Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 01:01

 

 

Issoufou.jpg

 

 

Observateur Paalga Boureima Diallo 17 Mars 2011

Ouf, ça y est ! Après avoir porté pendant plusieurs décennies le qualificatif peu glorieux d'éternel candidat malheureux à la présidentielle, Mahamadou Issoufou tient enfin des deux mains sa chose. Preuve s'il en est, que la persévérance dans le travail, l'effort dans la lutte, paient et ce, presque toujours. Pour sa cinquième candidature à une présidentielle de son pays donc, Mahamadou Issoufou, le chantre de la « renaissance » du Niger a obtenu quelque 1,8 million de voix, soit 57,95 %, a déclaré Gousmane Abdourahamane, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) lors d'une cérémonie à Niamey.

Laissant ainsi l'ex-Premier ministre de Mamadou Tandja, Seini Oumarou, 60 ans, s'incliner avec 1,3 million de voix, soit 42,05 % dans ce duel à qui mobiliserait le mieux, pour des finalistes aux profils et à l'entregent différents. En effet, pendant que l'un, ingénieur des mines de son état et politique par vocation, passait pour un éternel opposant avec tout ce que cela comporte comme heurts et malheurs, l'autre, Seini Oumarou, ancien opérateur économique en faillite et reconverti en politicien professionnel, n'a pas eu trop à se fouler la rate dans cette douillette attente à l'ombre de Tandja, pour hériter des rênes d'un parti-Etat, le MNSD-Nassara

Si donc cette présidentielle est à saluer en ce qu'elle a été unanimement cachetée de sceau de crédibilité et de bonne organisation, en dépit de l'immensité du territoire et de la rareté des moyens financiers dont dispose le Niger, il faut d'abord tirer son chapeau au général Salou Djibo et à ses camarades d'armes pour ce respect scrupuleux de la parole donnée.

Si donc cette présidentielle est à saluer en ce qu'elle a été unanimement cachetée de sceau de crédibilité et de bonne organisation, en dépit de l'immensité du territoire et de la rareté des moyens financiers dont dispose le Niger, il faut d'abord tirer son chapeau au général Salou Djibo et à ses camarades d'armes pour ce respect scrupuleux de la parole donnée.

Et il ne faut aucunement aussi passer sous silence le fair-play qui a prévalu avant, pendant la campagne et après la proclamation provisoire des résultats entre les finalistes. En effet, quelque 48 heures après la proclamation provisoire des résultats ,l'ex- Premier ministre Seini Oumarou, devant une foule de militants, a reconnu sa défaite et a présenté ses sincères félicitations, ainsi que ses voeux de bonne chance et de succès au nouvel élu, pour tout ce qu'il entreprendra de bien pour le Niger.

« J'ai décidé a-t-il poursuivi, de n'ouvrir aucun dossier en contentieux électoral et de ne saisir le Conseil constitutionnel d'aucun recours en annulation, malgré les insuffisances constatées et ce, pour ne pas entraîner notre pays dans une spirale de difficultés interminables ». On croirait entendre un certain Cellou Dalein Diallo, en Guinée, à l'issue des résultats du second tour qui s'était dit avoir été floué de sa victoire et qui pourtant n'a pas jeté ses militants dans la rue pour autant !

Et si Laurent Koudou Gbagbo s'était engagé sur cette même voie, la Côte d'Ivoire ne serait pas ainsi dangereusement reléguée au creux de la vague. Répondant à Seini Oumarou, le prochain magistrat suprême du Niger (il prêtera serment sauf report de dernière minute, le mercredi 6 avril 2011) de saluer ce geste « qui prouve que les adversaires politiques ne sont pas des ennemis » et de s'engager au strict respect des droits de l'homme. Il est des moments décisifs dans la vie d'une nation où il faut savoir aller à l'apaisement, afin de préserver l'intérêt général. Ce qui est loin de compter pour du beurre.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE