Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 01:08

 

 

Josue-Binoua.JPG

 

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 évoquée dans le préambule de notre constitution a défini la philosophie de l’action policière.


Son premier article affirme que la sûreté fait partie des droits inaliénables et imprescriptibles de l’homme et le douzième article que la garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique instituée pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.


La police remplit trois missions prioritaires et fondamentales :


- La protection des personnes et des biens

- La police judiciaire

- Le renseignement et l’information.


POUR REMPLIR CES MISSIONS, QUE CONSTATE-T-ON MALHEUREUSEMENT ?


Point 1 :


CONSTAT OU BREF DIAGNOSTIC


La police centrafricaine responsable de la sécurité des personnes et des biens dans les zones urbaines, est de 1656 policiers. De 2009 à 2010, il y a eu 258 retraités, et de 2004 à 2012 il y a eu 306 décédés. Il n’y a eu aucun remplacement numérique par rapport à ces deux cas. Avec une moyenne d’âge autour de 50 ans, le personnel est vieillissant. La pyramide des grades est déséquilibrée. Le recensement montre que si les cadres supérieurs (officiers supérieurs et généraux) ne représentent que 2,41%, les officiers du rang des capitaines et commandants sont plus nombreux que les hommes de troupe (36% pour les premiers et 34% pour les seconds) le groupe intermédiaire (sous-officiers) assurant l’encadrement est par contre de 26% des effectifs.


Le dernier recrutement des inspecteurs de police et des officiers de paix remonte à 1994, tandis que les dernières promotions des officiers de police et commissaires formés au Cameroun datent de 2004.


La mauvaise gouvernance de la sécurité se mesure par : l’absence d’un livre blanc, d’une politique nationale en matière de sécurité au profit d’un pilotage à vue ; l’opacité dans les missions du militaire, du gendarme, du policier national du policier municipal, la mauvaise répartition des compétences, le désordre sur la question des uniformes, des effectifs, le manque cruel des moyens logistiques et de communication, la dépravation des moeurs au sein des agents de force de sécurité, la culture de la corruption et de l’affairisme.

 

Point 2 :


QUELQUES THERAPEUTIQUES CURATIVES


1. L’observance de l’article 51 du statut de la police : je cite « le port de l’uniforme et ses attributs est obligatoire pour tout personnel de la police excepté les services spécialisés que sont la DST et DSPA »


2. S’agissant de l’affairisme la thérapeutique, c’est l’observance de l’article 55 de notre statut alinéas 5, je cite « Il est fait interdiction au policier en activité d’exercer personnellement, à titre professionnel une activité privée lucrative ».


3. S’agissant de l’absentéisme chronique : j’ai décidé la mise en place d’une garnison de la police, une police de police dotée d’un véhicule opérationnel dès la semaine prochaine qui contrôlera chaque jour la liste nominative des présence et d’absence de chaque service de police, signée par chaque chef d’unité ; Car certains restent chez eux et attendent la fin du mois pour aller injustement percevoir le salaire.


4. S’agissant des recettes lors des contrôles routiers : J’ai décidé toute la semaine prochaine, la suspension des activités de la compagnie de circulation routière, afin de faire le point sur le contenu des contrôles, les quittanciers utilisés, clarifier et réajuster les activités des policiers municipaux.


5. S’agissant de la protection des personnes et des biens : Il est décidé l’accentuation des patrouilles, notamment nocturnes, y compris des patrouilles pédestres, car les malfaiteurs sont plus dans les quartiers et dans le noir que sur les grandes voies.


6. Rendre effective dès la semaine prochaine les patrouilles mixtes avec la MICOPAX à travers les unités de police constituées.


7. S’agissant des obstacles aux appels de secours : Les numéros d’appel gratuits au secours pour la population, à savoir le 117 pour la CNS et la FICU et le 112 pour l’OCRB seront réactivé les jours à venir.


8. Enfin, il est réinstitué les conseils de cabinet et de sécurité, trois fois dans la semaine, pour aborder toutes les questions qui intéressent le Gouvernement :


- Comment contrôler efficacement la présence des étrangers sur le sol centrafricain ?


- Quelle est la spécifié des menaces intérieures et extérieures, à quoi le pays est confronté ?


- Quelles sont les mesures idoines à mettre en place par le Gouvernement pour y remédier ?


- Quelles sont les options possibles dans une approche sous-régionale ?

 

POUR CONCLURE :


Nous devons tous devenir acteur à part entière du concept sécurité globale


Après 53 ans d’indépendance de la RCA l’on s’aperçoit que la sécurité a été et reste exclusivement l’affaire des hommes en tenue (militaire, gendarme, police…). Ce constat est une des raisons principales de l’inefficacité de dispositif sécuritaire du pays. Aujourd’hui, le concept de sécurité est et doit être global, c’est-à-dire holistique, impliquant toutes les entités nationales (médias, société civile, la dimension genre…), ce qui permettra une appropriation collective et garantira l’efficacité de toute réforme dans ce secteur de la sécurité.


Merci au nom du Président de la République et du Premier Ministre, à tous nos partenaires, au premier rang desquels le service de sécurité intérieur de l’Ambassade de France qui assure auprès de notre Ministère les missions de conseil, de formation initiale et continue de sûreté aéroportuaire et immigration et de retour en sécurité intérieur. Tout cela a coûté à la France à notre profit pour l’année 2012 qui s’achève : 300 millions de FCFA, soit près de 450.000euros.


Oui, la patrie est reconnaissante envers la France et le Soudan pour le don des 3 véhicules qui seront remis en fin de cérémonie par le Premier Ministre aux unités d’intervention, FICU, CNS et sûreté urbaines.


Nos gratitudes à tous les partenaires ici présents.


Ma prière, la prière du Pasteur-Aumônier, Ministre de la Sécurité de l’Immigration-Emigration et de l’Ordre Public, est cette confession de foi de Martin Luther King :

 

 

Luther-King.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers