Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 22:04

 

 

Joseph Kony et un de ses adjoints

 

            Joseph Kony et ses lieutenants

 

 

United Nations  (New York) 14 Mai 2010 - La fréquence et la brutalité des attaques perpétrées contre les populations civiles par l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans la zone transfrontalière de République démocratique du Congo (RDC), du Soudan et de la République Centrafricaine (RCA) sont extrêmement inquiétantes, a indiqué vendredi une porte-parole du Haut commissariat pour les refugiés (HCR) à Genève.

En RCA, entre le 20 mars et le 6 mai 2010, au moins une dizaine d'attaques ont été organisées par les hommes en armes de la LRA au nord du pays dans six villages de la province de Mbomou. Les miliciens ont tué 36 personnes, brûlé de nombreuses maisons et provoqué la fuite de plus de 10.000 personnes, affirme le HCR.

En RDC, entre le 22 et le 26 février dernier, la LRA a fait une incursion dans l'est du pays dans la province du Bas-Uele causant la mort d'une centaine d'hommes, de femmes et d'enfants.

Au Soudan, après avoir multiplié les attaques en août 2009 au sud du pays, le dernier raid du groupe armé a été répertorié le 6 avril dernier et a pu être repoussé par les forces de police soudanaises. Les violences ont fait un mort et de nombreux blessés parmi les populations réfugiées dans cette zone.

Les hommes de la LRA visent les villages isolés et sans protection. Le HCR affirme que d'autres atrocités perpétrées sont sûrement encore inconnues. Depuis décembre 2008, l'épicentre des activités du groupe se trouve dans deux provinces de l'est de la RDC, le Haut-Uele et le Bas-Uele où 1.800 personnes ont été tuées, 2.500 kidnappées et 280.000 autres déplacées. Ces violences ont provoqué la fuite de 20.000 Congolais réfugiés au Soudan et en RCA, estime le HCR.

Selon l'agence onusienne, la Soudan compte également 2.500 déplacés et la RCA environ 87.800.

En visite au début du mois de mai en RDC, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies et Coordonnateur des secours d'urgence, John Holmes, avait vivement condamné les violences commises par les rebelles de la LRA dans le nord-est du pays.

« L'Armée de résistance de seigneur [LRA] ne cesse de commettre des atrocités abominables à l'encontre des habitants du district qui sont maintenant déplacés sans espoir de rentrer chez eux dans un futur proche », avait dit M. Holmes lors d'une visite dans le district du Haut-Uele à la frontière avec le Soudan et la RCA. « Ceci est inacceptable. Nous avons besoin de trouver une solution à ce qui est devenu une crise régionale », avait-il ajouté.

La LRA a été créée en 1986 en Ouganda puis a établi son camp de base au Soudan à partir de 1993. Elle intervient depuis 2005 en RDC et depuis 2009 en RCA.

Par ailleurs, une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU est arrivée vendredi en RDC. Elle doit rencontrer samedi le Président Joseph Kabila dans la province du Bas-Congo. Menée par l'ambassadeur français auprès de l'ONU, Gérard Araud, la délégation a déjà rencontré le Premier ministre congolais, Adolphe Muzito, et le chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC).

Copyright © 2010 United Nations.

 

Hausse des attaques de la LRA sur les quatre derniers mois selon le HCR

Source: Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Date: 14 mai 2010


Ceci est un résumé de ce qui a été dit par le porte-parole du HCR au Palais aujourd'hui exposé des presse des Nations à Genève. De plus amples informations peuvent être trouvées sur les sites Internet du HCR, www.unhcr.org et www.unhcr.fr, qui doivent également être vérifiés régulièrement des mises à jour des médias, les jours non-information.

Le HCR est préoccupé par les informations que nous recevons de nos bureaux sur le terrain d'une hausse spectaculaire de la fréquence et la brutalité des attaques menées par le groupe ougandais l'armée connue sous le nom Lord's Resistance Army (LRA) contre des civils en République démocratique du Congo, le Soudan et le République centrafricaine.

Entre Mars 20 et 6 mai, il y avait au moins dix raids de la LRA dans la province méridionale du CAR Haut-Mbomou sur les villages de Mboki, Agoumar, Guerekindo, Bouete, Kitessa et Miskine. Trente-six personnes ont été tuées, des maisons ont été incendiées, et 10.000 personnes ont été arrachées avec 411 personnes fuyant à travers la frontière en RDC. Les nouveaux déplacés sont concentrés dans les villes de Bangassou, Rafai, et Zemio et aussi dans Mboki.

En RDC, la dernière attaque de grande envergure LRA aurait eu lieu entre le 22 et 26 Février au Kpanga, quelque 60 km au nord Niangara, dans le Bas-Uele district de la province Orientale en RDC. La LRA aurait tué jusqu'à 100 hommes, femmes et enfants. C'est un domaine qui a maintes fois souffert de violences de la LRA.

Au Soudan, attaques de la LRA ont été centrées sur le centre et l'ouest des régions d'Equatoria, frontière de l'Ouganda, la RDC et la RCA. Depuis août 2009, la LRA a mené des incursions renouvelée, qui ont forcé la réinstallation des réfugiés, le déplacement de la population locale et gravement perturbé la circulation de l'aide humanitaire. Le 6 avril, le groupe fait une descente au règlement Ezo réfugiés Napere dans l'Equatoria occidental, tuant un réfugié hommes et en blessant un autre. L'attaque a été repoussée par les membres de la force de la police sud-Soudan.

Roving des bandes de combattants de la LRA souvent la proie des villages non protégés dans des régions éloignées des routes très pauvres et les communications. En conséquence, certaines des atrocités commises par le groupe reste inconnu pour de longues périodes.

L'épicentre des atrocités LRA sont les deux districts du Haut-Uele et du Bas-Uele dans la Province Orientale de la RDC, où depuis Décembre 2008, il a tué plus de 1.800 personnes, enlevé quelque 2.500 autres, et 280.000 personnes déplacées, la majorité d'entre eux dans 2009. Il a également forcé près de 20.000 Congolais à chercher refuge au Soudan et la RCA.

Au Soudan, la LRA aurait causé la mort de quelque 2.500 personnes déplacées à l'intérieur et l'autre 87.800, principalement en Europe centrale et de l'Equatoria occidental.

La LRA surgi en Ouganda en 1986, a établi sa première base au Soudan en 1993, et la propagation de la RDC en 2005, avant de s'installer plus au nord dans la voiture en 2009.

En RCA, la task-force de l'ONU sur les personnes déplacées, dont le HCR est membre, prend des dispositions pour livrer aussi rapidement que nous pouvons l'eau et des installations sanitaires et des services, de la nourriture, des bâches en plastique, des couvertures, des nattes, des moustiquaires des ustensiles de cuisine, kits d'hygiène et du savon pour les personnes nouvellement déplacées dans la province de Haute-Mbomou. Une mission d'évaluation sera mis sur la voie de Zemio ce week-end, où nous avons les personnes déplacées d'un côté et les réfugiés de la RDC de l'autre.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 21:36

 

 

Bangui.jpg

 

                 Ville de Bangui

LE MONDE | 14.05.10 | 17h59  •  Mis à jour le 14.05.10 | 20h51


C'est un scandale silencieux. Ses victimes, 13 500 malades souffrant du sida en République centrafricaine, l'un des pays les plus pauvres et les plus délabrés d'Afrique, sont menacées de mort, mais elles n'ont guère le droit à la parole. Les trafiquants, probablement proches des autorités locales, qui détournent et revendent les médicaments antirétroviraux (ARV) destinés à ces patients, agissent dans la plus grande discrétion. Quant au Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, l'agence internationale créée en 2002 pour financer les traitements, elle fait le gros dos, alors que ses crédits sont en partie détournés depuis des mois en République centrafricaine.

Sollicitée par Le Monde, l'institution reconnaît "quelques dysfonctionnements" et admet l'existence de pièces comptables "non conformes". L'organisme centrafricain chargé de distribuer les médicaments "fait de la résistance", indique seulement Wilfried Thalmas, chef de la division Afrique de l'Ouest du Fonds, basé à Genève, qui dément tout risque de hiatus dans le traitement des malades.

Cependant, les faits recoupés auprès de plusieurs sources fiables sont accablants : la République centrafricaine a interrompu depuis janvier ses commandes d'ARV, pourtant financées. Un nouvel ordre d'achat devait être donné en avril. Il ne l'a pas été. Compte tenu des stocks existants et du délai de trois mois nécessaire pour l'acheminement, la rupture dans l'approvisionnement, dès la fin du mois de juin, est inéluctable, selon plusieurs observateurs. "Il y a urgence à passer commande dès maintenant, sans perdre de temps, indique, sous couvert d'anonymat, un acteur proche des bailleurs de fonds. Le risque de mort est considérable pour les 13 500 personnes traitées." L'interruption du traitement peut en effet provoquer une mutation du virus qui rend inadaptés les médicaments utilisés auparavant. Il faut alors recourir à des traitements dits "de seconde ligne", quatre fois plus onéreux. "Certaines molécules manquent déjà, constate, à Bangui, Luc N'Vendo, président du Réseau centrafricain des personnes vivant avec le VIH. On parle de mauvaise gestion. Nous nous demandons qui en est à l'origine."

En février-mars, le traitement des malades a déjà été brutalement interrompu pendant près d'un mois. "Le pronostic vital s'assombrit à terme", assénait alors un rapport confidentiel, relevant "des cas d'agressivité de la part des patients vis-à-vis des personnels soignants". Cette situation faisait suite au gel du financement décidé en octobre 2009 par le Fonds mondial. "Il s'agissait de faire cesser les dysfonctionnements, pas de toucher les approvisionnements en médicaments", assure M. Thalmas.

Les crédits internationaux avaient été suspendus après les constats dressés, en juillet puis en octobre 2009, par deux missions d'inspection du Fonds mondial : le Comité national de lutte contre le sida (CNLS), partenaire centrafricain du Fonds mondial, avait réembauché des employés auparavant écartés pour "détournements massifs". Le comptable, pièce maîtresse de l'audit financier exigé, avait disparu. Les personnels des centres de dépistage, non payés depuis des mois, s'étaient mis en grève.

Le médecin centrafricain responsable du comité censé superviser les opérations s'interrogeait "sur la capacité à contrôler une situation pouvant impliquer des proches de la présidence". La Croix-Rouge et l'Institut Pasteur, en première ligne dans le suivi sérologique des malades, n'étaient plus rémunérés. Pour couronner le tout, le nouveau coordonnateur d'Onusida nommé à Bangui n'était autre qu'un médecin mauritanien mis en cause par le Fonds mondial pour le détournement de 4 millions de dollars ( 3,1 millions d'euros) destinés à la lutte contre le sida dans son pays.

En janvier, une nouvelle mission d'inspection des bailleurs a remédié à ces aberrations et a rétabli les financements en échange de promesses de transparence... qui n'ont pas été tenues jusqu'à présent.

Yacinthe Wodobodé, coordinatrice du CNLS centrafricain, met en cause les retards de financement du Fonds mondial, "dont les malades ont été les premières victimes". Elle reconnaît que certains "sous-traitants" "ne sont pas en mesure de justifier leur gestion", mais assure qu'il n'est pas en son pouvoir de les sanctionner. "Si les responsables ne sont pas écartés, alors le serpent se mordra la queue", résume-t-elle, pour signifier que la corruption perdurera.

D'autres observateurs dressent un tableau moins elliptique : ils décrivent "un système de captation des médicaments dès leur livraison à l'aéroport de Bangui puis dans les lieux de stockage, la multiplication d'officines privées fictives qui revendent les ARV destinés à être donnés". Selon un témoignage, "un dirigeant de la lutte contre le sida en République centrafricaine s'est fait construire une clinique médicale".

L'affaire, emblématique du fonctionnement de nombreux mécanismes d'aide en Afrique, met en lumière leur inadaptation, en particulier dans des pays où l'Etat relève de la fiction et n'est pas à même de servir de relais. C'est le cas en République centrafricaine, sortie de la guerre civile en 2003, mais dont certaines régions ne sont pas contrôlées par le pouvoir central. Le Fonds mondial, soucieux de ne pas se substituer aux autorités locales, ne dispose pas de personnel local dédié et s'en remet de fait à ces dernières. "Le Fonds mondial fait le silence sur la corruption pour ne pas désespérer les donateurs", analyse un universitaire spécialiste de l'Afrique.

Un seul chiffre donne la mesure du gouffre qui sépare un pays comme la République centrafricaine de la communauté internationale : le budget annuel consacré par le Fonds mondial à la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose dans ce pays s'élève à 22,9 millions de dollars, soit plus de dix fois le budget total du ministère de la santé centrafricain (1,8 million de dollars). De quoi expliquer les convoitises que suscite cette manne. Mais pas l'omerta qui entoure son évaporation.

 

Philippe Bernard

Article paru dans l'édition du 15.05.10

 

Réaction d’un lecteur du Monde :

jlecynique

  qu’on arrete de nous parler de républiques et de démocratie dans cette partie du monde. manifestement l’Afrique n’est pas prete, ce ne sont que des dynasties qui s’installent ou des présidents qui restent au pouvoir par tricherie ou meme sans élections! l’esclavage, phénomène prédominant sur ce continent existe toujours, il a seulement changé de formes et les esclavagistes de couleur, quoique....  

 

 

NDLR : La corruption au CNLS et au ministère de la santé à Bangui atteint aujourd'hui des proportions tellement scandaleuses que le très sérieux journal Le Monde est obligé d'en parler. Il a fallu que le Fonds Mondial de lutte contre le Sida suspende pendant cinq mois durant ses décaissements pour que la mauvaise gestion et en particulier la corruption qui sévit au CNLS autour de la distribution des ARV censés être distribués gratuitement aux malades, puissent être révélées au grand jour et mises à nu. Cette corruption et les détournements et commercialisation frauduleuse d'ARV se font non seulement au nez et à la barbe des responsables au plus haut niveau du pays, CNLS, ministère de la santé, Primature et même Présidence de la République, mais certains en profitent et en sont complices. Y-a-t-il un pilote dans l'avion Centrafrique ? Il faut croire que non puisque ce manège qui enrichit quelques-uns en donnant la mort à d'autres, continue malheureusement dans le plus grand des silences. Comment voulez-vous que les statistiques de la mortalité du fait du Sida puisse régresser en Centrafrique ! C'est impardonnable ! Voilà un pan du bilan de la mauvaise gouvernance de Bozizé après sept années de gestion à la tête du pays. Que les Centrafricains en prennent conscience !  

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Nation
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 21:24

 

 

 

Boz-et-Monica.jpg

 

 

Le Monde | 14.05.10 | 18h28  •  Mis à jour le 14.05.10 | 18h28

L'Assemblée nationale de la République centrafricaine a adopté, lundi 10 mai, un projet de loi permettant de prolonger sine die le mandat du président de la République, François Bozizé, qui expire le 11 juin. Aucune date n'a été fixée pour l'élection présidentielle qui devait avoir lieu le 25 avril, puis le 16 mai.

La société civile et les bailleurs de fonds internationaux reconnaissent que les conditions ne sont pas réunies pour qu'un scrutin incontestable puisse être organisé, notamment faute d'un recensement des électeurs. Cette situation fait craindre la reproduction, en République centrafricaine, du scénario de la Côte d'Ivoire, où le président Laurent Gbagbo reste au pouvoir alors que son mandat a expiré en 2005.

Le 8 avril, Alain Joyandet, secrétaire d'Etat français à la coopération, a signé à Bangui un nouvel accord de défense entre la République centrafricaine et la France. Il a souhaité que les élections aient lieu "dans le respect des conditions démocratiques".

La stabilité du pays importe à la France, notamment parce qu'Areva y a signé, en août 2008, un accord prévoyant la mise en exploitation en 2010 de la mine d'uranium de Bakouma. Mais ce projet a pris du retard, suscitant une tension entre les deux pays.

La République centrafricaine, dominée dans les années 1970 par l'empereur Bokassa, soutenu par la France, est régulièrement secouée par des coups d'Etat. Le dernier, en 2003, a porté au pouvoir le général Bozizé, qui a été confirmé par les urnes en 2005.

Le pays, ravagé par une guerre civile au début des années 2000, reste en proie à une insécurité persistante, alimentée par des rebelles et des coupeurs de route. Le nord du pays, aux confins du Tchad et du Soudan, est affecté par le conflit du Darfour ainsi que par une rébellion locale. Dans le Sud-Est sévit l'Armée de résistance du Seigneur, d'origine ougandaise, connue pour ses enlèvements d'enfants, dont les exactions provoquent des déplacements de population.

Pays enclavé et pauvre, la République centrafricaine est classée 179e sur 182 à l'indice du développement humain des Nations unies publié en 2009. C'est le 10e pays du monde le plus infecté par le sida.

Mais seules 36 % des personnes qui en souffrent à un stade avancé bénéficient des médicaments antirétroviraux, selon le dernier rapport de l'Onusida. Ce taux ne dépasse pas 4 % pour les enfants. En raison de ce contexte, l'espérance de vie diminue : de 43 ans voilà cinq ans, elle vient de passer au-dessous de la barre symbolique des 40 ans.

