Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 12:00

 

 

PARIS (AFP) - samedi 05 avril 2008 - 11h10 - Une molécule utilisée contre l'hypertension artérielle pulmonaire pourrait aider à traiter la drépanocytose, maladie de l'hémoglobine la plus fréquente, surtout en Afrique sub-saharienne et en Inde, selon des travaux conduits par des chercheurs de l'Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

La drépanocytose, également appelée anémie falciforme, touche des millions de personnes en Afrique noire, ainsi que des régions françaises comme l'Ile-de-France, la Guyane ou les Antilles, frappant surtout des populations originaires de zones où le paludisme est endémique.

 

A défaut d'une prise en charge rapide, la drépanocytose due à une malformation des globules rouges peut s'avérer mortelle, en raison de crises douloureuses et répétées d'obstruction des petits vaisseaux. Elle est dépistée à la naissance dans les pays industrialisés.

Malgré des progrès, l'espérance de vie des patients des pays riches est raccourcie par cette maladie -environ 42 ans chez les hommes et 48 ans chez les femmes- et elle est encore plus faible en Afrique.

 

Des chercheurs du Centre de recherche cardiovasculaire Inserm Lariboisière (Paris) ont, avec l'université de Vérone (Italie), mis en évidence le mécanisme contribuant à la survenue de ces crises et démontré sur des souris le potentiel thérapeutique d'une molécule utilisée contre l'hypertension artérielle pulmonaire, le bosentan. Leurs travaux viennent d'être publiés en ligne dans le "Journal of Clinical Investigation".

 

La drépanocytose ("sickle-cell disease" en anglais) résulte d'une malformation des globules rouges, due à une unique mutation dans un gène de l'hémoglobine (HbS) qui transporte l'oxygène dans le sang. Les globules rouges s'agglutinent dans les micro-vaisseaux et se fragilisent. Certains d'entre eux se brisent, provoquant une anémie. La répétition de crises d'obstruction des petits vaisseaux, dites vaso-occlusives (CVO), associée à l'anémie, est responsable de sévères lésions des reins, des poumons, des os, du système nerveux central...

 

Selon les chercheurs, la crise vaso-occlusive n'est pas seulement due à la rétention des globules rouges mais aussi à un trouble de la réactivité des vaisseaux induisant leur constriction, ce qui joue un rôle aggravant considérable. Ils ont établi que cette vasoconstriction était due à l'activation des récepteurs de l'endothéline, un peptide provenant de la couche la plus interne des vaisseaux sanguins et sécrété en quantité accrue chez les souris malades et les patients, en particulier dans les reins et les poumons.

Chez les rongeurs, ils ont pu prévenir cette vasoconstriction, ainsi que les lésions rénales et pulmonaires et la mortalité associées, par un inhibiteur des récepteurs de l'endothéline, le bosentan. Ils espèrent contribuer à la mise en route d'études cliniques de ce médicament.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sciences