Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:50

 

 

 

 

RADIO ND K LUKA

 

 

340 tonnes de vivres largués à 11 000 personnes vulnérables dans la Vakaga

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 23 Août 2012 14:14

 

Une grande première dans la région de la Vakaga (nord). 340 tonnes de vivres ont été largués le 22 août 2012 à 11 000 personnes vulnérables. Cette action d’aide réalisée par les ONG humanitaires nationales et internationales dont le Programme Alimentaire Mondial (PAM) est destinée aux déplacés internes et habitants des localités de Tiringoulou, SékéKédé et Boromata (nord).

 

Ces vivres sont largués en raison de l’impraticabilité du réseau routier dans ces régions. Ils sont composés de haricot, huile, sel, semoule pour ne citer que ceux-ci.

 

Il s’agit d’une réponse aux récurrentes crises alimentaires qui ont durement frappées ces personnes vulnérables touchées par les conflits armés dans la région de la (Vakaga).

 

La situation humanitaire liée à cette crise alimentaire a été d’ailleurs présentée mercredi au grand public, à l’occasion de la célébration de la 4ème édition de la Journée Mondiale de l’aide Humanitaire.

 

Dans son allocution à l’occasion de cette journée, Modibo Touré, Coordonnateur des ONG humanitaires en Centrafrique a indiqué que « les pensées de l’heure s’orientent toujours vers les braves populations qui peinent et qui souffrent des affres des violences dont les conflits armés. Les soutenir dans la pauvreté et l’insécurité devient une urgence de ces ONG qui œuvrent aux côtés des autorités du pays pour cette cause ».

 

Selon le Chef du Bureau OCHA, Magalie Carpy Botoulou, « ces vivres pourront être distribués sur une période de six semaines au cas où les conditions météorologiques le permettent ».

 

Toutefois, l’assistance humanitaire ne se limite pas seulement qu’aux vivres. Elle touche aussi le domaine de la santé. A titre d’illustration, l’ONG anglaise Merlin travail dans ce sens et apporte un soutien aux populations des zones de la Lobaye (sud), de la Nana Mambéré (ouest), du Mbomou et du Haut Mbomou (est).

 

DocteurLom’s Lombelelo, Directeur Médical à Merlin-RCA a affirmé que son entité intervient essentiellement dans le secteur sanitaire, mais a également un pied dans la nutrition. L’ONG couvre à ce jour 4 000 personnes vulnérables.

 

Dans les chiffres rendus publics mercredi par OCHA, pour une population cible de près de 1,9 millions, les ressources financières mobilisées en appui à l’Appel Consolidé sont passées de 90% en 2008 à 54% en 2012.


Cette baisse de ressources en faveur de l’aide humanitaire, malgré les énormes besoins du pays, n’est malheureusement pas accompagnée d’une augmentation notable des ressources affectées au relèvement et au développement, ont précisé ces chiffres.

 


 

Berberati coupée des alentours et de Bangui


Radio Ndéké Luka Jeudi, 23 Août 2012 14:18

 

Le pont sur le marigot Batouri est actuellement impraticable. C’est une information donnée par le correspondant de Radio Ndeke Luka dans la Mambéré-Kadéï.


Ledit pont se trouve à environ 5 Kilomètres de Berbérati, chef-lieu de la préfecture  de la Mambéré Kadéï  sur l’axe allant à Carnot. Les dernières pluies qui se sont abattues sur la ville et ses environs ont fait déborder le cours du marigot cette semaine du 20 août 2012.


La pluie a encore eu raison d’un second pont de déviation  construit par une entreprise de la place le trimestre dernier.

Le correspondant de Radio Ndeke Luka rapporte que l’eau coule à flot au niveau du pont Batouri et que les enfants et les femmes hésitent d’y passer.


Le pont forestier est devenu  également impraticable. Les piétons ont de la peine à y marcher. La circulation des motocyclettes et des véhicules est bloquée. Les cultivateurs et les enfants qui partent pour le ramassage des chenilles prennent le chemin du retour.


Les techniciens de l’entreprise MATIERE sont en train de prendre des dispositions pour la construction d’un passage provisoire pendant qu’elle poursuit la construction d’un nouveau pont. Un des ingénieurs déclare qu’il faut encore plusieurs mois pour que les travaux prennent fin, poursuit le correspondant.


L’impraticabilité du pont Batouri constitue un sérieux problème pour l’économie centrafricaine vue que la Mambéré Kadéï représente l’un des  greniers de l’économie centrafricaine. Nombreuses sont les personnes et les véhicules qui empruntent cette route pour différentes activités dont celles commerciales.

La population doit user de patience avant qu’une solution lui soit trouvée en vue de relier Berberati et les autres villes centrafricaines.


Les difficultés de circulation dues à la vétusté et la dégradation avancée des routes en République Centrafricaine continuent de faire couler de l’encre. Que ce soit dans la capitale Bangui ou dans la majorité des préfectures centrafricaines, l’état des routes laissent globalement à désirer.


Pour pallier le délabrement des routes, plus d’une vingtaine de jeunes du 6ème arrondissement de Bangui ont, de leur gré, décidé de rendre praticable quelques ruelles de leurs quartiers. Ils ont commencé cette opération depuis le 20 août et les remplissages de quelques nids de poules sur les ruelles du quartier Ngongonnon se poursuivent actuellement. Une initiative qui est à saluer !

 

 

 

Le procureur tente de contrer la défense de Bemba


Radio Ndéké Luka Jeudi, 23 Août 2012 10:59

 

Le substitut du procureur, Eric Iverson, a tenté mardi 22 août 2012 de contrer les propos de l’officier français, qui affirme que Jean-Pierre Bemba n’avait pas le contrôle sur les troupes du Mouvement pour la libération du Congo (MLC), envoyées en renfort au président Ange-Felix Patassé, menacé, en 2002 et 2003, par les rebelles de François Bozizé.

 

L’audition de l’expert Jacques Seara, premier témoin appelé par la défense de Jean-Pierre Bemba, se poursuivait ainsi devant la Cour pénale internationale (CPI) avec le contre-interrogatoire du procureur.

 

Les combattants de l’Armée de libération du Congo (ALC, bras armé du MLC), envoyés en Centrafrique par l’accusé n’étaient « pas sous le commandement et le contrôle opérationnel de Monsieur Bemba, mais aux ordres des autorités centrafricaines », a de nouveau asséné le témoin, ajoutant qu’il « était normal qu’ils fassent des rapports quotidiens » à Gbadolite, QG de Jean-Pierre Bemba en République démocratique du Congo (RDC), puisqu’ils conservaient « néanmoins leur appartenance à l’ALC».

 

Lors de son interrogatoire, l’expert avait affirmé qu’il était impossible de commander une force à plusieurs milliers de kilomètres de distance. «Si on suit votre raisonnement, les commandants de l’Otan déployés à Bruxelles n’ont aucune possibilité de contrôle sur leurs troupes en Afghanistan? », a demandé le procureur. « Vous parlez d’une guerre de 2012, qui n’a rien à voir avec la situation en République Centrafricaineoù on est dans un conflit de fantassins », a rétorqué le témoin.

 

« Mais il [Jean-Pierre Bemba] avait des moyens, il avait un Thuraya [téléphone satellitaire], le colonel Mustafa aussi. Alors pourquoi tirez-vous ces conclusions ? » a encore interrogé Eric Iverson. « Il n’était pas informé en temps réel et n’avait pas toutes les informations qu’il faut pour commander. A Gbadolite, il ne pouvait pas être au courant » de la position des forces, de la situation du terrain. « Le colonel Mustafa était sur le terrain, il possédait tous les éléments nécessaires à la prise de décision. C’est le colonel Mustafa qui commandait la force sur le terrain », a de nouveau répété le général Seara.

 

Le procureur s’est aussi étonné qu’il n’y ait eu aucun accord écrit, entre les forces centrafricaines et le MLC sur les « formalités d’engagement ». « Je n’ai vu aucune trace d’un document traitant de ce sujet », a signalé l’expert.

 

Le procès pour crimes contre l’humanité intenté contre Jean-Pierre Bemba a débuté en novembre 2010. La défense a commencé a présenté ses preuves le 14 août et dispose de huit mois pour appeler ses 63 témoins à la barre.

 

 

 

Plus de viande à Obo, les chasseurs craignent la LRA

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 23 Août 2012 14:16

 

Depuis plus de 2 semaines, la population de la ville d’Obo éprouve d’énormes difficultés à se ravitailler en viande fraîche ou boucanée provenant de la chasse.

 

Cette pénurie brusque, fait suite à un climat de psychose sociale liée à une probable présence des éléments de l’armée de la Résistance du Seigneur aux alentours de la ville de Obo. Troublés par cette  nouvelle, presque la totalité des chasseurs de la ville s’abstiennent de rentrer dans la forêt pour chasser le gibier afin de les revendre à la population. Selon le correspondant de Radio Ndeke Luka dans la ville, « les chasseurs craignent de tomber entre les mains des miliciens de la LRA ».

 

Sur le marché hebdomadaire et le marché central de cette ville centrafricaine, l’on ne trouve que de la viande de bœufs. Or, les habitants de Obo préfèrent le plus la viande fraîche ou boucanée provenant de la chasse.

 

Le correspondant de RNL laisse entendre que la population trouve que la consommation  de la viande de bœuf n’est pas suffisante pour une famille nombreuse. Le kilogramme coûte  1.000 FCFA soit 1,5 euros.

 

C’est ce qu’affirme Hortense Mbolinikpa, mère d’une famille habitante de la ville de Obo dans le Mbomou,  «  1 kilo de bœuf est très insuffisante pour les 8 membres de ma famille ».

 

Il faut dire que cette situation est récurrente dans la ville de Obo, surtout avec les rumeurs d’une présence rebelle dans la région.

 

Pour apaiser la tension et réinstaurer la quiétude sociale dans la ville d’Obo de Mboki et autres, les troupes américaines basées dans la région pour traquer la LRA se sont réunies ce 15 août avec les autorités communales. A l’issue de cette rencontre, un consensus a été dégager et consiste à signaler tout déplacement suspect et susceptibles d’être celui des éléments de Joseph Kony.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation