Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 18:15

 

 

 

 

 

Djodjo-Bozize-casque-aux-oreilles.JPG

 

Bangui 26 oct (C.A.P) - On savait qu’en Centrafrique, le général François Bozizé dispose d’une prison spéciale à lui surnommée par les Centrafricains « Guantanamo » située à Bossembélé 157 km de la capitale. Elle est destinée à accueillir les personnes souvent arbitrairement arrêtées pour des motifs plus ou moins fantaisistes ou prétendument « politiques » et dont le sort relève personnellement de Bozizé. Généralement les dossiers de ces personnes souvent soumises aux méthodes de tortures du tristement célèbre capitaine Vianney Semndiro, sont soustraites à l’appareil judiciaire traditionnel, Bozizé n’ayant pas confiance aux magistrats.

C’est ainsi que les collaborateurs et proches parents du bâtonnier Symphorien Balemby et Jean Daniel Dengou d’ADMN qui avaient été arbitrairement arrêtées dans le cadre de l’affaire de l’incendie du supermarché Rayan avaient dans un premier temps été déportées au « Guantanamo » de Bossembélé puis transférées à la prison officielle de la ville pour y être détenues plus d’un an avant d’être ramenées dans les prisons de Bangui.

Selon les témoignages de certaines de ces détenus, à leur arrivée au « Gantanamo » de Bossembélé, ils auraient été interrogés par le tortionnaire et bourreau, le capitaine Vianney Semndiro qui leur aurait carrément avoué que les personnes généralement envoyées dans son centre sont destinées à être torturées voire physiquement éliminées. Il leur aurait même indiqué certaines sépultures de ses victimes dont celle de Charles Massi.  Selon des informations dignes de foi, Mackpayen Le Centrafricain et ses deux autres compagnons arrêtés au début de ce mois et accusés de tentative de coup d’Etat, viennent aussi d’être déportés au « Guantanamo » de Bossembélé.

 Ce qu’on savait moins de la bozizie est que plusieurs personnes, essentiellement des étrangers (notamment un Américain, un Portugais et des Nigérians), ont été spoliés d’une forte somme d’argent en US dollars et jetées en prison par François Joseph Bozizé alias « Djodjo », fils de son père et expulsé du territoire français pour délinquance aggravée notoire mais devenu depuis président de la fédération centrafricaine de basketball. Ces personnes croupissent en geôle à la SRI, au camp de Roux et à Bossembélé, dans le plus grand secret.

Une d’entre elles a réussi à faire parvenir à la rédaction de Centrafrique-Presse un mot griffonné en anglais sur une page de cahier d’écolier pour donner l’alerte sur leur sort et demander secours. Nous nous faisons le devoir de publier ce mot ainsi que sa traduction en français faite par nos soins pour nos lecteurs. Que représentent Djodjo Bozizé ? C’est un scandale !  

 

 

lettre-victime-Djodjo.JPGlettre-victime-Djodjo.-2-JPG.JPG

 

 

 

A l’attention des journalistes

 

1°) - Nous avons été arrêtés le 2 août 2011 par Djodjo, le fils de Bozizé.


2°) - Nous étions 16. Un Américain, un Portugais et des Nigérians. Il nous a volé près de 70.000 US $.


3°) - 13 d’entre nous étaient au Camp de Roux et les 3 autres à Bossembéle. Nous sommes restés 15 mois dans la prison du Camp de Roux sans avoir été jugés.


4°) - Nous sommes détenus ici depuis 15 mois sans que nous puissions sortir ni voir la lumière.


5°) – La nourriture est infâme, les médicaments de mauvaise qualité… Presque tout le monde est malade.


6°) - S’il vous plaît, aidez-nous ! Demandez au gouvernement de  la R.C.A. d’examiner notre situation et de nous faire sortir de cette prison.


7°) - Le journaliste devrait demander au gouvernement de la R.C.A. Nous nous demandons pensons s’il n’ y a-t-il pas de lois et de respect des droits de l’homme en R.C.A. ?


8°) - N’y a-t-il pas d’ambassades nigériane et américaine et de diplomate portugais ? Que font-ils ? Le gouvernement de la R.C.A n’a-t-il pas d’égards pour les autres pays ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse