Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 01:25

 

 

 

 

Baba Laddé

 

 

Tchad - RCA : réaction de l’Alliance FPR suite aux accusations d’exactions

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Nous tenons clairement à porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale notre position sur des dernières manifestations troubles, confus dans le fond, de ces derniers jours, dans les villages au Nord de la République Centrafricain (RCA) non loin de la frontière commune avec le Tchad. Des informations rapportées par les autorités centrafricaines  faisaient état des actes de pillages qu’auraient perpétrés par les forces armées de l’Alliance Front Populaire pour le Redressement (AFPR) sur des villageois. Il mérite  de préciser des tels actes, s’ils s’avèrent réellement commis, sont regrettables tant la discipline et l’ordre entre autres concepts piliers de l’AFPR réprouvent durement de tels comportements.

Nos hommes en lutte contre le régime anti-démocratique, liberticide, répressif et, corrompu du Tchad cohabitent aux confins tchado-centrafricains depuis quelques années déjà, avec les populations des villages environnant en harmonie, sans en les avoir à inquiéter. Mieux, ils se sont employés à des périodes des temps difficiles, à les protéger contre les coupeurs de route et les bandits de grand chemin. L’Alliance Front Populaire pour le Redressement est un mouvement politico-militaire dont les principes fondateurs sont claires et procèdent par la lutte politique et armée afin de créer des conditions favorables à l’alternance au pouvoir, à un Etat de démocratique, à un Etat de droit et de justice, à une nation moderne et prospère. L’AFPR se veut, en outre, respectueux des droits de l’Homme et, est enclin à un environnement propice aux conditions de l’épanouissement de l’homme, du citoyen dans un Etat, dans une République. Elle réaffirme ses exigences et ses réelles motivations de voir le changement opéré au Tchad.

 

Il est inopportun au moment où des contacts sont établis par le gouvernement tchadien pour des pourparlers que des actes de pillages puissent être perpétrés sur des villageois. Nous rappelons à monsieur le médiateur centrafricain aux pourparlers avec le gouvernement tchadien, à monsieur le représentant du gouvernement centrafricain de reconsidérer leurs positions, leurs propos et, leurs jugements en rapport avec ce qu’il est convenu d’appeler les actes de pillages sur des villageois. La RCA et le Tchad sont des pays frères ayant une longue histoire de fraternité. Nos osons croire qu’ils sont conscients de l’instabilité politique et militaire du Tchad qui ont accouché des insurrections ou des mouvements politico-militaires perlés. Les centrafricains et les tchadiens cohabitent de longue date de part et d’autre de la frontière commune. Il est mal aisé d’entendre de genre de certain propos sur les ondes des radios internationales et/ou nationales sur nos hommes sur le terrain et, sur le mouvement. Nous serons déçu de savoir que de tels propos, des manœuvres soient commandités, téléguidés en vue de jeter des discrédits sur nos idéaux de luttes et, sur les motivations du mouvement. Ils constitueront des précédents dangereux s’ils venaient à faire valoir le principe d’intégrité territoriale pour livrer nos hommes au régime actuel du Tchad.

Nous attirons l’attention de la communauté internationale, des nations unies, de l’union africaine, de l’union européenne, du gouvernement centrafricain pour que nos hommes présents actuellement s dans les villages aux confins des territoires tchado-centrafricains dans le cas des prochains pourparlers avec le gouvernement tchadien, soient traités avec égards et dignités. Il y va dans le sens d’un dialogue franc, serein et, constructif.

Nous réitérons notre demande à la participation aux prochains pourparlers des représentants des nations unies, de l’union africaine, de l’union européenne, de la France, des Etats Unies, de l’Allemagne, de l’Italie, des pays africains frères et amis dont la République Centrafricaine et, des organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme.

Nous exigeons des mesures optimales de sécurité pour permettre le bon déroulement des pourparlers.

Fait le 13 Août 2011

Le Représentant en exil de l’Alliance Front Populaire pour le Redressement   

 Chargé des affaires politiques et des relations extérieures

 

Jean-Didier Kamnadji

 

NDLR : Quel culot ! C’est tout de même très gonflé de la part de ce mouvement qui n’est pas un mouvement de rébellion politico-militaire mais plutôt de véritables bandits, oser demander que ses racketteurs de bétail et autres pillards qui écument les villages de la RCA qui n’est pas leur pays, « soient traités avec égard et dignité ». C'est demander à la victime de traiter avec égards son voleur ! Du jamais vu ! Voilà des voyous avec lesquels Mgr Pomodimo va discuter ! 

 

 

Baba Ladé se rendra à N’djamena prochainement pour discuter

Vendredi, 12 Août 2011 12:52

C’est Mgr Paulin Pomodimo, médiateur de la République qui l’annonce mercredi 10 août. Le Général Baba Ladé se rendra la semaine prochaine à N’Djamena pour discuter avec les autorités.  Mgr Pomodimo, vous le savez, travaille sur l'occupation de villages centrafricains par des rebelles tchadiens. Il dit avoir convaincu leur chef de se rendre à N'Djamena pour discuter avec les autorités.

Le médiateur de la République a révélé à la presse que la rencontre qu’il a eue avec Baba Ladé s'est achevée sur une décision assez importante pour la population centrafricaine. « Dans une semaine, a-t-il dit, nous tous: Baba Ladé, le Médiateur, et quelques représentants de la communauté internationale, nous nous rendrons à N'Djaména pour que les Tchadiens se parlent entre eux.  Nous avons réussi à convaincre notre ami de nous accompagner à N'Djamena d'ici une semaine. Il faudrait que le Tchad prenne ses responsabilités, puisqu'en fait si on voit bien, c'est un Tchadien qui s'est installé chez nous, et il est tout à fait normal que ses problèmes se règlent au Tchad ».


Mgr Pomodimo est rentré mercredi 10 août d'une mission entamée samedi à Kaga Bandoro pour rencontrer le chef rebelle tchadien. Il a encore déclaré que « Baba Ladé commence à devenir un problème réel sur notre territoire », a-t-il ajouté.

Egalement membre de la délégation, Jean-Francis Bozizé, le ministre de la Défense a souligné la présence d'éléments incontrôlés chez les rebelles qui ont dit-il, « déraillé ». Il a ajouté que les forces de sécurité avaient reçu des instructions de réagir. « Ces derniers temps, il y a eu beaucoup d'exactions des hommes de Baba Ladé dans certains de nos villages ».

Il faut rappeler qu’au moins 65 hommes du Front populaire pour le redressement (FPR) du général Abdel Kader Baba Ladé occupent depuis une dizaine de jours la commune de Pladama Ouaka située entre les villes de Bambari et Kouango.

Baba Ladé a annoncé le mois dernier que l'accord de paix qu'il avait signé en juin était remis en cause à la suite de l'arrestation de deux de ses hommes au Tchad, le 16 juillet, au Tchad.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers