Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 03:39

 

 

joseph_kony_lra.jpg

 

 

Source: Sudan Tribune 02 Apr 2010


(Kampala) - 2 avril 2010 - Joseph Kony, leader de la résistance des rebelles ougandais Lord's Army (LRA) a quitté l'ouest du Soudan et repassé en République centrafricaine (RCA) en raison de pénuries alimentaires, a annoncé vendredi l'armée ougandaise.

"Kony et ses hommes ont traversé au début de cette semaine du Darfour vers la République centrafricaine ». Il n'a pas trouvé de la nourriture au Darfour et a été confronté à la famine, de  a déclaré Felix Kulayigye porte-parole militaire de l'Ouganda.

"Ils ont également échoué à trouver une couverture forestière au Darfour et ils ont été exposés à un danger, a-t-il encore ajouté.

Le président ougandais Yoweri Museveni a confirmé le mois dernier un rapport publié par le projet américain basé Assez disant Kony avait emménagé dans la région agitée du Darfour au Soudan.

Les troupes ougandaises opérant en République centrafricaine "m'ont dit que le groupe comprenant Kony a fui au Darfour", a déclaré M. Museveni le 12 Mars. Les remarques du Président sont intervenues quelques jours après un rapport publié par Enough disant que Kony avait trouvé refuge dans les zones du Sud-Darfour contrôlées par le gouvernement du Soudan.

L'armée soudanaise a nié abriter le chef des rebelles ougandais qui sont recherchés par la Cour pénale internationale.

Le chef de la LRA est en fuite depuis Décembre 2008, lorsque les Etats régionaux ont lancé une chasse à l'homme après lui depuis son refus de signer un accord de paix avec Kampala.

Depuis l'opération, le reste des combattants de la LRA ont évolué dans les jungles du nord-est de la République démocratique du Congo, le sud du Soudan et la République centrafricaine (RCA).

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 02:36

 

 

Joseph Binguimalé

 

 

 AFP 03/04/2010 | Mise à jour : 15:09

La date de clôture des candidatures aux élections présidentielle et législatives du 16 mai en Centrafrique, a été reportée du 3 au 9 avril, selon communiqué de la Commission électorale indépendante (CEI) lu aujourd'hui à la radio nationale.

La CEI "informe les candidats aux élections présidentielle et législatives, que la date de clôture des candidatures initialement prévue pour le 3 avril 2010 est reportée au vendredi 9 avril 2010 à minuit, délai de rigueur", selon le communiqué. Les raisons du report n'ont pas été indiquées.

Le général Bozizé, 63 ans, au pouvoir depuis son coup d'Etat en mars 2003 et élu en mai 2005, est candidat à sa succession. Ses plus grands rivaux devraient être l'ancien président (1993-2003) Ange-Félix Patassé, qu'il a renversé en 2003, et l'ex-Premier ministre (2001-2003) Martin Ziguélé.

L'ex-ministre et opposant Eloi Anguimaté, chef de la Convention nationale (CN), ainsi que la ministre déléguée à la Décentralisation Marie Reine Hassen (indépendante) complètent la liste actuelle des candidats déclarés.

Les élections présidentielles et législatives en Centrafrique, prévues le 25 avril, ont été reportées au 16 mai, selon un décret présidentiel lu le 3 mars à la radio nationale.

L'opposition demande un report à une date plus éloignée: "Toutes les conditions ne sont pas réunies au plan sécuritaire, au niveau du recensement ou de la révision de la liste électorale. Il est irréaliste d'aller aux élections le 16 mai", estime Me Henri Pouzère, coordonnateur de l'Union des forces vives de la nation (UFVN, principale coalition de l'opposition).

NDLR : Toutes ces gesticulations font partie de la panoplie des moyens de pression qu'utilise le vraix faux pasteur et corrompu Joseph Binguimalé pour se donner de l'allure. Il sait bien que ses jours à la tête de la CEI sont comptés et qu'il lui faut donner l'impression de bien servir à quelque chose. On ne peut contraindre les candidats à une élection dont les dates sont contestées et font encore l'objet de débats, de déposer leurs dossiers de candidature. Tout cela n'est pas très sérieux ni légal. Binguimalé est un malfrat récusé par l'opposition car n'inspirant confiance à personne. Plus vite on le démissionnera, plus vite la CEI retrouvera sa sérénité et une crédibilité pouvant lui permettre de conduire le processus électoral à son terme normal. En attendant, il doit arrêter de semer la confusion.   

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 02:23

 

 

Chirac-et-Bongo.jpg

 

Sarko, Borloo et cie

 

bongo_et_foccart_200_home.jpg

 

 

Journal du Dimanche 3 Avril 2010

 

Coup d’envoi ce week-end à Dakar, final le 14-Juillet à Paris... les 50 ans de l’indépendance suscitent des tensions entre la France et ses ex-colonies.

 

Il y a de la gêne, et peu de plaisir. Quatorze pays d’Afrique noire* célèbrent cette année avec plus ou moins de faste le cinquantenaire de leur accession à l’indépendance. La France, ancienne puissance coloniale, s’y associe sans pouvoir dissimuler les embarras que lui inspirent ces commémorations.

 

A commencer par celle qui ouvre le bal ce week-end: la fête de l’Indépendance sénégalaise, précédée aujourd’hui par l’inauguration à Dakar d’un invraisemblable monument de la Renaissance africaine, aussi imposant que controversé. Pour agrémenter l’événement, le président du Sénégal, pays qui parmi ses ex-colonies a toujours entretenu le lien le plus fort avec la France, réserve à celle-ci quelques annonces tonitruantes et jugements bien sentis.

 

Un demi-siècle de "Je t’aime, moi non plus"

 

A sa manière, Abdoulaye Wade signifie à l’ex-colonisateur qu’une salve de commémorations et une posture de volontarisme ne sauraient suffire à solder le passé : on ne se débarrasse pas à si bon compte de cinquante ans de relations passionnelles, ambiguës et opaques, dont restent force aigreurs et blessures. Un demi-siècle de "Je t’aime, moi non plus", qui laisse quelques malentendus.

 

Paris veut promouvoir un "partenariat rénové" avec l’Afrique, tandis que celle-ci lui échappe chaque année un peu plus. Il n’empêche, les promesses de rupture avec les pratiques du passé - la "Françafrique" - ont montré des limites: les vieux réflexes ont la vie dure. Certes, Nicolas Sarkozy a engagé la révision des accords de défense liant la France à ses anciennes colonies d’Afrique et la réduction de la présence militaire française sur le continent ; ce qui ne va d’ailleurs pas toujours sans mal.

 

Comme par un fait exprès, de nombreux pays de l’Afrique francophone connaissent dans le même temps un regain d’instabilité, parfois violente, ou des ratés démocratiques : coups d’Etat en Guinée-Conakry, au Niger, et encore ce jeudi en Guinée-Bissau ; blocage du processus électoral dans la poudrière ivoirienne ; scrutin présidentiel contesté au Togo, reporté en République centrafricaine ; crise politique ravivée à Madagascar…

 

Difficile, dans ce climat, de fêter dignement un anniversaire. D’ailleurs, le veut-on vraiment? Le secrétaire général du "cinquantenaire des indépendances africaines", Jacques Toubon, chargé d’orchestrer les festivités côté français, a eu quelque peine, faute d’un budget conséquent, à aligner 250 projets parrainés. Le clou des célébrations sera le défilé du 14-Juillet auquel prendront part les armées africaines. Là aussi, il y aura quelques casse-tête: que faire des putschistes guinéens et nigériens? Ou des militaires ivoiriens qui avaient tué neuf soldats français en bombardant en 2004 leur base à Bouaké? Entre-temps, on se sera retrouvé fin mai, à Nice, pour la 25e conférence franco-africaine. Un sommet aux airs de vieille réunion de famille.

 

*Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo-Brazzaville, Côte d’Ivoire, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo.

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 02:08

 

 

Patass--se-tenant-la-t-te.jpgpresse.jpg

 

 

Bangui, 4 av (ACAP)-Le Haut Conseil de la Communication (HCC) a adressé, samedi 4 avril 2010, une mise en demeure à l'ancien président de la République, Ange Félix Patassé, ainsi qu'aux quotidien ‘’L’Agora’’ et ‘’Médias Plus’’, les invitant au respect du Code de Bonne Conduite signé par les différents acteurs du processus électoral en mars dernier.

L'instance de régulation des médias centrafricains reproche aux deux journaux et à l'ancien président, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle, d'avoir publié les résultats d'un sondage qualifié d'aventureux et susceptible de jeter le trouble dans les esprits.

Sous le couvert d’un « récapitulatif provisoire de la situation des comités de soutien au candidat indépendant Ange-Félix Patassé », celui-ci produit le résultat d’un sondage sans fondement, donc « de nature à jeter des troubles dans les esprits des électeurs, comme il est précisé à l’article 7 du Code de Bonne Conduite, et les deux journaux cités ci-dessus ont publié ce sondage dans leurs livraisons n°508 du 16 mars 2010 (L’Agora) et n°042 du 24 mars 2010 (Médias Plus) », indique le HCC.

Les indications figurant dans les publications susmentionnées portent à croire que si les élections avaient lieu maintenant, l'ancien président Patassé l'emporterait dès le premier tour avec plus de 50% des suffrages.

Rappelant que le Code de Bonne Conduite "vise à rétablir la confiance entre les acteurs politiques, à assurer un climat serein et un comportement responsable pendant la campagne électorale, le jour des scrutins et après les élections et, notamment jusqu’à la mise en place des nouvelles Institutions républicaines", le HCC "attire l’attention des uns et des autres sur sa détermination à faire respecter ce Code de Bonne Conduite adopté par les dirigeants gouvernementaux, les partis politiques, au nom de leurs membres et sympathisants, les acteurs de la société civile, les Médias et professionnels des médias, les candidates et candidats aux prochaines élections présidentielles et législatives de 2010".

Aucune réaction officielle de la part des acteurs épinglés par le HCC n'était disponible samedi à Bangui.

Rappelons pour mémoire qu'à l'initiative du HCC, les différents acteurs du processus électoral ont adopté, le 26 février dernier, un code de bonne conduite censé normaliser l'utilisation des médias pendant les prochaines élections.

 Ce code stipule que ‘’pendant la période préélectorale qui se situe à un mois avant la date du démarrage effectif de la campagne électorale, les médias ne focaliseront davantage leurs programmes que sur des émissions de large sensibilisation des électeurs à l’exercice de leur droit civique et à la culture citoyenne lors du déroulement des élections. Ils s’interdisent tout sondage hasardeux et tout pronostic fantaisiste de nature à jeter des troubles dans les esprits des électeurs".

Initialement prévues pour le 25 avril prochain, les élections présidentielles et législatives viennent d'être reportées au 16 mai 2010.

 

NDLR : Il est temps que ce Haut Conseil de la Communication se réveille. Les prétendus sondages en question ne sont pas seulement hasardeux mais ne sont ni crédibles et n’ont aucun  fondement scientifique. C’est dans les pays développés et encore pas dans tous, que la technique des sondages d’opinion est généralement de nos jours, relativement maîtrisée. Il n’existe à Bangui aucun institut ni structure quelconque digne de ce nom susceptible d'effectuer des sondages d’opinion répondant aux standards et normes techniques et scientifiques appropriés. Les chiffres des pseudos sondages dont Patassé se prévaut dans ces journaux en mal de sensationnel qui se prêtent à ces jeux avec complaisance, ont été purement et simplement fabriqués et inventés pour les besoins de la cause par l’illuminé Bengué-Bossin qui fait partie à présent, de l’équipe de campagne du candidat indépendant. Tout cela n’est que de l'esbroufe, du bluff et de la manipulation de conscience car  ne reposant sur rien de sérieux.   

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 17:17

 

 

Alain-Joyandet.jpg

 

Paris 03.04.2010 13h57 (Xinhua) - Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, effectuera la semaine prochaine une visite en République centrafricaine, a annoncé vendredi un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

M. Joyandet "passera en revue un certain nombre de documents de coopération bilatérale" concernant la France et la Centrafrique, a précisé le porte-parole, lors d'un point de presse.

Il rencontrera le président centrafricain François Bozizé, et signera le document-cadre de partenariat, un document qui fixe des objectifs communs en matière d'aide au développement et de coopération technique entre la France et la Centrafrique, a poursuivi le porte-parole.

A l'instar de l'Union européenne (UE), des Etats-Unis, la France est l'un des principaux bailleurs de fonds de la Centrafrique.

"Cette visite permettra aussi à Alain Joyandet d'évoquer la perspective des élections et de rappeler l'attention que porte la France sur l'organisation de ce scrutin", a ajouté le porte-parole.

La Centrafrique, qui tente de mener à son terme un processus de paix, envisage d'organiser le 25 avril ses prochaines élections présidentielles et législatives. Mais en mars dernier, l'ONU, les Etats-Unis, l'UE et la France se sont prononcés pour un report de ces élections générales en raison de leur impréparation.

Avant sa visite en Centrafrique, M. Joyandet doit se rendre d'abord au Rwanda pour représenter la France à la cérémonie de la commémoration du génocide de 1994, qui devrait tomber le 7 avril.

Source: xinhua

 

France: Alain Joyandet en visite au Rwanda et en Centrafrique

Paris 03/04/2010 (Pana) - Le secrétaire d'Etat français à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet, entame mardi par Kigali, au Rwanda, une mini- tournée de 72 heures qui le conduira ensuite en Centrafrique, a appris vendredi la PANA auprès de son cabinet. M. Joyandet prendra part, dans la capitale rwandaise, à la commémoration du génocide du 7 avril 1994.

En Centrafrique où il est attendu jeudi, le secrétaire d'Etat français à la Coopération signera avec les autorités centrafricaines les nouveaux accords de défense franco-centrafricains. Il procédera également à la signature d'un nouveau cadre prioritaire de coopération entre Paris et Kigali pour les cinq prochaines années.

 

NDLR : La venue à Bangui d’un membre du gouvernement français pratiquement la veille de l’expiration du mandat du président Bozizé signifie bien l’échec de ce dernier dans sa politique de coopération avec la France. Depuis fort longtemps, aucun ministre français n’a mis pied à Bangui. La venue d’Alain Joyandet a été plusieurs fois reportée et pour cause. Son homologue centrafricain fut à un moment donné, l’escroc homme d’affaire indo-pakistanais Saifee Durbar que Bozizé a cru devoir par amitié mafieuse, nommer vice ministre des affaires étrangères et de la coopération avec résidence à Londres alors que la France réclamait son extradition pour le jeter en prison pour qu’il purge sa condamnation par sa justice pour diverses escroqueries dont il s’était rendu coupable. Tant que durait cet imbroglio diplomatico-judiciaire, Alain Joyandet ne pouvait se rendre à Bangui.

Durant son escale, le responsable français devrait enfin sans doute, signer avec les autorités centrafricaines, les nouveaux accords de défense dont Bozizé a fait traîner la conclusion, cherchant vainement à y voir inclure, à défaut de clauses secrètes du moins des dispositions visant à lui assurer une certaine protection de son pouvoir en cas de crise intérieure, privilège avec laquelle Sarkozy voudrait enfin définitivement rompre désormais avec les roitelets africains.

Cette visite d'Alain Joyandet intervient aussi à un moment où on apprend selon notre confrère de la Lettre du Continent n° 585 du 1er avril, que Bozizé aurait récemment adressé un courrier à Nicolas Sarkozy pour demander à ce qu'Areva construise une centrale nucléaire près du site d'exploitation des mines d'uranium de Bakouma.

L'argument à l'appui de la requête du général président centrafricain serait que "Cinquante près les indépendances, il est plus que temps que les Etats africains bénéficient de la valeur ajoutée industrielle de leurs matières premières". On se demande si c'est un poisson d'avril que Bozizé fait à Sarkozy et Areva ou s'il est vraiment sérieux. C'est sans doute sa façon à lui d'obtenir qu'Areva l'aide à résoudre la crise énergétique de la RCA et des coupures et autres délestages sauvages de l'ENERCA à Bangui.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 06:14

 

 

Touad-ra-A-F.jpg

 

PM Faustin Touadéra

 

Source : Elmoudjahid.com 2 avril 2010

 

Plus de 200 personnes ont été tuées dans des violences perpétrées par la rébellion ougandaise de l'armée de la résistance du seigneur (LRA) en République Centrafrique depuis 2008, a indiqué hier une association locale.  Dans une lettre adressée au Premier ministre centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, l'association des ressortissants du Haut Mbomou (Assoredehmbo) a affirmé qu'à ce jour "le nombre des personnes enlevées par les rebelles de la LRA dépasse 400, et le nombre des personnes tuées pendant leurs attaques dépasse 200" depuis février 2008.

 

NDLR : Cette association se fait totalement d'illusion et se trompe de porte. Ce Premier Ministre de Bozizé n'est Premier Ministre que de nom et pour la forme. C'est un potiche et un faire valoir qui n'est pas respecté par ses ministres. Il n'arrête pas de s'en plaindre lui-même. S'il avait un minimum du sens de l'honneur, il y a longtemps qu'il aurait même dû remettre sa démission. Il n'a pas voix au chapitre sur les questions de sécurité qui ne se traitent qu'entre Bozizé et son fils Jean Francis. On se demande même à quoi sert-il en réalité.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 06:11

 

 

027082009155005000000MASSI.jpg

 

 

BANGUI 2 avril 2010 (AFP) - L'armée centrafricaine assure avoir tué trois rebelles au cours d'un accrochage vendredi dans la région de Ndélé (Nord-est) avec la rébellion de Charles Massi, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), un mouvement qui n'a pas signé les accords de paix.

"On a dénombré trois morts parmi les rebelles", a affirmé à l'AFP un officier à Bangui.

"Les rebelles de la CPJP ont profité d'une marche de protestation des enseignants pour lancer cette attaque qui a été aussitôt repoussée par les FACA (forces armées centrafricaines)", a-t-il dit.

Les enseignants protestaient contre la mort mardi de la femme enceinte d'un enseignant, abattue par des hommes de la CPJP lors d'une attaque dans un village situé près de Ndele, selon cet officier.

Contrairement à la plupart des mouvements politico-militaires du pays, la CPJP dont le leader, l'ancien ministre Charles Massi, est donné pour mort, n'a pas signé les accords de paix de 2008 et 2009 ni intégré le Dialogue politique inclusif.

La famille et les proches de Charles Massi soutiennent qu'il a été arrêté le 19 décembre en territoire tchadien, puis remis fin décembre par le Tchad à la Centrafrique.

Citant des sources au sein de l'armée et dans l'entourage de l'actuel président, François Bozizé, ils ont indiqué qu'il était mort le 8 janvier des suites de tortures à Bossembélé (150 km au nord-ouest de Bangui).

Le gouvernement centrafricain a démenti ces affirmations. Le président Bozizé a, quant à lui, assuré ignorer si Charles Massi était mort ou en vie.

Au mois de novembre 2009, la CPJP avait attaqué et occupé pendant quelques heures Ndélé, avant d'en être chassée par l'armée. Les combats avaient fait une quinzaine de morts dont trois soldats centrafricains.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 05:50

 

 

urne.jpg

 

 

REPUBLIQUE  CENTRAFRICAINE

 

 

 

             COLLECTIF DES FORCES DU CHANGEMENT

  

 (SECTION DE FRANCE)

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE N°2

 

       

 

        Le 2 Avril 2010, une délégation de deux membres du Collectif des Forces de Changement, Section de France a été reçue à sa demande, à l’Elysée par Monsieur Rémi MARECHAUX, Conseiller technique chargé de l’Afrique subsaharienne du  Président Français Nicolas SARKOZY.

 

               Nous avons sollicité cette rencontre pour remettre au Conseiller, une lettre qui est destinée au Chef de l’Etat Français  sur la situation des élections générales en Centrafrique.

 

               Nous lui avons présenté le contenu de la lettre à savoir :

 

-          L’abrogation du décret qui fixe au 16 mai 2010 les élections générales alors que les conditions matérielles et politiques ne sont pas réunies : Non achèvement du programme de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR); l’inexistence de listes électorales fiables.

-          La démission du Président de la commission électorale indépendante pour sa partialité et sa mauvaise gestion.

 

           Nous avons eu avec le Conseiller une discussion riche et constructive sur ces questions. Il a insisté qu’il revient à la commission électorale indépendante de déterminer la date des élections, ce n’est ni au Président François BOZIZE, ni à l’opposition de le faire.

 

          Il a rassuré la délégation  que des initiatives seront prises très prochainement par la communauté internationale qui s’est constituée autour de Madame SAHLE WORK ZEWDE, Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies, une diplomate compétente et respectée sur le plan international et qui est à la tête du BINUCA (Bureau d’intégration des Nations Unies pour le Centrafrique).

          

         Notre interlocuteur  est revenu sur la disparition de Charles Massi. Il a affirmé que la France tient à ce que toute la lumière soit faite sur ce cas au nom du respect de l’Etat de droit.

 

 

 

                                                                            Fait à Paris, le 2 Avril 2010

                                   

Le porte parole

 

Clément BELIBANGA

Ancien Ministre

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 13:53

 

 

centrafrique-copie-1.gif

 

 

                                                    

    REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE  

Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix

Communiqué de presse N° 013/ CPJP /CS/P/04-10

 

   Vendredi 2 avril 2010 5 02 /04 /2010 13:45

 

Nous avons le regret de constater que la trêve unilatérale observée jusqu'ici par la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP)  est interprétée par le pouvoir de Bangui comme une faiblesse.

Tout ce temps donné au Gouvernement centrafricain n'a pas permis de faire évoluer les choses d'un iota. Il s'entête dans son mutisme. La communauté nationale et internationale attendent des actions concrètes du Gouvernement mais rien n'est fait.

Depuis que nous avons demandé une négociation franche et sincère, le Gouvernement utilise des manœuvres malhonnêtes en vue de nous affaiblir et nous isoler, il croit dans sa naïveté que l’usure aura raison de nous.

Le Président BOZIZE doit faire appel à sa mémoire, a-t-il oublié comment nous avons procéder pour l'amener au pouvoir ? Il croit maîtriser suffisamment le processus des tractations et des négociations secrètes pour déjouer le reversement de son pourvoir. Il est sage d’être lucide, il a beaucoup à apprendre.

Nous ne voulons pas entrer dans les détails et espérons que le message est clair pour lui. Nous lui demandons de cesser d'être prisonnier de son entourage.

Ce matin à 8 heures, un détachement conduit par le Colonel Issa Isaye a pris la ville de N'DELE. C'est la fin de trêve. Nos combattants ont buté à une résistance mais ont pu finalement prendre la ville et la sécurité de la population est assurée.

Nous allons continuer le combat jusqu'à ce que nos exigences soient acceptées.

Il s'agit de :

- La clarification de la situation du Colonel Charles MASSI;

- L'ouverture des négociations directes, franches et sincères avec la CPJP;

- La concertation avec toutes les entités avant de fixer la date des élections;

- la mise en place d'un plan de sécurisation de notre territoire contre toute intrusion des forces étrangères non conventionnelles.

Tant que nos exigences ne seront pas acceptées, il n'y aura plus de trêve jusqu'à la victoire finale.

 

Fait au Camp de la Liberté, le 02 avril 2010

Pour le Conseil politique,
Le Secrétaire Général, Porte-parole,
 

Assan M’bringa Togbo

 

 

NDLR : Voilà une situation qui vient souligner les côtés dérisoire et irréaliste du décret illégal de Bozizé et Binguimalé qui veulent ignorer cette criante réalité que la moitié du territoire centrafricain est sous occupation et qu'objectivement, on ne voit pas comment les citoyens de ces zones sous contrôle des mouvements politico-militaires pourraient exercer librement leur devoir électoral. On le voit, la fuite en avant ne paie pas. Tant que le programme de DDR ne sera pas correctement achevé, des élections dignes de ce nom ne sauraient avoir lieu. Que Bozizé le veuille ou non, il sera toujours rattrapé par cette incontournable réalité. A lui de choisir.

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 03:58

 

 

panneau-CEI-gros-plan.JPG

 

 

panneau-geant-CEI.JPG

Scandaleux et indécents panneaux publicitaires

de la CEI en plein centre ville de bangui PK 0

 

Les multiples controverses et les reports successifs de dates des élections présidentielles et législatives en Centrafrique sont incontestablement le reflet de l’ambiance malsaine qui prévaut dans ce pays autour du type de gestion du pouvoir mise en place par François Bozizé, faite de filouterie, de fuite en avant permanente, bref de médiocrité. Cette situation qui a prévalu avant, pendant et après les travaux du fameux Dialogue Politique Inclusif qui se sont déroulés à la fin de l’année 2008, est malheureusement en train de se reproduire à présent autour de la Commission Electorale dite Indépendante mise en place pour préparer les prochaines élections dont tout le monde reconnaît, qu’elles devraient être déterminantes pour l'avenir de ce pays dans les prochaines années.

Tant que l’on n’a pas présent à l’esprit que la pauvreté et la misère constituent l’incontournable décor de tout ce qui se passe en Centrafrique, on ne peut pas convenablement cerner certaines choses ni saisir ce qui se passe réellement au sein de la classe politique de ce pays. L’occasion des élections a toujours constitué une source d’enrichissement pour certains crève-la-faim. Le paiement de diverses indemnités et de per diem pour les travaux de préparation de ces élections attire énormément de gens et font de l’appartenance à la commission électorale un réel enjeu qui donne lieu à beaucoup de bousculade et de lutte. Comme pour le DPI, la composition de la CEI est majoritairement favorable à Bozizé. Le principe de fonctionnement par consensus rend difficile par exemple, le vote d’une motion de défiance contre Binguimalé dont la gestion tant administrative que politique est d’une totale opacité mais qui persiste à s'accrocher à la précieuse fonction.

Ce n’est pas par hasard qu’un premier groupe de représentants de l’opposition au sein de la CEI ont été convaincus de corruption et limogés. Ayant pris conscience qu’ils venaient de perdre une situation alléchante, ils ont tout fait pour offrir leurs services au pouvoir qui a ainsi compris leur faiblesse et accepté aussi pour les besoins de sa cause, de faire d’eux des experts auprès de la CEI, tout cela afin de continuer à bénéficier de per diem et de certains avantages liés à l’appartenance à la CEI. En clair, à la CEI, les préoccupations politiques sont quelque peu reléguées en arrière-plan par rapport aux questions d’argent liées aux per diem, frais de mission, véhicules de fonction, location de véhicules, attribution de marchés de toutes sortes et autres. Dans ces conditions, Bozizé et son clan sont toujours à l’affût pour éventuellement soudoyer et corrompre tous ceux qui sont susceptibles de l’être et de vendre leur âme. C’est triste à constater mais c’est hélas la réalité.

En décrochant la présidence de la CEI après un long entretien à tête à tête que Bozizé lui a accordé dans son hôtel à Roissy revenant d’un séjour en Chine, Joseph Binguimalé, un ancien chauffeur à l’ambassade de la RCA à Paris, reconverti en pasteur sans avoir mis pied dans une école biblique ni une faculté de théologie quelconque, adoubé par Bozizé, s’est brusquement retrouvé dans une situation où il doit gérer quasiment tout seul un budget de plusieurs milliards de F CFA. Cela l’a littéralement rendu fou ! Il s’est mis à attribuer de gré à gré des tas de marchés pour le compte de la CEI, à plusieurs dizaines voire de centaines de millions de F CFA à certaines personnes qui recherchaient cela depuis longtemps, moyennant sans doute de juteuses rétro-commissions à lui reverser.

Dans un pays comme la RCA aujourd’hui où la famine sévit presque partout et où plusieurs centaines de milliers d’enfants meurent chaque jour de malnutrition sévère, une commission électorale se permet de payer on ne sait à combien de millions, une indécente campagne de communication avec des panneaux publicitaires géants comme ceux implantés ces jours-ci en plein centre ville de Bangui (voir photos), afin de vanter la qualité du travail qu’effectue la CEI pour que puissent effectivement se tenir les élections. Absolument rien ne saurait justifier une telle énormité sinon la cupidité de ceux-là mêmes qui, comme Joseph Binguimalé et ses complices tel que Maxime Kazagui pour ne citer que celui-là, en mal d’argent, ont cru faire du budget de la CEI une source de leur enrichissement personnel.

De ce point de vue, on ne comprend pas pourquoi les conclusions de l’audit qui avait été ordonné depuis le 30 janvier dernier par Bozizé lui-même, ne soient toujours pas rendues publiques jusqu’à présent, si tant est qu’il ait été effectivement effectué. Se sachant bien protégé par Bozizé et bien que récusé par l’opposition, Binguimalé, affiche une insupportable attitude d’arrogance et de désinvolture. Il se cramponne fermement à son juteux poste et pour rien au monde, n’entend remettre son tablier comme l’exige l’opposition. Une chose est sûre, tant que Bozizé continuera à faire l’autiste et la sourde oreille et Binguimalé à poser des actes en son nom tout en disant que c’est au nom de la CEI, on tournera en rond et rien dans les véritables préparatifs des élections, ne progressera. L'appât du gain facile à la CEI fausse la donne et les paramètres politiques qui, même au sein de cette structure rassemblant toute la classe politique, ne devraient pas se dissiper pour autant. C'est malheureusement une situation qui permet à Bozizé de continuer à rester toujours maître du jeu alors qu'il est un candidat à sa succession comme tous ceux qui aspirent aussi légitimement  à lui succéder.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique