Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 18:08

 

YAOUNDE, 13 juin (Xinhua) -- Des partis d'opposition non armés  en Centrafrique ont dénoncé jeudi l'absence de parité et de  consensus du comité d'organisation du dialogue inclusif créé par  le président François Bozizé, a rapporté vendredi la radio  nationale camerounaise. 

 

     Ces partis, groupés en "Union des forces vives de la nation",  ont dénoncé que la composition des membres chargés d'organiser le  dialogue sortent plus du camp présidentiel. 

     Cyriaque Gonda, ministre de la communication et président du  comité d'organisation dudit dialogue politique, a démenti cet  accusation. 

 

     "Le processus est totalement consensuel. Il a commencé depuis  la première concertation en août 2006, ensuite le comité  préparatoire a été mis en place de manière consensuel avec toute  une parité et c'est ce comité préparatoire qui a proposé que  l'organisation du dialogue politique inclusif relève totalement de la responsabilité du gouvernement", a expliqué Cyriaque Gonda. 

 

     "C'est le gouvernement qui peut déployer l'armée en vue  d'assurer la sécurité des invités, pour faire le protocole des  chef d'Etats qui viendront pour assurer l'hébergement de tout le  monde. Le comité préparatoire a été suffisamment fort pour dire  que cette organisation relève exclusivement de la responsabilité  du gouvernement", a t-il poursuivi. 

 

     "Et c'est à ce titre là que le gouvernement a mis en place ce  comité. J'ai consulté tout le monde y compris l'Union des forces  vives de la nation qui aujourd'hui trouve des raisons pour  retarder ce processus et on n'acceptera pas que le processus  puisse être retardé car, le peuple centrafricain souffre déjà  assez et, a besoin de paix", a-t-il conclu.




 
Ndlr. Centrafrique-Presse : Bozizé et son clan sont des protagonistes de la crise centrafricaine. Si leur gestion du pays était si bonne, il n'y aurait pas des mouvements armés dans tous les coins du pays et une telle misère des populations. Ils ne doivent donc pas être les maîtres du jeu de ce dialogue politique en perspective. Par conséquent, ils n'ont pas à être en surnombre dans les structures d'organisation.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans DIALOGUE INCLUSIF