Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 18:10

 

 

Binguimale2 0

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 03 Décembre 2010 14:00

Après la publication de la liste des candidats à la présidentielle de 2011 par la cour constitutionnelle, la commission électorale indépendante (CEI) se fixe désormais  comme objectif la confection des bulletins de vote et le déploiement des matériels lourds  des élections sur le terrain. Mais d’ores et déjà certains commissaires de la CEI disent qu’ils ne sont pas très motivés actuellement pour faire le travail.

Selon Joseph Binguimalé, président de la CEI, pour ne pas accuser un retard sur son calendrier, la CEI a mis en place un comité tripartite composé des membres de la CEI, du PNUD et des Forces armées centrafricaines dans le but de  déployer ces matériels sur le terrain.

Certains observateurs continuent de s’interroger si les élections vont se tenir à la date prévue. Le nœud du problème est le financement des élections par les bailleurs de fonds à travers le PNUD, principal gestionnaire du processus électoral encours en Centrafrique.

Le financement tombe à petites gouttes, et la CEI n’arrive pas toujours à payer tous les agents recenseurs comme ceux du village de Landia Mboko qui réclamaient  le 2 décembre dernier le versement de leur  reliquat d’indemnités qui s’élèvent à plus de 1 650 000 frs cfa. Ayant accusé 9 mois d’arriérés de salaire, d’après nos informations, certains membres de la CEI sont menacés d’expulsion dans les maisons de location par leurs propriétaires. Tous ces facteurs amènent certains centrafricains à s’interroger sur l’effectivité de la tenue de ces élections à date échue.

 

NDLR : Visiblement toutes les conditions d’un nouveau report des élections du 23 janvier sont réunies mais personne ne veut prendre la responsabilité d’en parler en premier craignant d’être taxé d’avoir peur d’aller aux urnes comme Bozizé aime à le dire. En attendant, le vrai faux pasteur et nullissime président de la CEI dont plus personne ne veut, prend des initiatives, va rencontrer des chefs d’Etat comme récemment à Lomé, brasse du vent comme à son habitude. Il veut maintenant associer les Faca aux opérations électorales pour suppléer au refus des comités locaux de la CEI qui n’ont toujours pas perçu leurs indemnités. A-t-il déjà eu l’accord de son nouveau patron Willibyro-Sacko ? Après un récent entretien avec Bozizé, le Délégué de l’UE à Bangui avait curieusement déclaré que l’UE apporterait son appui financier « le moment venu ». Et dire que le nouveau ministre français de la coopération demandait à Bangui où il se trouvait avant-hier qu’il fallait aller sans tarder aux élections puisque les conditions seraient déjà réunies selon lui. Sait-t-il que d’autres conditions essentielles ne sont toujours réunies ?  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique