Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 17:55

 

 


Mme Margret Vogt


Radio Ndéké Luka Vendredi, 23 Décembre 2011 07:50

 

Prenant note du rôle important joué par le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) à l’appui des efforts de médiation du Gouvernement centrafricain, le Conseil de sécurité a,  par sa résolution 2031 (2011) adoptée le 22 décembre 2011 à l’unanimité de ses membres, prorogé le mandat du BINUCA jusqu’au 31 janvier 2013.

 

Aux termes de la résolution adoptée, le Conseil engage le Gouvernement à poursuivre ses consultations avec l’opposition de manière consensuelle et sans exclusive, notamment sur la réforme électorale. En outre, le Gouvernement centrafricain est instamment prié de garantir le respect de la liberté d’expression et de réunion, y compris pour les partis d’opposition, ainsi que de l’état de droit, lesquels sont indispensables à la démocratie.

 

Par ce texte, le Conseil exhorte également les partis d’opposition et le Gouvernement à ouvrir un dialogue constructif pour créer un environnement propice à l’égalité des chances à la veille du prochain cycle électoral.

 

Dans le préambule de la résolution, le Conseil note avec préoccupation que l’absence quasi totale d’opposition politique au sein des institutions démocratiques de la République centrafricaine peut constituer un sérieux obstacle à l’entreprise de réconciliation nationale et d’édification de la nation.

 

Inquiet du manque d’autorité de l’État qui a laissé s’installer un grave vide sécuritaire dans nombre de régions de la République centrafricaine en dehors de la capitale, le Conseil engage le Gouvernement centrafricain et tous les groupes armés à continuer de soutenir l’entreprise de réconciliation nationale en respectant strictement les recommandations du dialogue politique inclusif qui a pris fin en 2008.

 

Il demande également à tous les groupes armés de coopérer avec le Gouvernement à l’occasion du processus de désarmement, démobilisation et réintégration.

 

Saluant les efforts faits par le Gouvernement centrafricain pour combattre l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) sur son territoire, les membres du Conseil se réjouissent de l’Initiative de coopération régionale lancée par l’Union africaine pour éliminer la LRA et de la nomination d’un Envoyé spécial de l’Union africaine pour coordonner cette activité. Enfin, par la présente résolution, le Conseil engage le Gouvernement centrafricain, la Commission de consolidation de la paix et ses partenaires nationaux et internationaux à honorer leurs engagements découlant du Cadre stratégique pour la consolidation de la paix.

 

 

 

 

NDLR : Que font les Nations Unies et en particulier le BINUCA pour obtenir du gouvernement centrafricain de respecter « la liberté d’expression et de réunion, y compris pour les partis d’opposition, ainsi que de l’état de droit, lesquels sont indispensables à la démocratie ». C’est bien beau qu’ils puissent exprimer leur préoccupation que l’absence quasi totale d’opposition politique au sein des institutions démocratiques de la République centrafricaine peut constituer un sérieux obstacle à l’entreprise de réconciliation nationale et d’édification de la nation. Que font-ils pour remédier à cette fâcheuse situation qui résulte de la dernière mascarade électorale du 23 janvier réalisée avec leur complicité ? Bozizé a bénéficié du financement des élections par la communauté pour flouer tout le monde et on le laisse faire. A présent, cette supercherie arrive au bout du rouleau. Il faut que les prorogations du mandat du BINUCA en Centrafrique puisse servir véritablement à quelque chose et fasse effectivement avancer le processus de normalisation de la RCA par la restauration d’une paix réelle et durable. Le BINUCA ne doit pas être une sinécure destinée à prendre uniquement en charge des fonctionnaires des Nations Unies sans impact concret sur l’évolution de la situation du pays.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales