Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 20:13

 

 

Bozize KNK

 

 

« Quand le feu prend ta barbe et celui du voisin » dira un proverbe bien connu de tous, par élimination et en toute modestie, il vaut mieux éteindre le feu qui brule sa propre barbe.
C’est pourquoi, il n’y aura pas de honte dans chaque Pays confronté à ce genre de problème, pour que le Peuple souverain prenne en main son propre destin avant celui des leaders politiques qui ne font que accompagner ces peuples vers le but recherché...

Au cas par cas toutes ces questions de fraudes organisées par les dictateurs qui se présentent aux élections présidentielles pour leur propre succession deviennent préoccupantes pour la communauté nationale et surtout la communauté internationale qui finance ces élections dans nos Pays.

En droit, certains faits qualifiés de crime n’ont cessé d’ajouter à leur triste sort, d’autres faits nouveaux qui sont pris en compte et qui sont sévèrement sanctionnés par la loi pour éviter de plonger le devenir social vers un chao quelconque.

Comment ne prescrire parmi les délits existants et punis par la loi ces cas de fraudes et délits électoraux ?
Alors que le cas de fraudes massives se développe avec une vitesse grandissante dans le monde surtout en Afrique au su de tout le monde au détriment des peuples,  et cela ne préoccupe nullement  notre communauté africaine (Union africaine) et internationale.
La question que Centrafrique Presse porte à notre attention est une piste presque abordable qui pourrait se présenter en un  début d’éléments de réponse sur ce sujet.

Pour tenter de répondre à cette question, il n’ya pas d’autres issues que de barrer la route à ces bricoleurs d’élections dans chaque Pays pour éviter de retourner à la case de départ vers laquelle ces crétins nous y conduisent à leur façon.

La question que l’on se pose avec notre armée est aussi celle de savoir, en cas de crise aussi grave, causée par un dictateur au pouvoir, quel est son rôle de protection dans le Pays, lorsqu’elle se met à l’abri pour continuer à manger les mêmes plats que ce dernier ?
Qui de nous qui avions connu la période BOKASSA, n’a pas vu le Général MAYOMOKOLA servir ce dernier et qui avait répondu de ses actes après la chute de l’Empire ?

Dans un pays de non droit comme la République Centrafricaine de BOZIZE, il n’y a que des soulèvements populaires qui comptent et qui libèrent.

A quoi sert la justice quand les magistrats sont à la solde du pouvoir et font tout pour le pouvoir afin de conserver leur pain.

Rien n’est perdu, jusqu’ici comme plus tard, le Peuple peut prendre son temps pour s’organiser contre les fraudes électorales du 23 janvier 2011 dont seul le Général François BOZIZE est responsable.

Nos frères  Béninois comme d’autres Peuples victimes de ces comportements peuvent en faire autant s’ils estiment nécessaire de le faire.

Face aux bricoleurs d’élections, tous les coups sont permis pour arracher les voix volées qui appartiennent aux Peuples.

Que les enfants, les femmes et les hommes soient armés de gourdins et de tisons ardents pour les chasser du pouvoir,

A la gloire du Peuple souverain.

Vive la révolution

André DAWA

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique