Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 18:48

 

 

 

RADIO ND K LUKA

 

L’ONU évalue la situation humanitaire à Bria

Radio Ndéké Luka Mardi, 06 Mars 2012 15:30

Une mission de l’Unité Genre du Bureau Intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Centrafrique (BINUCA) s’est rendue ce mardi 06 mars 2012 à Bria (Est), ville où se sont déroulés les derniers affrontements entre la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) et l’Union de Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR). L’objectif de cette mission est de suivre et d’évaluer   les impacts de ces affrontements sur les populations vulnérables de la Haute Kotto.

Elle est composée du Fonds de Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), l’Organisation des femmes Centrafricaine (OFCA) et l’Association des Femmes Communicatrices (AFPC).

Objectif répertorier les besoins en terme de la situation humanitaire des populations affectées par ces conflits et apporter une solution adéquate.

« Au plan sécuritaire, les autorités locales s’inquiètent encore de la persistance des foyers de tension provoqués par certains rebelles qui refusent de regagner leurs bases d’origine », a expliqué l’envoyé spécial.

Il a ajouté qu’au sujet de la santé, « tous les signaux sont au rouge : manque de kits médicaux, de lits, de générateur, le bloc opérateur mal est équipé au point de pratiquer des interventions chirurgicales à l’aide des lampes torche ».

« Dans le système éducatif, c’est la catastrophe » a poursuivi l’envoyé spécial qui a poursuivi, « 12 écoles détruites, une pléthore d’élèves dans les quelques établissements scolaires fonctionnels, 100 élèves pour un enseignant d’ailleurs non qualifié ceci par manque de ceux titulaires ».

Enfin, « le tissu social a sérieusement pris un coup : Les activités champêtres tournent au ralenti ce qui occasionne une flambée des prix des denrées alimentaires. L’exploitation de diamant et or présente un tableau sombre. Les populations désertent les chantiers en raison de l’insécurité » pour boucler le tableau.

Par ailleurs, les 2603 personnes déplacées par ces évènements verront bientôt leur souffrance en logement atténuer. La mairie de la localité vient de leur affecter un site de 11 hectares situé dans les parages du reboisement des eaux et forêts sur l’axe Ippy (nord-est). Déjà les services des cadastres sont à l’œuvre pour le mettre en valeur qui consiste en la construction du terrain des sports, d’un marché et d’un  point d’eau.

Les malheureux évènements, conséquences des attaques entre ces rebelles pourtant signataires des accords de cessez-le-feu avec le gouvernement centrafricain, auraient pour origine, des conflits interethniques basées sur des intérêts politiques.

Des évènements qui avaient fait plus 45 morts, plusieurs blessés, d’importants dégâts matériels dont plusieurs maisons détruites. Plus de 5 000 personnes se sont déplacées dans les régions de Ippy, Bambari et ses environs (centre-est).

 

2214 personnes déplacées de Bria à Bambari crient à l’aide

Radio Ndéké Luka Mardi, 06 Mars 2012 15:32

Les 2214 déplacés internes de Bria (nord-est) vivant à Bambari (centre-est) sollicitent une assistance humanitaire. Il s’agit des personnes déplacées par les attaques sanglantes de 2011, provoquées par les combats entre les rebelles de la Convention des Patriotes pour la justice et la Paix (CPJP) et ceux de l’Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR).

C’est préoccupation a été présentée le 5 mars 2012, par Idriss Yaya, président réélu du bureau de ces déplacés internes, sur les ondes de radio Bè oko de Bambari.

Cet appel a été lancé au cours d’une assemblée générale qui a vu sa réélection à la tête d’un bureau de 13 personnes, avec pour mandat de mener les démarches nécessaires auprès du gouvernement, des agences du système des Nations Unies et des structures humanitaires pour les inciter à fournir de l’assistance aux déplacés.

D’après Idriss Yaya, « seul le sous-bureau du Programme alimentaire mondial (PAM) assiste les 2214 déplacés internes de Bria vivant à Bambari en leur distribuant des vivres de temps en temps. C’est pourquoi une intervention des autres ONG humanitaires serait salutaire pour ces personnes rendues vulnérables par les conflits ; même si quelques-unes commencent à retourner à Bria avec le processus de réconciliation ».

Il a par ailleurs demandé aux déplacés de « rester solidaires, d’avoir un esprit de collaboration et d’assistance aux autres en cas de difficulté. Pour conclure, monsieur Idris Yaya a rappelé que c’est en cela qu’ils peuvent prouver qu’ils sont issus d’une même région et qu’ils ont été obligés de quitter leurs villages à cause des conflits ».

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation