Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 02:07

 

 

 

Dominic-Ongwen.jpg


 

KAMPALA, Ouganda 05-09-2012 à 20h20  (Sipa) — L'armée ougandaise a annoncé mercredi avoir tué un rebelle de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony et en avoir capturé un autre lors de ses opérations contre ce groupe en République centrafricaine.

 

Le porte-parole de l'armée, le colonel Felix Kulayigye, a précisé que le guérillero avait été tué pendant la traque de Dominic Ongwen, l'un des chefs de la LRA placé directement sous les ordres de Kony. Tous deux sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI).

 

Le colonel Kulayigye a précisé que l'armée avait pour instruction de "capturer Dominic mort ou vif" mais que ce dernier avait échappé au raid contre son camp mardi.

 

La LRA continue à semer le chaos et la mort en République centrafricaine et au Congo-Kinshasa (République démocratique du Congo, RDC), alors que 100 soldats commandos américains ont été envoyés en renfort l'an dernier pour aider les armées régionales à éliminer la guérilla.

 

 

 

Pour l’Ouganda, le numéro trois de la LRA est toujours en vie


L’armée ougandaise invite les forces armées centrafricaines (FACA) à la vigilance dans le sud-est du pays. Selon le colonel Milton Katarinyebwa, à la tête des opérations des forces ougandaises qui traquent le chef de l’armée de résistance du Seigneur (LRA) Joseph Kony, le numéro 3 de la rébellion, Dominic Ongwen, donné pour mort la semaine dernière, est bel et bien vivant. Il chercherait à recruter des hommes et à se ravitailler en nourriture et en armes dans la région frontalière entre la République centrafricaine et l'Ouganda.

 

Le stratège militaire de la LRA n’est pas mort le 27 août dernier, lors d’une offensive des troupes ougandaises, centrafricaines et congolaises, contre une de ses bases. Le vendredi 31 août, Dominic Ongwen s’en est pris aux habitants de Vougbaba-Balifondo, situé à 70 kilomètres de la ville de Bangassou, dans le sud-est de la Centrafrique. L’attaque n’a pas fait de morts, mais une cinquantaine de personnes ont été enlevées et sont toujours détenues par le mouvement armé.

 

Lundi 3 septembre lors d’une réunion de sécurité entre les autorités administratives et militaires centrafricaines, ougandaises et congolaises à Obo, Kampala a demandé à Bangui de redoubler de vigilance.

 

Selon le chef des opérations des forces ougandaises, le colonel Milton Katarinyebwa, la rébellion de Dominic Ongwen a subi de sévères pertes, tant humaines que matérielles lors de l’attaque du 27 août dernier. Les forces centrafricaines sont appelées à multiplier les patrouilles militaires dans les préfectures de Mbomou et du Haut-Mbomou, la zone où se trouve le numéro 3 de la LRA.

 

Dominic Ongwen a été enlevé par la LRA quand il n’était qu’un jeune garçon. Il est ensuite devenu l’un des commandants les plus redoutés de la rébellion de Joseph Kony. En 2009, il avait déjà été donné pour mort. Une information démentie quelques jours plus tard, après un test ADN effectué sur le corps de la personne tuée.

 

 Ce chef de la LRA est recherché par la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité et crime de guerre.

 

Source: RFI

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers