Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 02:44

 

 

boz

 

Voici ci-dessous quelques réactions d’internautes sur www.centrafrique-presse.info suite à la publication de l’article en « lu pour vous » Les bras longs d’Ari Ben Menashe,  paru dans le journal canadien le « National Post » du 12 novembre courant qui raconte par le menu comment Bozizé a voulu acheter 12 hélicoptère de combat russe Ka 50 (voir photos et historique et caractéristiques de cet aéronef suivie d’une brève notice biographique de l’intermédiaire et associé de l’Israaélien Ari Ben Menashe, Jacques Bouchard Jr, celui-là même qui a rencontré Bozizé à Bangui en novembre 2010 pour ficeler le marché en signant le contrat. Une vraie folie à un moment où la RCA occupe les derniers rangs dans tous les classements mondiaux et où les Centrafricains meurent de faim !

 

Rédaction C.A.P

 

« Nous allons de surprise en surprise avec ce président. Ne soyons pas surpris d'apprendre un jour que notre territoire a été vendu. »

« Il n'y a jamais eu autant de tas de ferrailles à Bangui que depuis 2003! Le champion toutes catégories d'achats dans les casses du monde c'est bien Bozizé...2 hélicos ukrainiens et un vieux Hercules, qui n'ont jamais volé, sans compter des chars que personne n'a vu défiler.... Que cherche cet homme? »

« A quoi servent tous ces vieux engins, si nous sommes en Paix avec tous nos voisins?
On se demande quelle guerre il prépare, à moins qu'il s'arme pour attaquer le peuple centrafricain! »

 « N'avait-il pas dit qu'il avait pris le pouvoir par les armes et que celui qui le voulait n'avait qu'à en faire autant? N'avait-il pas clamé tout haut en 2003 qu'il avait pris le pouvoir pour le garder durant plusieurs décennies? »

« Fort de ces affirmations il paraît clair que Bozizé tournera tout son arsenal contre le peuple centrafricain le moment venu! »

« Et comme Dieu connaît ses projets démoniaques, il se fait toujours rouler dans la farine en faisant ses emplettes à la brocante et est de surcroît frappé par une lèpre au cerveau...
Mais au fait d'où tire-t-il toute cette manne qui lui sert à s'offrir ses petits jouets?
On comprend maintenant la destination des sommes faramineuses qui sont prélevées au trésor sous des fallacieux libellés! Il en thésaurise une bonne partie pour faire ses "courses" au cas où un "tintin" se présente à lui pour lui faire des propositions alléchantes!
Gageons que c'est en cherchant à sauver l'une des ces valises bourrées de fric que Momo s'est brûlée au bras... »

« Et maintenant que le marchand de jouets se trouve en tôle, qui est le dindon de la farce?
Bozizé, ou le peuple? »

« Il ne reste pas moins que cette plaisanterie a coûté aux contribuables centrafricains la bagatelle de 750 millions (USD 1,5 millions), qui auraient pu servir à réaliser des projets sociaux! »
« Bravo CPI de faire diffuser très largement cette nouvelle pour que ces Messieurs du FMI et autres partenaires bilatéraux en soient informés. Que cela les inspire au cours de leur prochaine revue. »

« En attendant le peuple préparera la potence de Bozizé, pour le pendre haut et court! Il ne mérite pas mieux. »

 

Historique et caractéristiques de l'hélicoptère russe Ka 50

 


helicoptere-de-combat-Ka-50-russe.JPG

 

 

helico-Ka-russe.JPG

 

 

helico-Ka-50-russe-avec-son-armement.JPG

 

En 1976, l’URSS lance une compétition entre Kamov et Mil pour un hélicoptère de combat plus léger et maniable que le, certes redoutable mais lourd, Mi-24. Kamov propose un projet original dénommé V-80. Il s’agit d’un appareil monoplace contrairement au Cobra américain (et à son successeur l’Apache lancé en 1972) et au projet de Mil avec son Mi-28. Kamov choisit aussi de recourir à un double rotor contrarotatif (une spécialité de Kamov mais encore jamais vue sur un hélicoptère de combat !) augmentant la maniabilité et permettant de se dispenser d’un rotor anticouple à l’arrière. Mais cette solution et complexe et potentiellement plus dangereuse ; la survavibilité au combat de l’appareil pourrait être mise en danger en cas d’impact sur l’un des deux rotors qui viendrait ensuite percuter le deuxième. Le pilote dispose d’un système de navigation et d’attaque évolué (contrairement au rustique Mi-24) et est fortement protégé par des blindages.

 

Enfin, le Ka-50 est équipé d’un siège éjectable K-37 qui nécessite au préalable de faire exploser les rotors ! Le premier vol du Ka-50 a eu lieu en 1982 puis, à l’issue d’une période d’essais comparatifs, Kamov a officiellement été désigné comme vainqueur de la compétition en 1987 et est entré en service en 1995 dans les forces aériennes russes.

 

Le Ka-50 est à la fois très maniable, léger et embarque une grande quantité d’armements dont le très efficace AT-12 Vikhr. Par contre, il ne dispose pas d’un canon en tourelle comme la plupart des hélicoptères de combat actuels mais d’un canon fixe de 30mm (450 coups) sur le côté du poste de pilotage.

 

En 1997, le Ka-52, version biplace côte à côte aux moyens de communication et de détection renforcés, effectue son premier vol. Il s’agit d’une machine destinée à opérer de concert avec un groupe de Ka-50 monoplaces en tant que chef de meute. Dernière version en date, la Ka-50-2 est une version biplace en tandem développée pour le marché turc. En 2006 suite à un revirement de situation, c’est le Mi-28N qui est officiellement choisi comme nouvel hélicoptère d’attaque des forces armées russes relayant les Ka-50 déjà en service, et les futurs Ka-52, aux missions spéciales.

 

Le projet d’acquisition par la marine russe de nouveaux bâtiments amphibies capables de mettre en oeuvre des hélicoptères de combat pourrait néanmoins conduire à de nouvelles commandes de Ka-52. Le Ka-52, qui a déjà effectué un appontage d’essai sur le BPC Mistral français fin 2009, serait en effet jugé plus adapté à un emploi depuis la mer que le Mi-28N. A suivre...

 

Versions

 

Ka-50 Blackshark : monoplace de combat. Le Ka-50 a successivement été dénommé "Werewolf " puis "Blackshark" dans sa version export. Le code OTAN attribué au Ka-50 est Hokum A. Ce dernier nom semble avoir été finalement retenu. Les premiers exemplaires étaient uniquement destinés au combat de jour avant que ne soit adapté un système de vision nocturne rendant le Ka-50 opérationnel par tous les temps. Les appareils ainsi équipés auraient pris la désignation Ka-50N ou Ka-50Sh.


Ka-52 Alligator : biplace de combat tout temps. Le pilote et le navigateur sont assis côte à côte et disposent de moyens de communication et de détection (optique, TV, IR) renforcés. Il est également prévu d’installer un radar dans le nez du Ka-52. Le code OTAN attribué au Ka-52 est Hokum A.

 

Ka-50-2 : version biplace en tandem développée pour le marché turc. Egalement appelé "Erdogan", le Ka-50-2 dispose d’équipements israéliens et d’armements russes et occidentaux.

 


 

Qui est Jacques Bouchard Jr. l’associé d’Ari Ben Menashe ?

 

Jacques-Bouchard-Jr.JPG

 

Associé en poste au bureau de Montréal, Jacques Bouchard est directeur des affaires internationales du cabinet. Il agit comme conseiller pour de grandes sociétés, ainsi que pour différents gouvernements et sociétés d’État.

 

Me Bouchard participe à des transactions internationales de grande envergure et il assiste fréquemment des sociétés dans la poursuite de leurs projets à l’étranger, notamment dans les secteurs des mines, de l’énergie, des télécommunications et des infrastructures.

 

De plus, Me Bouchard est spécialiste des relations gouvernementales internationales. À ce titre, il intervient régulièrement pour le compte de sociétés qui désirent conclure des ententes avec des gouvernements étrangers ou encore pour défendre leurs intérêts auprès de ces derniers.

 

Au fil des années, Me Bouchard a aussi piloté de nombreuses réformes, comme par exemple une réforme du droit immobilier en Algérie, en Bulgarie et en Égypte, une réforme des tribunaux de commerce pour le Royaume du Maroc et le Rwanda, une réforme du système de la justice pour le Burundi, le Cameroun et la Tanzanie, une étude sur les autorités de régulation en Algérie, ainsi que l’organisation des Jeux de la francophonie 2005 pour le comité organisateur du Niger. Il a aussi coordonné des projets de réforme dans le secteur du financement en Angola, au Maroc et aux Philippines, de la passation des marchés au Burkina

Faso et au Djibouti, de l’habitat en République démocratique du Congo et du transport au Sénégal.

 

Possédant une réputation exceptionnelle dans son domaine et reconnu pour ses réalisations dans des transactions majeures, Me Bouchard est notamment classé parmi les experts internationaux les plus chevronnés du droit des mines dans le Who’s Who of MiningLawyers publié par Who’s Who Legal. Me

Bouchard a aussi publié de nombreux textes relatifs aux affaires en Afrique et plus particulièrement à son secteur minier. De 1995 à 2001, il a été chargé de cours à la Faculté de droit de l’Université McGill. M e

Bouchard est gouverneur de la Fondation du Barreau du Québec.

 

Me Bouchard siège au conseil d’administration de plusieurs sociétés, ainsi que de certains organismes, notamment le Conseil canadien pour l’Afrique, l’Alliance d’affaires Canada-Algérie, le Cercle canadien pour le développement du Sénégal et le Conseil d’affaires Canada-Congo. Me Bouchard a aussi siégé au conseil des Grands Ballets Canadiens de Montréal et de l’Accueil Bonneau.

Me Bouchard est consul honoraire de l'Angola au Québec.

 

Formation

 

B.C.L., Université McGill, 1984

Associations professionnelles

American Bar Association

Association du Barreau canadien

© Heenan

 

Firm: Heenan Blaikie LLP

Office: Heenan Blaikie LLP

1250 René-Lévesque Blvd West

Suite 2500

City: Montreal

State: Québec

Country: Canada

Tel: +1 514 846.2252

Fax: +1 514 846 3427

Email: jbouchard@heenan.ca

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers