Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 17:12


drapeaux_rca_ue_200.jpg


Nous publions ci-dessous tel quel, le texte d’un inadmissible et odieux tract qui circule à Bangui contre le Délégué de l’Union Européenne à qui le pouvoir en place reproche d’avoir plaidé pour le report des élections en Centrafrique. Cette position du diplomate n’est pas du tout du goût de Bozizé et sa clique qu’ils ont décidé de le dénigrer et d’orchestrer une campagne d’intimidation contre lui en feignant d’ignorer que ce dernier qui a des comptes à rendre à sa hiérarchie, ne peut tout simplement les laisser tenir des élections bâclées et frauduleuses avec les deniers de l’institution qu’il représente en RCA. Bozizé et sa clique sont-ils en mesure de comprendre cela, aveuglés qu’ils sont par leur volonté de réaliser très vite leur hold-up électoral qu’il projette ? Leur régime est coutumier du genre  et excelle dans le mauvais traitement des diplomates accrédités dans le pays. On se souviendra notamment  des ennuis que certains minables ministres de Bangui avaient tenté de créer à la veille de la fin de mission en RCA, à M. Jean-Claude Esmieu, le prédécesseur de M. Samzun. Le régime de Bangui comprendra-t-il un jour que les diplomates des pays amis de la RCA et représentants des organisations internationales partenaires au développement ont droit à un minimum de respect  et de considération ? 

 

La Rédaction de C.A.P

 

 

L E T T R E   OUVERTE

                                                  

 A

 

                                                      Monsieur Guy SAMZUN

                                   Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union Européenne

                                                                     BANGUI

 

Monsieur  l'Ambassadeur,

 

Vos agissements néo politiques de ces derniers temps, deviennent de plus en plus agaçants pour le milieu intellectuel centrafricain et, au demeurant créent de la psychose au sein de la paisible population de ce pays.

 

Nul n'a besoin de se rappeler les douleureux évènements qu'a connus la Républqiue Centrafricaine il y a plus d'une décennie déjà. Toutefois, pour ceux de la même mouvance comme vous,  nous nous permettons de relever ici quelques faits en souvenir avant d'ouvrir le débat avec vous.

 

1- 1988 : Mutinerie de la garde rapprochée du Président KOLINGBA

 

2- 18 avril 1996 : première mutinerie de l'ère PATASSE

 

3- 18 mai 1996: deuxième mutinerie de l'ère PATASSE

 

4- 16 novembre 1996: troisème mutinerie de l'ère PATASSE

 

5- 28 mai 2001: coup d'état manqué

 

6- 25 octobre 2002: coup d'état manqué

 

7- 15 mars 2003: coup d'état, arrivée du Général François BOZIZE au pouvoi; ce que d'aucuns considèrent de sursaut patriotique.

 

Ces différents mouvements militaro politiques ont été vécus de bout en bout par les centrafricains de souche tandis que les prostitués politiques et les expatriés ont jugé nécessaire de se mettre à l'abri; les uns se constituant volontairement prisonnier des Européens, les autres ne pouvant faire appliquer le principe du secours à personne en danger, s'en ont tiré avec le concours des missions spéciales de rapatriement.

 

Allez y comprendre Monsieur l'Ambassadeur, que le peuple de ce pays a temps souffert dans sa chair, dans son os et , dans son esprit tout simplement parce que certains centrafricains qui se disent intellectuels, hommes politiques, avec  la complicité de certains hauts cadres des institutions nationales et internationales, des pays amis ....sacrifiaient  le sang des innocents centrafricains pour satisfaire leur but égoiste.

 

Dans ce pays et pendant cette période, les enfants ont connu des années scolaires troubles, la situation socio sanitaire de la population était catastrophique, sous l'effet des détonations des armes, on notait le déplacement massif de la population à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays.le PIB était remis à zéro, la pendule de la croissance s'était arrêtée.

 

Oui comme aucun pays nanti ou arriéré au monde ne peut vivre en autarcie et, par principe de règlement de conflits internatonaux , régionaux ou sous régionaux voire nationaux, les voix se sont levées pour décider du retour de la paix en République Centrafricaine, reconnues riches d'antan territoire paisible. Les efforts des uns et des autres ont contribué à restaurer le climat de confiance entre l'Etat et la communauté internationale, la cohésion sociale entre la population.; on assiste à la naissance de  nouvelles bases pour un développement harmonieux et durable.

 

Se conformant à la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance, qui stipule en son article 17 que " Les Etats parties réaffirment leur engagement à tenir régulièrement des élections transparentes, libres et justes conformément à la déclaration de l'Union ......", le gouvernenement et le peuple centrafricains qui aspirent à la Paix,  ont opté pour l'organisation et la tenue des élections suivant les dispositions prévues par la loi;  si à l'aventure et pour des raisons d'ordre administratif on note un dysfonctionnement dans les préparatifs, cela ne pourrait  être règler que dans un cercle d'entente qui se veut responsable et conciliant comme en 2005, où on avait mis en place un code de bonne conduite (ce que vous ignorez complètement cette fois-ci), ou autre tribune de partage et de dialogue au nom de l'intérêt national.

 

De toute cette situation, qu'est ce qui se passe. Monsieur l'Ambassadeur, vous vous transformez en leader des opposants centrafricains; vous vous écartez de votre mission et de votre statut pour vous attaquer aux institutions de la République qui sont d'ailleurs vos interlocutrices directes. Vous organisez des messes de minuit avec eux, Ok c'est votre liberté la plus absolue de rencontrer qui vous vouslez et à n'importe quelle heure; seulement,  vous entrenez leur passion en les excitant à avoir des propos désobligeants et d'une certaine contrariereté vis à vis des gouvernants de l'heure sans que vous ne mesuriez les conséquences que vos actions pourraient entrainer. Si aujourd'hui, la Centafrique est la une dans les presses nationales et internationales, faisant l'objet d'une certaine cacophonie médiatique cela est dû au fait que votre personne a le malin plaisir de voir le pays s'assombrir dans la guerre civile. Nous étayons notre assertion en citant deux exemples:

 

a- au cours d'une réunion de travail que vous aviez tenue avec le bureau de la CEI dans vos locaux, on retient en subtance de votre position, si le Président BOZIZE, décidait d'un réferendum, ce qui est arrivé à Tandja l'attraperait.

 

b- lorsque vous recevez des personnes à votre domicile de la Villa Baobab, vous déclarez à qui veut vous entendre, que les élections seront reportées et que vous de la communauté internationale ,décidez d'une tansition d'un an.

 

A analyser vos points de vu et  implication partisane voire partiale dans la gestion des prépartatifs des élections 2010, nous sommes en mesure de dire que vous seriez de convenence avec ceux là qui cherchent à destabiliser le pays. La déclaration du Ministre OUANDE le 13 mars 2010 au sujet d' un coup d'état en prépartion n'était pas quand même fortuite. Nous disposons des informations plus capitales sur ces faits que pour des raisons de maturité intéllectuelle nous ne voulons pas perturber la quiétude de la grande famille centrafricaine.

 

Monsieur l'Ambassadeur, les faits ci haut relevés sont suffisamment graves pour un diplomate de votre niveau qui n'a qu'une ambition de faire éclater la guerre civile dans un pays longtemps meurtri et qui est en passe de penser ses plaies.

 

Le monde entier sait que la fin de la guerre en Afghanistan ,en Irak, en Somalie ne sera pas pour demain; à quoi bon d'ouvrir un autre front en Centrafrique? Le report des élections en Cote d'Ivoire, n'a pas encore trouvé de solution à ce jour, quel remède vous, spécialiste de question électorale préconisez pour la sortie de la crise dans ce pays?

 

Au nom de BOGANDA, BOKASSA, DACKO, KOLINGBA, GOUMBA, nous disons "kombo ndjombo"; si le territoire centrafricain ne vous pas accueilli que vos manoeuvres machiavéliques atteignent leur but; sinon.......

 

A tous les pays de l'Union Européenne , nous vous demandons de prendre des précautions dans le choix de vos représentants sinon cela compromettrait les bonnes relations qui existent entre votre Communauté et les pays amis.

 

Nous,  DEFENSEURS DE LA PATRIE, sommes appelés à attirer l'attention des autorités centrafricaines sur les déparages de tous ordres relevés au sein de l'administration et de dénoncer toutes manoeuvres qui visent à mettre en péril  la Paix en Centrafricaine. Nous avons été très longtemps malmenés à tel enseigne que nous ne pouvons plus cèder à une sorte de terrorisme moderne .

 

 

 

Pour le Conseil exécutif

 

Mr Bertrand KANGO BEA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique