Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 16:34

 

 

 

RÉSEAU DES JOURNALISTES POUR LES DROITS DE L’HOMME EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (RJDH-RCA)

 

 

 

BANGUI : NICOLAS TIANGAYE CONDAMNE LES ATTAQUES DE LA SÉLÉKA

 

nicolas-tiangaye-photo-hippolyte-donossio.jpg

 

 

Bangui, 25 janv. 13 (RJDH) – Alors qu’il poursuit les consultations pour la mise en place d’un gouvernement d’Union nationale dont il a eu mandat, le nouveau Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye s’insurge contre les exactions commises par les rebelles de la Séléka à l’intérieur du pays. Pendant sa toute première sortie médiatique ce vendredi matin, le nouveau Premier ministre demande aux leaders de la Séléka de poursuivre les opérations de sensibilisation de leurs éléments, dans les zones qu’ils occupent.


Depuis la signature des accords de paix de Libreville le 11 janvier, certains éléments de la rébellion de la Séléka continuent d’attaquer et de piller des villes à l’intérieur de la Centrafrique. « Ayant été informé, j’avais convoqué les responsables de Séléka à Bangui, pour les actions à entreprendre en vue de faire cesser ces actes qui sont de nature à remettre en cause la dynamique de paix engagée après la signature des accords de Libreville », a dit le Premier ministre.


Pour Nicolas Tiangaye, les chefs de la Séléka doivent urgemment se rendre dans les zones sous leurs occupations afin de parler avec leurs éléments. « Il s’agit d’une action prioritaire et immédiate dans le cadre du suivi des accords de Libreville », a-t-il affirmé.


Il a insisté que la priorité de son futur gouvernement, c’est de faire cantonner les rebelles dans un seul lieu, en vue de les désarmer et les démobiliser. « Il s’agit d’un programme qui doit s’inscrire dans le cadre d’un programme d’urgence et qui nécessite la mobilisation d’une ressource financière importante. Nous attendons donc le soutien de la communauté internationale. Lorsque le gouvernement sera formé et une fois que les fonds seront mobilisés, ce processus sera immédiatement mis en œuvre, parce qu’il s’agit d’une priorité pour le gouvernement », a-t-il précisé.


En ce qui concerne la formation de gouvernement, Nicolas Tiangaye a fait savoir que depuis le début des consultations après sa prise de fonction, quatre entités ont déjà remis leurs dossiers, et il attend la liste des personnalités retenues par la majorité présidentielle pour la formation du gouvernement.

 

 

 

NDLR : C'est donc Bozizé et son clan qui traînent les pieds et font perdre du temps pour la formation du gouvernement. On apprend qu'ayant réussi à sauver son fauteuil à Libreville alors qu'on demandait initialement son départ et sa traduction devant la CPI, il a repris ses excursions hebdomadaires à Bayanga dans la forêt du sud-ouest du pays où il dispose d'un chalet que des truands hommes d'affaire libanais lui ont construit ainsi qu'un héliport, en s'y rendant le week-end, chose qu'il n'a pas faite depuis un mois en raison de l'avancée de Séléka. 


 

BANGUI : LES NATIONS UNIES PROLONGENT LEUR MANDAT EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

 

Ban

 

 

Bangui, 25 janv. 13 (RJDH) Le Conseil de sécurité de l’ONU a prorogé d’un an le jeudi 24 janvier, le mandat du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Centrafrique (BINUCA).


Les quinze membres du Conseil de sécurité ont dans une résolution adopté par l’unanimité, demandé au gouvernement, aux rebelles de la coalition Séléka, aux groupes armés et à l’opposition démocratique de « s’acquitter de bonne foi de leurs obligations découlant de la Déclaration de principe signée à Libreville le 11 janvier».


Le Conseil se dit inquiet du manque d’autorité de l’État en dehors de la capitale Bangui, qui a laissé installer l’insécurité dans nombre de régions. Il a demandé au BINUCA de continuer d’accompagner l’entreprise de consolidation de la paix en République centrafricaine, comme le prévoit son mandat, y compris les processus de Désarmement démobilisation et réinsertion  et également la réforme du secteur de sécurité et d’user de ses bons offices en vue de faciliter l’application intégrale des accords signés à Libreville le 11 janvier.


Le Conseil de sécurité exige de tous les groupes armés, notamment de la coalition Séléka, de cesser l’enrôlement et l’emploi d’enfants, et leur demande d’appliquer immédiatement les dispositions des plans d’action signés avec la Représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé en novembre 2011.


Enfin, il prie le gouvernement centrafricain d’enquêter sur les informations faisant état de violations des droits de l’homme dans le pays, notamment à Bangui, de veiller à ce que les responsables soient traduits en justice et de prendre toutes mesures nécessaires pour prévenir de nouvelles violations.

 

 

 

 

BOZOUM : UNE FOIRE AGRO-PASTORALE EN FAVEUR DES VICTIMES DES INONDATIONS

 

 

Bozoum, 25 janv. 13 (RJDH) – Une foire agro-pastorale initiée par l’ONG Caritas à l’intention des groupements agricoles, victimes des inondations du mois de septembre dernier, est organisée dans la sous-préfecture de Bozoum, du  jeudi 24 au samedi 26 janvier.


Selon le Père Aurélio, responsable de la foire, cette exposition vente intervient en compensation des produits agricoles détruits par les inondations du mois de septembre dernier.


« Nous avons organisé cette foire au profit des groupements agricoles, pour une auto-évaluation et prouver les efforts des cultivateurs. Cette exposition va leur  permettre d’avoir de l’argent en compensation de leur détermination », a expliqué le Père Aurélio.


Plus de cent groupements vont exposer des produits agricoles. « C’est un moyen d’initier la population à l’auto-prise en charge  afin de  lutter contre la sous-alimentation dans la préfecture l’Ouham Pendé », a-t-il fait savoir.


Des produits agricoles entre autres, l’igname, l’arachide, le mil, le haricot, le maïs, le riz, le manioc  cultivés dans la préfecture de l’Ouham Péndé seront exposés.


Du 11 au 12 septembre dernier, une pluie diluvienne s’est abattue sur la ville de Bozoum faisant plus d’une  centaine de sans-abris et plusieurs hectares de champs également détruits.

 

 

 

KAGA-BANDORO : UNE TIMIDE REPRISE DES ACTIVITÉS

 

 

Kaga-Bandoro, 25 janv. 13 (RJDH) – Les activités ont timidement repris dans la ville de Kaga-Bandoro (centre Nord), après une réunion tenue entre les autorités locales et  les leaders de la coalition Séléka à l’issue de laquelle ils ont demandé à la population de sortir de leur cachette et de se vaquer sans crainte à ses activités.


D’après les informations, les éléments  de la coalition Séléka ont collé  des affiches partout dans la ville et les périphéries, invitant la population à revenir dans la ville.


« Certains habitants qui ont reçu le message ont commencé à reprendre effectivement leurs activités. Les activités économiques ont repris sur les  marchés. On note aussi la présence de quelques commerçants. Mais certaines personnes craignent encore de retourner dans la ville, car certains hommes de Séléka continuent de prendre de force les objets de valeurs sur des particuliers », a témoigné Jean Nestor Ngoulet, joint ce matin par le RJDH.


Rappelons que la 22 Janvier déjà, trois officiers de la coalition Séléka ont tenu une réunion avec les autorités de la municipalité afin de rassurer la population locale sur le retour de la paix.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches