Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 17:05

 

 

 

 

 

logomlpc

 

Bureau Politique                                        

Secrétariat  Général

 N°__013__MLPC/BP/SG/012

                                                                                                                                                                                       Bangui, le  02 Juin 2012

 

                                 

DECLARATION

 

Relative à l’insécurité alimentaire et à la flambée des prix

 

           Le Bureau Politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) constate avec amertume que la souffrance à laquelle le régime Bozizé soumet les populations centrafricaines, depuis près d’une décennie, s’est transformée en une grave crise alimentaire résultant de l’incapacité de son gouvernement à trouver une solution durable à l’insécurité généralisée dont la responsabilité lui est directement imputable pour les pratiques qui confinent au gangstérisme.

 

        La partition du pays entre groupes rebelles, à l’exception de Bangui, d’une part et l’absence de vision de la politique agro-pastorale et la gestion à tâtons de ce qui en tient lieu d’autre part ont créé les conditions de la sous production, de la malnutrition, de la précarité des populations de l’arrière pays et très logiquement de la flambée des prix des denrées alimentaires et autres produits de première nécessité qui résulte elle-même de la répercussion par les commerçants des marges qu’ils ont perdues par leur racket par les éléments de Garde Présidentielle aux barrières illégales érigées à cet effet sur les axes routiers.

 

         A telle enseigne aujourd’hui, que le pouvoir d’achat du Centrafricain ne lui permet plus de faire face à ses besoins vitaux de base et le panier de la ménagère, si tant est qu’il existe, est particulièrement allégé. Au plan humanitaire, plus de la moitié de la population centrafricaine se trouve dans un besoin d’assistance pour laquelle l’appel des fonds des agences spécialisées pour cette assistance ne trouve pas d’oreille attentive dans le monde.

 

        On peut affirmer sans risque de se tromper qu’un drame humanitaire de grande envergure se prépare en silence et deviendra une réalité à très court terme en République Centrafricaine.

 

        Mal inspiré et prenant le problème par le mauvais bout, le gouvernement n’a rien trouvé de mieux à faire qu’à bloquer et homologuer les prix de ces denrées qu’il n’a ni les moyens de contrôler, ni de faire appliquer. C’est pourquoi, il distille une folle rumeur au sujet d’un « coup de force » dont les tenants mêmes du pouvoir seraient à l’origine, sans en fournir les preuves irréfutables à travers une communication responsable par les voix autorisées. Quoique grugé, le Peule centrafricain est légitimement fondé à attendre de ses gouvernants des explications convaincantes dans les meilleurs délais à ce sujet.

 

         Aussi, le MLPC, membre de l’Internationale socialiste qui se bat aux côtés des masses laborieuses, ne saurait garder un silence sur ces sujets d’importance, au risque de se rendre complice d’un Gouvernement dont la désinvolture, l’affairisme, l’incurie, la prédation, le mépris, la résignation et la démission sont désormais établis face aux crises multiformes que sa gestion a engendrées et dont le peuple paie le prix fort.

 

          S’il est vrai que la flambée des prix des produits de première nécessité et des denrées alimentaires résulte pour partie de certains importateurs véreux, il n’en demeure pas moins que le phénomène doit surtout s’expliquer par les tracasseries, le racket et le paiement indu des taxes à des tiers et non à l’Etat.  La pratique tribalo-affairiste et dictatoriale de Bozizé contre les opérateurs économiques dont l’activité vise à réaliser des bénéfices et pas autre chose est désormais établie.

 

            A l’opposé de ces infortunés opérateurs économiques et consommateurs centrafricains, les affaires sont exceptionnellement prospères pour les membres de la famille présidentielle et les militants du KNK, qui sont encouragés à importer hors taxe en se soustrayant ainsi du principe de l’égalité des citoyens devant l’impôt et de faire une concurrence déloyale aux contribuables centrafricains.

 

 Pour sa part, le Bureau Politique du MLPC attire l’attention de tous les thuriféraires du régime sur leur responsabilité dans le sordide et criminel bilan de Bozizé auquel ils seront inévitablement associés devant l’histoire et propose :

 

-          le démantèlement de toutes les barrières illégales de racket sur tous les

        axes routiers ;

-          le démantèlement du marché à bétail parallèle du PK 22 ;

-          la subvention par l’Etat des denrées de première nécessité ;

-          l’indexation des salaires sur le coût réel de la vie.

 

 

 

 

Koyambounou signature

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique