Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 23:10

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

 

Ai- Rca- Lundi, 01 Novembre 2010 14:26  - « Il n'y a pas de développement sans la paix et il n'y a pas de paix sans la réconciliation et la justice». Cette déclaration a été faite par le Préfet de la Mambéré Kadéi à l'ouverture d’une  réunion tenue le  29 octobre dernier et qui regroupait  tous les leaders religieux de la ville de Berberati.

 Selon l'un des organisateurs présent à cette réunion, il était question de conscientiser  des chrétiens sur l'importance de la réconciliation, la justice et de la paix.

Selon  le préfet, « seule la communion dans la prière est une arme efficace pour combattre les forces du mal dans la préfecture de la Mambéré Kadéi ». Il leur a par ailleurs exhorté de beaucoup prier pour les élections de 2011.

En réponse, les leaders religieux ont salué cette initiative.

" Le mois de novembre prochain sera consacré à une  prière spéciale dont l'ouverture est prévue pour le lundi 1er novembre à 15 heures, heure locale à la place de la  préfecture et la clôture le 27 novembre prochain", a indiqué un des leaders religieux avant de préciser que : «nous nous réunissons chaque vendredi du mois de novembre sous la paillote de la préfecture pour prier et échanger des révélations".

Il convient de préciser que, cette prière spéciale va regrouper tous les fidèles des différentes confessions religieuses de Berbérati.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : A quoi joue ce préfet de la Mambéré Kadéi ? Il est pourtant celui-là même qui avait reçu des menaces de mort de la part de Bozizé et qui à son tour, menace également de mort les journalistes de la radio communautaire de Berbérati en leur exhibant son pistolet  tout en déclarant que le vainqueur des présidentielles est déjà connu, il s'appelle François Bozizé. Il doit arrêter son zèle et ses films.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation