Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 10:32

 

       

 

APA Bangui (Centrafrique) 2015-06-11 04:07:07 L’ancien international français de football, David Trezeguet, séjourne à Bangui, avec son ancien club italien de la Juventus de Turin, à l’invitation de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), dans le cadre d’une opération destinée à contribuer au retour de la paix en Centrafrique.


Trézeguet est arrivé mardi dernier dans la capitale, centrafricaine pour une visite de 48 heures en Centrafrique au cours de laquelle il doit livrer un match de gala et animer des stages de formation au profit de jeunes footballeurs centrafricains de moins de quinze ans.


Outre ce stage de football, Trézéguet et la Juve vont également remettre des équipements sportifs à  des associations de jeunes et jouer un match de gala.

La Juventus de Turin finance, depuis un certain temps, la formation de jeunes centrafricains à  l'école des métiers et des arts de Bangui par le biais du bureau de l'Unesco en Centrafrique.


L'appui du club italien a pour but d'aider les jeunes centrafricains à  sortir de la pauvreté et de la précarité grâce à  l'apprentissage d'un métier qui leur permettrait de gagner honnêtement leur vie, afin de ne plus être à  la merci des bandes armées.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=826101#sthash.oNaTv3eZ.dpuf

 

Retour de la paix en Centrafrique : La contribution de David Trézéguet et de la Juventus de Turin
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 08:45

 

 

 

 

2015

 

Communiqué de presse n°2

 

Le 29 mai 2015, s’est tenue à Toulouse une conférence sur le Devoir de mémoire. Monsieur Djillali Lahiani représentant le Maire de Toulouse a honoré de sa présence cette séance d’opinions croisées avant de se retirer pour d’autres obligations.

 

L’occasion nous a permis de débattre de l’enjeu de la diversité culturelle à la lumière de l’exemple des efforts de la communauté rwandaise couronnés par 6 lieux de mémoire à travers la France. Mme Julienne Mukabucyana, originaire du Rwanda et présidente de l’association VUMILIA AFRICA nous a tenu un brillant exposé sur ce qu’on pourrait appeler à juste titre l’école rwandaise du devoir de mémoire. L’intervenante qui a généreusement accepté notre invitation a remplacé Mme Karine Gomès, présidente de l’amicale des guyanais et des antillais de la région toulousaine AGART. Empêchée au dernier moment, Mme Gomès devrait nous présenter le Mémorial Acte inauguré le 10 mai dernier en Guyane. La séance s’est clôturée sur deux interventions de M Emmanuel Olivier Gabirault, entre autres ancien Ministre centrafricain, ancien Député, ancien Maire de Bangui et présentement Président de la Coordination Générale des centrafricains de France. Ce dernier nous a rappelé la mémoire de Barthélemy Boganda et exposé un compte-rendu du Forum de la réconciliation centrafricaine tenu à Bangui du 4 au 11 mai 2015.

 

En prélude à cette conférence, il a été souligné que des méandres de l’assimilation et de l’intégration, de la mosaïque de la diversité culturelle à l’exigence d’une mémoire collective, nait une actualité qui nous rappelle sans cesse et souvent cruellement que les peuples qui oublient leur passé se condamnent à le revivre. Ainsi, à l’issue des échanges et dans l’esprit du Pacte républicain pour la paix, la réconciliation nationale et la reconstruction en République Centrafricaine, pacte issu du Forum national de Bangui du 4 au 11 mai 2015, l’association Fraternité Boganda a lancé un appel à la création d’un édifice à la mémoire de toutes les victimes des violations des droits humains en République Centrafricaine. Le Mémorial des droits sacrés sera érigé en terre centrafricaine, pays de Zo Kwè Zo, pour rappeler à tout citoyen quel qu’il soit et ce en toute circonstance le caractère intemporel, inaliénable et sacré des droits de l’homme pour que jamais et plus jamais, aucun enfant de famille pauvre ou non, orphelin ou abandonné, ne serve cyniquement et impunément de chair à canon, pour que cesse la banalisation des violations des droits humains...

 

En vue de la réalisation du projet, il sera fait appel à :

 

- Un Comité d’honneur composé de personnalités reconnues pour leurs compétences, expériences sociales dans les domaines de transmission de l’histoire, d’enseignement, de recherche, de conservation, pour leur humanisme, leurs actions en faveur de la paix…

 

- Un Comité scientifique à charge principale de conseils et d’orientation technique

 

- Un concours international d’architecture

 

- Un financement participatif

 

Outil d’expressions, de réflexion, de prise de conscience, d’ouverture d’esprit et de cohésion sociale, le Mémorial des droits sacrés sera un lieu hautement symbolique, éducatif, informatif et tourné vers le futur.

 

Fait à Toulouse, le 9 juin 2015

 

Pour l’Association Fraternité Boganda,

 

Jean-Boniface Tom

SEMAINE CULTURELLE CENTRAFRICAINE DE TOULOUSE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 08:34

 

 

 

Décédé le 04 juin 2015 à Bordeaux

 

 

Vendredi 12 juin 2015

 

Dépositoire de l’Hôpital Pellegrin de Bordeaux

 

         15h  - Mise en bière

 

         15h15  - Prière, Recueillement et chants

 

         15h30  - Fermeture de cercueil

 

         16h30  - Collation au 24, Rue Camille Pelletan 33150 Cenon

             Tram ligne A direction Draveront  Arrêt : Palmer

 

         20h30  - Remerciement

 

         21h00  - Fin de cérémonie.

 

Samedi 13 juin 2015

 

POMPES FUNEBRES ROC-ECLERC

 

20, Rue Emmanuel Rain


95500 Gonesse

 

            15h00  - Exposition

 

            15h 15 - Prière, Recueillement et chants

 

            16h00  - Fin de de cérémonie.

 

Mardi 16 juin 2015 : Départ de la dépouille pour Bangui sur vol régulier d'Air France

 

 

 

BIOGRAPHIE

 

Christian est né le 28 avril 1970 à Yaoundé (République du Cameroun

Décédé le 04 juin 2015 à Bordeaux (France), des suites de maladie

 

CURSUS SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE

 

1980 :    Ecole ASSANA II à Bangui  (RCA) Diplôme CEPE)

1986 :    Fraternité (R.P. Congo) : Diplôme BEMG

1990 :    Lycée Barthélémy Boganda (RCA) : Bac D

1995 :    Université de Bangui (RCA) :      Licence de Gestion

1997 :    FASEG à Abidjan :           Maîtrise

 

VIE FAMILIALE

 

Nom du Père : MBERYO Salomon

Nom de la mère MBERYO née ZE ZANG NGONO Brigitte

 

Marié à MANIRAKIZA Géraldine

 

Père de          

-    Brigitte Lys Raelle

  • Célyne Laurine
  • Aimée Guiliane
  • Sylvie Michaela

 

 VIE PROFESSIONNELLE

 

Emplois précédent s:

Inspecteur des  Impôts  au Ministère des Finances – Bangui  (RCA)

Assistant des Chargés de Mission au  Ministère des Finances et du Budget

 

 

04/02/2002 :      Recrutement à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC)

01/03/2003 :      Titularisation en qualité de Chargé d’Etudes à la Direction de l’Inspection

01/01/2010 :      Grade Chef d’Etudes

01/01/203 :         Grade de Chef d’Etudes Principal

01/01/2014 :      Grade de Fondé de Pouvoir

PROGRAMME DE MISE EN BIERE ET DE LA LEVEE DE CORPS Du Regretté Christian Aimé MBERYO
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 08:27

 

 

APA 11/06/2015 à 05:20 UTC

 

Le Pape François est attendu à Bangui en novembre prochain pour une visite pastorale, la 2ème d’un Souverain Pontife en Centrafrique après celle effectuée par Jean Paul II en 198

 

La visite du Pape François en Centrafrique, sa première dans un pays africain, a été annoncée par le représentant du Saint siège en Centrafrique et au Tchad, Mgr Francisco Capulo, dans une déclaration à  la presse, à  l’issue d’une audience auprès de la présidente de la Transition, Catherine Samba, lundi dernier.

 

Le représentant du Saint Siège a invité les autorités centrafricaines à  s’impliquer dans les préparatifs de la visite papale.

 

Selon Mgr Francisco, le Saint Père est très touché par la situation en Centrafrique et demande que les Centrafricains vivent dans la paix et dans la cohésion sociale comme auparavant.

.

Copyright : © APA

Le Pape François attendu à Bangui en novembre prochain
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 08:25

 

 

 

http://mondafrique.com    Confidentiels - Par La rédaction de "Mondafrique" - 04 Juin, 2015

 

En poste à Bangui depuis 2013, l’ambassadeur de France en Centrafrique Charles Malinas a tenté de désamorcer la crise entre le pouvoir de transition de Catherine Samba-Panza (CSP) et l’ancien ministre Karim Meckassaoua qui s’était vu retirer son passeport le 12 mai dernier alors qu’il s’apprêtait à reprendre le vol Brazzaville-Bangui de la compagnie angolaise TAAG Angola.

 

Le diplomate français a négocié un compromis entre les deux parties qui prévoit que le ministre de la sécurité publique Nicaise Samedi Karnou rende son passeport à Meckassoua qui, en échange, devait renoncer à porter l’affaire devant la justice. De passage dans son pays pour le Forum de réconciliation nationale, l’ancien ministre des Télécommunications du président François Bozizé a décliné l’arrangement trouvé par le diplomate français, préférant porter l’affaire devant le tribunal de Grande Instance de Bangui.

 

Dans l’ordonnance rendue le 28 mai, le Tribunal a constaté « la voie de fait à l’égard du sieur Karim Meckassoua et ordonné au Ministère de la Sécurité publique de restituer dès notification de la présente ordonnance le passeport de sieur Meckassoua et qu’il soit laissé libre de voyager ». Proche du président Sassou Nguesso, qu’il représente dans les conseils d’administration de plusieurs sociétés dont Servair Congo, Karim Meckassoua n’a pu récupérer son passeport que le mercredi 2 juin. Il s’est envolé le même jour pour la capitale congolaise. Selon son entourage, le retrait du passeport n’est qu’une mesure dans la longue série de manœuvres visant à empêcher l’ancien ministre de se porter candidat à la prochaine présidentielle.

Lu pour vous : L’ambassadeur de France en Centrafrique, médiateur entre Catherine Samba-Panza et Karim Meckassoua
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 08:19
Communiqué de l'ex-Séléka tendance Nouredine Adam
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 23:37

 

 

 

http://mondafrique.com   decryptages - Par La rédaction de "Mondafrique" - Publié le 10 Juin, 2015

 

En intégrant le comité international de soutien à la candidature de Zéphirin Diabré, ancien cadre d'Areva, aux présidentielles du Burkina Faso, l'ancienne patronne du groupe nucléaire français signe son retour sur la scène africaine.

 

Décidément, elle ne peut plus s’en passer ! Ex-patronne du géant français du nucléaire Areva Anne Lauvergeon va faire son retour en Afrique, continent qui n’a plus de secret pour elle depuis la « l’affaire UraMin », qualifiée par Le Monde du doux euphémisme de « ténébreuse ».

 

Soutien à Zéphirin Diabré

 

Cette fois-ci, c’est via la petite porte de la politique et la grande du Burkina Faso qu’«Atomic Anne » est en phase d’approche du terrain africain. Selon nos informations, Anne Lauvergeon vient en effet d’être désignée en seconde position du comité international de soutien à la candidature de Zéphirin Diabré à la prochaine présidentielle au Burkina Faso. Etant rappelé que, du temps de sa traversée du désert, le très libéral président de l’UPC a travaillé longtemps en tant que chargé de l'Afrique et du Moyen-Orient pour Areva, dans le giron de l’ex-sherpa du président Mitterrand, la présence d’Anne Lauvergeon en si bonne place dans son comité de soutien ne saurait surprendre. D’autant que l’avocat Michel Langa a été désigné président provisoire de ce comité de soutien.

 

Quand on sait les liens et réseaux que cet homme d'influence a tissé en Afrique comme dans la presse française, nul doute qu’avec l'appui et la force de frappe d’Anne Lauvergeon en Afrique, la future campagne de Zéphirin Diabré promet d’être à tout le moins radio-active.

 

 

 

 

Lu pour vous : Le retour d’“Atomic Anne” en Afrique
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 10:59

 

 

 

COMMUNIQUE

 

 

•          Les experts en paludisme et les dirigeants de plus de 35 pays africains se réunissent pour étudier des stratégies innovantes afin de passer du contrôle du paludisme à son élimination.

 

•          Cette réunion, organisée par Novartis, encourage le partage des bonnes pratiques et aide à accélérer les mesures pour atteindre le nouvel objectif de l'OMS qui souhaite réduire la charge du paludisme de 90 % d'ici 2030.

 

•          Des menaces croissantes, parmi lesquelles un financement insuffisant, l'apparition d'une résistance aux médicaments et la progression de maladies comme Ebola, pourraient anéantir les efforts faute de réaction.

 

MAPUTO, Mozambique, 10 juin 2015/ -- Novartis (NVS) (http://www.novartis.com) lance aujourd'hui le 14e Atelier de partage des meilleures pratiques des Programmes nationaux de lutte contre le paludisme (PNLP). L'Afrique est à un carrefour dans la lutte contre le paludisme. Cette rencontre permettra aux experts en paludisme de plus de 35 pays africains de discuter de la nécessité de disposer de nouveaux outils et stratégies innovants pour éliminer le paludisme.

  

« Cette discussion ne pouvait pas mieux tomber dans la mesure où la Communauté de développement de l'Afrique australe a déjà avancé dans le programme d'élimination en sélectionnant huit pays pilotes pour la campagne d'élimination », a déclaré Nazira Abdula, la ministre mozambicaine de la Santé.

 

Cet atelier de trois jours, organisé par Novartis, avec le soutien d'organisations internationales comme l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et le Malaria Consortium, se concentrera sur la « stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030 » de l'OMS qui vise à accélérer les progrès dans la lutte contre le paludisme. Les responsables des PNLP discuteront des progrès techniques réalisés à ce jour et de la manière dont ces outils peuvent être mis en œuvre et améliorés pour atteindre le nouvel objectif de l'OMS qui souhaite réduire la charge de morbidité et de mortalité due au paludisme de 90 % d'ici 2030(1).

 

« Novartis est fière de proposer cette plateforme unique, a déclaré Linus Igwemezie, responsable de l'initiative Novartis contre le paludisme (Novartis Malaria Initiative). Ces rencontres ont été conçues pour les membres des PNLP par des membres des PNLP afin d'élaborer de nouvelles idées et stratégies pour éliminer cette maladie mortelle. »

 

La réunion des PNLP survient alors que le monde a atteint une étape décisive dans la lutte contre le paludisme : depuis 2000, à l'échelle mondiale, le taux de mortalité du paludisme a diminué de 47 %1, ce qui a aidé la communauté qui lutte contre le paludisme à comprendre que l'élimination est possible. Cependant, de nouvelles menaces, comme un financement insuffisant, l'apparition d'une résistance aux médicaments et la progression de maladies comme Ebola, pourraient anéantir les efforts faute de réaction.

 

Simon Kunene, responsable du PNLP du Swaziland a déclaré : « Ces réunions des PNLP sont des plateformes importantes pour partager les meilleures pratiques à l'échelle du continent et accélérer le progrès. Le Kenya, par exemple, a amélioré de manière significative la qualité de sa gestion des cas de paludisme depuis la mise en œuvre de la nouvelle politique qui requiert un test de diagnostic avant le traitement. Il en va de même dans toute la Communauté de développement de l'Afrique australe qui a apporté des améliorations considérables à la gestion des cas après avoir harmonisé les protocoles de traitement dans la région. Dans mon pays, le Swaziland, nous avons fait d'énormes progrès en vue de l'élimination du paludisme grâce à une meilleure surveillance de la maladie, un élément crucial puisqu'il permet aux responsables du programme d'affecter leurs ressources. »

 

Depuis le premier atelier en 2006, cet événement unique constitue une plateforme pour partager les expériences et les meilleures pratiques en matière de gestion du paludisme. Des projets révolutionnaires ont vu le jour grâce à ces rencontres, comme le programme « SMS for Life » destiné à mieux gérer les stocks dans les dispensaires ruraux et le développement de Coartem® Dispersible, la première ACT (association thérapeutique à base d'artémisinine) pour nourrissons et enfants (de 5 kg ou plus) mise au point en collaboration avec Medicines for Malaria Venture (MMV).

 

Distribué par APO (African Press Organization) pour Novartis International AG.

Novartis organise une rencontre panafricaine afin d'accélérer l'élimination du paludisme
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 10:43

 

 

 


Les chimpanzés sauvages ne dédaignent pas l'alcool. Et lorsque les villageois proches de leur habitat fabriquent du vin de palme, ils n'hésitent pas à le déguster, en se servant de feuilles prémâchées qui jouent le rôle d'éponge, souligne une étude publiée mercredi.


Les grands singes africains et les humains partagent une mutation génétique qui leur permet de métaboliser efficacement l'alcool, rappelle cette étude parue dans "Royal Society Open Science". On sait également que le chimpanzé étant frugivore, il peut être amené parfois à manger des fruits pourris tombés au sol et dont la fermentation donne de l'éthanol (alcool).


Mais c'est la première fois qu'une enquête met en évidence la consommation volontaire, répétée et sur le long terme d'éthanol par des chimpanzés sauvages vivant dans la communauté de Bossou en Guinée (Afrique de l'Ouest), selon cette étude qui porte sur la période allant de 1995 à 2012.


"Cela étaie l'idée selon laquelle le dernier ancêtre commun des grands singes africains actuels et des hommes modernes n'avait pas d'aversion à ingérer des aliments contenant de l'éthanol", relève l'étude menée notamment par Kimberley Hockings, de l'Oxford Brookes University (GB).



Sève de raphia


A Bossou, les villageois ont l'habitude de recueillir la sève sucrée des raphias, un genre de palmier, en les perçant et en fixant un récipient sur l'arbre. Ce collecteur en plastique est recouvert de feuilles pour protéger le liquide qui fermente rapidement et donne de l'éthanol. La sève fermentée, qui sert à faire du vin de palme, est récoltée deux fois par jour par les villageois.


Pour accéder au nectar, les chimpanzés (Pan troglodytes) utilisent des feuilles comme ils le font souvent pour ingérer un liquide. Ils les mâchent pour produire une sorte d'éponge. Ils plongent ensuite cet outil dans le liquide avant de le remettre dans la bouche.


Sur une période de 17 ans, les chercheurs ont observé 51 scènes où des chimpanzés ont absorbé de la sève alcoolisée. Parfois, ils se sont mis à plusieurs (20 fois).

Treize singes, adultes et jeunes, mâles et femelles, ont absorbé ce liquide sur les 26 de la communauté (hors petits). Les moins de trois ans n'étaient pas concernés car ils ne savent pas fabriquer l'outil.


En grande quantité


"Les chimpanzés de Bossou ingèrent le breuvage souvent en grande quantité en dépit d'un taux d'éthanol allant de 3,1% à 6,9%", -l'équivalent d'une bière-, souligne l'étude. Certains "montrent des signes d'ébriété".


"Les chercheurs recueillent rarement des données sur le comportement des singes après l'exposition à l'éthanol mais certains buveurs se sont reposés juste après avoir bu", souligne l'étude.


La sève de palmier est pleine de vitamines et de minéraux. Elle apporte de l'énergie grâce à son sucre qui la rend plaisante en goût même avec de l'éthanol.

Toutefois, les chercheurs ne pensent pas que l'ingestion d'éthanol soit accidentelle. En tout cas la présence d'éthanol ne dissuade par les chimpanzés, souligne l'étude.


(ats / 10.06.2015 11h09)

Les chimpanzés sauvages se régalent de vin de palme
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 10:23

 

 

 

 

ABIDJAN, 10/06/15 (Xinhua) -- La Centrafrique veut s'inspirer de l'exemple de la Côte d'Ivoire en matière de désarmement et de démobilisation des ex-combattants, a indiqué mardi un responsable ivoirien.

 

"Le ministre centrafricain des Affaires étrangères a demandé aux autorités ivoiriennes que son pays bénéficie de l'expérience de la Côte d'Ivoire en matière de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR) des ex-combattants", a déclaré le directeur de cabinet adjoint du ministre ivoirien de l'Intérieur, Vincent Toh Bi, lors d'une rencontre avec des acteurs du processus DDR.

 

Pour M. Toh Bi, la Côte d'Ivoire se présente comme un exemple en la matière, vu l'existence d'un programme précis et d'une structure en charge du désarmement et de la réinsertion des anciens combattants de la crise ivoirienne.

 

Lors de sa rencontre avec des autorités ivoiriennes, le ministre centrafricain des Affaires étrangères Toussaint Kongo-Doudou a noté que cette volonté s'agit de s'inspirer de manière globale du modèle ivoirien de sortie de crise.

 

"La Centrafrique, engagée dans un laborieux processus de réconciliation après des mois de violences et de chaos veut s'appuyer sur l'exemple ivoirien concernant cette question", a-t-il souligné.

 

La Centrafrique se trouve dans une phase de reconstruction et de cohésion nationale après une crise aiguë qui a secoué le pays, entraînant des morts.

 

Après le récent Forum national pour la paix et la réconciliation, le pays veut entreprendre de manière efficace l'opération de désarmement et de resocialisation des groupes armés ex-belligérants, notamment les éléments de l'ex-Séléka et des groupes anti-Balaka.

 

Côte d'Ivoire : la Centrafrique veut s'inspirer de l'expérience ivoirienne en matière de désarmement
Repost 0
Centrafrique-Presse.com