Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 00:27

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

 


Bangui : Baba-Laddé rapatrié au Tchad

 

 

départ au tchad babalade

 

 

Bangui, 5 septembre 2012 (RJDH) – Abdel Kader Baba-Laddé, chef de la rébellion tchadienne du Front populaire pour le redressement (FPR), a été rapatrié dans son pays, ce 5 septembre. Il est  accompagné du médiateur de la République, Monseigneur Paulin Pomodimo, du ministre de la sécurité, Claude Richard Gouandja et de celui de la défense, Jean-François Bozizé.


Le rapatriement s’est fait sous les auspices du Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA), qui a affrété un avion pour cette  opération. Le chef rebelle tchadien qui s’est rendu le dimanche 2 septembre aux forces multinationales de l’Afrique centrale (FOMAC), retourne dans son pays avec son fils.

« Il s’agit d’un rapatriement sans condition, car le FPR représente plus de menace pour la Centrafrique que pour le Tchad. L’opération va se dérouler en deux phases. La première est le  rapatriement, ce jour, de Baba-Laddé ; la seconde concerne la création d’un corridor pour le rapatriement de ses éléments », a expliqué ce mercredi, Ferreira Firmhino, directeur de cabinet du médiateur de la République.


La médiation centrafricaine affirme que Baba-Laddé est d’accord pour l’opération. « Il nous a rassuré qu’une fois le corridor créé, il va nous indiquer les sites où sont cantonnés ses  éléments, qui vont alors être regroupés et rapatriés. Le reste est une affaire tchado-tchadienne », a précisé Ferreira Firmhino ajoutant que ce sont les éléments de la FOMAC qui s’occuperont de cette phase.


Interrogé sur le sort des victimes des exactions du FPR sur le territoire centrafricain, le directeur de cabinet du médiateur de la République a fait savoir qu’aucune enquête n’est pour l’instant ouverte. Il a aussi expliqué que pour le moment Baba-Laddé et ses éléments ne sont pas officiellement poursuivis par l’Etat centrafricain.


Arrivé en Centrafrique en 2008, le FPR a occupé le nord-ouest du pays, notamment la commune de Ouandago. Il a recruté alors des jeunes désœuvrés qui ont commencé à faire des exactions sur la population civile. Un rapport du BINUCA daté du 29 mai dernier, mentionne un total de  22 000 personnes déplacées, du fait des exactions  de cette rébellion.


Plusieurs tentatives de négociation pour un retour pacifique de ce chef rebelle au Tchad ont échoué. C’est ainsi que le 23 janvier dernier, une coalition des forces armées centrafricaines et tchadiennes a lancé un assaut conjoint contre ses positions. Cette attaque va occasionner la dispersion de ce groupe armé à travers le pays, aggravant l’insécurité.


Ce rapatriement intervient au lendemain d’un communiqué de presse du Réseau des organisations de promotion et de défense des droits de l’homme, sollicitant l’appui de la communauté internationale en vue d’organiser un procès contre Baba-Laddé.

 


 

Bangui : Les victimes de l’inondation craignent des contaminations

 

 

 

inondations quartier Sara Bangui

 

Bangui, 5 septembre 2012 (RJDH) – Les habitants des 3ème et 5ème arrondissements de Bangui, victimes de l’inondation provoquée par la pluie diluvienne du dimanche 2 septembre, craignent  d’éventuelles contaminations, à cause de la dégradation de leur environnement de vie.


« Ma famille et moi sommes logés chez des voisins. Les enfants dorment sur des nattes sans moustiquaire, exposés aux moustiques qui peuvent entraîner le paludisme », a déploré Emmanuel Falo, assistant de santé, habitant le 5ème arrondissement, dont la maison a été détruite par la pluie.


Urbain Ndémayo, lui aussi victime de l’inondation, au quartier Gbaya-Dombia dans le 3ème  arrondissement, explique que les eaux de puits  ont été souillées, mettant la population dans des difficultés d’accès à l’eau potable. « Nous sommes obligés d’acheter l’eau courante de la Société de distribution d’eau en Centrafrique pour  les activités ménagères, mais les moyens financiers manquent», a-t-il ajouté.


Emmanuel Falo craint surtout le fait que la consommation des eaux souillées peut provoquer des maladies telles que  la parasitose,  la diarrhée, la dermatose, entre autres.


Cette inondation a causé des dégâts importants. Dans le 3ème arrondissement, plus de 100 personnes sans-abri ont été enregistrées. Dans le 5ème, plusieurs victimes ont également été signalées. La Croix-Rouge locale parle de 40 personnes blessées et  80 autres sans-abri. Ces victimes lancent un appel aux structures humanitaires pour une aide d’urgence.

 


 

Bangassou : La pénurie de carburant affecte la lutte contre la LRA

 

 

Bangassou, 5 septembre 2012 (RJDH) – La pénurie de carburant dans la  ville de Bangassou (sud-est) affecte les activités de lutte contre l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony. Cette situation est déplorée par le  Préfet de Mbomou, Stanislas Yama, joint ce mardi par le RJDH.


D’après lui, les éléments des FACA ne peuvent pas multiplier les patrouilles dans la région afin de répondre à d’éventuelles attaques de la LRA.  Il a donné l’exemple du village de Vougba-Balifondo, situé à  70 kilomètres, attaqué par la LRA, le 31 août dernier, et où le détachement militaire ne peut s’y rendre pour connaître le nombre exact des personnes enlevées et celles portées disparues.


« Une mission d’enquête devait se rendre dans les villages concernés pour faire l’état des lieux par rapport  à la dernière attaque, mais cette mission est bloquée à Bangassou à cause du manque de  carburant », a déploré Stanislas Yama.


Dans cette attaque, plus de cinquante personnes ont été enlevées, les greniers des villageois ont été pillés.

Le lundi dernier,  le colonel ougandais, Milton Katarinyebwa, avait demandé à l’armée centrafricaine de doubler de vigilance et à multiplier les patrouilles dans les préfectures de Mbomou et Haut-Mbomou (sud-est), à cause de la présence du général de la LRA, Dominic Ongwen, signalée dans la région.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches