Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 00:22

 

 

Tandja

 

 

APA-Niamey (Niger) 28-12-2010 - Plusieurs dossiers financiers dans lesquels l’ex-président nigérien, Mamadou Tandja, est cité ont été finalisés et transmis aux autorités judiciaires, a annoncé mardi l’Inspection général d’Etat.

La presse locale publie régulièrement des dossiers portant sur de grosses sommes indument dépensées avec « l’accord » de l’ancien Chef de l’Etat, détenu depuis le 18 février dernier dans une villa présidentielle à Niamey.

« S’’agissant des personnalités politiques de premier plan, et afin de mettre fin aux spéculations des uns et des autres, j’aimerais passer en revue la situation des dossiers qui pourrait les concerner (…). Pour M. Mamadou Tandja, plusieurs dossiers dans lesquels il est cité ont été finalisés et transmis aux autorités compétentes » a déclaré Gabriel Djibril Martin, l’Inspecteur d’Etat en Chef, lors d’un point de presse.

Il n’a cependant fourni aucun détail sur les montants inclus dans ces « dossiers », affirmant qu’une inspection se déroule dans divers pans de l’Administration publique, sur la gestion de ces dix dernières années.

Plusieurs analystes s’accordent à dire que l’ancien Chef de l’Etat, renversé par coup d’Etat en février dernier, risque d’être poursuivi par la justice nigérienne en raison de nombreuses « irrégularités » constatées dans la gestion des sociétés et organismes nationaux, révélées par les audits diligentés par la junte militaire au pouvoir.

Dans sa parution de cette semaine, l’hebdomadaire privée Opinions consacre un dossier dans lequel il explique les raisons pour lesquelles Mamadou Tandja encourt une inculpation » après la levée de son immunité par la Cour d’Etat.

Le journal fait écho, à l’instar d’Actualités, d’un « détournement » à la Centrale d’approvisionnement en matériels agricoles, où d’importantes quantités d’engrais gracieusement offertes par le Nigeria, auraient été revendues au Niger par un homme d’affaires proche de l’ex-président pour un montant qui se situe entre « 6 à 8 milliards FCFA ».

D’autres journaux révèlent également que l’ancien président avait été mis en cause dans les dépenses irrégulières de 4 milliards FCFA effectuées sur un compte de la Société nigérienne des produits pétroliers (SONIDEP), dont l’ancien patron croupit en prison.

Plusieurs proches de Tandja, dont l’ancien patron du Trésor national, le directeur de la compagnie nationale d’électricité, l’ex-ministre des Mines, sont écroués depuis des semaines suite à des enquêtes menées sur leur gestion, souligne-t-on.

Selon le porte-parole du gouvernement, Laouali Dan Dah, la suppression de l’immunité de l’ancien président se justifie par « divers contrôles dans les sociétés et organismes qui ont prouvé des irrégularités que les responsables de ces sociétés lui ont imputées directement ou indirectement ».

Cette décision, a-t-il expliqué, permettra au procureur de la République d’engager une « action publique » contre l’ex-chef de l’Etat dont la Cour de justice de la CEDEAO a réclamé la libération.

Détenu depuis sa destitution dans une villa de la présidence nigérienne où il est autorisé à voir certains membres de sa famille et lire la presse, M. Tandja avait demandé à la junte militaire de renoncer à sa décision de le traduire devant la justice, démentant également toute saisine de la Cour de justice de la CEDEAO sur sa détention, selon deux lettres qu’il avait adressées au général Djibo Salou, le président intérimaire du Niger.

Agé de 72 ans, l’ancien chef de l’Etat nigérien affirme souffrir de diabète et avait déjà sollicité une permission pour aller se soigner en Tunisie, lors d’une rencontre avec des défenseurs des droits de l’Homme, en juin dernier.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE