Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 22:23

 

 

pousseur-de-viande-Bangui.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 16 Septembre 2010 13:48

La municipalité de Bangui réagit ce 16 septembre 2010 à la plainte de la population suite aux conditions d’abattage des bœufs à l’abattoir de Ngola (Principale abattoir de la Capitale).

Ces abattages échappent aux règles d’hygiène définies dans le code d’hygiène en Centrafrique. Les bêtes sont abattues et dépouillées à même le sol ; ce qui peut être une source de contamination pour la population de la ville.

La situation avait été décriée en début de semaine sur Radio Ndeke Luka par Mahamat SALLET, Directeur Général de la Société d’Etat des Gestions des Abattoirs (SEGA).

Le chef de Service d’Hygiène et Assainissement à la Mairie de Bangui, Jean Pierre SAMITO, pointe du doigt l’Association Nationale des Bouchers Centrafricains (ANBC) qui rend la tâche difficile aux techniciens de la SEGA et personnel de la Mairie.

Il précise que les bouchers ne voient que leur propre intérêt sacrifiant ainsi la santé de la population.

La loi n° 03/04 du 20 janvier 2003 portant Code d’hygiène en Centrafrique fait interdiction de la vente de viande de manière anarchique sur l’ensemble du territoire national.

 

NDLR : Ce problème de conditions d'hygiène insalubres aussi bien à ce qu'on appelle improprement abattoirs de Ngola qui est un véritable défi aux normes vétérinaires et de santé publique ainsi que le mode de transport de la viande de boeuf pour ravitailler les différentes boucheries situées dans les marchés de la ville de Bangui, ne date pas d'aujurd'hui. Tant que la chaîne des responsables ne sera pas clairement démantelée et tous ceux qui en tirent de juteux profits financiers dénoncés et frappés, ce manège persistera. 

Les abattoirs de la SEGA à Kolongo ont été désertés au profit de ce qui fait office d'abattoir à Ngola à la faveur des mutineries de 1996 et 1997 et cette situation hélas qui ne devait être que temporaire dure depuis. Depuis l'arrivée de Bozizé et ses "libérateurs" au pouvoir, les choses ont empiré. Mme Monique Bozizé est à la tête d'un important parc de pousseurs qui assurent le transport de la viande de boeuf  pour livrer les différentes boucheries dans les marchés de Bangui dans d'effrayantes conditions d'hygiène.

Tous ceux qui on essayé de mettre fin à ce scandale se sont cassé les dents et ont jeté l'éponge. Un commissaire de police a même failli se faire tuer pour avoir osé empêcher ce mode de transport de viande. Les protecteurs des pousseurs se trouvent paradoxalement à la présidence de la République. La mairie de Bangui ne peut absolument rien tant que les profiteurs de ce manège sont aussi intouchables comme ils s'en vantent.   

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société