Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 20:13

 

    LIBREVILLE - AFP / 21 juin 2008 20h06 - Le gouvernement centrafricain et deux rébellions armées du nord de la Centrafrique ont signé samedi à Libreville un "accord de paix global", ouvert à une troisième rébellion, dont le chef n'a pu se rendre au Gabon, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

Cet accord de paix, qui fait suite à des accords de paix précédents entre chaque rébellion et le gouvernement, a été signé par la principale rébellion en Centrafrique, l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD), présidée par l'ancien ministre de la Défense Jean-Jacques Demafouth, et par l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) de Damane Zakaria.

 

L'accord "de paix global" entre les deux rébellions et le gouvernement était un préalable obligatoire à l'organisation du "Dialogue politique inclusif", qui doit rassembler toutes les parties centrafricaines (pouvoir, rébellions mais aussi opposition et société civile) pour sortir de la crise sociale et financière et pour pacifier entièrement le pays.

 

La Centrafrique, pays enclavé figurant parmi les plus pauvres de la planète, fait face à une grave crise financière et à l'insécurité dans le nord-ouest, en proie depuis 2005, année de l'élection de François Bozizé à la présidence, aux exactions de groupes rebelles et de "coupeurs de routes".

 

L'ouverture du "Dialogue politique inclusif" était prévue le 8 juin, mais elle avait dû être différée dans l'attente de l'accord entre le gouvernement et les diverses rébellions. La troisième rébellion, celle du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) d'Abdoulaye Miskine, n'a pas signé l'accord. Son chef, qui "serait à Tripoli" selon une source gabonaise, n'a pu se rendre à Libreville "pour des raisons logistiques", a précisé le ministre centrafricain de la Communication, Cyriaque Gonda, signataire de l'accord au nom de la Centrafrique.

 

Des représentants du FDPC étaient cependant présents au moment du paraphe de l'accord, qui s'est déroulé devant les présidents centrafricain et gabonais, François Bozizé et Omar Bongo Ondimba, a constaté un journaliste l'AFP. "Nous pensons qu'à partir de cette journée, le dialogue politique inclusif va aller dans le sens de sa réalisation", a commenté M. Gonda.

 

"Cet accord va dans le bon sens parce qu'il a presque repris la majorité des points (...) des accords (précédents) entre le gouvernement centrafricain et les mouvements politico-militaires", a-t-il commenté. L'accord porte notamment sur les questions de "cantonnement des combattants", de leur amnistie et de leur démobilisation.

 

M. Gonda a précisé que l'accord devrait entraîner "une amnistie pour tous les combattants, pour tous les faits liés à la rébellion". Le communiqué final précise que "cet "accord constitue une étape majeure dans le retour à la concorde nationale" en Centrafrique "à la veille de l'ouverture du Dialogue inclusif".

 

L'organisation des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) avait souligné en septembre que l'armée participait aussi aux exactions. Selon HRW, l'armée centrafricaine a tué depuis mi-2005 des centaines de civils, incendié plus de 10.000 maisons et provoqué un exode massif dans le nord du pays.

 

(©AFP / 21 juin 2008 20h06)

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans DIALOGUE INCLUSIF