Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 18:04

 

 

APA Bangui (Centrafrique) 2015-02-22 15:29:04 La conférence épiscopale de Centrafrique a lancé un appel aux chrétiens, à travers une lettre pastorale de faire acte de repentance en cette période carême en déposant dans leur paroisse toutes les armes qu’ils détiennent par devers eux.


Ce message des Evêques a été relayé dans toutes les paroisses de l'archidiocèse de Bangui lors de ce premier dimanche de carême.


L'objectif de cet appel est de contribuer au désarmement volontaire de la population avant qu'on ne procède au désarmement forcé réclamé par une majorité des Centrafricains conformément à la résolution 2149 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

La résolution préconise un désarmement forcé des forces armées pour protéger la population par les casques bleus afin d'aller aux élections prévues pour le mois de juillet.

Le carême est une période de 40 jours de repentance ou de pénitence pour les chrétiens catholiques qui doivent demander pardon aux uns et autres pour se rapprocher de Dieu.


Pour la conférence épiscopale, les chrétiens centrafricains doivent saisir cette occasion pour désarmer non seulement leurs cœurs mais aussi procéder à un désarmement volontaire afin que la paix véritable qui dépend de Dieu arrive dans le pays.

Les Centrafricains doivent comprendre que la vraie paix ne dépend que d'eux même, la communauté internationale n'a pas une baguette magique pour ramener la paix, ont écrit les prélats.


Chaque chrétien doit dans sa famille, son quartier, son lieu de travail œuvrer pour un retour de la paix en Centrafrique pour cette période de carême, ont souhaité les Evêques.

Au mois de juin dernier l'ancien Premier Ministre Centrafricain André Nzapayeke avait lancé une opération de désarmement volontaire pareille à Bangui, malheureusement son appel n'était pas bien suivi, car peu de gens sont parvenus à déposer des armes dans les arrondissements.


Ce n'est pas la première fois qu'on procède à une opération de désarmement en Centrafrique. Le gouvernement centrafricain avec l'appui de la communauté internationale avait mené le désarmement en mettant en place un programme de Démobilisation Désarmement et Réinsertion des ex combattants pour mettre fin à des rebellions dans le nord du pays en 2011.

 
Ces combattants déposaient leurs armes en contrepartie d'un pécule. Beaucoup d'éléments des groupes armés attendent la reconduction de ce programme pour désarmer.

L'archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, président de la conférence épiscopale de Centrafrique, une personnalité très influente dans le pays, voudrait à travers sa personnalité amener chacun des Centrafricains à contribuer pour le retour de la paix pendant ce moment de carême.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=817724#sthash.aX9pi3y1.dpuf

 

Les Evêques de Centrafrique appellent au désarmement en cette période carême
Repost 1
Centrafrique-Presse.com
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 20:25

 

 

 

http://adiac-congo.com   Samedi 21 Février 2015 - 11:30

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a appelé ses partenaires européens à fournir des experts militaires en vue de la reconstruction des Forces armées centrafricaines (FACA).

 

« La question est maintenant posée de l'aide de l'Europe à la reconstruction de l'armée centrafricaine, une nécessité pour que ce pays puisse avoir des perspectives », a déclaré ce 20 février, le ministre Le Drian après une réunion informelle des ministres de la Défense de l'Union européenne.

 

L’appelle du ministre français vise à mobiliser 60 experts militaires, chargés non pas pour une mission de combat mais plutôt pour une mission de formation. La restauration des forces de défenses et de sécurité en Centrafrique, est une forte demande des autorités de la transition centrafricaine. En janvier dernier, la présidente Catherine Samba Panza avait promis dans son message à la nation, la réhabilitation des FACA grâce au soutien des partenaires internationaux.

 

La mission européenne de sécurisation de Bangui EUFOR-RCA, devait fournir des moyens et des hommes destinés à la formation de cette future armée centrafricaine. Depuis, un silence est constaté du côté des pays donateurs européens. Selon le ministre français de la Défense, « les risques d'absence d'une armée structurée en Centrafrique, à proximité du nord du Cameroun où sévit le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram, sont inquiétants.»

 

Depuis le coup d’Etat militaire qui a chassé l’ancien président centrafricain François Bozizé en mars 2013 par la coalition rebelle Séléka, les soldats composant l’armée nationale se sont volatilisés dans la nature. Un grand nombre d’entre eux, ont rejoint la milice chrétienne Anti-Balaka. La sécurisation du territoire centrafricain et la protection des biens et des personnes sont assurés depuis lors par trois missions internationales, notamment la force française de la Sangaris, les forces européennes de l’Eufor-RCA et les Casques bleus de la Minusca.

 

Fiacre Kombo

 

 

NDLR : La réhabilitation des FACA est un impératif incontournable vis-à-vis duquel il n’y a pas d’autre alternative mais il faut de nouvelles recrues dans les FACA car il est hors de question de reprendre les anciens criminels de la garde présidentielle de Bozizé et les mêmes éléments devenus anti-balakas qui empoisonnent la vie des Centrafricains actuellement.

On apprend par ailleurs qu'aux termes d'un décret publié vendredi que la présidente de la transition vient de nommer le général François Mobébou comme chef d'état major des FACA en remplacement du général Jérôme Bouba qui devient Inspecteur général des FACA

Centrafrique : la France favorable à la réhabilitation des FACA
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:51

 

 

 

Obo, 21 février 2015 (RJDH)- Lors d'un combat qui a opposé les forces congolaises aux éléments de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony, quartes de ces rebelles ougandais ont été capturés.

 

Une information rendue publique, lors de la réunion hebdomadaire de sécurité tenue le mercredi 18 février à Obo (sud-est). L'affrontement s’était déroulé dans le parc de Garamba en République Démocratique du Congo.

 

Selon un officier des forces américaines, à l'issue de ce combat, un jeune de douze ans, pris en otage par la LRA a retrouvé la liberté. « Cet enfant a été kidnappé au village de Kpabo localité situé à 20 kilomètres de la sous-préfecture de Mboki. Il est accueilli dans une ville de la RDC et continue à bénéficier des soins, afin d’être transféré en Centrafrique dans les jours à venir», a relaté la même source.

 

De juin à décembre 2014, cinq victimes de la captivité de la LRA ont retrouvé la liberté différemment. Ces personnes ont été remises à leur famille respective le jeudi 19 février 2015 par les forces américaines basées à Obo./

 

Ricardo Dimanche

Centrafrique/Obo : Quatre éléments de la LRA capturés lors d'un affrontement
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:38

 


 

Bangui, 21 Février 2015 (RJDH)---Les leaders des Anti-Balaka et ceux de la Séléka, réunis à Nairobi, auraient signé dans la nuit de vendredi à samedi 21 février,  la version révisée de l’accord qu’ils avaient parafé le 22 janvier dernier. Les délégations devraient, de sources bien informées, descendre à Brazzaville.

 

Selon nos informations, les leaders des Anti-Balaka et ceux des ex-Séléka auraient retiré l’amnistie et l’hypothèse de la 3ème transition dans la version de l’accord qu’ils ont signé dans la nuit du vendredi à samedi.

 

Cette information n’est pas encore confirmée par les leaders de ces deux mouvements présents dans la capitale Kenyane. Mais des sources proches de ceux-ci, contactées par le RJDH ont confirmé la signature de la nouvelle version de l’accord. « Les discussions s’étaient poursuivies et hier, il y a eu conclusion sur la version définitive. Les aspects critiqués ont été enlevés pour montrer la bonne volonté des délégations. Il y a plus de demande d’amnistie et la nouvelle transition », a expliqué un proche de la délégation de François Bozizé.

 

De sources non concordantes, les délégations ayant pris part à cette rencontre sont attendues ce jour à Brazzaville pour la reconnaissance de l’Accord de Brazzaville et le gouvernement en place. Cette information n’est pas encore confirmée par la médiation, car selon nos sources, « cet accord est signé en dehors de tout cadre légal international ».

 

Notons que face à la vague de contestations qui a suivi la signature de l’accord de Nairobi, Moustapha Sabone, du FPRC (ex-Séléka), présent à Nairobi avait confié à nos confrères de RFI qu’ils étaient disposés à rediscuter l’accord voire à retirer l’amnistie et l’hypothèse de la 3ème transition.

 

L’accord de Nairobi a été signé le 22 janvier 2015 après plusieurs jours de discussions. Cet accord a été contesté à la fois par la classe politique centrafricaine et la communauté internationale./

 

Sylvestre Sokambi

 

 

NDLR : Edulcoré ou pas, expurgé ou non de certaines exigences fantaisistes des signataires, cet accord de Nairobi doit être purement et simplement être jeté à la poubelle car il a été signé en dehors de tout cadre légal et pour saboter le processus de normalisation engagé par la communauté internationale. Le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily ne s'y est pas trompé lorsqu'il a demandé par écrit au médiateur Denis Sassou Nguesso de mettre "formellement et publiquement" fin aux pourparlers de Nairobi.

Centrafrique/Bangui : La version révisée de l’accord de Nairobi signée à nouveau
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:29

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 
Le 22 Février 2015 le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) aura trente-six (36) ans.


Ce bel âge dans la vie d’un parti politique sera commémoré de manière à lui donner un cachet particulier parce qu’il consacre l’option démocratique de la lutte dont les leaders et militants ont fait les frais tout au long de ces décennies ainsi que leur loyauté dans l’engagement au service du Parti.


Les activités de cette journée prévoient une Conférence de Presse ;

 

la présentation des militants qui à un moment donné, se sont éloignés et qui ont librement décidé de revenir de nouveau dans le Parti ;

 

un appel à l’adhésion massive, volontaire et individuelle au Parti où tous les Centrafricains, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest sont attendus à bras ouverts ;

 

un cocktail mettra un terme à cette commémoration.


Le cérémonial relatif aux activités de cette journée sera publié ultérieurement.

Fait à Bangui le 17 février 2015

 

Pour la Cellule de communication du candidat Martin ZIGUELE

 

Christophe NDOUBA

36ème anniversaire du MLPC - Communiqué de presse de la cellule de communication du candidat Martin ZIGUELE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:24

 

 

 

REMISE DE MATERIELS ET MOBILIERS SCOLAIRES PAR Me NICOLAS TIANGAYE AU CENTRE D'ALPHABETISATION DE REMISE A NIVEAU DE DEDENGUE 5 QUARTIER FOUH A BANGUI LE VENDREDI 20 FEVRIER 2015

 

Il s'agit de tables bancs, tableaux, bureaux, chaises, ouvrages scolaires destinés aux jeunes écoliers de son quartier à Dedengué 5.

 

L'objectif est de contribuer à rehausser le niveau scolaire des enfants en bas âge dont l'établissement est confronté à des difficultés matérielles pour assurer une formation adéquate.

 

La cérémonie a été appréciée par le chef de quartier, les enseignants et même par les enfants dont l'enthousiasme a été remarquée par tous.

Me Nicolas TIANGAYE remet du matériel et des mobiliers scolaires à l'école de son quartier de résidence
Me Nicolas TIANGAYE remet du matériel et des mobiliers scolaires à l'école de son quartier de résidence
Me Nicolas TIANGAYE remet du matériel et des mobiliers scolaires à l'école de son quartier de résidence
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 20:33

 

 

 

APA Bangui (Centrafrique) 2015-02-20 18:43:25 L’association ‘’Génération Consciente’ et certains leaders des associations de défense des droits de l’homme de Centrafrique, ont organisé ce vendredi au rond-point des Nations unies à Bangui, un sit-in pour exiger des forces internationales, la stricte application de la résolution 2149 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, qui impose le désarmement forcé des groupes armés en Centrafrique.


A travers ce sit in, les organisateurs ont voulu dénoncer les multiples cas de vols, de braquages, d'assassinats et de prises d'otage qui ont repris de plus belle à Bangui ces derniers temps.

 
Ces phénomènes qui ne font que s'accentuer, ont mobilisé les manifestants, constitués beaucoup plus des jeunes qui ont aussi dénoncé les négociations parallèles de Nairobi, qu'ils qualifient de ‘'troublantes''.


Ces manifestants ont aussi revendiqué à travers les différents slogans brandis publiquement sur des banderoles et pancartes, la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines pour appuyer les forces internationales afin de garantir la libre circulation des biens et des personnes sur toute l'étendue du territoire.


Les membres de l'association « génération consciente » se disent préoccupés par le retour effectif de la paix et la stabilité sur toute l'étendue du territoire, c'est pourquoi ils ont tenu à montrer à travers ce sit in leur attachement à la résolution des nations unies qui donne plein pouvoir aux Casques bleus de traquer et désarmer les milices.

Cette résolution d'après eux n'est pas vraiment appliqué eu égard aux violences qui se commettent encore dans le pays.


Les manifestations d'aujourd'hui s'ajoutent à celle organisée la semaine dernière par certains partis politiques qui ont marché à travers les rues de Bangui pour non seulement dénoncer les négociations de Nairobi qui selon eux n'apportent rien au processus de réconciliation mais exige de la communauté internationale d'aider au retour de la sécurité dans le pays pour une élection libre, transparente et démocratique au mois de juillet prochain.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=817634#sthash.LFlGAEhA.dpuf

Manifestations contre l'insécurité galopante à Bangui
Manifestations contre l'insécurité galopante à Bangui
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 19:34

 

  

 

APA-Yaoundé (Cameroun) 2015-02-20 20:19:00 La direction générale de l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) de l’Union européenne (UE) vient de décider du déblocage d’une enveloppe de 1,968 milliard FCFA consacrée à l’assistance humanitaire aux réfugiés centrafricains et nigérians se trouvant dans les régions septentrionales et à l’Est du Cameroun.


S'exprimant face à la presse vendredi dans la capitale, Yaoundé, le directeur des opérations de l'institution, Jean-Louis De Brouwer, a déclaré que cette assistance, qui sera gérée par des organisations humanitaires, visera l'accès à l'eau potable, aux services de santé, à l'hébergement, à la nutrition ainsi qu'à la protection des personnes.

En janvier dernier, l'UE avait déjà débloqué 2,624 milliards FCFA en faveur des mêmes personnes déplacées à l'intérieur du pays, mais également des populations locales affectées par l'insécurité aux frontières.


Jean-Louis De Brouwer a également révélé que son institution allait ouvrir un bureau à Yaoundé en mars prochain, dans l'optique d'appuyer les opérations humanitaires en Centrafrique, au Nigeria et au Tchad.


En un an, et selon les estimations officielles le Cameroun a accueilli sur son sol près de 180.000 réfugiés centrafricains et nigérians fuyant respectivement les exactions des milices, mais aussi de la secte islamiste Boko Haram.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=817619#sthash.dpkGt6Hp.dpuf

L'UE débloque 1,968 milliard FCFA d'aide aux réfugiés centrafricains et nigérians du Cameroun
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 17:51

 

 

 

 

Jean Christophe CAMBADELIS écrit à Martin ZIGUELE

36ème anniversaire du MLPC : Lettre de soutien de Jean Christophe  CAMBADELIS, Premier Secrétaire du PS français à Martin ZIGUELE
36ème anniversaire du MLPC : Lettre de soutien de Jean Christophe  CAMBADELIS, Premier Secrétaire du PS français à Martin ZIGUELE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 17:19

 

 

 

Quel rôle pour le droit international ?

 

Aux éditions l'Harmattan Paris

 

14 euros

 

Résumé

 

Tout Etat est amené à vivre des conflits. Les moments de crise qu’engendre un conflit sont inévitables et souvent nécessaires pour modifier les orientations politiques et  initialiser une mutation vers un nouvel équilibre. Tandis qu’en République centrafricaine tout porte à croise que la solution à une crise se trouve au bout du fusil. C’est pourquoi chaque coup d’Etat en chasse un autre. Et,  l’usurpation du pouvoir est marquée par la terreur, la cupidité et le mépris du droit et des règles morales. Le droit à la vie est systématiquement violé, l’intégrité physique bafouée, la propriété privée spoliée, le viol est pratiqué, les enfants enrôlés, les villages incendiés, les biens publics détruits, les villageois forcés à se déplacer, la circulation des personnes menacée, au mépris des lois humanitaires édictées par le droit international. La République centrafricaine produit donc une insécurité incontrôlable tant à l’intérieur du territoire que pour la stabilité de la sous région d’Afrique centrale. Le droit international doit donc agir. L’un des défis auquel est confronté ce droit serait de poursuivre et punir les crimes internationaux commis par les auteurs et les responsables.

 

Présentation de l’auteur

 

Augustin Jérémie DOUI WAWAYE, né à Bouar en République centrafricaine, est docteur en droit rattaché au CREDESPO (Centre de Recherche en Droit et Science Politique). Il a soutenu, en mars 2012, à l’Université de Bourgogne, une thèse en vue d’obtenir le doctorat en droit public intitulée : « La sécurité, la fondation de l’Etat centrafricain : contribution à la recherche de l’Etat de droit ». Il suit actuellement la formation de « Communication et Médiations » à l’Université de Bourgogne et est Maître-assistant à l’Université de Bangui.

Vient de paraître : L'insécurité en République centrafricaine par Augustin Jérémie DOUI WAWAYE
Vient de paraître : L'insécurité en République centrafricaine par Augustin Jérémie DOUI WAWAYE
Repost 0
Centrafrique-Presse.com