Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 02:16

 

 

 

ambassadeur cook

 

Frederick COOK, ambassadeur US en Centrafrique à cette époque

 

 

 

OBJET: RCA: Un ancien ministre et actuel leader militaire probablement assassiné

Source: http://wikileaks.org/cable/2010/02/10BANGUI34.html

REF: A. A-09 203 BANGUI
B. B-09 273 BANGUI C.
C-10 BANGUI 29. (SBU)
Première publication le ven, 26 août 2011 02:34 UTC
Mis à jour le jeu, le 1 septembre 2011 23:24 UTC
Le temps du câble: lun, 8 février 2010 07:58 UTC

RÉSUMÉ: Charles Massi, quatre fois ancien ministre et chef politique de la Convention Patriotique pour la Justice et la Paix milice (CPJP) (réf. A), est largement présumé avoir été assassiné après que les forces tchadiennes l'aient arrêté et remis aux autorités centrafricaines dans en décembre 2009. Bien que peu de gens en République centrafricaine (RCA) pleurent sa disparition, certains dans le pays s’inquiètent que son assassinat ne puisse annoncer un retour à la violence politique des régimes passés. Par ailleurs, l'exécution sommaire possible d'un personnage politique, même si elle est disgrâce pour une des forces en conflit avec le Gouvernement centrafricain, pourrait être perçue comme un message de Bozizé indiquant que sa patience pour la négociation avec la myriade des groupes armés en RCA est épuisée. Message suivra de près les retombées entre l'opposition qui surveillera tout signe indiquant que cela pourrait devenir un modèle par le régime. Sommaire de fin.

(SBU) La mort de l'ancien ministre et représentant de la CPJP Charles Massi demeure enveloppée de mystère. Pourtant, de plus en plus de sources crédibles rapportent avec des détail saisissants les personnes impliquées dans la fin de l'ancien ministre par les autorités centrafricaines et son présumé assassinat peu après. Selon une source, le président Deby du Tchad aurait remis Massi aux forces de Bozizé lors d'une visite du président centrafricain au Tchad à la fin de l'année. Selon certaines sources, M. Bozizé a assuré Deby qu'il n'avait rien personnellement contre Massi et qu'ils partageaient un lien fort découlant de leur adhésion à la même Loge franc-maçonnique. Très peu de temps après la prise de garde de Massi cependant, le personnel militaire centrafricain l’aurait torturé et tué. La''`` Lettre du Continent a publié un rapport dans ce sens.

(SBU) Un contact très bien informé à l’ouest de Bangui croit que Massi a été exécuté sommairement par la Garde présidentielle (GP) peu après avoir été remis par les Tchadiens, en représailles à l'assassinat d'un éminent militaire officier Gbaya en Novembre par la CPJP en 2009 dans une attaque à Ndélé (Réf B). (Remarque: Bozizé président et un grand nombre de GP sont membres étroitement liés de l'ethnie Gbaya End Note..) (SBU) Le 30 Janvier, M. Bozizé a convoqué la classe politique centrafricaine et le corps diplomatique pour discuter des élections et a abordé l'objet de Massi (Ref C). Après avoir écouté les accusations portées contre lui, M. Bozizé a donné une non-réponse sibylline sur le sort de Massi. Il s'est demandé pourquoi les gens étaient si préoccupés par un homme qui était en rébellion ouverte contre le gouvernement et pourquoi il n'y avait pas un tollé semblable quand la milice Massi a tué des soldats centrafricains. M. Bozizé a déclaré que Massi savait très bien que les problèmes sont réglés avec des kalachnikovs ``''au cours de telles affaires. Un communiqué de presse du 20 Janvier du ministère de la Défense a été plus véhément dans sa négation de la complicité, rabaisser les prétentions de la responsabilité du gouvernement comme une campagne d'intoxication ``''visant à déstabiliser le processus de DDR et le gouvernement en général.

(SBU) L'opposition tente d'utiliser l'affaire Massi pour noircir Bozizé comme un despote oppresseur. Les journaux rapportent et titrent constamment sur les rumeurs et les allégations et son sort est largement discuté dans les cercles politiques à Bangui. Pourtant, comme c'est si souvent le cas en RCA, l'opposition n'a pas été en mesure de mobiliser la colère sur le meurtre de Massi  et la traduire en action. Leur désunion - couplée avec l'ambivalence de la moyenne desCentrafricains qui voit Massi comme un autre politicien qui a joué avec le feu - signifie que s'il y a eu un large débat sur l'homme, aucune action populaire a été prise de demander des comptes au gouvernement. BANGUI 00000034 002 à 002.

(SBU) COMMENTAIRE: les disparitions étaient monnaie courante du temps du Président / empereur Bokassa (1966-1979) et brièvement réapparues après les tentatives de coup d'Etat contre les Présidents Kolingba en 1982 et Patassé en 2001 (Commentaire: Bozizé, qui était chef d'état-major de l'Armée sous Patassé, est impliqué dans le meurtre de commande de plusieurs anti-rebelles dans la préfecture de Kolingba à Kembé en 1999. Commentaire Fin). Bozizé est supposé avoir liquidé un petit groupe sélect de sympathisants Patassé après son coup d'Etat 2003, mais ce n'était ciblées et de courte durée. Depuis ce temps, les enlèvements et les assassinats, sans procédure régulière ont été très rares, et inexistant pour des personnalités politiques.

(SBU) Il n'est pas clair si Massi a été tué sous les ordres directs du président, ou si l'assassinat a été approuvé après le fait. Peu d'implication directe ou indirecte de Bozizé dans le meurtre de Massi, l'opposition, et même quelques chiffres plus proches de la présidente, l'inquiétude le meurtre peut être le début d'une politique d'intimidation. Lors de son allocution du Nouvel An à la nation en sango (non inclus dans la version française), il a averti qu'il allait dépecer ``''tous ceux qui s'opposaient à lui, et a d'ailleurs poursuivi une politique de confrontation avec les groupes armés, tels que la CPJP, qui restent en dehors du processus de DDR. On ignore encore si l'apparente exécution extra-judiciaire de Massi a été une anomalie ou le début d'une tendance malheureuse.

FIN COMMENTAIRE. COOK

NDLR : Cet ambassadeur avait aussi informé naguère sa hiérarchie du Département d'Etat à Washington lorsqu'il était encore en poste à Bangui au sujet d'une tentative de prédation par Bozizé et son gouvernement d'une partie d'un financement accordé par le gouvernement américain pour la réhabilitation des routes en Centrafrique. Son câble avait égéalement été publié par Wikileaks et repris dans les colonnes de C.A.P  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers