Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 19:56

 

 

 

carte centrafrique new200

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

Bangui, 02 Mai 2012

 

Bangui : Carence de poisson de mer sur le marché, les grossistes pointés du doigt.

Depuis plusieurs jours, les femmes vendeuses de poisson de mer  se plaignent de la rareté de ce produit sur le marché, a constaté le RJDH.

« Il n’y a pas assez du poisson sur le marché ; j’ai cherché pendant longtemps pour avoir ce que vous voyez. J’ai demandé à connaitre les raisons de cette pénurie auprès de mon client et il m’a dit que ce sont les grossistes qui refusent de leur livrer les produits», a indiqué Fortune Malet vendeuse de poissons au marché  Miskine à Bangui.

« Si vous voyez qu’il n’y a pas de poisson sur le marché, c’est que les Libanais ont refusé de les livrer. Ce sont eux qui nous livrent le plus souvent les produits de 1ère nécessité en Centrafrique. C’est une manipulation pour contraindre le ministère du commerce à revenir sur ses décisions de blocage des prix»,  a relevé un responsable du ministère du commerce qui a requis l’anonymat au terme d’un entretien avec le RJDH.

 

Le responsable du supermarché Rayan, un des fournisseurs de poisson installé au centre-ville à Bangui, rencontré ce mercredi, n’a pas accepté de répondre  aux questions du RJDH au sujet d’une éventuelle dissimulation de stock de sa part. Le supermarché Le Corail lui aussi s’est réservé de donner une réponse à cette question.

  Selon le cadre du ministère du commerce cité ci-haut, ce sont les commerçants récalcitrants qui refusent de vendre les produits afin d’inciter la population à la révolte, en enfreignant à l’Arrêté du ministère du commerce du 11 avril portant gel des prix de certains produits de première nécessité.

Il faut rappeler que depuis le 11 avril, la ministre du commerce a pris un arrêté portant gel des prix de certains produits de 1ère nécessité à Bangui, Bimbo et Bégoua. Mais nombreux sont les commerçants qui ne respectent pas encore ce texte. Lors d’un point de presse la semaine dernière, la ministre avait promis des sanctions contre les ‘’commerçants et importateurs récalcitrants’’ qui continueraient de résister à la décision du gouvernement.

 

Bouar : Difficile d’avoir de l’eau potable 

Les habitants de la ville de Bouar éprouvent des difficultés à avoir de l’eau potable ces derniers jours, malgré quelques forages réalisés et réhabilités par l’ONG Mercy Corps, a rapporté ce matin radio Maïgaro.

«Chaque jour au bord des points d’eau, on assiste à de longues files d’attente ; les femmes  se bousculent, querellent et se disputent parfois. Souvent elles quittent la maison à des heures tardives de la nuit pour aller chercher de l’eau », indiqué radio Maïgaro.

Dans son volet eau et assainissement, l’ONG Mercy Corps a construit, réhabilité et aménagé environ 80  forages et sources en quatre ans de présence à Bouar. A ce jour, 21 sont fonctionnels et 59 sont en panne en cours de réparation, d’après Charlie Yambindi, Facilitateur, officier du programme Mercy Corps à Bouar.

Joseph Gualaï, technicien de santé à l’hôpital de Bouar a fait remarquer que si cette difficulté d’accès à l’eau potable continue, la population sera exposée à des maladies telles que la fièvre typhoïde, la dysenterie intestinale, entre autres.

Il convient de signaler que l’antenne de la Société de distribution d’eau en Centrafrique (SODECA) de Bouar n’est pas fonctionnelle depuis plus de 5 ans, de sorte que la population estimée à environ 28 580 habitants  a souvent des éprouve des difficultés à avoir de l’eau potable.

 

Boali : Les cadres de santé initiés à la collecte des données

Les cadres de la région sanitaire n° 1 ont été initiés aux techniques de collecte des données en santé du 25 au 30 avril dernier à Boali, dans le cadre d’un projet du 9ème FED (Fonds européenne de développement), a rapporté radio ICDI.

Le Dr Charles Sammy, assistant technique en appui au ministère de la santé publique, a fait savoir qu’il s’agit d’une approche novatrice basée sur la performance, afin de permettre au bailleur, qui est  l’Union européenne, de continuer à appuyer les projets de redynamisation du système dans les régions sanitaires bénéficiaires du programme.

Il a fait remarquer que cette formation a été initiée pour donner l’occasion aux participants de savoir comment présenter leurs rapports d’activités, parce que les évaluations faites à l’issues des activités de 2009, ont révélé des insuffisances dans les rapports et des retards dans l’acheminement des documents, obligeant les responsables du projet à mettre en place un système parallèle.

Cette rencontre a regroupé  une vingtaine de participants venus de toute la région sanitaire N°1 qui comporte deux préfectures, à savoir l’Ombella M’Poko et la Lobaye. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches