodia et ce paiement se fait par pur respect du  principe de la continuité de l’Etat. L’annonce de paiement en a été faite par le président Faustin Archange Touadera lors d’un récent discours après la revue du FMI. Elle intervient un mois après un contrôle de vérification effectué par le Trésor en collaboration avec l’Office National d’Informatique (ONI).

 

Pour prétendre au paiement de ces deux mois d’arriérés de salaire, les fonctionnaires et agents de l’Etat étaient invités à présenter une copie de leur Bon de caisse et leur copie de la carte d’identité avant le virement desdits mois d’arriérés sur leur compte bancaire.

 

Les fonctionnaires se sont précipités et ont pris d’assaut le Trésor public le mercredi dernier pour espérer rentrer dans leurs droits. Quelle ne fut pas leur déception d’apprendre qu’ils doivent encore se soumettre au même exercice ! Certains agents de l’Etat rencontrés par le RJDH parlent d’un désordre organisé. «Pour moi, c’est paradoxal car le gouvernement avait promis deux mois mais actuellement le salaire normal de décembre 2017 est en train d’être payé dans les banques mais pourquoi ne pas en faire autant pour ce mois d’arriéré annoncé?» Les gens se bousculent dans les banques mais le mois d’arriéré est soumis à des conditionnalités. Au regard de tout ce désordre, nous attendons depuis hier sous le soleil ardent sans résultat. Je suis vraiment navré et ce n’est pas possible», a décrié ce fonctionnaire sous l’anonymat.

 

Dans le lot de ces fonctionnaires et agents de l’Etat on retrouve des retraités qui font la queue pour percevoir leur pension de retraite et qui ne supportent pas le brassage fonctionnaires/retraités. Un retraité souhaite un travail décentralisé. «Nous ne sommes pas servis au niveau de toutes les banques, je ne sais pas pourquoi on nous fait marcher de telle sorte. Le Trésor devrait mieux s’organiser pour nous servir différemment mais là, les fonctionnaires et les retraités sont tous ici sous le soleil depuis 6 heures du matin» a-t-il déploré.

 

Des sources proches du Trésor trouvent normales ces conditionnalités. « Pour tout ce qui est du mouvement de fonds, il faut remplir des conditions administratives pour éviter la  déperdition de fonds ou dysfonctionnements dans l’envoi des fonds dans les banques. Donc, il faut avoir son numéro de compte bancaire, sa carte d’identité, se présenter devant le contrôleur, remplir une fiche et c’est à la base de cette fiche qu’on va valider l’arriéré ».  « Que les gens soient patients et tolérants car l’argent ne peut pas sortir du Trésor sans contrôle pour aller dans les banques. Si on fait le travail dans la précipitation, cela va engendrer des conséquences désastreuses. Donc, il faut se soumettre à ces conditionnalités », a expliqué une dame dans le couloir du Trésor et qui a requis l’anonymat.

 

Selon le ministère des Finances et du Budget qui confirme ces conditionnalités, pour les fonctionnaires absents du territoire,  la direction générale du trésor public procédera au règlement de leurs arriérés dès que les formalités seront terminées et faites par les intéressés.

 

Le gouvernement justifie ces conditionnalités par la volonté de l’Etat de maitriser la masse salariale et aussi de satisfaire aux exigences des partenaires financiers du pays tels les institutions de Bretton Woods notamment la Banque Mondiale (BM) et le Fonds Monétaire International (FMI).

 

 

Centrafrique : Le Tribunal Militaire Permanent très clément à l’égard des soldats accusés de divers délits

 

PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 21 DÉCEMBRE 2017

 

BANGUI, 21 décembre 2017 (RJDH)—Les peines prononcées contre des militaires par le Tribunal Militaire Permanent ont déçu plus d’un observateur. Le Commissaire du gouvernement a même été obligé de faire appel des décisions rendues.  

   

Le Tribunal Militaire Permanent, selon les enquêtes du RJDH, a prononcé la quasi-totalité des peines en sursis. Les huit éléments de la sécurité présidentielle accusés de coups et blessure ayant entrainé la mort d’un jeune homme, ont écopé des peines avec sursis. Même peine pour un gendarme accusé de délit de pédophilie. Cependant, le gendarme accusé d’avoir violé une femme gardée à vue, a été libéré.

 

Ces jugements ont, semble-t-il, déçu le Commissaire du gouvernement qui a interjeté appel des décisions rendues par le Tribunal Militaire. De sources autorisées, la Cour d’appel est saisie afin de se pencher à nouveau sur ces cas, ceci à la demande du Commissaire du gouvernement.

 

Les jugements du tribunal sonnent, aux yeux de nombreux observateurs, comme une caution, un encouragement pour les soldats indisciplinés qui brillent par les violations des droits de l’homme dans l’exercice de leurs fonctions.

 

Au moment où le gouvernement amorce le réarmement des forces armées centrafricaines, il est impérieux que les soldats, auteurs de délits, soient condamnés en fonction des délits commis. Ceci donnerait le ton et servirait d’exemple. Malheureusement le tribunal militaire a, lors de sa dernière session, raté l’occasion de concrétiser la rupture et d’asseoir une nouvelle dynamique à la hauteur des réformes prônées par les nouvelles autorités en matière de justice militaire à travers le nouveau code militaire qui institue des tribunaux militaires dans plusieurs villes du pays.

 

 

Centrafrique L’Association « Zingo na Kwa» se propose de réhabiliter les terrains de Basketball de Bangui

 

PAR BIENVENU MATONGO LE 21 DÉCEMBRE 2017

 

BANGUI, 21 Décembre 2017 (RJDH)… L’Association des jeunes dénommée «Zingo na Kwa» projette dans la perspective de la recherche de la cohésion sociale de réhabiliter les terrains de Basket des 8 arrondissements de Bangui.

 

Michael Zarambo, Président de l’Association  Zingo na Kwa justifie l’organisation du tournoi basket pour la paix et la réconciliation. «Le lancement du projet consiste à réhabiliter les terrains des 8 arrondissements de Bangui par les jeunes bénéficiaires, par conséquent, il sera demandé à chaque arrondissement d’envoyer une ou deux représentants pour aider l’arrondissement bénéficiaire à faciliter la réhabilitation de leur terrain», a-t-il précisé

 

Ousmane Diakité du 3eme Arrondissement apprécie à sa juste valeur cette initiative «pour moi, cette activité nous aide à réhabiliter nos terrains, ce qui nous permettra aux jeunes de se retrouver pour échanger entre jeunes et conjuguer les efforts pour aboutir au vivre ensemble, la cohésion sociale et dire non aux actes de barbarie que certains jeunes entretiennent dans ce pays», a-t-il ajouté

 

Il informe de la date du démarrage de ce tournoi et révèle ses attentes «le démarrage du tournoi est prévu pour le 26 Janvier 2018, et nous recherchons le vivre ensemble, la cohésion sociale, et comptons passer un message de paix. Les travaux que ses jeunes vont réaliser rentre dans le cadre de l’initiation aux travaux manuels, la création d’un groupe soudé. Cela permettra d’inculquer aux jeunes des notions du respect du bien public. »

 

Pour lui, la destruction des biens publics semble rentrer dans les mœurs en Centrafrique depuis 1979 et ce travail communautaire donnera l’opportunité de conscientiser les jeunes sur l’obligation de préserver le bien commun.

 

La jeunesse représente le fer de lance d’un pays. L’appropriation du respect du bien d’autrui et des biens publics serait un gage pour le développement du pays.

 

 

Centrafrique : Des pertes matérielles importantes dans un accident de baleinière proche de Bangui

 

PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 21 DÉCEMBRE 2017

 

BANGUI, 21 décembre 2017 (RJDH)—Une baleinière en provenance de Kouango a chaviré le mercredi dernier à quelques kilomètres de Bangui. L’information est confirmée au RJDH par des sources proches du syndicat du personnel navigant.

 

« La Terre Promise », c’est le nom de la baleinière qui a chaviré. De sources bien informées, l’accident s’est produit après les célèbres rapides « Palambo » qui se trouvent entre Bangui et la ville de Kouango. Un responsable du syndicat du personnel navigant contacté par le RJDH relève qu’il y a eu  d’importants dégâts matériels lors de l’accident, «nous confirmons l’accident mais les informations en notre possession indiquent qu’il n’y a pas eu de perte en vie humaine. Ce sont les bœufs que transportait la baleinière qui sont morts en nombre impressionnant », confie-t-il.

 

Une autre baleinière a été dépêchée sur les lieux du naufrage pour ramener les passagers à Bangui, « nous avons décidé comme il est de coutume dans le cas d’espèce d’envoyer une embarcation de secours sur les lieux. L’équipe de secours est partie ce matin et d’ici demain vendredi, les passagers et les marchandises récupérées pourraient arriver à Bangui C’est au retour de cette mission de secours que l’on sera fixé sur les circonstances de ce naufrage et sur l’étendue des dégâts», explique un autre navigant rencontré au port Sao à Bangui.

 

Plusieurs sources contactées au ministère de la sécurité publique et au département des transports ont affirmé n’avoir pas encore d’information sur cet accident. Le secteur de transport fluvial n’est pas très bien contrôlé en Centrafrique. Les sociétés d’assurance n’acceptent pas de couvrir ces embarcations  de fortune construites sans respect des normes fixées en la matière et aussi à cause du taux élevé des accidents que ces embarcations hors normes engendrent et  surtout en saison sèche.

 

Cet accident est le second pour le mois en cours. Le 03 décembre dernier, une embarcation en provenance d’un marché hebdomadaire a fait naufrage. L’accident avait fait trois morts et d’importantes pertes de marchandises.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 23:29
De nouvelles dispositions pour l’amélioration de la compétitivité du port de Douala

 

 

 

Douala (Cameroun) décembre 21, 2017 à 15:04 (AP) –De nouvelles dispositions sont en cours d’application en vue de l’amélioration de la compétitivité de la place portuaire, a-t-on appris jeudi auprès des dirigeants du Port autonome de Douala (PAD)

 

Sous les auspices de Port synthèse, une structure qui englobe toutes les activités ayant un lien avec le port de Douala, la communauté portuaire est déterminée à rendre plus compétitive le port de Douala, l’objectif étant non seulement de conforter sa place de principale zone de transit avec plus de 90 pour cent des exportations et des importations camerounaises, mais également de certains pays de la sous-région à l’instar de la Centrafrique et du Tchad dépourvus de façade maritime.

 

 « Nous faisons tout ce qui est nécessaire en mettant en valeur les atouts du port de Douala, notamment l’évolution des paramètres de compétitivité. Nous avons démontré qu’à notre niveau, les marchandises ne traînent plus, que les navires attendent de moins en moins à la bouée de base, et que les tracasseries policières sont réduites », a déclaré Cyrus Ngo’o, président de Port Synthèse, directeur général du PAD.

 

C’est dans cette mouvance que s’inscrit l’ultimatum des dirigeants du PAD aux prestataires entre autres, des consignataires, amodiataires, acconiers et souteurs de « se mettre en règle sous peine de suspension ».

 

Ils ont pour objectifs de rendre fluide les activités, en évitant notamment l’engorgement de l’espace portuaire, de même que la réduction des délais de passage et la simplification des procédures de dédouanement font partie des priorités.

 

Au cœur de ce dispositif, la Centrafrique et le Tchad dont plus de 80 % du volume des marchandises transitent par le port de Douala.

 

Pour cela, « nous allons lever, les uns après les autres, les obstacles relevés par les acteurs. Nous avons pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour faciliter les opérations commerciales aux acteurs du Tchad et de la République centrafricaine », a rassuré le directeur général du PAD.

 

Un ensemble de mesures pour que le port de Douala soit encore plus compétitif.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 00:51
Pourquoi la livraison d'armes enchante les Centrafricains

 

 

 

http://www.dw.com 20.12.2017

 

Le gouvernement centrafricain a réceptionné la première livraison d’armes promises par la Russie. Il s’agit là d'une exemption accordée par l'ONU à Moscou à l'embargo sur les armes décrété sur la Centrafrique.

 

Moscou procède depuis le 19 décembre, à une livraison officielle d’armes à la République Centrafricaine. Le lot est composé entre autres de fusils d'assaut, de pistolets, et de RPG. La livraison est planifiée en trois phases : maintenant, en décembre, puis en février et en avril prochain 2018. Selon Bangui et Moscou, ces armes sont destinées à équiper les deux bataillons des forces armées centrafricaines (FACA) déjà formés par l'EUTM, la mission de formation militaire de l’Union Européenne.

 

"Le feu vert" a été donné au terme d'un long processus d'accord rompu à plusieurs reprises par les Occidentaux qui ont demandé davantage d'informations à Moscou.

 

Washington, Paris et Londres ont notamment réclamé à leur partenaire russe des mesures renforcées de stockage de ces armes en Centrafrique et de les identifier précisément avec des numéros de série, selon des sources diplomatiques.

 

La Centrafrique, où des groupes armés continuent de sévir, est visée par un embargo sur les armes depuis 2013. Les dirigeants centrafricains ont demandé, il y a quelques mois, à la Russie de leur fournir des armes pour des unités en cours de formation par l'Union européenne.

 

L’embargo qui pèse sur les armes à destination de la RCA depuis 2013 est considéré par les certains Centrafricains comme injuste alors que les rebelles parviennent, eux, toujours à s'armer.

 

"L'embargo a été injuste et n'a pas été efficace", a déclaré Christian Guenebem, ancien président du Conseil national de la jeunesse centrafricaine. (Écoutez l'audio en cliquant sur l'image).

 

Alarme de l’Unicef

 

Plus de la moitié des Centrafricains ayant besoin d'aide humanitaire sont des enfants. C’est ce qu’a annoncé le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, l’UNICEF.

 

Les enfants et les femmes sont les premières victimes d’après la représentante de l'UNICEF en République centrafricaine. Au moins 600.000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 00:08
Centrafrique : les députés de la Ouaka dénoncent l'inaction du gouvernement et de la MINUSCA

 

 

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 21-12-2017

 

Dix députés représentants les cinq sous-préfectures de la préfecture de la Ouaka déplorent le silence et l'inaction du gouvernement et également la passivité des forces de la mission onusienne en Centrafrique MINUSCA face aux violences et exactions perpétrées sur les populations par les groupes armés rivaux, a déclaré mercredi à Xinhua leur porte-parole, Davy-Victorien Yama.

 

D'après M. Yama, une partie de la préfecture de la Ouaka notamment les villes centrafricaines d'Ippy (centre-nord) et les villages de Ndassima, au nord-ouest de la ville centrafricaine de Bambari (centre), est retombée "dans un cycle de violence inouïe dû aux affrontement opposants les différents groupes armés sur le terrain".

 

Il a précisé que "ces affrontements ont causé plusieurs dizaines de morts et provoqué des déplacements massifs des populations d'Ippy et de Ndassima qui viennent chaque jour gonfler les rangs des personnes déplacées internes dans les différents sites existant à Bambari, Ippy, Bakala (centre-nord-ouest), et la commune d'élevage de Maloum".

 

Les députés ont également dénoncé "les violences aveugles, destructrices et inutiles qui n'ont que trop duré", s'indignant "face à la barbarie et aux atrocités" des groupes armés qui ont pris en otage des populations civiles innocentes et sans défense.

 

Ils se proposent d'effectuer dans les prochains jours dans les localités sinistrées une tournée pour rencontrer les autorités locales, les leaders religieux, les protagonistes, les acteurs humanitaires, les populations civiles et les victimes.

 

Malgré un appel lancé par ces députés à l'endroit des travailleurs humanitaires, sur place à Bambari, les humanitaires sont hésitants à cause du perpétuel mouvement des personnes en provenance d'Ippy et de Ndassima et des villages environnants. F

 

Source: Agence de presse Xinhua

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 23:57
RCA : les femmes et les enfants sont les premières victimes des violences (UNICEF)
RCA : les femmes et les enfants sont les premières victimes des violences (UNICEF)
RCA : les femmes et les enfants sont les premières victimes des violences (UNICEF)
RCA : les femmes et les enfants sont les premières victimes des violences (UNICEF)

 

 

 

http://www.afriquinfos.com  20 décembre 2017

 

Genève (© Afriquinfos 2017)- Dans un communiqué diffusé ce mardi,  le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), a affirmé que Plus de la moitié des Centrafricains ayant besoin d’aide humanitaire sont des enfants et des femmes.

 

« Les enfants et les femmes sont évidemment les premières victimes », a déclaré la représentante de l’UNICEF en République centrafricaine (RCA), Christine Muhigana, lors d’un point de presse à Genève. « 2017 a été une année très difficile pour les enfants et les femmes en RCA, et nous ne nous attendons malheureusement pas à une amélioration de la situation dans les mois à venir ».

 

La Centrafrique a connu une augmentation spectaculaire de la violence en 2017. Dans des régions auparavant instables, telles que le centre et le nord-ouest, la situation est restée très tendue. En outre, l’ensemble du sud-ouest, auparavant épargné par la crise, est aujourd’hui la région la plus touchée.

 

Dans ce contexte de regain de violence, l’accès humanitaire est constamment entravé par les activités des groupes criminels et armés. Cette année seulement, 14 travailleurs humanitaires ont perdu la vie dans le pays et les organisations humanitaires ont dû suspendre temporairement leurs activités dans plusieurs localités.

 

601.000 personnes sont déplacées à l’intérieur de la RCA (le même nombre qu’au début de l’année 2014) et 538.000 se sont réfugiées à l’étranger. C’est donc plus d’un Centrafricain sur cinq qui a été chassé de chez lui.

 

Les violences en RCA ont des conséquences néfastes sur le bien-être des enfants. 20% des écoles du pays sont fermées en raison de l’insécurité. Dans la moitié des établissements scolaires encore ouverts, la moitié des enseignants ne sont pas officiellement certifiés et sont appuyés par leurs communautés.

 

En 2017, les cas recensés de violations des droits des enfants centrafricains ont augmenté de 50%. « Et nous savons que les chiffres vérifiés ne sont que la partie emergée de l’iceberg en raison des restrictions sur l’accès humanitaire », a dit Mme Muhigana.

 

Dans ces conditions difficiles, l’UNICEF espère pouvoir fournir des espaces temporaires d’apprentissages pour 85.000 enfants en 2018. Mais l’agence a besoin de fonds pour financer ses activités, notamment la réintégration d’enfants soldats démobilisés et la poursuite de l’acheminement d’aide humanitaire dans les zones reculées.

 

En 2017, à peine 47% du financement humanitaire nécessaire a été reçu par l’UNICEF. En 2018, les besoins seront plus importants.

 

V.A

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 23:52
NOTE D’INFORMATION MINUSCA
NOTE D’INFORMATION MINUSCA

 

 

 

LA MINUSCA SALUE LA SIGNATURE, A BOUAR, DU PACTE DENGAGEMENT

ENTRE LES ANTI-BALAKA ET LES 3R POUR LA CESSATION DES HOSTILITES

 

Bangui le 20 décembre 2017 - La MINUSCA salue un moment fort de la réconciliation en RCA, à savoir la signature, vendredi dernier, du pacte dengagement entre anti-Balaka de Bouar et le groupe armé 3R pour la cessation des hostilités entre les deux groupes dans la région. Le document a été signé par les représentants des deux parties, en présence du sous-préfet et du maire de Bouar, du député de Bouar 4, dun conseiller à la Présidence de la République et dun représentant du Centre humanitaire pour le dialogue.

 

Conformément à laccord, les anti-Balaka de Bouar et le groupe armé 3R sengagent à cesser les hostilités entre eux et envers les populations civiles, avec notamment la création de zones sans armes», a déclaré mercredi lors de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, la porte-parole par intérim de la Mission, Mme Uwolowulakana Ikavi -Gbétanou.

 

Laccord prévoit aussi le partage dinformations entre les groupes armés et les leaders locaux en vue de créer un climat de confiance, ainsi que la réconciliation, la libre circulation des personnes et des biens, le retour des déplacés, ainsi que le libre accès aux lieux de santé et écoles.

 

Dans le cadre des efforts que la MINUSCA ne cesse de déployer pour le rétablissement durable de la paix et de la sécurité à Batangafo, la porte-parole par intérim de la Mission sest félicitée du déploiement, ce jour, dune équipe civile multidisciplinaire composée de personnel des affaires politiques, de la division des droit de lhomme et de la police des Nations Unies, qui vient sajouter à la présence de la Force et des Assistants de liaison communautaire déjà sur place. Léquipé sera à lécoute de la population et travaillera, en étroite collaboration avec les autorités et les leaders locaux sur place,  afin dengager un dialogue permanent avec les groupes armés pour renforcer la paix, le vivre-ensemble et la cohésion sociale dans la localité conformément au mandat de la Mission, a-t-elle indiqué. 

 

En ce qui concerne la restauration de lautorité de létat, Mme Ikavi-Gbétanou sest félicitée du déploiement des préfets et sous-préfets sur le territoire national qui se poursuit avec, très prochainement, le déploiement des collectivités à Mobaye, dans la Basse-Kotto. La Mission soutien également dautres institutions et services afin de renforcer la présence de l Etat à lintérieur du pays. Ainsi, après des discussions avec le ministère de l'Éducation, la MINUSCA assurera le déploiement de 26 enseignants dans la préfecture de Vakaga au début de la semaine prochaine pour renforcer les activités scolaires dans la préfecture qui devrait reprendre début janvier 2018, a indiqué la porte-parole par intérim.

 

La conférence de presse a été l’occasion pour Mme Uwolowulakana Ikavi–Gbétanou de souligner à l’attention des medias que « 40 éléments de Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), 2 Anti balaka, branche Mokom et un combattant du Rassemblement Patriotique pour le Renouveau de la Centrafrique (RPRC) ont été désarmés et démobilisés à Bambari. A cet effet, « 23 armes, 7 roquettes, 2 mortiers et 31 munitions ont été collectés », a-t-elle dit, rappelant qu’à Bangui, « 74 combattants dont 8 femmes ont été désarmés et démobilisés les 12 au 13 décembre 2017 ».

 

De son côté, le porte-parole de la composante police de la MINUSCA,  le Lieutenant-colonel Oana Andreea Popescu, est revenue sur la cérémonie douverture officielle du Commissariat de Bambari en présence du ministre centrafricain de lIntérieur et de la Sécurité publique. Selon elle, « 30 policiers sont affectés dans le service et recevront lappui total de la Police de la MINUSCA déjà présente dans la ville depuis 2015 avec quelque 148 hommes ». La composante police de la MINUSCA a également organisé une formation aux techniques et tactiques dintervention spécialisée au profit de 55 forces de sécurité intérieures dont quatre personnels féminins a été clôturée le 15 décembre 2017 après  6 semaines de formation intensive pratique à lécole nationale de police de Bangui. 

 

Pour sa part, le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel Côme Ndayiragije, a présenté les mesures prises par la Force de la MINUSCA, conjointement avec lUNPol et les Forces de sécurité intérieures pour sécuriser les fêtes de fin dannée dans le pays. « Outre la multiplication des patrouilles motorisées et pédestres, la Force a procédé au  renforcement des mesures de sécurité au niveau des différents points de contrôles, rendant ainsi davantage dissuasive sa présence, a-t-il indiqué. 

___________________________________________________________________

 

Division de Communication Stratégique et d'information publique 

MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine 

https://minusca.unmissions.org  | @UN_CAR |

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 23:41
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Le député de Paoua s’indigne du pouvoir limité de la justice

 

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 20 DÉCEMBRE 2017

 

 

PAOUA, 20 Décembre 2017 (RJDH) – Le député de Paoua, Lucien Mbaïgoto, se dit indigné de la présence massive des groupes armés handicapant le fonctionnement des services judiciaires à Paoua, au nord du pays. Il a exprimé son inquiétude au RJDH ce mercredi 20 décembre en se basant sur la recrudescence de l’insécurité dans la ville.

 

Le DDR pilote a été effectué à Paoua, des armes ont été ramassées. De nos jours, les autorités de cette localité dénoncent une circulation massive des armes. C’est dans ce contexte que le député de Paoua, a fustigé la limitation du fonctionnement des magistrats, parce que les enquêtes menées par les OPJ ne se limitent qu’au centre urbain.

 

Lucien Mbaïgoto député de Paoua, a souligné que le fonctionnement du tribunal de grande instance de Paoua ne se limite qu’en ville, «toute l’équipe travaille, mais l’insécurité ambiante freine l’extension des enquêtes en dehors de la ville. Après la mort d’un  leader des groupes armés, nous avons constaté un renforcement en effectif et en armes », a témoigné le parlementaire.

 

Sa suggestion s’est orientée vers le déploiement de la garde républicaine, «les forces de l’ordre et de sécurité sont en nombre insuffisant et il leur manque des équipements adéquats, alors que les groupes nuisibles sont lourdement armés », a-t-il constaté.

 

Une source proche du tribunal de grande instance de Paoua, a confirmé le fait de la limitation des tâches des magistrats confinés au centre urbain «c’est vrai que les services judiciaires fonctionnent à Paoua. Les enquêtes ne sont pas menées au-delà des cinq kilomètres. Notre indépendance est menacée. Il nous manque des gardes rapprochées pour notre sécurité. L’accès aux zones sensibles pour traquer les présumés auteurs des infractions est difficile », a affirmé cette source judiciaire.

 

La semaine dernière, malgré la présence régulière des hommes armés, le tribunal de grande instance de Paoua a jugé et transféré à Bouar et à Bangui des personnes condamnées

 

 

Centrafrique : Les Banguissois dans la fièvre de Noël

 

PAR CHRSITELLE ADRISSE-KOMESSE LE 20 DÉCEMBRE 2017

 

BANGUI, 20 décembre 2017 (RJDH)—La ville de Bangui vit depuis une semaine au rythme de la fête de Noël qui sera célébrée le 25 décembre. Cette fête chrétienne qui commémore la naissance du Christ profite aux jeunes évoluant dans le secteur informel. C’est une occasion en or pour ces jeunes de se faire un peu d’argent à travers la vente de jouets divers depuis la crèche jusqu’aux poupées pour terminer par des jouets dangereux tels des pétards, des fusils mitrailleurs pour ne citer que ceux-là. Les parents se bousculent dans les supermarchés et les points de vente improvisés pour la circonstance pour s’approvisionner faisant vibrer la ville dans une fébrilité digne d’un immense arbre de Noël. Un constat fait par le RJDH  ce matin dans les marchés de Bangui.

 

Il est 10 heures du matin. Nous sommes au carrefour du Pk0 où le soleil brille de pleins feux. La route est saturée par la circulation des voitures ainsi que celle des piétons. Une ambiance folle s’empare de la ville qui, pour cette circonstance, a revêtu ses beaux atours.

 

Bien que les jouets pullulent dans les points de vente, les prix galopent et contrairement à l’année dernière connaissent une surenchère, ce qui fait dire à une mère de famille : «Je suis là pour les achats des jouets pour mes enfants mais hélas, je suis dépassée par le prix qui est deux fois plus élevé que l’année dernière. Je ne sais que faire. J’espère qu’ils me feront une remise».

 

Des enfants animés à l’idée d’acheter leurs jouets comme cette petite fille rencontrée avec sa maman au supermarché Rayan qui déclare : « je suis très contente d’être là avec maman, je vais enfin choisir les jouets qui me plaisent»

 

Un jeune commerçant de jouets installé juste au carrefour de PK0 nous parle également de ces préparatifs: «les préparatifs se passent à merveille, je vends  toutes sortes de jouets tels des poupées, des ballons et plein d’autres jouets. Il y’a beaucoup de monde aujourd’hui, mais le marché est un peu dur. On espère que tout ira pour le mieux une fois que les fonctionnaires et agents de l’Etat sans oublier les travailleurs du secteur privé et ceux de l’informel disposeront de leur salaire avant Noël, ce qui nous fera faire des bonnes affaires».

 

La fête de Noël qui se célèbre chaque année constitue à n’en point douter une occasion de réjouissance car on la célèbre en famille et l’on fait honneur aux enfants. Mais là où le bât blesse est que les dépenses que l’on y engage font grincer des dents et le réveil de l’après-fête est souvent douloureux. Il est certes très louable de fêter ses enfants en leur achetant des jouets mais faut-il pour ce faire se ruiner pour ensuite se plonger après la fête dans des dettes? Aussi la qualité des jouets importe beaucoup pour l’éducation des enfants car les jouets représentant les armes peuvent les prédisposer à une propension à la violence. Des jouets instructifs ne manquent pourtant pas dans les lots de jouets. Réfléchissons-y et Joyeux Noël à tous!

 

 

Centrafrique : Le RJDH-RCA dans la dynamique du lancement d’une radio FM à Bangui

 

 

PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 20 DÉCEMBRE 2017

 

BANGUI, 20 décembre 2017 (RJDH)—A l’occasion de son 7e anniversaire ce 20 décembre 2017, le coordonnateur du Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme en Centrafrique (RJDH-RCA), Thierry Khondé a annoncé dans une interviews le lancement prochain d’une station Radio FM à Bangui. Cette radio, qui est une exigence des auditeurs est appuyée par le gouvernement américain à travers l’ONG Internews RCA.

 

Le RJDH-RCA, crée le 20 décembre 2010 totalise 7 ans ce 20 décembre 2017. C’est dans ce contexte que Thierry Khondé, coordonnateur de cette structure de la promotion des droits de l’homme a annoncé la fréquence RJDH avant de brosser les perspectives de cette organisation.

 

« 7 ans pour nous, c’est comme un enfant qui connait déjà le feu, le miel et beaucoup de choses. Nous sommes fier pour le travail d’équipe et l’accompagnement des partenaires qui nous ont conduit aujourd’hui à vouloir lancer notre radio », a signifié Thierry Khondé.

 

Cette station Radio FM s’inscrit dans le cadre du projet Connect qui consiste à connecter les communautés aux réformes nationales après les élections afin d’inciter les réfugiés à revenir volontairement au pays. «C’est sur financement de l’USAID que l’ONG Internews met à notre disposition des matériels pour la radio afin de nous aider à amorcer le véritable processus d’autonomisation, après 7 ans d’accompagnement. Les détails sur la radio seront donnés après la réponse du Haut Conseil de la Communication en ce qui concerne l’attribution de la fréquence. Mais je tiens à vous dire que c’est une radio thématique, d’intérêt public et les émissions seront animées beaucoup plus par des organisations gouvernementales et non gouvernementales», a précisé le Coordonnateur du RJDH.

 

Thierry Khondé, n’a pas manqué de souligner d’autres projets avec des partenaires qui soutiennent son organisation, « avec Cordaid, il s’agit du projet partenariat stratégique autour des victimes de la crise. Nous favorisons l’accès à la justice des victimes et la lutte contre les violences basées sur le genre. Avec l’ONG IRI, c’est pour accompagner l’installation des nouvelles autorités après les élections et l’explication de leurs rôles à la population. Nous avons aussi un projet avec la Division des Droits de l’Homme de la Minusca, qui a négocié avec le gouvernement pour nous donner un terrain afin de construire notre siège. Là, nous allons créer un centre pour l’enregistrement des discours haineux  afin de proposer les émissions d’apaisement. Nous travaillons d’une manière spontanée et parfois régulière avec plusieurs organisations humanitaires, de défense des droits de l’Homme et le gouvernement», a-t-il souligné.

 

Plusieurs reformes ont été menées, selon le coordonnateur du RJDH, notamment la mise en place du premier Conseil d’Administration en octobre dernier mais aussi des perspectives relatives à la création de l’application RJDH-RCA et la radio web.

 

Quelques difficultés ont été aussi évoquées par le Coordonnateur du RJDH-RCA Thierry Khondé qui a dit en substance  D’abord le manque des ressources financières en dehors des projets qu’on pilote avec les partenaires et surtout l’insécurité qui empêche certains correspondants à faire convenablement leur travail ou qui souvent sont contraints à quitter leurs villes. On se bat avec Internews pour créer un modèle économique à travers un consultant qu’on attend d’ici là et nous faisons tout pour que la radio qui va naître soulage aussi le RJDH-RCA» 

 

Le RJDH-RCA, créé en 2010 compte aujourd’hui 20 journalistes et plus de 30 correspondants dans les communautés et dans les radios communautaires. Il a pour mission d’assurer la promotion des Droits de l’Homme par l’information et la communication.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 22:49
Nécrologie : Célestin Leroy GAOMBALET n’est plus

 

 

Banquier ancien DG de la BDEAC, ancien Premier Ministre de François Bozizé et ancien Président de l’Assemblée nationales sous le règne du même François Bozizé, Célestin Leroy GAOMBALET n’est plus.

 

La rédaction de Centrafrique-Presse adresse à sa famille et ses proches, ses condoléances les plus attristées.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com
19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 21:58

 

 

 

Alors que les équipements techniques prévus par TELECEL pour le site 100% solaire de la ville de KOUI étaient déjà prêts depuis un an mais stockés et mis à l’abri à BOCARANGA à cause de l’insécurité endémique dans le coin, ce qui n’a évidemment pas permis leur installation. Le premier décembre dernier, une équipe de techniciens et commerciaux de cet opérateur de téléphonie mobile, a pu courageusement se rendre à moto à KOUI où contre toute attente, elle a reçu un accueil délirant pour ne pas dire triomphal des habitants et autorités de la ville qui ont immédiatement plaidé auprès de TELECEL GLOBAL pour la couverture de la ville de SANGUERELIM et autres..

 

Plus surprenant encore, même les éléments du groupe armé des 3R du général SIDIKI et ce dernier aussi, ont consenti à quitter leur quartier général pour effectuer vingt kilomètres afin de venir à KOUI saluer les agents de TELECEL GLOBAL et prendre part aux réjouissances et festivités populaires de la mise en service du réseau téléphonique. C’est bien la preuve s’il en était besoin, que le téléphone et la connexion internet sont utiles à tout le monde y compris aux groupes armés souvent contraints à l’utilisation coûteuse de terminaux Thuraya et autre téléphonie satellitaire.

 

Ce qui s’est passé à KOUI s’est également produit un jour plus tôt à Birao où des employés et responsables de TELECEL GLOBAL dont le patron Laurent FOUCHER en personne, se sont rendus pour visiter le nouveau site 100% solaire récemment mis en service et ont eu l’agréable surprise d’être chaleureusement accueillis par des femmes très enthousiastes de Birao qui se sont rendues directement les attendre sur le site TELECEL GLOBAL de la ville. Les images de l’accueil chaleureux réservé aux équipes de TELECEL dans les villes de Birao et KOUI parlent d’elles-mêmes et méritent d’être montrées à l’opinion en témoignage des efforts combien appréciables accomplis par les responsables de TELECEL GLOBAL pour le désenclavement de notre pays par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

 

Les responsables de TELECEL GLOBAL et toute l'équipe technique autour du DG Abdallah ELKABDANI n'entendent pas rester en si bon chemin et programment pour 2018 la connexion de plusieurs autres ville sur toute l'étendue du territoire centrafricain. Ils viennent de lancer un nouveau produit, "LIBERTE" que la clientèle du leader de la téléphonie mobile va sans doute grandement savourer.

 

BRAVO TELECEL !

ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
ACCUEIL CHALEUREUX DE TELECEL GLOBAL PAR LES POPULATIONS DES VILLES ET LOCALITES CONNECTEES AU RESEAU
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com