Philippe Bernard

Article paru dans l'édition du 15.05.10

NDLR : Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Ce triste et sombre tableau que dresse ici le très prestigieux quotidien parisien Le Monde est en lui-même, le désastreux et éloquent bilan de sept années de gestion du général président François Bozizé à la tête de la République centrafricaine. Est-ce parce qu'elle regorge d'uranium qui intéresse tant la France et AREVA que ce pays et ses habitants doivent continuer à subir la dictature sanguinaire d'un vulgaire prédateur comme Bozizé ?

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 15:53

 

 

Saragba-Franck.jpg

 

 

 

Pour avoir fait paraître sur Centrafrique-Presse, celui de l'indépendant et dans certains quotidiens banguissois, une tribune dans laquelle il a osé affirmé que le report des élections en Centrafrique, faute de pouvoir les tenir dans les délais requis par la Constitution, est un échec pour le général-président Bozizé, le compatriote Franck Saragba s'est attiré les foudres et une réaction de vierge éffarouchée du griot attitré de Bozizé, un certain Zama Javan Papa que son maître vient de bombarder DG de la presse présidentielle et qui a cru devoir inaugurer ses nouvelles fonctions en se payant la tête de Franck Saragba. Cette réaction du griot de service du dépeceur sanguinaire signifie que Franck Saragba dans son écrit, a vraiment appuyé là où cela a pu faire mal à Bozizé pour qu'il puisse ordonner à son griot de lui répondre. Si un seul écrit peut faire sortir de ses gonds Bozizé et sa racaille, chers compatriotes, à vos plumes ! La victoire est pour bientôt...!

 

Rédaction C.A.P

 

Les Turpitudes de l’opposition Centrafricaine contre la Vision Patriotique du Président Bozizé

Dans une véhémente protestation, le Directeur Général de la Presse présidentielle, M. Javan Papa Zama , s’est lancé dans une contre attaque en ligne contre les écrits séditieux de M. Franck Saragba dans la presse locale et sur l’internet à propos de la dernière décision du Président François Bozizé YANGOUVOUNDA , de hâter les élections législatives et présidentielle 2010 afin de d’éviter un vide juridique à l’expiration de son mandat le 11 juin 2010.

La Rédaction de l’ACAP a pu se procurer une copie du texte du confrère de la presse présidentielle qu’elle reproduit ci-dessous.

(ACAP)  12 mai 2010 Des Centrafricains de mauvaise foi, de l’intérieur et de l’extérieur, se sont illustrés ces derniers temps par des attaques en règle contre les plus Hauts dirigeants de la République Centrafricaine. La raison invoquée est la volonté exprimée par le Président François Bozizé YANGOUVOUNDA d’organiser , au plus vite les élections générales dans le délai constitutionnel avant l’expiration de son mandat prévu pour le 11 juin 2010.
L’occasion pour un certain Franck Saragba de s’étaler sur le net et dans les colonnes du Globe le visionnaire et du quotidien le Confident en fustigeant la volonté politique du chef de l’Etat qu’il qualifie de « prétexte avancé » pour confisquer durablement le pouvoir.

Avec beaucoup de verve, M .Franck Saragba souligne l’incompétence du régime Bozizé d’organiser les élections pluralistes, ignorant lui-même la mauvaise foi et les tentatives de sabotages de l’opposition délibérément, ce persifleur mesquin va même jusqu’à considérer comme un échec pour le Président François Bozizé Yangouvonda le report de ces élections.
Cette conception exagérée interpelle à juste titre notre réaction face à des propos diffamatoires et gratuits contre le chef de l’Etat, pourtant très scrupuleux sur le respect des valeurs démocratiques et de la Constitution Républicaine.

Il faut rappeler que l’élaboration et la mise en œuvre du processus électoral incombent à la seule CEI, Institution Indépendante des pouvoirs publics, et non au Président de la République. Même si, jusqu’ici, le gouvernement s’est acquitté de la subvention de 3, 5 milliards de francs CFA alors que la communauté internationale traîne encore les pas.
Tout est bien qui finit bien. L’amendement porté à la Constitution du 27 décembre 2004 en ses articles 24 et 50, pour le prolongement des mandats Présidentiel et Parlementaire jusqu’aux prochaines élections générales, a été salué par tous comme la victoire de la sagesse Centrafricaine, n’en déplaise aux mauvaises langues comme celle de Franck Saragba

 

Réponse à la réaction épidermique de monsieur Javan Papa Zama, nouveau directeur  général de la presse présidentielle.

Monsieur le directeur général, bonjour !

Avant  d’aborder  plus loin l’objet de ma réponse suite à votre réaction épidermique relative à mon dernier article, permettez que je vous adresse toutes mes félicitations en ce qui concerne votre récente nomination au poste ô ! Combien stratégique de directeur général de la presse présidentielle. En espérant de tout cœur que vous mettrez seulement et seulement en avant les qualités qui sont requises pour occuper cette fonction hautement politique et indiscutablement technique. A savoir, une compétence reconnue par vos pairs en la matière, une moralité irréprochable dans la gestion de la chose publique et enfin  un sens de l’analyse assez pertinente pour informer  en toute objectivité afin d’éclairer le général-président dans la prise de décision au moment où notre pays est entrainé inexorablement vers l’inconnu.

Monsieur le directeur général, « Les turpitudes de l’opposition centrafricaine contre la vision patriotique du président Bozizé » tel a été le titre d’un article ou plutôt d’une réaction épidermique que vous avez fait publier le 12 mai 2010 sur le site de l’agence centrafricaine de presse (ACAP). Une réaction sans doute légitime mais malheureusement impertinente qui se veut en réponse à mon article selon lequel » l’autoritarisme du général bozizé était à l’épreuve du temps ». Un article qui a été publié  le 04 mai 2010 notamment sur les sites de Centrafrique presse et de l’indépendant. Pourtant j’avais soulevé un problème de fond en m’appuyant sur des  éléments objectifs d’appréciation,  qui me semble-t-il, vous ont échappé.

Alors que mon article a plutôt privilégié et posé  un problème de fond, le vôtre s’est vautré à magnifier la forme comme vous savez dangereusement faire dans vos émissions de radio. Une émission qui est une copie pâle de la triste radio milles collines au Rwanda avec les conséquences que l’on sait,  suspendue à raison il y’a si peu par un ministre qui a compris les dangers d’une telle propagande. Une émission  qui malheureusement d’après les dernières nouvelles, a repris pour  déverser la haine sur les ondes de la radio nationale et ainsi pousser nos compatriotes les plus naïfs les uns contre les autres. A présent que vous êtes directeur général de la presse présidentielle, il va falloir que vous fassiez un effort pour prendre un peu de la hauteur afin d’aborder le fond des informations à traiter. Juste pour rehausser un peu l’image de notre pays déjà bien entamée.

Monsieur le directeur général, puisque vous m’aviez invité à traiter plutôt la forme que le fond, eh bien ! Restons-y, même si j’ai du mal comme beaucoup de Centrafricains, à me conformer à cet exercice imposé. Tantôt  vous avez parlé des « turpitudes de l’opposition centrafrifraicaine contre la vision patriotique du président Bozizé » sans pour autant nous donner des éléments objectifs d’appréciation. C’est un point de vue que nous respectons mais que nous ne partageons  pas. Si la turpitude est un ensemble d’actions honteuses, d’écrits ou de paroles ignobles, alors vous êtes bien placé pour le savoir à travers vos émissions et les actes posés par le régime depuis 2003 que nous ne pourrions égrener tous ici.

Quant au qualificatif de « séditieux «  dont vous avez affublé mon article, je laisse le soin aux Centrafricains avertis de mesurer toute la portée de vos mots qui sont utilisés à tort et à travers. Sachant que la sédition est synonyme d’instigation à l’émeute, à la révolte et au soulèvement contre la puissance établie ou qui révèle une révolte concertée et préméditée contre ceux qui détiennent l'autorité. A aucun moment de telles insinuations ne  sont apparues dans mon article. Si vous chercher à plaire coûte que coûte au général-président qui a tort de n’écouter que des compliments et autres mensonges de ce genre, il est aussi de mon devoir de citoyens de relever les incohérences, l’incompétence du régime en place et surtout de faire des analyses justes, quel qu’en soit le prix à payer. Ne pas dire la vérité, c’est trahir les Centrafricains, c’est trahir mon pays. Il y’a longtemps, j’ai pris le parti de ne pas défendre les intérêts d’un homme mais plutôt ceux des Centrafricains. Vous avez fait votre choix, je le respecte.

Monsieur le directeur général, Vous m’avez traité de « persifleur mesquin ». Ce mot que vous avez  composé de toute pièce est antagonique et contraire à la rhétorique. Si un persifleur est celui qui tourne en dérision par son comportement ou par des propos moqueurs, alors je suis bien un persifleur donc un vrai démocrate qui a compris le jeu démocratique de surcroît ouvert au dialogue. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Le jeu démocratique est un jeu qui requiert de la rhétorique, de la tolérance et beaucoup de dérision dans les échanges sinon il ne reste que la voix de la force et des armes. Malheureusement notre pays  ne regorge pas assez de persifleurs. Nous aurions pu éviter les coups d’Etats, les assassinats politiques, la violence politique que nous avons érigés en mode de gouvernement. Par contre la mesquinerie est par excellence l’antithèse du gentleman démocrate qui allie noblesse et générosité. Ne voyez pas là monsieur le directeur général, un pédantisme quelconque de ma part à votre égard mais tout simplement un amour désintéressé de l’utilisation du verbe en tant que moteur de l’animation de la vie politique. Le verbe n’est-il pas au commencement de toute chose ?

Par ailleurs, vous avez parlé de diffamation qui est une accusation grave et qui désigne le fait de tenir des propos portant atteinte à l’honneur où à la réputation d’une personne physique ou morale. Par mon éducation et mon instruction il m’est interdit de porter gratuitement l’opprobre sur autrui. On sait qu’il y a diffamation que lorsque l’acte reproché porte sur des contre-vérités. Y’a-t-il contre vérité  de dire que le régime du général-Bozizé est incompétent ?  Où est la diffamation ? Le mot incompétent qui pourrait se comprendre de deux manières monsieur le directeur général, n’est pas comme vous le croyez une insulte. C’est tout simplement un constat, une vérité.

Dans le sens premier  du terme incompétent, le général Bozizé à qui on reconnait la formation militaire à l’ESFOA de Bouar détient une compétence militaire. Par contre il ne détient pas la compétence politique du fait qu’il n’a été auparavant ni militant de parti politique ni n’a suivi une formation théorique en politique. De ce fait, il n’a pas la compétence politique selon la définition que le dictionnaire nous donne. Il est arrivé en politique par accident. Convenez monsieur le directeur général, que ce n’est pas moi qui ai inventé cette évidence là. L’incompétence monsieur le directeur général, est une plaie béante dans le fonctionnement de notre république. Chaque personne est née avec des aptitudes, des compétences qui sont acquises et développées. Aux gouvernants de s’en servir à bon escient, autrement dit il faudrait mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Le deuxième sens qui a un rapport au bilan du régime de Bozizé concerne l’organisation des élections générales libres et transparentes, puisque c’est de cela dont nous  parlons. Le régime disposait alors de cinq bonnes années pour les préparer. Partout ailleurs dans le monde, c’est au parti au pouvoir d’organiser les élections sauf en République centrafricaine. L’opposition tente de saboter le processus dites-vous ! Mais le parti au pouvoir est-il vraiment exempt de tout reproche ? Lui qui a joui pendant sept bonnes années des pleins pouvoirs aussi bien exécutif, législatif  que de l’autorité judiciaire tout en muselant la presse, en méprisant les syndicats, en faisant la chasse aux sorcières aux opposants et autres leaders d’opinion. Si le régime avait misé sur des hommes compétents nous n’en serions pas là.

Monsieur le directeur général, à partir du moment où les élections n’ont pas pu avoir lieu, cela constitue un échec pour le régime. Le report de ces élections aurait pu être mis au crédit de votre employeur si et seulement si il n’avait pas livré un bras de fer avec toute l’opposition démocratique et la communauté internationale. Son intention, malgré la situation bloquée du programme DDR, malgré l’insécurité dans le pays, malgré l’absence de liste,  était d’aller aux élections. Heureusement que de vaillants fils du pays, y compris dans son propre camp, ont été vigilants, suivis en cela par la communauté internationale. C’est à contre cœur que le général-président qui a fait l’unanimité contre lui,  a reporté ces élections. Par conséquent c’est d’un échec politique personnel dont il s’agit.

Monsieur le directeur général, vous faites bien de rappeler maladroitement le caractère indépendant de la commission électorale indépendante dont le président n’a pas été élu conformément aux recommandations du Dialogue Politique Inclusif mais nommé par le président de la République.  Drôle d’institution indépendante, n’est-ce pas monsieur le directeur général ?

Enfin, vous vous félicitez  par « Tout est bien qui finit bien ». Pour ma part, je suis bien pour le report de ces élections et la prorogation du mandat du général-président, non pas pour soutenir son régime mais par pur esprit de responsabilité, une histoire d’éviter le chaos dans notre pays. Je l’avais déjà expliqué à maintes reprises dans mon précédent article au titre évocateur (La prorogation du mandat de Bozizé contre un report des élections comme solution politique d’apaisement).

Monsieur le directeur général, votre triomphalisme décalé par rapport à la gravité du moment et qui n’a pas lieu d’être, m’inquiète énormément et me rend triste pour l’avenir de notre pays. Voilà un pays dont le régime en place n’a pas su organiser une élection libre et transparente dans les délais prévus, ce qui en d’autre lieu serait considéré comme une violation flagrante de la constitution. Tout le monde s’accorde à reconnaitre l’impossibilité d’organiser les élections dans ces conditions. Pour préserver la paix toute l’opposition a accepté l’idée d’un report qui aboutirait à un accord politique. Voici qu’avec la complicité de certains députés de la nation  et  la collaboration de la cour constitutionnelle qui a pour mission d’assurer l’état de droit et vérifier la conformité des lois, sont passés outre malgré les verrouillages de la constitution pour proroger sans aucune condition le mandat du président sortant ainsi que ceux des députés. Tous ces cafouillages, ces tripatouillages que nous venons de semer, nous le récolteront bientôt. On ne peut bâtir une société juste et équilibrée sur des cafouillages et des tripatouillages comme vous l’entendez. Contrairement à vos paroles mielleuses qui n’ont pour seul objectif que de préserver votre pain quotidien, de tromper un peu plus le général-président Bozizé dans ses choix, il existe des compatriotes sincères et désintéressés qui émettent un autre son. Celui de la vérité.

 

Franck SARAGBA

« De l’esprit fini kodé »

 

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 04:26

 

 

carte-visite-Fabien-Singaye.jpg

 

Voici la première partie d'un long et intéressant article publié par Jacques Perrin dans la revue XXI du mois de mai juin 2010. Il relate les troublantes activités au Rwanda auprès de la famille Habyarimana avant et après la mort de ce dernier, des personnages sulfureux comme le capitaine Paul Barril et le conseiller spécial de Bozizé Fabien Singaye. Cela se passe de commentaires. Bonne lecture !

 

Rédaction C.A.P

« Barril l’affreux»  dans XXI AVRIL/MAI/JUIN 2010 -

 

L'ancien gendarme de l'Elysée s'est construit une deuxième vie après ses échecs professionnels.

Fondateur d'une société de sécurité, appelée Secrets, il s'est fait trafiquant d'influence, d'armes, de mercenaires et de secrets. Ami intéressé des extrémistes rwandais, Paul Barril les a soutenus et défendus au-delà de l'imaginable. Avec l'aval de Paris.

«L'affreux» était bien utile. Lui seul pouvait mettre en œuvre une politique que nul responsable français ne veut aujourd'hui assumer.

Par Jean-Pierre Perrin

 

 

"L'histoire commence dans une chambre à coucher, celle du président rwandais et de sa femme.

Nous sommes le 26 mai 1994, en plein génocide. Juvénal Habyarimana est mort assassiné sept semaines plus tôt, son épouse Agathe a fui en France.

A Kigali, la capitale, l'armée et les milices du gouvernement extrémiste cèdent du terrain aux rebelles, qui atteignent le palais présidentiel et l'investissent. Le reporter suisse Jean-Philippe Ceppi est dans leurs pas.

Parvenu à la chambre du couple, le journaliste fait le tour de la vaste pièce. Coup d'œil sur les lectures présidentielles. Rien de très passionnant: Le Vicomte de Bragelonne, d'Alexandre Dumas, Les Mines du roi Salomon ...

Ci:St alors qu'il aperçoit, abandonnés sous une table de nuit, des rouleaux de télex classés «secret» ou «confidentiel ». Le plus intriguant, c'est qu'ils proviennent de l'ambassade du Rwanda à Berne.

Le journaliste se saisit des rouleaux. Un confrère moins scrupuleux fait main basse sur un flacon d'un litre de Chanel n°5 trouvé dans la salle de bains de la présidente. Il parcourt les télex. Adressés au président Habyarimana, les documents portent tous l'en-tête «A l'attention du colonel Elie Sagatwa ».

 

Le colonel Elie Sagatwa est le secrétaire personnel du défunt chef de l'Etat, le chef de son cabinet militaire aussi. Mais ces fonctions officielles, il les a doublées par d'autres responsables des escadrons de la mort rwandais, il s'occupait des achats d'armes et des relations avec les extrémistes.

Les télex portent une signature, celle de Fabien Singaye, deuxième secrétaire d'ambassade. La fonc­tion sans relief est destinée à faire illusion. Dans les faits, Fabien Singaye, 35 ans, est une «moustache », c'est-à-dire un homme des services secrets en Répu­blique helvétique, et au-delà: «De l'Europe de l'Est jusqu'à la Chine », précise le journaliste et enquêteur suisse Jean Musy.

La lecture est édifiante. Amateur de basses beso­gnes, Fabien Singaye raconte comment il repère les opposants au régime. Il dénonce aussi ses collègues diplomates mariés à des femmes tutsies et fait des fiches sur les journalistes étrangers critiques ...

Mais il y a bien plus intéressant.

Au détour d'une phrase, un nom apparaît dans le télex daté du 10 février 1992: « Voir comment on peut mettre. sur pied un plan de travail avec Barril.» ALIAS« BRAVO»

Barril, le capitaine Paul Barril en cheville avec un deuxième couteau? Ce super gendarme qui diri­gea le GIGN au début des années 1980? Ce nageur de combat, as en arts martiaux et tireur d'élite? L'hom­me qui clame avoir « arrêté 115 personnes, participé à la reddition de 61 forcenés, neutralisé à mains nues 17 individus armés, libéré plus de 450 otages» ? ..

On a d'abord du mal à y croire. Mais la lecture des télex de Berne lève tout doute. Il ne s'agit pas d'une collaboration occasionnelle. L'ancien

On a d’abord du mal à y croire. Mais la lecture des télex de Berne lève tout doute. Il ne s’agit pas d’une collaboration occasionnelle. L’ancien super gendarme est missionné, il est l'homme de confiance de Fabien Singaye, l'agent des services secrets rwandais en Suisse.

Barril a un nom de code: «Bravo ». Et un ordre de marche: vérifier les informations et rumeurs transmises par Fabien Singaye, lui en fournir aussi.

Ce que fait le capitaine, sans état d'âme. Dans un télex daté du 22 janvier 1992, la «moustache» rwandaise rend compte à ses supérieurs des dernières activités de son super espion. «Vous informe que le mardi 2 janvier j'ai eu une longue conversation avec Bravo qui se trouve en Italie pour une visite officielle du président du Qatar. Il m'a confirmé les informations ... », écrit-il. Il poursuit: «Bravo souhaite que j'aille le voir à Paris dans le courant du mois de février car il aurait des documents à me confier, des documents qu'il n'aimerait pas m'envoyer par [la] poste.»

Les télex de Fabien Singaye, adressés au secrétaire particulier du chef de l'Etat rwandais, ne laissent place à aucune hésitation: Paul Barril, alias « Bravo », travaille pour l'espion en chef de Kigali.

L'ancien gendarme ne recule devant rien. Il informe, par exemple, sa« moustache» rwandaise des échos qui lui parviennent de l'Elysée, où opère son mentor, François de Grossouvre, conseiller pour les affaires privées de Mitterrand.

L'ESPION, LA «TAUPE» ET LE JUGE

Paul Barril est une «taupe », la «taupe» de Fabien Singaye. Fabien Singaye, son contact et deuxième secrétaire d'ambassade, est au cœur du réseau des «grands génocidaires ». Le beau-père de la «moustache» de Berne n'est autre que « le financier du génocide », Félicien Kabuga, un des hommes aujourd'hui les plus recherchés au monde.

Fin 1994, alors que les extrémistes rwandais sont en pleine déroute après avoir commis le génocide, Fabien Singaye use de ses contacts avec l'exécutif suisse. Son beau-père, Félicien Kabuga, s'introduit frauduleusement dans le pays. Quand sa présence sera révélée au grand jour, « le financier du génocide » sera expulsé, pas arrêté. Avant de partir, il aura le temps de retirer sa fortune des coffres suisses.

Pour Singaye, la roue tourne également. Lui aussi est bientôt déclaré persona non grata, pour activités incompatibles avec son statut de diplomate. Mais le 9 août 1994, il frappe à la porte de la maison France. Et obtient aussitôt un titre de séjour.

Singaye coule désormais des jours heureux à Aulnay-sous-Bois, dans la banlieue parisienne. Un homme d'affaires français, qui l'a approché, le décrit comme «travaillant pour le plus offrant ».

«C'est avant tout un intriguant placé au cœur de multiples réseaux. Quand il estime n'avoir plus rien à tirer d'un employeur, il peut parfaitement faire alliance avec ses adversaires.»

L'ancienne «moustache» de Berne n'a pas directement de sang sur les mains, mais il a de vraies amitiés avec les extrémistes du génocide et pas de scrupules. Cela tombe bien: Paul Barril, alias «Bravo », n'en a pas non plus. Les deux bar­bouzes poursuivent leur collaboration.

A Paris, l'espion rwandais se lie d'amitié avec un autre exilé, le Centrafricain François Bozizé. Avec la bienveillance officieuse de Paris, cet ancien militaire prépare un coup d'Etat en son pays, où l'armée française dispose alors d'une base perma­nente. Quand François Bozizé prend le pouvoir en 2003, Fabien Singaye devient son «conseiller spé­cial », chargé de sa sécurité.

L'ancien espion approche également Patrick Balkany, le député-maire de Levallois. Par le biais de cet intime de Nicolas Sarkozy, parfois émissaire du président français en Afrique, le Rwandais rencontre le «roi des mines du Congo », le Belge George Forrest. Très vite, Fabien Singaye le rejoint dans l'équipe des «facilitateurs» de la société Areva en République centrafricaine. Areva est le bastion du nucléaire français. La «moustache» de Berne devient en quelque sorte son administrateur local.

Mais il y a encore plus incroyable. L'espion rwandais expulsé de Suisse, le traqueur d'opposants, le dénonciateur de femmes tutsies est éga­lement engagé le 27 mai 2002 comme expert et interprète par le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, pour travailler sur le dossier du ... géno­cide des Tutsis du Rwanda!

Lié aux pires extrémistes rwandais, Fabien Sin­gaye va peser sur l'instruction de l'attentat d'avril 1994 contre l'avion présidentiel et son équipage français. Il traduit du kinyarwanda au français les déclarations de témoins. Plusieurs se rétracteront, affirmant ne pas reconnaître leurs propos.

Faut-il voir, là encore, dans cette étonnante col­lusion, l'influence de Barril ? «Sans aucun doute. Le juge Bruguière a toujours eu confiance dans les gen­darmes. Par définition, un gendarme, ça ne ment pas. Et Barril est fils et petit-fils de gendarme », indique un criminologue qui a fréquenté les deux hommes.

Contacté, le gendarme confirme ses liens avec le magistrat. Des Emirats où il se trouve, Paul Barril nous recommande à plusieurs reprises de « pren­dre contact» avec le juge antiterroriste: «Le dossier Bruguière est bien ficelé [.J. Il y a tout dedans.»  

Logique: la thèse du juge, forgée en quelques semaines, se confond avec celle du gendarme. Tous deux tiennent la rébellion du Front patriotique rwandais (FPR) pour responsable-de l'attentat, qui, le 6 avril 1994, servit de déclencheur au génocide. L'instruction à charge a été menée jusqu'à l'absurde. Les autres pistes, dont celle des extrémistes, ont été purement et simplement négligées, les témoignages sont sujets à caution, les partis pris nombreux ... Qu'importe, il s'agit de dédouaner Paris de toute responsabilité dans le ·'génocide commis au Rwanda.

DEUX «GLOIRES» FRANÇAISES

En fait, c'est à la fin 1989 que Paul Barril commence véritablement à travailler pour le pouvoir rwandais. Il dirige une boîte de sécurité privée, dont le nom dit à peu près tout: Secrets, pour Société d'études, de conception et de réalisation d'équipements techniques de sécurité.

Sur recommandation de François de Grossouvre, conseiller de Mitterrand à l'Elysée, il est contacté en janvier 1989 par un émissaire du président rwandais Habyarimana, au pouvoir depuis seize ans. Il rencontre secrètement l'homme de confiance à Paris, à l'hôtel Méridien, en compagnie de Groussouvre.

Bientôt, il signe deux petits contrats avec Kigali. ~. L'un, du 15 novembre 1989, porte sur la fourniture de deux portiques de détection et de vingt détecteurs de métaux portatifs à la présidence rwandaise. L'autre concerne la livraison de cinq pistolets mitrailleurs de marque Beretta, avec leurs chargeurs.

Passé ces deux tests, les propositions sérieuses suivent. Paul Barril est chargé de réorganiser les services secrets de la garde présidentielle.

Le gendarme n'est pas en terrain vierge. Une de ses vieilles connaissances sévit également au Rwanda, un ancien commissaire de la DST, Pierre­Yves Gilleron. Comme le capitaine, le commissaire fut impliqué dans l'affaire des écoutes de l'Elysée. Avec Gilleron, Barril retrouve un amateur d'opérations de basse police et de coups tordus. C'est à ces deux «gloires» françaises, l'ancien flic et l'ancien supergendarme, que le régime rwandais confie le soin d'organiser son système répressif. Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg ...

Car les deux «gloires» deviennent des ennemis mortels. La férocité de la bataille suinte des télex rédigés par Fabien Singaye. Derrière l'acolyte rwandais, on sent l'empreinte de Barril. Tous deux s'emploient à faire passer Gilleron et ses agents pour des trafiquants de drogue, des gangsters, des agents doubles, des infiltrés de la rébellion ... Un télex mentionne «la clique des escrocs (sic) faux policiers ». Il donne le ton.

Un ancien de la DST, qui fut un de ses flamboyants agents sous le nom de code «Vulcain» et que Barril chercha à recruter, se souvient de l'affrontement: «Gilleron avait initié Barril aux affaires internationales auxquelles il n'entendait rien. C'est encore Gilleron qui lui a ouvert des portes en Afrique et au Moyen- Orient. Après, le capitaine, qui est tout sauf quelqu’un de structuré, a pensé avoir tout compris et s'est séparé de lui. D'où la lutte féroce.»

Il faut un vainqueur, ce sera Barril. Il gravit enfin les mains libres le perron du pouvoir rwandais.

L'ancien gendarme comprend rapidement que plusieurs clans sont en rivalité. D'emblée, «popaul» se lie avec le plus fort, celui de «Madame », soit la belle-famille du Président. Ce clan, appelé «Akazu» (petite maison), rassemble autour d'elle le noyau dur des extrémistes, dont le secrétaire particulier du président et le supérieur de Fabien Singaye.

Aux yeux du clan, le président rwandais est un modéré. «Malgré son physique de rustre} c'était quelqu'un de relativement éclairé, assez présentable, qui a fasciné François Mitterrand quand ils se sont rencontrés. C'était aussi un homme plutôt honnête, sans doute le seul chef d’Etat africain à avoir ordonné à ses ministres de voyager en classe économique. Mais malgré son regard de saint, il pouvait être aussi un tueur », résume un africaniste français.

Le gendarme a saisi que le Président est en perte de vitesse. Il comprend aussi qu'ils sont nombreux dans son entourage à vouloir sa perte. Il s'allie donc à son épouse, Agathe Habyarimana, et se rapproche d'elle dans la période précédant le génocide.

Ce processus, P., l'ancien patron des services de contre-espionnage helvétique qui fut proche du dossier, le détaille pratiquement: «Barril doit s'ac­quitter de deux missions. D'une part, il  doit protéger les dirigeants hutus. De l'autre, Agathe ne faisant guère confiance à ses services de renseignement, il doit organiser un réseau parallèle afin de savoir ce qui se passe au sein de la rébellion.»

De ces missions, le gendarme convient volon­tiers lorsque le juge Bruguière l'interroge. Sur procès-verbal, Barril déclare ceci: «Dans les années 1990, j'ai été chargé, sur ordre de Grossouvre, d'infiltrer les structures militaires et politiques de la rébellion rwandaise.»

Le gendarme rencontre à Paris, à l'hôtel Sofitel de la Défense, le chef de la rébellion, Paul Kagamé. «J'ai mangé avec lui dans sa chambre, qui était la chambre 623 », dit-il dans un enregistrement.

La mission d'infiltration de Barril - supposée plonger «jusqu'à la racine» de la rébellion, selon les mots de Grossouvre - est un échec, total. Les guérilleros du FPR continuent à gagner du terrain.

La deuxième mission de «Bravo », «protéger les dirigeants hutus », se clôt, elle, sur un feu d'artifice. Le 6 avril 1994, l'avion du président rwan­dais est abattu par un tir de missiles. Au nombre des «dirigeants hutus» assassinés: le président, son secrétaire particulier (le supérieur de Fabien Singaye), son chef d'état-major, des officiers, des ministres ...

Quel échec pour Paul Barril !

D'autant que d'insistants bruits alarmants cir­culaient depuis des semaines. «Depuis fin mars, j'étais au courant qu'il se préparait quelque chose contre Habyarimana », assure la journaliste belge Colette Braeckman, familière du Rwanda. La crainte d'un attentat hantait jusqu'à l'équipage français de l'avion présidentiel: un mois avant, les trois militaires placés à disposition avaient modifié la procédure d'approche.

Impossible pour un homme aussi averti que Barril, placé au cœur des réseaux sécuritaires, d'ignorer qu'il se tramait des événements graves. ~. «On savait que se préparaient beaucoup de choses », reconnaît-il d'ailleurs dans un enregistrement.

Alors, où était-il ce 6 avril 1994, jour de l'attentat? Réponse laconique à notre question: «Je n'étais pas sur place, hélas!»

 

DANS LES EAUX TROUBLES

 

Comme le nageur de combat qu'il fut, le gendarme préfère les eaux troubles. Evoquant, dans ses mémoires, le suicide de son ami François de Grossouvre, qualifié au passage de «général en chef "" d'une nouvelle armée de l'ombre, apte à rétablir la France », Barril affirme avoir appris l'attentat sur «une colline perdue au centre de l'Afrique».

Le Rwanda? Le Burundi? Barril se garde bien de toute précision. On sait simplement qu'il est dans la région depuis plusieurs jours, mais le gendarme a soigneusement brouillé les pistes.

Une certitude toutefois: peu avant l'attentat, Barril est à Kigali. Jacky Héraud, l'un des trois militaires français tués dans l'attentat, le croise à l'aéroport et en fait part à sa femme. Quarante-huit heures avant l'attentat, l'épouse d'un haut fonctionnaire français le rencontre au même endroit: «Je me suis dit: "Tiens, ce type-là, je le connais. Mais oui, avec ses petits cheveux ras et son physique de faux beau gosse, c'est Barril ! "Il était alors entouré d'une flopée d'officiers rwandais venus l'attendre.»

Ces deux témoignages sont confirmés par l'actuel chef des services secrets rwandais, connus sous le nom de Damascène et contacté par téléphone à Kigali: «D'après un collègue du Burundi, il a quitté le Burundi le 4 avril. Je sais qu'il était à Kigali les 4 et 5. Mais le 6 avril, personne ne sait où il était. Nous avons pourtant fait des recherches. Probablement était-il au Rwanda, mais il n'y a aucun fait palpable qui atteste de sa présence ici.»

Ce qui est fort curieux, c'est que le juge Bruguière, dans son enquête sur l'attentat, interroge à trois reprises Barril sans jamais lui demander où il se trouve le 6 avril 1994, date pourtant de la plus haute importance. La mission parlementaire française sur le Rwanda s'entretiendra avec des dizaines de personnes, mais pas avec Barril.

L'attentat ne « grille» pas la réputation du gendarme. Bien au contraire. Ses affaires fleurissent. Un mois plus tard, le 6 mai 1994, sa relation avec la veuve du président rwandais est officialisée par la signature d'un contrat qui lui donne mission de «conduire toutes les investigations qu'il jugera utiles à la manifestation de la vérité sur l'assassinat du Président ».

LES ÉCRANS DE FUMÉE

Comme enquêteur privé au service de ~dame », le supergendarme français donne sa mesure. Le voilà qui, le 28 juin, surgit dans un état d'excitation sur le plateau du journal d’Antenne 2. Il a retrouvé, clame-t-il, la «boîte noire» de l'avion présidentiel abattu dans le ciel de Kigali. Il peut dire qui a tiré les missiles: ce sont les « terroristes du FPR », la rébellion.

Devant les caméras, Barril exhibe à l'appui de ses accusations un mystérieux objet qu'il présente comme « la boîte noire ». Cette clé, laisse-t-il entendre, est celle de l'énigme.

Le tour du prestidigitateur ne fait illusion qu'un temps. Comme l'établiront les techniciens de Dassault Aviation, la pièce présentée par Barril est un simple «coupleur d'antennes », soit «une boîte permettant la jonction d'une antenne radioélectrique avec le système de navigation de l'appareil ».

Aujourd'hui encore, P., l'ancien chef des services suisses de contre-espionnage, est furieux contre l'intervention télévisée du gendarme; «Barril se foutait du monde. Même s'il s'agissait effectivement de la boîte noire, ce n'est pas elle qui nous aurait dit d'où sont partis les missiles et, surtout, qui les a tirés. »

Dans son livre, l'ancien gendarme affirme avoir aussi récupéré sur les lieux de l'attentat «80 kg de pièces calcinées de l'avion» dont «des boîtiers électroniques, des enregistreurs de vol, des bandes magnétiques ».

« Bravo» assure également avoir payé de sa personne: « Je me suis rendu sous un tir intense de mortier de 120 mm du FPR à l'aéroport de Kigali pour récupérer les dossiers originaux: carnets de l'aéroport, rapport de la météo, fax, télex, ainsi que douze bobines d'enregistrement des vols du jour fatidique.» Il ajoute: «plus tard, avec l'aide de militaires fidèles, j'ai récupéré les lanceurs des deux missiles meurtriers, trouvés aux alentours d'une zone surveillée par l'armée belge. J'ai aussi les plans des lieux avec l'emplacement présumé des tireurs.»

La réalité est, toutefois, quelque peu différente.

Si Barril repart effectivement de Kigali avec du matériel, ce n'est pas lui qui a garni ses bagages. Pour deux raisons.

La première: les lieux de l'attentat sont passés au peigne fin. Le commandant Grégoire de Saint­Quentin, du 1er Rpima, un des « réservoirs» des services secrets français, récupère les corps des trois membres français de l'équipage. Il trouve aussi probablement, sinon les missiles, du moins la « boîte noire» de l'avion - même s'il prétend le contraire.

(à suivre)

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 00:51

 

 

stetho.jpg

 

 

Conakry : Le collège des médecins chargé d’examiner les candidats à la présidentielle de juin 2010 a prêté serment ce jeudi 13 mai


Source Koaci.com

A moins de 45 jours du premier tour de la présidentielle du 27 juin 2010, les choses évoluent.

Ce jeudi après midi le collège des médecins qui est chargé d’examiner l’état de santé des futurs candidats au fauteuil présidentiel a prêté serment en séance publique à la cour suprême de Guinée sise dans la Commune de Dixinn. La cérémonie a connu la présence du premier président de la cour d’appel de Conakry, maître Doura Chérif, le premier président de la cour suprême Mamadou Sylla et plusieurs autres personnalités.

Après l’ouverture de la séance par le président de la cour, Robert Guilao, l’honneur est revenu à la greffière en chef par intérim Mme André Camara de lire l’acte de renvoi de la présente session : « Vu la constitution en son article 29 aliéna premier, vu la lettre numéro 010 du 10 mai 2010 du premier président de la cour suprême et celle du ministre de la santé publique, monsieur le premier président de la cour suprême ordonne : les médecins dont les noms suivent spécialistes dans les domaines de la médecine interne, de la cardiologie et de la neurologie sont désignés pour constituer le collège médical chargé d’examiner l’état de santé des candidats à l’élection du président de la République ce sont : Professeur Madibhé Fofana médecin, professeur Amara Cissé, Docteur Awada Mohamed, Docteur Amadou Sank Diallo et la seule femme du groupe docteur Selleh Kourouma, dit que les intéressés prêteront serment devant la chambre constitutionnelle et administrative de la cour suprême, avant l’accomplissement de leur mission ».

 Après cette lecture, le président de la cour a donné la parole à l’avocat général. El hadj Abdoulaye Barry a tout d’abord loué les qualités professionnelles des heureux récipiendaires pour le choix porté sur leur personne avant de déclarer : « Vous allez bientôt recevoir le serment, mais la tâche qui vous attend et à la fois exaltante et redoutable parce qu’il s’agit d’une lourde responsabilité à assumer devant l’histoire. Donc, vous allez prêter serment en ces termes : ‘’Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, d’agir en toute indépendance, en toute objectivité et en conformité à la loi et le code de déontologie médical. Appelé à donner mon avis sur l’état de santé des candidats à l’élection du président de la République du 27 juin 2010, je jure sur l’honneur d’accomplir ma mission avec probité et de garder la stricte confidentialité sur mes constats et mes opinions. En cas de parjure, je suis prêt à subir les rigueurs de la loi. Ainsi, monsieur le président, mesdames et messieurs les conseillers je requiers qu’il plaise à votre cours recevoir les récipiendaires en leur serment, leur en donner acte et les renvoyer dans leur fonctions’’.

Juste après le président de la cour a appelé les cinq récipiendaires pour leur prestation de serment. Un serment qui fut accepté par le président de la cour qui a fini par conseiller les différents récipiendaires avant de lever l’audience.


Ibrahima
Conakry

NDLR : Un exemple dont bien de pays africains devraient s'inspirer...!

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 00:39

 

 

Bangui-la-coquete.jpg

 

Kabongo, Ai Bangui Africa Info (Douala)

 

Ai-Rca 13 Mai 2010— Le président de la délégation spéciale de la ville de Bangui Jean Barkès Ngombé-Kette, a présidé le 12 mai dans la salle de délibération de l'hôtel de ville de Bangui une session extraordinaire du conseil municipal.

Selon une source proche de la municipalité, le seul point à l'ordre du jour était la cession des immeubles de la Cité Veret, sis dans le premier arrondissement de Bangui derrière le Terminal du Nord, à l'agence d'exécution des travaux d'intérêts publics en Centrafrique (Agetip-Caf) et à l'Ong Duha qui gère l'Ecole Internationale Centrafricano- Turque

L'édile a, dans son discours liminaire, rappelé aux présidents du comité d'arrondissement et les conseillers que ce conseil municipal extraordinaire avait pour but de décider de la vie de la cité. Et ce, conformément à l'ordonnance n°88/006 du 12 février 1998 qui dispose en son article 25 que : «le maire peut également réunir le conseil municipal chaque fois qu'il le juge utile»

Pour le premier citoyen de la ville de Bangui, cette propriété dénommée Cité Veret «est comparable à une plaie inguérissable qui met à mal toutes les réalisations dans la ville de Bangui».

Pour justifier le choix porté sur les deux partenaires de la ville de Bangui à savoir Ong Duha et l'Agetip-Caf, le maire de Bangui, devant les présidents de comité d'arrondissement et les conseillers a justifié «la cession d'un immeuble à l'Agetip-caf parce qu'il est notre partenaire de toujours. Elle est gratuite. Toutefois elle a l'obligation de réhabiliter l'immeuble en vue d'en faire des bureaux».

«En ce qui concerne l'Ong Duha, la cession est onéreuse et le montant est de 100 millions de francs Cfa», a-t-il ajouté.

A en croire Barkès Ngombé-Ketté, «c'est par souci de la scolarisation de nos enfants inscrit en lettres d'or dans ses objectifs prioritaires que la cession des immeubles de la cité Veret à été faite à l'Ong Duha qui pourra sans doute construire des établissements scolaires sur le site ».

Pour le maire du 7ème arrondissement Joseph Tagbalet, le conseil s'est déroulé dans de très bonnes conditions «dans la mesure où le rapport de présentation a été succinct. Cela veut dire que le maire nous a expliqué pourquoi la mairie voulait céder cette parcelle là à une tierce personne ».

Par contre, à en croire certains conseillers, les tractations auront été difficiles et laborieuses.

 

Copyright © 2010 Africa Info.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 00:29

 

 

Boziz-.jpg

 

 

 

Centrafrique Bozize promulgue la loi prorogeant son mandat et celui des députés

 

 Kabongo, Ai Bangui

Africa Info (Douala) 13 Mai 2010

Ai-Rca — Le président de la République, François Bozize, a signé le 11 mai dernier, un décret d'application de la loi N°10.005 du 11 mai 2010 modifiant et complétant certaines dispositions de la Constitution du 27 décembre 2004, après que l'Assemblée nationale ait délibéré et adopté, a appris l'agence Ai.

Cette loi constitutionnelle N° 10.005 du 11 mai modifiant et complétant certaines dispositions de la Constitution du 27 décembre 2004, en son article 1er stipule: «les dispositions de l'article 24 et 50 de la Constitution du 27 décembre 2004 sont modifiées et complétées». Elle précise qu'au lieu de article 24 ancien : «Le Président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin secret, majoritaire à deux (2) tours.

La durée du mandat du Président de la République est de cinq (5) ans. Le mandat est renouvelable une seule fois.

Ne peuvent qu'être candidats à l'élection présidentielle que les hommes et les femmes, Centrafricains d'origine, âgés de 35 ans au moins, ayant une propriété bâtie sur le territoire national et n'ayant pas fait l'objet de condamnation à une peine afflictive ou infamante.

Ils doivent jouir de leurs droits civils, être de bonne moralité et capables d'assurer avec lucidité et efficacité les fonctions de leur charge.

L'élection du nouveau Président a lieu quarante-cinq (45) jours au moins et quatre-vingt dix (90) jours au plus avant le terme du mandat du Président en exercice.

Lire article 24 nouveau : «Le Président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin secret, majoritaire à deux (2) tours. Le mandat du président de la République est de Cinq (5)ans. Le mandat est renouvelable une seule fois

Ne peuvent qu'être candidats à l'élection présidentielle que les hommes et les femmes, Centrafricains d'origine, âgés de 35 ans au moins, ayant une propriété bâtie sur le territoire national et n'ayant pas fait l'objet de condamnation à une peine afflictive ou infamante.

Ils doivent jouir de leurs droits civils, être de bonne moralité et capables d'assurer avec lucidité et efficacité les fonctions de leur charge.

L'élection du nouveau Président a lieu quarante-cinq (45) jours au moins et quatre-vingt dix (90) jours au plus avant le terme du mandat du Président en exercice.

Lorsque le processus électoral déclenché dans le délai prévu par la Constitution n'aboutit pas pour cause d'événements imprévisibles et irrésistibles à la tenue des élections avant la fin des mandats du Président de la République et de l'Assemblée Nationale, le Président de la république saisi la Cour Constitutionnelle aux fins d'une part, de constater le risque d'expiration des mandats présidentiel et législatif et d'autre part, d'autoriser le président sortant à conserver ses prérogatives afin de faire organiser les élections. Le processus électoral reprend à la phase atteinte à partir de la décision de la Cour constitutionnelle. Les nouveaux délais sont obligatoirement fixés en observation stricte des délais légaux prévus pour chaque étape dans le Code électoral »

Au lieu de l'article 50 ancien «Les députés sont élus au suffrage universel direct pour une durée de cinq (5) ans.

Le mandat du député ne peut être écourté que par dissolution de l'Assemblée Nationale ou par la démission, la radiation ou la déchéance dudit député.

Dans les soixante (60) jours qui suivent l'installation de l'Assemblée Nationale, les Députés font, chacun en ce qui le concerne, une déclaration écrite de patrimoine, déposée au greffe de la Cour Constitutionnelle qui la rend publique dans les huit (8) jours francs.

Une loi détermine le nombre, le régime de l'éligibilité, des inéligibilités, des incompatibilités, de l'indemnité des députés ainsi que les règles permettant de statuer sur le contentieux des élections à l'Assemblée Nationale. Elle fixe les conditions de leur remplacement en cas de vacance de siège »

Lire article 50 nouveau : «Les députés sont élus au suffrage universel direct pour une durée de cinq (5) ans.

Toutefois l'Assemblée Nationale reste en fonction jusqu'à la fin du processus électoral lorsqu'au cours de son mandat surviennent des événements imprévisibles et irrésistibles tels que prévu à l'article 24 alinéa 6 nouveau.

Le mandat du député ne peut être écourté que par dissolution de l'Assemblée Nationale ou par la démission, la radiation ou la déchéance dudit député.

Dans les soixante (60) jours qui suivent l'installation de l'Assemblée Nationale, les Députés font, chacun en ce qui le concerne, une déclaration écrite de patrimoine, déposée au greffe de la Cour Constitutionnelle qui la rend publique dans les huit (8) jours francs.

Une loi détermine le nombre, le régime de l'éligibilité, des inéligibilités, des incompatibilités, de l'indemnité des députés ainsi que les règles permettant de statuer sur le contentieux des élections à l'Assemblée Nationale. Elle fixe les conditions de leur remplacement en cas de vacance de siège»

Il convient de préciser qu'aucune nouvelle date des élections n'a été mentionnée moins encore un nouveau chronogramme de la CEI pour la relance du processus électoral en Centrafrique.

Copyright © 2010 Africa Info.

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 00:18

 

 

billets-CFA.jpg

 

Boz-en-campagne.jpg

 

Bozizé craint tout ce qui peut ressembler à une confrontation avec l’opposition. Elle la prend de très haut et la considère avec beaucoup de dédain et de mépris. Beaucoup de compatriotes ont pris l’habitude de critiquer sans ménagement les leaders de l’opposition et de leur adresser souvent des reproches pas toujours fondés, oubliant les actes inadmissibles que pose Bozizé qui se dit président de la République. Pourtant le DPI avait permis de remettre certains compteurs à zéro mais Bozizé n’a jamais voulu prendre en compte les conclusions constructives de cette assise ni appliquer les recommandations qui en étaient issues qu’il a balayées du revers de la main.

N’avait-t-il pas déclaré dans une interview peu avant l’ouverture des travaux du DPI qu’ « après les bavardages, on verra », assimilant purement et simplement cette importante assise nationale qui aurait dû être un nouveau point de départ pour ce pays meurtri, à une simple séance de bavardages. Il faut dire que dès le départ, il ne voulait pas de ce forum. Rien donc d’étonnant à ce qu’il n’ait jamais voulu mettre en œuvre ses principales recommandations.

L’exemple du fait que Bozizé président de la République se soit érigé en même temps comme ordonnateur et comptable des dépenses de l’Etat et président du comité de trésorerie. Cet inadmissible cumul de fonctions a été condamné et dénoncé par plusieurs orateurs tant en plénière que dans les travaux en commission lors du DPI. Jusqu’aujourd’hui cette grave anomalie demeure sans changement et à présent on voit pourquoi Bozizé tient tant à avoir la haute main sur les sorties d’argent du Trésor public. Entre temps, il a nommé un général, Guillaume Lapo comme DG du Trésor.

Comme Centrafrique-Presse l’a révélé il y a quelques jours, ce dernier traite directement avec le général de police et chef de cabinet particulier de Bozizé, le nommé Joel Sinfei Moidamsé. En deux jours, Guillaume Lapo lui a décaissé deux fois 500.000.000 de F CFA  soit en tout 1 milliard de F CFA dont la répartition a été programmée par Bozizé lui-même. Là-dessus, 250.000.000 millions de F CFA ont été remis à son fils Jean Francis afin que celui-ci en donne 125.000.000 d F CFA à l’association Bozizé doit rester (BDR) pour les besoins de propagande en sa faveur et également 125.000.000 de F CFA au siège du KNK.

Après disposé à sa guise des huit milliards de F CFA de la CEMAC destinés au DDR, sans qu’il puisse s’y attendre, une manne lui est tombée sur la tête lorsque le FMI via la BEAC a viré en novembre dernier 26 milliards de F CFA dans les caisses du Trésor. Cela l’a rendu fou et lui a permis de boucler le financement de sa campagne électorale. Achat de plus d’une centaine de véhicules 4 x 4 à CFAO Bangui et à Dubaï. Les véhicules en question peints de couleur orange sont là, bien visibles dans le pays. Achat de plusieurs centaines de motocyclettes, T-Shirts et autres gadgets de campagne en Chine.  

C’est donc pour mieux organiser la prédation des moyens de l’Etat et vider les caisses du Trésor que Bozizé, quitte à subir les virulentes critiques et attaques de l’opposition sur le fait qu’il ordonne lui-même les dépenses et préside le comité de trésorerie, tient par dessus tout à maîtriser le Trésor public du pays en ce qui concerne les sorties d’argent. C’est aussi ainsi qu’il a pu financer aussi sur le dos du trésor les travaux de réparation de l’épave de l’avion  Hercules C 130 qui aura moisi plus d’un an à Lisbonne au Portugal aux frais de la Princesse et dont nous apprenons de source bien informée qu’il sera enfin bientôt de retour à Bangui.

Voilà les vraies raisons pour lesquelles Bozizé veut conserver coûte que coûte le pouvoir. Ponctionner dans les caisses du Trésor et dilapider les maigres moyens du pays comme bon lui semble pour satisfaire ses caprices sans que personne n’en parle. C’est pour cela qu’il veut dépecer tout ce qui osent dénoncer cette propension à voler les deniers publics. Avec quel argent a-t-il pu acheter toute cette quantité d’armes de guerre qu’il a entreposées ça et là à travers le pays et qu’il distribue à présent à tour de bras à ses ministres résidents et autres « tontons macoutes » qu’il a recrutés ?

C’est pour continuer à détourner et à jouir impunément des deniers de l’Etat que Bozizé est prêt aujourd’hui à tuer sans vergogne quiconque osera se dresser sur son chemin pour véhiculer un autre discours ou un autre son de cloche, comme s’il avait droit de vie ou de mort sur chaque Centrafricain.  

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 17:53

 

 

asnaRCA.jpg

 

 

Contrairement à ce que nous avions écrit au sujet des députés dits de l’opposition qui ont voté pour la loi anticonstitutionnelle prolongeant le mandat de Bozizé, on nous fait savoir que le député de Bamingui Jean Michel MANDABA aurait bel et bien voté contre et le député qui s’est abstenu serait René NGBONDO du RDC qui est député de Satéma. Dont acte et la rédaction présente ses plates excuses au député de Bamingui ! Ce correctif étant apporté, le reste de ce que nous avions publié sur l'indiscipline de certains députés de l'opposition demeure sans changement. Ce sont bel et bien des traitres à leur formation politique ! 

La Rédaction C.A.P

 

Repost 0
Centrafrique-Presse.com - dans Politique