Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 01:04

 

 

 

 

 

kadhafi-death_0.jpg

 

 

RFI samedi 20 octobre 2012


Voici un an jour pour jour que l'ancien leader libyen Mouammar Kadhafi est mort, peu après avoir été capturé dans son ultime fief de Syrte. Notre consoeur Marine Olivesi a couvert à l'époque pour RFI et France 24 l'avancée des rebelles et la chute des positions loyalistes. Elle était à Syrte le jour de la capture de Kadhafi, elle a été l'une des premières à voir d'abord les images de l'arrestation, puis le corps du guide libyen transporté à Misrata. Elle a raconté à Laurent Correau cette journée historique, qui commence par l'arrivée à Syrte, et l'intuition que les choses ne se déroulent pas comme d'habitude.


Ce 20 octobre 2011 au matin, il ne fait plus de doute pour Kadhafi et ses proches que Syrte n'est plus un refuge sûr. Le fils du guide Libyen, Mutassim, organise un convoi d'une cinquantaine de véhicules lourdement armés qui doit permettre à Mouammar Kadhafi de fuir.

 

Le convoi loyaliste part avec plusieurs heures de retard. Sur la route qui doit lui permettre de quitter la ville, il est touché par un missile occidental. La longue file de 4x4 bifurque pour tenter d'éviter les frappes, mais le convoi croise de nouvelles milices et se retrouve piégé, sous le feu des appareils de l'Otan qui parviennent à lui infliger de lourds dégâts.

 

Kadhafi et ses proches se réfugient un moment dans une villa abandonnée. Puis doivent la quitter, sous les tirs à l'arme lourde. Les loyalistes font face à un nouveau groupe de miliciens, près de canalisations d'évacuation. Un garde du corps de Kadhafi tente de forcer le passage avec des grenades. Il n'y parvient pas et blesse même le leader déchu.

 

Les miliciens se ruent sur le dernier carré de fidèles, rouent Kadhafi de coups, le frappent à l'anus à l'aide d'une baillonnette. « La pauvre chose criait comme un cochon ! », dira de lui l'un des mercenaires sud-africains chargés d'escorter cette fuite.

 

Mouammar Kadhafi est chargé dans une ambulance, presque nu et inanimé. Selon l'organisation Human Rights Watch, qui a reconstitué l'enchaînement très précis des faits, il reste difficile de dire si c'est l'une de ses blessures qui l'a emporté, ou bien si des miliciens l'ont finalement tué.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 23:34

 

 

 

 

logo-CNRC-FB.JPG

 

 

 COMMUNIQUÉ DU CNRC-FB

 

Chers Compatriotes,

 

 

Le Bureau Exécutif  Provisoire du Conseil National de la Renaissance Centrafricaine – Fini Bêafrîka (CNRC-FB)  porte à votre connaissance que le mouvement politique présenté le 13 Août dernier à Paris par le Pr. Gaston Mandata N’Guérékata, a été officiellement reconnu par les autorités françaises en date du 4 octobre 2012. Ainsi, les textes fondateurs du mouvement seront bientôt en ligne, à la disposition de tous.   Le Bureau Exécutif  Provisoire compte sur l'adhésion massive des filles et fils de Centrafrique à ce projet de société et espère que cette reconnaissance officielle amorcée par les autorités françaises sera bientôt suivie par celle des autorités Centrafricaines.

 

 Notre contact email est: renaissanceca2@gmail.com

 

Pour Le Bureau Exécutif  Provisoire,

 

Le Président

 

Professeur Gaston Mandata N’GUÉRÉKATA.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 22:57

 

 

 

 

Francis Bozizé

 


 

Bangui 19 oct (CAP) - A la faveur des émeutes du 2 août dernier des mécontents recalés au recrutement dans les FACA, plusieurs détenus de la maison d’arrêt de Ngaragba s’étaient fait la belle profitant de l’effraction de la porte principale. Parmi ces détenus, un citoyen français dénommé Marc Girardeau qui y végétait en avait également profité pour s’en aller mais était revenu de lui-même quelques jours après se présenter aux autorités de Bangui qui, au lieu de le remettre en prison toujours à Ngaragba, l’ont mis plutôt dans les geôles sordides de l’Office Centrale de Répression du Banditisme (OCRB).

 

Selon nos informations, ce Français qui travaillerait pour un fournisseur chinois d’équipement et de matériel militaire aurait eu maille à partir avec le ministre délégué à la défense nationale Francis Bozizé dans un trafic de matériel militaire pour lequel le rejeton de ministre se serait senti lésé par l’intermédiaire français et ses partenaires chinois. C’est la raison pour laquelle Marc Girardeau se serait retrouvé à Ngaragba.

 

Seulement, depuis que ce citoyen français s’est retrouvé dans les geôles de l’OCRB, son état de santé se détériore et dernièrement, le médecin de l’ambassade de France à Bangui a même dû se rendre à l’OCRB pour le perfuser. Tout porte à croire que l’attitude de Francis Bozizé consistant à faire croupir ce monsieur plutôt dans les geôles de l’OCRB qu’à la prison de Ngaragba semble être dictée par une envie de vengeance personnelle, histoire d’en faire voir de toutes les couleurs au citoyen français. Ce Francis Bozizé, même l'ex-demi-dieu Ndoutingaï avait dénoncé son arrogance. 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 21:55

 

 

 

 

Faustin_Touadera.jpg


 

Saisissant, plus par opportunisme qu’autre chose, l’occasion d’une initiative qui n’est pas la sienne, le Premier ministre Touadéra est sorti de ses légendaires torpeur, silence, inertie et immobilisme pour présenter un bilan d’après lui « positif » de l’action gouvernementale à la télévision et à la radio nationales le lundi 15 octobre 2012.


Il a ponctué cette communication par l’annonce de l’éminent passage des membres de son gouvernement devant la presse pour « expliquer » au peuple ce qu’ils ont fait depuis leur nomination au sortir des élections de janvier 2011. Cette attitude de l’incontournable PM de la bozizie, nommé et reconduit 2 fois de suite à ce poste, ne peut être qualifiée autrement que de démission.


Démission ? Irresponsabilité ? Volonté de se faire démettre après s’être suffisamment enrichi ? Il est difficile de faire la part des choses dans le drame intérieur que vit Faustin Touadéra et qui le conduit à l’abandon de tout. Le plus scandaleux de tout est sans conteste l’inondation à laquelle est exposée la primature et l’état de dégradation inqualifiable de l’avenue (des Martyrs) qui passe juste sous ses fenêtres.


Simple coïncidence de calendrier, pur hasard ou calcul politicien, c’est au moment où les rumeurs de son interpellation par l’Assemblée nationale la semaine prochaine circulent avec insistance qu’il devient entreprenant en sommant ses ministres de se préparer à se défendre seuls, comme de grands garçons.

 

Saisissant la balle au bond, ces derniers, notamment ceux qui sont particulièrement dans le collimateur de Bozizé, ne se sont pas fait prier pour devenir à leur tour très entreprenant :


Mme Maryline Roosalem Mouliom du commerce au PK 30 route de Boali pour explorer un nouveau site pour la zone franche à construire ;


Jean Prosper Wodobé de l’équipement qui s’en va visiter pour le énième fois les ponts effondrés de la capitale tout en annonçant que son département « fera quelque chose pour aider la mairie de Bangui qui n’a pas les moyens » ;


Mme Marguerite Pétrokoni des affaires sociales qui descend en catastrophe à l’école des sourds muets de Ben-zvi pour éteindre les flammes des pneus  auxquels ces derniers ont mis le feu pour protester contre la discrimination et l’exclusion auxquelles leur établissement les expose, interrompant momentanément la circulation sur l’avenue du même nom (Ben-zvi) ce 18 octobre 2012 ;


Jean-Michel Mandaba de la santé à une cérémonie de lavage des mains, etc.


A en croire les rumeurs et les indices, la semaine prochaine s’annonce riche en événements politiques au centre desquels se retrouveront le premier des ministres Faustin Touadéra – qui joue son va-tout – et certains de ses ministres récemment épinglés en plein conseil de ministres par Bozizé lui-même comme ne foutant rien.


Quoiqu’il en soit, ce sera sans regrets que Touadéra quittera le poste de premier ministre qui lui a permis, trois fois de suite, de s’enrichir copieusement – tout en affamant le reste du peuple – sans oublier les rallonges financières de ses enseignements à l’Université qu’il n’oublie pas de se faire payer.


Rédaction CAP

 

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 21:44

 

 

 

 

Fauves du Bas-Oubangui

 

 

 

Il y a eu beaucoup de commentaires sur le match de football perdu et l'elimination des Fauves du Centrafrique à la derniere minute du match contre le Burkina.


Pour l'information par l'image, de comment cela c'est passé, un resumé et les 5 cinq dernieres minutes du match sont disponible sur TéléMLPC pour les amoureux du football.

 

 

www.lemlpc.net 

 

TVMLPC-logo.JPG

 

 

www.lemlpc.net 

 

 

L’élimination du onze (11) national centrafricain à Ouagadougou a été préméditée, orchestrée et exécutée par l’arbitre marocain


Source : Centrafricmatin octobre 19, 2012

 

Dans ce monde de péché, la manigance, la fraude, la malhonnêteté, en un mot, le mal se pratique à tous les niveaux, que ça soit en politique, en économie, en affaires, en sport, etc. et par chaque couche sociale, des plus nantis au plus démunis. C’est ce qui s’est passé dans la nuit du dimanche 14 octobre 2012 à Ouagadougou capitale du pays des hommes dits « intègres », le Burkina-Faso lors du match-retour comptant pour les phases éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui se jouera en janvier 2013 en Afrique du Sud.


Pour la petite histoire, le match-aller a  eu lieu presque un (1) mois plus tôt ici à Bangui, où les « Etalons » du Burkina-Faso ont été battus par les « Fauves de Bas-Oubangui » par un score très étriqué d’un (1) but à zéro (0). Avec un tel score, tout laissait présager une catastrophe pour les « Fauves de Bas-Oubangui », car leurs challengers devaient jouer à domicile et devant leur public. Beaucoup de supputations, de spéculations et de paris ont été faits au sujet de ce match-retour. Ce sera donc le dimanche 14 octobre 2012 que le déroulement de ce match allait connaître son dénouement. En tout état de cause, les « Fauves de Bas-Oubangui » ont pu relever le défi, d’abord par le fait qu’ils ont été les premiers à ouvrir le score à la 8ème minute de jeu, ensuite par leurs prestations nettement appréciables jusqu’à la fin du match. N’eût-été la haute magouille de l’arbitre marocain qui a reçu certainement un pot de vin de la part des dirigeants de l’équipe adverse qui a commencé par lui accorder un pénalty imaginaire et dépasser expressément par la suite le temps réglementaire, les « Fauves de Bas-Oubangui »  arracheraient absolument la qualification pour la « CAN 2013 » prévue en janvier prochain en Afrique du Sud. En principe, ce cas flagrant de magouille mérite sanction, mais apparemment, aucune alternative ne semble être envisagée, et la victoire semble être définitivement acquise pour les « Etalons » du pays des hommes « intègres » qui est le Burkina-Faso.


Il convient de souligner que cette défaite des « Fauves de Bas-Oubangui » face à leurs adversaires, les « Etalons » du Burkina-Faso, qui a été une véritable douche froide pour les fans du football centrafricain a suscité une réelle consternation au sein de la population en générale et particulièrement au sein de la jouvence. Interrogé par notre confrère José-Richard Pouambi de radio Ndéké-Luka, un fanatique a éclaté en sanglots et pleuré à chaudes larmes pendant qu’il livrait ses impressions sur la défaite inattendue du « onze (11) national » centrafricain, comme s’il s’agissait d’un véritable deuil national.


A cet effet, nous demandons aux fans de ce genre de faire preuve d’un peu de retenue, de tempérance, de moins de chauvinisme à l’avenir, de faire preuve également de stoïcisme afin d’éviter des conséquences préjudiciables pour leur propre santé mentale et physique. « La RCA a perdu une bataille, mais pas la guerre », comme disait le Général De Gaulle.


Pazza Gbatakoro

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 20:06

 

 

 

 

Au cours d’une conférence de presse qu’il a donnée ce 18 octobre 2012 à Bangui, le Procureur de la République M. Alain Tolmo a porté à la connaissance de l’opinion nationale et internationale, ce que tout le monde savait depuis plus d’une semaine à savoir l’arrestation de trois conspirateurs présumés (un tchadien M. Job Mendobé ; deux nationaux MM. Saint Clair Wokpamapa et Makpayen Le Centrafricain) pour « atteinte à la sûreté intérieur de l’Etat ; détention illégale d’armes de guerre et association de malfaiteurs ».


Le PR qui n’a pas donné les détails de la conspiration visant à prendre le pouvoir par les armes s’est borné à communiquer la liste du matériel et somme d’argent trouvé en possession des prévenus. Il s’agit de :


11 AK47, 01 SCKS, 08 chargeurs, 02 Thuraya, 03 grenades, 92 munitions, 02 tenues et 02 bérets, 200 euros.


Maigre butin pour une atteinte à la sûreté de l’Etat. A bien des égards, ce butin et ce scénario ressemble à s’y méprendre à ceux fomentés par l’ancien PR Firmin Findiro – aujourd’hui en cavale – contre les militants du MLPC en 2007 et l’ancien ministre de sécurité publique, le bouffon Jean Bernard Ouande contre l’ancien Président Patassé.


En bozizie, la psychose du coup d’Etat a de beaux jours devant elle.


Rédaction CAP

 

 

 

Alain-Tolmo-copie-2.JPG

 

 

Je m’en vais vous dérouler le but de cette conférence de presse qui consiste à informer l’opinion publique Nationale et internationale des motifs de l’interpellation de quelques personnes, il y’ a de cela une semaine.


Il s’agit de couper court aux rumeurs folles qui ont commencé comme d’habitude à alimenter la vie publique.

Des informations crédibles nous sont parvenues de ce qu’un groupe de personnes s’apprêtaient à matérialiser un complot contre le Chef de l’Etat ;


Pourtant à y regarder de près le suffrage universel est la seule source de la légitimité du pouvoir.


L’Article 19 alinéa 2 indique que l’usurpation de la souveraineté par coup D’Etat ou par tout autre moyen constitue un crime imprescriptible contre le peuple centrafricain. Toute personne qui accomplit de tels actes aura déclaré la guerre à la République.


Les services de sécurité et de défense ont interpellé 3 personnes ;


II s’agit de :


NENDOBE Job;
MACPAYEN Le Centrafricain ;
et VOKPAMAPA Saint – clair ;


Ils avaient projeté d’attenter à la vie de l’autorité de l’Etat et usurper la légitimité par des armes.


Leur interpellation le 9 octobre 2012 a permis de saisir sur le coup les pièces à conviction suivantes.


2 téléphones Thuraya
11 Kalachnikovs
1 arme SCKM
8 chargeurs
3 grenades plus 3 Goupilles
92 V Cartouches
Une tenue militaire et un béret rouge
Une somme de 200 Euros et autres effets.


Au cours de la perquisition au domicile de NENDOBE Job, il a été retrouvé sur lui :


La carte de la RCA
La carte de la ville de Bangui
L’organigramme de 1′ Etat-major des Forces de défense et de sécurité
L’organigramme de la police militaire


Ils sont poursuivis pour Atteinte à la Sûreté Intérieure de L’Etat, Détention illégale d’Armes et de Munitions de guerre de manière illégale, faux et usage de faux.


Les enquêtes se poursuivent et évoluent secrètement pour déterminer de manière sérieuse et exhaustive toutes les responsabilités.


Dés que l’enquête sera bouclée, très rapidement, ils seront traduits devant les juridictions compétentes et l’audience sera publique.

 

Fait à Bangui,
le 18 octobre 2012

Le Procureur de la République

 


Alain TOLMO

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 17:40

 

 

 

 

 

Touadera-et-Mme.JPG

 


Bangui, 19 oct (CAP) – Devant répondre lundi prochain 22 octobre devant l’assemblée nationale à l’interpellation des députés susceptible de déboucher sur le dépôt d’une motion de censure pouvant renverser son gouvernement, des informations persistantes évidemment très difficilement vérifiables circulent à Bangui faisant état de ce que le premier ministre Faustin Archange Touadéra s'emploierait à réunir des fonds pour corrompre durant ce week-end les députés en vue d'inverser leur point de vue à l'origine de la demande de son interpellation lundi.

 

Une telle démarche de la part de quelqu’un qui se dit intellectuel est particulièrement ignoble et mérite d’être dénoncée et condamnée avec la dernière rigueur. Elle traduit la volonté du personnage dont le bilan après quatre années à la tête du gouvernement est particulièrement catastrophique mais dont la seule préoccupation n’est pas tant d’œuvrer au redressement de la RCA que leur mauvaise gouvernance a mis en lambeaux mais de se remplir les poches au maximum en s’accrochant au pouvoir coûte que coûte à l’instar de son patron le général Bozizé qui a tout fait lors des élections de janvier 2011 pour y demeurer lui aussi.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 12:01

 

 

 

 

romain-sato.jpg


 

 

http://basketactu.com 18 octobre 2012 à 18:47 par Vincent Ricard


L’ailier de Fenerbahçe posséderait un faux passeport.


Selon nos confrères de Talkbasket, Romain Sato s’est vu refuser l’entrée sur le territoire slovène, à la sortie de l’avion qui acheminait les joueurs du Fenerbahçe à destination de Ljubljana. La police aux frontières aurait décelé plusieurs irrégularités sur le passeport de l’ancien swingman de Montepaschi Siena et du Panathinaikos, dont la présence de timbres de pays dans lesquels le néo-Stambouliote n’aurait en fait jamais mis les pieds.

 

Décrite comme étant une mauvaise imitation, la pièce a immédiatement été confisquée et l’extradition du Centrafricain en direction de son pays d’origine serait actuellement discutée.

 

Il est à noter que Sato, qui était censé participer à la rencontre d’Euroleague entre l’Union Olimpija et Fenerbahçe Ulker demain, a joué pendant plusieurs années sur le Continent européen sans que la moindre anomalie n’ait été détectée.

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 00:26

 

 

 

 

 

camions-citernes-tchadiens.JPG

 

 

Les transporteurs centrafricains broient du noir en ce moment car nombre d’entre eux se plaignent du fait qu’ils sont lésés dans l’entente conventionnelle entre les gouvernements centrafricain et tchadien pour le transport des produits pétroliers issus de la raffinerie de Djermaya vers la République centrafricaine. D’après une enquête de CAP, le ministre délégué aux mines Léopold Mboli Fatran était allé signer avec les autorités tchadiennes une convention aux termes de laquelle 65 % du marché du transport des produits pétroliers tchadiens devait revenir aux transporteurs centrafricains.


Force est malheureusement de constater que ces derniers n’y voient que du feu car dans les faits, c’est 100% de ce transport qui est assuré par les transports tchadiens. Selon certains transporteurs, cette convention n’est aucunement respectée ou dans certains cas, ce sont certaines personnalités du pays qui, possédant de gros camions, se taillent la part du lion au détriment des petits transporteurs qui ont pourtant acquitté  les divers droits et taxes à cet effet.

 

Le quota de 65% de fret alloué à la République centrafricaine dans cette convention, est gérée par le Bureau d’affrètement routier en Centrafrique (BARC) véritable vache à lait du ministre d’Etat aux transports le sulfureux Anicet Parfait Mbay. Du coup, on n’est pas loin de penser que dans cette répartition, il y a des magouilles qui se font pour pouvoir obtenir une partie de ce marché. Puisque le ridicule ne tue jamais le centrafricain, on laisse donc passer la plus grosse partie du marché au bénéfice des tchadiens. Seuls quelques gros transporteursparviennent à tirer leur épingle du jeu avec l'appui des ministres ci-dessus cités.


Selon une autre source, la signature de cette convention qui est l’objet d’un des déplacements du ministre délégué Mboli Fatran à Ndjaména, ne serait que du bluff ou encore un vrai marché de dupes. Le bureau du Groupement des transporteurs centrafricains (GTC) qui ne se reconnaît pas dans cette convention avec le gouvernement tchadien pour le transport du pétrole du Tchad vers la République centrafricaine.


La plupart des transporteurs centrafricains qui sont les dindons de cette grossière farce sont contraints à garer purement et simplement leurs camions. En attendant, ce sont les camions citernes tchadiens qui défoncent et abîment la route nationale n° 1 avec les impressionnants convois qu’ils constituent pour livrer les hydrocarbures aux malheureux Centrafricains.

Rédaction CAP

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Economie
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 23:35

 

 

 

 

Baba laddé FPR


Source : http://www.tchadactuel.com

 

« Le lion de la brousse » est rentré au village comme l’ont fait plusieurs opposants armés : affaibli, vaincu, confus et honteux. Baba Lade n’a jamais véritablement menacé le régime de Deby ; pour ce dernier il n’est que le dernier moustique qui refuse de sortir de la moustiquaire et ses bourdonnements l’empêchent de dormir tranquillement, d’autant plus que Baba Lade utilise avec dextérité les medias, alors Deby a utilisé des moyens forts pour faire sortir le lion de sa tanière.


Accueilli à N’Djamena, sans faste ni éclat, disons même avec mépris, Baba Ladé reste reclus à l’instar de ses collègues ex-opposants, sans mouvement ni parole. Quant aux troupes de Baba Ladé, Deby les a fait disparaître ou plutôt éparpiller à coup de canon et de bazooka. Deby n’a voulu aucun dialogue pour une éventuelle intégration des ex-rebelles dans l’armée et a utilisé celle-ci pour les renvoyer dans leurs villages, désarmés et pieds nus. L’opération de ralliement et de désarmement de Baba Ladé a servi au despote une occasion en or de monter une opération d’un cynisme sans égal. Deby est torturé par l’opinion international pour son comportement despotique vis –à-vis des syndicats et des journalistes. Ses ratés diplomatiques, la chute de sa valeur combattante à la bourse de Tombouctou et enfin le mécontentement généralisé de la population tchadienne envers son régime, le placent dans une situation intenable ; alors il faut un divertissement, cynique soit-il, pour s’attirer une éventuelle sympathie de certains ONG ou organismes prêts à avaler n’importe quoi.


C’est ainsi que, après avoir fait éparpiller les éléments de Baba Lade, Deby rafla par la même occasion tous les enfants bouviers peuls de la région. L’armée tchadienne, pendant 2 semaines, ratissa tous les campements des éleveurs peuls à la recherche des enfants, lesquels enfants ont été présentés au monde entier comme des enfants soldats enrôlés de force par la rébellion de Baba Lade et que Deby vient de les libérer ! L’ONG suisse s’occupant des enfants à N’djamena et l’UNICEF n’ont pas tardé à cautionné une opération machiavélique en sautant dans les bagages du Gouvernement pour aller visiter lesdits enfants.


Beremadji Félix  N’djaména – Tchad

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers