Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 01:49

 

 

 

hôtel 300 chambres Bangui

 

 

 

 

Le nouvel et superbe hôtel Ledger Palace de Bangui qui vient à peine d’être ouvert semble déjà être vite devenu un repère de truands qui écument la capitale centrafricaine. Beaucoup de faits divers s'y déroulent quotidiennement. Outre les activités classiques et habituelles d’un palace de ce genre, on assiste aussi étrangement parfois à des éclats de voix, des engueulades entre bandes mafieuses, des arrestations musclées par la police du pouvoir, de certaines personnes mises en cause dans des fiches de délation du régime en place et qui sont signalées comme prenant tranquillement un pot dans le bar de ce palace, des traquenards, des festins, des frimes, bref, un peu de tout...

 

C’est ainsi que le jeudi 9 août dernier, s’est opérée l’arrestation spectaculaire d’un quidam. Un commissaire de police de l’OCRB s’étant pointé à un des bars du Ledger Palace avec quatre éléments armés jusqu’aux dents pour interpeler devant plusieurs témoins éberlués dont des personnalités étrangères, un certain Eric Olivier Adalla-Picra qui y prenait tranquillement son thé. Renseignement pris. Celui-ci aurait tenu quelque part des propos malveillants à l’endroit de Bozizé et son fils ministre délégué à la défense, Jean Francis du même patronyme. Eh oui, en bozizie, c’est un crime de lèse-majesté, la RCA étant transformée par Bozizé et son clan, en une prison à ciel ouvert.

 

C'est aussi là que l'on trouve des ministres, dignitaires du pouvoir et autres conseillers et certains personnages hauts en couleur qui viennent faire la roue ou recevoir leurs invités. Tous les jours, il se passe toujours quelque chose d’insolite dans cet hôtel. Il faut dire que pendant longtemps, en raison de la mauvaise réputation du pays en matière d’insécurité et du fait du très mauvais climat des affaires en Centrafrique de Bozizé, peu d’hommes d’affaires daignent prendre le chemin de Bangui malgré les incessants appels du régime en place et les interviews et autres publi-reportages tarifés de Bozizé.


Face à la vétusté de l’Oubangui Hôtel, la compagnie Air France qui y faisait accueillir auparavant ses équipages, avait fini par faire aménager à grands frais quelques chambres à l’Hôtel du Centre pour le repos des équipages de son unique vol régulier hebdomadaire qui dessert Bangui. Selon nos informations, en principe lesdites chambres devraient être exclusivement réservées aux équipages Air France et ne plus être attribuées après leur départ de l’hôtel mais c’est peine perdue car cette clause n’est point respectée par la direction de l’hôtel qui les attribue tranquillement à d’autres clients en attendant le prochain retour des hôtesses, stewards et pilotes de la compagnie aérienne française.

 

Nous venons d’apprendre qu’avec l’ouverture du Ledger Palace, ce problème vient d’être résolu car la direction d’Air France aurait décidé que dorénavant ses équipages puissent descendre dans ce nouvel établissement. Avant l’ouverture du Ledger Palace, les seules infrastructures de la place qui faisaient office d’hôtel étaient l’Oubangui Hôtel, ex-Sofitel et l’Hôtel du Centre, ex-Hôtel Saint-Sylvestre si réputé du temps de l’ex- empereur Bokassa. Tout ce qui concerne désormais ce pays se décline en termes du passé et d’ « ex ». Ex ceci, ex cela car le temps de gloire et la belle époque de « Bangui la coquette ville de pari » est bien loin derrière.

 

Que retiendrons les Centrafricains du passage à la tête de leur pays sinon que quelques emplacements dans la ville tels que le fameux Jardin du Cinquantenaire où on vient d’y arracher son buste lors des émeutes du 2 août dernier, ainsi que la place du « libérateur ». Bozizé est obligé, alors qu’il est encore au pouvoir, de déployer des soldats pour la protection de ces places à sa gloire. Du jamais vu et franchement pathétique.

Bozizé délocalise même désormais les célébrations des fêtes nationales du pays comme celle du 13 août au Hilton de Roissy comme il vient de le faire, contre toute raison et en dépit des mises en gardes de nombre de ses compatriotes fermement opposés à une telle hérésie mais l’homme, complètement dépassé par les événements, n’en a rien à foutre...  


La Rédaction

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers