Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 00:23

 

 

Bozize KNK

 

 

   Notre pays, la RCA, n’appartient ni à Bozizé, ni à sa famille, ni à son clan, ni à plus forte raison aux Gbaya. Elle appartient à tous les Centrafricains et elle survivra à Bozizé comme elle a survécu à Bokassa et à Kolingba. Cela pourrait commencer dès le premier tour des élections …si le peuple le veut.

 

   Je n’aime pas stigmatiser un groupe en particulier si bien que parler des Gbaya comme d’une entité me répugne. Mais comment faire autrement quand on apprend jour après jour ce qui se passe sur la terre de nos ancêtres : la composition du gouvernement avec ses membres inamovibles, les nominations aux postes juteux uniquement fondées sur le népotisme, la place occupée par les fils Bozizé dans l’appareil d’état sans oublier la part de lion que s’est taillée Bozizé lui-même en flagrante contradiction avec la Constitution centrafricaine . N’est-ce pas ce même homme qui était arrivé à la tête d’une horde de bandits et de mercenaires tchadiens sans foi ni loi pour «  libérer »  la RCA en 2003 ? Certains hommes politiques et quelques intellectuels de salon ont osé qualifier de «  sursaut national » ce que se traduit tragiquement pour le peuple centrafricaine par une prédation générale des ressources de l’Etat, des assassinats impunis, des rébellions, une occupation par une milice étrangère d’une partie du territoire national (LRA) et une misère sans nom pour les populations traquées comme des bêtes…

 

   Et que font Bouffon 1er et son fils ministre de la défense nationale ? Aller combattre la LRA comme de vrais chefs de guerre ou tendre une main généreuse à ces fils centrafricains mécontents qui ont pris les armes ? Equiper l’armée centrafricaine pour débarrasser le sol national de ces indésirables ? Que nenni ! Notre maire du palais et son fils qui ne gouvernent que Bangui et encore, achètent de vieux avions délabrés, continuent leurs trafics en tous genres et surtout le père envisage le plus sérieusement du monde de se représenter aux élections ! Ma question est simple : pourquoi faire ?

 

   Sept ans après l’arrivée de Bozizé au pouvoir on peut raisonnablement dresser son bilan : économie atone dans une Afrique en pleine croissance, recul de la démocratie, instauration de la peur, gabegie, kleptocratie, abandon des provinces centrafricaines etc…Combien d’écoles, de collèges, de lycées ? Combien de centres de soins, d’hôpitaux ? Combien de kilomètres de routes carrossables ?

 

   Peuple centrafricain, mon peuple, c’est à toi que je m’adresse comme on adresse une prière à ses saints : c’est de toi qu’il s’agit et c’est ton avenir qui est en jeu. Rappelle-toi tes glorieux ancêtres, rappelle-toi tes valeureux fils tombés en 1979 pour faire partir le mentor politique de Bozizé . Lève-toi comme un seul homme pour infliger une défaite mémorable à Bozizé et à sa clique dès le 1er tour pour lui marquer ta défiance et prendre enfin ta vie en mains. Bozizé est devenu une honte nationale, un obstacle à l’unité des Centrafricains : il doit partir pour que les Centrafricains trouvent entre eux les voies et les moyens de restaurer la démocratie en RCA. Il doit comprendre que c’est un travail de longue haleine et que nous avons déjà perdu assez de temps avec lui.

 

   Quant à l’opposition centrafricaine, elle sait ce qui lui reste à faire pour ne pas se faire voler la victoire selon un modèle déposé des dictatures en Afrique. Elle ne doit pas aller désunie aux élections, seul gage de réussite. A bon entendeur, salut.

 

KaDé (France)

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion